L’égalité ne peut se contenter d’un match nul!

Dans le sillage de l’affaire Weinstein et des « hashtags » libérateurs, le harcèlement sexuel est sous le feu des projecteurs. Tant mieux. Mais n’oublions pas pour autant d’autres facettes de l’inégalité entre femmes et hommes, comme celle des salaires. Las, cette question s’est soldée par un match nul au Conseil des États.

Pour rappel, il y a près de 40 ans que le droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale est inscrit dans la Constitution. Et plus de 20 ans que la Loi sur l’égalité (LEg), visant à concrétiser ce principe, est entrée en vigueur. Malgré cela, l’écart salarial inexpliqué reste de 7% en Suisse. Autrement dit, la discrimination salariale coûte chaque année 7 milliards de francs aux femmes de ce pays! Les mesures volontaires jusqu’ici déployées par la Confédération pour lutter contre cet état de fait ont notoirement échoué.

Un navrant match nul
Or, la majorité masculine et bourgeoise du Conseil des États vient de prendre une décision affligeante. La nécessaire révision de la LEg proposée par le Conseil fédéral – déjà timide à la base et encore édulcorée par la commission compétente – a été renvoyée à ladite commission, avec mandat d’examiner des modèles d’auto-déclaration. Un navrant match nul pour l’égalité salariale!

L’égalité ne battra pas en retraite
Alors que le nouveau projet de réforme des retraites conserve l’objectif de relever l’âge de la retraite des femmes, redisons-le avec force: l’égalité de l’âge de la retraite doit aller de pair avec l’égalité salariale et professionnelle et, en attendant, ne peut être envisagée sans mesures de compensation.

Soutien à la conciliation travail-famille
Heureusement, d’autres mesures, comme l’aide financière de la Confédération à la création de places de crèches, jouissent d’un soutien plus fort au niveau fédéral. Le Conseil fédéral vient par ailleurs de mettre en consultation une modification de la loi visant à rallonger la durée de l’allocation de maternité en cas de séjour prolongé du nouveau-né à l’hôpital.

Un soutien à la conciliation entre vies familiale et professionnelle qu’il s’agira de confirmer en approuvant l’initiative pour un congé paternité. D’ici là, ce 8 mars, Journée internationale des femmes, est l’occasion de le rappeler: l’égalité bénéficie aux femmes, aux hommes ainsi qu’à toute la société et doit donc être, enfin, réalisée!

Liliane Maury Pasquier

Liliane Maury Pasquier

Sage-femme, Liliane Maury Pasquier a une longue expérience politique : après le législatif communal de Veyrier et le Grand Conseil genevois, elle siège au Conseil national, de 1995 à 2007, qu'elle préside en 2002. Depuis 2007, elle siège au Conseil des États et dans la délégation au Conseil de l'Europe. Depuis 2018, elle préside l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *