La Banque Nationale Suisse investit dans les Banques de Schiste

Pour ceux qui étudient les investissements de la Banque Nationale Suisse SA, la société anonyme est une source d’émerveillement permanent.

Alors qu’elle se doit d’éviter les investissements dans le pétrole et gaz de schiste, le charbon, l’uranium, les énergies fossiles, les armes et les institutions bancaires, la direction préfère cocher toutes les cases.

Comme personne ne semble s’en offusquer, même pas le comité d’éthique ou les ministres des finances des cantons, la BNS a tenté le grand chelem: investir dans des banques qui investissent dans le pétrole de schiste aux USA! Deux interdits dans le même acte faisant une pierre deux coups. La performance est éclatante. Dans cet achat d’actifs, la BNS n’a perdu que 37 millions $ depuis le début de l’année.


Le pot aux roses a été découvert via une publication de Bloomberg d’une liste de 11 banques américaines en difficulté à cause de leurs implications importantes dans le schiste. Sur les 11 institutions bancaires pointées du doigt, la BNS n’en a ratée aucune. Respect!

 

Depuis le début de l’année, la valeur de ces banques n’a perdu que 37,6 millions $.

 

Cependant, la BNS ne s’est pas limitée à investir que dans ces banques. Elle a déversé son argent dans tout le système bancaire local américain. Vous pouvez trouver toutes les banques dans ce fichier mis à jour le 31 mars 2020.

 

Qu’en pense la Banque Nationale Suisse?

Devant cette découverte, j’ai pris contact avec le service de communication de la Banque Nationale Suisse avec ces questions:
   A) Pourriez-vous m’indiquer les motifs des investissements de la BNS dans des banques aux USA?
   B) Si vous n’avez pas cette liste, voulez-vous que je vous la fasse parvenir?
   C) Quel est votre avis sur ces investissements qui se heurtent à deux de vos règles en même temps (banque et environnement)?

L’éclairage est tombé comme la nuit: “Dans sa stratégie de placement, la Banque nationale suisse renonce à acquérir des actions de banques et d’autres établissements à caractère bancaire à moyenne ou à grande capitalisation de pays industrialisés. Elle s’abstient par ailleurs d’acheter des actions d’entreprises qui violent massivement des droits humains fondamentaux, qui causent de manière systématique de graves dommages à l’environnement ou qui sont impliquées dans la fabrication d’armes condamnées sur le plan international.

Bref, le message standard “copier/coller” envoyé aux curieux dont je dois avoir 20 copies.

Devant cette non-réponse, je me suis permis d’insister. Au bout de 3 échanges, une information cruciale et décisive a enfin fini par transpirer: la directrice zurichoise de la communication n’apprécie pas l’humour et l’insistance des Welsches. Punkt Schluss!

 

Est-ce que la BNS investit contre votre entreprise suisse?

Si vous aussi vous voulez vous amuser, voici la liste des investissements de la BNS dans le marché américain au 31 mars 2020. Elle est mise gratuitement à disposition par le gouvernement américain.

Si vous êtes un entrepreneur, un chef d’entreprise, un innovateur de start-up, un PDG d’une multi-nationale comme ABB, vous pourrez immédiatement prendre connaissance des millions de $ que la BNS investit dans vos concurrents directs aux USA.

Ne parlez surtout pas de concurrence déloyale contre les entreprises suisses, la directrice de la com de la BNS n’apprécierait pas !

 

 

 

Marée Noire en Sibérie Russe

Vladimir Poutine a vu rouge comme la rivière Ambarnaïa à Norilsk, dans le territoire de Krasnoïarsk en Sibérie.

Depuis vendredi dernier, plus de 20 millions de litres de diesel se sont déversés dans la rivière Ambarnaïa et son affluent le Daldykan pour provoquer une marée noire qui rappelle la catastrophe du tanker pétrolier Exxon Valdez en 1989, quand 37 millions de litres de brut avaient touché les côtes de l’Alaska.

Le chef des opérations de Norilsk Nickel, Sergei Dyachenko, évoque la fonte du permafrost comme cause de l’accident. En effet, l’un des réservoirs de diesel de la centrale thermique s’est effondré le 29 mai et le groupe aurait tardé à réagir.


En Sibérie en temps normal, les températures deviennent positives autour du mois d’avril, et avoisinent les 10 degrés en mai. Depuis janvier, il fait chaud. Le mois de mai a apporté une vague de chaleur exceptionnelle avec des températures jusqu’à 30°C. Ces températures anormalement élevées ont certainement dû impacter le permafrost qui a touché ce réservoir.

 

 

Le président s’en est pris aux responsables de l’entreprise Norilsk Nickel qui appartient à NTEK, le plus grand producteur de nickel et de palladium au monde.

«Pourquoi les autorités ont appris cette catastrophe seulement deux jours après ? Pourquoi est-ce que nous apprenons cette situation urgente par les réseaux sociaux ? Est-ce que vous allez bien par là haut ?» a demandé Vladimir Poutine au PDG de NTEK Sergei Lipin (voir vidéo).

 

 

Dans la foulée, le président russe a déclaré l’état d’urgence dans la ville de 180’000 habitants situé à 300 km du cercle Arctique. De nombreux minerais et matières premières se trouvent dans l’étendue perdue de la Sibérie où les possibilités de combattre ces pollutions sont difficiles à entreprendre. Les moyens de transports pour évacuer tout ce diesel n’existent pas et il est compliqué d’y acheminer des camions.

La cité industrielle de Norilsk est entièrement construite sur le pergélisol. Elle est menacée par la fonte des glaces causée par le changement climatique. Norilsk détient le titre envié de la ville qui émet le plus de le dioxyde de soufre au monde et cette marée noire n’est qu’une pierre de plus dans ses chaussures.

 

Extractions futures de pétrole et de gaz

Cette catastrophe met en exergue la difficulté d’extraire des matières premières dans des lieux reculés et au climat extrême comme en Sibérie ou en Arctique.

Moscou ambitionne d’extraire de plus en plus de pétrole et de gaz dans ces régions et cette marée noire pourrait être un signal d’alarme pour les projets à venir. Il souligne également la fragilité et les dangers des constructions et des installations qui reposent sur le permafrost.