Percutante, magistrale, Maguy Marin à Vidy

Les Lausannois, et leurs hôtes, ont bien de la chance. Pendant quelques jours, ils peuvent découvrir au Théâtre de Vidy deux spectacles de la grande chorégraphe française Maguy Marin. Deux spectacles enchanteurs, au  sens fort, et qui repensent de façon magistrale le corps et ses liens, l'espace, l'identité, le regard sur l'autre et sur soi.

Dans "Singspiele", l'acteur-danseur David Mambouch se trouve seul sur scène. Au départ, blotti dans un coin, torse nu, il tient dans sa bouche un support sur lequel apparaît la photographie d'un visage en noir et blanc. Cette tête rapportée s'inscrit parfaitement dans le prolongement de son corps. Elle en cache d'autres, célèbres ou anonymes, qu'il va progressivement révéler en arrachant l'image du dessus, comme on feuillette un calendrier.

Avec une lenteur hypnotique, David Mambouch  accompagne – ou précède, difficile de savoir – ces transformations successives en métamorphosant son propre corps. D'une inclinaison du buste, il devient femme, d'un haussement d'épaule ou de la torsion d'un bras, il passe de la jeunesse à la vieillesse, du défi à la peur. Accrochées à des patères, quelques vêtements habillent ce long processus de construction et de déconstruction d'identités. "Qui suis-je et qui êtes-vous", semble nous demander "Singspiele". Il n'y a pas de réponse simple, on s'en doute.

Avec "BiT", Maguy Marin change radicalement d'atmosphère et de références. Dans un décor constitué de grands plans inclinés, six danseurs, trois hommes et trois femmes, entament rondes et farandoles endiablées sur fond de bande-son techno. IIs se perdent, se retrouvent, s'entraident ou s'agressent, glissent, s'effondrent ou se jettent dans le vide créant des sortes de tableaux animés dont l'esthétique évoque par moments Zurbaran ou Goya.

Interrogeant le rythme, dans sa fluidité et ses ruptures, ce spectacle s'éloigne toutefois par moments de sa dynamique première pour devenir plus narratif, voire réaliste quand il s'agit d'évoquer la séduction, le sexe ou le viol. Pourquoi ce besoin soudain de raconter une histoire? Ce clin d'œil au réel, voire au quotidien est-il vraiment nécessaire? Des questions auxquelles, cette fois-ci, on aurait bien aimé que le spectacle nous réponde.  

 

"Singspiele" et "BiT" de Maguy Marin. Lausanne. Théâtre de Vidy-Lausanne. Jusqu'au 24 avril.

 

Mireille Descombes

Mireille Descombes

Scènes et mises en scène: le roman policier, l'architecture et la ville, le théâtre. Passionnée de roman policier, Mireille Descombes est journaliste culturelle indépendante, critique d'art, d'architecture et de théâtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *