Transition écologique : Don’t panic – be happy.

Les limites écologiques sont franchies

Le constat est clair.

  • Nous consommons davantage de ressources que la terre n’en produit.
  • Nous avons modifié le climat à des degrés et une vitesse comme nous ne les avons jamais connus.
  • La biodiversité est en chute libre.

Ainsi nous avons dépassé la limite de l’exploitation du capital naturel renouvelable, avons mis en danger la base de notre civilisation, et mis en branle des processus systémiques dont nous ne connaissons encore ni l’ampleur ni les conséquences exactes. Pire encore, nous réalisons que nous en avons perdu le contrôle.

Quid de la pérennité de notre système économique ?

Une autre question brûlante se pose en parallèle : comment évoluera notre système économique – dont nous dépendons aujourd’hui totalement (y compris et en particulier nos instruments de politique sociale) – dans un contexte ou la biocapacité de la planète, c’est-à-dire la capacité à se renouveler et à absorber nos déchets, est non seulement dépassée, mais diminue, alors que notre empreinte écologique augmente encore de manière exponentielle.

 

Si vous avez 30 minutes à perdre pour mieux comprendre le lien entre empreinte écologique, biocapacité de la terre et croissance économique, je vous conseille l’excellente vidéo « Effondrement : seul scénario réaliste ? » réalisée par Arthur Keller (spoiler : non, ce n’est pas le seul scénario).

Le ralentissement économique, si l’on peut débattre de son inéluctabilité, est probable, et au minimum possible (notamment pour beaucoup d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec de l’écologie).

Or pour beaucoup d’entre nous, notre bonheur est directement lié à la conjoncture économique, que ce soit parce qu’elle ne nous permet pas un pouvoir d’achat suffisant pour vivre décemment (à l’instar des gilets jaunes), ou sous forme de la surabondance dont notre société de consommation dépend (à qui l’on a réussi à faire croire que son bonheur s’achetait).

Plus grave encore, notre système de retraite par exemple, est complètement dépendant d’une croissance économique régulière, à tel point que les caisses de pension nous vendent aujourd’hui des plans financiers basés sur une rentabilité totalement irréaliste de 6% à long terme sur le capital (le comble étant que même la gauche se disant « anticapitaliste » contribue à ce système de croissance continue, à travers son combat annuel pour l’augmentation systématique des salaires).

 

Un double défi écologique et social

Nous avons donc un double défi : d’une part découpler au maximum notre économie de son empreinte écologique, et d’autre part découpler notre qualité de vie de la croissance économique. Aucun de ces deux défis ne peut être gagné sans que l’autre ne le soit, et ensemble ils doivent nous permettre de ne pas piller entièrement notre planète, tout en redonnant des perspectives à nos enfants (la notion de générations futures est redevenue aujourd’hui secondaire).

Si nous ne prenons pas ces deux défis à bras le corps, le système complexe terre – humanité se rééquilibrera finalement de lui-même, mais dans une violence à laquelle seront confrontée nos enfants, si ce n’est nous. Plus tard, les « générations futures » auront alors appris de cette catastrophe, et sauront reconstruire de nouvelles perspectives ; j’ai assez confiance dans la créativité et la robustesse des hommes et des femmes qui auront passé là à travers, de la même façon que les baby-boomers ont su reconstruire un nouveau monde après la secone guerre mondiale ou autres catastrophes passées.

Bref, nous devons faire le deuil du mythe d’une part des ressources illimitées à notre disposition qu’il nous suffit de cueillir avec des techniques de plus en plus sophistiquées, et d’autre part celui de la croissance infinie et concomitante du PIB, des ressources à disposition de chacun et du bonheur, à commencer par le salaire.

 

Oser réinventer de nouveaux modèles

Certains nient ou relativisent la réalité des faits évoqués, qui souvent heurtent leurs convictions entretenues durant des décennies de manière quasiment pavlovienne, d’autres se satisfont d’exprimer leur colère face aux dégradations qu’ils constatent ; les suivants tentent de trouver une parade à la réalité en imaginant des solutions technologiques miracles, d’autres encore paniquent ou se sentent impuissants et broient du noir plus ou moins silencieusement.

Or les êtres humains ne sont jamais aussi inventifs que lorsque la situation paraît inextricable, lorsqu’ils ont le droit, voir le devoir de penser de manière complètement nouvelle. Et si nous prenions simplement acte de la situation, et imaginions des projets entrepreneuriaux, des politiques et des comportements à même de donner un sens à notre vie ?

Nous avons la chance d’avoir devant nous un terrain libre où nous pouvons inventer, développer, essayer, échouer aussi, comme l’avait eu les pionniers des générations précédentes.

Nous devons réapprendre à trouver notre bonheur dans des activités peu consommatrices de ressources, redonner du sens au temps lent, marcher, contempler, échanger, jouer de la musique, partager. Des verbes si simples et qui ont perdu de leur valeur, car gratuits et à disposition de tous, mais gourmands en temps, ce bien qui redevient si précieux.

Nous devons trouver des modèles d’entreprendre qui valorisent la qualité plus que la quantité, et qui soignent et revalorisent le capital tant naturel qu’humain dont ils dépendent pour leur succès.

Nous devons trouver un moyen de subsister économiquement, sans être dépendants d’une croissance économique ininterrompue.

Ces approches existent et font de plus en plus d’émules, à l’exemple de l’approche de « l’économie circulaire ». Ce vendredi passé, le mouvement suisse pour une économie circulaire a d’ailleurs été lancé avec un énorme succès en Suisse romande, avec plus de 350 représentants de PME, associations de branches, politiciens et innovateurs. L’économie circulaire a pour but de refermer les cycles de matière, en réutilisant ses déchets qui deviennent ressources, en louant plutôt qu’en vendant, et en essayant de prolonger les durées de vie des objets aussi longtemps que possible.

Il s’agit de se concentrer sur une vision positive du changement, imaginer des visions qui nous font envie. A titre d’exemple, j’aime l’approche de Rob Hopkins et du Transition Network.

 

Le sens de la vie – et une nouvelle définition du progrès

Ainsi, plutôt que de nous lamenter devant la crise écologique et rejeter la responsabilité sur tel acteur économique ou politique, ou de hurler que la transition écologique met en péril l’économie, nous avons une chance unique de remettre du sens dans nos vies, en y contribuant chacune et chacun à notre échelle.

La panique est réservée à ceux qui n’ont pas les moyens d’agir. Or nous l’avons toutes et tous. Il n’est pas nécessaire de réussir à stopper le changement climatique, faire sa part pour le ralentir est déjà une perspective digne d’être mise en oeuvre. Nous avons le devoir de ne pas laisser paniquer notre jeunesse, et lui montrer que nous en premier, travaillons à de nouvelles perspectives.

Repensons notre lien avec le bonheur, imaginons de nouveaux projets entrepreneuriaux, faisons évoluer nos métiers, posons-nous des questions, formons-nous, imaginons de nouvelles politiques, de nouveaux mécanismes financiers et des comportements à même de donner un sens à notre action, dans un contexte où les idéologies de hier ne nous sont plus d’aucune aide. Certains d’entre nous s’y lanceront corps et âmes, d’autre iront pas à pas.

Le progrès ne sera alors plus ni économique, ni social ; il sera à nouveau, tout simplement, humain. Et ça, c’est une bonne nouvelle !

 

Heureusement pour l’environnement, l’initiative pour des aliments équitables (Fairfood) n’est pas acceptée #CHVote

C’est un sentiment très désagréable que de voter contre une initiative dont on consacre une bonne partie de sa vie à atteindre les objectifs. C’est pourtant ce que j’ai fait ce matin. Paradoxalement, l’initiative risquait à long terme de saper les améliorations écologiques tant en Suisse qu’à l’étranger.

Ce 23 septembre 2018, le peuple suisse a voté sur l’initiative populaire « Pour des denrées alimentaires saines et produites dans des conditions équitables et écologiques (initiative pour des aliments équitables)», également appelée «initiative Fair Food».

Des objectifs qui vont dans le bon sens

Le site de la Confédération en résume bien les intentions :

« Le but de l’initiative est de développer l’offre en aliments produits dans le respect de l’environnement et des animaux, ainsi que dans des conditions de travail équitables. La Confédération devrait garantir le respect de ces conditions en ce qui concerne la production indigène. Des contrôles spécifiques devraient garantir que les aliments importés sont eux aussi produits en respectant ces conditions. L’initiative vise également à réduire l’impact du transport des denrées alimentaires sur l’environnement, à lutter contre le gaspillage alimentaire et à promouvoir les produits locaux et de saison. »

Là-dessus rien à redire ; il est essentiel que notre alimentation devienne plus écologique, plus respectueuse des animaux et plus respectueuse des conditions de travail.

Le dangereux couplage des standards suisses avec les exigences à l’importation

Le problème central figure à l’alinéa 2 du nouvel article 104 b proposé pour la Constitution :

La Constitution est modifiée comme suit:

Art. 104b Denrées alimentaires

1 La Confédération renforce l’offre de denrées alimentaires sûres, de bonne qualité et produites dans le respect de l’environnement, des ressources et des animaux, ainsi que dans des conditions de travail équitables. Elle fixe les exigences applicables à la production et à la transformation.

2 Elle fait en sorte que les produits agricoles importés utilisés comme denrées alimentaires répondent en règle générale au moins aux exigences de l’al.1; elle vise à atteindre cet objectif pour les denrées alimentaires ayant un degré de transformation plus élevé, les denrées alimentaires composées et les aliments pour animaux. Elle privilégie les produits importés issus du commerce équitable et d’exploitations paysannes cultivant le sol.

 

Beaucoup ont débattu sur la faisabilité d’imposer ces mêmes exigences à l’importation. Les initiants ont eux-mêmes argumenté qu’une certaine souplesse dans l’application serait nécessaire.

Le vrai problème est qu’en couplant les standards suisses et les exigences à l’importation dans la Constitution, nous aurions rendu les standards suisses encore plus difficiles à améliorer.

 

De nouvelles coalitions encore plus puissantes

Dans les dernières années, à chaque fois que les exigences environnementales dans la production devaient être augmentées, on se heurtait au front d’une partie des producteurs et de l’économie qui argumentait que cela renchérirait les produits, et que la concurrence étrangère en serait renforcée.

En exigeant des standards similaires pour les produits importés, nous aurions renforcé le front des opposants à toute amélioration des standards environnementaux avec la très puissante industrie de l’importation ; alors que ces derniers pouvaient voir d’un bon œil les produits suisses plus écologiques se positionner sur un autre segment de marché que leurs produits low cost , ils verront dorénavant chaque nouvelle exigence suisse comme une menace directe pour leur business. La façon dont ils ont contribué à faire capoter l’initiative dont il est question ici n’en est que le premier exemple.

Paradoxalement, en voulant améliorer les standards écologiques en Suisse et à l’étranger, cette initiative risquait de rendre toute amélioration en Suisse encore plus difficile, en alliant à long terme les opposants potentiels de l’industrie de l’import et de l’export.

Ce n’est pas le moment d’affaiblir la gouvernance internationale

Au niveau international, il n’existe aujourd’hui pas d’autre organisme que l’OMC où l’on puisse discuter du renforcement des questions environnementales dans le commerce. Ces discussions y ont d’ailleurs en cours aujourd’hui.

Or, sous les coups de boutoir de l’administration Trump et d’autres acteurs qui préfèrent imposer leurs vues plutôt que de soumettre le commerce à des règles multilatérales et auxquelles même les plus petits ont accès, l’OMC est aujourd’hui proche de la rupture.

Même si c’est pour une bonne cause (l’environnement), ce n’est pas le moment de saper aujourd’hui un système de régulation qui est le seul à même, à moyen terme, de soutenir les objectifs d’un commerce international plus équitable et plus respectueux de l’environnement. La Suisse ne peut pas unilatéralement imposer des critères à ses partenaires économiques, de la même manière que nous ne souhaitons pas que des états plus forts imposent leur propre conception de l’équité et de l’écologie dans le commerce alimentaire (quantité et OGMs).

D’un point de vue environnemental global, il me semble plus important que la Suisse contribue à mieux intégrer les enjeux écologiques dans le système de l’OMC, plutôt que de participer à affaiblir encore cette dernière en ancrant des restrictions unilatérales au commerce dans sa Constitution.

Nous pouvons aussi renforcer les exigences écologiques à l’importation au cas par cas, sans en faire un élément systématique ancré dans la Constitution.

Les leçons de tout cela

Le mérite de cette initiative a été de montrer à quel point la population suisse se préoccupe de la qualité écologique et sociale de ce qu’elle mange. Le plébiscite initial (78%) que l’on a pu voir à travers les premiers sondages du mois d’août montre bien que les objectifs des initiants sont partagés par la majorité de la population suisse. https://www.rts.ch/info/suisse/9778249-les-initiatives-sur-l-alimentation-seduisent-les-suisses-selon-un-sondage-ssr.html
Les opposants ont gagné sur les détails de la mise en oeuvre.

Une fois de plus, une initiative qui vise juste sur les objectifs, capote parce que les détails du texte ne sont pas aboutis. Si une discussion approfondie avait eu lieu dans un cadre plus large que celui des initiants avant de déposer le texte, des effets pervers involontaires auraient pu être décelé, des alliances possibles identifiées. Je reste convaincu de l’importance de séparer la phase d’étude préliminaire de la phase de décision pour une initiative (voir un vieux billet sur ce blog ).

 

Bref, Fairfood est morte, mais le message du mois d’août au législateur pour la politique agricole ainsi que pour renforcer les standards écologiques en Suisse est fort et clair. Au boulot !

Comment nous pouvons gagner le combat contre le changement climatique

Je suis de la génération « changement climatique »

Je suis de la génération X.
Je suis de la génération « changement climatique ».
Du moins, le croyais-je jusqu’à hier.

Durant mes études de géologie à la fin des années 90, j’ai compris le réchauffement climatique comme une évidence scientifique. Les règles de base de la physique ainsi que les avancées en matière de paléoclimatologie et de géochimie suffisaient déjà à ce que scientifiquement la théorie générale soit aussi solide que celle de la tectonique des plaques. Pour moi la question n’était plus que politique, sociologique et technique : comment sortir d’une civilisation basée sur la libération de carbone fossile ?

J’en ai fait en partie mon métier dès le début des années 2000, et suis aujourd’hui actif dans la formation continue et le conseil en environnement, en contact quotidien avec des acteurs de tous types qui travaillent à ce même objectif. Je me voyais jusqu’à hier dans un processus dont la dimension politique et institutionnelle se construisait patiemment, à mesure que la réalité du changement était de plus en plus visible et que le contexte et les moyens d’y faire face devenaient de plus en plus concrets : sensibilité de la population au sens large, développement des énergies renouvelables, programmes d’efficacité énergétique (paradoxalement, ce sont les limites du nucléaire, qui, après Fukushima, ont donné un coup d’accélérateur à la politique climatique, plutôt que les dangers liés à la consommation effrénée de carburants fossiles).

Bref, je participe à cette évolution, tout en regrettant que cela n’aille plus vite.

« Comment nous avons perdu le combat contre le changement climatique »

D’où ma surprise vendredi passé, lorsque je tombais sur l’excellent article de Catherine Frammery dans Le Temps : « Comment nous avons perdu le combat contre le changement climatique ».

Je découvrais la génération perdue d’avant 1989. Dans les années 80, scientifiques, politiques et industriels travaillaient de concert non pas pour débattre de la réalité du changement climatique, mais pour réfléchir aux mesures de lutte au niveau mondial. Jusqu’à cette réunion des ministres de l’environnement à Noordwijk en 1989, où le travail de sape conduit par Ronald Reagan et Georges Bush eut raison du processus politique. A partir de là, le changement climatique fut délégué aux scientifiques, en même temps que des moyens énormes furent mobilisés pour les décrédibiliser. L’incroyable déficit de connaissances sur le climat dans le Parlement suisse aujourd’hui montre à quel point cette désinformation est efficace encore aujourd’hui…

(Extrait) Donald Trump a des alliés en Suisse. En mars dernier, la ratification de l’Accord de Paris n’est pas allée de soi. Le Conseil national s’est longuement écharpé sur la question. Débat largement alimenté par les salves en provenance du camp UDC. A commencer par celles de Toni Brunner (SG), son ancien président, qui s’est demandé si on allait interdire aux vaches de «roter et de péter». Poursuivant sur cette lancée, Werner Salzmann (BE) a aussi interpellé les écologistes sur un éventuel remède pour modifier le système digestif des ruminants afin qu’ils émettent moins de méthane.

Andreas Glarner (AG) a rappelé la grande affaire des années 1980: la mort des forêts. «Une escroquerie! A cause de ça, on a limité la vitesse à 120 kilomètres sur nos autoroutes et on roule toujours à ce tempo!» Pour Christian Imark (SO), le dérèglement climatique n’est rien d’autre qu’un «fait alternatif». Raymond Clottu (NE) a lancé une autre idée: «Il faut aborder le problème là où il se trouve réellement, c’est-à-dire au niveau de l’accroissement de la population». Roger Köppel (ZH) a tenté de dédramatiser la situation: «Les températures étaient encore plus élevées au temps de l’Empire romain».

(Les climatosceptiques sont bien représentés au parlement suisse – Magalie Goumaz – Le Temps du 2 juin 2017)

(A noter que le terme malheureux de « climatosceptique » participe lui-même à cette désinformation. On n’est pas ici face à des climatosceptiques, mais bien face à des sceptiques face à la science.)

Comment nous pouvons gagner le combat contre le changement climatique

Une fois cet article lu (puis l’article “encyclopédique” initial publié par le “New York Times » : « Losing Earth: The Decade We Almost Stopped Climate Change »), ma première réaction était la déception face à cet échec à un moment où tout était encore possible. Puis vint l’étonnement que toute cette première partie de l’histoire ait été  effacé de la mémoire collective, et n’ait même jamais accédé à la mienne. Et puis, soudain, le sentiment qu’au contraire, le fait de connaître le début de cette histoire, rendait à nouveau tout possible: s’il y a quarante ans on avait été à deux doigts de mettre en place une vraie politique de lutte contre le changement climatique, c’est que c’était fondamentalement faisable ; aucune raison ne rend cela moins possible aujourd’hui qu’en 1989, bien au contraire. La lutte couronnée de succès contre le trou d’ozone en interdisant les chlorofluorocarbures (CFC) montre combien des actions internationales fortes et concertées peuvent avoir un impact.

Contrairement aux années 1980, nous disposons aujourd’hui d’une panoplie de moyens économiques, juridiques, technologiques et sociologiques pour mettre en oeuvre une politique de maîtrise de la libération de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et donc de limitation du réchauffement climatique (en effet nous avons perdu trop de temps pour pouvoir stopper complètement le changement climatique initié). Nous pouvons aussi augmenter les efforts pour nous adapter aux changements climatiques en cours. Des décideuses politiques réalistes, responsables et ambitieuses font  aujourd’hui déjà des pas clairs en ce sens, comme par exemple Jacqueline de Quattro avec la feuille de route du plan climat du canton de Vaud.

Que l’on ait été si près du but en 1989 est en soi une bonne nouvelle. Cela montre que l’objectif peut être atteint. La victoire ne sera fera plus aujourd’hui en empêchant le changement climatique, mais en cessant de l’alimenter d’une part, et en apprenant à vivre avec d’autre part. Ronald Reagan et Georges Bush ne sont plus au pouvoir ; la méthode Trump ne survivra pas indéfiniment.

Quant à la recherche, il ne s’agit plus de comprendre si il y a changement climatique ou non. Il s’agit aujourd’hui d’affiner cette compréhension pour comprendre les conséquences à toutes les échelles, et identifier les mesures d’adaptation pertinentes.

Nous pouvons aujourd’hui effacer ce triste héritage, et nous lancer avec le pragmatisme visionnaire de la génération des pionniers des années 1980, vers des actes politiques courageux à même de donner de nouvelles perspectives aux générations de demain.

Ici et maintenant, pour demain et pour tous.

L’antispécisme, ce comble du spécisme…

…ou comment réconcilier les rognons à la dijonnaise et l’humanisme.

 

Spéciste !

Il est une invective que l’on entend depuis peu et que l’on lit de plus en plus souvent, griffonnée sur une publicité carnée ou glissée dans un tweet offusqué : « spéciste ».

Elle rejoint ainsi les « fasciste », « raciste », « sexiste » et autres qualificatifs peu reluisants. Si ces derniers exemples ont de bonnes raisons d’être classés parmi les attitudes détestables, j’ai plus de peine avec la critique sous-entendue dans le terme de « spéciste », car je suis moi-même profondément spéciste, en toute humanité.

Dans son acception actuelle, on associe classiquement l’antispécisme à deux aspects principaux : celui de l’égalité de considération morale entre homme et animaux et celui, plus récent et plus extrême, de l’égalité des droits (tendance abolitionniste).

L’être humain, de quoi s’agit-il?

Penchons-nous tout d’abord un peu sur l’espèce humaine.

L’être humain a toujours été opportuniste et a depuis toujours fait du petit groupe (la tribu) la clé de son succès. Ses talents d’organisation et ses capacités d’apprentissage lui ont permis de résister aux prédateurs, d’optimiser les cueillettes, de pouvoir chasser plus grand et plus fort que lui et finalement inventer l’agriculture puis toutes les autres « révolutions » techniques et sociétales qui s’en sont suivies. Son régime omnivore lui a permis de s’adapter à chaque continent, ainsi qu’aux périodes de glaciations et zones arctiques grâce à un régime parfois exclusivement carnivore. D’autres espèces (grands prédateurs, charognards) se sont spécialisées sur le régime carnivore, jouant aujourd’hui encore un rôle essentiel dans la régulation des écosystèmes et la maîtrise des épidémies (prédation des individus plus faibles notamment).

Avec les « évolutions » techniques et sociales, l’homme a de plus en plus maîtrisé la nature, jusqu’à vouloir s’en détacher. De la survie il est passé à la vie, a depuis peu poursuivi en améliorant sa santé et sa « qualité de vie », tout en reculant de plus en plus la mort. Dans notre société occidentale, à force de chercher comment vivre, nous avons perdu la notion et la réalité de la mort, par essence intimement mêlée à la vie.

Les animaux, spécistes par nature

Les animaux ont quant à eux un lien encore très direct avec la vie, la survie et la mort. Dans la nature ils y sont constamment confrontés. Les règles sont claires. Il y a les prédateurs, et il y a les proies. Ce n’est ni un droit ni un devoir, c’est une réalité, pour l’un comme pour l’autre. Pour un carnivore, manger une proie est dans l’ordre des choses. D’ailleurs certains parmi les organismes les plus robustes et les mieux adaptés à notre écosystème s’attaquent par milliers à une proie qu’elles ne lâcheront souvent que morte, la plupart d’entre elles mourant alors à leur tour : les bactéries. Pour la proie, il s’agit de rester toute sa vie sur le qui-vive, de fuir assez tôt, et le moment venu, de lutter et se débattre sans merci pour survivre.

Au sein d’une même espèce, on ne se mange pas, mais on se combat; souvent pour des raisons de territoire, parfois aussi jusqu’à la mort. Les fourmis ou certaines abeilles peuvent ainsi se mener de véritables guerres entre colonies ou espèces proches. Les animaux sont intimement conscients de leur espèce, et sont spécistes pour leur survie même.

L’humanisme

Un élément qui distingue beaucoup de civilisations humaines actuelles est leur capacité à instrumentaliser la nature, que ce soit les ressources naturelles inertes comme la pierre, les minerais, le feu, la végétation à travers l’agriculture, ou encore les animaux à travers l’élevage ou les animaux de compagnie. L’homme s’est même parfois instrumentalisé lui-même, que ce soit en termes fonctionnels (métiers et fonctions complémentaires) ou alors sous la forme de l’esclavage ou de l’exploitation. C’est à ce dernier aspect que font écho les invectives que je citais en début de texte comme « fasciste », « raciste », « sexiste » ou autres « esclavagiste », évoquant des différences de droits fondamentaux entre êtres humains sur des critères arbitraires. Il n’est aujourd’hui dans notre société occidentale pas de raison qui puisse légitimer des différences de droit fondamental entre catégories d’êtres humains. Cela fait de nous des êtres humains à part entière, et le respect de chacun en est un élément de base. La loi du plus fort ne suffit plus à rendre un pouvoir et un droit légitime dans notre société, car ce ne sont plus les caractéristiques nécessaires à la survie d’un groupe dans notre état complexe d’évolution. Notre société s’est donné les formes et les moyens de vivre la notion d’égalité de droits (même si cela reste perfectible).

Et l’antispécisme fut.

C’est à ce moment de l’évolution de la pensée et de l’éthique que la critique antispéciste apparaît. Ces droits et ce respect entre êtres humains devraient être étendus aux animaux, eux aussi doués d’intelligence et de sentiments, à différents degrés selon l’espèce. A la mouvance de la protection des animaux par pitié et empathie de Brigitte Bardot, on est passé à l’antispécisme (pseudo) philosophico-scientifique de Ayméric Carron.

Or il est une différence fondamentale entre êtres humains et animaux. L’écosystème animal est toujours et encore régi par la loi du plus fort, et seuls les animaux domestiques peuvent survivre, « protégés » qu’ils sont par l’homme qui les élève. Le jour où nous ne les élevons plus, ils retournent à l’état sauvage et sont à nouveau dans le système de loi du plus fort, de prédateur – proie, et pour la plupart voués à une disparition plus ou moins rapide. Les animaux domestiques sont dépendants de l’homme et survivent tant qu’ils sont assujettis. Un cochon d’Inde domestique ne peut vivre longtemps sans être protégé et nourri. Les animaux ne sont donc par définition pas dans le même système de droits et de devoirs définis par notre société pour la pérennité de notre civilisation (un animal aura toujours le droit d’en manger un autre).

Spéciste, mais pas irresponsable

De cette situation l’homme doit tirer trois responsabilités. Il doit premièrement maintenir des écosystèmes sains et dynamiques, permettant aux espèces de survivre et de vivre, et ainsi surtout maintenir une planète en état de supporter une telle présence humaine. Dans un second temps, il est responsable de la qualité de vie des animaux qu’il exploite, et de limiter au maximum les souffrances possibles. Finalement, et c’est là la plus difficile, il ne doit pas oublier qu’il fait lui-même partie de cet écosystème planétaire, qui est dynamique et où rien n’est acquis, qu’il est né et qu’il mourra, et que s’il est né c’est parce que l’ensemble de ses ancêtres depuis la première bactérie (ou Adam et Ève), a joué le jeu de la naissance, de la vie et de la mort.

L’antispécisme, comble du spécisme

C’est donc là le double paradoxe de la mouvance « antispéciste » d’aujourd’hui. En refusant la différence de droits entre animaux et êtres humains, l’antispécisme refuse aux animaux leur spécificité animale intrinsèque en les anthropomorphisant ; en interdisant aux hommes de tuer et de consommer une autre espèce, ils les détachent de l’écosystème naturel dans lequel ils ont vécu des millénaires. L’antispécisme devient ainsi le comble du spécisme, qui, trop déconnecté de la nature, veut également en détacher  les animaux par « amour ».

A noter que contrairement à l’antispécisme aux bases philosophiques et scientifiques parfois douteuses, qui lutte CONTRE le régime omnivore, je n’ai absolument rien contre le végétarianisme. Ne pas aimer, ou ne pas vouloir manger de viande est un choix que chacun peut faire librement, en toute humanité.

Trois pistes pour ne pas en rester là

A côté du végétarianisme individuel, il reste donc la voix « réformiste » qui cherche à améliorer les conditions de vie des animaux, qu’ils soient de rente ou de compagnie.

Pour les animaux de rente*, il y a trois pistes concrètes à suivre :

 

1. La qualité plutôt que la quantité.

Le degré d’industrialisation d’une part, et la part toujours plus faible de notre budget que nous accordons à la nourriture d’autre part, sont responsables pour la plus grande partie des mauvais traitements infligés aux animaux de rente. L’élevage d’un animal nécessite une place et un temps minimaux, ce qui implique un prix minimal, et une quantité maximale. Or le vingtième siècle a tout fait pour fournir quotidiennement une part de viande à tous à un prix minimal, donc forcément au détriment de la qualité et souvent au prix de souffrances animales.

La voie suivie aujourd’hui en termes de protection des animaux, particulièrement en Suisse (voir notamment la Loi sur la protection des animaux LPA), est une voie adéquate qui doit être renforcée.

En tant que consommateur, la clé est simple : beaucoup moins de viande, mais de meilleure qualité et issue d’une production aussi respectueuse des animaux et de la nature que possible. En Suisse, où une grande partie du pays est couvert de pâturages (souvent à cause de l’altitude et des pentes qui rendent les cultures difficiles, voire impossibles), la production de viande animale raisonnable a sa place, même en termes de biodiversité (on pensera par exemple aux pâturages boisés du jura ou aux alpages fromagers).

Lorsque j’achète de la viande je cherche la qualité et me rends chez le boucher que je connais (ce qui revient au final bien moins cher que de consommer de la viande de supermarché quotidiennement); par contre, dans mes raviolis en boîte que j’adore, un simili-Quorn végétarien me conviendrait très bien.

 

2. Il n’y a pas de vie sans mort ni souffrance.

Après les dénonciations sur les réseaux sociaux de conditions de détention et d’abattage inadmissibles en Europe, on a vu ces dernières semaines des images d’abattage « conformes » presque aussi difficiles à regarder (à Avenches notamment). Ces images chocs montrent des animaux se faire abattre les uns après les autres, souvent tenter de s’enfuir ou éviter la mort par tous les moyens à leur disposition.

Si ces images peuvent choquer, elles n’ont pourtant rien d’étonnant. Il n’est aucune mort qui soit belle ou agréable, et encore moins dans un cadre austère et où les morts s’enchaînent. Imaginez un documentaire enchaînant les mises à mort de gnous par des lions, ou reprenant en gros plan les longues dernières minutes de vie des souris tentant d’échapper aux dents et griffes des milliers de félins de nos ménages. Pire encore, nos morts à nous, les derniers instants des centaines de résidents en EMS mis bout-à-bout. Ce serait insoutenable. Car oui, nous aimons oublier que si nous vivons, nous mourrons aussi, et que cela fait partie de la vie de chacun. Ces moments de souffrance doivent être tenus au strict minimum, grâce à des conditions les plus adéquates possibles. Jamais elles ne seront belles à voir, et c’est normal. Rappelons-nous aussi qu’un chevreuil, une antilope ou un cochon d’Inde passent leur vie à être sur le qui-vive, tous les sens en alerte et prêts à fuir à tout moment ; en termes anthropomorphistes : les animaux de proie sont constamment stressés, et ces quelques minutes en abattoir des animaux domestiqués ne sont pas contraires à la situation dans la nature.

Ce qui compte donc avant tout, c’est la qualité de vie durant l’engraissement, dans une batterie de poulet ou à l’air libre, dans des boxes ou en stabulation libre, sur des grilles ou dans de la paille, à l’intérieur ou à l’extérieur, avec quel espace (on ne fera par exemple pas semblant de croire que des oies peuvent être heureuses de se faire gaver, alors qu’elles passent leur brève vie dans un état de crise de foie permanent, comme un premier de l’an quotidien).

 

3. Moins de gaspillage.

Les habitudes de consommation en termes de viande ont déjà intégré une forme perverse du « plus de qualité » : on ne mange plus que les parties « nobles », du type rumsteak ou filet mignon, et personne ne consomme plus d’abats. Alors que lorsque l’on élève et que l’on tue un animal, le minimum serait de le manger entièrement.

Afin de lutter contre cette tendance, et réhabiliter nombre de recettes anciennes perdues, la mouvance « nose to tail » (du museau à la queue) se développe fortement ces dernières années. Ainsi, si vous choisissez de cuisiner des rognons à la dijonnaise à vos enfants, vous aurez un triple effet bénéfique : premièrement vous ne serez responsable de la mort d’aucun animal, les rognons doivent la plupart du temps être jetés car personne ne les achète plus ; deuxièmement vous n’aurez jamais fait un plat si gourmand à un prix si bas (les abats coûtent extrêmement peu cher) ; vos enfants en redemanderont, c’est encore meilleur que les nuggets si c’est bien cuisiné (mon truc : faire tout d’abord revenir dans une poêle et dégorger les rognons seuls, nettoyer la casserole en réservant les rognons, puis les faire cuire ensuite dans une bonne sauce à la dijonnaise). C’est pour moi une question de respect pour l’animal (et pour le producteur) que de le consommer entièrement.

From tail to nose

En conclusion, c’est en s’assumant spéciste dans tout son humanité que l’on trouvera à la fois une éthique et un ancrage dans le monde réel et naturel, à la vie et à la mort. Consommer moins de viande, lutter pour des conditions d’élevage respectueuse, et respecter la mort d’un animal en en consommant toutes les parties. L’abat nourrit l’esprit.

Quant à lui, l’antispécisme est une façon paradoxale et symbolique pour notre société en perte de repères de se rapprocher des animaux en leur accordant des attributs humains : le comble du spécisme !

 

*Je laisserai de côté le cas délicat des animaux de compagnie, et ne considérai donc pas ici si un chat d’appartement a une existence digne même si non choisie, ou si l’impact sur la biodiversité aviaire des chats domestiques d’extérieur est tolérable ou non.

Le suicide politique, sans gloire, du parti Vert’libéral vaudois

L’alliance, contre nature, entre les Vert’libéraux (PVL) qui ont perdu leurs repères et les nostalgiques apeurés et ronchons de l’Union démocratique du centre (UDC) pour le second tour des élections à l’exécutif vaudois n’a pas fini de faire des vagues (voir l’article sur le sujet ici) .

Au lendemain des assemblées de partis qui ont validé cette tactique, retenons trois points:

D’une part, les Vert’libéraux sont incapables de pousser seuls les thèmes environnementaux au vrai agenda politique ; d’autre part le Parti libéral-radical (PLR) manipule avec art ses concurrents directs ; en outre, l’UDC est en totale panique en suisse romande (mais ça, ça me passionne moins).

Avant toute chose jouons cartes sur table: je vote centre vert, large, quelque part entre les verts et les verts libéraux, en étendant volontiers aux socialistes, aux démocrates chrétiens (PDC) et aux PLR. Et j’aurais donc facilement soutenu un ticket verts / verts-libéraux. Là, comme jamais je ne soutiendrai l’UDC telle qu’elle se profile aujourd’hui, je soutiendrai clairement le ticket vert – socialiste, avec le plaisir supplémentaire qu’il s’agit de deux femmes de qualité.

 

Les Vert’libéraux sont incapables de faire avancer les thèmes environnementaux dans le vrai agenda politique

Il est essentiel pour moi d’intégrer l’environnement dans le domaine économique et les politiques de centre-droit ; j’ai donc une forte affinité pour les thèmes du parti vert-libéral (et plusieurs de ses membres).

Mais il faut bien faire le constat: les verts-libéraux sont incapables de faire avancer les thèmes environnementaux dans le vrai agenda politique (au niveau national, les verts, les démocrates-chrétiens et les socialistes le font à leur place).

Le parti Vert’libéral est beaucoup trop petit pour influencer les débats sans alliances fortes, et la (non-) politique environnementale suisse est dictée par le PLR et l’UDC. A chaque fois qu’ils ont voulu se lancer seuls, les Vert’libéraux ont subi l’échec.

Plus grave encore, la création du parti Vert’libéral a créé une hémorragie de personnes compétentes et motivées en matière d’environnement au sein du parti libéral radical ; ceci est particulièrement préoccupant à l’heure où le PLR donne le ton sur des enjeux politiques majeurs comme la stratégie énergétique.

Avec cette alliance avec l’UDC, reniant les valeurs profondes de la plupart de leurs électeurs, les verts-libéraux ont perdu toute crédibilité en combattant un siège « vert » ; je ne vois plus où est la plus-value du parti par rapport à une politique de droite « standard ».

 

le PLR manipule avec art ses concurrents directs

Ce que fait le Parti radical libéral vaudois au second tour des élections vaudoises au Conseil d’Etat est plutôt cynique. Maintenant que le PLR a placé ses trois poulains au premier tour, ses électeurs directs ne se déplaceront pas, ou useront activement du crayon pour biffer soit le représentant des opposants aux accords bilatéraux et aux valeurs humanistes, soit l’icône de l’écologie libérale romande.

Bref, le PLR assure une veste à Isabelle Chevalley et une claque à Jacques Nicolet, ce qui est peut-être une tactique bien utile pour asseoir son pouvoir, mais un coup de couteau dans le dos reste un fait d’armes peu reluisant dans ce que certains appellent une grande alliance.

 

Et ensuite ?

Après s’être compromis avec l’UDC, en s’alliant avec le PLR, mon espoir serait que les membres du parti Vert’libéral, aux valeurs humanistes et sensibles à l’écologie, réintègrent les partis libéraux radicaux ou démocrate chrétiens, après avoir fini de saborder leur expérience, passionnante mais ratée, de la dernière décennie.

Bref, avec ce chant du cygne aux échos peu musicaux, le Parti Vert’libéral s’apprête à se refondre dans les bons vieux partis, et je me réjouis que le PLR récupère ces quelques compétences en environnement dont il manque aujourd’hui trop cruellement. Un jour, Isabelle Chevalley sera peut-être Conseillère fédérale, et libérale radicale. Ah non, pardon, j’oubliais Isabelle Moret, qui elle, soutient déjà activement la stratégie énergétique 2050…

A force de débattre, sommes-nous encore aptes à la démocratie directe?

Mercredi soir il y a un débat à la télévision suisse romande, et je prévois exceptionnellement une séance de repassage pour le regarder. Je me réjouis en effet de mettre à l’épreuve les 5 thèses suivantes (n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire).

  1. Les débats politico-médiatiques actuels nuisent à la démocratie
  2. Les partis politiques se mettent au prêt-à-penser
  3. Le débat sur #EconomieVerte n’a pas (eu) lieu
  4. Les lobbies, fournisseurs non représentatifs de prêt-à-penser à bas prix
  5. Tout n’est pas perdu

1. Les débats politico-médiatiques actuels nuisent à la démocratie

Où que l’on regarde, la politique suisse n’est plus que débat. Les médias en raffolent: cela anime la chose publique. Il est aisé de trouver un opposant et un initiant auxquels l’on plante quelques banderilles pour animer le spectacle par une ou deux questions que l’on agite sous couleur de liberté de la presse; de plus, les arguments sont connus dès le départ et le journaliste peut tricoter son fil rouge sans risquer d’influencer l’opinion publique. Les opposants fêtent leur champion en accusant les initiants de mentir, les initiants font de même. Bref, c’est en général un fond sonore idéal pour le repassage, et tous en ressortent satisfaits.
Excepté ceux qui souhaitaient se faire une opinion circonstanciée, pour qui c’est en général terriblement frustrant, bien que divertissant; dans le meilleur des cas, cela aboutit au choix d’un camp selon la sympathie accordée à l’un ou l’autre des champions.

2. Les partis politiques se mettent au prêt-à-penser

Si les médias ont trop forcé sur la polarisation des débats et donc amoindri leur impact, les partis sont tout aussi responsables, ravis de jouer le jeu. Le débat leur permet d’éviter de donner un avis circonstancié en présentant le pour et le contre d’un projet (et qu’on me trouve un projet qui n’a pas à la fois des avantages et des inconvénients) ; il permet de lancer des “arguments” préparés en avance et en cas de difficulté, d’attaquer le vis-à-vis ad personam ou de dégager en corner en accusant le journaliste de partialité. Bref, on harangue avant tout ses propres troupes. Le rôle de composition demande avant tout des compétences en communication et en rhétorique plutôt que sur le fond. On se retrouve ainsi avec une prédominance d’avocats et de spécialistes en relations publiques à l’antenne. Bref, l’acteur est plus important que le fond du texte ou la compétence métier, et les formules rhétoriques prennent le dessus sur le sens. Chaque parti a ainsi son écurie de “champions” dont les numéros de portable sont à la disposition des journalistes qui n’ont plus qu’à choisir leurs chevaux, de préférence des valeurs sûres et éprouvées, prêtes à donner leur avis sur n’importe quel sujet, pourvu qu’il soit incisif.

Que les partis prennent soin de la façon dont ils communiquent est juste. Le bât blesse néanmoins lorsque le sujet est technique, qu’ils n’ont pas les compétences en interne pour prendre une décision fondée ; ils sont alors à la merci des lobbies, qui maîtrisent totalement les processus de prise de décision, et ont déjà joué leurs pions bien avant qu’un parti se mette à réfléchir sur le bien fondé d’un projet ou d’une initiative. Les lobbies lancent alors de toute leur force une offensive d’arguments bien ajustés sur les partis auxquels ils sont traditionnellement liés, étouffent toute velléité de réflexion avant qu’elle émerge, parfois de manière tellement absurde qu’un membre traditionnel de parti n’ose même plus avouer comme quoi il est encore en train de réfléchir. Le comité du parti organise un dernier simulacre de débat lors d’une assemble générale en invitant un opposant (en le choisissant clairement de l’autre camp pour que tous les membres comprennent que de toute manière il ne faut pas le croire), et le parti prend une décision à une majorité écrasante. A partir de là, il redonne la main aux lobbies pour planifier la campagne, sélectionne ses champions, et l’acte démocratique n’aura plus lieu qu’aux urnes. Mais de discussion, de réflexion, il n’y a pas eu de trace, et le prêt-à-penser devient monnaie courante dans les partis de tous bords.

Oui, je sais, mon avis est caricatural. Autour des débats il y a nombre d’éclairages, que ce soit dans la presse écrite ou les émissions audiovisuelles. Mais les débats de Forum, Infrarouge ou Arena sont trop souvent considérés comme disciplines reines, alors que c’est avant tout du divertissement.

Et oui, tous les partis n’agissent pas ainsi, encore moins sur tous les sujets. Mais si je donne un avis trop circonstancié, personne ne me lira jusque là, et encore moins jusqu’au bout. Poursuivons donc.

3. Le débat sur #EconomieVerte n’a pas (eu) lieu

Si c’est aujourd’hui que je rédige ce texte, ce n’est pas par hasard. Le phénomène décrit ci-dessus m’est apparu plus nettement qu’auparavant à la suite de mon dernier blog, plaidoyer pour une économie et une écologie réunifiées à travers l’initiative économie verte. Je voyais dans le premier succès dans les sondages de l’initiative arriver une nouvelle ère permettant de passer au-delà des fronts idéologiques classiques. Quelle n’a pas été ma surprise en voyant les réactions à mon texte sur les réseaux sociaux:

  • louanges et diffusion à grande échelle du côté des verts, verts libéraux et autres promoteurs de l’initiative;
  • réaction très positive dans mon cercle personnel peu politisé;
  • aucune réaction de la droite, qui n’a pourtant pas sa langue dans sa poche lorsque je commente d’autres sujets sur les réseaux sociaux. Désintérêt général au parti socialiste.

Après une petite enquête, je me rends compte que mon texte n’avait probablement été lu par aucun membre de partis tenants du non (excepté quelques-uns que j’avais directement interpellés). Le titre indiquant un soutien à l’initiative avait suffit à ne plus les intéresser… (Note de la rédaction: c’est un hasard si je critique ici la droite. Un texte plus de droite aurait probablement recueilli le même désintérêt à gauche). Bref, les membres de partis qui ne s’intéressent pas spécialement à un sujet ne lisent que la doctrine interne, pas les avis qui diffèrent.

Et c’est là où la chose devient intéressante (même si décevante). En discutant, plusieurs personnes d’abord clairement opposées à l’initiative comprenaient mon point de vue, admettaient que de fixer un objectif sans définir un plan de mesures précis n’était pas si anti-libéral que cela, et critiquaient elles-mêmes la virulence et les arguments de peu de poids de la campagne des opposants. Mais au final venait souvent l’argument massue: je ne fais pas confiance aux verts… sous-entendu: je fais confiance aux organes de mon parti. Et surtout, la peur de se faire remarquer comme n’ayant pas encore un avis clair et définitif.

Gardons l’exemple du PLR. Le parti ne dispose malheureusement plus de spécialistes métiers du domaine environnemental (qui sont pour la plupart partis chez les verts libéraux, ou à la retraite). Pour préparer sa décision, le PLR était donc une cible parfaite pour #EconomieSuisse, qui avait consciencieusement préparé le terrain lors du rejet du contre-projet à l’initiative du Conseil fédéral. Le seul actif sur l’initiative est le genevois Benoît Genecand, qui parmi ses nombreuses fonctions est administrateur d’une entreprise de recyclage importante à Genève (et dont nota bene, et c’est un comble, l’entreprise tire profit de la Loi sur la protection de l’environnement de 1983).

4. Les lobbies, fournisseurs non représentatifs de prêt-à-penser à bas prix

D’aucuns me diront que pour le “parti de l’économie”, c’est normal qu’il écoute le lobby officiel EconomieSuisse. Le problème est qu’au sein du lobby lui-même la démocratie ne fonctionne pas. Il est intéressant d’observer quelles branches économiques seraient gagnantes, et quelles branches économiques perdantes si l’objectif de l’initiative était atteint d’ici 2050. Pour cela la figure ci-dessous, issue d’une étude européenne passionnante sur les effets d’une politique européenne ambitieuse en matière d’économie verte (Pollfree -Policy Options for a Resource-Efficient Economy 2015*) donne une lecture éclairante.

Impact d'une politique efficiente en ressource sur différentes branches économiques
Impact d’une politique efficiente en ressource sur différentes branches économiques

 

Grâce à l’innovation, et en présupposant que la Suisse redevienne précurseur et non pas suiveuse en Europe et dans le monde, la plupart des branches auraient d’ici 2050 une plus-value plus grande que dans un scénario “standard” de laisser-aller. Excepté 3 branches: l’industrie alimentaire, le pétrole et le nucléaire, et l’exploitation minière. Il n’y a pas d’autre branches perdantes à long terme dans cette aventure. Mais ces trois déterminent la virulence de la campagne des opposants, et entraînent dans leur sillage tous ceux qui ont par réflexe une peur du vert. Cela a fonctionné avec les organes dirigeants du PLR, de même que cela, à titre d’autre exemple, détermine toute la politique environnementale du centre patronal vaudois dont le délégué transports et énergie est le secrétaire sur mandat de SwissOilRomandie ; à voir si cela fonctionnera avec les électeurs.

Une dernière catégorie est encore opposée à l’initiative. Tous ceux dont le modèle économique est basé sur le modèle de consommation de ressource intense actuel, et qui devraient faire évoluer à court terme leur business model. On y trouve, paradoxalement, les grands recycleurs représentés par Monsieur Genecand. On y trouve aussi la seule personne qui ait attaqué frontalement et de manière virulente mes arguments (sur Twitter), Jean-Marc Hensch, ancien candidat à la direction d’EconomieSuisse, spécialiste RP redouté et administrateur de Swico Recycling (système national de reprise des déchets électroniques). Ces derniers ne cessent d’asséner l’argument que le recyclage est parfait en suisse, pour faire oublier que l’initiative demandera des améliorations du recyclage sur de nouvelles filières, mais surtout une production moindre de déchets grâce à une meilleure conception et utilisation des produits, qu’ils soient recyclés ou non au final. A noter que d’autres représentants de la branche ont une attitude plus visionnaire et ont moins peur du changement. Mais je m’égare.

5. Tout n’est pas perdu

La question reste: comment permettre aux électeurs d’un parti de se faire une opinion indépendamment de ce que les lobbyistes de leur parti auront décidé pour eux. Avec quelles formes  d’informations, quelles formes d’interaction, une formation libre et démocratique de l’opinion est-elle possible?

Au niveau des médias, les pistes existent et on trouve de nombreux bons exemples. Par exemple l’Invité du journal du matin sur RTS info La Première qui de par le temps à disposition, la diversité des invités et des sujets donne des éclairages souvent inhabituels et circonstanciés, ou encore la grande interview du dimanche sur Forum RTS. Particulièrement intéressante est l’émission phare de SRF Echo der Zeit, championne des éclairages approfondis, souvent décalés, toujours mis en perspectives (attention néanmoins au choc culturel pour des oreilles romandes peu habituées ).

Au niveau des partis et des lobbies, il faut noter l’évolution réjouissante d’EconomieSuisse qui a annoncé récemment qu’elle ne soutiendrait pas un éventuel référendum contre la stratégie Energétique 2050 du Conseil fédéral. Les verts ont su récemment ouvrir la voie à une réflexion plus ouverte qui a permis a la nouvelle génération d’aborder l’écologie sous son angle économique. Ils restent néanmoins encore très chatouilleux à la critique, et les débats internes pourraient être encore davantage assumés. Aux partis de trouver comment ils arriveront à rediversifier les origines métiers des membres qui prennent des responsabilités. L’enjeu est énorme, et on peut se poser la question si les équipes en places sont les bonnes pour avoir ce regard critique. Aux électeurs de donner les signaux clairs, et surtout aux membres de la base des partis, lorsqu’ils choisissent leurs délégués.
Je me permets même de rêver qu’un jour (ou peut-être une nuit),  une Assemble générale osera débattre le pour et le contre d’un objet stratégique de manière structurée, et que le comité de campagne osera en faire autant.

Bref, la politique suisse reste passionnante, et bien entendu meilleure que tous les autres systèmes (comme pour le recyclage) ; ce qui n’empêche pas d’être critique et de penser à l’innovation. Sur le fond, comme sur le système.

Mente ferroque

 

*Pollfree -Policy Options for a Resource-Efficient Economy 2015: D3.7a Report about integrated scenario interpretation (Bernd Meyer, Martin Distelkamp, Tim Beringer); p. 57.

Avec l’initiative #EconomieVerte, écologie et économie se tournent enfin vers l’avenir.

Voilà, nous y sommes presque! Il semble que économie et écologie aillent désormais de pair et se tournent vers l’avenir; du moins c’est ce que semble considérer une majorité de personnes ayant participé au sondage gfs de ce vendredi 19 août. Mieux encore: tant ceux qui s’affilient aux “verts” que ceux qui se sentent proches des partis traditionellement liés à l’économie comme le PDC ou le PLR sont concernés.

EcoVerteLT

L’objectif du texte de l’initiative est simple, et c’est toute sa force:

L’«empreinte écologique» de la Suisse est réduite d’ici à 2050 de manière à ce que, extrapolée à la population mondiale, elle ne dépasse pas un équivalent planète.”

Après une première phase de campagne des opposants ratée, car abusive, trop simpliste et mensongère (cet objectif nous empêcherait de manger des cervelas et de se doucher à l’eau chaude (sic)), il faut s’attendre à un regain d’énergie de cette dernière.

Le soutien à ces derniers est en grande partie lié à une méconnaissance du domaine de l’environnement et de son évolution, à un manque de compétence en management et en changement organisationnel, et à des positions tranchées de certains qui n’arrivent pas à franchir les barrières idéologiques; j’ai donc consacré ma soirée de repassage d’hier à noter quelques observations et réflexions que j’ai pu faire dans les dernières années, notamment en discutant avec les différents acteurs économiques déjà bien actifs dans le domaine environnemental.

L’arrivée d’une nouvelle génération.

Le soutien large à cette initiative est un succès tant pour l’économie que pour l’écologie, et il est à mettre en lien avec l’avènement d’une nouvelle génération au sein des verts (les conseillères nationales Adèle Thorens, Bastien Girod, Jonas Fricker, etc…), qui au-delà de ses convictions, dispose de véritables compétences professionnelles en matière d’environnement, et a su se distancier des vieux dogmes anti-économiques et autres guerres de tranchées.

Les politiques environnementales évoluent rapidement.

Cette maturité longtemps attendue est le fruit d’une longue évolution des politiques de protection de la nature. Il est intéressant d’en relever les étapes principales:

  • Dans les années soixante, la première Loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage (1966) avait un angle essentiellement naturaliste et était très liée aux activités des ONGs; il s’agissait de protéger des espèces et des biotopes d’importance nationale.
  • 20 ans plus tard, en 1985, la Loi fédérale sur la protection de l’environnement fixait comment protéger les ressources naturelles, avec des outils que l’on connaît aujourd’hui encore comme l’étude d’impact sur l’environnement. On était là dans une approche essentiellement technique, définissant entre autres des valeurs limites à respecter (la campagne ratée anti-initiative qui prétend que les douches chaudes et les cervelas seront interdits, en est restée là).
  • Avec les années 90, on entre dans l’ère des labels et des mesures volontaires et incitatives, dans laquelle l’économie avait pour la première fois un rôle actif à jouer. C’est à ce moment-là qu’ont été mises en oeuvre les premières politiques de recyclage (à l’époque exemplaires mais qui aujourd’hui ne peuvent plus être citées en exemple, et arrivent à leurs limites).
  • Logo_ISO_14001Peu après, les premières approches pour intégrer l’environnement dans les politiques sectorielles exploitant les ressources environnementales sont mises en oeuvre (agriculture, sylviculture, construction, tourisme,…). On assiste à l’émergence des systèmes de management environnementaux (par exemple ISO 14’001) dans un premier temps dans les entreprises particulièrement polluantes ou consommatrices de ressources, et aujourd’hui de plus en plus aussi dans les entreprises de service).
  • Après le passage à l’an 2’000, c’est la notion de développement durable qui apparaît dans la pratique; et avec elle la notion que l’environnement ne peut plus être considéré de manière isolée, mais toujours de pair avec les dimensions sociales et économiques. On commence à intégrer le management environnemental dans des approches plus globales. Après avoir été développées par les entreprises elles-mêmes, ces approches sont mises en oeuvre dans les politiques publiques. Les 17 objectifs du développement durable adoptés sous les auspices des nations unies en septembre 2015 en sont la dernière pièce du puzzle, et permettent d’avoir une vision globale du développement durable au niveau mondial. C’est dans cette optique que s’inscrit l’initiative sur l’économie verte, avec un objectif à long terme clair, et une liberté la plus large possible pour combiner selon les besoins les approches et actions de tous les acteurs concernés.

L’économie verte est initiatrice d’un secteur économique nouveau et à grand potentiel

Voilà pour l’histoire; le plus important est néanmoins le futur; et là, l’initiative laisse la porte ouverte à la prochaine étape de l’évolution des politiques environnementales: non plus celle des interdits, des limitations, des taxes ou du management intégré, mais celle de la créativité et de l’entreprenariat, des nouvelles formes de partenariat entre économie et consommateurs. Le plus grand potentiel pour diminuer notre empreinte écologique se trouve en effet dans le redesign de modèles d’affaires et la création de nouveaux services, et pas uniquement dans l’optimisation du recyclage. Je pense là à tout le domaine de l’économie de la fonctionnalité, de l’économie des cercles fermés, des cleantechs, autant dans les domaines de l’alimentation, des services ou encore par exemple de la mobilité (car sharing, livraisons à domicile, domotique, écologie industrielle ne sont que quelques un des exemples qui se développent déjà très rapidement aujourd’hui sur le marché). Ou autrement dit, comment offrir au client un service identique, voire meilleur, tout en repensant la façon de l’offrir. Par exemple, la plateforme PopnFix permet  d’échanger des services de réparation ou des objets, plutôt que d’en acheter à chaque fois de nouveaux. Il s’agit donc d’un travail réalisé en suisse, plutôt que de nouveaux appareils importés à peu de frais de l’étranger mais au prix d’une consommation importante de ressources.

Cette nouvelle économie est particulièrement intéressante économiquement et socialement, au sens qu’elle diminue l’intensité des flux de matières à grande échelle, tout en redonnant de l’importance au travail et au service sur place, autrement dit en rapatriant les emplois autour du lieu de consommation/utilisation. Dans le domaine de la restauration, cette tendance est déjà forte (produits locaux et saisonniers préparés sur place plutôt que produits industriels importés à bas prix); l’impact sur l’empreinte écologique de ce genre d’évolution est très importante, et montre que l’objectif est atteignable.

Dans l’environnement comme dans l’économie, ça bouge (parfois)

Dans un système en changement, les acteurs eux aussi doivent évoluer, parfois très rapidement. Prenons la mobilité pour exemple.

Le TCS avait été fondé en 1896 à Genève, par des cyclistes pour développer ce mode de locomotion à deux roues… 😉 Durant le 20ème siècle et avec l’avènement de la voiture, il a évolué en lobby centré sur l’automobile, opposé à toute politique (y compris environnementale) limitant la pratique motorisée individuelle. Ceci a libéré une place dans le paysage de la mobilité pour l’Association transport et environnement ATE, qui aujourd’hui encore se positionne comme ONG pour une mobilité durable, tout en offrant des services directs à ses membres pour une meilleure mobilité. carvelo stoererEt finalement, en 2016, c’est le TCS et la MIGROS qui sont en train de monter un nouveau business dans le domaine de la mobilité écologique: les carvelo2go, une plateforme suisse pour le partage des vélos-cargos électriques, hébergée par les commerçants dans les villes: bref, l’économie verte par excellence!
Mais soyez rassurés, il reste des sections TCS qui n’ont pas encore réalisé que le monde avait changé, et si vous souhaitez vraiment rire un coup de ceux qui sont restés crochés dans les années 60, vous pouvez jeter un coup à l’ACS (automobile club de suisse) (aussi en terme de management).
Il y aurait encore des milliers de choses à dire, notamment sur le rôle des associations qui ont lancé les services de bike-sharing, qui aujourd’hui sont pour la plupart en mains d’entreprises tout ce qu’il y a de plus économiques, mais je me perds… (et le temps est la seule et unique ressource dont on dispose tous mais que l’on ne peut jamais ni recycler, ni économiser, uniquement partager).

Si l’on parle d’économie verte, il faut donc sortir des schémas d’acteurs traditionnels et manichéens; cela a été difficile pour certains écologistes, et cela le reste pour une partie de la vieille garde qui se prétend encore économique. Mais le changement est déjà en cours, et signe de la bonne santé de notre société.

L’économie verte n’est pas un choix et le statu quo n’est pas une option.

Les initiants seraient des rêveurs ou des idéalistes. Or les rêveurs sont aujourd’hui ceux qui n’ont pas encore compris la situation actuelle.

Pour rappel l’objectif du texte de l’initiative :

L’«empreinte écologique» de la Suisse est réduite d’ici à 2050 de manière à ce que, extrapolée à la population mondiale, elle ne dépasse pas un équivalent planète.”

La carte animée ci-dessous en montre la pertinence. En simplifiant un peu, les pays en rouge consomment davantage que la surface productive qu’ils possèdent. Les pays en vert consomment moins que la surface à leur disposition. Or, la terre étant ronde (jusqu’à nouvel avis), pour chaque pays étant dans le rouge, il faut un pays dans le vert, dans lequel les ressources consommées sont produites et exportées. Une planète rouge n’étant physiquement pas imaginable, un “développement” mondial avec l’idéal occidental pour tous les pays est impossible.

Il est intéressant de noter qu’en l’espace de quelques années, la Chine passe d’un pays en équilibre avec ses ressources à un pays en voie de surconsommation. L’ampleur de la croissance de ce pays et cette situation expliquent d’une part l’énergie qu’il met dans le développement de solutions cleantechs (avec près de 20% de la population mondiale, il est responsable de 36% des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables), ainsi que sa politique massive d’acquisitions de terres et de ressources naturelles en Afrique. Chaque pays augmentant aujourd’hui sa consommation de ressources doit le faire en les gagnant sur un autre. Ici, le développement durable n’a plus rien de doux rêves idéalistes, mais est l’origine de conflits stratégiques, géopolitiques et économiques déjà bien actuels, qui touchent la suisse de plus en plus directement.

EmpreinteEcoLe rapport de l’OFS présentant la méthodologie et la dernière carte de 2012 en détail est téléchargeable ici.

Autrement dit, notre monde est aujourd’hui déjà confronté aux limites de son système, et il est urgent pour la Suisse de s’approcher au maximum d’une empreinte écologique neutre équivalente à une planète. Chaque part importée deviendra de plus en plus conflictuelle et de plus en plus chère, déjà à très court terme. 2050 n’est donc pas un objectif trop ambitieux, si l’on considère que ne pas s’améliorer est porteur de lourdes difficultés sociales et économiques.

2050 n’est non seulement pas un objectif trop ambitieux, mais est un horizon (une génération) jusqu’auquel tant de choses sont faisables, dont nous n’imaginons encore même pas les possibilités. Il y a 34 ans, c’était le début du minitel et du PC… depuis il y a eu bien davantage que les 65% d’améliorations attendues par l’initiative… Et il ne s’agit pas d’être juste un peu plus efficace (auquel cas les 65% seraient effectivement inatteignables), mais de repenser toute une série de services.
Ceux qui souhaiteraient analyser où ils se situent personnellement dans le référentiel de l’empreinte écologique, peuvent le faire simplement sur la page www.footprint.ch du WWF Suisse.

Un objectif pour motiver, donner une direction et laisser agir librement

Avec un peu d’expérience, on sait que pour faire avancer une organisation, il faut fixer des objectifs. Et que ces objectifs doivent être spécifiques, mesurables, ambitieux, réalistes et définis dans le temps. “Une planète, en 2050” l’est parfaitement (ambitieuse ET réaliste). Ne pas fixer un tel objectif, c’est comme si un patron d’entreprise ne fixait pas d’objectifs ambitieux pour son entreprise, uniquement parce que les plus récalcitrants de ses employés ne seraient pas motivés pour. Un objectif peu ambitieux ne soulève jamais la même énergie, et est en général difficilement atteint. Si tous admettent que cet objectif est atteignable, il n’est en général pas assez ambitieux.
Cette approche par objectif est cohérente avec les démarches internationales en cours, comme l’accord de Paris sur le climat (COP21) ou les 17 objectifs du développement durable (SDGs).
On entend aujourd’hui plusieurs voix s’élever sur le fait que les mesures nécessaires pour atteindre l’objectif ne sont pas encore clairement définies. Les options sont connues. Mais précisément, c’est la force de ce texte de laisser d’abord l’initiative aux forces entrepreneuriales. Si on avait demandé en 1982 de définir le plan de mesures, les moyens nécessaires et les conséquences de celui-ci, pour garantir un accès internet à tous en Suisse, on n’y serait jamais arrivé. Du vrai management by objectives comme toute entreprise qui se respecte. Ce n’est que si cela ne suffit pas qu’il faudra sortir la carotte, voire le bâton. Lister les mesures à prendre serait le meilleur moyen de corseter l’économie, et d’empêcher les pionniers de trouver les voies les plus prometteuses. Les moutons noirs seront secoués en temps voulu, si nécessaire uniquement.

Les bonnes volontés sont là

Non seulement l’initiative va dans le bon sens, mais de nombreux acteurs de l’économie attendent une telle décision. Un acteur engagé très fortement dans la campagne est l’association swisscleantech (dont voici l’argumentaire); le pendant d’économiesuisse, mais orienté vers le futur.

D’autres associations travaillent depuis des années avec leurs entreprises membres (et pas des moindres) pour une économie plus verte, comme l’oebu ou encore le réseau construction durable suisse NNBS. On observe aussi que les hautes écoles sont très actives dans ce domaine, notamment les campus de l’UNIL et de l’EPFL.

Bref, si la direction stratégique est claire et ne change pas toutes les années, l’économie est en mesure de s’y adapter, d’investir en fonction et d’en saisir les opportunités du marché.

Pourquoi est-ce si difficile, à droite?

Après ce tour d’horizon, on peut se demander à quoi sont liées les réticences, voire même les oppositions farouches de certains.

La première raison est probablement que ces dernières années, les associations représentant classiquement les entreprises se sont durcies idéologiquement, fonctionnarisées et déconnectées des besoins des PMEs sur le terrain. Elles ont davantage une attitude de syndicaliste franchouillard que de promoteur de la vivacité économique suisse. C’est une difficulté pour l’initiative, et surtout un problème pour la suisse.

La seconde est le manque d’intérêt du ministre de l’économie sur le dossier. Outre quelques platitudes (voir ci-dessous), il ne s’est pas penché sur le dossier et ne propose aucune vision pour l’économie suisse dans les années à venir.

JSA

 

Autre raison: à la tête des partis qui prétendent “représenter” l’économie, on trouve aujourd’hui (par exemple au PLR), pour l’essentiel des juristes, et aucun entrepreneur (ce manque de diversité professionnelle est au moins aussi problématique que le manque de personnalités féminines). Il n’est dès lors pas étonnant qu’il leur soit difficile de comprendre en quoi une initiative posant un objectif ambitieux est plus intéressante pour l’économie que des mesures détaillées et peu ambitieuses. La plupart raisonnent aussi en termes de politique environnementale du siècle passé et ne sont pas au fait des dernières tendances (lorsque je lis que la suisse est exemplaire en matière d’empreinte écologique parce qu’elle recycle très bien l’alu, je constate qu’on est resté bloqué mentalement dans les années 80…).

Heureusement, dans la base de ces partis l’esprit entrepreneurial est encore bien présent, et c’est ce qui explique que les membres PLR et PDC indiquent soutenir en majorité l’initiative dans ce dernier sondage. Il manque encore a quelques autres le courage de s’adresser à leur organes administratifs supérieurs et de se faire entendre. A l’instar de l’excellent texte (auf Deutsch) de Peter Metzinger, membre du PLR zurichois.

Et à gauche?

De l’autre côté, la gauche (PS) soutient l’initiative, mais est quasi invisible dans la campagne, davantage absorbée par les autres sujets. Et pourtant, les enjeux sociaux sont centraux: Qu’en est-il de l’équité et de la répartition des ressources (pillage de certains pays)? Quel est l’accès aux ressources offert aux plus faibles? Y a-t-il un droit d’accès aux ressources? Auxquelles? Les nouveaux modèles de business ne pourraient-ils pas être plus intensifs en main d’oeuvre, voir nécessiter plus de main d’oeuvre non qualifiée? Ces nouvelles entreprises seraient-elles les nouveaux ascenseurs sociaux qui manquent de plus en plus aujourd’hui?

Enfin de la politique motivante et qui regarde vers l’avant

Bref, les questions sont nombreuses; mais une chose est certaine, avec un tel objectif, les prochaines années s’annoncent passionnantes, motivantes et palpitantes. Pour le bien de notre économie, de notre environnement, du nôtre, et surtout: de celui de nos enfants… A nous de prendre le taureau par les cornes, en tant que consommateurs, acteurs économiques, et citoyens.

Mente ferroque