Energies, Economie Pétrole: Revue Mondiale Décembre 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
Tous mes Voeux pour l’année 2019. Que la vie vous traite avec élégance et bonté.
– Pétrole: Des hauts et des bas pour terminer au plus bas
– Energies fossiles: Année record de consommation
– OPEP: Une année charnière et passée à jongler avec les prix
– Pétrole de schiste: Bientôt 8 millions de barils par jour
– Economie Mondiale: Quelle direction pour 2019?
– Asie: Record de consommation de charbon et de pétrole
– Climat: Il aura fallu une fille de 15 ans.


 

Avant de débuter cette revue, un grand merci pour votre fidélité à la revue mensuelle. Vous avez été plus de 550’000 à la lire durant cette année. Les nombreuses heures passées à dénicher les informations et les retranscrire trouvent preneurs.

Année chaotique pour le pétrole, une vraie montagne russe. A Londres, il avait débuté l’année relax à 69.02$ pour prendre un coup de chaud à 87$. Là, c’était sûr il devait atteindre les 100$ d’ici à la fin de l’année. Bingo, après une soirée trop arrosée, on le retrouve fin décembre avec un gueule de bois à 52,23$. Même topo à New York où il avait débuté à 64.50$ pour terminer à 45,30$.

 

Graphique du mois: Evolution du prix du baril de pétrole Brent en 2018  (Londres)

Climat

La COP24 de Varsovie s’est terminée. Le discours de Greta Thunberg, 15 ans, résume parfaitement le tout (voir vidéo ci-dessous).

On peut souligner la très forte présence des lobbies du charbon, du pétrole et du gaz avec des présentations qui donnaient à croire que les énergies fossiles sont la solution. L’industrie du tabac et des arracheurs de dents avaient mis la barre très haut, mais là, c’est encore plus fort.

Pour revenir aux choses plus sérieuses, nous avons atteint les 408 ppm de CO2. Un record et 2018 est la deuxième année la plus chaude depuis 1880.

Discours de Greta Thunberg (avec traduction) – COP 24

 

Economie Mondiale

En théorie, la demande de pétrole devrait augmenter de 1,5 million b/j en 2019. La croissance mondiale du PIB devrait atteindre 3,7%.

Quelle est la direction de l’Economie mondiale pour 2019? Les Banques Fédérales ont terminé leur alchimie après avoir injecté plus de 1’500 milliards $ dans les institutions financières. Est-ce une panacée ou la création d’un nouveau Frankenstein? Les premiers indices pointent du doigt le monstre.

Pour l’instant, les USA vont relativement bien. L’Europe tousse. La Chine continue de publier des chiffres enthousiastes sur son PIB, mais sont-ils réels?

Si l’on regarde du côté des bourses, 65% des traders sont des machines. Les machines pensent que cette année 2018 est moche. Pas facile d’avoir l’avis d’un humain. Heureusement qu’il y a Thomas Veillet et ses chroniques matinales.

En 2018, nous n’avons jamais autant consommé de pétrole, de gaz et de charbon. Cette tendance souligne deux points: 1) l’Economie mondiale atteint des sommets 2) nous ne sommes pas sur le point d’apporter le début d’une réponse à Greta Thunberg.

 

OPEP

Année yoyo pour le cartel. Le début d’année avait débuté avec un resserrement de la production avec l’objectif de faire remonter les prix. La tâche fut facilitée par les problèmes au Nigeria, Venezuela et en Libye.

Il aura fallu un cafouillage iranien par le président Trump pour faire passer le baril de 87 à 52$.

Ce mois à Vienne, l’OPEP a proposé de réduire sa production de 1,2 million barils/jour (b/j). Cependant, aucun objectif contraignant n’a été indiqué par pays. L’OPEP cherche des volontaires.

L’utilité de l’OPEP est remise en question car la Russie (11,4 millions b/j), les USA (11,6) et l’Arabie Saoudite (11) produisent le tiers des besoins mondiaux de 100 millions b/j.

La relation de proximité entre l’Arabie et les USA, débutée après la deuxième guerre mondiale, est en train de se fracturer. La politique de fer menée par la pétromonarchie est de plus en plus en confrontation avec les valeurs occidentales. L’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, par le prince héritier, n’a pas aidé. Cette tendance pousse l’Arabie à se rapprocher de la Russie comme le témoigne l’accueil, devant les caméras, de Vladimir Poutine à MbS lors de la dernière rencontre du G20.

Du côté des USA, on désire démembrer l’OPEP via le Département de la Justice. Motif: “manipulation des prix”. Nom de code: No Oil Producing and Exporting Cartels Act ou NOPEC.


Le changement climatique est causé par deux choses: L’activité humaine et l’inactivité humaine
Dessin Chappatte

 

Pétrole et Diesel

Une part de plus en plus grande de pétrole provient du schiste et des sables bitumineux. Cette qualité de pétrole est peu propice à produire du diesel ou du kérosène nécessaires à nos camions, trains, transports maritimes, voitures ou avions.

Si l’ère du peak diesel se confirme, cela génèrera d’importants changements dans notre consommation énergétique.

Du côté du brut, certaines prévisions tablent sur un baril entre 70-80$ pour 2019. Bien malin qui peut prédire le prix de l’or noir.

 

Paris 1896-1900. Magnifique vidéo de l’époque de nos arrières-grands-parents.

 

Charbon

Poussé par l’Inde et la Chine, la demande de charbon augmente à 3’800 millions de tonnes (+0,2% par rapport à 2017).

Pékin consomme toujours le 50% du charbon mondial. Il devient de plus en plus apparent que l’ambition de la Chine d’améliorer la qualité de l’air tout en augmentant son PIB soit difficile à tenir.

La Chine va mettre en service 259 GW de nouvelles centrales à charbon qui correspond à la totalité du parc actuel américain.

 

Nucléaire

L’avenir du nucléaire repose essentiellement sur la Chine. Il n’y a pas d’autre pays au monde qui construit autant de centrales nucléaires. Huit sont en construction et dans les mois à venir, Pékin va mettre en service 3 nouvelles centrales pour arriver à un total de 40 réacteurs.

En Chine, la part du nucléaire représente 4% de l’électricité produite (7% pour le solaire et l’éolien).

Détail effrayant ou intéressant, les coûts de construction d’une centrale en chine sont deux fois plus bas qu’en Europe et aux USA. Du côté de la France, de la Finlande en passant par les USA et l’Angleterre, les coûts des centrales en construction explosent.

Dessin Chappatte

 

Arabie Saoudite

Année très difficile pour l’Arabie Saoudite qui s’embourbe dans la guerre au Yémen et dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. La stabilité de l’approvisionnement mondial de pétrole repose sur la stabilité de Riyad. L’équation devient de plus en plus ardue.

Afin de combler la diminution pétrolière de l’Iran, suite aux sanctions de l’Administration Trump, l’Arabie avait poussé ses exportations à 7,7 millions b/j en octobre (+268’000 b/j par rapport à septembre).

Suite à ce manque de coordination avec la famille Trump, le Ministre du pétrole saoudien a annoncé que le pays allait réduire sa production. Il espère l’équilibre entre l’offre et la demande durant l’année 2019.

Le budget du pays va augmenter de 7% à 295 milliards $ (+34 milliards par rapport au budget 2018). Une partie de cet argent ira au budget surréaliste alloué à l’armée (70 milliards $) ainsi qu’aux aides financières octroyées aux saoudiens. Ces aides financières permettent à la famille royale de rester en charge du pays et d’acheter les récalcitrants.

Pour boucler ce budget, l’Arabie a besoin d’un baril à 84$ soit 30$ de plus qu’actuellement.

A la surprise générale, le Roi Salman bin Abdelaziz Al Saoud a remanié son gouvernement. Il a gardé son fils le Prince Mohammed ainsi que le ministre du pétrole.

 

Chine

Pékin ne va pas acheter du pétrole aux américains. Habiles négociateurs, les chinois s’engagent avec confiance avec le fantasque Trump et semblent attendre avant d’utiliser le gaz et de pétrole pour limiter la balance commerciale entre les deux pays.

Xie Zhenhua, le chef du Climat de la délégation chinoise, est «déçu» du retrait des américains et encourage les USA à reprendre sa place dans les discussions sur le climat. Il y a 3 ans, cette déclaration aurait été impensable de la part de la Chine.

Pour tempérer les ardeurs climatiques de la Chine, la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) a signé des accords avec Chevron, ConocoPhillips, Shell, Total et Equinor pour développer les champs pétroliers offshores de Pearl River Mouth Basin.

La Chine a importé 9,3% de charbon de plus qu’en 2017, à 271 millions de tonnes.

Pékin a validé les restrictions les émissions polluantes du transport maritime. Cette règle, implémentée au niveau mondial, limitera la vitesse des bateaux ainsi que l’utilisation du brut extra lourd.

En novembre, 173’000 voitures électriques ou hybrides ont été vendues, +18,5% sur une année à l’autre. Depuis le début de l’année 1,05 millions de ces véhicules ont été vendues en Chine, +63%.

A la Bourse de Shanghai, l’indice composite a perdu cette année 24,6%, celui de Shenzhen a chuté de 33,2% et Hong Kong, qui a régressé de 14%.

 

USA

La production pétrolière atteint 11,6 millions b/j et augmentera de 1,5 millions b/j en 2019. Les USA sont devenus le plus grand producteur pétrolier mondial.

Les importations de pétrole se sont élevées à 3,1 millions b/j en 2018. Il y a dix ans, avant l’arrivée du schiste, les USA importaient 11,1 millions b/j.

Grâce au gaz de schiste, les USA sont en passe de devenir un acteur mondial dans le gaz liquide (LNG). Cependant, l’arrivée du très polluant gaz de schiste dans les maisons européennes pose de gros soucis environnementaux. Alors que le méthane du gaz naturel est dangereux pour le climat, le schiste américain explose toutes les statistiques.

ExxonMobil demande à l’Agence de l’Environnement EPA d’augmenter la régulation sur les émissions de méthane lors de l’extraction pétrolière et gazière. Deux raisons à cette requête. La major fait face à une pression de ses investisseurs sur les conséquences du réchauffement climatique et les petits acteurs pétroliers n’arrivent pas à s’offrir ces systèmes.

La production électrique éolienne du Texas a atteint un niveau record de 51% à 19,2 GW.

Dès 2029, tous les bus qui circuleront en Californie devrait être électrique ou à hydrogène afin de respecter les réglementations sur les émissions.

Quand Trump a changé les règles de consommation et de polluants pour les véhicules, les plus grands supporters se trouvaient dans l’industrie automobile, même s’ils ont souligné que les changements étaient trop importants. Sans surprise, il s’avère que le véritable déclencheur fut l’industrie pétrolière. Marathon Petroleum, le plus grand raffineur du pays, a fortement utilisé de son influence et celle de ses actionnaires, les frères Koch, pour amoindrir la législation.

 


Les gisements de pétrole/gaz de schiste aux USA

 

Europe

Après des années de perfusions pour les banques privées, la Banque Européenne va arrêter d’injecter des milliards dans le système.

Les ventes de voitures ont diminué de 8,1% en novembre à 1,16 million d’unités.

 

Finlande

La Finlande a mal à ses nouvelles centrales nucléaires. Alors que l’EPR Areva, de Olkiluoto, a déjà plus de 10 ans de retard et un budget pulvérisé, le gouvernement avait confié au russe Rosatom la construction d’une nouvelle centrale. Basé sur un type de réacteur standardisé, tout devait rouler comme sur des roulettes.

Ce qui devait arriver, arriva. La construction de la centrale nucléaire de Hanhikivi 1 va prendre 4 années de retard selon Rosatom. Décidé en 2010, le réacteur devrait entrer en fonction en 2028 au lieu de 2024. Pour ne pas trop fâcher les citoyens durant les Fêtes de fin d’année, on ne parlera pas du dépassement financier.

 

Hollande

Sous la pression des actionnaires, Royal Dutch Shell va devoir réduire son empreinte carbone. Total et BP ont déjà plié et la major hollandaise en fait de même.

Dès 2020, les bonus du PDG Ben van Beurden et des cadres seront influencés par l’atteinte de ces objectifs. Cimate Action 100+, qui regroupe 300 institutions et 32’000 milliards $, pousse les gros pollueurs à réduire leurs émissions pour atteindre les objectifs de Paris.

Ainsi Total investit dans le solaire et les batteries. ExxonMobil dans les biocarburants à base d’algues. Chevron dans la captation du CO2 et le norvégien Equinor dirige 15% de ses investissements dans de nouvelles solutions énergétiques dont l’éolien. Les investissements restent modestes, mais c’est un début. Voir le graphique ci-dessous:

 


Investissements dans les énergies vertes par les majors pétrolières de 2010-2018
en % de leurs investissements totaux
Source Financial Times

 

France

Le gouvernement a reculé face à la pression des gilets jaunes. Il a aboli sa taxe sur les carburants, renonce aux conditions de contrôles techniques des véhicules polluants et gèle les prix de l’électricité jusqu’en mai 2019.

Paradoxalement, 4 ONG, dont celle de Nicolas Hulot, ont lancé une pétition pour lancer un recours en justice contre le Gouvernement Macron. Motif «action insuffisante contre le réchauffement climatique. » Ce qui est un euphémisme pour qualifier l’enthousiasme du gouvernement Macron dans ce domaine. En quelques jours, 2 millions de personnes ont signé la demande.

On ne met jamais un banquier à la tête d’un pays! La France découvre cet adage et ce principe de précaution élémentaire.

Durant les 2 dernières années, les banques françaises ont financé à hauteur de 43 milliards € les énergies fossiles selon l’association OCSFAM.

Les pays qui possèdent un taux d’égalité élevé entre les citoyens obtiennent souvent les meilleurs résultats dans l’implémentation de la transition énergétique (les pays nordiques).

Contre toutes les règles de protection de la nature et de l’environnement mais avec le feu vert du président Macon, le pétrolier TOTAL a commencé à forer du pétrole dans la Guyane française. De son côté le Brésil a refusé de donner son feu vert sur sa portion de territoire.

 

Suisse

Le fabricant de scies à silicium et de panneaux solaires, Meyer Burger, va transférer 90 emplois en Chine. Fin 2012, l’entreprise employait encore plus de 2’200 collaborateurs. Ils ne sont plus que 900.

Le développement pour les scies à diamant reste en Suisse car la recherche est presque entièrement subventionnée par le gouvernement helvétique. La Chine aurait tord de refuser cette aide généreuse.

Le producteur d’électricité AXPO annonce une progression de 29% de son bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit) à 348 millions de francs.

Le canton de Vaud a interdit l’exploitation de gaz ou de pétrole de schiste ou toutes les hydrocarbures sur son territoire.

L’empreinte de gaz à effet de serre d’un citoyen suisse est de 14 tonnes par années. La moyenne mondiale est de 6 tonnes. Le Suisse consomme deux fois plus l’avion que ses collègues européens avec une moyenne de 2’000 km/an. L’Aéroport de Genève désire passer de 18 à 25 millions de passagers dans les années à venir.

Le gouvernement Suisse ne veut pas limiter l’extraction de pétrole ou de gaz de schiste. Cerise sur le gâteau, les gaziers vont pouvoir importer le très polluant gaz de schiste des USA. Les très puissants lobbies comme l’Union Pétrolière Suisse et des gaziers comptent de nombreux élus dans leurs escarcelles.

Un drone pliable qui se rétracte pour passer où il veut

 

Russie

Le ministre du pétrole, Alexander Novak, prévoit une production de 11,145 à 11,165 millions b/j pour 2019. Cela dépendra également de la politique de l’OPEP+ et d’une diminution de 228’000 b/j que la Russie devrait réaliser. La Russie produit actuellement 11,42 millions b/j.

La production pétrolière russe ne fait que de monter depuis la mise en service en 2008 de nouveaux champs pétroliers. Si les informations du Ministre Novak se confirment, ce serait une première baisse en 10 ans.

Le Parlement Européen condamne la construction du gazoduc Nord Stream 2 qui pourrait relier la Russie et l’Allemagne et doubler la quantité de gaz livrée à Berlin et à la Hollande. Le Parlement parle de sécurité d’approvisionnement énergétique. Sous la pression américaine, l’Europe importe de plus en plus de gaz de schiste des USA. De son côté, Gazprom, dévie de plus en plus ses livraisons européennes vers l’Asie.

L’entreprise atomique russe Rosatom a reçu la mission par Moscou d’ouvrir une voir maritime dans l’Arctique durant toute l’année. Les brise-glaces nucléaires de Rosatom ouvriront une ligne taxi pour les cargos qui relient l’Europe à l’Asie. Cette route permettra également l’extraction et le transport du pétrole exploité dans l’Arctique.

 

Allemagne

BMW et Porsche ont réalisé un nouveau système de recharge FastCharge de 450 kW. Cette nouvelle centrale de recharge permet de connecter les voitures électriques du standard européen Type 2 en moins de 3 minutes pour 100 km pour une batterie de 90 kWh comme pour la nouvelle Porsche.

Jusqu’en 2030, Daimler prévoit d’acheter pour 23 milliards $ de batteries pour ses véhicules électriques. Pour l’instant, Daimler se fournit chez LG Chem, China’s Contemporary Amperex Technology et SK Innovation.

Le constructeur de camion MAN va tester son eTruck dans l’usine de Porsche à Stuttgart. Le camion pourra transporter 32 tonnes. Avec 149 kWh, il pourra parcourir 130 km. Il faudra 45 minutes de plus pour ajouter 100 km. Est-ce que l’électrique est adéquat pour les camions ?  La réponse est en cours.

Daimler Trucks Amérique du Nord a livré son premier camion électrique pour le marché américain: le Freightliner eM2 106 d’une puissance de 480 chevaux et 325 kWh avec un rayon d’action de 300 km.

 

Le Freightliner eM2 106 Electrique de Dailmer. A destination du marché américain

 

Moyen Orient

Iran

Les revenus pétroliers du pays ont augmenté de 55% entre mars et octobre 2018. La fin de l’année est nettement plus compliquée. Suite aux sanctions américaines en octobre, les exportations se monteraient à 762’000 b/j, au plus bas depuis 5 ans avec une diminution d’un million de barils par jour.

La Suisse pourrait vendre à l’Iran des produits humanitaires comme de la nourriture, médicaments ou appareils hospitaliers en utilisant un nouveau mécanisme de payement approuvé par Washington.

Le pétrolier Total a été puni d’une amende de 572’000$ par une cour de justice parisienne. Motif: le géant pétrolier aurait corrompu, en 1997, des officiels (30 millions $) pour développer des champs pétroliers South Pars en Iran.

Depuis les sanctions américaines de novembre 2018, Total s’est retiré de South Pars et de l’Iran. Le français a été remplacé par une entreprise chinoise.

 

Irak

Le ministre du pétrole, Thamir, a annoncé que Schlumberger va forer 40 puits dans le champ pétrolier de Majnoon. Le champ produit déjà 240’000 b/j. En juin, Shell avait quitté ce champ.

L’administration Trump a accordé 90 jours de plus à l’Irak. Motif, l’Irak à besoin du gaz iranien pour produire 30% de son électricité.

 

Qatar

Le pays a annoncé sa sortie de l’OPEP pour «officiellement» se concentrer sur l’exploitation de gaz. Le Qatar était membre de l’OPEP depuis 1961 et produit 600’000 b/j sur les 31 millions de l’OPEP.

Cependant, cet acte symbolique est un pied de nez à l’Arabie Saoudite qui dirige le cartel.

L’embargo de l’Arabie Saoudite contre Doha est toujours en vigueur même si les effets restent minimes.

Pour améliorer l’ambiance entre les deux pays, Riyad a proposé la création d’un canal sur sa frontière afin d’isoler le Qatar et d’en faire une île. Les soucis de budget de l’Arabie Saoudite pourraient compromettre cette idée.

 

Syrie

Le président Trump a décidé de retirer ses boys du pays. Comme la nature à horreur du vide, les turques, russes, iraniens et syriens se sont portés volontaires afin de reprendre cette place. L’avenir des Kurdes est en question.

Il faudra surveiller les implications de cette décision à travers le Moyen-Orient. Mine de rien, cette région pétrolière alimente en pétrole notre standard de vie.


Demande pétrolière mondiale 2014-2018
Source IEA

 

Les Amériques

Etats-Unis Schiste

Les USA annoncent que le Bassin Permien contiendrait 46 milliards de barils de pétrole, 20 milliards de baril de gaz liquide et 8 milliards m3 de gaz. Ces chiffres indiquent les ressources techniquement exploitables. Aucun information n’est donnée sur le niveau des prix à atteindre pour rentabiliser ces réserves.

L’EIA prévoit une augmentation d’extraction du schiste de 134’000 barils/jour en janvier.

Au Dakota du Nord et au Sud Texas, les exploitants ont dû passer aux forages de deuxième catégorie. Le Dakota du Nord pourrait déjà avoir atteint son peak oil. A confirmer. Le peak oil du pétrole de schiste aux Etats-Unis pourrait arriver dans les 3-5 années à venir.

ExxonMobil est devenu le plus grand pétrolier dans le Bassin Permien et annonce des coûts de production à 35$ alors que les compétiteurs avoisinent les 45$. L’avantage d’Exxon, c’est de pouvoir noyer ses chiffres du schiste avec ceux bien plus prolifique du pétrole conventionnel.

Dans la presse spécialisée, l’impact de la chute des cours de l’or noir sur les producteurs de schiste est abondamment analysé. L’un des moyens utilisés par les pétroliers est de manipuler les chiffres de la comptabilité et de se focaliser sur les forages les plus lucratifs. L’allongement des forages horizontaux et l’injection de quantité de sable toujours plus important augmentent les coûts sans toutefois garantir une meilleure profitabilité.

Comparaison des prix Octobre 2018 et 19 décembre 2018
entre les différentes qualités de pétrole américain

Baril Américain (prix standard) / Pétrole de schiste Eagle Ford / Pétrole de schiste du Bakken / Pétrole bitumineux
Ex: quand le baril américain se vend à 47,41, le schiste du Bakken et à 20$

 

Canada

L’expansion des pipelines Trans Mountain et Keystone XL sont au point mort. Le projet du pipeline Northern Gateway a été mis de côté. Du coup, les producteurs des sables bitumineux de l’Alberta ont été forcés de faire des rabais jusqu’à 40$ le baril pour écouler leur pétrole à perte. (voir graphique ci-dessus)

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau offre 1,2 milliards $ à l’industrie pétrolière des sables bitumineux afin de soutenir les emplois dans l’Alberta. Au lieu de donner cet argent aux pétroliers, ne serait-il pas plus efficace de donner cet argent aux employés pour les aider à trouver un nouvel emploi? Je dis ça, je ne dis rien.

Pour aider à réduire les stocks, la première ministre de l’Alberta Rachel Notley a ordonné une réduction de 325’000 barils par jour, à compter du 1er janvier.

Justin Trudeau envisage d’aider à financer l’achat de wagons citerne pour accroître le volume de transports pétrole des sables bitumineux. Pour mémoire à son arrivée, l’ami Trudeau plaidait pour que le Canada prenne des initiatives sur le réchauffement climatique.

 

Mexique

Le nouveau président, Andrés Manuel López Obrador, veut que son pays produise plus de pétrole d’ici à 3 ans.

Le gouvernement va injecter 3,7 milliards $ pour soutenir l’entreprise nationale Pemex. Le pétrolier devra investir dans une nouvelle raffinerie pour 8 milliards $ ainsi que 23 milliards $ (+14%) pour l’extraction pétrolière.

 

Venezuela

La production pétrolière a chuté à 1,1 million b/j. Au début de l’année, elle était de 2,2 millions. En 1998, le pays exploitait 3,5 millions.

Dans une situation financière critique, le Président Maduro a demandé et obtenu de Vladimir Poutine, une rallonge financière de 5 milliards $ en échange de pétrole.

La Chine et la Russie portent financièrement à bout de bras le Venezuela en échange d’or noir. Cependant, Moscou s’est plaint que les remboursements pétroliers envers la Russie se font parfois attendre, alors que Caracas s’exécute à la minute pour les traites chinoises.

 

Brésil

En 1 an en Amazonie, l’équivalent de 1 million de terrains de foot de forêts ont été rasés pour laisser place à la culture du soja et à l’exploitation forestière.


Production du pétrole de schiste aux USA, en milliers de barils/jour
Source IEA

 

Asie

Inde

Le pays a importé 4,2 millions b/j de pétrole en novembre. Les besoins énergétiques de l’Inde grimpent à une vitesse fulgurante.

L’Inde est devenue le deuxième importateur de charbon derrière la Chine.

 

Australie

Le pays est devenu le plus grand exportateur de gaz liquide (LNG) devant le Qatar avec 6,5 millions de tonnes contre 6,2 pour Doha.

 

Singapour

Plus de 150 millions $ de pétrole ont été volés dans la plus grande raffinerie du pays. Une douzaine de personnes ont été arrêtées dont plusieurs employés de Royal Dutch Shell.

Dessin Chappatte

 

Afrique

Libye

La National Oil Company (NOC) a déclaré l’état de force majeur dans le champ d’El Sharara et ses 315’000 b/j. Le gisement a été intercepté par une milice locale qui désire recevoir une part du bénéfice ainsi que des emplois rémunérés.

Le premier ministre, Fayez al-Sarraj, s’est rendu sur place pour détendre l’atmosphère. Pour l’instant, la NOC a refusé de payer afin d’éviter de donner des idées aux dizaines d’autres milices du pays.

 

Nigeria

La justice italienne a reconnu que Eni et Shell ont préparé des petites enveloppes à destination des dignitaires du pays. Les deux entreprises avaient payé 1,3 milliards $ dont 1,1 pour les petites enveloppes.

Le français Total va commencer à exporter du pétrole en très grande profondeur du gisement Egina à proximité des côtes du pays. Le gisement a une capacité de 200’000 b/j. et se trouve immunisé des sabotages qui a lieu sur les terres.

 

Phrases du mois

«La France des gilets jaunes constitue un contre-exemple, dans lequel l’Etat n’a pas réussi la synthèse entre la portée environnementale et la portée sociale. La taxe carbone s’est ajoutée à un système fiscal terriblement inégalitaire. La transition juste, ce n’est certainement pas de faire payer les citoyens les plus modestes, mais plutôt de faire participer les entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre » Anabella Rosemberg, Greenpeace.

Alors que les standards techniques et technologies ne sont pas établis dans beaucoup de nouvelles technologies, c’est une opportunité en or pour l’industrie de notre pays pour augmenter nos efforts de standardisations afin de “dépasser” tout le monde en prenant une autre voie.». Gouvernement Chinois: China Standardization Administration

L’économie de la qualité, il faut se battre pour ça. Le prix n’est pas une valeur. La valeur est ailleurs comme le disait Warren Buffet. Entre une baguette de pain à 80 ct € et une baguette de pain à 1,2€, la baguette à 80 ct n’a aucun sens.  Elle ne vient pas d’une bonne farine, elle ne vient pas d’une bonne agriculture, elle ne paie pas suffisamment l’agriculteur qui l’a produit.
Une baguette à 80 ct € on la paie 3 fois. Une fois à la caisse, une fois chez votre médecin, une fois avec vos impôts pour nettoyer les terres des produits chimiques.
”  Frédéric Anton, chef cuisinier, Meilleur ouvrier de France

Nous vendons les voitures que les gens veulent acheter (selon un fabricant automobile). “Non, vous vendez les véhicules grâce aux pubs que vous faites sur les voitures que vous voulez leur vendre.” Corinne Lepage, ancienne ministre environnement France

«Vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont. Même ce fardeau, vous le laissez aux enfants (…) Notre civilisation est sacrifiée pour qu’un tout petit nombre de personnes puisse continuer à faire beaucoup d’argent, pour que ces mêmes personnes puissent continuer à vivre dans le luxe. En 2078, je fêterai mes 75 ans. Si j’ai des enfants, ils passeront peut-être cette journée avec moi. Ils me parleront peut-être de vous… Ils me demanderont pourquoi vous n’avez rien fait pendant qu’il était encore temps d’agir. Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout et pourtant vous volez leur avenir sous leurs yeux. (…) Nous sommes venus ici pour vous faire savoir que le changement était en train d’arriver, que vous le vouliez ou non.» Greta Thunberg

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

 

Energies et Economie: Revue Mondiale Juin 2016

Dans cette édition de l’inventaire mondial des Energies, vous trouvez:
– Angleterre: un Brexit surprise
– USA: Elon Musk, Tesla, se rachète Solar City
– Chine-Russie: un nouvel accord pétrolier entre les deux géants
– Arabie Saoudite: 1 million barils/jour pour la climatisation
– USA: La NASA prépare un nouvel avion électrique
– Iran: La barre des 4 millions de barils bientôt atteinte
– Nigeria: Les milices sabordent les installations pétrolières.

 

Léger malaise à cause du Brexit. Après un coup de blues à 47$ durant le mois, il termine à 50.61$ à Londres (48.13$ à la fin mai) et rate d’un rien la barre des 50 à New York 49.88$  (45.92$ fin mai).

L’uranium est comme les yeux d’un labrador devant un os: fixe et ne bouge pas: 27$ en juin  (28.50$ à fin mai 2016).

Monde

Les revenus des membres de l’OPEP ont plongé à 438 milliards $, au plus bas depuis 10 ans. Les revenus de l’OPEP dépassait 1’000 milliards $ dans les bonnes années. Deux constats: A) c’est 500 milliards $ qui restent dans les pays importateurs pour booster leurs économies  B) les producteurs se trouvent avec la moitié de leur budget alors que les Ferrari ont augmentés. C’est forcément moins facile.

A travers le monde, les énergies renouvelables génèrent 8 millions d’emplois.

 

Europe avec l’Angleterre

Allemagne

VW va payer 15 milliards $ aux USA pour avoir trafiqué 500’000 voitures diesel. La compagnie va également devoir investir plusieurs milliards $ dans les énergies vertes pour compenser les excès de pollution de ses moteurs.

Le nouveau PDG pense que les moteurs diesel n’ont plus d’avenir. La marque se lance dans l’électrique avec une 20 de modèles d’ici à quelques années.

Finlande

L’opérateur TVO, qui avait commandé la première centrale nucléaire EPR à Areva, a suspendu ses discussions avec l’ancien géant français. Le réacteur implanté sur l’île d’Olkiluoto, qui a 10 ans de retard et dépasse de 5 milliards € les budgets, devrait produire de l’électricité en 2018 déjà.
Areva-Siemens demande 3,5 milliards € de dédommagements à TVO et TVO 2,6 milliards € à Areva-Siemens.  Pendant ce temps, les finlandais se demandent si cette centrale ne va simplement pas exploser dès sa mise en fonction.

France

La ministre Ségolène Royal avait demandé la fermeture de la Centrale Nucléaire de Fessenheim. EDF refuse d’enclencher la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le Président et l’équipe dirigeante d’EDF sont-ils intouchables au point où ils peuvent s’opposer frontalement aux souhaits justifiés du gouvernement et de la ministre? Qui gouverne ce pays?

Angleterre

Après avoir prédit la peste, le choléra et la fin du monde en cas de départ de l’Europe, il n’aura pas fallu plus de 4 séances aux banquiers et aux financiers pour faire revenir le Footsie (indice bourse anglaise) exactement à son point de départ:6330 points! Ce qui fait dire aux experts financiers du Barons que les réactions des financiers furent un poil exagérées.

Il est bien trop tôt pour évaluer l’impact économique et énergétique du Brexit et les prévisions actuelles relèvent du charlatanisme. Cependant, il existe un indice. Quand Goldman Sachs donne une direction, il faut partir exactement l’inverse! En se basant sur cette règle, au taux de réussite élevé, le Brexit devrait être positif pour les anglais.

Immédiatement après le résultat, le pétrole a perdu 2,5$ à 47.54$ à Londres. Là, encore une fois le pétrole est remonté en ne laissant aucune trace.

BP va garder son siège reste à Londres.

Durant les 10 prochaines années, l’industrie pétrolière et gazière anglaise devra puiser 26 milliards € dans ses réserves pour retirer de la mer du Nord ses plateformes tombées à l’abandon. Le peak oil atteint en 2000, la production n’a fait que de chuter et la baisse des prix n’a fait que d’achever la bête blessée. D’ici à 2050, 90 milliards € seront nécessaires pour retirer les 470 plateformes, 10’000 km de pipelines, 40’000 cubes de béton qui peuplent la Mer du Nord.

150’000 personnes ont signé une pétition contre la volonté du gouvernement d’autoriser la fracturation de schiste sur le territoire.

Russie

La Chine et la Russie continuent de lier leurs destins énergétiques avec de nouveaux accords pétroliers. La Chine tente de diminuer son implication dans un Moyen-Orient de plus en plus instable alors que le pays a besoin d’importer une quantité croissante d’or noir pour combler la diminution de production de ses puits âgés.

De son côté la Russie, rejetée par l’Europe, se tourne vers Pékin pour financer ses projets énergétiques. Revers de la médaille, Moscou doit offrir des prix assez bas aux chinois, mais un revenu vaut mieux que rien.

Le Nouveau Continent

USA

L’entreprise Local Morors a réalisé une voiture autonome avec une imprimante 3D. Pour la piloter, c’est le logiciel Watson d’IBM qui prend le contrôle d’Olli, c’est son doux nom, dans les rues de Washington.

La NASA va copier l’explorateur Bertrand Piccard (le tour du monde en avion solaire Solar Impulse) et produire un avion électrique. La bête va s’appeler X-57 et devrait décoller d’ici à fin 2017.

Apple, vous savez les ordinateurs et les téléphones, et bien, la Pomme va commencer à commercialiser de l’électricité via Apple Energy.

La dernière centrale nucléaire californienne va fermer d’ici à 2025.  Pacific Gas & Electricité, le propriétaire, mise sur une production renouvelable et le stockage pour compenser la fermeture de l’unité inaugurée en 1985.

Elon Musk s’est fait un take over sur lui-même. Tesla, la voiture électrique, rachète Solar City qui produit de l’électricité solaire. C’est une première dans l’entreprenariat américain, un CEO qui fait un take-over sur une autre société qu’il détient à plus de 20%. La star des voitures électriques rachètent Solar-City, la star des systèmes solaires at home. Le deal se fait sur un échange d’actions et valorise Solar-City 34% plus haut que le prix de clôture. Apparemment le conflit d’intérêt ne choque personne. Tesla devient le premier constructeur automobile à détenir la verticalité de la chaîne : production d’électricité et voiture électrique.

Schiste américain
Malgré un retour à 50$ le baril, les producteurs de schiste de l’Oklahoma vont avoir de la peine à activer de nouveaux forages. En cause ? Une nouvelle législation sur les tremblements de terre. D’ailleurs, un tremblement de terre d’une magnitude de 3,7 a secoué la région à la mi-juin. 888 secousses ont été enregistrée en Oklahoma en 2015 une augmentation de 50% par rapport à 2014. L’Etat avait dénombré 34 secousses en 2012.

Canada

Pour la première fois depuis 2009, la production pétrolière du Canada devrait diminuer cette année et passer à 3.82 millions b/j (3,85 millions b/j en 2014.). Les incendies de Fort McMurray qui ont coupé la production de 1 million b/j pendant 1 mois pèse sur cette statistique.

Venezuela

Avec le Nigeria, les deux pays qui sont sur le point de s’écrouler, représentent une menace pour la stabilité de la production pétrolière mondiale.
Alors que le président Maduro s’accroche la situation empire notamment du côté de la nourriture et de la sécurité.

La production pétrolière est inconnue. Le Gouvernement présente une certaine stabilité à 2,3 millions b/j. Mais les coupures d’électricité, les salaires non versés et le pays qui n’arrive pas à payer les importations de pétrole liquide qui permettent de diluer le crude épais vénézuélien et la compagnie nationale pétrolière qui pourrait faire faillite, n’en rajoutez plus. La baisse pourrait dépasser les 500’000 b/j. alors que la situation du pays devient catastrophique.

Asie

Inde

Les indiens ont choisi les réacteurs nucléaires Westinghouse AP1000 de Toshiba pour leurs 6 prochaines centrales. L’annonce a été faite suite à la rencontre du président Obama et le premier ministre indien Narendra Modi. Toshiba a racheté l’américain Westinghouse en 2006 et n’avait encore jamais vendu un réacteur depuis la crise de 2008 et l’accident nucléaire de Fukushima de 2011.

L’inde a besoin d’électricité afin de développer son industrie et le pays. La stratégie nucléaire pourrait entrer en conflit avec le manque chronique d’uranium à travers le monde, surtout que les chinois ont déjà racheté les mines les plus prolixes.

Chine

Toutes les raffineries construites ces dernières années ajoutées au ralentissement économique chinois poussent à un surplus de diesel et d’essence sur les marchés. Les chinois ont même réussi à exporter du diesel en Australie avec les plus hauts standards de qualité. Il est bien loin où les chinois ne produisaient que des produits bas de gamme.

Les problèmes d’eau inondent les journaux chinois. Alors que le pays compte 20% de la population mondiale, il ne possède que le 7% des ressources en eau dont une grande partie est largement polluée par les industries. Cette eau serait considérée comme imbuvable avec les standards occidentaux. 80% de l’eau dans les zones rurales sont impropres à la consommation ou pour une douche et le 50% des rivières sont hors d’usage. Il ne fait pas bon être un poisson en Chine.

Le Gouvernement a instauré une libéralisation du marché de l’électricité qui permet aux utilisateurs de négocier les prix directement avec les producteurs. Au lieu du tarif imposé par Pékin, les prix seront négociés à la tête des clients. Le charbon, bon marché, a encore de l’avenir dans ce contexte.

Moyen Orient

Arabie Saoudite

Pour survivre dans ce pays hostile à l’homme à cause de températures excessives, 1 million de barils/jour sont nécessaires durant les mois d’été pour produire l’électricité nécessaires aux climatiseurs. Riad a brûlé 400’000 barils/jour en mars, 500’000 en mai.

Le gouvernement pense que le surplus de production arrive à terme et que les prix vont remonter. Le nouveau ministre pétrolier du Royaume pense que l’Arabie rejouera le rôle de régulateur des marchés une fois que le pétrole retournera à 100$.

Iran

Bel exploit de l’Iran qui a réussi à produire 3,6 millions b/j en mai et se trouve en route pour 4 millions. Téhéran aimerait arriver à 4,8 dans les années à venir, mais il va falloir faire de l’œil aux majors pétrolières étrangères pour investir les fortunes nécessaires à développer les infrastructures. Les Russes et les chinois sont partants. L’Iran a un solide passé hostile envers les compagnies pétrolières étrangères, mais l’appel des $ pourrait assouplir les rancunes des deux côtés.

L’administration Obama aurait approuvé une vente de 80 avions Boeing pour une facture de 17,6 milliards $ alors que les iraniens négociaient 100 Airbus. Mais le Congrès Américain se plaint de voir un accord avec un pays qui supporte le terrorisme à travers le monde. De plus, il n’est pas clair comment Boeing sera payé car les iraniens refusent d’utiliser le $ US et le pays est exclu par les banques américaines. Un échange avec du pétrole pourrait faire l’affaire.

Egypte

Avec la collaboration de BP, la compagnie nationale de gaz tiennent les délais  pour extraire dès 2018 les 300 million de m3 du projet Atoll Phase One.

Afrique

Nigeria

Le groupe Niger Delta Avengers continue de faire exploser les pipelines et infrastructures pétrolières. Comme le Gouvernement n’a plus d’argent pour payer ce joyeux groupe, ils s’amusent à tout faire exploser quitte à mettre à genou le pays. Chantage ou extorsion à vous de choisir mais Elf et Shell ont vu leurs installations endommagées.

L’OPEP pense que le pays produit 1,3 million b/j au lieu des 1,9 million traditionnel. La monnaie locale le Naira fait moins bien que la Livre britannique et a baissé de 30% contre le dollar US. La corruption massive et les revenus pétroliers en chute libre pourraient menacer la production pétrolière du pays qui compte 182 millions d’habitants.

Phrases du mois

La vérité est que les coûts réels de la production pétrolière ont doublé depuis 1990. C’est une très mauvaise nouvelle pour l’économie mondiale. Pour ceux qui pensent que la technologie apporte toujours la réponse, il va falloir y repenser. Le pétrole non conventionnel nous a acheté quelques années de plus mais la surproduction, les dettes et une période prolongée de prix au-dessous des coûts de production a exacerbé de terribles coûts. Les sous-investissements, un secteur pétrolier blessé, une force de travail décimée et les bilans des majors assurent des prix bien plus élevés dans les années à venir.” Art Berman

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées dans différents médias à travers le monde.

Pour découvrir la revue complète

Energies et Economie: Revue Mondiale Mai 2016

Dans cette édition de l’inventaire mondial des Energies, vous trouvez:
– Inde: Le pays avale de plus en plus de pétrole
– USA: 14 entreprises font faillites dans le schiste en avril
– USA: 1 million d’installations solaires à travers le pays
– Arabie Saoudite: changement du Ministre du Pétrole
– Brésil: Dilma Roussef éjectée pour couvrir le nouveau président?
– Monde: 383 milliards $ de dettes pour les majors pétrolières
– Nigeria: Le pays est sur le point de s’écrouler.

 

Le pétrole imite la petite bête et il monte, monte, monte!  A New York nous le retrouvons à 45.92$ le baril (45.92$ fin avril) et à Londres 48.13 $ (48.13$ à la fin avril).

L’uranium ne sait pas quoi faire. Le voilà qu’il remonte un peu et passe discrètement à 28.50$  (27.5$ à fin avril 2016).

 

Monde

Selon Graves & Co, 351’000 emplois ont disparu dans le monde pétrolier depuis juin 2014. 152’000 dans l’exploration, 80’000 dans l’extraction et 52’000 dans les forages.

Les 15 plus importantes majors pétrolières européennes et américaines accumulent 383 milliards $ de dettes à la fin mars 2016 (97 milliards $ en mars 2015).

L’Agence américaine de l’Energie  (EIA) ne voit aucune limite à la croissance. Un pareil optimisme fait plaisir à voir! Dans son Energy Outlook 2016, l’EIA prévoit une augmentation de 48% de la consommation énergétique d’ici à 2040 (par rapport à 2012). Le pétrole devrait augmenter de 35%, le gaz de 75%, charbon de 18%, le nucléaire 50% et le renouvelable +50%. L’enthousiasme de l’EIA doit être tempéré par sa capacité à fournir des estimations traditionnellement… erronées.

Dessin Chappatte

Le Vieux Continent

France

Ségolène Royal aimerait interdire les importations de gaz de schiste made in USA  ainsi que le gaz liquéfié qui contient 40% de ce gaz à l’extraction très polluante.

Le gouvernement a proposé de payer 100 millions d’euros de dédommagement à EDF pour la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire française. EDF crie au scandale et espérait 2-3 milliards €. Le chiffre final se trouvera quelque part entre les 2. Paradoxalement, l’Etat français possède 85% d’EDF ! Donc l’Etat se versera de l’argent pour appliquer sa décision.

 

Suisse

L’assemblée de la Banque Nationale Suisse a été chahutée. La questions des investissements douteux dans le gaz de schiste, le charbon et le pétrole américain a été abordé par des actionnaires.

Démocratiquement, le président de la BNS, Jean Studer, a balayé de la main l’interpellation sans même y répondre, c’est dire si le sujet fâche! Même les Cantons Suisses, actionnaires majoritaires, n’ont pas bronché alors que plusieurs centaines de millions de francs ont été perdus dans l’aventure.

 

Angleterre

Le géant français EDF hésite toujours à investir 25 milliards € pour la construction de 2 centrales nucléaires de type EPR sur le sol anglais. Bien que le ministre Macron ait annoncé son feu vert, les syndicats et le personnel attirent l’attention sur les risques liés à la construction et aux retards possibles.

 

Hollande

Shell va couper 2’200 emplois supplémentaires. L’entreprise a besoin d’un baril à 70$ pour couvrir ses frais d’investissements (capex).

 

Allemagne

Les actions du géant de l’énergie E-on / Uniper ont chuté après que l’entreprise a annoncé qu’elle devra emprunter pour payer le traitement de ses déchets nucléaires. E-on avait provisionné 8 milliards € et devra rajouter 2 milliards supplémentaires. Les 4 grands propriétaires de centrales nucléaires allemands devront contribuer à hauteur de 23,3 milliards € et à un montant inconnu pour démanteler leurs centrales.

 

Le Nouveau Continent

USA

Un million d’installations solaires ont généré 27 GigaWh en 2015 ce qui représente le 1% de la consommation du pays. Cette année 16 GWh devraient être mis en ligne. L’objectif est de grimper à 100 GWh d’ici à 2020. Selon le prochain Président, cet objectif pourrait être ambitieux, ou pas.

Donald Trump a choisi Kevin Kramer afin de l’aider dans sa politique énergétique. Le brave homme du Dakota du Nord est connu pour ses positions contre le réchauffement climatique et un chaud partisan du pétrole et du gaz. Kramer souligne les dangers des investissements étrangers dans les actifs énergétiques américains  ainsi que les réglementations environnementales. Tout un programme !

Le hollandais Shell, l’italien Eni, le norvégien Statoil et l’américain ConocoPhillips ont renoncé à renouveler leurs licences au gouvernement US pour exécuter des forages en Arctique.

Durant les 5 à 10 prochaines années, 15 à 20 centrales nucléaires pourraient fermer aux USA pour cause de rentabilité insuffisante. Le pays en possède une centaine.

Schiste

Selon Haynes and Boone, de Dallas, en avril, 14 compagnies pétrolières ont demandé la protection du chapitre 11 sur les faillites pour des dettes dépassant les 15 milliards $. Elles étaient 7 au mois de mars pour 1,9 milliards $.

Voici une liste des faillites les plus importantes. Si vous avez des actions dans ces entreprises, well:  SandRidge Energy Inc, Swift Energy Co, Samson Resources Corp et American Eagle Energy Corp Co. Penn Virginia, une entreprise vieille de 134. Le producteur pétrolier et gazier et laisse une casserole de 1 milliard $ dans les mains des actionnaires.
Linn Energy part également en faillite avec une dette de 8,3 milliards $ et a trouvé 2,2 milliards $ de refinancement.
Si comme la Banque Nationale Suisse, vous avez parié sur Penn Virginia et Linn Energy, vous aurez fait un carton plein.

Halcon Resources Corp part également en faillite. Total de la perte : 1,8 milliards $.

Pour la route, en voici encore deux:  Pacific Exploration & Production avec 5,3 milliards $ perdus.
Osage Exploration and Development est un petit joueur avec seulement 43 millions de pertes.

Le Texas constate que les forages horizontaux fracturés par des injections de sables, eaux et produits chimiques contaminent l’eau des nappes phréatiques avec une variété de métaux lourds et de produits chimiques dont les quantités évoluent avec le temps.

Canada

Les incendies à Fort MacMurray ont retiré 1 million de barils/jour des sables bitumineux. Le réchauffement climatique (forte température, sécheresse) est le premier suspect pour expliquer cette catastrophe qui a vu l’évacuation de 90’000 personnes. La production pourrait retrouver sa cadence normale durant l’été.

 

Brésil

Dilma Rousseff a été écartée du gouvernement pour une période de 6 mois. La compagnie pétrolière nationale Petrobras se débat toujours dans une situation économique non prévue lors du choix de Rio aux Jeux Olympiques.

Le nouveau Président Temer pourrait avoir renversé Dilma afin de se protéger et de protéger son parti des problèmes de corruption avec l’entreprise pétrolière nationale PetroBras. Déjà deux ministres ont dû démissionner de son gouvernement dont le Ministre de la Corruption!

Venezuela

Le pays est sur la voie de l’effondrement et il est difficile d’envisager le maintien de la production pétrolière qui représente la quasi-totalité de son budget.

Asie

Chine

Par semaine, 83 supertankers contenants 166 millions de barils de pétrole entrent dans le pays. Cette quantité semble dépasser les besoins de la Chine et sert à remplir ses réserves stratégiques.

Pékin a de la peine à passer du gaz au charbon car le gaz coûte 3 fois plus que le charbon. Les problèmes de pollution pourraient persister.

 

Inde

L’Inde est la nouvelle Chine. Les ventes de pétrole ont augmenté de 10% en avril (en comparaison avec avril 2015). La demande de carburant a augmenté de 11% durant les 12 derniers mois.

L’Inde est sur le point de ravir au Japon la 3ème place sur le podium des plus grands importateurs de pétrole derrière les USA et la Chine avec 4,39 millions b/j.

Record de chaleur battu en Inde : 51 degrés à l’ombre. Et nous ne sommes pas encore en été.

https://youtu.be/c1JEJpWhbU4
51 degrés en Inde, le goudron fond

Moyen Orient

Arabie Saoudite

Ministre du pétrole depuis 20 ans, Ali al-Naimi a été remplacé par Khalid al Falih le CEO de l’entreprise pétrolière nationale Saudi Aramco.

Les nouvelles constructions sont en baisse de 50% dans le pays et provoquent le chômage de milliers d’employés étrangers. Pendant que le fils du Roi le Prince Mohammed, 30 ans, prend de plus en plus de place au sein du gouvernement, certains membres de la famille royale se posent des questions.

Comme les iraniens, les saoudiens font également face à l’augmentation des températures qui nécessite de plus en plus de pétrole pour pouvoir survivre durant l’été.

 

Emirats Arabes Unis

Un nouveau record va être battu à Dubaï ou une offre à 2,99$ le kWh solaire a été gagnée -15% par rapport à l’ancien record détenu par Mexico. L’installation est gigantesque avec 800 MW, mais à ce prix là, il doit y avoir pas mal de bidouillages financiers.

 

Iran

Les iraniens sont en train d’exploser les compteurs. Les exportations de pétrole pour mai atteindraient 2,1 millions b/j (+60% 1,3 million b/j en mai 2015). Les ventes pour l’Europe représentent 400’000 b/j ce qui représente la moitié des livraisons d’avant les sanctions. La rapide augmentation des exportations montre que Téhéran a trouvé des tankers qui veulent bien prendre son pétrole.

 

Irak

La production pétrolière de Basra, Sud du pays, reste constante à 3,3 millions b/j. et à 4,5 millions nb/j pour tout le pays.

L’optimiste ministre du pétrole espère augmenter la production à 6 millions b/j d’ici à 3 ans. Les coupures électriques et les conditions politiques du pays pourraient en décider autrement. Les habitants de Basra demandent de l’eau, de l’électricité et du travail. Ils ont été dispersés par les forces de sécurité en faisant des morts.

 

Koweit

Le pays planifie des investissements de 42 milliards $ d’ici à 2022 pour augmenter sa production pétrolière, améliorer ses raffineries et explorer des projets de carburants propres. Le tout est certainement pour répondre à la COP21 de Paris.

Le deuxième Etat le plus riche du Moyen-Orient répond à sa manière à la crise pétrolière en injectant du cash dans l’économie ce qui réjouirait l’économiste Keynes. Le premier ministre Anas Al-Saleh poursuit la stratégie inverse de l’Arabie Saoudite.

Afrique

Libye

Le pays fait des progrès dans l’exportation de pétrole. La National Oil Company peut utiliser le port de al-Hariga et espère ouvrir le port de Ras Lanuf et Es Sider. Les exportations pourraient passer de 100’000 à 300’000 b/j.

 

Nigeria

Avec le Venezuela, le Nigeria fait figure d’épouvantail parmi les pays producteur de pétrole de l’OPEP et leurs productions pourraient s’écrouler.

Les attaques du groupe Niger Delta Avengers contre les installations pétrolières sont devenues quotidiennes. L’objectif est de stopper la production pétrolière dans le pays qui touchait les 1,6 million b/j. Les barges en haute mer, qui représentent le 50% de l’exploitation, ne sont pas touchées.

Les pénuries d’essence continuent et l’Etat doit importer la quasi-totalité de sa consommation, ce qui est paradoxal pour le plus grand producteur de pétrole d’Afrique.

 

Phrases du mois

Il est clair que les véhicules électriques sont le futur. Une transition du pétrole est une évolution naturelle et c’est notre objectif de l’encourager le plus rapidement possible” Simon Bridges, New Zealand’s Energy and Transport Minister

Bruce Zagaris, Berliner, Corcoran & Rowe, Washington: “Les comptes financiers offshore américains sont bien plus important que l’imagine les gens. Les USA sont déjà la plus grande place offshore du monde. Ils ont réalisé un excellent travail pour annuler la compétition des banques suisses.”

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées dans différents médias à travers le monde. Pour lire la revue complète