Plan fixe sur Danilo Mondada

Le grand public connaît bien les réalisations de l'architecte Danilo Mondada, mais sans toujours les lui attribuer. A Lausanne, on lui doit, en effet, la rénovation de la gare, de la salle de l'Opéra ou la création de l'extension de la Fondation de l'Hermitage. Actuellement, son bureau travaille sur des projets de restauration-conservation au Château Saint-Maire à Lausanne et à la Collégiale de Neuchâtel. Parallèlement à ces interventions dans des hauts lieux patrimoniaux, Danilo Mondada a construit différents nouveaux bâtiments, dont la très belle école Pierrefleur. 

Créée en 1977, l'Association Film Plans-Fixes s'est donnée pour mission  de réaliser des portraits de personnalités de Suisse romande. Avec des règles strictes: des films en noir et blanc, en cinq plans fixes sans reprises ni coupures, tournés en un seul lieu et un seul jour. L'un de ces portraits est justement consacré à Danilo Mondada, Il sera présenté en première le 5 novembre à 18 h 30, à la Cinémathèque suisse, en présence de l'architecte

Dans le film, interrogé par la journaliste Florence Grivel, Danilo Mondada évoque son métier, ses choix, sa volonté de privilégier la qualité de la rencontre plus que le geste architectural. Il revient sur ses origines tessinoises, sur son goût du dessin, ses collaborations avec d'autres architectes – un partage qu'il apprécie particulièrement. Il évoque également sa foi et son émerveillement toujours aussi vif devant l'aventure du projet. Il parle enfin du futur et de l'évolution de son bureau qui a changé de nom avec l'intégration de trois associés plus jeunes. Il s'appelle désormais Mondada Frigerio Blanc Architectes, mais conserve la même exigence et  la même éthique.

 

"Danilo Mondada. Architecte humaniste". Interlocutrice Florence Grivel. Lausanne. Cinémathèque suisse. Jeudi 5 novembre à 18 h 30. Entrée libre.

Visite du bureau Mondada Frigerio Blanc Architectes, le 13 novembre de 16 h à 19 h, rue de Bourg 20A, 3e étage.

 

Mireille Descombes

Mireille Descombes

Scènes et mises en scène: le roman policier, l'architecture et la ville, le théâtre. Passionnée de roman policier, Mireille Descombes est journaliste culturelle indépendante, critique d'art, d'architecture et de théâtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *