Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Août 2018

Tous les mois, vous êtes plus de 25’000 à lire cette revue! Merci pour votre fidélité.
Bref, le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies:
– Chine: Les glaciers se vident. Le pic d’eau dès 2020?
– USA: Le charbon US s’exporte bien. 2’200 emplois créés depuis l’arrivée de Trump
– Iran: Grosse pression sur les exportations pétrolières
– France: A peine Hulot parti, 6 nouvelles centrales nucléaires EPR sont réclamées
– Russie: Le gazoduc Nord Stream II a reçu le feu vert pour sa construction vers l’Allemagne
– Australie: Le premier ministre viré pour avoir présenté sa loi sur le climat
– Afrique: La Chine et l’Inde ratissent large pour avoir accès aux matières premières
– Rwanda: Pour du pétrole, Total exproprie 15’000 personnes sans indemnisations


Après la baisse consécutive à l’annonce de la hausse de la production de l’OPEP, le mois d’août termine fort. Le baril atteint 77.77$ (74.06$ fin juillet) à Londres et 70,25$ à New York  (69.30$ fin juillet).

Houps! L’uranium s’est réveillé d’un coup. Est-ce l’annonce de l’envie française de construire 6 nouvelles centrales nucléaires…  il grimpe de 4$ depuis juin et termine ce mois à 26.20$ (23.35$ fin juillet).

 

Graphique du mois:  Consommation d’énergie depuis 1850, par personne

 


Monde

En 10 ans, le nombre de passagers aériens a augmenté de 64% pour atteindre 4,08 milliards en 2017.

Le PIB de l’Economie mondiale croit à un rythme de 4,3%. La demande de pétrole augmente de +1,4 million barils/jour (b/j) pour arriver à 99,4 millions b/j. (+1,1 million par rapport à 2017). En 2019, la production devrait augmenter de +1,5 million b/j.

Selon, le Directeur de l’IEA, Fatih Birol, les investissements dans l’exploration pétrolière sont insuffisants pour répondre à la demande à venir.

En 2017, les membres de l’OPEP ont encaissé 567 milliards $ de pétrodollars. (+29% par rapport à 2016). A elle-seule, l’Arabie Saoudite a engrangé 167 milliards $. Cette année, les pays importateurs de pétrole vont verser 736 milliards $ à l’OPEP.

Les températures prennent l’ascenseur à travers le monde. Lire l’excellent article de Sylvestre Huet sur la canicule et la fonte des glaces.

 

Les pays clés du mois

Chine

Le bras de fer, sur les taxes douanières avec les USA, influence le baril et l’Economie mondiale. Pour l’instant la Chine répond du tac au tac aux impulsions de Trump. Cependant, des deux côtés de la frontière, le seuil de douleur émerge. Cette partie de poker menteur débute sur une mise à 100 milliards $.

La Chine avait initialement mis le pétrole sur la liste des produis à taxer. Elle est revenue sur ce choix privilégiant la diversification de ses fournisseurs. De plus, un litre pris aux USA est un litre qu’ils n’auront plus à l’avenir.

Depuis le début de l’année, la Chine a augmenté ses importations pétrolières à 8,98 millions b/j (+5,6%). Pour le gaz, l’augmentation est de +28,3% à 7,38 millions de tonnes. La croissance du PIB et la volonté de générer 10% de l’électricité avec du gaz expliquent ces augmentations.

En juillet, la Chine a augmenté de 14% ses importations de charbon (au plus haut depuis 4 ans). Les températures de 40 degrés et les besoins d’air conditionné ont poussé la demande d’électricité.

Le réchauffement climatique va sérieusement impacter les quantités d’eau à disposition en provenance des glaciers. Leur fonte accélérée diminue les réserves d’eau contenues dans la glace et le pic d’eau (peak water) pourrait arriver dès 2020. Ce pic influencera la quantité d’électricité hydraulique ainsi que l’agriculture.

La Yuan a perdu 7% par rapport au dollar américain ce qui est excellent pour les exportations chinoises.

Tesla Motors aimerait construire une usine à Shanghai pour un montant de 5 milliards $. La Model 3 devrait y être produite courant 2020.

 

Iran

La grande question est: “dès novembre 2018, de combien de barils les exportations iraniennes vont-elles baisser?“. Les exportations iraniennes seraient déjà en baisse de 700’000 b/j alors que les sanctions ne sont pas encore entrées en force. Washington table sur une baisse d’au moins 1 million b/j.

L’agence Platts estime la production iranienne de juillet à 3,72 millions b/j au plus bas depuis 18 mois et les exportations de 2,32 millions b/j (-7%).

Les raffineries, qui s’accommodent du brut iranien, sont localisées en Chine, Inde, Japon, Corée du Sud, Turquie et en Europe. Les alternatives de remplacement de cette qualité de pétrole ne sont pas triviales. Il est difficile pour les raffineries de changer si facilement de crèmerie.

Avant l’imposition des sanctions en novembre, l’Inde fait le plein. Les raffineurs indiens redoutent de se faire couper l’accès au dollar américain s’ils continuent d’importer le brut iranien. Il faudra attendre la fin de l’année pour avoir une image plus précise de la situation.

Le Président Trump a proposé de rencontrer sans conditions les leaders iraniens. La réponse iranienne a été immédiate en qualifiant la proposition de Trump de «sans aucune valeur et un rêve». Sans prendre de risque, on peut qualifier l’ambiance de froide.

Téhéran a mentionné que «les sanctions cruelles imposées à l’Iran vont affecter les fonctions pétrolières du Détroit d’Hormuz». La Navy américaine a confirmé une plus forte présence armée iranienne dans le détroit stratégique. Sans prendre de risque, on peut qualifier l’ambiance de chaude.

L’Economie du pays souffre. Depuis mai, le Rial a perdu la moitié de sa valeur face au dollar US. Il faudra garder un œil sur la réaction des citoyens. Le commandant des Gardes de la Révolution, le général Mohammad Ali Jafari souligne que «les faiblesses de la situation interne sont plus sérieuses que la menace militaire américaine».

Sous pression américaine, le français Total quitte Téhéran et renonce à plusieurs milliards de dollars d’investissements en Iran. En contrepartie, l’Arabie Saoudite a offert un juteux contrat à Total en Inde.

British Airways, Air France et KLM suspendent leurs vols vers l’Iran.

USA

La croissance américaine atteint les 4,2% durant le deuxième trimestre 2018. Corolaire à ce boom, la consommation d’essence est repartie à la hausse (+1,5% en 12 mois) et pourrait être en passe de battre de nouveaux records.

Le nombre de forages pétroliers s’élève à 860 (759 il y a 12 mois).

En juin, les USA ont exporté 9,2 millions de tonnes de charbon (+38,6% par rapport à juin 2017) selon la US Census Data. L’Inde a été friande de ce charbon notamment pour la sidérurgie et la production d’électricité pour les systèmes d’air conditionné. Durant les 12 derniers mois, la production de charbon américain a augmenté de 7,8%.

Depuis l’arrivée de Trump, 2’200 emplois ont été créés dans l’industrie du charbon pour atteindre 52’900 employés. Le charbon US est revigoré par de fortes exportations +61% en 12 mois.

Pour combler la diminution des exportations pétrolières iraniennes, Trump va relâcher 11 millions de barils dans sa réserve stratégique. De quoi compenser le manque iranien pendant 11 jours. Le Congrès a accepté une diminution de 240 millions de barils jusqu’en 2027. Actuellement la réserve stratégique se monte à 660 millions de barils, soit la consommation d’un mois.

L’administration Trump va aider financièrement les centrales à charbon et augmenter les niveaux de pollution afin de réduire les coûts de production.

Pour produire leur électricité, les américains ont brûlé 661 millions de tonnes de charbon en 2017, au plus bas depuis 1983. Le peak de consommation a été atteint en 2008 avec 1’037 millions de tonnes.

La production pétrolière américaine a atteint 10,68 millions b/j. L’EIA estime que les USA pourraient augmenter de 1,02 millions b/j en 2019 à 11,7 millions b/j. Cependant, comme les chiffres de l’EIA sont systématiquement corrigés, il y a de bonne chance que les USA ne produisent pas autant de brut.

La Californie compte 4’819 véhicules à hydrogène et 36 stations de recharge.

Le postier UPS va collaborer avec le constructeur Thor Truck pour réaliser des camionnettes de livraisons entièrement électriques avec un rayon d’action de 160 km. Les premiers tests seront réalisés à Los Angeles.

Les dettes des étudiants américains s’élèvent à 1’300 milliards $. Certains pensent qu’elles pourraient être la prochaine bombe qui fera dérailler l’Economie mondiale.

Le Hoover Dam, Las Vegas, pourrait être équipé d’un système de pompage/turbinage via des éoliennes et du solaire. Objectif : faire remonter l’eau dans le barrage et produire de l’électricité à la demande. Le coût du projet est estimé à 3 milliards $.

De mai à juillet, la température moyenne des USA a battu tous les records depuis la création des mesures en 1895. (70,9 fahrenheit)

Ce mois, Elon Musk, le fantasque CEO de TESLA Motos, a conforté son statut. Dans un tweet, il avait annoncé qu’un fond d’Arabie Saoudite était prêt à investir dans son entreprise et sortir TESLA de la bourse. Après une séance de psychanalyse avec le New York Times, il a rétropédalé.

Le numéro un mondial des services parapétroliers, Schlumberger, a vendu pour 600millions $, au norvégien Shearwater, sa flotte de 10 navires spécialisés dans l’échographie des  fonds sous-marins pour la recherche pétrolière. Cerise sur le gâteau, le géant américain annonce une nette amélioration du marché des services parapétroliers en 2018, avec un chiffre d’affaires semestriel en hausse de +12,4 %, à plus de 16 milliards $.

 

 

Europe

Durant l’été et contre toute attente, les prix de l’électricité ont pris l’ascenseur. Une conjonction de facteurs ont paralysé la production. Les trop fortes chaleurs ont freiné la production solaire (quand un panneau solaire et trop chaud, sa production diminue), l’eau des rivières trop chaude pour refroidir les centrales nucléaires et un manque chronique de vent. Si les étés passés, l’électricité était pratiquement gratuite, elle est montée à des niveaux inconnus depuis le début de la décennie à plus de € 9ct le kWh.

 

Russie

La production pétrolière touche 11,2 millions b/j soit à deux doigts de son record d’octobre 2016 (+265’000 b/j en 12 mois). Le ministre du pétrole a souligné que la production devrait rester à ce niveau jusqu’à la fin de l’année. Il semble que le pays aurait atteint sa capacité maximale. A confirmer.

Pour pouvoir augmenter ou maintenir sa production, la Russie a besoin de développer ses réservoirs en Arctique et ses gisements de schiste. Dans les deux cas, les sanctions américaines et européennes bloquent l’accès aux fonds et à la technologie. Tiens, en parlant de sanctions, les américains ont rajouté une couche en bloquant une grande partie des exportations russes vers les USA ainsi que d’utilisation du dollar pour certaines banques russes.

Le gazoduc South Stream II a reçu l’aval du Danemark pour la traversée de son espace territorial. Il s’agissait du dernier obstacle à sa construction. La visite de Vladimir Poutine à Angela Merkel marque le début de sa réalisation. Gazprom va pouvoir doubler ses livraisons de gaz à l’Allemagne tout en évitant l’Ukraine et la Pologne.

 

France

Nicolas Hulot, ministre de l’Ecologie a démissionné du gouvernement Macron. Il n’aura fallu attendre que 2 jours pour qu’un rapport du lobby du nucléaire demande la construction de 6 centrales  de type EPR. (Dans une négociation, il faut bien commencer quelque part). Objectifs: maintenir les compétences industrielles, donner des perspectives aux salariés et assurer la relève du nucléaire français. Une tartine de 50 milliards € que l’ancien directeur des affaires publiques d’Areva, Edouard Philippe, actuel premier ministre, doit savourer.

Au 2ème trimestre, la croissance française grimpe de 0,2%.

Avec l’ouverture des marchés depuis 2007, les citoyens peuvent librement changer de fournisseur d’électricité. Onze années ont passé et malgré l’arrivée de nouveaux acteurs, 81 % des ménages sont fidèles à EDF. Pour les prix, la différence porte sur un tiers de la facture seulement. Les deux autres tiers sont identiques pour tous les fournisseurs, et servent à payer les taxes et le transport d’électricité. L’arrivée des mini-grids et l’autoconsommation devraient pouvoir modifier la donne, même si le mot: “autoconsommation” est encore un gros mot dans le pays.

Allemagne

Pendant que la France roupie avec son nucléaire et tente de mettre en service sa première centrale EPR sans faire exploser tout le continent, en Allemagne un groupe de travail a été instauré afin d’élaborer la sortie du charbon électrique d’ici à 10 ans. Le rapport sera rendu d’ici à décembre 2018.

Berlin compte sur le renouvelable et le gaz pour effectuer la transition sans nucléaire et sans charbon. Cependant, les nouvelles études montrent que les émanations de méthane, dégagées lors de la combustion et de l’extraction du gaz, sont plus néfastes pour le climat que le charbon.

Le pays a ajouté 2 GW d’électricité solaire durant les 12 derniers mois. Un plus haut depuis 2013. Depuis le début de l’année 2018, l’augmentation est de 40% par rapport à 2017. De 2010 à 2012, l’Allemagne avait ajouté 20 GW.

Angela Merkel s’est rendue en Azerbaïdjan pour évaluer l’opportunité de créer un gazoduc en passant par la mer Caspienne. La réunion souligne l’envie (en tout cas devant les médias) de la chancelière de diminuer la dépendance de l’Allemagne face au gaz russe.

 

Angleterre

Suite à une douzaine de tremblements de terre dans la région du Surrey, les citoyens appellent à l’arrêt des forages de schiste responsables de ces secousses.

 

Suisse

Les niveaux du Rhin sont tellement bas que les barges pétrolières ne peuvent pas dépasser certaines limites de chargement ce qui augmente les coûts. C’est en tout cas l’excuse donnée par l’Union Pétrolière pour justifier la solide hausse des prix de l’essence à 1,71 frs le litre.

Le géant Alpiq a réalisé un bénéfice de 93 millions de francs (85 millions €) avant les amortissements. Au final, le producteur d’électricité présente une dette car ce serait ballot de payer des impôts. A l’avenir, Alpiq va se recentrer sur son cœur du métier : la production d’électricité.

Depuis les 6 premiers mois de l’année, le Suisse Glencore a généré plus de 2,5 milliards $ de bénéfices grâce à l’extraction de charbon et à la hausse des cours. Le CEO pense que les bénéfices charbonniers vont représenter la plus grande source de revenus de la multinationale et dépasser les profits du cuivre. Son concurrent BHP Billiton, la plus grande entreprise minière du monde, focalise également ses efforts dans l’extraction de charbon thermique utilisé pour la production d’électricité.

Le Suisse a également acheté le 49% des parts dans la construction d’une nouvelle centrale à charbon en Australie. Il est à noter que Glencore s’est établi dans le canton de Zoug dans des buts d’optimalisation fiscale.
A ranger dans le dossier: ->polluer -> esquiver les impôts.

 

Portugal

Plusieurs forages pétroliers pourraient émerger dans le pays. Les citoyens s’inquiètent de l’impact de ces forages sur les plages et le tourisme. De plus, le Portugal produit 44% de son électricité avec du renouvelable. Certains s’inquiètent de la place que pourrait prendre le pétrole face à l’éolien et le solaire.

La Chine investit dans les infrastructures électriques européennes notamment dans le domaine stratégique du transport par lignes à haute tension. Aujourd’hui, China Three Gorges (CTG) désire acquérir Electricité du Portugal (EDP).

Depuis 2011, 34,5 milliards de dollars ont été investis dans des entreprises du secteur, selon Bloomberg. A tel point que l’énergie est la deuxième industrie dans lequel les capitaux chinois ont le plus afflué ces dix dernières années en Europe, derrière la chimie.

Moyen Orient

Arabie Saoudite

La production du pays a plafonné à 10,29 millions b/j en juillet. Si le marché n’arrive pas à satisfaire la demande pétrolière mondiale, notamment après novembre, Riyad devra dévoiler ses capacités réelles. Nous pourrons ainsi juger l’écart entre la réalité et les communiqués de presse.

L’IPO de Saudi Aramco, le géant pétrolier national, a été mis sur pause et continuera « quand les conditions seront optimales ». Le Prince héritier désirait lever entre 100 et 200 milliards $ mais les investisseurs ont montré un enthousiasme limité.

Parallèlement le Prince Mohammed bin Salman a ordonné à Saudi Aramco d’acheter le 70% des actions de l’entreprise pétrochimique saoudienne Sabic: un jeu de vases communicants évalué à 70 milliards $. Pour payer la douloureuse, Saudi Aramco va emprunter auprès des banques internationales. Ce tour de passe-passe permet au Prince d’obtenir presque le même résultat que l’IPO de Saudi.

 

Yémen

Selon CNN, la bombe, Mark 82 (Mk 82) à guidage laser de précision, (qui a tué 51 personnes, dont 40 enfants, larguée sur un bus dans un raid aérien attribué à la coalition menée par l’ Arabie saoudite dans le nord du  Yémen), a été commercialisée par les Etats-Unis et conçue par l’entreprise de défense américaine Lockheed Martin. La coalition a remis ça quelques jours plus tard en tuant à nouveau 20 enfants. L’ONU a ouvert des enquêtes.

La guerre au Yémen a fait plus de 10’000 morts depuis l’intervention de la coalition sous commandement de l’actuel Prince Héritier MBS selon l’ONU.

Malgré la guerre le pays a réussi à exporter 500’000 barils de pétrole à la Chine. La première livraison par tanker depuis 2015.

 

Irak

Trois mois après les élections, la victoire a consacré Moqtada Al-Sadr, le dirigeant populiste chiite. En deuxième position se trouve la liste des anciens du Hachd al-Chaabi, qui ont combattu l’Etat islamique. Quant au premier ministre, Haider Al-Abadi, soutenu par la communauté internationale, il arrive en troisième position.

En juillet, les exportations ont atteint des records à 3,54 millions b/j et 7,5 milliards $. Ce brut provient exclusivement des régions du sud. La région du nord, Kirkuk n’aurait pas exporté de pétrole.

Chômage, corruption, coupures d’eau et d’électricité, la région pétrolifère de Bassora est le théâtre de manifestations depuis plusieurs semaines. Alors que cette région apporte la quasi-totalité des revenus du pays via son pétrole, l’argent part et reste à Bagdad. La malédiction du pétrole frappe à nouveau. Les manifestants demandent l’autonomie de la région dans le but de faire revenir des pétrodollars. Des blocus des champs pétroliers commencent à émerger.

Bassora est la plus importante province économique du pays. Avec 1,5 million d’habitants et ses nombreux gisements pétroliers, elle apporte 100 millions de barils par mois (7 milliards $)

Asie

Japon

Honda lance un programme de recharge «Smart Charge» de voitures électriques. La recharge de la voiture se réalisera selon la disponibilité d’électricité verte et les habitudes des conducteurs.

 

Inde

India Coal Ltd a augmenté l’extraction de charbon à 40,56 millions de tonnes en juillet (+10,6% par rapport à juillet 2017).

Le gouvernement approuve l’exploration de gaz et de pétrole de schiste dans le pays, dans le but de réduire les importations.

Le pays fait face à une mousson meurtrière. Avec plus de 400 victimes, l’Etat du Kerala est particulièrement touché. Plus de 10’000 kilomètres de routes ont été endommagés et les vannes de 34 barrages et réservoirs où l’eau a atteint un niveau jugé dangereux ont été ouvertes.

 

Pakistan

En plus d’avoir un nouveau premier ministre champion de Cricket, ExxonMobil pourrait avoir découvert un énorme réservoir de pétrole (plus grande que les réserves du Koweit) à sa frontière avec l’Iran.

 

Corée du Sud

Le pays va réduire les taxes de gaz liquide de 74% et augmenter les taxes sur le charbon de 27%. Objectif: réduire la consommation de charbon pour sa production d’électricité.

 

Australie

L’Australie est particulièrement vulnérable aux changements climatiques. La Barrière de Corail (Great Barrier Reef) est en train de mourir, les incendies dévastent les forêts et la sécheresse secoue le pays et surtout les paysans. Bref, on pourrait penser que les australiens soient prêts à prendre leur survie en main.

Premier ministre depuis septembre 2015, Malcolm Turnbull s’était engagé à respecter l’Accord de Paris sur le climat et à implémenter des règles contre la pollution et limiter les émissions des producteurs d’électricité. Cette proposition a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il a été contraint à renoncer à ce projet et à démissionner!

Avec un sens certain de la formule, l’ancien premier ministre Tony Abbott avait torpillé cette loi en disant : «nous ne faisons pas assez pour diminuer les prix de l’énergie et nous devons mettre nos retraités avant Paris». Le brave homme demande de diminuer les prix de l’électricité et de maintenir le charbon dans le mix énergétique du pays. Visiblement les épisodes climatiques et les impacts extrêmes dans le pays ne sont pas encore suffisants. Patience.

Malcolm Turnbull a été remplacé par son ministre des finances Scott Morrison.

Les Amériques

USA Schiste

Dans la région du Bakken, l’utilisation d’eau pour les forages de schiste devient un problème. En temps normal, les besoins en eau augmentent en même temps que les quantités de pétrole. Selon le North Dakota Department of Mineral Resources, le Bakken a produit 201 millions de barils de pétrole et 268 millions de barils d’eau contaminée. Il faut donc toujours plus d’eau pour extraire moins de pétrole ce qui pourrait indiquer un balancement vers peak oil. Le traitement de l’eau contaminée coûte entre 4-5$ le baril.

Pour 10,5 milliards $, BP a acheté les terrains de schiste de BHP Billiton.

 

Canada

A cause de la capacité réduite de transport, les pétroliers canadiens vendent leur brut aux alentours de 40$ le baril au lieu de 70$. Les producteurs canadiens ont mis tous les œufs dans le même panier et n’ont qu’ un seul acheteur: les USA.

Le PIB du pays a augmenté de 0,5% en mai poussé par les ventes de brut. Les pétroliers ont vu une progression de +2,5% et les sables bitumineux de +5,3%.

Le Canada s’est retrouvé au milieu d’une tempête avec l’Arabie Saoudite. Sur Twitter, la ministre canadienne des affaires étrangères, Chrystia Freeland, s’inquiétait de l’arrestation en Arabie saoudite de la militante des droits des femmes Samar Badawi. Curieusement, Riyad a sur-réagit comme si le gouvernement donnait un signal d’alarme aux autres pays et de ne pas toucher à ce problème.

Il est fort à parier que le choix du Canada n’est pas anodin. La faiblesse du premier ministre Justin Trudeau fait du Canada une cible privilégiée.

 

Venezuela

La production est tombée au plus bas depuis 30 ans. Le pays est en totale déliquescence. On passe pour ce mois.

 

Mexique

Après avoir atteint son peak oil en 2005 avec 3,5 millions b/j, la production atteint aujourd’hui 1,87 millions b/j soit un déclin de 50% en 13 ans. Cette chute souligne la rapidité du déclin après le pic.

Afrique

Les présidents indiens et chinois ont sillonnés l’Afrique afin de resserrer les liens entre les deux géants et surtout bénéficier des matières premières. La Chine propose d’étendre sa «Route de la Soie» au contiennent africain. Pékin propose de l’argent facile avec des prêts généreux. En temps voulu et le couteau sous la gorge, les pays rembourseront avec des matières premières bradées.

Melania Trump a annoncé qu’elle organise un voyage en Afrique sans son président de mari.

 

Nigeria

La Nigerian National Petroleum Corporation a perdu 663 millions $ en une année. Avec seulement 4 raffineries d’une capacité de 650’000 b/j, le Nigeria doit exporter le brut et importer de l’essence qu’elle vend à perte à 0,40$ le litre.

En un mois, le pays consomme 80 millions litres d’essence.

Une nouvelle raffinerie est en construction et devrait entrer en service dès 2022.

La production pétrolière avoisine le 2,3 millions b/j.

 

Libye

La production de juin, 670’000 b/j est au plus bas depuis avril 2017. Le pays fait face à des problèmes de sécurité interne.

 

Rwanda

Plus de 15’000 personnes ont été déplacées, souvent sans indemnisation, pour permettre au pétrolier français Total de commencer l’extraction pétrolière dans des champs prometteurs.

 

Soudan

Le pays va exporter une partie de son pétrole en Chine.

 

Phrases du mois

«Le gaz naturel est une énergie qui possède un effet de serre incroyablement puissant et émet d’énormes quantités de méthane, qui produit un effet de réchauffement beaucoup plus rapide que le carbone. Une grande partie du gaz naturel que vendent des sociétés comme Shell est du gaz de schiste, ce qui génère encore plus de fuites de méthane et crée également toutes sortes d’autres problèmes environnementaux pour l’eau, etc. Non, je ne pense pas que le gaz naturel soit une énergie de transition.» Naomi Klein

Nous nous sommes trompés dans l’évaluation du changement climatique. Ce qui se passe aujourd’hui, nous l’avions prévu pour 2030-2040.” Martin Beniston, climatologue suisse

According to the IEA’s executive director, Fatih Birol, “The overall trend of energy investment remains insufficient for meeting energy security, climate, and air quality goals, and is not spurring an acceleration in technologies needed for the clean energy transition.

«Je quitte le gouvernement pour ne plus avoir à me résigner à une politique des «petits pas» insuffisante à mes yeux face aux enjeux environnementaux.» Nicolas Hulot

«Pour moi, c’est symptomatique de la présence des lobbys dans les cercles du pouvoir. Il faut à un moment ou à un autre poser ce problème sur la table parce que c’est un problème de démocratie : qui a le pouvoir, qui gouverne?» Nicolas Hulot.

«A l’échelle cosmique, l’eau est un élément plus rare que l’or». Hubert Reeves

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

Laurent Horvath

Laurent Horvath

Géo-économiste des énergies, Laurent Horvath, propose des analyses et des réflexions qui vont au-delà de la simple information dans le monde passionnant du pétrole, du gaz, du nucléaire, du charbon et des énergies renouvelables. Il est le fondateur du site indépendant 2000Watts.org qui n'accepte ni publicité, ni sponsors ou influence politique.

2 réponses à “Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Août 2018

  1. Bravo pour une telle conciprécision de blog

    p.s. pas de poooo, ai émigré en Uruguay pour le climat et c’est le seul pays (avec le cono sur) qui se refroidit :)!
    (sans parler de politique!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *