Iris Van Herpen, la poésie de l’étrange


Les défilés d’Iris Van Herpen sont attendus comme des happenings où elle dévoile une certaine idée de la mode : la sienne. Une mode cérébrale et scientifique. Depuis ses premiers shows elle explore les liens entre le corps et la biotechnologie. Iris Van Herpen a toujours collaboré avec des chercheurs,des scientifiques, des biologistes, des architectes, des artistes, mêlant différentes techniques. Et ses collections sont des histoires dont il faut généralement se faire expliquer les codes.
Des robes de sirènes faites dans une matière aux reflets aquatiques découpés au laser comme des filets, ondulent lentement dans l’espace. Leur mouvement dans l’air est plus lent que celui d’un tissu. Les mannequins semblent être vêtus d’eau ruisselante, personnages fantasmagoriques sortis de l’imaginaire de la créatrice néerlandaise.


Au centre de l’espace l’actrice Gwendoline Christie (Brienne de Torth, de la série Game of Throne), telle une belle endormie, repose tandis qu’une robe circulaire est en train d’être tissée autour d’elle par trois entités, créations de l’artiste Jolan van der Wiel.

IMG_6398

Cette collection est inspirée par des ponts d’arbres vivants que l’on trouve en Inde, explique Iris Van Herpen après le show. Ils n’ont pas été fabriqués par la main de l’homme mais se sont formés grâce à leurs racines. Et cela démontre le potentiel de l’architecture organique, vivante, dans le futur.

D’où la robe qui se tisse tandis que les mannequins défilent. La créatrice a introduit une matière ultimement féminine dans son travail : la dentelle fabriquée selon différentes techniques, toujours. Parce que sinon, ce serait trop simple.

Il y a de la dentelle de Calais, fabriquée sur des métiers utilisés depuis le XVIème siècle, de la dentelle en impression digitale, de la dentelle faite main, et de la dentelle découpée au laser.

C’est sans doute la collection la plus « féminine » d’Iris Van Herpen. Et toujours cette poésie née de l’étrange mélange entre l’artisanat et la technologie.

Photos: Isabelle Cerboneschi
Photos: Isabelle Cerboneschi
Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi est la rédactrice en chef des Hors-Séries du Temps. La mode est un monde qu'elle aime arpenter Iphone en main. Cette "shoe addict" sait bien qu'un vêtement ne naît pas par hasard et qu'il parle autant de nous que de notre époque. Regards côté cour et côté jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *