Le rejet de tes rêves

Steve_A_Johnson

Le rejet intervient à de nombreux niveaux – professionnels, relationnels, dans un couple, avec des amis, ou même lors d’une rencontre avec des personnes inconnues. Plutôt désagréables, voire parfois vraiment douloureux, ces moments peuvent s’avérer décourageants. S’ils viennent toucher un point sensible, ils constituent une étape que tout le monde traverse à plusieurs reprises. Autant s’armer pour les confronter au mieux lorsqu’ils surviennent. Voici quelques pistes pour les transformer en opportunités.

Minkesita
  1. L’acceptation
    S’il s’agit d’un rejet qui fait vraiment mal, autant le reconnaître et l’accepter. Les épreuves difficiles sont d’autant plus douloureuses lorsqu’on essaie de nier ce qu’on ressent. Peut-être as-tu besoin de faire une pause, de prendre soin de toi quelques temps ou de t’offrir un moment de qualité avec tes proches pour traverser cette épreuve. Quelle que soit ta recette favorite pour panser tes plaies, applique-la, tout en gardant en tête que cette tristesse est normale et temporaire.
  2. La protection
    Sasint

    Vient ensuite le temps de rationnaliser : ce rejet n’est pas personnel. On ne te dit pas non à toi, mais bel et bien à ce que tu proposes, parce que cela ne correspond pas à ce que l’autre recherche ou désire. S’il est bien de constater que tu es triste que la situation n’évolue pas comme tu le désires, fais attention à ne pas remettre en question ton identité ni à te dévaloriser à cause de ce qui est arrivé.

    Pexels
  3. L’approbation
    Comme le dit le Dalaï Lama : « Rappelez-vous que le fait de ne pas obtenir ce que vous désirez est parfois un merveilleux coup de chance. » Et il a raison. Est-ce que cela t’est déjà arrivé, après des années, de réaliser que tel ou tel rejet t’a permis d’obtenir quelque chose de beaucoup mieux ? Un entretien d’embauche raté t’ouvre les portes vers un travail plus intéressant ; une rupture te permet de rencontrer la bonne personne ; l’appartement de tes rêves te passe entre les mains pour que tu découvres ensuite un lieu de vie qui te correspond beaucoup mieux. Bref, après tant de temps, tu as ressenti de la gratitude vis-à-vis de tes échecs. Pourquoi ne pas commencer à cultiver de la reconnaissance dès aujourd’hui pour toutes les belles opportunités que ton rejet vient de t’ouvrir ? Aie confiance en la vie, il y a toujours d’autres routes à prendre. 
  4. L’orientation
    Ghinzo

    Peut-être est-ce aussi l’occasion de te questionner sur ce que tu recherches vraiment. Ton idée n’a pas correspondu à celle qu’avait la personne en face de toi. Mais correspond-elle à la personne que tu es ? Si la réponse est positive, alors passe directement à l’étape suivante. Sinon, veille à évaluer si tu es à la poursuite du bon trésor. Cette aventure correspond-elle à tes valeurs ? Qu’est-ce qu’elle va t’apporter ? En quoi est-elle importante pour toi ? Qu’est-ce qui te correspondrait encore mieux ? On a parfois des surprises en répondant à ces questions. Autant t’assurer que ta boussole est bien réglée avant de continuer ton chemin !

    Tama66
  5. L’évolution
    Maintenant que tu as bien défini ce que tu souhaites obtenir, le moment est venu d’analyser ton rejet avec sang-froid. En quoi ta proposition n’a-t-elle pas convenu à l’autre ? Que pourrais-tu améliorer dans ta façon de la présenter, comment peux-tu l’adapter à la personne en face, qu’est-ce qui fait que ton offre sera plus intéressante que les autres, et en quoi va-t-elle être intéressante ? Prendre le point de vue de la personne à qui tu fais une proposition te fera découvrir de nombreuses choses, qui te permettront d’améliorer tes prochaines tentatives.
  6. La répétition
    Silviarita

    Tous les domaines de ta vie peuvent te mener à des rejets. Chacun d’entre eux te permet de passer par toutes les étapes que tu viens de lire. Et tu sais quoi ? Tant mieux.
    Derrière chaque victoire se cachent de nombreux échecs. Phrase très clichée, j’en conviendrai bien, mais il s’avère qu’elle est aussi vraie. On apprend très peu de choses en obtenant tout ce qu’on veut tout de suite, même si ça fait du bien à l’égo. Par contre, les grosses déceptions ont l’avantage de t’inciter à remettre en question tes stratégies. Et c’est là que la magie opère: tu observes, tu analyses, tu comprends, tu apprends, tu avances. À chaque rejet, tu gagnes un niveau. La victoire se trouve au-dessus de tous les échecs. Donc concrètement, en te plantant complètement, tu viens de monter d’un cran et de te rapprocher de ton but. Continue d’essayer!

Enfin, si tu ressens de la honte vis-à-vis de ton rejet, laisse-moi t’offrir une autre perspective de la situation. L’échec te permet de rebondir. Le vrai problème, ce serait que tu arrêtes de progresser, que tu abandonnes ce qui te tient à cœur ou que tu laisses cette étape difficile définir la personne que tu es. Tant que tu continues d’essayer, tu peux ressentir de la fierté pour ton courage et ta persévérance. Ce sont ces qualités, bien plus que toutes les expériences que tu traverses, qui te permettent d’avancer.

Jplenio

Marion Marchetti

Marion Marchetti aide les personnes hypersensibles à apprécier leur différence pour en faire une alliée. À côté de ses accompagnements, elle partage ses réflexions au sujet du développement personnel dans ses articles.

2 réponses à “Le rejet de tes rêves

  1. Convoquons le vocabulaire pour dévier honteusement de votre sujet: rejet (par les évênements, par la nature, par les choses autant que par des humains) échec, défaite, guerre, impuissance, isolation, grande solitude. Tout cela nous renvoie à notre petite condition humaine. Alors la réaction la plus fréquente est la colère, la vengeance, l’agressivité. Et c’est là que la psychologue… et la femme montrent le gros bout de leur nez. Comment éviter que les problèmes se traitent par la violence, la terre brûlée, l’irréparable, les dommages disproportionnés? Comment placer le combat sur le terrain de la non-violence pour qu’il n’y ait pas deux vaincus? Alors, retrouver la force en soi? lutter contre soi-même? s’auto-contrôler? l’introspection? “Si tu as échoué, recommence” (hum?). Question encore plus horrible: cette auto-flagellation est-elle la vraie solution? Ne vaut-il pas mieux pour le roi taper sur le matelas, épuiser ses forces, sa crispation musculaire… ou pire? Et nous revoilà face au problème millénaire: notre violence. Vous combattez de toutes vos forces pour apporter votre pierre au schmilblic. Merci pour votre réflexion et vos approfondissements et on ne peut que vous admirer pour cela. Mais ce que vous proposez n’est à la portée que d’une fraction de l’humanité, je le crains. Une recette pour les «happy few»? Vous en êtes, sans l’ombre d’un doute, consciente. Je suis triste de vous causer de la peine mais le pacifisme n’est pas toujours la solution (demandez aux guerriers américains). Existe-t-il une répression efficace? Quel châtiment est positif et constructif? Dans l’espoir de ne pas vous causer trop de peine, je vous souhaite tout le bonheur du monde.
    PS : votre photo de forêt est fabuleusement adaptée au sujet: image des choses cachées et terrifiantes de l’inconscient, mystère menaçant! Bon, j’arrête de dévier!

Répondre à martin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *