Les USA pourront-ils compenser le pétrole Iranien?

Le Président Trump a annoncé ses nouvelles sanctions contre l’Iran, avec l’ambition de réduire à zéro les exportations d’or noir de Téhéran. Depuis, l’Agence de l’Information Energétique Américaine, EIA, effectue un rétropédalage sur ses enthousiasmantes données pétrolières.

Alors que Washington pensait pouvoir combler le manque iranien et éviter de propulser les prix du baril à des sommets dangereux pour la croissance mondiale, la partition a soudainement changé. Les USA ne semblent actuellement plus en mesure de réaliser cette ambition à moins de puiser dans les réserves pétrolières stratégiques du pays.


 

Depuis des années, l’EIA claironne l’embellie du pétrole de schiste. Inlassablement, elle publie des données hebdomadaires qui ne laissent planer aucune ambigüité. Les USA vont devenir le plus grand producteur mondial d’or noir.

A elle seule, la production US de pétrole non conventionnel représente déjà 7,522 millions barils par jour (b/j).

Dans les plans de Donald Trump, la croissance continue du schiste devait compenser la baisse des exportations iraniennes. Mieux, les USA ont l’opportunité de prendre des parts de marché chinois aux iraniens (même si les USA continuent d’importer plus de la moitié de leur consommation.)

 

Le pétrole de schiste plafonne

Ce printemps, l’Agence publiait des chiffres positifs sur la production du pays notamment grâce au schiste du Bassin Permien. La progression interne devait grimper de +1,44 million pour friser les 11 millions b/j d’ici à décembre.

Entre avril et mai 2018, l’augmentation prévue était chiffrée à +220’000 et +140’000 en août. En réalité, cette hausse s’est traduite par une baisse de -10’000 b/j. Aujourd’hui, l’Agence publie un objectif conservateur de 10,68 millions b/j d’ici à la fin de l’année.

«Nous sommes de plus en plus inquiet que l’augmentation de l’extraction de schiste croisse aussi lentement» souligne Jozef Lieskovsky, analyste sénior à l’EIA. Un bémol de l’EIA est assez rare pour le souligner.

Les raisons de cette baisse de régime proviennent du manque de capacité des transports du brut vers les raffineries. Les pipelines doivent encore être construits. Ils ne pourront évacuer le précieux liquide que dans 18 à 24 mois.

De plus, les gisements les plus prolifiques du Bassin Permien (Tier 1) montrent déjà des signes de fatigue. Certains producteurs s’attaquent aux gisements de deuxième catégorie (Tier 2) moins prolixes. Tant l’EIA que l’IEA (Agence Internationale de l’Energie basée à Paris) comptaient sur les réserves et les capacités Tier 1, du Bassin Permien pour répondre à la demande mondiale.

De leur côté, tous les autres gisements de schiste américains sont soit en baisse soit en très légère augmentation.

Sans surprise, les résultats financiers du 2ème trimestre montrent que plus d’une douzaine de compagnies pétrolières ont manqué leurs objectifs tant financièrement qu’aux niveaux de la production. Malgré la hausse des cours du baril, les producteurs ont perdu plus de 20 milliards $ depuis le début de l’année.

 

Maîtriser les prix du baril et protéger la croissance

En novembre, les sanctions américaines entreront en force. Initialement, la Maison Blanche espérait réduire à zéro les exportations pétrolières iraniennes. Aujourd’hui, Washington a mis de l’eau dans son vin et semble tolérer une diminution de 1 million b/j sur les 3,7 actuels, soit à un niveau comparable à avant les sanctions.

La croissance mondiale, prévue à 4,2% en 2019, nécessite de l’énergie. Aujourd’hui, les pétroliers extraient 99,4 millions de barils par jour (+1,1 million depuis 2017) et il en faudra en trouver 1,4 million de plus.

Dans le cas où l’offre n’arriva pas à suivre la demande, les prix devraient rapidement grimper. L’expérience de 2008 montre qu’il n’aura fallu que quelques mois pour propulser le baril à 147$. A ce niveau, la croissance se détruit et les cours pétroliers s’effondrent.

La Russie, l’Arabie Saoudite et les pétromonarchies font tout pour éviter de revivre ce scénario catastrophe. Ce yoyo des prix est une malédiction pour les budgets de ces pays dont l’or noir participe presque essentiellement à leur équilibre.

 

Utilisation de la Réserve Pétrolière Stratégique

Pour Donald Trump, toute crise est à éviter avant les élections de 2020. Au jeu des sanctions, l’interdépendance entre les pays peut rapidement se transformer en boomerang.

Cependant, l’administration Trump possède un plan B: l’utilisation de la réserve pétrolière stratégique qui contient plus de 727 millions de barils. Ainsi, 11 millions de barils seront déstockés pour rejoindre les marchés entre le 1er octobre et le 30 novembre 2018. Ce sparadrap est bien sûr une solution non durable. La question est de savoir s’il permettra de gérer la situation jusqu’aux élections.

Du côté des agences, leurs prévisions mettront à l’épreuve la confiance réelle que nous pouvons leur porter dans les années à venir.

 

Le Pétrole de schiste Américain nous sauvera-t-il?

La puissance d’un pays est souvent mesurée par sa capacité à générer de l’énergie. Le Gouvernement Obama (photo) avait pris à la lettre ce principe en portant à bout de bras le pétrole de schiste. Donald Trump a dignement repris le flambeau.

Depuis 2009, l’industrie de schiste a perdu des centaines de milliards $. En faisant miroiter une abondance à venir Washington et Wall Street ont réussi le tour de force à faire supporter les pertes par les banques et les investisseurs souvent étrangers.

Corolaire de cette communication, le monde a fini par croire que le schiste allait apporter une réponse définitive à nos besoins pétroliers. Qu’en est-il ?


Une demande qui arrive à 100 millions de barils par jour (b/j)

La demande pétrolière mondiale est en passe de toucher les 100 millions de barils/jour (16 milliards de litres par jour ou 5’000 piscines olympiques).

Depuis 2014, la chute des investissements d’exploration a poussé les découvertes à un plus bas jamais vu depuis 70 ans. Les pétroliers s’inquiètent de leurs capacités à satisfaire les marchés d’ici à 2020.

Si l’OPEP et la Russie semblent encore avoir une certaine marge de progression, pour 2018 et 2019, la quasi-totalité de l’augmentation de la production pétrolière hors-OPEP repose sur les USA. A eux seuls, les gisements de schiste du Bassin Permien devraient garantir les 70% de la hausse américaine.

Découvertes pétrolières depuis 1952.
Les trois moins bonnes années: 2014-15-16
Source: Bloomberg

 

Le pétrole de schiste du Bassin Permien

Aux USA, la croissance pétrolière continue avec un niveau record de 808 forages, au plus haut depuis 2015.

Aujourd’hui, le pétrole de schiste représente le tiers des 10,4 millions b/j extrait dans le pays et son plus grand gisement, le Bassin Permien, contiendrait 35 milliards de barils.

C’est sur cette nouvelle mine d’or que tablent les pétroliers américains même si l’on ne connaît pas la quantité de pétrole qui pourra être effectivement extraite en tenant compte des considérations techniques et économiques.

Cette année, la production du Bassin Permien pourrait augmenter de 40% passant de 3,15 millions à 4 millions b/j. Cette course pousse les acteurs à exploiter les gisements les plus prometteurs et à vendre les terrains de seconde zone pour maintenir leur cash flow.

Voilà pour le tableau idyllique peint par l’industrie.

 

Certains signaux passent au rouge

Si le Bassin Permien n’arrive pas à concrétiser une progression mensuelle de 80’000 b/j, dès 2020 l’impact se fera sentir sur les marchés.

Dans les indicateurs, un ratio est à regarder de très près. Alors que les champs de pétrole conventionnel (Arabie, Russie) ont une durée de vie qui se calcule en décennies, la production d’un forage de schiste se limite entre 1 et 3 ans.

A l’image d’une bouteille de champagne bien secouée, la capacité d’un forage peut diminuer de 60% dès le premier mois. Dans le Bassin Permien, cette déplétion se monte aujourd’hui à 75%. Il y a une année, ce taux était encore de 62%.

L’EIA projette qu’en avril, la déplétion du Bassin Permien atteindra 195’000 barils/jour. Elle sera compensée par l’arrivée de nouveaux gisements à hauteur de 275’000 b/j.  (+80’000). En comparaison, dans le Dakota du Nord, la déplétion mensuelle est de 59% soit une perte de 59’000 b/j compensée par une nouvelle production de 72’000 soit un surplus de 12’000 b/j.

La raison de cette chute brutale du Bassin Permien pourrait s’expliquer par la proximité des forages qui cannibalisent le même pétrole.

Autre signe d’inquiétude, l’augmentation de la quantité de gaz dans le pétrole. Quand le pétrole est extrait, la pression dans le réservoir diminue et le gaz contenu dans le pétrole se sépare et fini par remonter. Dans le bassin Permien, la production de gaz est cinq fois plus importante que dans le Bakken alors que sa production n’est que de 3 fois supérieure.

Finalement, alors que les exploitants se sont focalisés sur les gisements les plus prolixes, l’année à venir va pouvoir déterminer si les puits moins prometteurs pourront augmenter ou maintenir la production américaine.

C’est à ce jeu du chat et la souris que joue le schiste US et sur lequel nous planifions notre avenir.

 

Réactions de Donald Trump

La Maison Blanche tente bien d’anticiper le plafonnement ou l’effondrement du schiste en ouvrant les côtes américaines aux forages en haute mer, plus onéreux mais plus consistants sur la durée. Depuis cette annonce, peu d’acteurs ont marqué un intérêt. La catastrophe DeepWater Horizon et les 60 milliards $ déboursés par BP fonctionne toujours comme une piqure de rappel pour les pétroliers téméraires.

Jusqu’à la fin de son premier mandat, est que le schiste suffira à maintenir le statu de “dominance énergétique” voulu par le président Trump? Il est trop tôt pour y répondre.

Ces signaux devraient également nous interpeler. Mais comme le souligne le directeur de l’IEA, International Energy Agency, Fatih Birol, le monde n’arrive pas à diminuer sa dépendance aux énergies fossiles. Dans les années 80, la consommation énergétique provenait à 83% des énergies fossiles. Nous en sommes à 81% aujourd’hui.

Nous pourrions bientôt voir radicalement évoluer ces indicateurs.

Paradoxalement, c’est justement à cause du manque d’énergie à empoigner de ce problème, qui nous conduira au manque d’énergie.

Pour l’instant, tous nos oeufs sont dans le même panier. Les années à venir souligneront ou pas la justesse de cette stratégie.

 

Sources: IEA (agence internationale de l’énegie), EIA (agence américaine de l’énergie), Bloomberg, Financial Times, Tom Whipple, David Hughes ASPO-USA

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Septembre 2017

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
– Arabie Saoudite: Les femmes peuvent enfin conduire une voiture.
– Aviation: Les drones et les avions électriques autonomes arrivent!
– Allemagne: Le géant EON dans les mains finlandaises?
– USA: San Francisco et Oakland portent plainte contre les pétroliers.
– Irak: Assis sur leur pétrole, les kurdes votent pour l’indépendance du Kurdistan irakien.
– Angleterre: Le marché libre de l’électricité: Libre mais couteux.
– IEA: Les prix du baril de pétrole vont exploser.


Le pétrole a mangé des vitamines et décolle comme les fusées de Corée du Nord. Il grimpe à 57.41$ à Londres (50.86 août) et 51.56$ à New York (45.96 août).

L’uranium joue au Mikado. S’il bouge, il perd. Pris de panique, il termine le mois à 20.50$ (20.25$ août).

 

Le Graphique du mois

Projection des ventes de voitures Diesel/Electriques
Source: UBS   graphique Financial Times

Pétrole

L’IEA continue de s’effrayer du manque d’investissements dans l’exploration pétrolière et envisage une explosion des prix d’ici à 3 années. L’IEA juge nécessaire de trouver 21 millions de barils/jour (b/j) d’ici à 2025 pour uniquement compenser l’assèchement des puits actuellement en production. Actuellement l’industrie en a trouvé 5. La possibilité de voir la différence comblée par le schiste est considérée comme une fantaisie.

Selon l’IEA, la croissance de la demande de pétrole s’élève à 1,6 million b/j en 2017. A ce rythme, la surproduction actuelle va rapidement disparaître pour se transformer en pénurie.

 

Monde

La planète dénombre 7,5 milliards d’habitants. En 2050, elle en comptera pas 8, 9… mais 10 milliards!

Septembre 2017 a été le deuxième septembre le plus chaud sur la planète. Il aura vu une belle série d’ouragans dans le Pacifique et l’Atlantique avec des vents records à plus de 360 km/h.

Après le détachement de l’énorme plaque glacière “Larsen C” dans l’Antarctique, c’est au tour d’une deuxième méga plaque d’être sur le point de rejoindre la haute mer.

Dessin: Chappatte

 

Arabie Saoudite

Roulement de tambour ! Les femmes vont être autorisées à conduire une voiture. Parmi les raisons de ce changement: la réduction des subventions à la population suite à la baisse des revenus pétroliers.

Ainsi, les familles n’ont plus les moyens de s’attacher les services d’un chauffeur. Du coup, les maris (au travail) doivent aller chercher eux-mêmes leurs enfants à l’école. Cette évolution va leur permettre d’éviter cette “tâche ingrate”. Les emplois de 1,4 millions de chauffeurs personnels sont en jeu.

La mise en vente de l’entreprise pétrolière nationale Saudi Aramco pourrait être reportée à 2019. D’ici là, le baril aura peut-être une chance de remonter et de pousser à la hausse les actions de Saudi Aramco. Le gouvernement espère obtenir entre 300 et 400 milliards $ pour la vente de 5% des actions.

Avec l’aide de son père, le Roi, et dans le but de réduire les contestations, le Prince bin Salman a commencé une purge au sein de l’élite. Entre 16 et 30 personnes, dont l’un des fils de l’ancien Roi, ont été arrêtées. Cette purge indique un tournant dans la manière de procéder en passant de l’arrosage financier à la menace physique. La stabilité du plus grand exportateur de pétrole mondial est à observer de très près.

Ryad songe à augmenter les prix du kérosène et de les aligner sur les prix internationaux. Le concept repose sur une hausse unique de 80%.

 

USA

La compagnie de taxi sans taxi, UBER, a perdu 3 milliards $ en 2016 et vient de changer de CEO. Son fondateur Travis Kalanick a été remplacé par Dara Khosrowshahi.

Après le passage de l’Ouragan Harvey au Texas et en Louisiane, 25% des capacités de raffinages américaines ont été mises à l’arrêt. Il aura fallu 2-3 semaines pour les remettre sur les rails.

La région, balayée par les ouragans, contient les 2/3 de la production pétrolière du pays ainsi que 9,7 millions barils/jour de raffinage qui représentent le 50% de la capacité du pays.

Cette dépendance à la météo est une épine dans le pied de la volonté de Washington d’assurer la résilience du système énergétique du pays. Le concept de “Dominance Energétique” de Donald Trump manque de carburant.

Un record: plus de 500’000 voitures et 100’000 maisons ont été victime des inondations selon Auto Zone: un record.

Malgré la hausse des coûts, Georgia Power désire terminer la construction de ses deux réacteurs nucléaires Westinghouse Ap1000 à Plant Vogtle. En Juin, le constructeur, Toshiba-Westinhouse, avait pris à sa charge 3,68 milliards $. Le coût total des deux réacteurs se monte à 19 milliards $ pour une mise en service dès novembre 2021.

Les villes de San Francisco et Oakland ont porté plainte contre Chevron, ConocoPhillips, Exxon Mobil, BP et Shell pour leurs responsabilités dans le changement climatique et la montée des océans. La plainte demande aux majors pétrolières de créer un fond pour financer des infrastructures afin de se protéger de la montée des eaux.

Chevron annonce l’arrivée d’un nouveau CEO Michael Wirth qui travaille depuis 1982 au sein de l’entreprise.

Le CEO de la Banque JP Morgan, Jamie Dimon, a annoncé que le bitcoin est une «fraude» qui finirait par «imploser». (Il n’a par contre pas confirmé si les produits dérivés que son institution concocte sont également «une fraude et qu’ils finiraient pas imploser».)
Le boomerang est revenu une semaine plus tard quand le brave homme a dû expliquer pourquoi sa Banque, JP Morgan, est l’un des plus gros acheteur d’«Exchange Traded Notes*»  qui se base sur… le bitcoin.  (*ETN, un titre de créance répliquant la performance d’une matière première).

Banquier est un métier formidable.

Température moyenne Septembre 2017

Allemagne

Durant la présentation à la presse, le salon de l’automobile de Frankfort s’est mué en salon de la voiture électrique. Comme à son habitude, Angela Merkel a tourné sa veste. Elle s’est fait l’éloge de l’électricité alors qu’elle a toujours supporté l’industrie automobile allemande à pétrole. Dès les journalistes partis, les voitures diesels et à essence ont repris leurs places sur les stands. Opération de communication réussie.

Porsche, Audi, BMW et Mercedes-Benz (tous impliqués dans les scandales de moteurs truqués), ont annoncé leur prochaine participation à la Formule E, la version électrique de la Formule 1.

Au-delà du green washing, les constructeurs vont devoir revoir totalement leurs business modèles et surtout leurs marges afin de commercialiser au juste prix leurs voitures électriques.

Les constructeurs automobiles ont lancé une nouvelle campagne de communication en fustigeant les décisions des villes comme Londres, Paris, Stuttgart de bannir les voitures diesels. Le nouveau slogan: «ce n’est pas aux politiques de choisir la technologie gagnante de demain». Là, il faut penser à quelque chose de triste pour ne par hurler de rire.

Mercedes va investir 1 milliard $ à Tuscaloosa, Alabama, USA afin de réaliser ses futures voitures électriques. La marque Allemande établit ainsi des usines électriques en Europe, USA et Chine.

La start-up Lilium a levé 90 millions $ pour son avion électrique, à décollage vertical, capable de transporter jusqu’à 4 personnes à 300 km/h sur de petites distances.

Lilium avion électrique à décollage vertical

Chine

Les réserves de gaz de schiste ont diminué de 6% en 2016, selon le ministre des ressources. Les réserves se montent à 122 milliards m3 contre 130 en 2015. La Chine va avoir de la peine à répliquer le modèle américain.

Dès janvier, grâce à 2 nouveaux pipelines sibériens, les raffineries chinoises vont recevoir du brut russe supplémentaire.

Pékin planche sur l’arrêt des ventes de véhicules à pétrole d’ici à 2030. La Chine est le plus grand marché mondial avec 28 millions d’unités vendues en 2016 ce qui va radicalement transformer l’industrie. En 2016, 507’000 voitures électriques ont été vendues sur le territoire.

La construction de voitures électriques explose en Chine avec une croissance de +200% et un million d’unités produites. La Chine possède la moitié de la production mondiale de voitures électriques ainsi que la moitié des heureux propriétaires qui peuvent se recharger auprès des 180’000 stations de recharges.

Les producteurs de batteries, de moteurs et les autres fournisseurs de composants représentent le 70% du marché mondial.

Le pays est devenu le leader mondial de ce secteur et l’Europe est clairement à la ramasse. Pas étonnant que les experts questionnés dans les médias occidentaux n’ont pas encore vu arriver la vague asiatique et parient toujours sur le diesel.

En août, la croissance économique est passée à 6% au lieu des 6,6% prévus. Le frein pourrait venir la réduction de la capacité industrielle et des mesures contre la pollution.

 

Europe

Angleterre

Alors que le marché anglais de l’électricité est totalement libéralisé et sous l’emprise du «free market», il semble que la main invisible du marché se soit arrêtée quelque part au niveau du porte-monnaie. Les 6 grands acteurs, réunis dans un cartel non-officiel, perçoivent une marge moyenne de 39% et certains rétribuent leurs actionnaires jusqu’à 34,3% de leur chiffre d’affaires!

Le pays met en vente aux enchères la réalisation de nouvelles fermes d’éoliennes. Les prix devraient avoisiner les 6,5 ct € le kWh sur une durée de 15 ans. Lors de la dernière mise aux enchères de 2015, le tarif était de 12,8 ct. En comparaison, le projet de centrale nucléaire EPR d’Areva à Hinkley Point propose un prix de 12,5 ct € le kWh.

Le 48% des achats fait par le Gouvernement dans l’installation de nouvelles fermes d’éoliennes retournent à des entreprises du Royaume. D’ici à 2021, 16 milliards $ seront investis dans ce secteur.

Le Norvégien Statoil annonce la mise en service de 67 éoliennes, dans la ferme Dudgeon à proximité des côtes anglaises. D’ici à octobre, 410’000 ménages anglais pourront être alimentés.

 

Finlande

TVO, le producteur électricité finnois, a fait appel à Commission Européenne de l’aide financière apportée par le Gouvernement Français à Areva. Normalement, les entreprises s’opposent aux aides étatiques. Dans ce cas, TVO reproche à l’Etat français de ne pas assez subventionner Areva!

En effet, TVO a eu l’idée saugrenue de commander la première centrale nucléaire EPR au géant français. Avec tous les problèmes de construction, TVO demande 2,6 milliards € de dédommagement à Areva. L’entreprise finnoise s’inquiète de la capacité du français à payer cette sanction. Le jugement aura lieu avant la fin de l’année.

Le géant énergétique finlandais, Fortum, a lancé une offre publique d’achat sur le géant énergétique Allemand EON. Montant de l’offre: 8,1 milliards €.
Dans l’ombre de cette transaction, on retrouve la patte de la pieuvre Goldman Sachs qui conseille… Eon.

Bref, cette offre arrive une année après la division en deux entités: Uniper avec la production d’électricité fossile et EON avec des actifs propres en renouvelable. Le Groupe Finlandais pourrait revendre les unités de productions comme les centrales à charbon et à gaz qui ont été presque entièrement amorties dans le bilan d’EON et laisser les centrales nucléaires en rade.

La transaction est d’autant plus louche qu’il y a Goldman Sachs aux commandes. Historiquement, c’est toujours le contribuable qui passe à la caisse à la fin de l’histoire.

 

Danemark

Le constructeur d’éolienne Vestas et Tesla Motor désire unir leurs forces afin de créer une solution de stockage électrique basé sur les éoliennes.

 

France

L’Etat engage la cession de 4,1 % du capital de l’énergéticien Engie. Pour faire passer la pilule, Paris enrobe cette vente avec la traditionnelle formule 100 fois utilisées mais qui marche toujours: «afin d’alimenter un fonds de 10 milliards pour les investissements dans les technologies innovantes». LoL

Les dirigeants de l’entreprise EDF estiment difficile, voire impossible, que les futurs réacteurs nucléaires produisent des électrons à un coût plus faible que les nouvelles centrales éoliennes ou solaires. Il faut souligner le très beau travail d’introspection de la part d’EDF.

Total poursuit son développement dans les énergies renouvelables. En 2011, Total avait pris le contrôle du fabricant californien de panneaux solaires SunPower pour 1,6 milliard de dollars. Ce mois, Total a pris une participation de 23 % dans la société Eren Renewable Energy (EREN RE) à travers une augmentation de capital de 237,5 millions d’euros. Eren possède un portefeuille d’actifs dans l’éolien, le solaire et l’hydraulique d’une capacité de 650 mégawatts (MW) en exploitation ou en construction dans le monde.

Après Alstom et la vente pour une bouchée de pain GE, la justice américaine a décidé de mettre Areva dans son collimateur. Sous la pression et la menace d’une forte amende, est-ce que les USA vont tenter d’offrir un nouveau fleuron français à General Electric?

Après l’achat d’Alstom, l’américain General Electric, GE, est maintenant en charge des turbines à vapeur des 58 réacteurs nucléaires sur le territoire français ainsi que dans toutes les centrales réalisées par les français à travers le monde.

Pour un montant de 1,9 milliard $, les 2 réacteurs EPR, livrés à l’Angleterre à Hinkley Point, seront équipés des turbines Arabelles développées à l’époque par Alsom et ensuite données à GE.

 

Ecosse

Le pays désire effectuer une transition des voitures à pétrole d’ici à 2032 soit 8 ans avant l’Angleterre. Nicola Sturgeon désire étendre les points de recharge de voitures électriques.

 

Suisse

La plus haute instance juridique Suisse, le Tribunal Fédéral, a demandé à la centrale nucléaire de Leibstadt et à l’autorité nucléaire suisse (ISN) de publier les chiffres des émanations radioactives de la centrale. Motif: ces données sont importantes pour les citoyens.

Un exercice d’évacuation et de sécurité a été mis sur pied à la centrale nucléaire de Muhleberg. Selon les organisateurs, les résultats ont été positifs. La région, qui compte plus de 500’000 habitants, a réalisé cette évacuation «grandeur nature» avec … 12 personnes! Nous voilà totalement rassuré.

Les prix de l’assurance maladie augmentent en moyenne de Frs 250.—/an par personne et de Frs 800.–/an pour une famille de 4 personnes. Depuis 2015 la hausse dépasse les Frs 1’500.—pour cette même famille!

Bien que les assureurs font tout leur possible pour arriver au niveau des arnaques de Bernard Madoff en personne, c’est le calme plat à part quelque tweet et messages dans les forums. Paradoxalement quand les prix de l’électricité augmentent de Frs 10.–/an/personne afin de financer les énergies renouvelables, les politiciens montent aux barricades et l’on parle de scandale et de pauvreté.

 

Russie

Le Chinois CEFC China Energy a acquis 14,1% des actions dans la compagnie pétrolière russe Rosneft à pour un montant de 9 milliards $. Les actions ont été achetées au Suisse Glencore et au Qatar Investment Authority. Moscou pivote vers Pékin alors que les américains réussissent leur pari de diminuer les livraisons énergétiques de la Russie vers l’Europe.

La Russie aurait baissé sa production à 10,9 millions b/j (-337’000) ce qui correspond à la demande de l’OPEP, même si la Russie ne fait pas partie de l’OPEP.

Dessin: l’excellent Chappatte

 

Les Amériques

Schiste USA

Le pétrole de schiste atteint 6 millions b/j grâce notamment au Bassin Permien qui est passé de 300’000 b/j en 2011 à 2,6 millions aujourd’hui. Si l’on se fie aux expériences du Bakken ou d’Eagle Ford, où seuls les 10 à 15% des champs contiennent du pétrole, les mathématiques peinent à s’aligner sur les rêves de Trump.

Selon l’agence Wood Mackenzie, le Bassin Permien pourrait toucher le peak oil à 3,5 millions b/j, à moins d’une magie technologique.

Les forages de schiste nécessitent 7 barils d’eau pour extraire 1 baril de pétrole.

Les décharges du Colorado sont en train d’être envahies par les résidus radioactifs des forages de schiste. Les autorités ont pris conscience de ce phénomène et tentent d’interdire cette pratique. Les boues qui remontent des forages contiennent naturellement de l’uranium.

 

Venezuela

Le président Maduro a annoncé que les porteurs d’obligations du pays sont à 75% dans les mains américaines et canadiennes. Moscou, le plus grand débiteur du pays, a confirmé que Caracas a demandé la restructuration de sa dette.

 

Canada

La production pétrolière canadienne toussote et voit son plus grand nombre de factures impayées depuis les 12 derniers mois. Le pétrole canadien nécessite des prix du baril bien supérieur à 50$ pour être rentable.

 

Mexique

Le pays fait face à des catastrophes naturelles en série. Après les ouragans, deux tremblements de terre ont fortement secoué le pays.

Shell a ouvert sa première station d’essence dans le pays. La major va investir 1 milliard $ dans les 10 prochaines années.

 

Brésil

On le savait avant qu’il devienne président, mais l’information devient presque officielle: el presidente senior Temer est impliqué dans des programmes de corruption. Le scandale «Lava Jato» (lavage de voitures) se compose de deux anciens présidents, du président actuel, des deux responsables des deux chambres du congrès, 19 avocats et 30% des ministres du gouvernement de Temer.

De son côté le Président Temer tente de stabiliser l’économie du pays. Il propose de vendre les joyaux de la couronne dont la Loterie Nationale ainsi que la plus grande entreprise électrique du pays : Electrobras.

 

Argentine

Les habitants Mapuche dans la région de la Vaca Muerta, Mendoza bloquent la construction de forages de schiste dans ce qui pourrait être le deuxième plus grand réservoir de schiste au monde.

Depuis le début de l’année, les habitants ont réussi à bloquer 14 forages dans la Loma de la Lata. Seulement deux puits sont en activité dans ce territoire grand comme la Belgique.

Dessin : Chappatte

 

Moyen-Orient

Irak

Le référendum sur la création d’un Etat Kurde a passé avec 92% de votes positifs au grand malheur d’Israël, de la Turquie, du gouvernement de Bagdad, de l’Iran et des USA.

Cette décision est d’autant plus importante que les Kurdes sont assis sur une montagne de pétrole. Une réserve de 45 milliards de barils et une production de 600’000 b/j pour être précis. A vue d’œil, cela ne devrait pas se passer comme sur des roulettes d’autant, que pour simplifier la chose, la Russie s’implique de plus en plus dans le pétrole kurde et que l’Iran a déjà bloqué tout transit de pétrole Kurde sur son territoire.

L’année dernière, Moscou a investi 4 milliards $ pour des projets gaziers et pétroliers. Ce mois, Rosneft a proposé 1 milliards $ pour un gazoduc qui relierait le Kurdistan avec la Turquie. Grâce aux kurdes, Moscou est en train de griller la politesse à Washington.

 

Iran

L’entreprise anglaise Quercus va construire l’une des plus grande ferme solaire au monde. Les 600 MW seront installés pour 500 millions €. D’ici à 2020, l’objectif iranien est d’injecter 5 GW de capacité solaire soit l’équivalent de 5 centrales nucléaires.

Après un discours incendiaire de Trump à l’ONU, le président iranien Rouhani a répondu: «En violant ses engagements internationaux, la nouvelle administration américaine détruit simplement sa crédibilité pour les négociations futures».

Le Président Trump se donne jusqu’au 15 octobre pour décider s’il maintient l’accord avec l’Iran ou s’il désire le renégocier. En parcourant ses Tweet, la probabilité n’est pas nulle que l’accord soit dénoncé. Cependant, la Russie, la Chine et certains pays Européens qui ont liés des liens économiques importants, ne devraient pas suivre les intentions de Washington.

 

Emirats Arabes Unis

Shangai Electric (Chine) et ACWA Power (UEA) ont remporté un marché de 3,9 milliards $ pour la construction d’une ferme solaire à concentration avec une tour de 250 m. de hauteur. Nouveau record du monde.

Dubaï va tester un drone taxi électrique et autonome, capable de transporter 2 personnes.

Drone Taxi Electrique par Volcoptère

 

Asie

Inde

L’Inde rejoint la liste des pays qui désirent terminer l’utilisation des voitures à essence. L’objectif est fixé à 2030.

 

Corée du Nord

Le prix de l’essence et du diesel ont fortement augmenté depuis les nouvelles sanctions notamment avec la réduction de 30% des livraisons de pétrole.

Kim Jong Un s’est spécialisé dans l’augmentation du nombre de tweets du compte @RealDonaldTrump.

L’homme semble être brillant et manipule l’opinion publique avec maestria. Le timing des missiles le montre. A défaut de maîtriser l’arme atomique, il maîtrise l’agenda de Trump.

 

Kazakhstan

Le gisement de Kashagan, le plus grand champ offshore et la plus grande découverte depuis 40 ans, trouve enfin son rythme de croisière. D’ici à la fin de l’année, il produira 370’000 barils/jour et 450’000 d’ici à 2019.

 

Japon

TEPCO, le propriétaire de la centrale nucléaire de Fukushima, a été condamné à indemniser certains anciens résidents qui ont dû fuir et abandonner leurs maisons. Dans ce cas, la cours du district de Chiba condamne TEPCO mais pas le gouvernement japonais.

En mars dernier, un premier jugement, dans un autre cas, avait condamné TEPCO et le Gouvernement.

Dessin: Chappatte

 

Afrique

Nigeria

Le bateau d’extraction et de stockage pétrolier Egina FPSO (Floating Production Storage and Offloading), en construction en Corée du Sud, devrait arriver courant 2018. Ce bateau construit Samsung Heavy Industries et commandé par Total permettra d’extraire 200’000 b/j supplémentaires. Le Nigeria a insisté pour que Samsung intègre un maximum d’entreprises nigériennes dans sa construction.

Le ministre du pétrole, M. Kachikwu souligne que la production du pays reste en-dessous de 1,8 million b/j. et respecte les quotas de l’OPEP. Il reste à vérifier si ce chiffre est vrai.

 

Libye

En août, la production pétrolière avait baissé de 990’000 b/j à 830’000 b/j suite à des fermetures de pipelines à cause des groupes armés comme la Reyayna Patrol Brigade.

 

Peak Energy – Peak Oil

Le norvégien DNV GL, expert dans le domaine de la gestion des risques, pense que la demande d’énergie va se stabiliser dès 2030 et ensuite va diminuer grâce à l’efficience énergétique. Pour le pétrole, le peak devrait arriver en 2022 sous la pression des voitures électriques.

 

Phrases du mois

«Comme il est stupéfiant de voir tous les constructeurs automobiles allemands, dirigés par des hommes qui sentent l’essence, se lever et embrasser la voiture électrique.» Max Warburton, analyste à Bernstein

“Artificial intelligence is the future not only of Russia but of all of mankind,” Putin said. “Whoever becomes the leader in this sphere will become the ruler of the world.” Elon Musk, Fondateur Tesla Motor

«Les USA se trompent au sujet de l’Abondance Energétique en général et le pétrole en particulier. Pourtant, ce n’est pas ce que nous entendons de la part des supporters de l’industrie et des médias. De leur part, nous entendons des promesses en or et des richesses à venir. Ces récits contiennent une part de vérité, une part de mythe mais beaucoup de fantaisie. Ces deux derniers, mythe et fantasme vont gravement impacter les investisseurs ainsi que les politiciens qui prennent des décisions d’investissements extrêmement médiocres. » Chris Martenson. www.peakprosperity.com

«Ce n’est pas le temps de parler de changements climatiques”. Scott Pruitt, Administrateur de l’Environmental Protection Agency Administrator avant l’arrivée de l’ouragan Irma en Floride. Le même jour, Fox News publiait sur la page d’accueil. Irma arrive. Où est Dieu ?

« Les coûts financiers pour reconstruire les Iles Vierges Brittaniques s’élèvent à 3-5 milliards $. Les coûts pour reconstruire Houston se chiffrent en milliards $. Si tout cet argent pouvait être investi dans les énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien, au futur, nous n’aurions pas à souffrir de ces affreux événements. Cela serait bien mieux que devoir réparer les maisons détruites ». Richard Branson.

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.