L’édition suisse revisitée par Paulette

Paulette éditrice combine une originalité littéraire, une diversité de genres, un rapport aux lecteurs privilégié et un système éditorial respectueux de l’environnement. Quelle est la recette d’un tel équilibre ?

Noémi Schaub et Guy Chevalley, co-directeur-trice-s de Paulette éditrice

Ce ne sont ni des livres, ni des romans, ni des nouvelles, mais bel et bien des « pives » que Paulette éditrice publie régulièrement depuis bientôt trois ans. À l’image de la pomme de pin, ces fictions courtes de huitante pages s’avèrent à la fois mignonnes et piquantes. Au-delà de la qualité de ses œuvres, la maison d’édition a su trouver un format qui lui est propre, non seulement dans la dénomination de ses publications, mais également au niveau de son système d’impression et de distribution unique en son genre.

Impression adaptée aux lecteur-trice-s
Première originalité qui la démarque dans le paysage éditorial dense de la Suisse Romande, son fonctionnement d’abonnement qui permet de lutter contre la consommation inutile de ressources : « Nous voulons éviter le sur-tirage de la chaîne du livre habituelle, dans laquelle beaucoup d’ouvrages sont imprimés pour répondre à la demande initiale ; ce qui implique un grand nombre d’exemplaires restants qui finissent leur vie au pilon », explique Guy Chevalley, codirecteur de la maison d’édition. Paulette adapte les impressions à la demande des lecteur-trice-s qui se sont inscrit-e-s en leur envoyant, selon leur désir, trois ou six pives par année. Ils et elles se laissent alors séduire par des œuvres qui n’auraient pas forcément attiré leur attention dans le contexte de vente classique d’une librairie, mais que ce système de distribution permet de découvrir avec gourmandise. À cette diversité généreusement offerte aux abonné-e-s s’ajoute une dimension locale dans la production des pives qu’ils reçoivent.

La Suisse omniprésente
L’helvétisme sciemment adopté pour désigner les ouvrages de Paulette se réfère non seulement aux nombreux auteurs romands publiés (Matthieu Ruf, Julie Guinand, Bruno Pellegrino, Jeanne Perrin, Elodie Glerum, Céline Zufferey, etc.) mais également à la matérialisation des exemplaires tous imprimés en Suisse « par soucis de responsabilité environnementale et afin d’encourager une économie locale », précise le codirecteur. Bien qu’une impression à l’étranger pourrait réduire ses coûts entre quatre et cinq fois, Paulette relève courageusement le défi, sans que les enjeux ne soient forcément clairs pour tou-te-s les abonné-e-s, comme le précise Noémi Schaub, codirectrice du projet : « Il y a une tendance vers de plus en plus de conscience vis-à-vis de l’alimentation, mais on sensibilise beaucoup moins les gens par rapport à la culture. » La majorité des lecteur-trice-s est donc plutôt séduite par d’autres aspects du projet, dont la qualité de sa ligne éditoriale. En témoignent Les hôtes, le tout premier recueil de poésie que la maison d’édition va prochainement publier.

Le lac Léman différemment

Dans cette nouvelle pive, Anne-Sophie Subilia nous emmène au cœur de sa longue expérience de méditation, de réflexion et d’observation effectuée au bord du lac, qu’elle a délicatement coloré de son imagination. La forme précise, à la fois simple et très travaillée de ses vers, alliée à l’empathie et la fascination qu’elle consacre aux figures qu’elle décrit, confèrent au texte une humanité saisissante. Des destins individuels, qui pourtant parlent à tout-e lecteur-trice, se mêlent à celui du visage si présent dans l’imaginaire collectif romand du lac Léman. L’auteure aura su capturer l’authenticité de l’étendue bleue, permettant aux timides de la trempette lacustre de se plonger dans ses poèmes. « Elle-même déclare qu’elle n’a probablement pas fini de régler tout ce qu’elle a à dire sur le lac » rajoute Guy Chevalley. Une très belle lecture à découvrir le 30 septembre, lors du vernissage. L’occasion de faire la connaissance d’une œuvre touchante et d’un projet éditorial qui cultive, dans toute sa concrétisation, un rapport au livre très poétique.


Évènements
26 septembre : Greta Gratos inaugurera Poésie en Ville avec la lecture de sa pive Lina à 19 heures à la Bibliothèque de la Cité (Genève)
30 septembre : Anne-Sophie Subilia vernira Les hôtes en lecture à 10 heures aux Bains des Pâquis (Genève)

En savoir plus
http://www.paulette-editrice.ch/

Marion Marchetti

Marion Marchetti

Marion Marchetti est étudiante, enseignante, et traductrice. Elle écrit sur divers thèmes qui la marquent au quotidien : écologie, questions de genre, mode de vie, consommation bio et locale. Vivant actuellement à Lausanne, elle souhaite partager les découvertes régionales qui lui permettent de se rapprocher autant que possible d’un mode de vie sain et éthique.

Une réponse à “L’édition suisse revisitée par Paulette

  1. Quel bel article! Cela donne envie de se lancer dans la cueillette de pives! J’ignorais en effet que l’impression a lieu en Suisse; une raison de plus de se laisser tenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *