Dior en noir et or sur page blanche 

La maison Dior avait choisi jusqu’à présent de ne pas communiquer sur le remplacement de Raf Simons. Mais depuis l’annonce du départ de Maria Grazia Chiuri de chez Valentino, on peut être sûr que cette collection haute couture automne-hiver 2017 est bien la dernière des deux Suisses Serge Ruffieux et Lucie Maier qui dirigent le studio de création depuis le départ du directeur artistique.

Cette collection est la plus pure qu’ils aient dessinée. La plus Dior aussi. Comme un retour aux sources, à l’essence de la maison, une manière de dire qu’un nouveau chapitre peut enfin s’écrire.

Pour leur première collection couture, la saison dernière, ils avaient commis l’erreur de croire que l’on pouvait faire tabula rasa d’une tradition et introduire une sorte de “prêt-à-couture” urbain et déstructuré chez Dior. Et croire que les clientes suivraient. Ils semblent avoir compris que “la haute”, c’est autre chose, une exception qui possède une clientèle dédiée, connaisseuse et exigeante.

Serge Ruffieux et Lucie Maier ont lancé sur le podium des robes en mousseline de soie et mousseline d’organza débarrassées de toutes les structures qui pourraient les soutenir ou les alourdir. Ils se sont piqués d’une épure qui évoque l’esprit de Cristobal Balenciaga, avec une mini cape rappelant celle qu’avait dessinée le maître en 1963. Le tailleur Bar est modernisé, long et fluide.


Les couleurs elles aussi sont réduites à l’essentiel: du noir, du blanc et l’or des broderies qui viennent comme des étoiles mettre des touches de lumière dans le noir.



Avant d’en rendre les clefs, le duo s’est enfin emparé de l’esprit de la maison, avec délicatesse et un certain sens de ‘l’understatement”.

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi est la rédactrice en chef des Hors-Séries du Temps. La mode est un monde qu'elle aime arpenter Iphone en main. Cette "shoe addict" sait bien qu'un vêtement ne naît pas par hasard et qu'il parle autant de nous que de notre époque. Regards côté cour et côté jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *