La contraception, une bagatelle? Pour les hommes, peut-être…

Une histoire d’effets secondaires

La contraception a depuis toujours été une histoire d’effets secondaires plus ou moins mal maîtrisés. Elle est une alternative aux familles nombreuses, à l’interruption de grossesse, au coitus interruptus, au préservatif ou à l’abstinence (oui je sais, la sexualité ne se limite pas à la pénétration, mais là n’est pas le sujet de ce papier).

Elle est la plupart du temps aux mains des femmes, et en grande partie aux mains des gynécologues et des vendeurs d’hormones. Je ne ferai pas la liste ici des effets secondaires liés aux diverses pilules et stérilets, dont le web regorge, mais que l’on minimise bien trop souvent ; par pudeur, ou parce que personne n’a vraiment envie d’en connaître les détails. Et surtout pas nous, les hommes.

La solution miracle

Il existe pourtant une solution miracle pour les hommes, au prix d’un vélo de course d’occasion, pour des désagréments moindres que ceux du traitement d’une carie, et cela en l’espace d’une demi-journée.

J’ai nommé la « vasectomie ». Ce mot qui évoque encore trop souvent les pires supplices dans de lugubres cliniques, une émasculinisation aux effets psychologiques insoutenables, des blagues machistes, ou alors simplement rien du tout, car la question ne s’est jamais posée.

Et cela alors que cette méthode a tout pour convaincre : pour moins de 1’000 CHF, avec une douleur maximale qui est celle de la narcose locale (et qui ne dépasse pas celle de la piqûre chez un dentiste), et tout cela en une opération ambulatoire de moins d’une heure, pour être sur pied une heure après et sans douleurs (pour être tout à fait honnête, après l’opération, je n’ai pas apprécié du tout les poils mal rasés entre les cuisses – mais j’ai bien entendu supporté cela avec grande vaillance).

Pourquoi si peu ?

Après un tableau si rose, la question qui se pose est bien: “Pourquoi la vasectomie est-elle si peu connue, et surtout si peu pratiquée ?” Autorisée depuis 2001 seulement en France, on n’y compte que quelques milliers de cas par année.  En Suisse, malgré l’absence de statistiques, les hommes ne sont pas bien plus motivés, avec quelques centaines d’opérations annuelles.

Quelles sont donc les raisons qui expliqueraient que la plupart des hommes de plus de 40 ans, non abstinents, préfèrent la coûteuse contraception féminine et son cortège d’effets secondaires.

  1. Les couilles, c’est sacré : il semble que oui. Il est encore bien des hommes qui associent leur statut à la qualité de leur scrotum. Mais qu’ils soient rassurés : la vasectomie est indétectable dans un vestiaire de fitness. Et leur voix ne se transformera pas en celle d’un magnifique castrat.
  2. Les hommes sont des chochottes : oui. Pourtant, ils vont bien chez le dentiste (et certains feraient même du sport, avec toutes les douleurs qui y sont associées).
  3. Parce que la contraception a toujours été une histoire de femmes : Oui. La méconnaissance (pour ne pas dire le désintérêt) de la chose est probablement la raison principale de ce partage de responsabilité plutôt inéquitable en terme de contraception. J’en veux pour preuve que même beaucoup de féministes engagés ont une vision terrible de la vasectomie. Je pense au « bon mot » que certains d’entre eux colportent régulièrement sur les réseaux sociaux « les hommes qui parlent d’une interruption volontaire de grossesse (IVG) « de confort » ferait bien d’essayer la vasectomie « de détente » » (rappel : la vasectomie n’est en rien comparable avec les douleurs physiques et mentales de l’IVG ; au contraire, c’est plutôt détendant et confortable comme méthode).
  4. Parce que ça ne rapporte rien : oui. En matière de contraception, les femmes (pour rappel, responsables en général de ce domaine là), consultent leur propre spécialiste : le gynécologue. Et ce dernier a toutes les raisons économiques de ne pas déléguer cette poule aux œufs d’or aux urologues des partenaires de leurs patientes, qui auraient tôt fait de régler le problème définitivement. Existe-t-il parmi les lectrices de ce blog une seule femme qui pourrait témoigner que son gynécologue lui a déjà conseillé la vasectomie ?
  5. C’est irréversible : Oui. En effet, si on ne peut exclure de souhaiter encore un jour des enfants (« Familienplanung abgeschlossen » est la case que j’ai du cocher sur le formulaire), ce n’est pas la bonne méthode (même si médicalement, l’opération est réversible dans la plupart des cas).

La bagatelle

Bref, il est temps que les hommes prennent en main leur contraception. Les menstruations, les accouchements et bien d’autres joies de la féminité, nous ne les assumerons jamais. Dans un couple, assumer la contraception pour la seconde partie de sa vie (oui, je suis quadragénaire) à peu de frais, sans douleurs et sans effets secondaires me paraît faisable, même pour un homme (à noter que la vasectomie ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles et n’est pas indiquée pour une carrière tardive de Casanova). Pour promouvoir cela, après avoir raté le lancement des ironing clubs, je songe à lancer un vasectoclub. Ceux qui sont intéressés peuvent me contacter.

Au lieu de croire que la contraception est une bagatelle dont leur partenaire se charge, les hommes pourraient un jour faire de la contraception une vraie bagatelle: pour eux-mêmes.

Marc Münster

Marc Münster

ApaRtide féru de politique suisse et curieux de l’avenir de mes deux filles, arpenteur inlassable de la twittosphère (@Munsterma) et de ma planche à repasser, je poursuis la chimère de l’humanisme des Lumières. Suisse allemand de culture vaudoise ou inversement, je m’entraîne de longues heures au retourné de röstis dans ma cuisine bernoise. Passionné de passé – latiniste puis géologue - je consacre ma vie professionnelle au futur et à la société (formation et conseil stratégique en développement durable.

36 réponses à “La contraception, une bagatelle? Pour les hommes, peut-être…

  1. D’abord merci pour votre billet, les jeunes papas comme vous vont éduquer les femmes de futur 🙂

    Juste encore un argument dans le chapitre “gros sous” – la contraception de femmes apporte le bénéfice à l’industrie pharmaceutique, et ceci en permanence, pendant au moins 20 ans, dans la vie de chaque femmes.
    Celle des hommes, c’est “one shot”, on paye une fois 1000 et fini, les payements.

  2. Merci pour le témoignage. Nous sommes 3 potes approchant la quarantaine, et parlons fréquemment vasectomie. Grâce à toi on risque bien de se lancer!

    1. Il y a un risque comme dans toute opération; mais au vu de la part féminine de la douleur, ça reste négligeable. Les stérilets n’existeraient pas si c’étaient les hommes qui devaient les porter…

  3. Merci, d’avoir eu ‘les couilles’ de le dire ! Et non, la contraception n’est pas qu’une histoire de femme! Et oui les effets secondaires sont épouvantables selon les sensibilités. Merci pour votre article, car à l’heure actuelle certaines pratiques masculines font froid dans le dos! Il serait de mode, chez certains messieurs, d’ôter le préservatif juste avant la fin, pour leur seul plaisir, au risque de mettre enceinte et transmettre les indésirables. Heureusement, pour les suivantes, un cas jugé récemment à Genève a coûté 3 ans de prison ! Mais où va-t-on?

  4. J’ai subi cette opération il y a un peu plus d’un an. En moins de 30 minutes chrono c’était réglé! Par contre il m’a fallu quand même une bonne semaine de convalescence.

    Mais aujourd’hui, c’est le top! Avec ma femme, nous avons l’impression de retrouver de la liberté et de la spontanéité, après avoir eu 3 fois la chance d’être parents. Finis les pilules, stérilets et autres solutions plus ou moins bancales. Une solution radicale certes mains libératrice! Dans un monde ou tout semble se complexifier, quel bonheur de pouvoir choisir une solution qui simplifie vraiment la vie – et surtout celle de mon épouse! C’est vrai qu’il faut être prêt psychologiquement à renoncer à ce pouvoir de géniteur car le retour en arrière est beaucoup plus complexe et sans garantie.

    Il me semblait normal et naturel (et gratifiant aussi) de pouvoir prendre part à cette question de la contraception. Je ne peux que recommander cette solution à d’autres aujourd’hui!

  5. Tout d’abord merci pour votre article, plein d’humour et tellement vrai!
    Pour ma part, j’ai eu la chance d’être entourée d’hommes extraordinaires: tout d’abord, mon gynéco, qui lui, nous a parlé de vasectomie.. comme quoi il en existe des gynéco qui en parlent; puis et surtout, mon Amour de mari, qui n’a pas hésité, alarmé par les effets secondaires, provoqués par la prise sur le long terme de la pilule, à faire le pas.
    Il a donc décidé de subir une vasectomie, à l’âge de 43 ans, et je puis vous assurer que nous menons une vie de couple extraordinaire, et que ça ne change strictement rien! Si ce n’est pour ma part encore plus d’amour pour cet homme qui une fois de plus m’a fait un merveilleux cadeau!!

  6. Vous oubliez un point essentiel! Si la contraception féminine se pose dès la puberté, la vasectomie ne sera abordée en principe que par des hommes en couple depuis un certain nombre d’années, qui ne veulent pas ou plus d’enfants. Divorcée récemment, je continue de prendre cette satanée pilule puisque les autres modes de me conviennent pas.. vous me voyez dire à mon prochain chéri : “tu pourrais pas envisager une petite vasectomie?” alors que personne ne sait où va nous conduire la relation? La vasectomie est donc également un acte de confiance envers la femme avec qui il est depuis longue date.

  7. Vous oubliez que la femme n’est pas condamnée à prendre des moyens de contraception chimiques toute sa vie. Lorsque je n’ai plus voulu d’autres enfants, j’ai profité de la césarienne prévue pour mes jumeaux pour faire en même temps une ligature des trompes. Même coût que pour la vasectomie et en faisant cela en une fois, pas de douleurs autres que celle de la césarienne!

    1. Il y a peu de médecins qui sont d’accord de procéder à une ligature des trompes avant 40 ans. Par ailleurs, toutes les femmes ne passent pas par une césarienne. En temps normal, la ligature est passablement chère et les suites beaucoup plus pénibles qu’une vasectomie.

    2. Vous avez eu la chance de pouvoir le faire directement pendant une césarienne. Parce que sinon le coût de l’opération est très jnportant, surtout comparé à une vasectomie. C’est clair que si ça coûtait moins cher, je le ferais direct !

      1. Oui, j’ai pu le faire avant 40. Et ce sont les médecins de l’hôpital où j’allais accoucher qui me l’ont proposé en m’expliquant comment la césarienne allait se passer. Et pour celles qui pensent que la césarienne est plus confortable qu’un accouchement par voie basse, pour moi qui ai vécu l’avb pour ma première grossesse et la césarienne pour la deuxième, sachez que j’ai nettement préféré l’avb!
        Je me dirai pas que j’ai eu la chance d’avoir une césarienne. Dans le cas de jumeaux, on n’a pas vraiment le choix surtout lorsqu’un des bébés est en siège.
        Il est vrai que du coup j’ai profité de la césarienne pour faire cette intervention. Quand au coût, on m’a annoncé 1000.- env. (Je ne sais plus exactement combien ça m’a été facturé) mais en faisant un rapide calcul du coût de la pilule sur le nombre d’années minimum qu’il me restait avant la ménopause, la ligature des trompes était moins chère que de continuer à prendre la pilule pendant plus de 10 ans!

  8. Bonjour Marc,
    J’ai eu la même approche / réflexion / décision / action 🙂 que vous, eh oui, rien de bien grave – rien ne change et plus de poison quotidien pour notre conjointe!

        1. Les spermatozoides meurent de leur belle mort là où ils sont nés; mais pour être technique, ils ne font qu’une partie infime de l’ejaculat; personne ne peut deviner que vous avez subi une telle opération.

  9. J ai fait la vasectomie il y a 3 ans, j avais 35 ans, cela m a coûté 800 frs et l assurance complémentaire m a payé la moitié.
    J ai tout regarde l opération et le docteur m expliquait tout le déroulement. personnellement j ai pas eu de douleurs j ai fait ça un vendredi et le lundi j étais au boulot.
    Après l opération tout fonctionne normalement et mon épouse n a plus besoin de bouffer cette merde de pillule .
    Et je tiens à dire qu il y a encore des médecins qui ne voient pas que le fric, car ayant été en consultation avec mon épouse pour sa deuxième grossesse, c est sa gynécologue qui nous a conseillé la vasectomie et nous a conseillé le médecin pour le faire.

  10. Merci pour cet article qui permet de remettre en question la seule responsabilité des femmes dans le domaine de la contraception.
    Cependant, je voulais préciser que le coït interrompu n’est pas une méthode contraceptive efficace, car avant l’éjaculation, du liquide séminal s’écoule déjà et il contient des spermatozoïdes prêts à gagner la course à l’ovule… À bon entendeur !

  11. Bravo et merci pour cet article ! Pour ma part, j’ai dû me battre pour avoir le droit d’être ligaturée à 36 ans. Heureusement, en France, c’est totalement pris en charge. Monsieur, qui pourtant avait 4 enfants d’un premier mariage, n’a pas eu le courage de faire le choix de la vasectomie… Aujourd’hui, j’ai un nouveau compagnon, qui a choisi tout seul de faire la démarche après son quatrième enfant. Nous sommes très heureux, notre sexualité est épanouie et libérée de toute camisole contraceptive aux effets délétères.

  12. Je remercie Marc Münster pour ce témoignage rare. Il me semble devoir être signalé qu’il existe des hommes, comme celui dont je partage la vie, qui se contraceptionnent en toute spontanéité et définitivement la quarantaine venue, sans en faire étalage. C’est conséquent, quand on ne veut plus d’enfant. Et c’est libérateur pour la femme qui partage leur lit. C’est normal, presque banal, privé et intime comme démarche, et en même temps il n’est pas normal que cela soit
    tellement rare, et si peu relaté. On fait une association des de défenseurs de la vasectomie ??!!?! Ce sont les urologues qui vont être contents…

  13. je ne discute pas de la nécessité d’un tel article, ne serait-ce que pour la publicité à apporter à cette technique, tellement plus simple que son homologue féminin, mais ne peignons pas le diable sur la muraille non plus : Tous les hommes ne sont psa des monstres d’égoïsme, toutes les femmes ne sont pas des victimes des pharmas, tous les gynéco ne sont pas assoiffés d’argent et tous les pharmas ne sont pas des marchands de mensonges, chacun a dans le domaine de la santé ou de la prévention son rôle à jouer. Ce qui me surprend cependant c’est qu’en Suisse on doit encore cocher la case “je ne veux plus d’enfant” quand en France on vous propose de mettre quelques paillettes au frigo, parce qu’on ne sait jamais…
    Et si l’envie de pouponner vous reprend, on peut toujours aller chercher ce qu’il faut là où ça se trouve et passer une commande de bébés en laboratoire (promis ça marche, et j’ai encore les petits frères et les petites soeurs au frigo…)

  14. Il faut communiquer largement les bienfaits de la vasectomie. Merci pour votre action. Ce moyen n’est que peu connu et surtout encore mal perçu. Sans les recommandations d’un proche je n’aurai rien fait.

  15. Alors oui, c est mon gynécologue qui m en a parlé. Lors de ma dernière grossesse, je lui ai parlé de la ligature des trompes, savoir si il pourrait le faire pendant une éventuelle césarienne (grossesse gémellaire) il m à répondu qu il ne le faisait pas pendant les cesa, que j’e n en ferais certainement pas et de parler à mon mari de la vasectomie 😉 On en a donc parlé et après avoir comparé les 2 méthodes, on a trouvé un urologue 😄 par contre un peu plus de 1000.- ici, car M. ayant des soucis de santé qui nécessitaient une narcose générale 😊😊

  16. Je suis gynécologue et j’e parle de cette méthode à toutes mes patientes qui n’ont plus /pas de désir de grossesse!
    C’est bien réducteur de penser qu’on n’envisage pas le bien-être global de nos patientes tout ça soit-disant pour s’en mettre plein les poches!
    Primum non nocere!

    1. Un blog est toujours réducteur et c’est tout à votre honneur de le faire.
      Les sondages (pragmatiques et non scientifiques) faits autour de moi m’avaient malheureusement montré que ce n’était de loin pas une généralité parmi vos collègues, même en cas de difficultés avec les méthodes “féminines”.

  17. Ça fait du bien de lire ceci!

    Par contre, pour avoir un mari qui en a et qui a accepté de prendre les choses en main, il peut témoigner qu’une simple anesthésie locale n’est pas toujours suffisante et que les douleurs et les effets secondaires (Dieu Merci présents qu’à court terme) ne sont pas exclus.

    Et je peux vous dire que mon gygy nous a soutenus dans cette démarche. Bon, C’est effectivement pas lui qui nous l’a conseillée mais n’a jamais voulu nous en dissuader, au contraire, il nous y a encouragé.

  18. Bravo Marc pour l’avoir fait aussi ouvertement!
    J’ai fait une vasectomie après la naissance de ma 4eme fille.
    Sur le moment une bagatelle, mais tout-de-même une gêne qui a duré une semaine en position assise, j’ai jamais été si mobile que durant cette période…
    Je parle volontiers de contraception autour de moi, mais la vasectomie n’est pas abordée facilement autant par les hommes que par les femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *