Transition écologique : Don’t panic – be happy.

Les limites écologiques sont franchies

Le constat est clair.

  • Nous consommons davantage de ressources que la terre n’en produit.
  • Nous avons modifié le climat à des degrés et une vitesse comme nous ne les avons jamais connus.
  • La biodiversité est en chute libre.

Ainsi nous avons dépassé la limite de l’exploitation du capital naturel renouvelable, avons mis en danger la base de notre civilisation, et mis en branle des processus systémiques dont nous ne connaissons encore ni l’ampleur ni les conséquences exactes. Pire encore, nous réalisons que nous en avons perdu le contrôle.

Quid de la pérennité de notre système économique ?

Une autre question brûlante se pose en parallèle : comment évoluera notre système économique – dont nous dépendons aujourd’hui totalement (y compris et en particulier nos instruments de politique sociale) – dans un contexte ou la biocapacité de la planète, c’est-à-dire la capacité à se renouveler et à absorber nos déchets, est non seulement dépassée, mais diminue, alors que notre empreinte écologique augmente encore de manière exponentielle.

 

Si vous avez 30 minutes à perdre pour mieux comprendre le lien entre empreinte écologique, biocapacité de la terre et croissance économique, je vous conseille l’excellente vidéo « Effondrement : seul scénario réaliste ? » réalisée par Arthur Keller (spoiler : non, ce n’est pas le seul scénario).

Le ralentissement économique, si l’on peut débattre de son inéluctabilité, est probable, et au minimum possible (notamment pour beaucoup d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec de l’écologie).

Or pour beaucoup d’entre nous, notre bonheur est directement lié à la conjoncture économique, que ce soit parce qu’elle ne nous permet pas un pouvoir d’achat suffisant pour vivre décemment (à l’instar des gilets jaunes), ou sous forme de la surabondance dont notre société de consommation dépend (à qui l’on a réussi à faire croire que son bonheur s’achetait).

Plus grave encore, notre système de retraite par exemple, est complètement dépendant d’une croissance économique régulière, à tel point que les caisses de pension nous vendent aujourd’hui des plans financiers basés sur une rentabilité totalement irréaliste de 6% à long terme sur le capital (le comble étant que même la gauche se disant « anticapitaliste » contribue à ce système de croissance continue, à travers son combat annuel pour l’augmentation systématique des salaires).

 

Un double défi écologique et social

Nous avons donc un double défi : d’une part découpler au maximum notre économie de son empreinte écologique, et d’autre part découpler notre qualité de vie de la croissance économique. Aucun de ces deux défis ne peut être gagné sans que l’autre ne le soit, et ensemble ils doivent nous permettre de ne pas piller entièrement notre planète, tout en redonnant des perspectives à nos enfants (la notion de générations futures est redevenue aujourd’hui secondaire).

Si nous ne prenons pas ces deux défis à bras le corps, le système complexe terre – humanité se rééquilibrera finalement de lui-même, mais dans une violence à laquelle seront confrontée nos enfants, si ce n’est nous. Plus tard, les « générations futures » auront alors appris de cette catastrophe, et sauront reconstruire de nouvelles perspectives ; j’ai assez confiance dans la créativité et la robustesse des hommes et des femmes qui auront passé là à travers, de la même façon que les baby-boomers ont su reconstruire un nouveau monde après la secone guerre mondiale ou autres catastrophes passées.

Bref, nous devons faire le deuil du mythe d’une part des ressources illimitées à notre disposition qu’il nous suffit de cueillir avec des techniques de plus en plus sophistiquées, et d’autre part celui de la croissance infinie et concomitante du PIB, des ressources à disposition de chacun et du bonheur, à commencer par le salaire.

 

Oser réinventer de nouveaux modèles

Certains nient ou relativisent la réalité des faits évoqués, qui souvent heurtent leurs convictions entretenues durant des décennies de manière quasiment pavlovienne, d’autres se satisfont d’exprimer leur colère face aux dégradations qu’ils constatent ; les suivants tentent de trouver une parade à la réalité en imaginant des solutions technologiques miracles, d’autres encore paniquent ou se sentent impuissants et broient du noir plus ou moins silencieusement.

Or les êtres humains ne sont jamais aussi inventifs que lorsque la situation paraît inextricable, lorsqu’ils ont le droit, voir le devoir de penser de manière complètement nouvelle. Et si nous prenions simplement acte de la situation, et imaginions des projets entrepreneuriaux, des politiques et des comportements à même de donner un sens à notre vie ?

Nous avons la chance d’avoir devant nous un terrain libre où nous pouvons inventer, développer, essayer, échouer aussi, comme l’avait eu les pionniers des générations précédentes.

Nous devons réapprendre à trouver notre bonheur dans des activités peu consommatrices de ressources, redonner du sens au temps lent, marcher, contempler, échanger, jouer de la musique, partager. Des verbes si simples et qui ont perdu de leur valeur, car gratuits et à disposition de tous, mais gourmands en temps, ce bien qui redevient si précieux.

Nous devons trouver des modèles d’entreprendre qui valorisent la qualité plus que la quantité, et qui soignent et revalorisent le capital tant naturel qu’humain dont ils dépendent pour leur succès.

Nous devons trouver un moyen de subsister économiquement, sans être dépendants d’une croissance économique ininterrompue.

Ces approches existent et font de plus en plus d’émules, à l’exemple de l’approche de « l’économie circulaire ». Ce vendredi passé, le mouvement suisse pour une économie circulaire a d’ailleurs été lancé avec un énorme succès en Suisse romande, avec plus de 350 représentants de PME, associations de branches, politiciens et innovateurs. L’économie circulaire a pour but de refermer les cycles de matière, en réutilisant ses déchets qui deviennent ressources, en louant plutôt qu’en vendant, et en essayant de prolonger les durées de vie des objets aussi longtemps que possible.

Il s’agit de se concentrer sur une vision positive du changement, imaginer des visions qui nous font envie. A titre d’exemple, j’aime l’approche de Rob Hopkins et du Transition Network.

 

Le sens de la vie – et une nouvelle définition du progrès

Ainsi, plutôt que de nous lamenter devant la crise écologique et rejeter la responsabilité sur tel acteur économique ou politique, ou de hurler que la transition écologique met en péril l’économie, nous avons une chance unique de remettre du sens dans nos vies, en y contribuant chacune et chacun à notre échelle.

La panique est réservée à ceux qui n’ont pas les moyens d’agir. Or nous l’avons toutes et tous. Il n’est pas nécessaire de réussir à stopper le changement climatique, faire sa part pour le ralentir est déjà une perspective digne d’être mise en oeuvre. Nous avons le devoir de ne pas laisser paniquer notre jeunesse, et lui montrer que nous en premier, travaillons à de nouvelles perspectives.

Repensons notre lien avec le bonheur, imaginons de nouveaux projets entrepreneuriaux, faisons évoluer nos métiers, posons-nous des questions, formons-nous, imaginons de nouvelles politiques, de nouveaux mécanismes financiers et des comportements à même de donner un sens à notre action, dans un contexte où les idéologies de hier ne nous sont plus d’aucune aide. Certains d’entre nous s’y lanceront corps et âmes, d’autre iront pas à pas.

Le progrès ne sera alors plus ni économique, ni social ; il sera à nouveau, tout simplement, humain. Et ça, c’est une bonne nouvelle !