Monsieur Prémonitoire

Les Mystères de Genève III

https://chartedefontevraultprovidentialisme.files.wordpress.com/2018/02/5120010-c0908a4philippulus.jpg

Hergé, L’étoile mystérieuse, 1942 (Prophète Philippulus), © Moulinsart.

Parfois, au grand carrefour, près des ponts qui enjambent le Rhône, proche des palais bancaires, à la nuit bien tombée, Monsieur Préminitoire tient salon. En pleine rue… murmure fluvial.

«Voulez-vous savoir ce que je sais»? assène-t-il aux noctambules abasourdis, un instant figés dans la suffisance des nantis.

Un instant, un instant seulement Monsieur, les badauds s’agglutinent.

Quelle drôle de dégaine que celle de Monsieur Prémonitoire, filiforme, trop haut pour son coupe-vent râpé, avec son bonnet tibétain et son sac à dos militaire ruiné comme la défaite.

Barbe tailladée, face émaciée, yeux clairs mais exorbités, mains tendues aux ongles endeuillés qui assignent à l’écoute.

Comment peut-il encore sillonner la ville, Monsieur Prémonitoire, avec ses Pataugas laminés et ficelés d’où déborde son pantalon treillis?

À cet étrange prophète, il ne manque que la clochette de l’Apocalypse. Voire la trompette ou le gong du Jugement dernier.

Un terrible oracle de la dèche que Monsieur Prémonitoire.

«Voulez-vous savoir ce que je sais»?

Que sait-il vraiment?

Pour quelques pièces de monnaie, le prophète s’enflamme: «Je vais vous dire le vérité!»

La voix gronde, intarissable, rauque : « Venez!»

Tout y passe. Il n’ignore rien du mal pandémique qui épuise la planète et mène au gouffre.

«La colère noire du bon dieu nous frappe!» annonce et répète Monsieur Prémonitoire, l’index combattif, l’œil enflammé, tournoyant sur lui-même.

«CORONA, l’bon dieu y venge la nature. Oui, la nature. Trop de bombes, trop de guerres, trop de pollution, trop de bagnoles, trop de pauvres. Pas assez de silence! Les chauves-souris sont innocentes!»

Monsieur Prémonitoire s’embrase. Il plaint les chiens, les montagnes, les rivières, les arbres et les humains.

«Eh les malheureux enfants dans tout ça ?»: sanglote-t-il Monsieur Prémonitoire?

Il accuse les «politiciens», les «savants» et les «médecins» de cacher la «cause du virus».

L’État, la police et les ambulances sont complices! Pas vrai? Une vraie conspiration silencieuse des «présidents» et des «journalistes».

Le «sconfinement(!)» est la punition bien méritée. Le «sconfinement c’est notre premier châtiment», martèle Monsieur Prémonitoire.

«Il y en aura beaucoup d’autres… beaucoup d’autres…. Vous verrez, les vaccins n’y feront rien! Le virus, le virus, c’est un monstre qui se lève. Chaque jour, il change de forme! Il change de visage! Il approche. Je le sais… vous verrez. Nous sommes punis!»

Monsieur Prémonitoire ne désarme pas. Au contraire. Il insiste.

Il tremble:« Voulez-vous savoir ce que je sais? La guerre est perdue ! Et tous ces morts, ils vont-où?»

Apitoyés, hautains, les curieux s’égaient dans la ville assoupie.

Plus éveillé que jamais, face à lui-même, lucide ou aveuglé, Monsieur Prémonitoire poursuit le soliloque nocturne du cataclysme.

CORONA et complot y font bon ménage. Le sconfinement ne fait que commencer. La fin des temps approche.

Châtiment et expiation!

La Bête avance insatiable.

Mais il est tard Monsieur, il faut que je rentre chez moi.

Infiniment lentement, la nuit semble grignoter puis avaler l’oracle du ruisseau.

À moins qu’il ne disparaisse dans sa part d’ombre.

Voire la nôtre!

Michel Porret

Professeur ordinaire puis honoraire (UNIGE), Michel Porret préside les Rencontres Internationales de Genève. D’abord libraire, il obtient sa maturité classique au Collège du soir avant un doctorat en histoire avec Bronislaw Baczko. Directeur de Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir et des collections L’Équinoxe et Achevé d’imprimer (GEORG), il travaille sur la justice, les Lumières, l’utopie, la bande dessinée. Parmi 300 publications, dernier livre : Le sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants en mai 1885 à Genève, 2019. L'actualité nourrit son lien comparatiste au passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *