Aganovich, poésie romantique en noir et blanc

L’univers de Nana Aganovich et Brooke Taylor frôle toujours le fantastique. Leurs collections sont comme des rêves à mi-chemin de l’éveil. Un romantisme – dans le sens premier du terme – habite le défilé automne hiver 2017-2016 d’Aganovich. Du noir et du blanc pour dire un monde qui puise dans le passé pour envisager un avenir possible.

Il y a une rigueur dans la structure, mais adoucie par les détails : un laçage dans le dos qui pourrait presque relever de l’aléatoire, et qui apporte une touche de poésie à ce noir gothique, ou plutôt non, ce noir « Goethique.» Une fulgurance blanche qui apparaît sous le noir comme une cicatrice de tissu. Le jeu des volumes aussi.
C’est tout l’art d’une mise en scène de donner une couleur à une collection. Mais chaque vêtement peut se combiner autrement, se porter avec un jean ou un pantalon de cuir, et l’esprit, déjà, en est changé.

Au fil du défilé, je repense à ce tableau sublime de Caspar David Friedrich Le Voyageur contemplant une mer de nuages. C’est beau un défilé qui invite au voyage imaginaire…

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi est la rédactrice en chef des Hors-Séries du Temps. La mode est un monde qu'elle aime arpenter Iphone en main. Cette "shoe addict" sait bien qu'un vêtement ne naît pas par hasard et qu'il parle autant de nous que de notre époque. Regards côté cour et côté jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *