Yang Li, la réparation magnifique

“La collection parle de destruction. La destruction de ce que l’on a fait. Et de la réparation selon les règles du Kintsugi.”

Quelques mots glissés par Yang Li, le désigner chinois, après son défilé et c’est un univers qui s’ouvre… Celui du Kintsugi, cet art
de magnifier les brisures en réparant la céramique avec une laque d’or. D’où ces vestes faites de plusieurs matières cousues ensemble, de manière si gracieuse, que les dissonances de tonalités en deviennent harmonieuses. Ou ces manteaux qui semblent avoir été sabrés de haut en bas dans le dos, et dont on aurait réuni les deux pans à la façon d’une cicatrice magnifique.

Une collection subtile, qui fait l’apologie des blessures et de la beauté du geste, lorsque celui-ci répare.

 

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi est la rédactrice en chef des Hors-Séries du Temps. La mode est un monde qu'elle aime arpenter Iphone en main. Cette "shoe addict" sait bien qu'un vêtement ne naît pas par hasard et qu'il parle autant de nous que de notre époque. Regards côté cour et côté jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *