Au-delà des résolutions

Image: StockSnap

L’épreuve des repas copieux et des cadeaux parfaits achevée, ton corps se remet tant bien que mal de cette première manche. Ton mental se prépare gentiment à passer le cap de la nouvelle année, avec son lot de questions organisationnelles – comment passer cette soirée obligatoirement mythique ? – et un défi de taille pointant son nez : les résolutions.

Tu gardes un vague souvenir des anciennes, peut-être les as-tu notées quelque part. La plupart du temps, il ne fait pas bon comparer la situation actuelle à tes désirs de l’année passée – faire du sport régulièrement ou adopter une alimentation saine et équilibrée – les bruits émis par ton estomac traumatisé te ramènent cruellement à la réalité. L’occasion de prendre d’autres résolutions ? Non ! Le moment est venu d’arrêter de flageller ton estime et ta confiance avec des buts inatteignables : cette année, ne prends pas de résolutions, fixe-toi des objectifs.

Mais où est la différence ? questionne ton haussement de sourcil à la lecture de ces lignes. Alors que la résolution se limite à de bonnes intentions difficilement applicables, un objectif bien défini te motive à te dépasser. Rien de mieux, pour être efficace, que les bons vieux moyens mnémotechniques : cette année, soyons SMART !

S comme spécifique et M comme mesurable : « manger sainement » ou « adopter une alimentation équilibrée » peut motiver de nouvelles habitudes de consommation un certain temps, mais risque de passer à la trappe dès que ta vie reprendra un rythme soutenu. Et pour cause : c’est très flou. Comment sauras-tu que tu as atteint ton objectif ? Autrement dit, que signifie « manger sainement » pour toi ? Il peut s’agir de diminuer ta consommation de viande à une fois par semaine, d’augmenter le nombre de fruits et légumes à trois par jour, ou encore de renoncer aux fast foods – chaque personne aura une réponse différente. Fixe-toi un but précis, cela te motivera d’autant plus et te permettra d’affirmer avec confiance que tu l’as atteint.

A comme approprié : cet objectif correspond-il à tes valeurs ? Si faire de nouvelles rencontres te tient particulièrement à cœur, l’idée de sortir danser tous les week-ends alors que tu es plutôt du genre introverti risque d’entrer en contradiction avec ta nature profonde. Ton objectif doit te faire vibrer, être aligné avec tes aspirations. Si ce n’est pas le cas, pas de panique : reviens à la première étape et trouve un critère de mesure qui te correspond davantage. Par exemple, rentrer dans une association dédiée à l’un de tes centres d’intérêts te sera plus utile. Tu y rencontreras des gens avec qui tu partages déjà une passion, ce qui facilitera le contact.

R comme réaliste : prends le temps d’examiner ton objectif à froid. Faire du sport quatre fois par semaines en plus d’un travail à plein temps, de ta relation amoureuse et de tes deux associations ? Tu as le mérite de l’ambition, mais ton enthousiasme débordant peut encore mieux te servir : engage-le dans une réflexion qui te permet de définir un équilibre à long terme. Si tu mets la barre un peu moins haut, tu augmentes tes probabilités d’atteindre ton objectif, ce qui améliore aussi ton estime et ta confiance au fil de l’année.

« La différence entre un rêve et un projet, c’est une date » disait Walt Disney. Ce qui nous amène au dernier point : T comme le temps. Envie de faire plus de sorties dans la nature ? « Organiser une randonnée/des raquettes une fois par semaine » est un très bel objectif, que tu ne réaliseras pas forcément dès le mois de janvier. Et c’est normal : cela prend du temps d’adopter de nouvelles habitudes. Tu commenceras peut-être par une promenade par mois, ce qui est déjà un progrès. Quel délai fixes-tu pour adopter la fréquence hebdomadaire ? Cela peut correspondre à ton anniversaire, à tes prochaines vacances ou à la fin du mois de septembre – à toi de mesurer ce qui te paraît jouable.

En pensant SMART, tu augmentes les probabilités de réaliser tes désirs, ce qui te donne également plus de motivation pour te fixer d’autres buts et les atteindre. En somme, un excellent moyen de bien commencer l’année. J’en profite donc pour te souhaiter une année 2020 remplie d’objectifs motivants et réalisables !

Quels sont tes objectifs pour 2020 ?

Marion Marchetti

Marion Marchetti

Marion Marchetti aide les personnes hypersensibles à apprécier leur différence pour en faire une alliée. À côté de ses accompagnements, elle partage ses réflexions au sujet du développement personnel dans ses articles.

2 réponses à “Au-delà des résolutions

  1. N’oublions pas que la planification, c’est remplacer le hasard par l’erreur 😉
    J’ai dit à mon médecin que quand j’étais enfant, les parents et l’école me disaient quoi faire (et plus autoritairement qu’aujourd’hui); devenu adulte, c’est mes chefs qui ont pris la relève. Maintenant que je suis à la retraite, ça serait le médecin qui me prendrait en main ? Réponse non ! Ce qui ne veut pas dire faire n’importe quoi, mais ne pas s’accabler d’objectifs comme si j’étais encore au boulot.

    1. Madame Marion Marchetti a toute la vie devant elle, nous une dernière que nous ne voudrions pas manquer. Quand une jeune personne qui fume me dit : « Oh il faut bien mourir de quelque chose », je prends la peine de répondre : « Oui, mais si possible en bonne santé jusque-là ». Si c’est une personne de mon âge qui tient le même propos, je choisis de me taire. Pourquoi ?.. Mais parce que nous ne sommes plus à l’âge de craindre un coup de foudre : Si c’est celui du bonheur, ce ne sera pas pour toute la vie, nous l’avons déjà eue presque en entier. Et si c’est la foudre un soir d’orage, oui c’est dommage de n’avoir pas eu le temps de profiter de son AVS et son deuxième pilier, dommage aussi si on avait encore des rêves, des projets… Alors le médecin dont vous parlez, il veut parfois bien faire pour nous accabler d’objectifs qui ne font pas rire, comme mon ancien généraliste qui m’a énuméré toutes les tristes et douloureuses maladies qui peuvent se révéler chez le Senior fumeur encore vivant, et a conclu : « C’est cela que vous voulez pour le dessert ?.. » J’en ai retiré cette pensée : « Mieux vaut manquer le dessert que d’en manger un horrible… » Mais cette alternative n’est qu’un souhait, pas une solution : On ne quitte pas aussi simplement la vie que la table. Le médecin qui m’a « accablé » m’a d’une certaine manière simplement demandé si je me réjouissais de manger un dessert pourri. Et malgré son grand âge proche du mien, il a réussi à être très SMART… (Le Robert : Smart, adj. / vieilli : Élégant, chic, classe, sélect).

Répondre à Dominic Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *