Suisse: 22’000 jeunes pour le Climat. Et moi?

La semaine dernière, plus de 22’000 jeunes romands ont battu le pavé pour faire entendre leur voix en faveur du climat. Objectif: secouer le laxisme politique helvétique.

Si l’on devait se souvenir d’un événement lors de la dernière COP24 en Pologne, c’est assurément le discours de la jeune norvégienne Greta Thunberg, 15 ans.

Dans un monde coincé dans un cul-de-sac, la jeune génération a une mission : se sortir de là, et par effet de bord, nous sortir de là!  Elle a la tâche de devoir faire table rase des incohérences de leurs parents et de leurs leurs aïeux.

Ces premières salves sont salutaires et donnent espoir.


 

Le nombre a surpris : plus de 22’000 ! Les réactions ne se sont pas fait attendre.

Bien que les échos furent souvent positifs, quelques piques ont émergé. Cette frustration peut s’expliquer par un effet miroir. Cette jeunesse a le culot de nous mettre devant nos incohérences. Autant la discréditer pour nous rassurer et justifier notre passivité.

Le soir même, dans le TJ de la Télévision Suisse Romande, la journaliste interviewait un dignitaire politique, membre de la Commission de l’Energie. Lui aussi tenta de se rassurer en assénant un sec «la tranche 18-25 prend trop l’avion !» Schizophrène, ce même politicien venait de voter contre la taxe d’incitation sur les billets d’avion pour protéger le climat. (Qui a voté comment au Conseil National)

Biberonné à coup de voyages par leurs parents, les voilà pointé du doigt par papa et maman en personne!

 

La jeunesse ne voyage pas en business class

De tout temps, la jeunesse a utilisé les moyens de transport adapté à ses budgets. Il y a quelques années encore, le très accessible EuroRail était la solution pour découvrir les capitales ou pour traverser l’Europe.

Depuis, des conditions cadres ont été mises en place pour permettre aux compagnies d’aviation d’offrir des voyages pour le prix d’une pizza. Exemption totale de la TVA, aucune taxe sur le kérosène, libéralisation de l’emploi, grâce aux largesses de nos politiciens, le transport aérien a pu inventer le low cost.

La semaine dernière, un voyage en train à Bruxelles m’a coûté € 380. Ce tarif est sans appel et impitoyable pour un étudiant.

 

Des défis sans mode d’emplois

Les défis, qui sont devant nous, nécessitent de partir d’une page blanche ou l’expérience passée fait figure de frein. Climat, pic pétrolier, pic énergie, dettes abyssales, plateau de la croissance, toutes ces questions vont demander des réponses inédites.

Après la deuxième guerre mondiale, Keynes avait dû totalement reformater et improviser l’Economie pour éviter de reprendre les schémas qui avaient conduit à deux guerres. Sa clairvoyance amena les Trente Glorieuses.

 

Embrassons les idées des jeunes !

Depuis 2008, les décideurs mondiaux n’ont fait que de recopier les modèles qui nous ont menés à la crise.

La dernière COP24, en Pologne ou le G20 en Argentine ont parfaitement montré l’enlisement et la paralysie du monde. Dans cette obscurité totale, une pointe de lumière est née sous les traits d’une jeune fille de 15 ans. Son combat a été repris par des milliers de jeunes d’Australie, aux USA,  d’Amérique Latine en Europe.

N’éteignons pas cette braise, elle est peut-être la seule qui va éclairer notre avenir.

Nous, parents, grands-parents ou ainés, nous serions mal avisés de ne pas embrasser les idées de notre jeunesse. Pourquoi ne pas coopérer, co-créer et les motiver pour en tirer des idées innovantes.

Comme les gilets jaunes en France, la structure et la forme viendra avec le temps.

 

Par où commencer ?

Le politicien chevronné, mentionné ci-dessus, a suggéré à notre jeunesse de rejoindre un parti politique et de s’engager. Si l’on se base sur son pédigrée, le bons sens prendrait l’exact contraire. Ne pas rejoindre un parti pour ne pas se faire recadrer, formater ou rentrer dans le rang.

Alors jeunesse, quand tu as une idée, qui te semble juste, si quelqu’un la remet en cause, retourne simplement dans ta chambre et dit-toi, qui m’a dit ça, et qui a raison ?

Quant à nous, parents ou ainés, sachons trouver dans leurs idées de nouvelles énergies.

Dire que la jeunesse est notre futur n’a jamais été aussi d’actualité!

 

Dessin Chappatte

 

Le pétrole à 100$: Un retour vers un passé connu ou un futur différent?

Le pétrole continue sa hausse au-dessus de 80$. Sans un ralentissement mondial de l’Economie, la barrière des 100$ sera bientôt franchie. Sous le poids du baril, la croissance pliera pour replonger dans une nouvelle crise. Une impression de «déjà vu» qui rappelle la dernière crise.

Avec du recul, on constate qu’au lieu d’imaginer un futur différent, les politiques, les financiers et les banques centrales se sont focalisés afin de reconstruire à l’identique le monde d’avant 2008.


 

L’économiste John Keynes écrivit en 1942 «Je suis de retour comme ministre de l’Economie, mais avec une grande différence. En 1918, la plupart des gens n’avaient qu’une idée en tête : revenir à  la situation d’avant 1914. Aujourd’hui, personne n’a ce sentiment. Cela fera une énorme différence quand nous allons nous y attaquer.» Après les deux guerres et la Grande Dépression, un changement drastique était nécessaire.
Les Trente Glorieuses suivirent.

 

Aujourd’hui, nous retrouvons une grande partie des ingrédients qui ont déclenché
la crise de 2008.

 

Retour vers un passé connu,

Pour sortir de cette passe, les changements structurels se sont dirigés vers une diminution des impôts, la variation des taux d’intérêts, ainsi qu’une dérégulation du marché du travail et une baisse des salaires. De plus, les Etats n’ont pas mesuré l’ampleur de leur dépendance envers l’augmentation de leurs dettes.

Dans ces conditions, qui favorisent la pauvreté et les inégalités, ce n’est pas une surprise de voir une montée du populisme et l’arrivée des Donald Trump, Matteo Salvini et prochainement, peut-être, Jair Bolsano au Brésil.

Dans l’ambiance actuelle, les chiffres ont inlassablement grimpé. Notre consommation de pétrole est passée de 92 à 100 millions de barils par jour. Les bourses atteignent artificiellement des sommets inégalés. Nous n’avons jamais autant consommé de gaz, de charbon, de matières premières, d’eau et de nourriture. Les banques ont retrouvé leur liberté et les bonus extravagants. Les dettes publiques et privées, comme la température de la planète, atteignent des niveaux inquiétants.

La stagflation des années 70 a apporté une contre révolution. Sous l’impulsion de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan. Les années 80 ont apporté un changement radical sur le rôle de l’Etat, des marchés et des Banques Centrales.

 

Ou inventer un nouveau futur

Les chiffres et les faits étant têtus, ils indiquent que l’offre pétrolière est sur le point de ne plus pouvoir suivre la demande. L’obligation de découpler le PIB et le pétrole va se faire de plus en plus pressante. Nous avons toujours remis à demain cette alternative et ce processus douloureux, compliqué et imprévisible.

Le réchauffement climatique rend certaines parties de notre planète invivable. Il contraint à une migration humaine vers le nord ou le sud. La crise syrienne débutée par une sécheresse ne fait que d’effleurer la problématique. L’Iran, l’Irak et les autres monarchies pétrolières ainsi que l’Afrique vont emboiter le pas.

Tous ces éléments vont nous forcer à plus de créativité et à explorer de nouveaux chemins, comme l’avait fait Keynes au sortir de la deuxième guerre mondiale. L’absence d’idée n’est pas une option.

Prenons pour exemple les entreprises. Pour qu’elles passent à travers les années, elles ont besoin de quelques employés innovants, futuristes, visionnaires qui secouent les certitudes, remettent en question les dogmes et permettent d’évoluer, de s’adapter, d’avancer, de reculer, d’être agile. Sans ces fous, toute structure diminue ses chances de survie.

C’est vers un meilleur futur que nous devons imaginer, forger et travailler. Pas vers un passé connu.

A tous les fous du monde, unissons-nous!

 

(photo Elon Musk, Tesla)