Trois d’un coup !

Lubrique ? Non, pratique ! En ce début d'année, il m'est venu une idée qui pourrait résoudre (partiellement) trois problèmes à la fois: le chômage des jeunes Suisses, les migrants et l'inactivité des seniors.

Contrairement aux réfugiés (personnes exposées à de sérieux préjudices en raison de leur race, de leur religion, de leur nationalité, de leurs opinions politiques ou de leur appartenance dans leur pays d’origine), les migrants sont des personnes qui se déplacent volontairement dans un autre pays pour des raisons essentiellement économiques. Ainsi, si tout réfugié est un migrant, les migrants ne sont pas tous des réfugiés.

Si la Suisse a une tradition d'accueil des réfugiés, il est autrement des migrants, à qui nous souhaitons tout le bien du monde, mais de préférence ailleurs. C'est d'ailleurs le cas de quasi tous nos voisins européens…

Pourquoi donc ne pas faire en sorte que les migrants aient moins envie de migrer ? Il suffirait peut-être de leur offrir les moyens d'une vie décente et d'un revenu suffisant dans leur propre pays ! 1er point à l'ordre du jour: fermons nos frontières aux requérants purement économiques (généralement des hommes, qui acceptent n'importe quel travail pour pouvoir envoyer quelques sous à leurs famille restées au pays). Point 2, proposons chaque année une alternative à quelques milliers d'entre eux. Disons-leur "ne cherchez même pas à venir en Suisse: la porte sera close. Restez chez vous et nous vous aiderons à y vivre décemment".

Comment ? "En vous mettant à disposition, dans votre ville ou village, une jeune personne Suisse, ayant terminé sa formation, mais sans travail et ce, pendant 18 mois. Cette personne, qui sera salariée par la Confédération, bénéficiera du soutien actif d'un mentor (un/e retraité/e), examinera avec vous et son mentor le type de commerce ou de petite entreprise que vous pourriez créer, vous aidera à la réalisation et au suivi et disposera pour ce faire d'un budget pouvant aller jusqu'à CHF 20.000".

"Mouais, c'est n'importe quoi, me direz-vous. Comme si on avait les moyens de ce genre de truc alors que tant de gens vivent dans la précarité en Suisse". C'est juste, mais, la triste situation dans laquelle se trouvent tant de nos compatriotes n'empêchera pas la Confédération et les cantons de dépenser quelque 2,4 milliards de francs en 2017 pour les demandeurs d'asile, réfugiés et migrants. En changeant de paradigme, il devrait être possible de réduire ces dépenses, tout en réduisant le taux de chômage des moins de 24 ans, qui atteint 8,3 % ! De plus, ce projet impliquerait des retraités dont nombre ont des compétences inutilisées et pas grand-chose à faire.

Une folie financière ? Pas vraiment. Imaginons que nous décidions d'offrir cette opportunité à 5.000 personnes par année. Cela permettrait à 5.000 jeunes Suisses de disposer d'un emploi salarié, couplé à une superbe expérience à l'étranger pour 18 mois. Sans compter un mentoring passionnant pour 2.500 retraités (chacun s'occupant de deux projets).

Le coût ? Voyons cela de plus près: 5.000 jeunes gens, payés 3.000 francs par mois pendant 18 mois, cela fait 270 millions de francs. Auxquels on ajoute une allocation de 500 francs par mois pour 2.500 retraités, soit 22,5 millions de plus. Comptons encore deux aller-retour par année pour les jeunes gens et un pour le/la retraité, soit 18 millions de francs. Enfin, la création de 5.000 petites entreprises, même avec le budget maximum de 20.000 francs par entreprise, coûterait 100 millions de francs. Rajoutons 200 fonctionnaires chargés de trier parmi les demandes et d'engager les jeunes gens et seniors intéressés et on arrive à un total de 440 millions de francs sur 18 mois, le prix de trois avions de combat…

Bien sûr, tout cela devrait être affiné. Le coût réel mérite d'être mieux calculé, mais en réalité, il devrait être inférieur, ne serait-ce parce que les jeunes gens engagés ne seraient plus au bénéfice d'allocations chômage et que le budget "réfugiés et migrants" de la Confédération pourrait être réduit. En continuons de rêver, en imaginant par exemple que d'autres pays d'Europe fassent de même…

Michael Wyler

Michael Wyler

Heureux retraité, Michael Wyler est un ex. Ex avocat, ex directeur de feu le Groupe Swissair en Chine et ex dircom. Au passé comme au présent, journaliste, chroniqueur, père de Jonathan et Julie, dont il est fier, tout autant qu'il l'est de son épouse Cécile, hypnothérapeute, enseignante en hypnose et PNL, auteur et conférencière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *