Une guêpe dans le bonheur

Addictif! Tout simplement addictif! Une fois plongé dans “Nid de guêpes” de Rachel Abbott, on n’en sort plus. La preuve, une fois encore, de l’habileté de cette Anglaise qui excelle dans l’art diabolique de tisser les fils d’un suspense. Et qui d’emblée nous prévient: “Tout le monde ment. A soi et aux autres.”

Le mensonge, justement, c’est le gros problème d’Anna Franklyn. Pour réussir dans la vie et ménager ses proches, la jeune femme a dû mentir à tout le monde sur son passé. A l’école dont elle est la brillante et énergique directrice, à son prévenant mari Dominic, à ses deux jeunes enfants, à ses parents. Et ça a marché. Désormais, tout va pour le mieux. Du moins jusqu’à ce lundi de début septembre où elle découvre une guêpe posée sur la vitre de sa voiture flambant neuve couleur framboise. Plus de peur de que mal, mais pour Anna, c’est un mauvais présage. Qui ne tarde pas à se confirmer.

Giflée par le passé

En plein embouteillage, alors qu’elle écoute à la radio son émission favorite “On m’a quitté”, un homme qui prétend s’appeler Scott évoque en deux mots l’histoire d’amour qu’il a vécue avec une femme surnommée Spike. S’il est sélectionné par les auditeurs, il promet de tout révéler la semaine suivante. Or Spike, c’est Anna, et cette histoire, c’est la sienne, une histoire passionnelle et destructrice qui s’est terminée, il y a juste quatorze ans dans le Nebraska, par la mort de Scott. Le jeune homme aurait-il survécu? Impossible, elle le sait, car c’est elle qui l’a tué.

La vérité! Quelle vérité?

Que c’est-il passé à l’époque? L’auteure – de son vrai nom Sheila Rodgers, née en 1952 près de Manchester – nous le chuchote avec parcimonie, au fil des pages, à doses quasi homéopathiques. Elle n’a pas son pareil pour suggérer sans dire et lancer habilement l’hameçon qui emprisonne et tire le lecteur vers l’avant. Celui-ci devra donc attendre la fin du roman pour découvrir la vérité. Et encore, même la vérité comporte ici plusieurs visages.

Dans “Nid de guêpes”, le suspense ne s’applique toutefois pas qu’au passé. Un premier, puis un deuxième homme sont retrouvés morts, tous deux assassinés dans un parking de Manchester où se situe le roman. Anna connaissait fort bien l’un d’eux. Personnage récurrent des polars de Rachel Abbott, le Detective Chief Inspector Tom Douglas mène l’enquête, tout en se démenant avec ses problèmes privés. Et cette fois-ci, le lecteur a de l’avance sur lui. Il sait, ou croit savoir, mais se laisse malgré tout surprendre. Diabolique! On vous avait prévenus.

“Nid de guêpes”. De Rachel Abbott. Traduit de l’anglais par Véronique Roland. Belfond, 448 p.

Sur la même auteure, dans Polars, Polis et Cie, “La disparue de Noël”. Le retour des morts…vivants

 

Mireille Descombes

Mireille Descombes

Scènes et mises en scène: le roman policier, l'architecture et la ville, le théâtre. Passionnée de roman policier, Mireille Descombes est journaliste culturelle indépendante, critique d'art, d'architecture et de théâtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *