Pétrole : L’OPEP reste droit dans ses bottes. Le baril grimpe vers les 70$

Lors de sa réunion, l’OPEP a décidé de ne pas changer les quantités d’extractions pétrolières et le niveau des exportations. L’objectif est de faire grimper les prix et ça fonctionne.

Avec le départ de Donald Trump, qui avait pris l’habitude de menacer le cartel du pétrole dès que les prix montaient, la voie est libre. Les prix du baril grimpent en direction des 70$. Il y a une année, le baril flirtait avec les 30$ alors que la Russie et l’Arabie Saoudite avaient coordonné leurs efforts pour faire couler le pétrole de schiste américain.

Le ministre russe, Alexander Novak, a commenté : “Nous ne voulons pas un baril à 70$, mais des prix stables. La situation actuelle et bien meilleure qu’à l’automne dernier” alors que le ministre du pétrole d’Arabie Saoudite, Abdulaziz bin Salman, pense que «l‘incertitude qui entoure le rythme de la reprise n’a pas diminué» et on ne peut pas lui donner tord. Il a ajouté, “la grande incertitude est la demande pétrolière.”

Aux stations d’essence, les prix devraient grimper avant ce weekend alors que pour les baisses, certainement grâce à la main invisible du business, il faut compter 10 à 15 jours. Le litre d’essence devrait monter au-dessus de Frs 1,70.– .

Même l’Arabie Saoudite va s’auto-appliquer une réduction supplémentaire de 1 million de barils par jour (b/j). Du côté des amis de l’OPEP, les non-membres Russie et Kazakhstan ont reçu une exemption de 130’000 et 30’000 b/j

L’OPEP pense que la demande de pétrole va augmenter de 2,7 millions b/j au prochain trimestre pour arriver à 97 millions b/j. Pour mémoire, avant le covid, nous en étions à 101 millions b/j. Pour confirmer la tendance, l’Agence Internationale Energie a souligné que les émissions de CO2 grimpent à grande vitesse. La Chine prévoit une croissance de +6% cette année.

Si l’on pouvait se demander si le monde allait retourner dans sa surconsommation d’avant le covid, la réponse est en train de s’écrire.

 

Laurent Horvath

Laurent Horvath

Géo-économiste des énergies, Laurent Horvath, propose des analyses et des réflexions dans les énergies fossiles et renouvelables avec un objectif principal: "ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe. A vous de vous forger votre propre opinion." En 2008, il a fondé le site indépendant 2000Watts.org, sans publicité, ni sponsors. Vous le retrouvez dans la version papier du journal Le Temps un jeudi sur trois.