Pourquoi l’avenir pétrolier des USA dépend du Venezuela

La malédiction du pétrole s’illustre une fois de plus. Cette fois c’est le Venezuela qui en fait les frais. Si pour le grand public, l’image d’un gouvernement incapable et corrompu a été vendue, la partie non visible de l’iceberg révèle un enjeu pétrolier extrême. Actuellement dans les mains de la Chine et de la Russie, les Etats-Unis ont la cruelle nécessité de s’approprier cet or noir.

Même si les USA sont devenus les plus grands producteurs pétroliers au monde, la mauvaise qualité de leur pétrole les oblige à incorporer le brut extra lourd du Venezuela pour produire du kérosène ou du diesel.

Sans ce pétrole, qui s’épuise, la suprématie énergétique des USA ne tient qu’à un fil.


Le Dilemme Américain

Grâce au pétrole de schiste, les USA sont devenus le plus grand producteur pétrolier au monde. Si la légèreté du schiste convient à merveille pour la pétrochimie, les pesticides ou le plastique, le diesel et le kérosène nécessitent de le mélanger à un brut plus lourd. Pour produire ces carburants, les raffineries du pays importent plus de 500’000 barils/jour de brut extra lourd du Venezuela.

Le Canada pourrait venir en aide à Washington, mais les capacités limitées des transports et les coûts importants des sables bitumineux de l’Alberta freinent le processus.

Pour ne pas se tirer une balle dans le pied avec les lourdes sanctions financières, imposées par le président Trump au régime Maduro, les USA continuent d’accepter les livraisons de brut mais déposent les payements sur des comptes bloqués. Qui entre Caracas et Washington pourra tenir le plus longtemps, la question est posée.

 

26% du pétrole américain peut être raffiné.
Le restant 74%, doit être mélangé avec du brut lourd ou exporté.
Source: EIA

 

Trump : une pierre plusieurs coups

La stratégie du Président Trump repose sur plusieurs piliers : l’opinion publique, les élections de 2020 et l’argent.

Donald Trump fustige les dérives et l’incapacité d’un gouvernement «socialiste» en soulignant la précarité du peuple vénézuélien et le manque d’investisseurs. Ce message fait une pierre deux coups. A l’interne, il permet d’entrer en frontal avec les candidats démocrates «ouvertement socialistes» aux élections de 2020 et à l’externe de scinder le monde entre les méchants et les gentils.

Cette perception est renforcée par l’envoi d’une aide humanitaire, qui a pris une tournure de communication hollywoodienne, alors qu’elle devrait être organisée de manière neutre et indépendante. Cette suspicion de Cheval-de-Troie a été renforcée par, John Bolton, le Conseiller à la sécurité nationale. Son bloc-notes a dévoilé : “5’000 soldats américains en Colombie.”

 

Sur le bloc notes de John Bolton:
“5’000 soldats américains en Colombie.”

 

De manière plus discrète, le même John Bolton travaille sur le véritable objectif d’un renversement du président Maduro par son protégé Juan Guaidó : le pétrole.

ExxonMobil et Chevron devraient reprendre les installations pétrolières du Venezuela et assurer l’approvisionnement des raffineries américaines. Les Français, Total, Anglais BP et Espagnol Repsol sont également impliqués dans cette réflexion d’où la coopération immédiate du Président Emmanuel Macron et des Premiers Ministres Theresa May et Pedro Sánchez.

Nous discutons actuellement avec de grandes entreprises pétrolières américaines. Cela ferait une différence si nous pouvions faire en sorte que des entreprises américaines produisent le pétrole au Venezuela. Nous avons tous les deux un large intérêt. Ce serait une bonne chose pour le Venezuela et les habitants des États-Unis.” – John Bolton, Conseiller à la sécurité nationale (voir la vidéo sur Twitter)

 

Voir 5min40 secondes pour le pétrole

 

Peak Oil

A lui seul, le pays est en train d’illustrer le paradoxe pétrolier actuel. Le pétrole bon marché s’épuise et il devient de plus en plus onéreux d’extraire un baril.

Membre de l’OPEP, le Venezuela possède potentiellement les réserves pétrolières les plus importantes au monde et ses rentrées économiques sont à 96% assurées par cette manne.

Historiquement, le Venezuela ne s’est jamais remis de la crise de sa monnaie et de sa dette des années 80-90. Les régimes drastiques imposés par le FMI et la Banque Mondiale n’ont finalement réussi qu’à monter la population appauvrie contre le président de droite Rafael Caldera.

Le libéralisme porté par les américains devait permettre de revitaliser le secteur privé et attirer les investisseurs internationaux. Pour tenter d’augmenter la production pétrolière, Caldera privatisa le secteur pétrolier. Malgré les efforts, le Venezuela a atteint son peak oil en 1997 avec 3,5 millions b/j.

Quand Hugo Chavez prit le pouvoir en 1999, la production avait déjà diminué de 1 million b/j. et la corruption ravageait le pays.

Aujourd’hui, avec l’illusion d’être assis sur une richesse pétrolière, le blâme se porte essentiellement sur le modèle économique socialiste des gouvernements Chavez et Maduro.

Il n’y a aucun doute que les erreurs de casting et la corruption ont endommagé l’extraction du précieux liquide. Mais la grande partie de l’or noir vénézuélien nécessite d’énormes quantités d’argent, des techniques avancées et un management professionnel. Tant que le baril tenait au-dessus de 100$, l’équation pouvait se résoudre. Avec la chute du baril en 2008 et en 2014, le Venezuela subit le même sort que l’Union Soviétique dans les années 1990.

Si aux USA, le pétrole de schiste ou les sables de schiste canadiens ont vu affluer, à perte, des milliards $ d’investisseurs étrangers comme des fonds de pension européens, les banques privées ou la Banque nationale Suisse, le Venezuela n’a pas eu autant de chance.

Au contraire, Caracas a dû continuellement se battre contre la justice et les fonds vautours (ex: Crystallex ou Pharo Gaia Fund Ltd) d’investissements américains pour rembourser, avec des taux indécents, les prêts effectués. Dans ce désastre financier, de Bush à Obama, Washington aura tout fait pour tendre vers la situation actuelle.

Ainsi, de 1998 à 2013, Chavez n’a pas réussi à saisir l’importance d’injecter de l’argent dans le système pétrolier. Il a dévié cet argent pour son usage propre mais aussi pour réduire la pauvreté en passant de 55 à 34%, à instruire 1,5 million d’adultes et avec l’aide de docteurs cubain à d’offrir là 70% de la population un système de santé gratuit.

Dès que le baril à chuté en juin 2014, le gouvernement s’est retrouvé à court d’argent pour soutenir la production pétrolière et ses programmes sociaux.

Le retour de manivelle fut édifiant avec plus de 3,5 millions de vénézuéliens obligés de s’expatrier pour simplement manger. En quelques années, le pays est tombé en ruine.

 


Moyenne de la Production pétrolière Venezuela depuis son peak oil en 1997.
Source EIA

 

Indépendance pétrolière

Demain, celui qui sera en charge du Venezuela héritera d’un pays dont l’agonie n’égalera que la vitesse de la baisse de sa production pétrolière.

Si pour la Russie et la Chine les risques se résument par la perte de plusieurs dizaines de milliards $ de créances et d’actifs ainsi que d’influence en Amérique Latine, le président Trump doit absolument garantir l’importation de brut conventionnel ou très lourd pour assurer la production de carburants pour ses camions et ses avions.

On pensait les petites nations plus vulnérables aux variations pétrolières. La position très inconfortable des USA démontre ce changement de paradigme. Nous produisons de plus en plus de pétrole, de moins en moins bonne qualité mais de plus en plus cher. L’équation n’a pas de solution dans le système économique actuel.

La vitesse à laquelle le Venezuela s’est écroulé, ne peut que nous inciter à trouver une indépendance pétrolière sous peine de subir le même sort.

Serions-nous tous en passe de devenir Vénézuéliens?

 

Les 3 plus grandes importations de pétrole, des raffineries américaines du Sud des USA
en milliers de barils par jour


Source: RBC Capital Markets

 

Energies, Economie Pétrole: Revue Mondiale Janvier 2019

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
– Venezuela: Le pays se trouve à un tournant. Décisif?
– USA: La production de diesel est à la peine
– Mexique: Un pipeline explose : 107 morts
– Allemagne: Le pays annonce sa sortie du charbon d’ici à 20 ans
– Inde: La demande de pétrole et de charbon en forte hausse
– Angleterre: Hitachi renonce à construire 2 centrales nucléaires
– Libye: L’insécurité plombe la production pétrolière
– USA: Boeing annonce son drone-passagers électrique et sans pilote.


 

Le pétrole a repris des couleurs. Il avait débuté l’année à 52,23$ et il est grimpé à 60,86 à Londres. A New York, il flirtait à 45,30$ le baril avant de se redresser à 53,74$.

 

Graphique du mois:

Par manque de pétrole lourd,
la production mondiale de diesel pourrait avoir touché un plateau

 

Pétrole

Le pétrole joue avec la barre des 60$ à Londres. Pour se déterminer sur son prix, il hésite entre plusieurs options comme les réductions de l’OPEP+, l’augmentation de la production de schiste aux USA ou le ralentissement de l’Economie chinoise. Pour l’instant la crise au Venezuela n’a pas encore fait bouger clairement les prix.

En 2019, les majors pétrolières vont investir 208 milliards $ pour le forage en haute mer selon Rystad Energy. Au total, 110 projets vont être lancés contre 96 en 2018 et 43 en 2016.

Le directeur de l’IEA, Fatih Birol, a souligné que sur un total de 1 milliard de voitures en circulation, les 5 millions de voitures électriques ne font pas le poids pour solidement influencer la demande pétrolière.

Son exemplem est parlant. “Cette année, la demande pétrolière mondiale va augmenter de 1,3 millions barils/jour (b/j). Les 5 millions de voitures électriques vont économiser 50’000 barils/jour. 50’000 contre 1,3 millions”. Il est vrai que l’impact est minime.

Selon lui, les voitures ne jouent pas un rôle prépondérant dans la demande pétrolière. A l’inverse, les camions, la pétrochimie et les avions sont le sont. Au niveau mondial, l’aviation est exemptée de taxe pétrolière et de TVA.

 

Monde

Depuis 1978, les salaires des PDG ont augmenté de 997,2%, la productivité de 122,01% et les revenus des travailleurs de 10,9% selon Economic Policy Institute. Alors que la croissance s’est affirmée comme une nouvelle normalité, la productivité et les salaires s’essoufflent.

Comme les salaires des PDG, les températures de la planète ont atteint des records en 2018, +1,1°C par rapport à l’ère préindustrielle.

La fonte annuelle des glaces, en Antarctique, est 6 fois plus rapide qu’en 1979, selon l’Académie américaine des sciences (PNAS).

 

Moyenne des températures pour 2018
par rapport à la moyenne 1951-1980

 

Les pays phares du mois

Venezuela

Sans conteste, le Venezuela est sur la première marche du mois de janvier. Une fois de plus, le pétrole se transforme en malédiction pour son pays.

L’agonie du pays semble arriver à un tournant. Washington et plusieurs pays dont la France, le Canada, le Brésil et l’Espagne ont annoncé soutenir Juan Guaido, l’ancien président du Parlement. Avant de se lancer, ce jeune homme de 35 ans avait reçu des garanties des grandes puissances.

Cependant, la Russie et la Chine ont investi des milliards $ sur Nicolas Maduro et son pétrole. On comprend que Moscou et Pékin n’ont pas envie de voir leurs actifs disparaître.

Dans la foulée, Trump a annoncé des sanctions pétrolières contre le Venezuela et l’arrêt des importations de 500’000 b/j. Revers de la médaille, cette décision pourrait faire augmenter les prix de l’essence aux USA, car le brut du Mexique, de l’Arabie Saoudite et du Canada est plus onéreux.

De plus, le pétrole lourd du Venezuela se marie parfaitement au pétrole de schiste américain très léger. Sans pétrole lourd, il est compliqué de raffiner le diesel ou le kérosène indispensable aux camions, bateaux et avions. De son côté, le Venezuela a besoin du pétrole de schiste américain pour liquéfier son pétrole lourd afin de le transporter.

Les entrées en devises du Venezuela proviennent essentiellement des ventes de pétrole aux Etats-Unis. Le reste sert à repayer les dettes russes et chinoises. Le pays devrait rapidement atteindre le point de bascule.

Actuellement, la production pétrolière va passer sous le million de barils/jour (b/j). Au temps de Chavez, elle dépassait les 3,5 millions.

En cas de renversement du gouvernement Maduro, les exportations pourraient encore fortement diminuer. L’histoire montre que le renversement d’un gouvernement ne permet pas de remonter aux niveaux d’extractions pétrolières initiaux.

 

Chine

Trump continue de demander à la Chine de respecter les brevets US, d’arrêter les subsides directs aux entreprises et de permettre aux entreprises américaines d’entrer dans le marché chinois. En résumé, le chef de la Maison Blanche demande simplement aux chinois de jouer avec les mêmes règles du jeu que le reste du monde. Le prochain épisode devrait figurer dans la revue de février.

Les prévisions de croissance du PIB de la Chine pointent vers 6,3%. Pas sûr que les chiffres du gouvernement soient d’une précision chirurgicale, mais ils indiquent une tendance à la baisse.

La Chine a développé une certaine dépendance envers les dettes et les constructions. Au niveau de la dette, on avoisine les 300% du PIB et la Banque Centrale Chinoise vient d’injecter 84 milliards $ dans l’économie locale. Est-ce que quelqu’un pourrait toucher un mot à la Banque Nationale Suisse pour qu’elle injecte 1$ dans les entreprises suisses ? Oui, c’est possible !

Il n’aura fallu que 58,8 milliards $ d’investissements par Pékin pour soutenir ses entreprises de voitures électriques et devenir le No1 mondial dans ce secteur selon Center for Strategic and International Studies.

Le constructeur chinois de voitures électriques, Byton, annonce la venue de son nouveau bolide. La bête sera commercialisée autours des 40’000 € et affiche des performances remarquables ainsi qu’un design digne des constructeurs italiens. Byton entre en frontal direct avec les modèles de Tesla et les futures allemandes.

Le groupe chinois CNOOC espère doubler sa production pétrolière d’ici à 7 ans comme l’a gentiment demandé le Président Xi Jinping. L’objectif est de booster la production pétrolière nationale pour moins dépendre de l’étranger.

Dans l’univers fabuleux que crée le gouvernement chinois, ce mois, on relève la mise en service d’une application qui permet d’identifier dans un rayon de 500m les personnes qui ont des dettes! Via l’utilisation de l’application de communication et de payements WeChat (équivalent de What’s app), les informations des utilisateurs sont transmis au gouvernement.

Ce service actuellement en service dans la région de Hebei, devrait être généralisé dans toute la Chine dans une année. Elle permettra de rejoindre l’évaluation des citoyens, qui bloque à plus de 10 millions de citoyens, l’accès aux trains ou aux transports en commun.

 

26% de la production pétrolière américaine est apte au raffinage
Le reste doit être mélangé avec du pétrole plus lourd pour en faire du diesel, kérosène ou essence.

 

USA

En 2018, les émissions de CO2 ont augmenté de 3,4% aux USA.

Selon l’EIA, les USA devraient atteindre une production pétrolière de 12,1 millions b/j en 2019 et 12,9 en 2020. Les USA sont devenus le plus grand producteur mondial.

Les USA font face à une pénurie de pétrole lourd nécessaire à produire du diesel et du kérosène. Les coupes dans les importations du Canada, Mexique et l’arrêt des importations du Venezuela inquiètent les raffineurs américains. Le Mars, une qualité de pétrole lourd, se traite avec une prime de 6,8$ par rapport aux cours pétroliers, au plus haut depuis 5 ans. Le Peak Diesel commence à inquiéter.

En 2018, les investissements en énergie solaire ont diminué de 25% à 130,8 milliards $. Sur la même année, les investissements en énergie renouvelables ont diminué de 8% à 332 milliards $.

Malgré l’enthousiasme et le support du Président Trump, le nombre de centrales à charbon diminue à un rythme encore plus soutenu que sous Obama. Depuis le peak de production en 2011 avec 317,4 MW la production décroit.

Durant les 5 dernières années, 6 centrales nucléaires ont été mises à l’arrêt et 35% du parc actuel devrait fermer dans les années à venir. Le nucléaire n’arrive plus à concurrencer les tarifs des énergies renouvelables et du gaz de schiste.

General Motors (GM) va utiliser sa marque Cadillac pour les voitures électriques et ses batteries BEV3. L’objectif est d’offrir une voiture avec un rayon d’action de 500 km.

BP va ajouter 1,3 milliard $ pour étendre les forages en haute mer de son gisement Atlantis dans le Golf du Mexique. L’entreprise avait essuyé un bouillon lors de la catastrophe DeepWater Horizon en 2011 avec des coûts qui ont dépassé les 60 milliards $.

L’entreprise PG&E, Pacific Gas & Electric, est l’une des premières grandes entreprises à faire les frais du changement climatique et des incendies monstrueux de la Californie. En octobre dernier, sa valorisation boursière atteignait 25 milliards $. Ce mois, elle est tombée à 4 et s’est placée sous la protection des faillites. C’est ballot pour la Banque Nationale Suisse qui vient de perdre ainsi 1,7 million $ supplémentaires dans la longue liste de ses déboire dans ses investissements fossiles aux USA.

BP a testé un nouveau système sismique pour découvrir du pétrole en eau profonde. Suite à son succès dans le Golfe du Mexique, cette technologie va être apportée en Angola et au Brésil.

Tesla Motor annonce le licenciement de3’000 employés (7%) afin de réduire les coûts. Les chinois arrivent sur le marché avec des véhicules aussi performants mais à un prix bien plus concurrentiel. Dans la foulée, Elon Musk annonce deux versions de ses camions entre 150 et 180’000$ et un rayon d’action de 900 km. La production n’a pas commencé. Cependant, dans le domaine des transports lourds, les camions à hydrogène semblent nettement plus performants et attractifs.

D’ici à 2022, VW va investir 800 millions $ pour construire une usine à voitures électriques au Tennessee. Plus de 1’000 emplois vont être créés.

Apple a fortement récompensé son PDG Tim Cook en lui offrant pour 2018 une compensation annuelle de 15,7 millions de dollars, + 22%.

 

Boeing a testé son premier drone taxi à décollage verticale et à propulsion électrique.
Airbus va présenter sa version durant le mois de février

 

Arabie Saoudite

L’Arabie Saoudite va limiter ses exportations à 7,1 millions b/j pour février avec l’espoir de voir le baril remonter.

Dès 2021, Ryad planche sur la vente d’une petite part de son champion pétrolier Aramco. Au total, le gouvernement espère obtenir 10 milliards $ au lieu des 40 qui étaient sur la table l’année dernière.

L’offre avait été retirée car Aramco aurait dû publier ses réserves pétrolières et les investisseurs n’étaient pas hyper convaincus du business model. Selon l’agence DeGolyer et MacNaughton immatriculée à Dallas, Texas, les réserves d’Aramco atteignent 263,1 milliards de barils. Cette estimation a été accueillie avec scepticisme et un large sourire. Depuis 30 ans, ce chiffre n’a pratiquement pas bougé d’une virgule.

L’Arabie Saoudite n’abonde absolument pas dans la narrative du peak oil (pic pétrolier) et voit l’offre pétrolière augmenter au moins jusqu’en 2040. Le PDG de Saudi Aramco, Amin Nasser, assure que l’Arabie Saoudite pompera le dernier baril de pétrole mais cela ne devrait pas arriver dans les décennies et des décennies à venir.

Saudi Aramco et US Air Products and Chemicals vont construire la première station de production d’hydrogène dans le Royaume. La station sera prête cette année et alimentera des voitures Toyota.

Riyad a choisi le français EDF et Abu Dhabi Masdar pour construire une ferme d’éolienne de 400 MW pour 500 millions $ dans le nord du pays.

 

Dessin: Chappatte

 

Les Amériques

Schiste Américain

Rystad Energy a publié des chiffres stratosphériques sur l’avenir du pétrole de schiste US. A se demander quelle mouche a piqué le statisticien en chef ou s’il n’y a pas une formule qui est partie en vrille dans leur feuille Excel. A 58$ le baril, ils pensent que les USA pourraient extraire 24 millions b/j en 2025 soit plus que la Russie et l’Arabie Saoudite réunies.

Dans son Annuel Energy Outlook 2019, l’EIA est également d’humeur joviale pour le pétrole de schiste US. On sent que l’Agence de l’Information de l’Energie Américaine veut faire plaisir à son Président. On n’atteint pas les sommets de Rystad mais l’enthousiasme est intact. Jusqu’en 2040, les USA devraient produire 14 millions b/j.  Dès 2050, ils devraient redevenir importateur de pétrole. D’ici là, Baron Trump devrait reprendre les commandes du pays à son cher papa. Difficile de dire laquelle de ces deux prévisions se réalisera.

Sur le terrain, la tendance actuelle suggère que les forages les plus productifs ont déjà été épuisés et que les coûts de production grimpent avec les forages de seconde qualité. Après avoir augmenté de 1,6 millions b/j en 2018, la hausse prévue pour 2019 se limiterait à 950’000 b/j.

Argentine

Les gisements de gaz de schiste de la Vaca Muerta pourraient attirer jusqu’à 165 milliards $ d’investissements de la part de Chevron, Total et ExxonMobil. Il reste à déterminer si ces investissements seront rentables.

Mexique

Un pipeline a été percé par des voleurs de carburant et a explosé dans la ville de Tlahuelilpan. Le bilan de l’explosion a grimpé plus de 100 morts et 40 blessés. Deux jours plus tard, dans l’Etat de Querétaro, un autre pipeline a subit le même sort. Là, l’explosion n’a fait aucune victime.

Cette tragédie s’est déroulée après que le président Andrés Manuel López Obrador ait demandé à l’armée de prendre le contrôle de 58 installations pétrolières majeures dans le pays. L’objectif est de réduire la corruption et les vols de pétrole dans l’entreprise nationale Pemex.

Certains groupes ponctionnent la production de diesel et de carburants pour financer leurs activités. Les vols se monteraient à 3 milliards $ par an. Le carburant ainsi volé s’achète à la moitié du prix de marché. Les vols sur des pipelines sont produits 42 fois par jour, en moyenne, durant 2018.

Le gouvernement a coupé la distribution via certains pipelines. Le transport pourrait se faire grâce à l’achat de 500 nouveaux camions citernes. Cependant, le pétrole continue de s’accumuler dans les terminaux des différents ports. Plus d’une douzaine de tankers attendent d’être déchargés.

Les raffineries de Pemex ont une capacité de 1,63 millions b/j mais tournent à mi-capacité. Le pays importe plus de 600’000 b/j de carburants distillés aux USA.

 

Dessin Chappatte

 

Europe

Angleterre

Le Brexit est toujours en cours et les automobilistes roulent toujours du mauvais côté de la route.

Concernant les trains, Alstom France va produire des trains à hydrogène pour le marché anglais. Les trains Breeze entreront en service en 2022.

Suite à la demande du producteur de schiste Cuadrilla, de ramollir les normes environnementales pour l’extraction de schiste, le gouvernement est resté droit dans ses bottes et a refusé la requête.

Malgré plus de 2 milliards d’investissements déjà effectués, Hitachi renonce à construire 2 centrales nucléaires. L’année dernière, Toshiba avait également abandonné l’idée. Au total, 6 projets ont été abandonnés ce qui ouvre une voie royale à la Chine, qui montre un intérêt certain à vendre ses centrales nucléaires « Made in China ». Cette perspective génère étrangement un frisson dans le dos.

Le démantèlement des plateformes pétrolières va coûter 31,4 milliards $ aux contribuables durant les 45 prochaines années selon la National Audit Office.

 

Allemagne

Après être sorti du nucléaire, l’Allemagne s’attaque au charbon et à la lignite. Le plan propose une sortie du charbon d’ici à 2038 avec un budget de 40 milliards €. Plus de 20’000 personnes travaillent actuellement dans cette filière. Vingt ans, est-ce trop court ou trop long ? La question divise les deux parties.

Le groupe VW va investir 30 milliards € dans les voitures électriques durant les 5 prochaines années. L’entreprise est en train de développer un châssis appelé MEB qui va lui permettre de limiter les coûts de production pour les 50 prochains modèles prévus d’ici à 2025.

 

Russie

A cause de l’hiver… la Russie ne peut pas diminuer sa production pétrolière selon le Ministre de l’Energie Alexander Novak. Le Ministre du pétrole de l’Arabie Saoudite, al Falih espère que Moscou réduise sa production (-288’000 b/j) afin de respecter la décision de l’OPEP+. La base de calcul  se base sur les chiffres d’octobre 2018 à 11,41 millions b/j.

De son côté, l’IEA annonce que la Russie a augmenté sa production à 11,5 millions b/j en décembre. Durant les 3 premières semaines de janvier, elle se situe à 11,39.

 

France

La fusion entre le français Alstom et Siemens rails pourrait être interdite par la Commission Européenne sur la concurrence. Les ministres de l’économie français Bruno Le Maire et l’allemand Peter Altmaier aimeraient voir l’émergence d’un géant européen du rail pour contrer le chinois CRRC. La fusion de ces deux géants permettrait de diminuer le nombre d’employés et les coûts. Reste à déterminer de quel côté de la frontière les pertes d’emplois seront les plus douloureuses.

Il est préférable que cette question ne doit pas être abordée tant que les gilets jaunes rodent dans les rues.

 

Suisse

Grâce à une essence très bon marché et un pouvoir d’achat élevé, le parc automobile suisse est le plus polluant d’Europe. Les émissions de CO2 sont reparties à la hausse en 2018 (+0,2%).

Du côté des constructeurs, les amendes pour les dépassements de CO2 se sont élevées en 2016 : à Frs zéro pour le groupe VW, BMW. Peugeot, Citroën et Frs 195’480 (€170’00) pour Mercedes soit fr 7.50—par voiture ! (€6.50). Il n’y a aucun doute, ces amendes sont dissuasives!

En 2018, le nombre de vente de voitures a reculé de 4,6% à 299’716. Les moteurs diesel ont chuté de 20,4%. L’hybride essence (+25,5%) et hybrides diesel (+209,6%), les véhicules électriques ont progressé de 7%. Par constructeur, le marché se décompose de la manière suivante: Volkswagen, une part de marché de 11%, Mercedes (8,6%), BMW (8,1%), Skoda (6,4%) et Audi (6,1%).

Un deuxième barrage de l’entreprise minière Vale s’est effondré au Brésil. Plus de 65 personnes sont mortes et 300 sont portées disparues. Le géant brésilien s’est établi à Saint-Prex, Suisse pour éviter de payer des impôts. Bien que l’entreprise ne compte qu’une poignée d’employés suisses, elle bénéficie d’un forfait fiscal qui défie toute concurrence.

Depuis 2016, un employé de la centrale nucléaire de Leibstadt a inventé des données dans les protocoles d’inspection sans avoir procédé aux tests. L’inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) note que ce n’est pas un cas isolé et il s’inscrit dans une série d’incidents dus à des erreurs humaines. La population et la sécurité de la centrale n’ont pas été mises en danger.

 

 

Moyen-Orient

Iran

Suite aux sanctions, version allégée de l’administration Trump, Téhéran exporte 1 million b/j alors que ce chiffre était de 2,7 en mai dernier. Les passe-droits accordés à la Chine, l’Inde, le Japon et la Corée du Sud arrivent à échéance à la fin mai 2019.

La situation du Venezuela pourrait aider l’Iran. Une coupure de livraison de l’Iran et de Caracas pourrait faire grimper les prix sur les marchés.

L’Iran va tenter de maintenir sa production pétrolière malgré l’âge avancé de ses forages. Plus de 30 projets vont être lancés pour un montant de 6 milliard $ et une augmentation de capacité de 281’000 b/j, en théorie…

 

Syrie

Le russe Gazprom va commencer à exploiter le pétrole et le gaz syrien. Avant la guerre, la Syrie extrayait 387’000 b/j dont 140’000 pour l’exportation.

L’instabilité dans la région nécessite une protection militaire pour les employés. Gazprom est en passe de devenir la première major à être militarisée.

Une pénurie de gaz pour générer de l’électricité, aider à la cuisson et le chauffage, touche la capitale Damas. A cause des sanctions américaines, le gaz iranien n’arrive plus dans le pays.

 

Irak

Au plus grand bonheur de Bagdad, la production pétrolière atteint 4,15 millions b/j avec des rentrées financières bienvenues.

La création d’une entreprise pétrolière nationale, INOC (Iraqi National Oil Company), s’avère plus difficile que prévu. La Cour Suprême demande de réviser les modalités notamment avec la partie Kurde du pays.

Le budget 2019 augmente fortement les dépenses du gouvernement et notamment les revenus garantis pour les Kurdes.

 

Depuis 2006, la production pétrolière de l’OPEP reste stable

Asie

Inde

Le pays importe de plus en plus de charbon pour ses besoins énergétiques. D’avril à décembre 2018, les quantités ont augmenté de 17% sur la même période en 2017.

La demande pétrolière indienne va augmenter de 245’000 b/j en 2019. Elle avait déjà augmenté de 250’000 barils en 2018. La consommation atteint 4 millions b/j.

La Northern India Public Service estime que la sortie de la production électrique à base de charbon va lui faire économiser 4 milliards $ sur 30 ans. La transition devra débuter par l’augmentation des tarifs (11$ par mois) pour ses 470’000 clients, afin de payer les investissements et de fermer les centrales à charbon. Les tarifs devraient diminuer dès 2023.

 

Australie

Pour la xème année consécutive, une vague de chaleur recouvre le pays. L’Australie ploie sous les incendies de forêts et l’augmentation d’hospitalisations. Visiblement, ce n’est pas encore suffisant pour que le gouvernement se penche sur le réchauffement climatique.

Pour l’instant, le charbon et le gaz conservent leurs privilèges.

 

Dessin Chappatte

 

Afrique

Libye

Depuis décembre, les incidents, entre les milices, plombent la production pétrolière. Elle est descendue à 928’000 b/j soit 200’000 b/j de moins.

L’Italie tacle la France. Matteo Salvini accuse Macron d’être responsable du chaos libyen, alors que des affrontements ont ensanglanté la capitale Tripoli.

Évidemment il y a quelqu’un derrière les combats actuels. Cela n’arrive pas par hasard. Ma crainte, c’est que quelqu’un, pour des motifs économiques nationaux, mette en péril la stabilité de toute l’Afrique du Nord et par conséquent de l’Europe. Je pense à quelqu’un qui est allé faire la guerre alors qu’il ne devait pas la faire. À quelqu’un qui fixe des dates pour les élections sans prévenir les alliés, l’ONU et les Libyens” dixit Salvini.

 

Nigeria

Le français Total va développer un nouveau gisement en haute mer selon Patrick Pouyanné son PDG. L’avantage des forages en mer est d’éviter de devoir payer les milices locales qui demandent une rétribution sur le pétrole. Annuellement, les vols de pétrole et les petites enveloppes sont estimées à 3 milliards $.

La raffinerie de Dangote va pouvoir traiter plus de 650’000 b/j et couvrir la totalité des besoins en carburants au pays. La bête aura coûté plus de 12 milliards $ au milliardaire Aliko Dangote. Le brave homme a construit sa richesse avec le ciment. La raffinerie devrait entrer en fonction dès 2022.

Actuellement, le plus grand producteur africain doit exporter son pétrole pour le raffiner et le réimporter.

Dessin Chappatte

 

Phrases du mois

«La transformation du secteur de l’énergie, et des autres industries, n’a pas lieu parce que des environnementalistes nous y forcent. Elle a lieu pour des raisons économiques. Si on néglige cette transition vers davantage de durabilité, on va en payer le prix.» Francesco Starace, PDG, ENEL energie, Italie

«L’industrie automobile planifient des investissements sans précédent dans les batteries et les voitures électriques durant les 10 prochaines années. Une grande part significative de ces 300 milliards $ d’investissements sont dirigés vers la Chine.» Paul Lienert, Christine Chan, Reuters.

«Le monde n’est jamais prêt à la naissance d’un clown». Omar Porras

Clean energy solutions are not moving fast enough to meet the UN targets for curbing the effects of global warming, and alternative energies are unlikely to meet those targets without policy support” Charles Holliday, hairman, Shell.

For US shale production to go down, you need oil prices at $40 per barrel and below. That is not healthy for the Russian economy. We should not take competitive action to destroy US shale production.” Kirill Dmitriev, head of the state-backed Russian Direct Investment Fund,

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

 

Energies, Economie Pétrole: Revue Mondiale Décembre 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
Tous mes Voeux pour l’année 2019. Que la vie vous traite avec élégance et bonté.
– Pétrole: Des hauts et des bas pour terminer au plus bas
– Energies fossiles: Année record de consommation
– OPEP: Une année charnière et passée à jongler avec les prix
– Pétrole de schiste: Bientôt 8 millions de barils par jour
– Economie Mondiale: Quelle direction pour 2019?
– Asie: Record de consommation de charbon et de pétrole
– Climat: Il aura fallu une fille de 15 ans.


 

Avant de débuter cette revue, un grand merci pour votre fidélité à la revue mensuelle. Vous avez été plus de 550’000 à la lire durant cette année. Les nombreuses heures passées à dénicher les informations et les retranscrire trouvent preneurs.

Année chaotique pour le pétrole, une vraie montagne russe. A Londres, il avait débuté l’année relax à 69.02$ pour prendre un coup de chaud à 87$. Là, c’était sûr il devait atteindre les 100$ d’ici à la fin de l’année. Bingo, après une soirée trop arrosée, on le retrouve fin décembre avec un gueule de bois à 52,23$. Même topo à New York où il avait débuté à 64.50$ pour terminer à 45,30$.

 

Graphique du mois: Evolution du prix du baril de pétrole Brent en 2018  (Londres)

Climat

La COP24 de Varsovie s’est terminée. Le discours de Greta Thunberg, 15 ans, résume parfaitement le tout (voir vidéo ci-dessous).

On peut souligner la très forte présence des lobbies du charbon, du pétrole et du gaz avec des présentations qui donnaient à croire que les énergies fossiles sont la solution. L’industrie du tabac et des arracheurs de dents avaient mis la barre très haut, mais là, c’est encore plus fort.

Pour revenir aux choses plus sérieuses, nous avons atteint les 408 ppm de CO2. Un record et 2018 est la deuxième année la plus chaude depuis 1880.

Discours de Greta Thunberg (avec traduction) – COP 24

 

Economie Mondiale

En théorie, la demande de pétrole devrait augmenter de 1,5 million b/j en 2019. La croissance mondiale du PIB devrait atteindre 3,7%.

Quelle est la direction de l’Economie mondiale pour 2019? Les Banques Fédérales ont terminé leur alchimie après avoir injecté plus de 1’500 milliards $ dans les institutions financières. Est-ce une panacée ou la création d’un nouveau Frankenstein? Les premiers indices pointent du doigt le monstre.

Pour l’instant, les USA vont relativement bien. L’Europe tousse. La Chine continue de publier des chiffres enthousiastes sur son PIB, mais sont-ils réels?

Si l’on regarde du côté des bourses, 65% des traders sont des machines. Les machines pensent que cette année 2018 est moche. Pas facile d’avoir l’avis d’un humain. Heureusement qu’il y a Thomas Veillet et ses chroniques matinales.

En 2018, nous n’avons jamais autant consommé de pétrole, de gaz et de charbon. Cette tendance souligne deux points: 1) l’Economie mondiale atteint des sommets 2) nous ne sommes pas sur le point d’apporter le début d’une réponse à Greta Thunberg.

 

OPEP

Année yoyo pour le cartel. Le début d’année avait débuté avec un resserrement de la production avec l’objectif de faire remonter les prix. La tâche fut facilitée par les problèmes au Nigeria, Venezuela et en Libye.

Il aura fallu un cafouillage iranien par le président Trump pour faire passer le baril de 87 à 52$.

Ce mois à Vienne, l’OPEP a proposé de réduire sa production de 1,2 million barils/jour (b/j). Cependant, aucun objectif contraignant n’a été indiqué par pays. L’OPEP cherche des volontaires.

L’utilité de l’OPEP est remise en question car la Russie (11,4 millions b/j), les USA (11,6) et l’Arabie Saoudite (11) produisent le tiers des besoins mondiaux de 100 millions b/j.

La relation de proximité entre l’Arabie et les USA, débutée après la deuxième guerre mondiale, est en train de se fracturer. La politique de fer menée par la pétromonarchie est de plus en plus en confrontation avec les valeurs occidentales. L’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, par le prince héritier, n’a pas aidé. Cette tendance pousse l’Arabie à se rapprocher de la Russie comme le témoigne l’accueil, devant les caméras, de Vladimir Poutine à MbS lors de la dernière rencontre du G20.

Du côté des USA, on désire démembrer l’OPEP via le Département de la Justice. Motif: “manipulation des prix”. Nom de code: No Oil Producing and Exporting Cartels Act ou NOPEC.


Le changement climatique est causé par deux choses: L’activité humaine et l’inactivité humaine
Dessin Chappatte

 

Pétrole et Diesel

Une part de plus en plus grande de pétrole provient du schiste et des sables bitumineux. Cette qualité de pétrole est peu propice à produire du diesel ou du kérosène nécessaires à nos camions, trains, transports maritimes, voitures ou avions.

Si l’ère du peak diesel se confirme, cela génèrera d’importants changements dans notre consommation énergétique.

Du côté du brut, certaines prévisions tablent sur un baril entre 70-80$ pour 2019. Bien malin qui peut prédire le prix de l’or noir.

 

Paris 1896-1900. Magnifique vidéo de l’époque de nos arrières-grands-parents.

 

Charbon

Poussé par l’Inde et la Chine, la demande de charbon augmente à 3’800 millions de tonnes (+0,2% par rapport à 2017).

Pékin consomme toujours le 50% du charbon mondial. Il devient de plus en plus apparent que l’ambition de la Chine d’améliorer la qualité de l’air tout en augmentant son PIB soit difficile à tenir.

La Chine va mettre en service 259 GW de nouvelles centrales à charbon qui correspond à la totalité du parc actuel américain.

 

Nucléaire

L’avenir du nucléaire repose essentiellement sur la Chine. Il n’y a pas d’autre pays au monde qui construit autant de centrales nucléaires. Huit sont en construction et dans les mois à venir, Pékin va mettre en service 3 nouvelles centrales pour arriver à un total de 40 réacteurs.

En Chine, la part du nucléaire représente 4% de l’électricité produite (7% pour le solaire et l’éolien).

Détail effrayant ou intéressant, les coûts de construction d’une centrale en chine sont deux fois plus bas qu’en Europe et aux USA. Du côté de la France, de la Finlande en passant par les USA et l’Angleterre, les coûts des centrales en construction explosent.

Dessin Chappatte

 

Arabie Saoudite

Année très difficile pour l’Arabie Saoudite qui s’embourbe dans la guerre au Yémen et dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. La stabilité de l’approvisionnement mondial de pétrole repose sur la stabilité de Riyad. L’équation devient de plus en plus ardue.

Afin de combler la diminution pétrolière de l’Iran, suite aux sanctions de l’Administration Trump, l’Arabie avait poussé ses exportations à 7,7 millions b/j en octobre (+268’000 b/j par rapport à septembre).

Suite à ce manque de coordination avec la famille Trump, le Ministre du pétrole saoudien a annoncé que le pays allait réduire sa production. Il espère l’équilibre entre l’offre et la demande durant l’année 2019.

Le budget du pays va augmenter de 7% à 295 milliards $ (+34 milliards par rapport au budget 2018). Une partie de cet argent ira au budget surréaliste alloué à l’armée (70 milliards $) ainsi qu’aux aides financières octroyées aux saoudiens. Ces aides financières permettent à la famille royale de rester en charge du pays et d’acheter les récalcitrants.

Pour boucler ce budget, l’Arabie a besoin d’un baril à 84$ soit 30$ de plus qu’actuellement.

A la surprise générale, le Roi Salman bin Abdelaziz Al Saoud a remanié son gouvernement. Il a gardé son fils le Prince Mohammed ainsi que le ministre du pétrole.

 

Chine

Pékin ne va pas acheter du pétrole aux américains. Habiles négociateurs, les chinois s’engagent avec confiance avec le fantasque Trump et semblent attendre avant d’utiliser le gaz et de pétrole pour limiter la balance commerciale entre les deux pays.

Xie Zhenhua, le chef du Climat de la délégation chinoise, est «déçu» du retrait des américains et encourage les USA à reprendre sa place dans les discussions sur le climat. Il y a 3 ans, cette déclaration aurait été impensable de la part de la Chine.

Pour tempérer les ardeurs climatiques de la Chine, la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) a signé des accords avec Chevron, ConocoPhillips, Shell, Total et Equinor pour développer les champs pétroliers offshores de Pearl River Mouth Basin.

La Chine a importé 9,3% de charbon de plus qu’en 2017, à 271 millions de tonnes.

Pékin a validé les restrictions les émissions polluantes du transport maritime. Cette règle, implémentée au niveau mondial, limitera la vitesse des bateaux ainsi que l’utilisation du brut extra lourd.

En novembre, 173’000 voitures électriques ou hybrides ont été vendues, +18,5% sur une année à l’autre. Depuis le début de l’année 1,05 millions de ces véhicules ont été vendues en Chine, +63%.

A la Bourse de Shanghai, l’indice composite a perdu cette année 24,6%, celui de Shenzhen a chuté de 33,2% et Hong Kong, qui a régressé de 14%.

 

USA

La production pétrolière atteint 11,6 millions b/j et augmentera de 1,5 millions b/j en 2019. Les USA sont devenus le plus grand producteur pétrolier mondial.

Les importations de pétrole se sont élevées à 3,1 millions b/j en 2018. Il y a dix ans, avant l’arrivée du schiste, les USA importaient 11,1 millions b/j.

Grâce au gaz de schiste, les USA sont en passe de devenir un acteur mondial dans le gaz liquide (LNG). Cependant, l’arrivée du très polluant gaz de schiste dans les maisons européennes pose de gros soucis environnementaux. Alors que le méthane du gaz naturel est dangereux pour le climat, le schiste américain explose toutes les statistiques.

ExxonMobil demande à l’Agence de l’Environnement EPA d’augmenter la régulation sur les émissions de méthane lors de l’extraction pétrolière et gazière. Deux raisons à cette requête. La major fait face à une pression de ses investisseurs sur les conséquences du réchauffement climatique et les petits acteurs pétroliers n’arrivent pas à s’offrir ces systèmes.

La production électrique éolienne du Texas a atteint un niveau record de 51% à 19,2 GW.

Dès 2029, tous les bus qui circuleront en Californie devrait être électrique ou à hydrogène afin de respecter les réglementations sur les émissions.

Quand Trump a changé les règles de consommation et de polluants pour les véhicules, les plus grands supporters se trouvaient dans l’industrie automobile, même s’ils ont souligné que les changements étaient trop importants. Sans surprise, il s’avère que le véritable déclencheur fut l’industrie pétrolière. Marathon Petroleum, le plus grand raffineur du pays, a fortement utilisé de son influence et celle de ses actionnaires, les frères Koch, pour amoindrir la législation.

 


Les gisements de pétrole/gaz de schiste aux USA

 

Europe

Après des années de perfusions pour les banques privées, la Banque Européenne va arrêter d’injecter des milliards dans le système.

Les ventes de voitures ont diminué de 8,1% en novembre à 1,16 million d’unités.

 

Finlande

La Finlande a mal à ses nouvelles centrales nucléaires. Alors que l’EPR Areva, de Olkiluoto, a déjà plus de 10 ans de retard et un budget pulvérisé, le gouvernement avait confié au russe Rosatom la construction d’une nouvelle centrale. Basé sur un type de réacteur standardisé, tout devait rouler comme sur des roulettes.

Ce qui devait arriver, arriva. La construction de la centrale nucléaire de Hanhikivi 1 va prendre 4 années de retard selon Rosatom. Décidé en 2010, le réacteur devrait entrer en fonction en 2028 au lieu de 2024. Pour ne pas trop fâcher les citoyens durant les Fêtes de fin d’année, on ne parlera pas du dépassement financier.

 

Hollande

Sous la pression des actionnaires, Royal Dutch Shell va devoir réduire son empreinte carbone. Total et BP ont déjà plié et la major hollandaise en fait de même.

Dès 2020, les bonus du PDG Ben van Beurden et des cadres seront influencés par l’atteinte de ces objectifs. Cimate Action 100+, qui regroupe 300 institutions et 32’000 milliards $, pousse les gros pollueurs à réduire leurs émissions pour atteindre les objectifs de Paris.

Ainsi Total investit dans le solaire et les batteries. ExxonMobil dans les biocarburants à base d’algues. Chevron dans la captation du CO2 et le norvégien Equinor dirige 15% de ses investissements dans de nouvelles solutions énergétiques dont l’éolien. Les investissements restent modestes, mais c’est un début. Voir le graphique ci-dessous:

 


Investissements dans les énergies vertes par les majors pétrolières de 2010-2018
en % de leurs investissements totaux
Source Financial Times

 

France

Le gouvernement a reculé face à la pression des gilets jaunes. Il a aboli sa taxe sur les carburants, renonce aux conditions de contrôles techniques des véhicules polluants et gèle les prix de l’électricité jusqu’en mai 2019.

Paradoxalement, 4 ONG, dont celle de Nicolas Hulot, ont lancé une pétition pour lancer un recours en justice contre le Gouvernement Macron. Motif «action insuffisante contre le réchauffement climatique. » Ce qui est un euphémisme pour qualifier l’enthousiasme du gouvernement Macron dans ce domaine. En quelques jours, 2 millions de personnes ont signé la demande.

On ne met jamais un banquier à la tête d’un pays! La France découvre cet adage et ce principe de précaution élémentaire.

Durant les 2 dernières années, les banques françaises ont financé à hauteur de 43 milliards € les énergies fossiles selon l’association OCSFAM.

Les pays qui possèdent un taux d’égalité élevé entre les citoyens obtiennent souvent les meilleurs résultats dans l’implémentation de la transition énergétique (les pays nordiques).

Contre toutes les règles de protection de la nature et de l’environnement mais avec le feu vert du président Macon, le pétrolier TOTAL a commencé à forer du pétrole dans la Guyane française. De son côté le Brésil a refusé de donner son feu vert sur sa portion de territoire.

 

Suisse

Le fabricant de scies à silicium et de panneaux solaires, Meyer Burger, va transférer 90 emplois en Chine. Fin 2012, l’entreprise employait encore plus de 2’200 collaborateurs. Ils ne sont plus que 900.

Le développement pour les scies à diamant reste en Suisse car la recherche est presque entièrement subventionnée par le gouvernement helvétique. La Chine aurait tord de refuser cette aide généreuse.

Le producteur d’électricité AXPO annonce une progression de 29% de son bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit) à 348 millions de francs.

Le canton de Vaud a interdit l’exploitation de gaz ou de pétrole de schiste ou toutes les hydrocarbures sur son territoire.

L’empreinte de gaz à effet de serre d’un citoyen suisse est de 14 tonnes par années. La moyenne mondiale est de 6 tonnes. Le Suisse consomme deux fois plus l’avion que ses collègues européens avec une moyenne de 2’000 km/an. L’Aéroport de Genève désire passer de 18 à 25 millions de passagers dans les années à venir.

Le gouvernement Suisse ne veut pas limiter l’extraction de pétrole ou de gaz de schiste. Cerise sur le gâteau, les gaziers vont pouvoir importer le très polluant gaz de schiste des USA. Les très puissants lobbies comme l’Union Pétrolière Suisse et des gaziers comptent de nombreux élus dans leurs escarcelles.

Un drone pliable qui se rétracte pour passer où il veut

 

Russie

Le ministre du pétrole, Alexander Novak, prévoit une production de 11,145 à 11,165 millions b/j pour 2019. Cela dépendra également de la politique de l’OPEP+ et d’une diminution de 228’000 b/j que la Russie devrait réaliser. La Russie produit actuellement 11,42 millions b/j.

La production pétrolière russe ne fait que de monter depuis la mise en service en 2008 de nouveaux champs pétroliers. Si les informations du Ministre Novak se confirment, ce serait une première baisse en 10 ans.

Le Parlement Européen condamne la construction du gazoduc Nord Stream 2 qui pourrait relier la Russie et l’Allemagne et doubler la quantité de gaz livrée à Berlin et à la Hollande. Le Parlement parle de sécurité d’approvisionnement énergétique. Sous la pression américaine, l’Europe importe de plus en plus de gaz de schiste des USA. De son côté, Gazprom, dévie de plus en plus ses livraisons européennes vers l’Asie.

L’entreprise atomique russe Rosatom a reçu la mission par Moscou d’ouvrir une voir maritime dans l’Arctique durant toute l’année. Les brise-glaces nucléaires de Rosatom ouvriront une ligne taxi pour les cargos qui relient l’Europe à l’Asie. Cette route permettra également l’extraction et le transport du pétrole exploité dans l’Arctique.

 

Allemagne

BMW et Porsche ont réalisé un nouveau système de recharge FastCharge de 450 kW. Cette nouvelle centrale de recharge permet de connecter les voitures électriques du standard européen Type 2 en moins de 3 minutes pour 100 km pour une batterie de 90 kWh comme pour la nouvelle Porsche.

Jusqu’en 2030, Daimler prévoit d’acheter pour 23 milliards $ de batteries pour ses véhicules électriques. Pour l’instant, Daimler se fournit chez LG Chem, China’s Contemporary Amperex Technology et SK Innovation.

Le constructeur de camion MAN va tester son eTruck dans l’usine de Porsche à Stuttgart. Le camion pourra transporter 32 tonnes. Avec 149 kWh, il pourra parcourir 130 km. Il faudra 45 minutes de plus pour ajouter 100 km. Est-ce que l’électrique est adéquat pour les camions ?  La réponse est en cours.

Daimler Trucks Amérique du Nord a livré son premier camion électrique pour le marché américain: le Freightliner eM2 106 d’une puissance de 480 chevaux et 325 kWh avec un rayon d’action de 300 km.

 

Le Freightliner eM2 106 Electrique de Dailmer. A destination du marché américain

 

Moyen Orient

Iran

Les revenus pétroliers du pays ont augmenté de 55% entre mars et octobre 2018. La fin de l’année est nettement plus compliquée. Suite aux sanctions américaines en octobre, les exportations se monteraient à 762’000 b/j, au plus bas depuis 5 ans avec une diminution d’un million de barils par jour.

La Suisse pourrait vendre à l’Iran des produits humanitaires comme de la nourriture, médicaments ou appareils hospitaliers en utilisant un nouveau mécanisme de payement approuvé par Washington.

Le pétrolier Total a été puni d’une amende de 572’000$ par une cour de justice parisienne. Motif: le géant pétrolier aurait corrompu, en 1997, des officiels (30 millions $) pour développer des champs pétroliers South Pars en Iran.

Depuis les sanctions américaines de novembre 2018, Total s’est retiré de South Pars et de l’Iran. Le français a été remplacé par une entreprise chinoise.

 

Irak

Le ministre du pétrole, Thamir, a annoncé que Schlumberger va forer 40 puits dans le champ pétrolier de Majnoon. Le champ produit déjà 240’000 b/j. En juin, Shell avait quitté ce champ.

L’administration Trump a accordé 90 jours de plus à l’Irak. Motif, l’Irak à besoin du gaz iranien pour produire 30% de son électricité.

 

Qatar

Le pays a annoncé sa sortie de l’OPEP pour «officiellement» se concentrer sur l’exploitation de gaz. Le Qatar était membre de l’OPEP depuis 1961 et produit 600’000 b/j sur les 31 millions de l’OPEP.

Cependant, cet acte symbolique est un pied de nez à l’Arabie Saoudite qui dirige le cartel.

L’embargo de l’Arabie Saoudite contre Doha est toujours en vigueur même si les effets restent minimes.

Pour améliorer l’ambiance entre les deux pays, Riyad a proposé la création d’un canal sur sa frontière afin d’isoler le Qatar et d’en faire une île. Les soucis de budget de l’Arabie Saoudite pourraient compromettre cette idée.

 

Syrie

Le président Trump a décidé de retirer ses boys du pays. Comme la nature à horreur du vide, les turques, russes, iraniens et syriens se sont portés volontaires afin de reprendre cette place. L’avenir des Kurdes est en question.

Il faudra surveiller les implications de cette décision à travers le Moyen-Orient. Mine de rien, cette région pétrolière alimente en pétrole notre standard de vie.


Demande pétrolière mondiale 2014-2018
Source IEA

 

Les Amériques

Etats-Unis Schiste

Les USA annoncent que le Bassin Permien contiendrait 46 milliards de barils de pétrole, 20 milliards de baril de gaz liquide et 8 milliards m3 de gaz. Ces chiffres indiquent les ressources techniquement exploitables. Aucun information n’est donnée sur le niveau des prix à atteindre pour rentabiliser ces réserves.

L’EIA prévoit une augmentation d’extraction du schiste de 134’000 barils/jour en janvier.

Au Dakota du Nord et au Sud Texas, les exploitants ont dû passer aux forages de deuxième catégorie. Le Dakota du Nord pourrait déjà avoir atteint son peak oil. A confirmer. Le peak oil du pétrole de schiste aux Etats-Unis pourrait arriver dans les 3-5 années à venir.

ExxonMobil est devenu le plus grand pétrolier dans le Bassin Permien et annonce des coûts de production à 35$ alors que les compétiteurs avoisinent les 45$. L’avantage d’Exxon, c’est de pouvoir noyer ses chiffres du schiste avec ceux bien plus prolifique du pétrole conventionnel.

Dans la presse spécialisée, l’impact de la chute des cours de l’or noir sur les producteurs de schiste est abondamment analysé. L’un des moyens utilisés par les pétroliers est de manipuler les chiffres de la comptabilité et de se focaliser sur les forages les plus lucratifs. L’allongement des forages horizontaux et l’injection de quantité de sable toujours plus important augmentent les coûts sans toutefois garantir une meilleure profitabilité.

Comparaison des prix Octobre 2018 et 19 décembre 2018
entre les différentes qualités de pétrole américain

Baril Américain (prix standard) / Pétrole de schiste Eagle Ford / Pétrole de schiste du Bakken / Pétrole bitumineux
Ex: quand le baril américain se vend à 47,41, le schiste du Bakken et à 20$

 

Canada

L’expansion des pipelines Trans Mountain et Keystone XL sont au point mort. Le projet du pipeline Northern Gateway a été mis de côté. Du coup, les producteurs des sables bitumineux de l’Alberta ont été forcés de faire des rabais jusqu’à 40$ le baril pour écouler leur pétrole à perte. (voir graphique ci-dessus)

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau offre 1,2 milliards $ à l’industrie pétrolière des sables bitumineux afin de soutenir les emplois dans l’Alberta. Au lieu de donner cet argent aux pétroliers, ne serait-il pas plus efficace de donner cet argent aux employés pour les aider à trouver un nouvel emploi? Je dis ça, je ne dis rien.

Pour aider à réduire les stocks, la première ministre de l’Alberta Rachel Notley a ordonné une réduction de 325’000 barils par jour, à compter du 1er janvier.

Justin Trudeau envisage d’aider à financer l’achat de wagons citerne pour accroître le volume de transports pétrole des sables bitumineux. Pour mémoire à son arrivée, l’ami Trudeau plaidait pour que le Canada prenne des initiatives sur le réchauffement climatique.

 

Mexique

Le nouveau président, Andrés Manuel López Obrador, veut que son pays produise plus de pétrole d’ici à 3 ans.

Le gouvernement va injecter 3,7 milliards $ pour soutenir l’entreprise nationale Pemex. Le pétrolier devra investir dans une nouvelle raffinerie pour 8 milliards $ ainsi que 23 milliards $ (+14%) pour l’extraction pétrolière.

 

Venezuela

La production pétrolière a chuté à 1,1 million b/j. Au début de l’année, elle était de 2,2 millions. En 1998, le pays exploitait 3,5 millions.

Dans une situation financière critique, le Président Maduro a demandé et obtenu de Vladimir Poutine, une rallonge financière de 5 milliards $ en échange de pétrole.

La Chine et la Russie portent financièrement à bout de bras le Venezuela en échange d’or noir. Cependant, Moscou s’est plaint que les remboursements pétroliers envers la Russie se font parfois attendre, alors que Caracas s’exécute à la minute pour les traites chinoises.

 

Brésil

En 1 an en Amazonie, l’équivalent de 1 million de terrains de foot de forêts ont été rasés pour laisser place à la culture du soja et à l’exploitation forestière.


Production du pétrole de schiste aux USA, en milliers de barils/jour
Source IEA

 

Asie

Inde

Le pays a importé 4,2 millions b/j de pétrole en novembre. Les besoins énergétiques de l’Inde grimpent à une vitesse fulgurante.

L’Inde est devenue le deuxième importateur de charbon derrière la Chine.

 

Australie

Le pays est devenu le plus grand exportateur de gaz liquide (LNG) devant le Qatar avec 6,5 millions de tonnes contre 6,2 pour Doha.

 

Singapour

Plus de 150 millions $ de pétrole ont été volés dans la plus grande raffinerie du pays. Une douzaine de personnes ont été arrêtées dont plusieurs employés de Royal Dutch Shell.

Dessin Chappatte

 

Afrique

Libye

La National Oil Company (NOC) a déclaré l’état de force majeur dans le champ d’El Sharara et ses 315’000 b/j. Le gisement a été intercepté par une milice locale qui désire recevoir une part du bénéfice ainsi que des emplois rémunérés.

Le premier ministre, Fayez al-Sarraj, s’est rendu sur place pour détendre l’atmosphère. Pour l’instant, la NOC a refusé de payer afin d’éviter de donner des idées aux dizaines d’autres milices du pays.

 

Nigeria

La justice italienne a reconnu que Eni et Shell ont préparé des petites enveloppes à destination des dignitaires du pays. Les deux entreprises avaient payé 1,3 milliards $ dont 1,1 pour les petites enveloppes.

Le français Total va commencer à exporter du pétrole en très grande profondeur du gisement Egina à proximité des côtes du pays. Le gisement a une capacité de 200’000 b/j. et se trouve immunisé des sabotages qui a lieu sur les terres.

 

Phrases du mois

«La France des gilets jaunes constitue un contre-exemple, dans lequel l’Etat n’a pas réussi la synthèse entre la portée environnementale et la portée sociale. La taxe carbone s’est ajoutée à un système fiscal terriblement inégalitaire. La transition juste, ce n’est certainement pas de faire payer les citoyens les plus modestes, mais plutôt de faire participer les entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre » Anabella Rosemberg, Greenpeace.

Alors que les standards techniques et technologies ne sont pas établis dans beaucoup de nouvelles technologies, c’est une opportunité en or pour l’industrie de notre pays pour augmenter nos efforts de standardisations afin de “dépasser” tout le monde en prenant une autre voie.». Gouvernement Chinois: China Standardization Administration

L’économie de la qualité, il faut se battre pour ça. Le prix n’est pas une valeur. La valeur est ailleurs comme le disait Warren Buffet. Entre une baguette de pain à 80 ct € et une baguette de pain à 1,2€, la baguette à 80 ct n’a aucun sens.  Elle ne vient pas d’une bonne farine, elle ne vient pas d’une bonne agriculture, elle ne paie pas suffisamment l’agriculteur qui l’a produit.
Une baguette à 80 ct € on la paie 3 fois. Une fois à la caisse, une fois chez votre médecin, une fois avec vos impôts pour nettoyer les terres des produits chimiques.
”  Frédéric Anton, chef cuisinier, Meilleur ouvrier de France

Nous vendons les voitures que les gens veulent acheter (selon un fabricant automobile). “Non, vous vendez les véhicules grâce aux pubs que vous faites sur les voitures que vous voulez leur vendre.” Corinne Lepage, ancienne ministre environnement France

«Vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont. Même ce fardeau, vous le laissez aux enfants (…) Notre civilisation est sacrifiée pour qu’un tout petit nombre de personnes puisse continuer à faire beaucoup d’argent, pour que ces mêmes personnes puissent continuer à vivre dans le luxe. En 2078, je fêterai mes 75 ans. Si j’ai des enfants, ils passeront peut-être cette journée avec moi. Ils me parleront peut-être de vous… Ils me demanderont pourquoi vous n’avez rien fait pendant qu’il était encore temps d’agir. Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout et pourtant vous volez leur avenir sous leurs yeux. (…) Nous sommes venus ici pour vous faire savoir que le changement était en train d’arriver, que vous le vouliez ou non.» Greta Thunberg

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

 

L’OPEP tente de repousser les prix du pétrole vers 70-80$

La réunion des membres de l’OPEP a entériné une diminution de 1% de l’extraction mondiale de pétrole à -1,2 million de barils par jour. L’objectif est de freiner la chute des cours de 87 à 58$ le baril (-33%) des deux derniers mois pour remonter dans une fourchette de 75 à 85$.

Pour le cartel, cette base devrait permettre des rentrées suffisantes de pétrodollars, de soutenir la croissance pour maintenir la demande de pétrole et de freiner les investissements dans les énergies renouvelables. A ce petit jeu, chaque pays défend ses propres intérêts.

Ne serait-il pas le moment d’envisager une transition hors des griffes du pétrole?


 

Depuis 2006, les variations extrêmes du baril déstabilisent autant les producteurs que les pays importateurs de pétrole.

C’est la deuxième fois depuis 2014 que l’OPEP doit intervenir de manière aussi vigoureuse. De 100$, les cours étaient descendus à 40$ en quelques mois. Aujourd’hui, la potion magique est la même: réduire l’offre.

Cette fois, ce sont les décisions à l’emporte-pièce de Donald Trump face à l’Iran qui ont totalement déstabilisé l’industrie pétrolière mondiale. D’un embargo total, Washington a lâché du lest à la dernière minute, en vue des élections de mi-mandat.

Dans les faits, Donald Trump terrasse tous les fondamentaux pour imposer sa vision à très court terme et assurer sa prochaine réélection en 2020.

 

Quel est le juste prix du baril ?

Les USA

Donald Trump souhaite des tarifs pétroliers sous la barre des 50$. Cela permet d’offrir à son électeur, Joe America, un carburant bon marché, ainsi que de stimuler l’activité industrielle et l’économie nationale. Ces trois facteurs pourraient lui accorder un second mandat.

Quant aux monstrueux déficits de l’extraction de pétrole de schiste, les Blackrock, JP Morgan, Wells Fargo, Bank of America, UBS, Credit Suisse, etc. sont passés maître pour exporter les pertes américaines à des institutions financières étrangères comme la Banque la Banque Nationale Suisse ou les fonds de pensions des retraités européens.

Qu’importe que le baril soit à 50$ et que les producteurs de schiste perdent des centaines de milliards $. Tant que leurs managers sont massivement payés et que des milliers d’emplois sont générés aux USA, le «Make the America Great Again» triomphe.

Un baril à 50$ permet également de limiter et de contenir l’implémentation des solutions renouvelables dévastatrices pour les énergies fossiles et pour la doctrine Trump.

 


Avant la réunion de l’OPEP, le président Trump a fait pression sur le cartel
dans le but de ne pas diminuer l’offre

 

Les Pays producteurs

Les pays producteurs privilégient un baril entre 70-90$ afin d’équilibrer leurs budgets. Le train de vie de l’Arabie Saoudite nécessite un baril supérieur à 80$. Plus frugale, la Russie, , peut se contenter d’un baril à 43$. Le surplus n’est que confort et bénéfice.

Le Venezuela, l’Iran, l’Irak, la Libye ou le Nigeria prient pour que la fourchette supérieure devienne la norme tant leurs besoins financiers sont importants.

Un baril à 80$ permet également aux pétroliers de pouvoir investir dans l’exploration pétrolière afin de remplacer les gisements qui s’épuisent. Durant cette dernière décennie, les coûts d’extractions sont passés de 5$ le baril à plus de 70$. L’industrie doit forer de plus en plus profond pour extraire du pétrole de moins en moins riche.

 

Les pays importateurs

Comme les membres de l’OPEP, les gouvernements des pays importateurs bénéficient aussi de la bénédiction du pétrole, via des taxes qui génèrent de substantiels revenus. A cet égard, la décision du cartel est une bonne nouvelle. Le montant optimal du baril raisonne le mieux dans la fourchette 80-90$.

Mais attention, au-dessus de 100$, le pétrole détruit tant la croissance économique que la demande de carburants. Comme le montre la crise de 2008, l’Economie est incapable de supporter un baril à plus de 140$.

 

Sortir du pétrole

La décision de l’OPEP de réduire l’offre implique directement la vie de tous les citoyens de la planète. La volonté du cartel de garder l’hégémonie du pétrole sur les autres énergies est compréhensible. Paradoxalement, on retrouve également cette même volonté au sein des pays importateurs.

Cependant, les variations extrêmes des prix du baril doivent nous inciter à effectuer une transition énergétique et une sortie rapide des produits pétroliers. Ces variations sont les premiers effets du peak oil et elles ne vont que s’amplifier, tout comme les changements du climat.

Une première étape pourrait demander l’interdiction de financement de projets pétroliers par les institutions financières publiques. Durant les deux dernières années, les banques françaises ont investi, à l’étranger, plus de 43 milliards € dans le pétrole.

En Suisse, le président de la Confédération, Alain Berset, a annoncé frs 120 millions de francs d’investissements dans les projets de réduction de CO2, majoritairement à l’étranger. Si au lieu d’utiliser les impôts des citoyens, il avait tout simplement régulé les investissements des fonds de pensions des caisses publiques, de l’UBS, du Crédit Suisse ou de la Banque Nationale Suisse, les bénéfices seraient répercutés sur l’entier du pays et pas uniquement aux USA. Cela aurait éventuellement permis à la BNS d’éviter de perdre des milliards $ dans ses investissements pétroliers au pays de Trump.

Combien de temps encore, la poudre de perlimpinpin va-t-elle résister aux turbulences pétrolières?

 

Badaboum! Le pétrole repasse sous les 70$

Début octobre, le pétrole atteignait 86,74$. Un baril à 100$ était un coup sûr, d’autant que les sanctions du président Trump envers l’Iran auraient dû retirer des marchés plus d’un million de barils par jour.

Cependant, à la bourse, à chaque fois qu’une évidence est trop évidente (et que le 20Minutes en parle), c’est exactement le contraire qui se produit.

L’or noir vient de perdre plus de 20% et se retrouve à 69,13$ à Londres et 59,28$ à New York.

 

 

Un homme influence les prix: Donald Trump

Dans une situation tendue de l’offre et de la demande, les sanctions américaines contre les exportations pétrolières iraniennes ont déjà retiré des marchés plus de 1 million de barils par jour. L’objectif était de stopper les 2,8 millions de barils exportés chaque jour par Téhéran.

Pris dans les élections de mi-mandat et la hantise de voir grimper les prix de l’essence de Joe America, Donald Trump a exercé une pression maximale sur les pays producteurs afin d’augmenter leurs exportations avec l’objectif de maintenir les prix dans une fourchette acceptable. Ainsi la Russie, l’Arabie Saoudite et les USA ont démultiplié leurs efforts pour combler ce manque. Toutes voiles dehors, les trois pays ont atteint des niveaux records d’extraction.

Devant l’urgence de la situation et en surréagissant, le Président américain a rétropédalé en accordant à 8 pays sa bénédiction et l’autorisation d’acheter du pétrole iranien.

Dans le même temps, le gouvernement irakien a réussi à trouver un accord avec les Kurdes du Nord de l’Irak afin d’exporter entre 200’000 et 400’000 barils supplémentaires par jour.

 

Le yoyo et la roulette russe

D’une pénurie, nous sommes passés dans phase de surproduction. Il n’en fallait pas plus pour se retrouver aujourd’hui devant un alignement de planètes compliqué pour l’industrie.

Le pétrole de schiste américain, fortement déficitaire, pourrait être sur le point de creuser sa tombe. En début d’année, les producteurs Yankees avaient juré, la main sur le cœur, que leurs entreprises allaient être profitable et générer des dividendes d’ici à décembre. Incapable de générer des profits à 70$ le baril, la douloureuse devrait éloigner les investisseurs téméraires floués par ce mirage.

Ce yoyo des prix est un véritable cauchemar pour les producteurs et les financiers. Il rend les investissements et les revenus aléatoires. Si par le passé, la stabilité des cours pétroliers assurait une rente connue, aujourd’hui ce jeu est aussi prévisible qu’une roulette russe.

 

Découplage Economie/Pétrole

Cette chute des cours semble temporaire. Elle ne remet pas en cause le manque d’investissement chronique pour l’exploration et l’exploitation de nouveaux gisements. L’amplitude des variations (+/-20% en quelques semaines) n’est, en tout cas pas, la bonne prescription.

Les fondamentaux et les questions restent les mêmes: comment extraire 102 millions de barils d’ici à 2020 et où se situera son prix?

Pour fuir ces secousses, la stabilité des énergies renouvelables devient une valeur refuge. Les pays, qui sauront le plus rapidement découpler leur Economie du pétrole, auront une longueur d’avance.

Pour les autres, la grève des carburants prévue en France le 17 novembre, pourrait devenir une norme.

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Septembre 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
– Le pétrole passe sur les 80$ le baril
– USA: Elon Musk n’est plus le PDG de Tesla Motors
– Russie: Le Ministre du Pétrole annonce le peak oil russe pour 2021
– Iran: Il manque déjà 1 million de barils dans les exportations
– BMW lance une moto autonome. Bluffant!
– Libye: Des combats entre les milices menacent la stabilité et la production pétrolière
– Allemagne: Le premier train à hydrogène est sur les rails
– Irak: le sud du pays s’embrase et ressemble de plus en plus à la Syrie
– Volvo se lance dans la construction de camion électrique autonome sans chauffeur.


 

Le pétrole mime les températures de notre planète et grimpe comme un bouchon de liège dans un baignoire. Il termine ce mois à 82,72$ (77.77$ fin août) à Londres et 73,25$ à New York  (70,25$ fin août). En route pour les 100$? L’avenir le dira.

Certainement jaloux du succès pétrolier, l’uranium ne pouvait en rester là. Il continue sa montée à 27.35$ (26.20$ fin août).

 

Graphique du mois:  Changements dans la production de pétrole 2005-2018

Les USA, l’Irak, le Canada, la Russie et le Brésil sont les seuls pays à pouvoir solidement
alimenter les marchés pétroliers.  Source EIA

 

Monde

Pétrole

L’extraction pétrolière a dépassé les 100 millions de barils par jour (b/j). Une question émerge. Y aura-t-il bientôt un pic de la demande (lire en anglais)?

Si les compagnies pétrolières européennes, Equinor (Nor), Rpsol (Esp), Total (Fr), BP (GB), Shell (NL), OMV (Aut), et Galp (Por) veulent atteindre leurs objectifs de réduction de CO2 d’ici à 2020 via leur Initiative Oil & Gaz Climate, elles vont devoir doubler leurs efforts. Actuellement, elles consacrent 5% de leurs investissements aux énergies renouvelables. Ces parts devraient monter à 9% en 2020 et 17% en 2025.

ExxonMobil et Chevron ont rejoint les européens dans l’initiative Oil & Gaz Climate. Cette volte-face est un signe que la pression du public et des investisseurs porte ses fruits. Green waching ou volonté réelle? A vérifier dans 2-3 ans. Ecoutez l’interview de la radio Radio Suisse Romande, Tout un Monde (vous m’entendrez sur la fin).

Les 3 supercomputers les plus puissants aux monde, opérés par des entreprises privées, appartiennent à l’italien ENI, le français Total et Petroleum Geo-Services de Norvège. Les besoins de calculs pour l’exploration, les recherches sismiques et l’optimalisation de la production expliquent ces besoins.

 

OPEP

Suite à la réunion du cartel, le baril est repassé sur les 80$. Le président Trump a bien essayé de forcer la main à l’OPEP afin de compenser la chute des exportations iraniennes et du Venezuela. Téhéran s’est opposé à cette requête. Comme l’unanimité est demandée, les quotas de production de l’OPEP restent, en théorie, inchangés.

Le sentiment est que les membres de l’OPEP+ (avec la Russie non membre de l’OPEP) ne vont pas être capable de compenser la perte du pétrole iranien. Il est également évident que tous les producteurs veulent voir les prix du baril monter jusqu’au seuil de douleur limite pour les pays importateurs. Durant la crise de 2008, la destruction de l’Economie avait débuté avec un baril à 110-120$.

Durant les 15 dernières années, les 15 membres de l’OPEP n’ont pas réussi à augmenter leurs extractions de pétrole. En plus des gisements âgés et en déclins, le Venezuela, le Nigeria, la Libye et l’Iran sont dans une situation politique délicate qui ne permet pas l’optimalisation de leurs ressources.

 


Nous protégeons les pays du Moyen-Orient. Ils ne seraient pas sûr très longtemps sans nous.
Et ils continuent de pousser les prix du pétrole de plus en plus haut. Nous nous en rappellerons.
Le monopole de l’OPEP doit faire baisser les prix.

 

 

Charbon

Contrairement à la perception, durant les 20 dernières années, le charbon a maintenu une part de marché constante dans le mix électrique mondial. Dans l’analyse de BP, de 1998 à 2017, c’est toujours 38%!

 

 

Les pays phares du mois

Iran

Pas de surprise, l’Iran est au sommet de la liste.

Les sanctions américaines ont découragé le Japon, l’Inde, la Corée du Sud et les pays européens d’importer du gaz et du pétrole de Téhéran. L’Europe tente bien de trouver une astuce en faisant du troc, mais l’impact sera minime. Les grands acteurs ne veulent pas se mettre à dos le mari de Melania.

Histoire de jouer à cache-cache, au moins 7 tankers pétroliers iraniens sur 12 ont coupé leur système de tracking ce qui complique la géolocalisation et l’identification du pétrole.

Les exportations de gaz ont baissé à 356’000 tonnes après le pic de 568’000 en août. Avant l’entrée en force des sanctions américaines le 4 novembre, les exportations de pétrole auraient déjà diminué de 1 million de barils/jour (b/j).

Le président Rouhani a rejeté une offre américaine pour renégocier l’accord nucléaire. Les américains veulent maintenant inclure le programme de missiles balistiques et «la mauvaise» influence iranienne dans la région.

Quatre hommes armés ont surgi lors d’une parade militaire à Ahvaz. Ils ont tué 24 personnes et blessé 60. La cérémonie commémorait le début de la guerre 1980-1988 avec l’Irak de Saddam Hussein.

Dessin Chappatte

 

Russie

La production pétrolière est restée stable à 11,21 millions b/j. Elle devrait le rester jusqu’à la fin de l’année. En juillet, la production avait touché un record de 11,215 millions b/j.

Si de nouveaux investissements ne sont pas réalisés pour stimuler la production, le Ministre de l’Energie Russe, Alexander Novak, pense que la production pétrolière du pays pourrait atteindre son peak oil d’ici à 2021. On ne sait pas s’il s’agit d’un coup de bluff pour desserrer l’étau des sanctions américaines et européennes.

Une fois le peak oil atteint, la production pourrait chuter de 44% pour atteindre les 6 millions b/j en 2035. La Russie compte sur son pétrole de schiste et l’Arctique pour compenser ses vieux gisements. Cependant, dans les deux cas, les embargos américains et européens bloquent cette option.

Le président Poutine a besoin de 120 milliards $ durant les 6 prochaines années pour réaliser son plan social, notamment pour les retraites et rénover les infrastructures. Ca tombe plutôt bien, le baril remonte. Les nouvelles taxes sur l’industrie pétrolière sont prévues à cet effet, mais du coup, les pétroliers russes râlent. En comparaison, les Jeux Olympiques de Sotchi ont coûté 45 milliards $.

Le rouble s’est à nouveau pris les pieds dans le tapis et redescend à 70 roubles pour 1 $. La directrice de la Banque Nationale, Elvira Nabiullina (ne pas confondre avec notre Nabilla), va maintenir les taux d’intérêt à 7,25%. En comparaison la Turquie de Recep Tayyip Erdogan a poussé les taux d’intérêt de 17,75 à 24% pour soutenir sa monnaie.

 

Quels pays dépendent du gaz russe avec les gazoducs
Source: Bloomberg

 

Chine

Dans la bisbille des tarifs avec les USA, les importations de gaz américain seront taxées +10% alors que +25% était sur la table. Même avec 10%, le gaz américain reste le moins cher sur les marchés. La Chine se tourne vers le Qatar et l’Australie pour assurer ses livraisons sur le long terme.

Les importations pétrolières chinoises se montent à 9,04 millions b/j (8 million en 2017). +6,5% depuis le début de l’année.

Le géant de l’énergie CNPC pense que la demande diesel a atteint son pic en Chine. Pour l’essence, il faudra attendre 2025. La demande pétrolière de la Chine devrait atteindre son maximum d’ici à 2030 avec 13,8 millions b/j.

L’américain ExxonMobil va investir 10 milliards $ dans la province de Guangdong afin de construire une usine pétrochimique et un terminal de gaz liquéfié.

Pour ceux qui douteraient que la Chine va devenir le no 1 mondial de la production automobile, les chinois ont acheté 1,75 millions de mini-voitures électriques et 770’000 voitures électriques en 2017. Le pays compte plus de 400 constructeurs qui devraient vendre 6,5 millions de voitures en 2018. La production est presque entièrement réservée à la consommation locale. Depuis 3 ans, la qualité des voitures a été fortement augmentée et certaines marques n’ont bientôt plus rien à envier aux allemandes.

La Route de la Soie est un plan d’une ingéniosité toute chinoise. Au lieu d’utiliser la force, comme les USA, Pékin emploie la “Diplomatie de la Dette”. La Chine accorde des prêts généreux pour construire des infrastructures (train, routes, centrales électriques) et utilise ses propres travailleurs pour les réaliser. Une fois l’heure de rembourser la dette, les pays asiatiques et africains se voient alors obligé de brader leurs matières premières.

En Europe et aux USA, la Chine rachète simplement les entreprises locales et notamment les réseaux électriques et les entreprises énergétiques.

 Le typhon Mangkhut a touché la Chine avec des vents surpuissants

 

Venezuela

La production pétrolière chute à 1,22 million b/j en août (1,8 million b/j en août 2017).

Le président Nicolas Maduro s’est rendu en Chine pour trouver du cash. En signe de bonne volonté, il a cédé 9,9% de Sinvensa (entreprise pétrolière). Pékin devrait ainsi avancer 5 milliards $ pour stimuler la production pétrolière, et au final, envoyer 1 million b/j à la Chine pour rembourser le tout. A vrai dire, la production du Venezuela est au plus bas depuis 60 ans et il faut faire un grand effort pour imaginer que le pays puisse rembourser la totalité de la dette chinoise qui se monte à 50 milliards $.

Caracas doit également 65 milliards $ aux USA dont le fonds BlackRock.

Au total, le pays possède une ardoise de plus de 150 milliards $ . C’est certainement sous le poids de la dette et les remboursements des intérêts que le régime s’écroulera.

Malgré les problèmes, le pays continue de livrer du pétrole à Cuba. Entre juin et août, 4 millions de barils ont été expédiés. En échange Cuba propose ses services d’intelligence et de sécurité rapprochée du président.

Les Routes de la Soie proposées par la Chine

 

Libye

Alors que le 95% du budget national provient du pétrole, les 7-8 milices, qui se partagent le pays, ont décidé d’en venir aux armes d’autant que la France et l’Italie préfèrent se chamailler et imposer leurs agendas au lieu de réparer le jouet qu’ils ont cassé.

Avant l’intervention Française et la mort de Kadhafi, le pays produisait 1,8 million de barils par jour. Au début de l’été, il en pompait un peu plus de la moitié, avec toute l’incidence sur le budget de l’Etat.

Pour la première fois, le siège de la compagnie nationale de pétrole (NOC) a été attaqué. Le bâtiment se situe dans le centre de la capitale Tripoli. Au moins quatre personnes sont mortes, deux civils et deux assaillants. Dix employés de la compagnie ont été blessés. Grace à son PDG, Mustaffa Sanalla, la NOC dialogue avec toutes les milices et partage équitablement les revenus pétroliers entre les différentes factions. Si ce fragile équilibre et la commercialisation du pétrole par la NOC est remis en cause, il est probable que la production pétrolière en fasse les frais.

Plus de 400 prisonniers se sont échappés de la prison d’Ain Zara lors de combats entre les milices. Une grande partie de ces prisonniers étaient des supporters du Général Kadhafi.

 

BMW ConnectedRide. BMW présente sa moto autonome.

 

Europe

Afin d’éviter les foudres de Donald Trump, l’Europe pourrait importer du soja OGM ainsi que du gaz de schiste liquéfié. Notre président à tous désire que l’Europe diminue ses importations de gaz russe.

 

Angleterre

La production pétrolière anglaise est au plus bas depuis 1965. Durant les 5 dernières années, la baisse s’élève à 50%.

D’ici à octobre et malgré l’opposition des habitants, Cuadrilla Resources pourrait débuter le premier forage de gaz de schiste au Lancashire.

Les fonds de pension ont investi plus de 9 milliards £ dans le schiste américain : En chiffres : Greater Manchester Pension Fund (17,2 milliards £ de fonds investis, 5,8% investis dans le schiste) , Dumfries and Galloway Pension Fund (834 million,  6,7%), Lancashire County Pension Fund (7,1 milliards, 2,6%).

Le gouvernement va lancer un appel d’offres pour réaliser un réseau de recharge pour les voitures électriques. Pour accélérer le processus, le gouvernement met 523 millions $ sur la table.

 

Allemagne

La Basse-Saxe remplace ses trains à diesel par des trains à hydrogène entre Cuxhaven et Bremehaven. Les piles à combustible transforment l’hydrogène et oxygène en électricité. Un plein d’hydrogène permet aux rames d’Alstom de circuler sur 1’000 km.

De son côté, le canadien Bombardier Transportation a lancé son premier train électrique à batterie. Les trains sont prévus pour remplacer les locomotives diesels là où les lignes électriques n’existent pas, notamment dans la région du lac de Constance. Actuellement, le prototype peut circuler sur 40 km. Dès l’année prochaine, l’autonomie montera à 100 km.

RWE s’oppose à la fermeture de ses centrales à charbon d’ici à 2035 prévue par le gouvernement. RWE sert le plat habituel: «sécuriser la fourniture d’électricité». Objectif: optimaliser les dédommagements payés par l’Etat pour ces fermetures.

 

France

Le remplaçant de Nicolas Hulot, François de Rugy, pense qu’EDF doit démontrer que la nouvelle centrale nucléaire EPR fonctionne et que les coûts de production soient compétitifs. Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, espère industrialiser la construction des EPR et offrir un kWh à 6 ou 7 ct €. A Hinkley Point, GB, EDF vendra son kWh à 9,25 £ (10,5 ct €) assez loin des 5, 75 ct des derniers contrats signés dans l’éolien. Si François de Rugy tient promesse, on ne devrait plus voir la construction de centrale nucléaire en France.

Le premier EPR français à Flammanville dépasse de 8 milliards les budgets (au total 10,9 milliards €) et 7 ans de retard. Le premier EPR chinois a été mis en production et connecté sur le réseau.

La ville de Paris a choisi Renault pour remplacer les voitures électriques en partage de Bolloré. Plus de 120 voitures ont été mises en circulation.

 

Suisse

La ministre de l’énergie et de l’environnement, Doris Leuthard, a annoncé se retrait d’ici à la fin de l’année au lieu d’attendre la fin de son mandat en automne 2019.

La ville de Berne a lancé un nouveau système de recyclage. Les ménages vont avoir 6 containers supplémentaires pour effectuer leurs tris!!! Les déchets des ménages représentent seulement le 3% de la production totale des déchets aux USA et 8,3% en Europe. Une question: si 95% des déchets ne sont pas recyclés, faut-il ajouter 6 containers de plus? A ce sujet lire l’excellent livre de Cyril Dion “Petit Manuel de Résistance Contemporaine“.

 

Votation Suisse: Le peuple dit oui aux pistes cyclables.
Dessin: Chappatte

 

Les Amériques

USA

Trump tente de peindre l’OPEP comme le responsable de la hausse du baril. Tactiquement cette stratégie est judicieuse car elle lui permet de désigner un coupable. En réalité, c’est sa décision de diminuer les exportations iraniennes qui a mis le feu au poudre. Les prix de l’essence ont augmenté de 15 ct $ en un mois et 28 centimes durant les 12 derniers mois pour se retrouver à 2,68 $ le gallon.

Le concurrent d’Uber, Lyft propose 500$ à ceux qui n’utilisent pas leur voiture pendant 1 mois. Les participants reçoivent des chèques pour utiliser le système Lyft, les transports en commun, les vélos, etc…  L’offre va être étendue dans 35 villes à travers les USA.

Les frasques d’Elon Musk, PDG, de Tesla Motors lieu auront coûté son poste de PDG. Il reste directeur. Elon avait notamment indiqué qu’un fonds financier d’Arabie Saoudite était prêt à racheter Tesla. L’action avait grimpé comme une flèche suite à l’annonce. Il n’en était rien. On apprend également que les tuiles solaires font un flop. Seul rayon de lumière, le système de stockage d’électricité qui cartonne notamment en Afrique du Sud et en Australie.

Suite à la chute des cours Green Plains Inc. a fermé deux centres de production d’éthanol dans le Minnesota. La production de carburant à base de céréales fait les frais de la guerre économique avec la Chine. L’administration Trump a coupé l’accès de l’éthanol à la Chine et Green Plains ne sait pas comment écouler les surplus.

L’Etat de Californie va répondre à la proposition de l’Administration Trump de supprimer la régulation et la surveillance des émanations de méthane dans le gaz de schiste. Le gouverneur Jerry Brown a annoncé l’envoi d’un satellite pour effectuer les mesurer.

Jerry Brown, toujours lui, a passé une loi afin que la Californie devienne «neutre en carbone» d’ici à 2045. Pas uniquement pour la production d’électricité, mais pour toute l’économie, la mobilité et les industries.

Il n’y a pas que les EPR d’AREVA qui sont à la peine. La construction de 2 centrales nucléaires Westinghouse à Vogtle, Jacksonville tourne à la banqueroute. A l’origine en 2005, les deux réacteurs devaient coûter 9,5 milliards $. Aujourd’hui, nous en sommes à 27 et l’ardoise s’allonge. On comprend que la ville de Jacksonville tousse et refuse de payer la douloureuse. Le constructeur a porté plainte contre la ville. L’installation a reçu 12 milliards $ de garanties de Washington dont 3,7 de l’administration Trump.

Exelon Generation a fermé sa centrale nucléaire Oyster Creek, à Forked River, NJ. Il s’agissait de la plus vieille centrale en activité. Elle avait débuté sa production en avril 1969.

Selon Bloomberg, l’énergie solaire avec stockage batterie est moins chère que les centrales à gaz. C’est une prouesse car le gaz américain est 3 fois moins cher que le gaz européen.

Malgré la croissance, depuis 9 ans, la consommation électrique des USA est restée stable. On se demande d’ailleurs comment ils pourraient consommer plus!

Apple a lancé sa montre avec fréquence cardiaque intégrée. Superbe ajout qui permettra à la Pomme corroborer vos pulsions avec vos achats en ligne. Couplé avec la reconnaissance faciale, la firme américaine détectera, avant que vous ne le sachiez, vos envies d’achats dans un magasin. A se demander qui est vraiment la pomme.

 

Evolution cumulative de pétrole brut

Si le marché pétrolier est actuellement à l’équilibre, nous le devons aux USA à l’Irak et au Canada.
Source EIA

 

USA Schiste

Selon l’EIA la production de schiste atteint 7,59 millions b/j. dont 3,427 du Bassin Permien et 1,449 d’Eagle Ford, Texas. Le principal problème réside dans le manque transport du schiste vers les raffineries. Pour séduire les raffineurs, les producteurs doivent vendre leur baril 15$ au-dessous des prix du marché WTI.

Dans le Bakken, les forages les plus prometteurs ont presque tous été exploités (tier 1). D’une production initiale de 1’000 b/j, les majorités des nouveaux forages (tier 2) produisent 500 b/j (80’000 lt par jour).

Jeff Miller, PDG d’Halliburton, a confirmé une baisse de régime dans le fracking de schiste américain. L’entreprise active dans les services pétroliers a légèrement baissé à la bourse suite à cette déclaration.

Duke University conclue que durant la période 2011-2016, la quantité d’eau nécessaire au fracking a augmenté de 770% et la quantité d’eau contaminée de 1’440%. Lire le Dallas News: «Disposal nightmare».

 

Equateur

Le pays a perdu devant un tribunal international contre la compagnie pétrolière Chevron. L’Equateur avait condamné Chevron à une amende de 9,5 milliards $ pour pollution. Le géant américain a fait recours et a gagné.

Le tribunal a jugé que le gouvernement avait basé sa plainte sur de la corruption, fraude et que cette demande avait déjà été résolue des années auparavant. Normalement une compagnie privée ne peut pas porter devant un tribunal un pays, mais des accords de libre-échange peuvent permettre ce processus (ex : accord Canada-Europe).

 

Argentine

La Royal Navy anglaise a intercepté un navire de prospection pétrolière argentin au bord des îles Falkland. La région pourrait posséder du pétrole et les deux pays se crêpent le chignon depuis 1982 pour revendiquer la propriété. Pour l’instant, l’île est dans les mains anglaises.

Les émanations de méthane exposent dans la vallée de la Vaca Muerta. Les gisements de gaz de schiste relâchent plus de 5% du puissant gaz à effet de serre. Les producteurs pétroliers sont aidés par le manque total de supervision de l’Etat argentin.

Le pays s’enfonce dans une nouvelle crise financière.

 

Brésil

L’ancien président Lula ne pourra pas se représenter aux élections pour redevenir président. Il purge actuellement une peine de 12 ans pour corruption.

Petrobras va payer une amende de 853,2 millions $ d’amende pour l’affaire de corruption Odebrecht. C’est un jugement d’une cours de justice américaine, basée aux USA qui a demandé cette sanction. Les USA recevront le 20%, 85,3 millions $ et le Brésil le solde de 682 millions $.

 

Canada

Walmart Canada désire utiliser une flotte de camions 100% électrique d’ici à 10 ans. L’entreprise désire acheter 30 camions Tesla. Cette première série convertira 1/5 des trucks 18-wheller cômon-dit-chez-vous-autres.

Le chinois Sinopec Corp va construire une raffinerie de 167’000 b/j dans le royaume des sables bitumineux en Alberta.

Le gouvernement canadien a finalement plié et signé l’accord douanier imposé par Donald Trump. Le Canada va devoir ouvrir ses marchés aux produits agricoles américains dont les produits laitiers. Détail intéressant, la totalité des exportations de pétrole du Canada sont vendues aux USA. Et si le Canada trouvait d’autres clients?

 

Mexique

Le nouveau président, Andres Lopez Obrador désire que la production pétrolière du pays remonte à 2,6 millions b/j d’ici à la fin de son mandat dans 6 ans. (1,8 aujourd’hui). Il a étendu les budgets d’exploration de Pemex de 4 à 11 milliards $.

Dans le nouvel accord négocié avec les USA, le Mexique va augmenter ses importations de gaz de schiste américain.

 

Volvo Camion autonome

 

Moyen-Orient

Arabie Saoudite

Donald Trump a de nouveau demandé à l’Arabie Saoudite d’ouvrir les vannes pour freiner la hausse du baril. En août, Riyad avait remonté sa production à 10,49 millions b/j au lieu des 10,06 prévus. Cependant, le pays est en-dessous des 10,8 promis en juin. On ne sait pas encore s’il s’agit d’une stratégie ou si le pays peine à extraire plus d’or noir.

Cette année, l’Arabie pourrait générer 161 milliards $ au lieu des 131 du budget.

La peine de mort a été demandée pour 3 membres du clergé notamment pour corruption. Cependant, un acte contre des leaders religieux pourrait faire des étincelles parmi la population. Les signes d’instabilité politique dans un pays qui génère autant de pétrole produit toujours des frissons dans le dos.

Les Houtis du Yémen ont revendiqué une attaque de missiles Badr 1 sur des installations pétrolières à Jizan.

L’Arabie Saoudite planifierait la construction d’un canal afin d’isoler le Qatar pour en faire une île. On voit où sont les priorités du gouvernement.

 

Irak

Selon le Gouvernement, le pays aurait les possibilités d’augmenter sa production pétrolière pour alimenter les marchés notamment après l’entrée en force des sanctions américaines contre l’Iran.

L’Irak a pompé 4,68 millions b/j en août (+110’00 par rapport à juillet) un record en 30 ans.

L’agence anglaise, IHS Markit, pense qu’en théorie, le pays pourrait produire 7 millions b/j. Cependant, le manque d’infrastructures et de stockage sont des facteurs bloquants. IHS Markit pense que l’Irak pourrait atteindre 5 millions b/j en 2028 et 6 en 2036.

Les manifestations contre la corruption et l’administration s’étendent dans la zone pétrolière de Bassora. Les USA ont fermé le consul à Bassora et demandé à ses citoyens de quitter la région. Avec la conjonction de la sécheresse, la situation fait penser à la Syrie avant la guerre civile.

 

Egypte

Royal Dutch Shell et Petronas vont investir 1 milliard $ pour l’exploration de gaz dans le Delta du Nil.

Le champ gazier de Zohr a vu sa production multiplier par 6 depuis le début de son exploitation en janvier pour atteindre 5 millions m3. L’Italien ENI avait découvert ce gisement en 2015. La production devrait atteindre une pointe maximale de 6 million m3 en 2019.

 

Syrie

Avant la guerre, la Syrie exploitait 400’000 b/j. En 2013, seuls 58’000 b/j étaient au rendez-vous.

En janvier de cette année, Vladimir Poutine a signé avec Bashar al-Assad, l’exclusivité de l’exploitation pétrolière en Syrie. La Russie pourrait investir 30 milliards $ pour restaurer les infrastructures pétrolières et gazières du pays. On peut se demander si la restauration de l’exploitation pétrolière est une priorité pour le pays.

Dessin: l’excellent Chappatte

 

Asie

Inde

L’entreprise Maharashtra State Power Generation Company Limited a lancé un appel d’offres pour acquérir 2 millions de tonnes de charbon pour générer de l’électricité.

La mousson indienne a été destructrice. Les inondations et les glissements de terrain ont fait 1’400 morts.

 

Japon

Jebi, le plus violent typhon depuis 25 ans a frappé l’île de Shikoku. Depuis quelques mois le Japon est frappé par des vagues de chaleurs, pluies torrentielles et inondations. Des pointes de vent à 216 km/h et 500 litres d’eau au m2 ont été enregistrées.

La violence du phénomène a provoqué l’inondation de l’aéroport international du Kansai, construit sur un polder. Un pétrolier s’est encastré dans le tablier du pont qui le relie à la terre et notamment à l’agglomération d’Osaka

Un nouveau record de température a été établi, à 41,1 degrés, le 23 juillet dans la ville de Kumagaya, au nord de Tokyo. Les températures ont dépassé de 2,8 degrés les moyennes saisonnières.

 

L’ouragan Jebi touche la ville d’Osaka

 

Afrique

Nigeria

Au deuxième trimestre, la production pétrolière a chuté de 2 millions b/j à 1,84.

La situation avec la coalition des milices du Delta du Niger se fragilise. En 2016, le Nigeria a perdu des centaines de milliers de barils/jour suite à des attaques des milices. Elles demandent de recevoir une plus grande part dans la répartition du pétrole.

La Navy nigérienne a acheté 16 bateaux pour surveiller les infrastructures pétrolières.

Le pays aurait perdu plus de 7 milliards $ entre 2016 et 2017 à cause des vols et on ne parle pas de la corruption.

L’Italie a condamné deux intermédiaires dans la vente de gisements propriété de Shell à Eni pour un montant de 1,3 milliard $. La fraude se monte à seulement 1,1 milliard $. Le gouvernement nigérien aurait quand même reçu 210 millions $, ce qui n’est pas rien. Ce scandale touche le PDG d’Eni, Claudio Descalzi et quatre managers de Shell dont Malcolm Brinded, Directeur de la fondation Shell. Ce jugement pourrait freiner les ardeurs de corruption qui règne dans les majors.

La police nigérienne annonce avoir retrouvé 470 millions $ de la compagnie pétrolière nationale siphonnés dans un compte privé.

 

 

Phrases du mois

Conserving oil is no longer economically necessary for the US”. Donald Trump.

«Alors que la science est sous l’attaque et la menace climatique grandissante, nous allons lancer notre propre satellite (own damn satellite pour mesurer les émanations de méthane des forages gaziers» Jerry Brown, Gouverneur de la Californie, suite à l’annonce de Trump d’abandonner la restriction de méthane pour les gaziers.

«Tout le monde est en train de travailler sur des moyens de contourner les USA. Le vrai gagnant est la Chine». Richard Gowan, UN University.

«Un député n’a pas à être une chambre d’enregistrement des desiderata des lobbys. Son job est de défendre l’intérêt général dans le cadre de la démocratie.» Delphine Batho

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

Les USA pourront-ils compenser le pétrole Iranien?

Le Président Trump a annoncé ses nouvelles sanctions contre l’Iran, avec l’ambition de réduire à zéro les exportations d’or noir de Téhéran. Depuis, l’Agence de l’Information Energétique Américaine, EIA, effectue un rétropédalage sur ses enthousiasmantes données pétrolières.

Alors que Washington pensait pouvoir combler le manque iranien et éviter de propulser les prix du baril à des sommets dangereux pour la croissance mondiale, la partition a soudainement changé. Les USA ne semblent actuellement plus en mesure de réaliser cette ambition à moins de puiser dans les réserves pétrolières stratégiques du pays.


 

Depuis des années, l’EIA claironne l’embellie du pétrole de schiste. Inlassablement, elle publie des données hebdomadaires qui ne laissent planer aucune ambigüité. Les USA vont devenir le plus grand producteur mondial d’or noir.

A elle seule, la production US de pétrole non conventionnel représente déjà 7,522 millions barils par jour (b/j).

Dans les plans de Donald Trump, la croissance continue du schiste devait compenser la baisse des exportations iraniennes. Mieux, les USA ont l’opportunité de prendre des parts de marché chinois aux iraniens (même si les USA continuent d’importer plus de la moitié de leur consommation.)

 

Le pétrole de schiste plafonne

Ce printemps, l’Agence publiait des chiffres positifs sur la production du pays notamment grâce au schiste du Bassin Permien. La progression interne devait grimper de +1,44 million pour friser les 11 millions b/j d’ici à décembre.

Entre avril et mai 2018, l’augmentation prévue était chiffrée à +220’000 et +140’000 en août. En réalité, cette hausse s’est traduite par une baisse de -10’000 b/j. Aujourd’hui, l’Agence publie un objectif conservateur de 10,68 millions b/j d’ici à la fin de l’année.

«Nous sommes de plus en plus inquiet que l’augmentation de l’extraction de schiste croisse aussi lentement» souligne Jozef Lieskovsky, analyste sénior à l’EIA. Un bémol de l’EIA est assez rare pour le souligner.

Les raisons de cette baisse de régime proviennent du manque de capacité des transports du brut vers les raffineries. Les pipelines doivent encore être construits. Ils ne pourront évacuer le précieux liquide que dans 18 à 24 mois.

De plus, les gisements les plus prolifiques du Bassin Permien (Tier 1) montrent déjà des signes de fatigue. Certains producteurs s’attaquent aux gisements de deuxième catégorie (Tier 2) moins prolixes. Tant l’EIA que l’IEA (Agence Internationale de l’Energie basée à Paris) comptaient sur les réserves et les capacités Tier 1, du Bassin Permien pour répondre à la demande mondiale.

De leur côté, tous les autres gisements de schiste américains sont soit en baisse soit en très légère augmentation.

Sans surprise, les résultats financiers du 2ème trimestre montrent que plus d’une douzaine de compagnies pétrolières ont manqué leurs objectifs tant financièrement qu’aux niveaux de la production. Malgré la hausse des cours du baril, les producteurs ont perdu plus de 20 milliards $ depuis le début de l’année.

 

Maîtriser les prix du baril et protéger la croissance

En novembre, les sanctions américaines entreront en force. Initialement, la Maison Blanche espérait réduire à zéro les exportations pétrolières iraniennes. Aujourd’hui, Washington a mis de l’eau dans son vin et semble tolérer une diminution de 1 million b/j sur les 3,7 actuels, soit à un niveau comparable à avant les sanctions.

La croissance mondiale, prévue à 4,2% en 2019, nécessite de l’énergie. Aujourd’hui, les pétroliers extraient 99,4 millions de barils par jour (+1,1 million depuis 2017) et il en faudra en trouver 1,4 million de plus.

Dans le cas où l’offre n’arriva pas à suivre la demande, les prix devraient rapidement grimper. L’expérience de 2008 montre qu’il n’aura fallu que quelques mois pour propulser le baril à 147$. A ce niveau, la croissance se détruit et les cours pétroliers s’effondrent.

La Russie, l’Arabie Saoudite et les pétromonarchies font tout pour éviter de revivre ce scénario catastrophe. Ce yoyo des prix est une malédiction pour les budgets de ces pays dont l’or noir participe presque essentiellement à leur équilibre.

 

Utilisation de la Réserve Pétrolière Stratégique

Pour Donald Trump, toute crise est à éviter avant les élections de 2020. Au jeu des sanctions, l’interdépendance entre les pays peut rapidement se transformer en boomerang.

Cependant, l’administration Trump possède un plan B: l’utilisation de la réserve pétrolière stratégique qui contient plus de 727 millions de barils. Ainsi, 11 millions de barils seront déstockés pour rejoindre les marchés entre le 1er octobre et le 30 novembre 2018. Ce sparadrap est bien sûr une solution non durable. La question est de savoir s’il permettra de gérer la situation jusqu’aux élections.

Du côté des agences, leurs prévisions mettront à l’épreuve la confiance réelle que nous pouvons leur porter dans les années à venir.

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Juillet 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies:
– Irak: La production pétrolière menacée par la sécheresse et les manifestations
– France: Encore 400 millions € d’augmentation pour l’EPR d’Areva/Orano
– Iran: Les USA veulent réduire à zéro les exportations pétrolières de l’Iran
– USA: Trump utilise les réserves pétrolières pour faire baisser les prix
– Europe: Junker propose d’acheter du gaz de schiste américain
– Inde: Forte augmentation de la demande pétrolière et abandon de la Nano
– Laos: Un barrage hydraulique s’effondre
– Yémen: Des drones pour incendier les raffineries de l’Arabie Saoudite.


 

Yoyo du baril de pétrole avec les pressions de Trump et de l’augmentation de l’OPEP et de la Russie. En attendant novembre, le baril reste dans la moyenne des 70$ à 74.06$ (79.44$ fin juin) à Londres et à New York à 69.30$  (74.15$ fin juin).

L’uranium reprend un peu de vigueur pour monter un peu à 23.35$ (22.55$ fin juin).

 

Graphique du mois:  Croissance Mondiale
Selon l’OCDE, la croissance mondiale devrait progresser à un rythme soutenu, proche de 3.8%, cette année et de 3,9% en 2019.
La progression de la demande de pétrole devrait augmenter +1,8 millions b/j (barils/jour) d’ici à la fin 2019.

 

Monde

Le parallèle entre”la folie du climat et celle des dirigeants qui nous dirigent” est intéressant à relever.

Les canicules secouent l’hémisphère nord. La Suède et la Grèce font face à des incendies importants. La Suisse subit une vague de chaleur plus importante que celle de 2003. Le Japon (+40 degrés), le Canada, les USA et la Grèce comptent leurs morts par centaines. L’Irak et tout le Moyen-Orient voient les problèmes d’eau empirer (+53 degrés).

Au Groenland, un gigantesque iceberg de 100 mètres de haut, 200 mètres de large et 11 millions de tonnes s’est approché du village d’Innersuit. L’iceberg s’est créé après la dislocation d’un pan d’un glacier. Au total, le Groenland perd 300 gigatonnes de glaces par an.

 

 

Pétrole

Entre Trump qui a besoin d’offrir de l’essence bon marché à ses supporters avant les élections de novembre, les sanctions contre l’Iran, le Venezuela qui s’effondre, les manifestations en Irak et la Libye qui se cherche, bien malin qui peut prédire l’évolution du baril dans les mois à venir.

L’IEA (International Energy Agency) pense que le manque d’investissements dans l’exploration pétrolière, nous amène devant une pénurie de l’offre d’ici à 2020, à moins qu’une crise économique survienne et réduise la demande. L’Agence s’inquiète que seuls la Russie, l’Arabie Saoudite, le Koweit et les Emirats Arabes Unis ont la capacité d’augmenter leur production.

La dernière fois que ce scénario s’était présenté, nous étions en 2008 avec une poussée de fièvre du baril à 147$ avec comme corollaire le déclenchement de la crise.

Source: OCDE

 

Pays Clés

La production pétrolière mondiale semble se trouver à un moment charnière. Il reste assez de pétrole, mais les pays qui possèdent l’or noir sont en difficulté et les autres se trouvent entre le marteau et l’enclume de Donald Trump. Ce dernier va certainement “manipuler” ou “influencer” les prix du baril jusqu’aux élections de mi-mandat de novembre. Après les bêtes pourront être lâchées.

 

Iran

Avec un certain succès, Washington freine les exportations de pétrole iranien avec l’objectif de couper les entrées en pétrodollars. L’Iran pourrait être forcé de diminuer sa production pétrolière de 500’000 à 1 million b/j d’ici à la fin de l’année. Les versions les plus pessimistes penchent pour 2 millions b/j. Les élections de mi-mandat américaines se dérouleront en novembre juste avant que les sanctions américaines entrent en force.

Durant sa visite en Suisse, le président Rouhani a menacé de fermer le détroit d’Hormuz. «S’ils veulent arrêter les exportations pétrolières iraniennes, nous ne permettrons pas aux tankers pétroliers de passer par Hormuz ». Le détroit voit défiler 17 millions de barils par jour en provenance de l’Arabie Saoudite, de l’Irak, du Koweit et du Qatar. La US Navy a fait savoir qu’elle était prête à confronter l’armée iranienne pour garder le détroit ouvert. Même la Chine a marqué l’opposition à la fermeture du détroit. Cette option ne sera certainement pas activée par l’Iran, tant elle est explosive.

Est-ce que les autres pays producteurs de pétrole auront la capacité de compenser les baisses des exportations iraniennes afin de maintenir les prix du baril dans une fourchette raisonnable?

Le secrétaire du trésor américain, Steven Mnuchin, a présenté au Congrès US les sanctions prévues pour tous les pays qui achèteront du pétrole à l’Iran (inclus Chine, Europe et Russie). D’ici au 4 novembre 2018, ils devront avoir supprimés leurs importations iraniennes. Actuellement la Corée du Sud, le Japon, l’Inde et quelques pays européens ont accepté les volontés de Trump. Le français CMA-CGM, l’un des plus grands transporteurs maritimes avec 445 bateaux, va s’aligner sur la volonté américaine tout comme Total.

Le président Rouhani avait appuyé sa présidence sur l’accord nucléaire et les investissements occidentaux. Sa survie politique et la stabilité du pays sont en jeux. L’histoire montre que lorsqu’un pays producteur de pétrole se fait renverser, sa production pétrolière n’arrive jamais à revenir à son niveau antérieur.

Suite aux paroles de Hassan Rouhani «Ne jouez pas avec la queue du tigre, cela ne vous amènera que des regrets » ainsi que « les américains doivent bien comprendre que la paix avec l’Iran est la mère de toutes les paix et que la guerre avec l’Iran est la mère de toutes les guerres. » Donald Trump a réagi avec un tweet dont il a le secret.

«NE MENACEZ PLUS JAMAIS LES ÉTATS-UNIS OU VOUS ALLEZ SUBIR DES CONSÉQUENCES TELLES QUE
PEU AU COURS DE L’HISTOIRE EN ONT CONNUES AUPARAVANT.
NOUS NE SOMMES PLUS UN PAYS QUI SUPPORTE VOS PAROLES DÉMENTES DE VIOLENCE
ET DE MORT. FAITES ATTENTION !

 

Ce tweet peut questionner les connaissances historiques de Trump.

Pour améliorer l’ambiance, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a annoncé le lancement d’une chaîne multimédia (télévision, radio, numérique et réseaux sociaux) 24 heures sur 24 en langue farsia l’attention du peuple iranien qu’il appelle à se soulever contre le régime actuel. On se rappelle qu’en décembre dernier, des manifestations avaient éclaté dans 80 villes et 25 personnes avaient été tuées.

Actuellement la Chine est le plus grand importateur de pétrole iranien avec 650’000 b/j. Sa position sera déterminante pour le pays. Les Européens n’ont pu obtenir aucune concession de Washington sur les sanctions économiques. De facto, les entreprises européennes se plieront aux volontés de la Maison Blanche

L’Iran se tourne vers les entreprises russes afin de développer ses champs pétroliers et gaziers. Ayatollah Ali Khamenei a annoncé 4 milliards $ d’investissement de la part de Rosneft et Gazprom. Cependant, Moscou est sur la corde raide, financièrement parlant. Si les termes ne sont pas très favorables, on imagine mal investir les 50 milliards $ demandés par l’Iran.

 

Détroit d’Hormuz

 

Irak

La relative stabilité de l’Irak assurait les marchés pétroliers. Depuis quelques mois, il est judicieux de se demander si l’Irak ne va pas devenir la prochaine Syrie. La genèse de la guerre syrienne fait suite à des sécheresses et des récoltes catastrophiques. L’Irak est confronté à la même situation.

Le Moyen-Orient voit ses températures augmenter deux fois plus rapidement qu’ailleurs sur la planète. Avec des chaleurs de plus de 50 degrés, des pénuries d’électricité, le manque d’emplois ainsi que  la sécheresse des fleuves du Tigre et de l’Euphrate, des manifestations ont d’abord éclaté dans la région pétrolière de Bassorah pour remonter vers Najaf, Aminah et Bagdad. Plusieurs morts après, le gouvernement a proposé des promesses intenables pour l’emploi, l’eau, de l’électricité et la diminution de la corruption. Des promesses qui ressemblent à un mirage.

La production pétrolière du sud du pays aurait été impactée durant ces manifestations et l’eau est un élément clé pour extraire le pétrole.

La raffinerie de Bassorah a dû être mise à l’arrêt à cause de l’augmentation de quantité de sel causée par les marées du golfe Persique dans le Chatt-el-Arab et le faible niveau d’eau des fleuves.

L’Iran a refusé de livrer de l’électricité à son voisin. Bagdad s’est tourné vers l’Arabie Saoudite.

Au nord du pays, c’est le barrage turc d’Ilisu qui retient les eaux du Tigre et de l’Euphrate. Avant la mise en service de ce barrage, le 80% de l’eau de ces fleuves était destinée à l’agriculture et donnait du travail à 10 des 37 millions d’irakiens. Ces dernières années, le Tigre et l’Euphrate offraient le service minimal avec des niveaux d’eau à 40%. Aujourd’hui, ce nouveau barrage va stocker l’eau du côté Turque. Le ministre de l’agriculture a demandé de ne plus cultiver le riz et les autres plantes gourmandes en eau.

En Syrie, il aura fallu 4 années de sécheresse pour que la guerre civile éclate. Dans le cas de l’Irak, 3,5 millions de barils de pétrole sont en jeu.

 

Arabie Saoudite

Le président Trump tweeta que “l’Arabie Saoudite accepte d’augmenter sa production de 2 millions b/j.”  Le royaume a immédiatement tempéré cet optimisme et précisé que +600’000 barils/jour serait un chiffre plus adéquat et proche de la réalité.

Durant les mois d’été, 3 millions b/j sont brûlés pour la production d’air conditionné et la consommation interne. L’Arabie Saoudite a exporté 6,98 millions b/j en avril et 7,2 en juin.

La vente de 10% de l’entreprise pétrolière nationale, Saudi Aramco, pourrait être abandonnée. Le Prince Moammed bin Salman espérait obtenir entre 100 et 200 milliards $. Vu l’augmentation du baril, le budget de l’Etat s’équilibrera sans la vente ce joyau a précisé Amin Nasser, CEO de Saudi Aramco.

Les USA et l’Arabie Saoudite espèrent pouvoir combler la baisse de production iranienne quand les sanctions de Washington entreront en force.

Au Yémen, les Houthis ont utilisé un drone de type Sammad 2, pour toucher les installations pétrolières de Saudi Aramco. Les Houthis qualifient ce test comme une “expérience réussie et qualitative“. Saudi Aramco a confirmé que les pompiers de l’entreprise ont pu contrôler un «incendie mineur sans impact sur les opérations». On peut supposer que durant les mois qui viennent la fonction de pompiers de Saudi Aramco ne va pas être de tout repos.

Toujours au Yémen, les Houthis ont attaqué un tanker pétrolier d’Arabie Saoudite et l’ont légèrement endommagé. La guerre au Yémen a fait plus de 10’000 morts, dont de nombreux civils depuis l’intervention il y a trois ans de la coalition militaire sous commandement saoudien pour repousser l’avancée des Houthis.

 

Venezuela

La production serait descendue à 1,34 million b/j en juin alors que le gouvernement présente les mêmes chiffres qu’en mai à 1,531. Certains pensent que la barre des 1 million pourrait être atteinte d’ici à décembre. Quoi qu’il en soit, le pays a déjà perdu 1 million de barils en 2 ans.

Malgré la famine, le manque de soins médicaux et un régime qui s’effondre, le président Nicolas Maduro continue d’offrir 55’000 b/j de pétrole à des tarifs imbattables à Cuba. Montant: 1,2 milliards $/an.

La China Development Bank va injecter 250 millions $ pour assurer l’exportation de pétrole vers la Chine. Dans les mois à venir, la Chine pourrait signer un chèque de 5 milliards $ alors qu’elle reçoit plusieurs centaines de milliers b/j en repaiement. Cependant, les prêts chinois pourraient ne jamais être remboursés.

Plus de 9 milliards $ de prêts arrivent à échéance cette année. L’inflation pourrait atteindre 1 million% d’ici à la fin de l’année et le PIB pourrait diminuer de 15% (50% depuis 2013). D’ailleurs Nicolas Maduro a décidé de retirer 5 zéros à la monnaie nationale. Ainsi 100’000 Bolivars n’en feront plus que 1.

 

Russie

La Russie se prépare à augmenter de manière «significative» sa production pétrolière. Le ministre de l’énergie Alexander Novak annonce +200’000 barils dès septembre. Les revenus pétroliers supplémentaires devraient atteindre 40,14 milliards $.

Si les prix du pétrole devaient s’effondrer, la Russie se retrouvera dans la même situation qu’en 1991 ou 2008 avec une dislocation de l’économie. Cette perspective est la grande crainte de Moscou d’où son empressement à maintenir l’offre mondiale au niveau de la demande pour stabiliser le baril vers les 70$.

L’augmentation des exportations russes pourraient provenir de la vente des réserves pétrolières du pays.

Le Kremlin annonce une production de 11,215 millions b/j en juin.

La Banque Centrale Russe maintient ses taux à 7,25% avec la perspective que l’entrée de pétrodollars vienne soutenir l’économie.

Les exportations de gaz Russe vers l’Europe ont atteint des niveaux record en 2016 et 2017, grâce notamment à un hiver particulièrement froid. Au premier trimestre 2018, Gazprom a encore annoncé une augmentation de 6,6% de ces exportations sur un an. Le géant couvre environ 35% de la consommation de gaz du continent européen.

Deux bateaux russes Arc7 de gaz liquéfié ont pu livrer leur cargaison en Chine via le Pôle Nord et sans l’assistance d’un brise-glace.

 

 

Dessin: Chappatte
La planète foot a fait battre le coeur du monde durant ce mois de juillet 2018

 

Les Amériques

USA

Pour les élections de mi-mandat, Donald Trump est prêt à tout pour faire baisser les prix du pétrole et maintenir les prix de l’essence sous les 3$ le gallon. Joe America n’aime pas conduire son pick-up quand l’essence est chère.

Après avoir demandé à l’OPEP+ (Arabie Saoudite et Russie) d’augmenter la production, Trump envisage d’écouler une partie des réserves stratégiques américaines pour maintenir les prix sous les 70$. Entre 5 et 30 millions de barils de pétrole américain supplémentaires pourraient ainsi se retrouver artificiellement sur les marchés. Les réserves stratégiques des États-Unis s’élèvent à 660 millions de barils (2 mois de consommation). Et après novembre ? Aucune importance, les électeurs auront voté.

Scott Pruitt, directeur de l’Agence sur la protection de l’Environnement (EPA) a dû démissionner suite à une série de scandales liés à son train de vie. L’homme, ouvertement opposé à des mesures sur le réchauffement climatique, a été remplacé par un ancien lobbyiste du charbon: Andrew Wheeler.

Une nouvelle étude publiée dans Nature, annonce que les émissions de méthane dues au pétrole et au gaz se montent à 13 millions m3 par an, soit 60% de plus que les estimations de l’EPA. Le gaz de schiste est plus dangereux pour le climat que le charbon. Cela sonne drôle, mais les chiffres sont explicites.

Sur les 99 centrales nucléaires du pays, 34 sont en phase de décontamination et de destruction. Deux nouveaux réacteurs sont en constructions. Les autres centrales arrivent en bout de vie.

Elon Musk, CEO de Tesla Motors, a signé la construction d’une usine à Shanghai, Chine.

Elon Musk a trouvé un moyen simple et bon marché de développer son projet de train hyper rapide HyperLoop. Sous le contrôle de sa société privée SpaceX, il a organisé la Hyperloop Pod Competition. Des étudiants du monde entier se sont réunis en Californie pour étaler et offrir gratuitement leurs compétences. Les universités allemandes, hollandaises et suisses sont arrivées en tête. Nul doute que le grand vainqueur est: SpaceX. L’entreprise bénéficie gratuitement du travail et du savoir-faire des universités. Une question titille. Pourquoi les universités européennes se démènent pour soutenir des entreprises et des fonds de pensions américains alors que le concept pourrait être réalisé en Europe?

L’administration Trump désire ouvrir les côtes américaines pour des installations éoliennes offshores. L’administration veut également mettre aux enchères les côtes de l’Alabama, de la Floride, du Mississippi, de la Louisiane et du Texas qui contiendraient 48 milliards de barils de pétrole et 3’000 milliards m3 de gaz.

La production pétrolière offshore des USA se monte à 1,7 million b/j soit le 18% de l’offre américaine.

Les bio-carburants pour les véhicules sont en baisse de 147 à 140 million de gallons en avril. L’huile de soja produit le 48% de part de marché.

Une vague de chaleur a enveloppé une grande partie des Etats-Unis avec des températures dépassants les 40 degrés. Plus de 60 millions d’habitants ont été sous l’alerte température.

En Arizona, le barrage du lac Mead est descendu de 50 mètres sur la moyenne des 20 dernières années. Il se trouve à 50 cm d’une zone limite ou il ne sera plus possible d’y puiser de l’eau.

La patrouille française le 14 juillet 2018
Le fil bleu sur le bouton bleu et le fil rouge sur le bouton rouge!

 

USA Schiste

La production de pétrole de schiste du Bassin Permien plafonne à cause du manque de capacité de transport du brut. D’ici à la fin de l’été, les pipelines fonctionneront à 100% et il faudra 18 mois pour que de nouveaux tuyaux entrent en fonction. Entre temps, le transport se réalise par camions et pour écouler leur pétrole de schiste, les exploitants offrent des rabais entre 15 à 25$ le baril.

Corolaire à cette situation, après avoir augmenté ses extractions de 1,5 million b/j durant la dernière année, (à 10,9 millions b/j), le schiste américaine stagne. Il faudra quelques mois pour voir s’il s’agit de problèmes structurels d’extraction ou de transport.

Morgan Stanley pense que la production du bassin Permien pourrait diminuer de 2/3 d’ici à l’année prochaine alors que l’Agence de l’Energie Américaine voit grimper l’offre US à 11,8 millions b/j (actuellement 10,9). Peut-être que le chiffre exact se trouvera entre ces deux estimations.

Pour être rentable, Wall Street tablait sur une augmentation de la production de schiste à 634’000 b/j pour 2019, mais avec les limitations de pipelines, la capacité ne dépasserait pas 360’000 b/j.

La voracité des besoins en sable, afin de fracturer les roches des forages de schiste, ont permis d’ouvrir 11 champs d’extractions et 10 autres sont sur le point de voir le jour dans le Texas. Pour cette année, on prévoit 22 millions de tonnes de sable pour le bassin Permien soit le quart de la demande pour tout le pays. Si l’on corrobore les prédictions d’extractions pétrolières de l’EIA, il faudra 50 millions de tonnes sable/an pour les forages de schiste.

 

Haiti

La population proteste contre l’augmentation des carburants. L’essence et le diesel coûtent jusqu’à 4$ le litre alors que le revenu journalier est de 2€.

 

Mexique

Le nouveau président Andrés Manuel López Obrador est le nouveau président du pays. Il s’oppose à la libéralisation de l’entreprise pétrolière Pemex et de la libéralisation du secteur de l’énergie.

 

Dessin Chappatte

 

Europe

Jean-Claude Junker a rencontré le président Trump pour clarifier la situation aux niveaux des tarifs douaniers. Les deux compères ont réalisé un magnifique accord “gagnant-gagnant” ou “win-win”.

Ainsi les consommateurs européens vont pouvoir manger du Soja OGM et du Boeuf aux hormones américains et participer pleinement au réchauffement climatique avec du gaz de schiste US. De leur côté, les consommateurs américains auront le privilège de continuer à acheter des automobiles allemandes aux moteurs truqués!

 

Allemagne

Pour la première fois, les énergies solaires, éoliennes et hydro (36.3%) ont dépassé la part de charbon (35,1%) durant tout le mois de juin.

Après VW, Audi, Porsche, c’est Mercedes qui s’est fait attrapé à truquer les moteurs de ses diesels.

La Commission européenne soupçonne maintenant que les constructeurs automobiles de nouvelles manipulations. La nouvelle tricherie consiste à «gonfler» les émissions de CO2, et permettrait aux constructeurs de satisfaire aux futurs objectifs de réduction sans risquer des sanctions.

 

Angleterre

Rolls Rolls va bientôt homologuer un premier avion hybride électrique/kérosène. L’entreprise penche également sur un drone totalement électrique.

BP a avalé la plus grande entreprise de recharge de voitures électriques sur le sol anglais: Chargemaster. BP changera le nom de l’entreprise et pourra opérer 6’500 points de recharge. Les pétroliers entrent en frontal avec les entreprises productrices d’électricité.

La Commission de l’Infrastructure conseille de construire qu’une seule centrale nucléaire après la réalisation des deux réacteurs EPR à Hinkley Point C d’ici à 2025. La Commission demande d’utiliser les énergies renouvelables.

 

France

EDF a annoncé que les problèmes de soudures de l’EPR de Flamanville, France, apporteront une année de retard supplémentaire et un dépassement de 400 millions d’euros. Le réacteur ne pourrait démarrer qu’à la fin 2019 ou durant le premier trimestre 2020. Le coût de construction passe de 10,5 à 10,9 milliards d’euros. Initialement l’EPR devait couter 3,5 milliards €. Cette nouvelle contre-performance résonne sur le chantier de Hinkley Point en Angleterre ou Areva (Orano) construit 2 centrales EPR.

En France en 2017, 4,5% de l’électricité produite vient de parcs éoliens et moins de 2% de panneaux solaires.

Les magasins Leclerc se lance dans la fourniture d’électricité aux particuliers et vise 3 millions de clients d’ici à 2025 (10% de part de marché). Michel-Edouard Leclerc promet l’électricité verte la moins chère du marché. 200 emplois seront créés. C’est une concurrence de plus pour EDF. Un autre distributeur, Casino, s’est déjà positionné sur ce marché en collaboration avec GreenYellow et offre des tarifs inférieurs à 15% par rapport à EDF.

Le groupe Bolloré n’a pas encore retiré toutes ses Bluecar de Paris. Sans attendre, les constructeurs automobiles français se ruent déjà pour proposer leur offre d’autopartage électrique Autolib à Paris.
PSA aimerait mettre en place d’ici à fin 2018 un service sous sa marque Free2Move. Renault est également dans les starting-blocks.

Un drone en forme de Superman, piloté par des militants de Greenpeace, a survolé, la centrale nucléaire EDF du Buget Saint-Vulbas, près de Lyon pour s’y écraser contre le mur de la piscine d’entreposage de combustible usé, accolée au réacteur 2.

Le même jour, une commission d’enquête parlementaire énumère les failles du parc nucléaire français et recommander de renforcer sa sécurité.

Le recours excessif à la sous-traitance est mis en lumière. La filière du Nucléaire emploie près de 220’000 salariés, dont 160’000 travaillent pour des sous-traitants.

La première centrale pilote de fusion nucléaire à Cadarache, qui a débuté en 2017, est à 55% terminée. La collaboration entre la Chine, le Japon, l’Inde, les USA, la Corée du Sud, la Russie et l’Europe.

Un drone “superman” de Greenpeace dans la centrale nucléaire du Buget

 

Suède

Les températures dépassent de 15 degrés la moyenne. De nombreux incendies de forêts ont éclaté et une alarme canicule a été déclenchée pour des valeurs supérieures à 35 degrés. L’été dernier, la Suède était noyée sous la pluie.

 

Hollande

Le réseau électrique du stade et les panneaux solaires de l’Ajax d’Amsterdam vont fonctionner en étant couplé au plus vaste système de stockage d’énergie d’Europe constitué de 148 batteries de voitures électriques recyclées. Ces dernières, dont la capacité est descendue au-dessous de 70%, trouveront ainsi une seconde vie.

 

Incendies en Grèce

 

Moyen Orient

A cause du réchauffement climatique, la température moyenne du Moyen-Orient augmente deux fois plus rapidement que dans le reste du monde. Les températures de cet été dépassent souvent les 50 degrés ce qui tend à rendre cette région invivable pour l’homme.

Washington annonce des sanctions contre les transactions liées au pétrole et avec la banque centrale iranienne à partir du 4 novembre. L’équipe de Trump a menacé de punir les entreprises étrangères qui feront affaire avec Téhéran. Les Etats-Unis sont «confiants qu’il existe une capacité mondiale suffisante pour la production supplémentaire de pétrole».

 

Egypte

La Banque Mondiale va aider le pays dans ses projets pétroliers et gaziers notamment dans le développement du gisement de Zohr. La Banque Mondiale, comme la Banque Européenne, sont plus confortable dans l’octroi de supports pour les énergies fossiles traditionnelles que pour les énergies renouvelables et l’innovation.

 

Une pause de pub en hommage à Neymar

 

 

Asie

Inde

La demande pétrolière de l’Inde a augmenté de 9% en juin à 4,7 millions b/j. notamment de diesel (+7,8%) et d’essence (+15%). La demande pétrolière et les ventes de voitures explosent dans le pays. Rien que pour 2018, le pays va engloutir 300’000 b/j de plus qu’en 2017.

La voiture la moins chère du monde, la Tata Nano va être retirée du marché. Vendue dès 2011 pour 1’500€, à destination de la classe moyenne, elle est devenue l’image de la voiture du pauvre. Aujourd’hui, les indiens préfèrent les voitures plus grandes.

 

Chine

Alors que les taxes illuminent les relations entre la Chine et les USA, Pékin affiche un excédent record de 28,97 milliards $ en juin (+ 18% par rapport à mai 2018). Ce record mensuel depuis 1999 va certainement inspirer le chef de la Maison Blanche.

Le Yuan, a perdu 8% par rapport au dollar US depuis le début de la bisbille avec les USA en mars. Cette dépréciation arrange la Chine puisqu’elle permet de compenser en partie les hausses des taxes américaines et de stimuler les exportations.

Le PIB chinois est de 6,7% au 2ème semestre (-0,1% par rapport aux 3 trimestres précédents.)  La bourse de Shanghai a perdu 17% depuis janvier.

La ville de Shenzhen va remplacer ses 12’000 taxis thermiques en version électrique.

La Chine a importé 146 millions de tonnes de charbon durant les 6 premiers mois de l’année (+9.9%).

Baidu va industrialiser son bus entièrement autonome. Il utilisera le système Apollo de Baidu. L’entreprise pilote déjà plus de 100 bus en circulation.

La Chine et l’Inde pourraient coopérer afin d’acheter du pétrole et du gaz. Les deux géants représentent le 17% de la demande mondiale. Le duo pourrait avoir plus de poids pour négocier les prix auprès de l’OPEP et des autres producteurs.

 

Vietnam

Les exportations atteignent 1,88 millions de tonnes de pétrole depuis le début de l’année, soit une baisse de 50% par rapport à l’année dernière. Le pays a largement atteint son peak oil et la chute va continuer.

 

Azerbaïdjan

Le groupe britannique BP a lancé l’exploitation d’un gisement gazier, qui doit constituer le premier maillon d’un «corridor gazier» géant («Southern Gas Corridor»), permettant à l’Europe de s’approvisionner via la Turquie, la Grèce, l’Albanie et la mer Adriatique.

Il devrait être terminé en 2020 et ne couvrira à terme 2% de la demande européenne en gaz.

 

Ouzbékistan

Le russe Rosatom va construire la première centrale nucléaire afin de remplacer l’exploitation de gaz en constante diminution dans le pays. La centrale de 1,200 MW sera terminée en 2028. Actuellement 85% de l’électricité est générée avec du charbon et du gaz (69 milliards kWh).

 

Laos, un barrage hydraulique s’effondre dans la province d’Attapeu.

 

Afrique

Nigeria

Le plus grand producteur africain de pétrole arrive bientôt à 190 millions d’habitants. Une infime part des revenus des 2 millions b/j arrivent jusqu’à la population alors que des milliards $ disparaissent dans les poches des élites. Il n’est pas étonnant que le niveau de vandalisme sur les installations pétrolières ainsi que la vétusté des installations fassent perdre 754’000 b/j.

 

Libye

La production pétrolière se trouve quelque part vers les 700’000 b/j. Le général Haftar de la  Libyan National  Army, qui contrôlait 75% des exportations du pays, a transvasé le tout dans une nouvelle société concurrente à la compagnie pétrolière nationale la Libyan National Oil Company.

L’agence anglaise National Crime reporte que 700’000 migrants attendent en Libye pour traverser la Méditerranée.

 

Afrique du Sud

Le Cap et ses 4 millions d’habitants souffrent d’une terrible sécheresse. Une idée a été lancée afin de remorquer les icebergs, qui flottent en plein Antarctique à 2’000 km des côtes sud-africaines.

Les prix des carburants vont encore augmenter de 26 ct $/litre. Depuis le mois de juin, l’essence a augmenté de 82 centimes à cause de la hausse des cours et la baisse de la monnaie locale.

 

Phrases du mois

«Depuis plus d’un siècle, la collaboration entre les pétroliers et les architectes, est l’une des sources les plus importantes du réchauffement climatique. Les premiers extraient le pétrole et le gaz. Les deuxièmes ont totalement modifié leurs principes afin d’utiliser la plus grande quantité d’énergie pour construire, chauffer et refroidir leurs oeuvres.»

[About climate-related class action lawsuits against Big Oil:] “It’s sort of bizarre that the users of our petroleum products say: ‘Well actually we didn’t want your product. So why did you force it on us?’ I don’t think also that in the end it will solve anything other than maybe redistributing wealth to a certain class of the economy.” Ben van Beurden, CEO, Royal Dutch Shell

 

Sources: avec Tom Whipple d’ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Mai 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies:

– Venezuela: Maduro réélu, mais la production pétrolière chute
– Iran: Le bras de fer avec l’Administration Trump débute
– Brésil: Les grèves des camionneurs et des employés du pétrole paralysent le pays
– Japon: 44 nouvelles centrales à charbon pour produire l’électricité
– USA schiste: Verrons-nous le peak oil de schiste dès 2023?
– Chine: Solaire: le pays possède 60% des emplois dans le monde
– Russie: La première centrale nucléaire flottante est en route
– Angola: Réduction des taxes pour trouver de nouveaux gisements pétroliers.


Le baril de pétrole est brièvement passé sur les 80$. Un petit coup de mou, le laisse à 77.59$ (75.17$ fin avril) à Londres et à 67.09$ à New York (68.57$ fin avril).

L’uranium est en vie!  On l’a vu bouger. Il termine mai à 22.65$ (20.85$ fin avril).

 

Graphique du mois
Production pétrolière du Venezuela 2008-2018

Source: Bloomberg, OPEP; graphique Financial Times

Monde

Selon l’Agence Internationale de l’Energie Renouvelable (IRENA), le renouvelable compte 10 millions d’employés dans le monde.

L’effondrement de la production pétrolière du Venezuela et les sanctions américaines contre l’Iran pourraient être un parfait cocktail pour boire un baril à 100$. Cependant les avis divergent. Le PDG de Total penche pour 100$, alors que le PDG de BP pense que le pétrole de schiste américain va réduire le baril à 50$. L’IEA suppose que la demande va être détruite par les tarifs élevés. Morgan Stanley assure que les nouvelles régulations maritimes vont pousser le baril à 90$ et Westbeck Capital parie sur un baril à 100$ puis 150$ sur le modèle de 2008. Forcément, quelqu’un a raison, mais qui? La patience apportera la réponse.

Dès 2020, l’organisation mondiale du transport maritime va mettre en vigueur de nouvelles règles pour l’utilisation de pétrole lourd. L’industrie navale avale 5 millions barils/jour (b/j) de déchet de brut (résidu des raffineries). Le diesel pourrait compenser ce vide, mais il est bien plus cher que les 1 à 5 ct le litre des résidus.

Les 2’500 milliards $ de dettes des producteurs de pétrole et de gaz inquiètent les marchés financiers. Ce mois, l’américain Energy XXL a fait une faillite XXL à 4 milliards $. JPMorgan Chase, Well Fargo et Bank of America s’inquiètent de l’augmentation de l’augmentation des dettes pourries dans leurs comptes.

 

OPEP

Sous la pression de Donald Trump et de la Chine, l’OPEP pourrait remonter sa production de 1 million b/j. En réalité l’augmentation de la production de l’Arabie Saoudite et de la Russie (non membre de l’OPEP) compensera simplement la baisse du Venezuela, de l’Angola, de l’Equateur et du Nigeria.

Il aura suffi d’une suspicion d’augmentation des quotas de l’OPEP pour que le baril passe de 80 à 75$. In fine, cette décision pourrait être prise le 22 juin à Vienne lors de leur prochaine réunion.

Selon Citigroup, l’Arabie Saoudite aurait 2,12 millions b/j de capacité supplémentaire de production alors que la Russie 400’000 b/j. Pour l’instant, il y a encore de la marge pour atteindre le peak oil. Cependant, ces deux mots pourraient redevenir «très tendance» dans les moteurs de recherche.

 

Les Acteurs du Mois

USA

La production pétrolière a atteint le record de 10,543 millions b/j en avril. Même si les prix de l’essence grimpent à 2,90$ le gallon, la demande interne a également augmenté de 750’000 b/j, au plus haut depuis 2007.

Depuis l’élection de Donald Trump, le nombre d’employés dans le charbon a augmenté de 800 unités. De 80’000 employés en 2013, ils sont un peu plus de 55’000 aujourd’hui. La spirale baissière a été interrompue.

Le président Orange a coupé les budgets de la NASA pour évaluer la quantité de gaz à effet de serre. Cette coupe met en péril le calcul des émissions prévu dans l’accord de Paris.

Selon l’administration américaine, la diminution des taxes sur les entreprises a généré 1’000 milliards $ de dividendes supplémentaires pour les actionnaires. Pour le simple citoyen, la ristourne aura été de 900$ en moyenne, en grande partie mangée par l’augmentation des prix de l’essence.

Le constructeur de bus Motor Coach Industries (MCI) annonce que son bus J4500E “tout électrique” est capable de rouler à 113 km/h et sera commercialisé dès 2020.  La batterie de 450 kWh se recharge en 3 heures pour une autonomie de 8 à 10h.

L’Université de Stanford annonce des succès dans l’utilisation de batteries au manganès et eau pour les voitures électriques ou le stockage de l’électricité.  Ce type de batterie serait une alternative plus efficace et moins chère aux solutions actuelles.

En Californie, les nouvelles maisons et constructions devront avoir des panneaux solaires. La Californie exporte déjà une partie de son énergie solaire dans les autres Etats. Le temps est loin où l’Etat avait des coupures électriques sur son réseau.

Eric Schneiderman, l’avocat général de New York, a dû démissionner. Il est accusé de violences sur des femmes. Eric Schneiderman est connu pour avoir poursuivi Exxon Mobil sur le réchauffement climatique ainsi que les excès de Wall Street dans les high frequence trading.

Les dettes de subprimes dans le marché de l’automobile a atteint 300 milliards $. Cette bulle est notamment soutenue par la plus grande entreprise de private equitiy: Blackstone. Il semble que les leçons de la crise de 2008 soient oubliées.

Lors des mauvais résultats trimestriels, le CEO de Tesla Motors, Elon Musk, s’est copieusement gaussé des investisseurs et de Wall Street. Même Trump aurait déployé plus de tact. Ce moment de solitude pourrait soit révéler le succès futur de l’entreprise soit son effondrement.

 

Venezuela

Moscou et Pékin demandent au président Maduro de remplacer le Général Manuel Quevedo promu CEO de l’entreprise nationale de pétrole PDVSA. Depuis son arrivée, en novembre dernier, plus de 25’000 employés sur 140’000 sont partis. Au plus bas depuis 70 ans, la production pétrolière a déjà diminué de 450’000 b/j et elle pourrait encore chuter de 500’000 d’ici la fin de l’année.

Le président Maduro a été réélu, mais l’avalanche de créanciers qui réclament leurs avoirs, n’améliore pas la situation. De plus, les USA pourraient revenir à la charge avec des sanctions notamment en limitant les importations de pétrole et l’utilisation du dollar. Si Washington a toujours évité cette option, c’est que les raffineries américaines raffolent du brut lourd vénézuélien.

A en juger le nombre de tankers qui ont quitté le pays, PDVSA n’aurait extrait que 1,1 million b/j en avril.

 

Russie

La Russie a mis à l’eau sa première centrale nucléaire flottante. La barge, Akademik Lomonosov, a appareillé à Saint-Pétersbourg tractée par des remorqueurs. Les 2 réacteurs ont une puissance de 35 MW soit 20 fois moins qu’une centrale nucléaire standard. La barge sera amenée à Pevek, dans l’Arctique. Elle pourra produire de l’électricité pour les forages pétroliers ainsi que pour désaliniser l’eau de mer et alimenter en courant des plateformes pétrolières.

Vladimir Poutine se satisfait d’un baril à 60$ et pense qu’il est nécessaire de maintenir les prix en-dessous de 100$.

Le ministre du pétrole Novak confirme son accord avec l’Arabie Saoudite afin de remonter les niveaux de production, même s’il est prématuré d’avancer un chiffre précis.

Les USA pensent que la construction du gazoduc Nord Stream II, entre la Russie et l’Allemagne, pose un problème de sécurité nationale. Ca ne s’invente pas. Washington étudie des sanctions contre les entreprises impliquées dans sa construction. De l’autre côté, les USA tentent d’écouler leur gaz de schiste en Europe.

Suite à la construction d’un gazoduc entre les deux pays, la Russie va livrer du gaz à la Turquie avec un rabais de 10,25%. Ce gazoduc permettra à la Russie de contourner l’Ukraine pour ses livraisons au sud de l’Europe.

 

La centrale nucléaire flottante Akademik Lomonosov

 

Iran

Trump a dénoncé l’accord sur le nucléaire. La partie entre les joueurs de poker américains et les joueurs d’échec iraniens va débuter.

Les nouvelles sanctions ont ravivé la partie la plus extrême du régime iranien qui désire revisiter la doctrine actuelle sur l’arme atomique.

L’Europe, qui achète 2,4 millions b/j à l’Iran, a déjà commencé à limiter ses importations de pétrole afin de respecter les volontés américaines. Téhéran compte sur l’Inde et la Chine pour prendre le relais.

Total a 60 jours pour négocier avec le gouvernement américain pour obtenir que le géant puisse continuer l’extraction gazière en Iran. En vertu de l’accord conclu en juillet 2017, d’un montant de 4,8 milliards $, Total détient 50,1% des parts du consortium pour le développement du champ gazier No 11 de Pars Sud. Le groupe chinois CNPC détient 30% des parts et l’Iranien Petropars 19,9%.

Malgré la rhétorique du gouvernement, il sera difficile pour l’Iran d’atteindre une production 4,2 million b/j. Cependant, la hausse des prix du baril compensera la baisse de la production.

La monnaie locale le Rial a perdu plus de 22% contre le dollar américain durant les 12 derniers mois.

Goldman Sachs pense que le pétrole de schiste américain ne pourra pas compenser la diminution probable de la production iranienne si les sanctions américaines devraient entrer en force.

 


L’excellent Chappatte

 

Europe

France

Total va fabriquer du biocarburant à base… d’huile de palme. Ce n’est pas une typo. Le pétrolier français percevra même des subventions de l’Etat français. Et ce n’est toujours pas une typo.

Le gouvernement annonce la création d’un fonds de 100 millions € afin d’activer la filière de l’hydrogène dans la mobilité.

La sortie du glyphosate d’ici 2021, supportée par le Président Macron, a de la peine à sortir du sol. Le ministre de l’agriculture Stéphane Travert tente de sulfater la proposition.

La France du Nucléaire est secouée par la chute des prix des énergies renouvelables et par l’ambition du gouvernement de diminuer à 50% la part d’électron atomique. Le bras de fer s’est engagé et le lobby du nucléaire déroule son plan de communication. Ce mois, c’est une déferlante activée par Areva et EDF qui s’est propagée dans les médias. L’importance du plan pub est à la hauteur des sommes en jeu.

 

Suisse

L’UBS pense que le prix du baril va continuer sur sa lancée et dépasser les 100$. Le manque d’investissements dans les nouveaux gisements va se faire cruellement sentir dès 2019. Parole d’une banque qui investit lourdement dans le pétrole et le schiste US.

La Banque Suisse pense que l’inflation mondiale devrait grimper de 3,1 à 4% notamment grâce à la hausse du baril de pétrole.

 

Allemagne

Audi prévoit d’écouler jusqu’à 800’000 voitures électriques d’ici à 2025. L’objectif de la marque est de vendre 30% de ses voitures en mode électrique ou hybride.

De son côté, Mercedes espère lancer 10 modèles électriques d’ici à 2022, de la petite au gros SUV. Le géant allemand prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 15 à 25% d’ici à 2025 avec ses véhicules électriques.

Mercedes Daimler est soupçonné d’avoir équipé certains de ses modèles diesel de logiciels «capables de fausser les niveaux d’émissions». Mais nooon! L’agence fédérale de l’automobile KBA a ordonné le rappel de près de 5000 Mercedes Vito pour inspection.

La ville de Hambourg a interdit les véhicules diesels les plus polluants, qui ne respectent pas la norme Euro6, sur deux tronçons de 1’600m et de 580m. D’autres secteurs vont être ajoutés. Stuttgart et Dusseldorf devraient en faire de même.

Donald Trump étudie l’imposition d’une taxe de 25% sur les voitures européennes vendues aux USA (2,5% actuellement). De son côté, l’Europe impose déjà une taxe de 10% sur les importations de voitures américaines. Pour se défendre, les constructeurs allemands ont souligné qu’ils emploient 115’000 employés sur le sol US (y compris les fournisseurs) et exportent vers l’Europe une partie de cette production américaine. Wait a minute! Ne serait-ce pas à l’Europe de taxer les constructeurs allemands qui exportent les emplois européens vers les USA?

 

Angleterre

Le distributeur de gaz Cadent va investir 1,2 milliard $ dans une station d’hydrogène afin de stocker l’énergie du solaire et de l’éolien.

Le gouvernement va faciliter l’exploitation du gaz de schiste sur le territoire afin de tenter de compenser la baisse de production de la Mer du Nord.

 

Chypre et Turquie

Les problèmes économiques de la Turquie sont en train de gâcher les nuits du président Erdogan au point de passer sa mauvaise humeur sur l’île de Chypre. Le petit Etat continue ses explorations de gaz et de pétrole dans ses eaux territoriales. Mais comme les gisements ne s’arrêtent pas à la frontière, la marine turque a menacé de couler un bateau de prospection affrété par l’Italien ENI.

Le nord de l’île, la République turque de Chypre du Nord, est gérée par des turques. Cet Etat non reconnu a justement été reconnu par la Turquie.

 

Dessin Chappatte

Asie

Chine

L’agence internationale de l’énergie renouvelable estime que le 60% des nouveaux emplois dans ce domaine sont réalisés sur les marchés asiatiques. Pour le solaire, la Chine compte 60% des emplois dans le monde (2,2 millions). Dans le domaine éolien, la Chine détient 44% des employés au niveau mondial. A vrai dire, Pékin a fait le nécessaire dans des domaines qui ont été abandonnés par les européens et les américains. L’heure des dividendes est arrivée pour la Chine.

La Chine devrait vendre 1 million de voitures électriques en 2018 (50% des voitures mondiales). Durant les 4 premiers mois de l’année, 225’310 véhicules électriques ont été écoulés. Est-ce que l’hégémonie des constructeurs européens arrive à son terme ?

Donald Trump a envoyé 7 émissaires pour débuter les négociations sur les échanges commerciaux entre les 2 pays. Les menaces ont débuté à 50 puis 200 milliards du côté US. Sans tamtam sur Twitter, les chinois ont fortement diminué leurs achats de soja (un marché de 12 milliards $). Le bras de fer est à suivre.

Depuis l’ouverture des exportations américaines de pétrole et de gaz en 2015, la Chine n’a cessé d’augmenter ses achats de gaz à Washington afin de réduire sa consommation de charbon. “Dans le but de réduire la balance commerciale avec les USA“, Pékin va augmenter ses importations de gaz US. L’excuse est bien trouvée.

La Chine a lancé sur les océans sont deuxième porte-avions militaire le «Type 001A». A contrario du Liaoning, qui était un bateau russe entière reconstruit par les chinois, le Type 001A a été réalisé par les chinois. Sans propulsion nucléaire et plus maniable que les monstres américains, il pourra transporter jusqu’à 38 avions. Il fait partie d’une stratégie chinoise de maîtrise des mers.

 

Inde

Le pays vient de terminer la construction d’un nouveau centre de stockage de pétrole à Mangaluru. La réserve stratégique du pays atteint 41 millions de barils.

L’Inde a fait face à une nouvelle vague de pollution assez percutante. Il ne serait pas étonnant que le pays décide de prendre en main ce problème récurrent.

 

Japon

Suite à la catastrophe de Fukushima, le Japon se tourne vers le charbon. Le pays a ouvert 8 nouvelles centrales en 2 ans et 36 supplémentaires sont prévues dans les 10 prochaines années.

 

Vietnam

L’un des forages de Rosneft sur les côtes du Vietnam pose des soucis à l’entreprise russe. Il pourrait fâcher Pékin. Le gouvernement vietnamien confirme que le bloc est bien sous la juridiction et dans le périmètre du pays. Il demande à la Chine de respecter son droit souverain.

 

J’ai décidé de me retirer d’un accord avec la Corée du Nord que je n’ai pas fait. Fort. Décisif
Dessin Chappatte

 

Les Amériques

Etats-Unis : Schiste

Le Wall Street Journal reporte que les pétroliers de schiste ont perdu 2 milliards $ depuis le début de l’année. En moyenne ils dépensent 1,13$ pour chaque dollar gagné.

Grâce aux taux d’intérêt proche de zéro, les pétroliers de schiste ont pu emprunter plus de 1’000 milliards $ entre 2006 et 2014 et perdre plusieurs centaines de milliards dont 7 ont été payés par la Banque Nationale Suisse. Avec l’augmentation des intérêts, certains pourraient avoir de la peine à rembourser leurs échéances.

Deux des trois plus gros exploitants des gisements d’Eagle Ford et du Bakken terminent l’exploitation de leurs meilleurs gisements de catégorie 1. Les résultats financiers du 2ème trimestre donneront une indication sur la rentabilité des catégories 2 et 3.

Le Bassin Permien, le plus grand gisement de schiste US, voit le ratio gaz/pétrole augmenter. Ce détail indique que les poches se vident de pétrole. Comble de malchance, les exploitants n’arrivent pas à commercialiser ce gaz, par manque de moyen de transports. Ils doivent ainsi le brûler sur place.

Quand un forage de schiste entre en fonction, le ratio eau/pétrole varie de 3:1 à 11:1. Le stockage et de traitement de cette eau mélangée aux produits chimiques devient une source de coûts importante pour les producteurs.

Le peak oil du schiste américain pourrait arriver d’ici à 2023. Cette bulle aura duré un peu plus de 10 ans.

 

Brésil

Le grand producteur pétrolier est en panne d’essence. Les routiers ont paralysé le trafic. Ils protestent contre l’augmentation de 21% des prix du diesel depuis juillet 2017 à cause de la remontée des cours et de la nouvelle politique de tarifs de pétrolier national Petrobras.

Comme le pays ne compte pas de réseau ferroviaire, les habitants et les marchandises sont entièrement dépendants des axes routiers. Du coup, les prix des denrées alimentaires ont flambé. Petrobras et le Président ont dû faire un geste. Le litre de diesel de 3,788 réais (88 ct €), baissera de 0,46 réais (-12%). Cependant, les grèves persistent.

Suite à la grève des routiers, le secteur pétrolier est également entré en grève. Les employés de PetroBras réclament une réduction des prix des carburants et du gaz de ville, la fin de la politique de vente d’actifs de Petrobras et la démission du président de cette compagnie pétrolière publique, Pedro Parente.

 

Dessin Chappate

 

Moyen Orient

Irak

Le gouvernement a signé un contrat de 25 ans avec la China ZhenHua Oil pour le développement d’un champ à proximité de Badgad.

Le Russe Rosneft a trouvé un nouveau champ pétrolier dans le sud du pays. Jusqu’à présent, Rosneft était surtout présent dans le nord et la partie Kurde de pays.

 

Arabie Saoudite

L’IPO sur la major pétrolière nationale, Saudi Aramco n’aura pas lieu cette année. Le gouvernement tente de vendre 5% des actions de son joyau, mais les investisseurs ne semblent pas se bousculer.

L’Arabie Saoudite a proposé à la Russie et aux membres de l’OPEP de remonter les quotas afin de compenser la perte de production du Venezuela et du Nigeria.

Plusieurs séries de missiles, tirés depuis le Yémen, ont été interceptés par Riyad. L’ambiance est toujours aussi chaude entre les différentes parties. Pour autant, aucune raffinerie et champ pétrolier n’ont encore été touchés.

Boston Dynamics, vendue par Google à l’Arabie Saoudite via la banque japonaise SoftBank, vient de sortir un nouveau robot assez effrayant.

 

«Les robots peuvent faire peur» Marc Raibert, fondateur de Boston Dynamics, propriété de l’Arabie Saoudite

 

Afrique

Libye

Une unité de la Libyan National Oil Corporation a dû fortement réduire sa production (-120’000 b/j). Les fortes chaleurs ont arrêté les turbines.

Plusieurs milices ont débuté des discussions pour redonner une certaine stabilité au pays. Depuis la chute de Kadhafi, la production pétrolière n’a jamais réussi à remonter à son niveau initial.

 

Nigeria

Le pays semble jouer continuellement la même partition. Les producteurs extraient du pétrole et les milices locales sabotent les pipelines ou détournent du pétrole alors que les pétrodollars finissent dans de petites enveloppes destinées aux membres du gouvernement.

Bref, la production nationale peine à dépasser les 2 millions b/j.

Pour apporter un peu de bonne humeur, 60 tankers pétroliers sont bloqués au terminal de Forcados. Ils n’ont pas trouvé preneur et alors que les coûts d’expéditions augmentent et que la Chine et l’Inde ont diminué leurs importations de pétrole nigérien.

 

Angola

Le président Joao Lourenco a réduit de moitié les taxes sur l’exploration pétrolière dans le pays. L’objectif, de ce membre de l’OPEP, est d’accélérer les investissements car les gisements en activité sont sur le point de rendre l’âme. Il ne resterait que 300 millions de barils dans le sol du pays.

 

Soudan

A cause d’une pénurie importante, le litre de diesel ne coûte plus de 5,6$ au marché noir. Inutile de préciser qu’à ce prix, une grande partie de la population doit se déplacer à pieds ce qui cause d’importants problèmes de transport.

 

Phrases du mois

«La Chine attend les demandes que les Etats-Unis vont mettre sur la table. Mais s’ils sortent un revolver et le pointe sur nous, ils peuvent terminer leur thé et partir.» Lü Xiang, Accadémie Chinoise des Sciences Sociale.

There is a lack of machines, there is a lack of tools, there is a lack of everything.” Patrick Pouyanne sur l’exploitation pétrolière au Venezuela

«Nous devons prendre très au sérieux la possibilité d’un pic des prix du pétrole, ne serait-ce que parce que ces pics ont précédé cinq des six dernières récessions.» UBS

How did we go from a president who could not tell a lie to politicians who cannot tell the truth?” Former New York City Mayor Michael Bloomberg

History suggests that financial abuses tend to multiply at the end of an economic boom. We are in the eighth year of an upcycle, yet President Donald Trump’s administration is loosening the rules on banks.

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

Le Pétrole: entre joueurs de poker et d’échec

Depuis le début de l’année, le baril de pétrole a gagné plus de 10$ et les probabilités de le voir continuer sur cette tendance augmentent. Le manque d’investissements dans l’exploration de nouveaux gisements, la chute du Venezuela, les problèmes de la Libye et le choix de Trump sur l’accord iranien pourraient à nouveau voir le baril émerger au-dessus de 100$.

Une partie mondiale entre joueurs de poker et joueurs d’échec est engagée.


Du côté des exportateurs, le premier regard se tourne vers le Moyen-Orient notamment vers l’Arabie Saoudite et l’Iran.

 

Iran et Arabie Saoudite

Si les coûts d’extractions pétroliers des deux pays rayonnent dans une fourchette de 4 à 10$/baril, leurs dépenses sont diamétralement opposées.

L’embargo a maintenu les prétentions financières de Téhéran dans des proportions minimales tout en gérant une solide présence militaire en Syrie et au Yémen. Depuis la levée des sanctions, le pays a augmenté sa production de 1 million b/j. et ses exportations se sont presque exclusivement tournées vers l’Asie (Chine, Inde, Corée du Sud). Les entrées de pétrodollars ont apporté une bouffée d’air frais à l’Economie du pays.

En l’état actuel, l’Iran peut se contenter d’un baril à 40-50$. Le reste n’est que bénéfice.

 

La grandiloquence du business modèle de l’Arabie Saoudite caractérise son budget. Les glorieuses années, qui voyaient un baril à plus de 100$, ont fondamentalement modifié les habitudes. Le faste et le brillant ont un prix.

Pour garder son peuple sous tutelle et éviter toute révolution, la famille royale distribue annuellement des dizaines de milliards $ à ses 22 millions de citoyens nationaux. Cet obole pèse lourdement dans les caisses du royaume.

De plus, l’Arabie Saoudite entretient la plus dispendieuse et certainement la plus inefficace armée du monde. Pour 2018, 60 milliards $ sont prévus soit 10% du PIB. Pour comparaison, le budget militaire russe se monte à 46 milliards $ (2,8% PIB) et 14 milliards $ pour l’Iran. (2,1% PIB).

Pour la santé de son bilan comptable et pour tenir tête à l’Iran, Riyad espère un baril à 80$.

Afin de combler son budget, le prince héritier Mohammed bin Salman désire mettre en vente 5% des actions de l’entreprise nationale pétrolière: Saudi Aramco. Il espère lever entre 100 et 200 milliards $. L’IPO pourrait enfin titiller l’intérêt des investisseurs étrangers à condition que le baril passe sur la barre des 80$.

On comprend ainsi mieux la volonté de Riyad de maintenir les quotas minimaux actuels de l’OPEP. La vis devrait se desserrer à l’approche des 100$ le baril afin de ne pas mettre en péril la demande et l’Economie mondiale.

 

Production pétrolière du Venezuela


Sources: Bloomberg, OPEP, Financial Times

La Russie

En deux ans grâce aux quotas de l’OPEP, Moscou est devenu un allié improbable de Riyad. Réélu, Vladimir Poutine compte sur une hausse du baril pour couvrir les dépenses de son nouveau programme et ses ambitions internationales. Le pétrole et le gaz sont les carburants essentiels au budget russe puisque qu’ils pèsent un peu plus de 50% dans les recettes du budget fédéral.

Si au Moyen-Orient, Donald Trump a parié sur Israël et l’Arabie Saoudite, la nature ayant horreur du vide, la porte a été laissée grande ouverte à la Russie et à la Chine pour y jouer un rôle clé auprès des autres nations.

Ainsi, l’influence russe augmente à chaque poussée de fièvre du pétrole notamment en Syrie, au Qatar, en Irak ou en Iran.

L’Iran et la Russie ont même débuté un troc: pétrole contre nourriture et produits russes des plus prometteurs.

 

La Chine

Pékin a des raisons de se réjouir du pari américain de réinstaurer les sanctions contre l’Iran. Le premier importateur de pétrole au monde a ouvert sa propre bourse pétrolière à Shanghai nominée en Yuan.

Au lieu d’utiliser le dollar américain, sensible aux remontrances de Washington, l’Iran pourra ainsi faire confiance au Yuan chinois. On ne doute pas une seconde que la Chine pourra bénéficier de «tarifs avantageux et préférentiels» en signe de remerciements.

Cependant Pékin peut craindre une escalade des tensions entre l’Iran et les USA/Israël/Arabie Saoudite. Le détroit d’Hormuz peut être bloqué par les iraniens et, paralyser le quart de la production mondiale.

La Chine aura intérêt à modérer les ardeurs des différentes parties. L’arrivée d’un deuxième porte-avions dans l’armée chinoise tombe à point nommé.

 

Routes Maritimes pétrolières Sources: EIA

 

Les USA

Washington a également besoin d’un baril supérieur à 80$ pour que les producteurs de schiste deviennent rentables et puissent maintenir la production actuelle.

La décision iranienne de Donald Trump pourrait participer à cette perspective même si les automobilistes américains sont directement impactés. On peut douter que Joe America prédispose de plus de place que les pétroliers dans le cœur de Trump.

Il faut espérer que l’inflation induite par le pétrole ne fasse pas exploser les nouvelles bulles des subprimes des crédits d’achats de voitures ou des crédits aux étudiants. Le taux du rendement du 10 ans américain vient tout juste de passer au-dessus des 3%.

Finalement, en activant le spectre de l’Iran, c’est tout le secteur de l’armement qui est galvanisé. Des emplois américains pourraient être maintenus notamment par la vente d’équipements à Israël et à l’Arabie Saoudite.

 

Venezuela

L’outil de production pétrolier et l’Economie nationale semblent dans un tel état de déliquescence, que l’on peine à imaginer que même un baril à 100$ évitera l’écroulement.

Avec la pénurie mondiale annoncée, la chute du Venezuela risque de propulser rapidement les prix à la hausse.

 

Si un joueur de poker peut rapidement amasser une fortune, la vision à long terme d’un joueur d’échec peut faire merveille dans la configuration actuelle.

Quoi qu’il en soit, par leur incapacité à découpler leur Economie de l’or noir, les pays “sans pétrole” sont relégués au rôle de simples spectateurs qui paient leurs billets…  au prix qu’on leur impose.