Energies, Economie, Pétrole: La Revue Mondiale Mars 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez une Revue Mondiale de l’Energie. Même si elle est publiée le 1er avril, il n’y a aucun poisson!
– Allemagne: FlexiBus passe aux bus électriques “longue distance”
– Pétrole: La demande grimpe à 98,6 millions barils/jour
– USA: Tesla entre en zone de turbulences financières
– Arabie Saoudite: Le Prince bin Salman recherche des fonds aux USA
– Norvège: Le pétrolier Statoil change de nom pour devenir vert
– Irak: 30 ans après sa disparition, la National Oil Company (INOC) renait
– Russie: ExxonMobil va se retirer des projets russes en Arctique
– Suisse: Le français Bouygues Construction s’offre le Suisse Alpiq Intech


 

Les casquettes “Le baril à 70$, J’y étais” fleurissent dans les salles de trading. Il tient la forme à Londres où il plane à 70.27$  (66.63$ fin février) et à 64.94$ à New York (63.01$ fin février).

L’uranium profite de l’hiver pour piquer un roupillon. Il ne fait plus rien depuis des mois. On le retrouve à 21.10$ (21.75$ fin février).

 

Graphique du mois
Découvertes de pétrole depuis 1952

en milliards de barils
Les 3 dernières années sont les plus basses depuis 1952. Source : Bloomberg

 

Pétrole / Gaz

Les membres du cartel de l’OPEP estiment que la demande pétrolière devrait augmenter de 1,6 millions de barils par jour à 98,6 millions pour 2018. La grande partie de cette hausse provient de la Chine, de l’Inde et de l’Amérique latine. Le cartel estime que la production américaine pourrait couvrir intégralement cette hausse.

Dans le monde en 2017, la demande pétrolière s’est accrue de 2,1% selon l’International Energy Agency, soit deux fois plus rapidement qu’en 2016. C’est le double de la moyenne des dix dernières années.

Le gaz, pas si naturel que ça. Les quantités de méthane, un gaz à effet de serre bien plus virulent que le CO2, relâchées lors de l’extraction et le transport du gaz naturel dépassent celles du permafrost en Arctique. La stratégie chinoise de “tout au gaz” pourrait s’avérer cruelle pour le climat et bien plus dangereuse que celle du «tout au charbon».

 

Planète

Nous devrions construire 1’100 MW/annuel d’infrastructures renouvelables pour maintenir le réchauffement climatique à 2 degrés. La Carnegie Institution l’estime actuellement à 151 MW/an.

La production énergétique combinée du solaire, éolien, géothermie, marée, hydro représente le 4% de la production mondiale.

Tu es le meilleur et le plus gentil des enfants. Je me souviendrai toujours de toi. Je l’aime…
Maman, je vais juste à l’école…
(Suite aux attaques armées aux USA)

 

USA

A lui seul, le Bassin Permien, est responsable de la quasi-totalité de l’augmentation  (+80 000 barils) pétrolière américaine du mois de mars. Si le gisement pétrolier de schiste continu sur sa lancée, la production américaine pourrait augmenter de 1 million de barils durant 2018.

Pour la première fois depuis 1957, les USA ont exporté plus de gaz qu’ils en ont importé.

Pas de bol pour l’exploration pétrolière en Alaska. Les températures trop chaudes de cet hiver ont causé des soucis aux machines optimalisées pour des froids de canard. Résultat:  -15’000 barils/jour au gisement de North Slope.

Tesla Motor, le constructeur de voitures électriques est financièrement à la peine. Le malheur de Tesla est de combiner le meilleur vendeur de voitures au monde (Elon Musk), doublé du pire manufacturier. (voir graphique des ventes ci-dessous)

Big data : Une bataille des données secoue l’industrie pétrolière. Les foreurs collectent des données de plus en plus précieuses pour l’extraction et l’optimalisation pétrolière. Ils désirent revendre ces données aux exploitants. Ces derniers rétorquent que ces données leur appartiennent.

Le Président Trump a viré pratiquement tous ses collaborateurs de base afin de monter sa propre «dream team». L’impact sur les USA et le monde est à vérifier dans les mois à venir. Le taux d’opinion favorable de Donald Trump remonte à 42%, au plus haut depuis 11 mois.

Les USA sont le seul pays au monde qui permet à un individu d’être propriétaire des matières premières situées dans le sous-sol. La National Association of Royalty Owners estime que 12 millions d’Américains reçoivent des royalties d’exploitation de pétrole, de gaz et d’autres minéraux.

La consommation américaine d’essence et de diesel est restée super stable en 2017 à 9,317 millions de barils par jour.

Facebook et Cambridge Analytica aiment à croiser et commercialiser vos données. Voici quelques outils: Ghostery ou Privacy Tracker pour vous protéger des cookies, des mouchards et des trackers. Lightbeam pour suivre vos suiveurs ou le très amusant ClickClickClick.click qui analyse votre comportement. Pour vos e-mails sécurisés: Proton mail.

 

Malgré une économie robuste, la demande d’électricité a diminué de 2,1 % l’année dernière. Il est vrai que les Américains ont une énorme marge de progression quant à l’efficience énergétique.

L’Etat de Pennsylvanie veut faire cesser la faillite de Philadelphia Energy Solutions. Ce propriétaire de raffineries doit plus de 3,8 milliards $ de taxes à l’État, alors qu’il n’a que 43 millions en cash.

La Californie va interdire la construction de nouvelles centrales électriques à gaz. En cause les émanations de méthane.

Evolution des ventes de voitures Tesla
Source: Statista 2018

Russie

Les relations entre l’Europe et Moscou continuent de se détériorer suite à la tentative d’assassinat d’un ancien espion soviétique vivant à Londres. Mais même si devant les caméras, les leaders européens hérissent les poils, en coulisse ils se félicitent de la réélection de Vladimir Poutine. En effet, la dépendance énergétique de l’Europe ne peut s’accommoder d’une disruption russe des livraisons de gaz et de pétrole.

Moscou est en train de construire 2 nouveaux gazoducs en direction d’une Europe toujours plus gourmande et dépendante du gaz russe.

ExxonMobil va se retirer des projets russes en Arctique. La production de pétrole conventionnel en Russie augmente lentement mais ses champs s’épuisent. Pour le plus grand producteur de pétrole mondial, l’Arctique est nécessaire pour maintenir sa position et ses exportations. Actuellement, la Russie ne semble pas posséder les technologies de forage spécifiques à l’Arctique.

 

Arabie Saoudite

Le Prince Mohammed bin Salman (MbS), a réalisé une course d’école de 3 semaines aux USA notamment à New York, Washington, Boston, Houston, San Francisco et Seattle. L’objectif fut de lever des fonds pour financer ses projets pharaoniques de 500 milliards $. Avant d’arriver aux USA, le prince héritier est passé par Londres pour jauger l’intérêt des anglais pour l’IPO de Saudi Aramco.

Le Prince héritier a également parlé avec Donald Trump de l’opportunité d’acquérir l’arme atomique, histoire de mettre un peu d’ambiance au Moyen-Orient. Dans l’attente, il a passé une commande de 12,5 milliards $ d’armes militaires.

Le Royaume va garder ses exportations pétrolières en-dessous de 7 millions b/j en avril afin de soutenir les prix sur les marchés. La production totale reste sous les 10 millions b/j.

La compagnie pétrolière nationale Aramco va certainement attendre pour effectuer son IPO et entrer à la bourse de New York ou de Londres. Le concept de base espérait lever 200 milliards $, mais l’empressement des investisseurs ne s’est pas vérifié. Riyad valorise l’entreprise à 2’000 milliards $ alors qu’aucun rapport financier sérieux n’a jamais été rendu public.

Shell et l’Arabie Saoudite se rapprochent au niveau mondial pour des projets gaziers. L’Arabie Saoudite aimerait jouer un rôle plus important dans l’industrie gazière. Riyad voudrait remplacer le pétrole par du gaz notamment pour sa production électrique.

12,5 milliards d’investissements militaires américains de l’Arabie Saoudite
Prince bin Salman et Trump

Asie

Chine

Les actifs pétroliers à l’étranger, détenus par des entreprises chinoises, dépassent la production pétrolière interne. Cependant, une partie de la production étrangère n’est pas rapatriée en Chine mais est revendue sur les marchés internationaux. L’IEA estime que la production de pétrole chinois couvre les 30% de sa demande interne. D’ici à 2023, ce chiffre descendra à 25%.

En imposant à des millions de ménages de passer du charbon au gaz pour se chauffer, la Chine est devenue le deuxième plus grand importateur de gaz au monde.

Les USA pourraient être bien positionnés pour écouler leurs stocks excédentaires de gaz de schiste mais cela pourrait dépendre des facéties de Trump ainsi que la capacité pour l’industrie de schiste américaine à maintenir la production sur le long terme.

Le Vietnam a subi la pression de la Chine afin d’arrêter son deuxième forage pétrolier dans le sud de la Mer de Chine.  La Chine revendique le pétrole qui se trouve dans cette région. Les pressions économiques sont trop fortes pour le petit pays.

Le parlement a modifié la Constitution pour permettre au chef de l’Etat, Xi Jinping, de garder son poste à vie.

Votre voiture en 3D! XEV, une startup italienne et le chinois Polymaker spécialisé dans l’impression 3D, ont mis au point une voiture imprimée en 3D. Quelques composants sont néanmoins fabriqués avec des méthodes traditionnelles: le châssis, les vitres et les pneus. La LSEV (Low Speed Electric Vehicle) de deux places coûtera moins de 7’500$. Trois jours de travail sont nécessaires pour fabriquer et monter les pièces. Pour l’instant, elle n’a pas passé les crash tests.

 

Japon

Ce 11 mars 2018, 7 bougies ont été soufflées sur le gâteau de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi, au Japon. Le démantèlement estimé à 620 milliards$, qui devrait durer 40 ans, suit son bonhomme de chemin.

 

Une voiture imprimée en 3D

 

Europe

Norvège

L’entreprise pétrolière nationale Statoil va changer son nom. L’entité va s’appeler Equinor. Ce changement de nom a pour objectif de donner une image verte claire à ce géant pétrolier dont le vert est très foncé. On sent déjà que la planète va mieux.

Ce changement est une excellente nouvelle pour le vétérinaire qui possède le site Equinor.no . Il semble en bonne position pour monnayer son site auprès de la multinationale.
Un tuyau pour les élèves de marketing de 1er année qui lisent cette rubrique. Quand vous choisissez une nouvelle marque, il est toujours de bon ton de faire quelques recherches sur la disponibilité des noms sur la grande toile.

La Finlande, le Danemark, la Norvège et la Suède possèdent le 8% des voitures électriques à travers le monde. La Norvège, l’Islande et la Suède ont le ratio «voitures électriques/nombre habitants» le plus élevé. De 250’000 voitures électriques aujourd’hui, la projection est de 4 millions en 2030.

 

Angleterre

Selon BP depuis 2010, les coûts de production d’électricité éolienne a diminué de 23 % et le solaire de 73 %.

Selon les standards de la firme anglaise, ces deux énergies sont complètement concurrentielles face aux énergies fossiles. Les coûts de la production éolienne diminuent notamment grâce à l’allongement des pales et de la puissance totale des machines.

Le salaire de Bob Dudley, CEO de BP, a augmenté de 13% à 13,4 millions $ en 2017. Afin de partager et de copier les bonnes pratiques de l’industrie, je me suis empressé de partager cette nouvelle avec mon boss.  Je signe même pour la moitié.

 

France

Suite à la catastrophique visite du premier ministre canadien, Justin Trudeau, le président français Macron a nettement mieux su gérer sa campagne de promotion lors de sa visite en Inde.

Avec le Président Macron, ENGIE, le géant français, a inauguré à Mirzapur, Inde, une ferme solaire de 101 MW. Elle prétend également avoir signé pour plus de 608 MW de projets d’énergie solaire et éolienne dans ce pays. Cependant, il faut toujours se méfier d’annonces aussi gigantesques surtout quand elles sont signées avec l’Inde. En effet, la corruption, l’absence d’éthique et les pratiques locales dans les affaires font parfois capoter les projets même les plus ambitieux.

EDF claironne un investissement de 8 milliards € dans les énergies renouvelables d’ici à 2035. Une goutte d’eau pour faire face aux vrais besoins ou un montant suffisant? L’avenir le dira.

 

Allemagne

Le patron de Volkswagen, Mathias Müller, a reçu un bonus de 10 millions d’euros, + 40%. Au passage, il déclare que le diesel va «revenir». On notera toute la saveur de l’histoire. Non seulement il se prend 10 millions, juste après le pire scandale de l’histoire du diesel et dans la foulée il ajoute qu’il va continuer à nous gaver de particules fines. Il pourrait se reconvertir et finir CEO dans une banque, parce qu’en terme d’hypocrisie, c’est assez remarquable!

L’entreprise allemande de bus, Flixbus, investit dans la production de bus électriques en Chine auprès de Zhengzhou Yutong Bus Co ainsi que BYD. La première ligne de bus électriques pourrait être: Paris – Amiens en avril déjà.

Dessin Chappatte

 

Suisse

Pour 850 millions frs, Bouygues Construction a acheté au Suisse Alpiq: Alpiq Intech ainsi que l’Allemand Kraftanlagen. Le fleuron Alpiq Intech génère de juteux profits depuis des années. EDF actionnaire à 25% dans le capital action d’Alpiq a fortement influencé ce fructueux accord pour le français. On s’étonne également du prix excessivement bas de cette transaction alors qu’Alpiq Inteq a généré un profit de 221 millions frs en 2017.

Les résultats 2017 d’Alpiq sont excellents avec un bénéfice de 278 millions frs. et des fonds propres de 2,851 milliards. Après avoir passé les comptes dans la moulinette d’optimalisation fiscale et stratégique, Alpiq enregistre une perte magique de 84 millions frs! Ayons une pensée émue pour tous ceux qui paient des impôts.

En Suisse, la consommation électrique se compose à 55,9% d’hydraulique (53.4% en 2016), 16,9% de nucléaire (20.7), 5,9% de renouvelables (4.9) et 21.3% de charbon. Pour la bienséance, les statistiques ne parlent pas de charbon mais utilise la terminologie environnementalement plus neutre: «sources inconnues». Du côté de la production : 59% hydraulique, 33% nucléaire, 3% gaz, 5% renouvelables.

 

Dessin Chappatte

 

Les Amériques

Schiste Américain

Les médias commencent à comprendre la différence entre le pétrole de schiste et le pétrole conventionnel. Trop léger, le schiste n’est pas le meilleur ami du diesel ou du kérosène dont le monde a besoin. Les raffineries américaines ne s’accommodent que difficilement de ce schiste et les places de stockage sont déjà pleines en attente de lui trouver une utilité. Morgan Stanley pense les producteurs vont devoir accepter un tarif bien plus bas pour cette mauvaise qualité de pétrole.

La Oklahoma Corporation Commission a créé un nouveau protocole de fracturation hydraulique après que 70 tremblements de terre, d’une magnitude minimale de 2,5, ont secoué l’Oklahoma en 2016. Les entreprises devront immédiatement suspendre leurs opérations 6h après un nouveau tremblement de terre.

Le bassin Permien produit également des quantités record de gaz de schiste, qui sont pour l’instant intransportable à cause du manque d’infrastructures. De plus, cette quantité de gaz s’ajoute à un marché saturé. Cette surproduction sonne le signal d’alarme de l’épuisement des gisements.

 

Venezuela

La production du brut est passée de 2,3 millions de barils/jour en janvier 2016, à 1,6 million aujourd’hui.

Avec le nouveau secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, la situation pourrait rapidement tourner au vinaigre avec le Venezuela. Ainsi, si les sanctions Trumpiennes devaient encore se greffer sur les problèmes du pays, l’impact sur la production pétrolière ne fera qu’accentuer le déclin.

Le nombre de forages actifs est passé de 70 en 2016 à 43 aujourd’hui. Le manque d’employés qualifiés, de pétrole capable de liquéfier le brut vénézuélien et le déclin des investissements précipitent cette chute.

 

Mexique

Le candidat de gauche à la course à la présidentielle, Andres Manuel López Obrador, désire geler les investissements d’entreprises privées dans le domaine pétrolier. Il propose également d’augmenter les capacités de raffinage indigène et de stopper les exportations de brut. Actuellement, le brut mexicain est expédié vers les États-Unis pour être raffiné, pour être ensuite réimporté sous forme de carburant.

Durant les trois dernières années, le montant des exportations pétrolières américaines vers le Mexique (diesel, essence, gaz) a dépassé la valeur du brut mexicain vendu aux USA.

Les menaces douanières proférées par Trump ont le mérite de faire éclore des idées autant au Canada qu’au Mexique.

 

Dessin Chappatte

 

Moyen Orient & Océanie

Iran

La production pétrolière du pays stagne à 3,85 millions b/j. selon l’IEA.

Le renvoi du Secrétaire d’Etat, Rex Tillerson, par le président Trump, cause des insomnies au gouvernement iranien, surtout que l’ancien CEO d’ExxonMobil a été remplacé par un va-en-guerre farouchement opposé à la Corée du Nord et l’Iran.

Trump ne cache pas son envie de casser l’accord nucléaire avec l’Iran, même si Téhéran respecte toutes les clauses. Dans son arsenal, les États-Unis pourraient mettre une pression sur les pays qui achètent le pétrole et le gaz iranien notamment la Chine et l’Inde.

Si Washington impose à nouveau des sanctions à l’Iran et au Venezuela, la baisse pétrolière pourrait se monter à 1 million de barils par jour d’ici à la fin de l’année.

De son côté, Téhéran s’autorisera à recommencer son programme nucléaire. Du coup, l’Arabie Saoudite, par son prince héritier Mohammed bin Salman, réclame elle aussi son joujou nucléaire.

Le ministre du pétrole, Zanganeh, aimerait garder le prix du baril à 60$. A ce niveau les caisses de l’Etat se remplissent et le schiste américain n’est pas rentable.

La Russie et l’Iran vont développer deux champs pétroliers à la frontière de l’Irak. C’est le deuxième grand accord international suite au 5 milliards $ avec Total. Cependant, l’Iran est déçu du manque d’enthousiasme des pétroliers occidentaux.

 

Irak

Promis à une déferlante pétrolière, le pays stagne à 4,71 millions b/j. Les grandes majors internationales ont diminué leur enthousiasme car les profits ne sont pas mirobolants. Si l’Irak a réussi à augmenter sa production de 2 millions b/j, c’est grâce à BP, Exxon Mobil, Lukoil, Eni, Total ou Royal Dutch Shell.

L’objectif de Bagdad était de monter la production à 12 million b/j. Il est revu à la baisse à 7 million pour 2022.

30 ans après sa disparition, la National Oil Company (INOC) renait de ses cendres grâce au gouvernement. L’entité sera chargée de gérer le pétrole à travers le pays.

 

Nouvelle Zélande

Des drones-taxis volants, électriques et sans pilote, vont être testés sous l’élan du cofondateur de Google, Larry Page et sa start up Zephyr Airworks, filiale de Kitty Hawk. Une dizaine de rotors ont été installés sur ses ailes, ce qui lui permet de décoller et d’atterrir à la verticale comme un hélicoptère. Le drone pourrait transporter des passagers en zone urbaine en se servant de toits ou de parkings comme aire d’atterrissage. (lire: Drone-Taxi : La voiture est-elle bientôt prête au décollage?)

 

Australie

Simec Zen Energy, contrôlé par le groupe GFG Alliance, va installer une batterie de stockage d’électricité d’une capacité de 120 MW/140 MWh, à Port Augusta. Record du monde. Objectif stocker l’électricité de la nouvelle ferme solaire en train d’être construite à l’aciérie Whyalla Steelworks.

 

Cora, le drone électrique de Zephyr Airworks, filiale de Kitty Hawk

 

Afrique

Nigeria

Comme il fallait s’y attendre, la commission nationale chargée d’enquêter sur la corruption de pétrole, ne brille pas par les progrès obtenus. Le montant dépasse les 20 milliards $.

Les pénuries de carburant aux stations d’essence continuent dans ce pays qui est pourtant le plus grand producteur africain de pétrole.

 

Sud Soudan

Les USA sanctionnent 15 opérateurs pétroliers du pays. Motif : les ventes pétrolières profitent au gouvernement du Président Salva Kiir et ce moyen de pression pourrait terminer les conflits dans le pays.

 

Phrases du Mois

«L’Arabie saoudite est un pays très riche, et vous allez, je l’espère, donner une part de cette richesse aux Etats-Unis sous la forme d’emplois et d’achats du meilleur matériel militaire qui soit au monde.» Donald Trump à Mohammed ben Salmane, le prince héritier d’Arabie saoudite pour l’achat de 12,5 milliards $ d’armes.

 

I believes that “shale oil growth potential may be over-stated as the prime areas of the Eagle Ford and Bakken are already drilled up. The question is how far does the Permian have left. Probably a couple of years.” Mark Papa, former CEO of EOG Resources.

 

Now that I have retired, I have begun to look at the whole nuclear fusion enterprise more dispassionately, and I feel that a working, every-day, commercial fusion reactor would cause more problems than it would solve.” Daniel Jassby, physicien, Princeton Plasma Physics Lab, New Jersey.

 

Nous sommes à une bifurcation des médias et des réseaux sociaux où plus personne accepte de lire quelque chose dont il ne veut pas y croire.” Tim DeChristopher, cofounder of Climate Disobedience Center.

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

Energies, Economie, Energies et Pétrole: Revue Mondiale Novembre 2017

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
– Allemagne: Un paysan péruvien poursuit judiciairement RWE
– Arabie Saoudite: Les grands nettoyages préoccupent
– Algérie: Sonatrach va investir 2 milliards $ dans le gaz
– USA: Waow! Musk annonce son camion électrique: le Tesla Truck
– France: ENGIE fait des tours de passe-passe
– USA: Un saut périlleux pour un robot ou pour l’humanité?
– Chine: Le pays a supprimé des millions de chauffages à charbon.


 

Les membres de l’OPEP se sont rencontrés. Les “quotas diminués” resteront inchangés jusqu’à la fin 2018. Les premiers jours de décembre montreront si le dicton “buy the rumor and sell the news” s’applique une fois de plus.

Le baril termine le mois à 63.11$ à Londres (60.90 fin octobre) et 57.30$ à New York (54.15 fin octobre).

L’uranium monte à la vitesse d’un missile de croisière lancé par la Corée du Nord dans le ciel asiatique. Gros bond ce mois. Il termine à 25.50$ (20.15$ fin octobre).

Graphique du Mois
Marché du pétrole Offre / Demande 2020-2040
selon l’Agence Internationale de l’Energie

Graphique les Echos

Monde

L’Agence Internationale de l’Energie estime la production pétrolière mondiale grimpera à 98,5 millions barils/jour (b/j) en 2018 ou 15,6 milliards de litres/jour (moyenne de 2 lt/jour par habitant).

En 2017, 41 milliards de tonnes (+2%, 2016) de CO2 ont été ajoutées grâce aux énergies fossiles. Les 10 principaux pays émetteurs sont, dans l’ordre: la Chine, les Etats-Unis, l’Inde, la Russie, le Japon, l’Allemagne, l’Iran, l’Arabie saoudite, la Corée du sud et le Canada.

Le Bitcoin a dépassé les 11’000$. Ayons une pensée émue pour tous ceux qui ont hésité à investir, il y a quelques mois, alors que le Bitcoin était à 200$!

 

Peak oil

Statoil, Norvège ou Shell, Hollande prédisent que la demande de pétrole pourrait piquer entre 2025-2030.

Chevron et Exxon Mobil ne voient pas de peak oil en vue.

L’OPEP s’aligne sur l’IEA en penche pour 2040.

 

Allemagne

Une fois n’est pas coutume, commençons par le pays d’Angela Merkel (dont l’objectif actuel est de tenter de former un nouveau gouvernement).

Alstom va construire 14 trains Coradia à hydrogène. Les trains vont remplacer les locomotives diesel en Saxe. Linde Group produira l’hydrogène.

L’Allemagne est souvent pionnière dans la production d’énergie pour au final se faire coiffer au poteau par la Chine. Ainsi après le solaire, c’est au tour de l’éolien. Le constructeur d’éoliennes Gamesa, qui appartient à Siemens, annonce la suppression de 6’000 emplois. Le géant allemand est confronté à une forte baisse d’activité et une concurrence féroce de… la Chine.

Siemens annonce une deuxième vague de licenciements avec plus de 6’900 emplois au sein de ses activités énergie. Environ 2’600 postes doivent disparaître en Allemagne, plus 3’600 dans d’autres pays, notamment aux Etats-Unis. A cela s’ajoute la suppression prévue de 760 emplois dans les départements techniques de transmission et industrie de transformation.

Siemens, qui espérait voir les centrales à gaz occuper une place privilégiée à côté des énergies renouvelables, déchante. Le solaire et l’éolien imposent un système où la production d’énergie est de plus en plus décentralisée et rendent les grandes centrales de moins en moins compétitives.

Le géant E.ON a reçu 11,6 millions $ de la commission européenne pour établir entre la Norvège et l’Italie un corridor électrique de 180 stations de recharges électriques pour voitures.

La justice allemande a accepté d’examiner la requête d’un paysan péruvien, qui demande au géant de l’énergie RWE de réparer les effets du changement climatique dans les Andes. Les magistrats vont examiner les liens entre les rejets polluants de RWE et les dommages constatés au quotidien par Saul Luciano Lliuya, agriculteur et guide de haute montagne à Huaraz, Pérou. Le groupe allemand RWE est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète, bien qu’il n’ait aucune centrale au Pérou.

 

Arabie Saoudite

La situation du plus grand producteur pétrolier de l’OPEP donne des frissons. Si la situation devait basculer, l’impact se fera ressentir au niveau mondial.

Suite aux décisions du Gouvernement, il est très difficile de connaître l’impact des changements dans le pays. La tendance est d’offrir plus de liberté sociale, mais sans liberté politique. Comme plus de 50% de la population du royaume a moins de 30 ans, cette option contente la majorité mais crispe la minorité bien plus puissante.

Le fils du Roi Salman, Mohammed bin Salman (MbS) tente de renforcer son assise avant que cela ne se termine, ou pas, par son assassinat. Est-ce que les dignitaires menacés par le jeune Prince trouveront le support nécessaire auprès des services de sécurité et de l’armée pour préparer un coup ?  La question n’a pas encore de réponse.

A la tête du pays, MbS a instauré une loi anti-corruption qui lui permet d’écarter ses rivaux, dont la 45 ème plus grande fortune mondiale, le Prince Alwaleed bin Talal et ses 18,7 milliards $. Plusieurs centaines de dignitaires, ministres, hommes d’affaires et membres de la famille royale ont été également emprisonnés dans des conditions qualifiées de rustique. Le gouvernement est en position de leur confisquer 800 milliards $ de fortunes personnelles. Ce pactole permettra au jeune Prince d’avancer dans le financement de sa stratégie 2030 de la Nouvelle Arabie Saoudite.

Le FMI estime que l’Arabie Saoudite a besoin d’un baril à 70$ pour équilibrer son budget 2018.

Le FMI estime que l’Arabie Saoudite a besoin d’un baril à 70$ pour équilibrer son budget. En 2014, il fallait un baril à 96$ pour équilibrer les comptes. La diminution des subsides et les réformes financières montrent le chemin parcouru en quelques petites années.

Le directeur de Total, Patrick Pouyanne pense que les réformes sociales et économiques pourraient être un peu trop ambitieuses et le temps imparti un peu trop court.

Dessin Chappatte

USA

Via la nouvelle réforme de l’imposition, le gouvernement Trump va soutenir le charbon, le gaz, le pétrole et le nucléaire. L’éolien, l’hydraulique et le solaire ont été soigneusement écartés du programme républicain.

Pour la première fois en 30 ans, les importations pétrolières US en provenance d’Irak ont surpassé les importations d’Arabie Saoudite. Les livraisons canadiennes sont également en hausse à 3,43 millions b/j au lieu de 2 millions, il y a 7 ans.

La moyenne de la consommation des voitures américaines repart à la hausse. Durant les 10 dernières années, elle était passée de 11,5 lt/100km à 9,2 lt/100km. Cependant, depuis août 2014, elle est remontée à 9,4 lt. On pourrait corréler cette variation avec l’amélioration économique du pays et la sortie de la crise de 2008.

Le taux de croissance du PIB Américain est de 3,3% pour le 3ème trimestre. Trump a immédiatement repris cette nouvelle à son compte d’autant que le compteur du 2ème trimestre indiquait 3,2%. De plus, pour la première fois le Dow Jonnes dépasse les 24’000 points. Que demander de plus?

Google débute ses tests à Phoenix, USA, avec une voiture 100% autonome sans aucune personne au volant.

Elon Musk, le CEO de Tesla annonce la conception d’un camion électrique. Une fois l’effet “Waow” passé, la calculatrice montre que la quantité d’électricité pour recharger les 1’600 kWh de la batterie, correspond à la consommation quotidienne de 4’000 ménages.

Tesla a annoncé la construction d’une usine à Shanghai, Chine. Particularité, c’est la première fois qu’un constructeur automobile n’a pas besoin de s’associer à un partenaire local. Cela permettra à Tesla de diminuer les coûts de vente et d’exporter ses voitures en Europe à meilleur prix. Nous sommes en train d’assister au transfert de la production de voitures en Chine.

Le nouveau Directeur de General Electric (GE), John Flannery, débute son mandat en se débarrassant de 24’000 employés et annonce une focalisation sur l’aéronautique, la santé et l’énergie.
GE, dont la capitalisation boursière a fondu de plus de 100 milliards $ depuis janvier, va également céder ses activités dans l’électricité ainsi que vendre le groupe de services pétroliers américains Baker Hughes, dont il détient 63% du capital. BH avait été acheté l’année dernière seulement. La branche GE Power, qui comprend Alstom, devrait également jeter à la casse nombre de ses employés.

Boston Dynamics. Un saut périlleux pour un robot ou pour l’humanité

Europe

Les autorités nucléaires russes ont confirmé que le nuage radioactif de Ruthénium-106, qui a traversé le Sud de l’Europe entre fin septembre et mi-octobre, est une bénédiction pour la santé. En tout cas, moins dangereux que de manger 5 fruits Monsanto-Bayer-Syngenta par jour. Le centre de retraitement et de stockage de déchets nucléaires de Maïak, dans l’Oural a relâché des doses qui dépassent de 986 fois la moyenne du mois d’août. Est-ce un accident nucléaire?

Du côté des Services du Nucléaire Européens, on félicite l’excellent travail des douaniers qui ont réussi à bloquer les nuages aux frontières. Cet incident souligne les progrès réalisés par l’industrie nucléaire dans les domaines de la transparence.

Par année, le manque à gagner de l’évasion fiscale élaboré par les entreprises dépasse les 350 milliards € (par an), dont 120 milliards € pour l’Europe et 20 milliards pour la France.

Après une petite frayeur, tout est finalement rentré dans l’ordre. BAYER-Monsanto et Syngenta ont réussi à convaincre les pays européens de plébisciter les produits agro-pétro-chimiques. Le Rundup pourra être commercialisé, sans ombrage, pour les 5 années à venir et plus si entente.

Dessin: l’excellent Chappatte

 

Norvège

Le fonds souverain Norvégien de 1’000 milliards $ propose de sortir 35 milliards $ d’investissements dans le pétrole et le gaz. Cette annonce du No 1 mondial est un choc pour l’industrie pétrolière. Il fait également part de la tendance de désinvestissement dans les énergies fossiles des grandes institutions bancaires. Le Ministre Norvégien des Finances a annoncé qu’il allait étudier la proposition et que la décision tombera dans une année.
<Insérez ici une pensée émue pour la Banque Nationale Suisse et ses 5 milliards $ d’investissements dans le fossile américain.>

Un arrêt, pour recharger sa voiture électrique entre Oslo et Lillehammer, ne prendra plus que 10 minutes. Un premier système ultra rapide est installé à Circle K à Dal à 30 minutes au nord d’Oslo.

 

Russie

Vladimir Poutine utilise de plus en plus le pétrole comme arme stratégique dans le but d’augmenter son influence dans le monde. Revers de la médaille, Moscou prête à des pays instables, comme le Venezuela, et le retour sur investissement n’est pas garanti.

Les compagnies pétrolières russes n’espèrent pas une levée des sanctions américaines dans les mois à venir. D’ailleurs, elles ont trouvé des solutions et du réconfort auprès des partenaires et des banques asiatiques.

La construction du gazoduc Turkish Stream avance. Le gazoduc copie l’ex projet Russo-Européen South Stream abandonné par l’Europe. Corolaire de cette décision, les Européens devront acheter leur gaz russe via la Turquie au lieu de l’Ukraine. L’arrivée du Président Turc Erdogan dans l’équation énergétique européenne apporte une inconnue de plus.

La Russie a la capacité d’augmenter sa production pétrolière de 4-5%. Avec la hausse des prix du baril, Moscou devrait passer confortablement l’année 2018.

Le champ pétrolier de Sakhalin-1, opéré par l’américain ExxonMobil, va produire 250’000 b/j de plus dès le premier trimestre 2018.

L’équipe de football américaine ne s’est pas qualifiée pour les Championnats du Monde FIFA qui auront lieu en Russie. L’Italie non plus…


Dessin Chappatte
chappatte.com

Italie

Le gouvernement a dévoilé sa stratégie nationale pour sortir de l’électricité au charbon d’ici à 2025 en propulsant les énergies renouvelables. L’Italie a l’ambition de passer de 17,5 à 28% d’énergies renouvelables.

 

Angleterre

Les prestigieuses Universités de Cambridge et d’Oxford trempent dans les Paradise Papers. Pour contourner les impôts, les deux institutions ont investis des dizaines des millions de dollars dans l’exploitation pétrolière via les Iles Cayman. Les deux universités, soutenues par des fonds publics, avaient annoncé en 2014 ne plus investir dans des actifs pétroliers.

 

France

Grâce aux aides financières du gouvernement, l’essence SP95-E10, avec 10% d’éthanol à base de céréales, est la plus vendue dans le pays (part de marché de 38,5%).

Le géant français de l’énergie ENGIE (ex GDF Suez) a délocalisé 1’200 emplois de France pour diminuer ses coûts. Les services administratifs et centres d’appels iront en Pologne, la comptabilité en Inde et la R&D en Chine.

On est tellement bien qu’on reste chez ENGIE. Grâce à un montage financier appelé «Projet Salmon», le géant français a rapatrié d’Australie 1 milliard $ de bénéfices en 2012. Les gourous de la fiscalité ont permis à l’entreprise française, qui appartient également à 24% à l’Etat français, d’économiser plusieurs dizaines de millions d’euros d’impôts selon les Paradise Papers.
La question absurde du mois: “Quel est l’intérêt de l’Etat Français à faire de l’optimisation fiscale pour ne pas payer d’impôt à l’Etat Français?

Areva a été perquisitionné pour une vente d’uranium au Niger en 2011. «L’Uraniumgate» pèse 320 millions $.  Areva avait vendu le stock d’uranium à la société russe, Energo Alyans, qui l’avait ensuite revendu à la société Optima Energy Offshore au Liban. Quelques jours plus tard, Optima avait vendu l’uranium à la Société de Patrimoine des Mines du Niger (Sopamin), contrôlée par l’Etat nigérien. Areva avait alors racheté ce stock à la Sopamin à un prix supérieur à celui auquel il l’avait cédé au départ. Vous suivez toujours?
Au total une plus-value de 82 millions de dollars pour Energo Alyans, inconnue des traders et qui aurait totalement disparu peu de temps après les faits.

Si l’énergie éolienne peine à prendre pied en France, c’est surtout à cause de l’armée! Ainsi avec des prescriptions par rapport à ses radars, ses avions et ses hélicoptères, la grande muette a bloqué l’implantation de 3’500 éoliennes sur le territoire tricolore. Une nouvelle demande est pendante avec l’élargissement du périmètre à 70 km autour des radars. Si elle est acceptée, aucune nouvelle éolienne terrestre ne devrait voir le jour en France.

Suisse

L’entreprise Meyer Burger délocalise en Chine sa production de scies pour la découpe du silicium des panneaux solaires. 180 emplois sont supprimés en Suisse.

Le géant minier Glencore connut pour acheter des mines et extraire les matières premières dans la plus grande opacité, fait partie des plus grands joueurs des Paradise Papers. Pour échapper au fisc et dissimuler ses mécanismes de corruptions, elle a ouvert 107 sociétés offshores. Qui trouve-t-on à sa tête? M. Anthony Hayward en personne!
Sir Hayward était l’improbable CEO de BP lors de la catastrophe de Deepwater Horizon en 2011 dans le Golfe du Mexique. On aurait pu croire ce personnage non-recommandable en prison. Mais non, il se retrouve à la tête de cette entreprise encore moins recommandable. On peut y déceler une certaine consistance.

La centrale nucléaire de Leibstadt, Argovie, doit remplacer 22 éléments de combustibles avariés livrés par Areva. Le coeur du réacteur contient 648 éléments combustibles et 62’000 barres de combustibles. Areva explique qu’après la découverte d’une barre de combustible présentant une fuite dans son usine de fabrication de tubes à Paimboeuf, en Loire-Atlantique, en France, des tests ont montré que des barres qui auraient dû être refusées ont été fournies à des compagnies électriques.

Le Telsa Truck présenté par Elon Musk

 

Les Amériques

USA Schiste

Dans ses prévisions World Oil Outlook 2018, l’OPEP prévoit que la production américaine de pétrole de schiste va atteindre 7,5 millions b/j en 2021 (5,1 aujourd’hui). Le cartel pense que la production US va atteindre le peak oil en 2025 et décliner en 2030. La compétition entre le schiste US et l’OPEP devrait durer encore 7 ans.

La production du Nord Dakota pourrait remonter à 1,1 million b/j d’ici à la fin décembre. Si le baril tient à 60$ la production pourrait monter à 1,6 million b/j.

Bien que les grands acteurs comme Exxon ou Chevron ont les reins assez solides pour supporter des pertes, les petits acteurs de schiste sont sous la pression des investisseurs pour se focaliser sur la maximalisation des dividendes au lieu de la maximalisation de la production. La hausse des prix du baril pourrait apporter une bouffée d’air, mais la question est de savoir à quel tarif ces entreprises sont profitables.

Venezuela

La compagnie pétrolière nationale, PDVSA, n’a pas réussi à effectuer le remboursement 28 millions $ d’obligations. De son côté, le gouvernement de Nicolás Maduro n’a également pas pu honorer les 350 millions $ d’intérêts à payer sur les dettes du pays. Le président désire restructurer les 63 milliards $ de dettes du pays. En d’autres mots, il propose d’effacer l’ardoise alors que paradoxalement l’administration Trump interdit toute discussion financière avec le pays. La Chine et la Russie sont également très impliquées dans ce dossier d’autant que de grandes quantités de pétrole sont en jeu.

La production pétrolière du pays pourrait glisser à 1,8 millions b/j soit le plus bas niveau depuis 30 ans. Elle peut fortement influencer les prix du baril au niveau mondial.

Le Président Maduro a remplacé le PDG de PDVSA ainsi que 5 directeurs, mais dans l’état de délabrement de l’entreprise, il n’y a rien à attendre de nouveau.

Dessin Chappatte.com

 

Asie

Chine

Le président Trump s’est rendu en Chine avec 40 entreprises. A l’issue de la rencontre Donald Trump s’est félicité d’avoir conclu pour 253 milliards $ «d’accords commerciaux» ainsi que la baisse de certaines taxes sur des produits importés. En terme diplomatique «accords commerciaux» signifie: protocoles non contraignants et non signés. Bref, des accords qui ont la valeur d’un tweet. Par contre, le Président Xi s’est montré intéressé au gaz d’Alaska où les investissements pourraient monter jusqu’à 43 milliards $.

Le gouvernement a demandé l’arrêt de 44’000 boilers à charbon utilisés par les entreprises afin de générer de la vapeur ou de l’électricité. La transition s’effectue avec le gaz.

Pékin a demandé aux ménages et aux particuliers de ne plus utiliser les fourneaux à charbon pour se chauffer. A la place des millions d’installations à gaz ont été installées. Comme ce début d’hiver est rigoureux, Pékin ratisse les marchés pour tenter de combler la pénurie. Les importations grimpent de 3,82 millions tonnes pour l’hiver 2016 à 5,81 pour 2017.

 

Inde

A Delhi, la pollution a fait frémir tous les records au point de fermer 4’000 écoles pendant une semaine. L’utilisation des véhicules à moteur a été limitée. Le responsable de la ville a qualifié la situation de «chambre à gaz».

Le pays ambitionne de cesser de vendre des voitures thermiques d’ici à 2025, mais l’Inde affiche actuellement des ventes record de véhicules. L’Inde est également devenue une intéressante option de recyclage des voitures diesel à moteurs truqués pour les constructeurs allemands, français et américains.

Dans l’Etat d’Uttar Pradesh, l’explosion dans une centrale thermique au charbon s’est soldée par 26 morts. La centrale, d’une capacité de 1550 mégawatts, fournit de l’électricité à neuf Etats de l’Union indienne.

 

 

Moyen-Orient

Yémen

Le lancement d’un missile tiré du Yémen en direction de l’Arabie Saoudite a été interprété par le Prince comme un acte de guerre contre le royaume. Riyad pense que le missile intercepté a été livré par l’Iran.

Malgré plusieurs dizaines de milliards $ de dépenses militaires, l’Arabie Saoudite n’arrive pas à faire plier les Houthis yéménites. Le seul résultat tangible est l’enlisement de Riyad dans cette guerre.

Ce mois, l’Arabie Saoudite a décidé de bloquer les ports du Yémen pour augmenter la pression. Les Houthis ont immédiatement menacé de s’attaquer aux tankers pétroliers. Le même jour, Riyad a levé le blocus.

 

Syrie/Irak

Le président Kurde, Barzani, a démissionné après avoir réussi avec succès le référendum sur l’indépendance.

La relation entre les Kurdes et Bagdad reste volatile. Depuis l’annonce de l’indépendance des Kurdes, Bagdad a récupéré la ville et les forages pétroliers de Kirkuk. Dans un nouveau changement de direction, les Kurdes ont proposé au gouvernement irakien de céder l’exploitation de tous leurs champs pétroliers contre une rémunération de 17% du budget de l’Etat. En réponse, Bagdad n’en propose que 12,6%. Les disputes, qui durent depuis des décennies, sont loin d’être terminées. Rendez-vous le mois prochain.

Lors de la chute de Raqqa, la coalition internationale emmenée par les USA et les Européens ont passé à un accord avec l’Etat Islamique afin de laisser s’évader plus de 300 combattants avec leurs armes. Les bus et camions ont été mis à disposition par la coalition.
Sont évoqués des jihadistes venus de France, Turquie, Yémen, Pakistan, Egypte, Chine, Tunisie, selon un reportage de la BBC.

BBC: L’accord secret entre les USA et l’Etat Islamique

 

Iran

La National Iranian South Oil Co qui produit le 80% du pétrole iranien annonce que sa production a augmenté de 1 million b/j cette année.

Le PDG du Russe Rosneft, M. Sechin, a annoncé la conclusion d’un plan d’investissement de 30 milliards $ pour développer des projets pétroliers et gaziers en Iran. La tactique de Vladimir Poutine, pour remplacer les USA comme acteur majeur au Moyen-Orient, sont facilités par l’administration Trump.

Alors que l’équipe Trump aiguise les sanctions contre Téhéran, Moscou en profite pour resserrer les liens. Si Washington devait persister, la Chine et la Russie pourraient être les grands bénéficiaires. Dans la même veine, Total a ouvert des bureaux à Washington pour mieux justifier, à l’Administration US, les bienfaits de sa présence et les milliards investis en Iran.

Gazprom annonce la construction d’un gazoduc entre l’Iran et l’Inde. Les entreprises russes, du Pakistan, de l’Inde et de l’Iran vont construire ce gazoduc de plus de 1’200 km. La traversée du Pakistan pourrait offrir, à certains groupes rebelles, des idées de pression sur le gouvernement.

Les exportations du brut iranien en direction de la Chine, l’Inde, la Corée du Sud sont en hausse à 1,9 million b/j en octobre.  (+5,1%).

Investissements dans les majors pétrolières du fonds souverain norvégien
Source Bloomberg

 

Afrique

Nigeria

Le porte-parole des «Niger Delta Revolutionary Crusaders» ont demandé aux employés de Total, Chevron, BP, Agip et Mobil de ne pas rester dans les zones de production car le groupe pourrait reprendre ses attaques contre les pétroliers. En échange d’une certaine tranquillité, la milice demande de petites enveloppes.

Algérie

Sonatrach va investir 2 milliards $ dans le gisement gazier de Hassi Rmel afin de stabiliser la production. Le champ représente le 60% de la production nationale.

Phrases du mois

“Il y a une complaisance à penser que le pétrole de schiste va continuer à produire les quantités de volume que nous avons obtenues par le passé. Si le monde continue de croire que nous avons un surplus aussi loin que nous puissions voir, la réalité va nous éclater à la figure. Il sera difficile de s’en remettre.” Jim Brillant, portfolio manager, Century Management

Vehicles of the future will no longer be driven by humans because in 15 to 20 years — at the latest — human-driven vehicles will be legislated off the highways. The tipping point will come when 20 to 30 percent of vehicles are fully autonomous. Countries will look at the accident statistics and figure out that human drivers are causing 99.9 percent of the accidents.”  Bob Lutz

Si l’on voulait vraiment s’intéresser au CO2 et le réduire, l’on réduirait alors la taille et le poids des véhicules”. Vu l’avalanche de SUV sur le marché, ceci n’est pas près d’arriver.”

Sources: avec Tom Whipple de Aspo USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

Pour lire la revue complète. 2000Watts.org

Gaz: Trump veut imposer sa puissance à l’Europe

L’approbation du projet de loi par le Sénat américain de nouvelles sanctions contre Moscou augure de la doctrine Trump: faire des USA la plus grande puissance énergétique de la planète.

Avec la délicatesse d’un éléphant, Washington veut interdire aux entreprises européennes de participer à la construction du nouveau gazoduc Nord Stream 2 qui reliera la Russie à l’Allemagne. Sans se démonter, l’équipe Trump propose, en toute modestie, que l’Europe s’abreuve avec le gaz de schiste américain afin de créer des emplois aux USA et sauver financièrement ses entreprises gazières.


Pour mieux comprendre ce bras de fer, il est nécessaire de voir la question sous de multiples facettes.

Russie: Construction du gazoduc Nord Stream 2

Le déclenchement des hostilités a débuté avec le démarrage de la construction du gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie à l’Allemagne. D’une capacité de 55 milliards m3/an dès 2019, le nouveau gazoduc suivra le tracé de Nord Stream 1.

Il y a un mois, les entreprises énergétiques européennes Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall ont conclu l’accord avec le géant gazier russe Gazprom. Les entreprises européennes investissent le 50% des 9,5 milliards € nécessaires à cette construction.

USA: Make it Great Again

Les gaziers américains rêvent d’écouler en Europe et à prix fort leur surproduction de schiste. L’Europe, qui commercialise son gaz à des tarifs 4 fois supérieurs aux Etats-Unis, est une cible prioritaire d’autant que des gaziers de schiste américains continuent de perdre des sommes astronomiques.

De toute évidence, l’annonce de la construction de Nord Stream 2 et de l’augmentation de la dépendance énergétique Européenne face à la Russie bousculent les ambitions américaines.

La parade de Washington est venue via le Sénat qui utilise «l’ingérence présumée des autorités russes dans la campagne présidentielle de 2016 et le respect du Protocole de Minsk avec l’Ukraine», comme justes motifs afin de bloquer la construction de Nord Stream 2. Pour se faire, les sociétés majoritairement allemandes et autrichiennes impliquées dans Nord Stream 2 sont lourdement sanctionnées.

Ainsi, les États-Unis ont l’intention d’entraver la mise en œuvre du projet Nord Stream 2 qu’ils considèrent «comme présentant des risques pour la sécurité énergétique de l’Europe, le développement du marché gazier en Europe centrale et de l’Est et les réformes énergétiques en Ukraine».

Pour que cette loi entre en force, le président Trump et le Congrès doivent encore donner leur aval.

Ukraine : deux milliards $ en jeu

L’Ukraine perçoit presque 2 milliards $/an de la Russie pour le transport du gaz vers l’Europe. Le contournement de l’Ukraine permettra à Vladimir Poutine de diminuer sensiblement ces paiements et d’imposer les tarifs du marché pour les futures livraisons gazières à Kiev.

Pour bien marquer le territoire, Donald Trump a rencontré en personne le président Ukrainien Petro Poroshenko dans le bureau ovale et il s’est même fendu d’un tweet. C’est dire l’importance de la rencontre.

Allemagne: Tenir tête

Angela Merkel a balayé les réticences des pays européens comme la Pologne et les autres pays de l’Est face à la construction de ce gazoduc. Comme d’habitude, l’intérêt Allemand prime sur les considérations européennes.

Pour tenter d’augmenter la croissance et produire son électricité, Berlin privilégie une connexion directe entres les gisements gaziers russes et ses entreprises, quitte à froisser les autres membres de l’Union.

De plus, les puissants acteurs allemands comme BASF et le fournisseur d’électricité et de gaz E.ON sont engagées dans le projet Nord Stream 2.

Autriche : Blessée

Le géant autrichien OMV Aktiengesellschaft est l’un des pilier du pays et participe au consortium. Les USA ciblent directement cette entreprise dans leur démarche et comme Vienne est déjà très chatouilleuse sur les considérations territoriales, cette sanction ne fait pas du tout rire.

L’Europe : Le Financement de l’Ukraine et l’indépendance énergétique

Bruxelles voit d’un mauvais œil la réalisation de ce gazoduc notamment parce qu’il permet à l’Allemagne de bénéficier en primeur du gaz Russe, au nez et à la barbe des autres pays de l’Union Européenne et accroit l’importance énergétique de la Russie sur le vieux contient.

On comprend également les réticences de l’Europe, elle qui tient financièrement à bout de bras l’Ukraine. Avec l’argent des contribuables, Bruxelles devra combler le trou financier généré par la perte des droits de transports payés par Moscou.

Finalement, le gaz Russe produira plus de 120 milliards de kg de CO2 annuellement ce qui permettra de faire monter encore plus la température sur le continent alors que les thermomètres explosent déjà.

Donald Trump a promis d’imposer la puissance énergétique (Energy Power) des USA. Le premier test touche l’Europe.

Est-ce que les européens plieront l’échine ou seront-ils capables de faire front. En ce qui concerne Bruxelles, on en doute.

Pour l’Allemagne, sa compétitivité en dépend et l’on voit mal les industriels allemands ne pas se tenir tête à Washington.

L’été risque d’être chaud, très chaud!