Maison Margiela, une étrange beauté 

Chaque collection que dessine John Galliano pour Maison Margiela est l’expression du vocabulaire propre au couturier. Le propos d’un Anglais qui entend en découdre avec la mode et l’histoire du costume qui l’a précédé. On y retrouve cette façon qu’il a, et qu’il aime, d’inverser le vêtement upside-down, d’en révéler l’envers à l’endroit, de l’utiliser pour en faire autre chose que ce pour quoi il aurait été conçu. Son art de mêler le costume historique avec du sportswear, lui faisant subir une singulière métamorphose afin de l’adjoindre à l’époque.




Chaque pièce porte en elle une étrangeté renforcée par le choix des accessoires et du maquillage: casques, oreillettes façon Star Trek, sac à dos et matelas de Néoprène pour néo-nomade à la bouche sertie de paillettes. La beauté de l’étrange. 

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi est la rédactrice en chef des Hors-Séries du Temps. La mode est un monde qu'elle aime arpenter Iphone en main. Cette "shoe addict" sait bien qu'un vêtement ne naît pas par hasard et qu'il parle autant de nous que de notre époque. Regards côté cour et côté jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *