Un sein, c’est comme un citron

À l’occasion de la Journée internationale du cancer du sein et d’Octobre rose, je souhaite partager avec vous la campagne Kow Your Lemons qui est la première du genre à m’avoir autant appris et de manière aussi percutante et durable sur l’auto-détection du cancer du sein.

Le cancer du sein peut se manifester autrement que par une grosseur

Basé sur le visuel d’un citron, le graphisme permet d’outrepasser la censure des réseaux sociaux (qui interdisent encore et toujours de montrer un torse nu de femme en 2021…), et donc de partager aisément un message de santé publique essentiel tout en parlant vrai.

Elle touche également un public large puisqu’il n’est pas forcément nécessaire de savoir lire le français, l’anglais ou l’une des nombreuses autres langues de la campagne pour en intégrer ses messages-clés. Elle apprend aux femmes à mieux connaître l’anatomie de leurs seins et les rend plus confiantes quant au besoin de signaler une modification persistante. Parce que le cancer du sein ne se manifeste pas qu’avec une grosseur…et qu’une grosseur n’est pas forcément synonyme de cancer, voici les 12 symptômes à reconnaître :

Retrouvez les explications détaillées de chaque symptôme sur le site Know Your Lemons

 

La fondation a également développé une application gratuite qui apprend à distinguer entre des grosseurs normales et des changements qui doivent être signalés. Elle rappelle en outre à quel moment de son cycle il est le plus judicieux de procéder à son auto-palpation et enseigne comment reconnaître les 12 symptômes du cancer du sein.

 

Vous pouvez aussi tester vos connaissances en la matière grâce au quizz Breast Health IQ Test et tenter de battre mon modeste score de…34%. Et oui, il y a encore du boulot!

Vous l’aurez compris, la campagne et l’application Know Your Lemons sont à partager sans modération auprès de vos connaissances pour les rendre attentives à l’importance de l’auto-observation et de l’auto-palpation. Car rappelons que plus le cancer est détecté tôt, plus grandes sont les chances de survie.

Pour partager la campagne Know Your Lemons:

Laure Kaeser

Née d’une mère institutrice jurassienne et d’un père pasteur bernois, Laure Kaeser a grandi à Marseille jusqu’à 18 ans. La sociologie et la psychologie lui ont permis de casser certains codes sans renier ses racines. Docteure en socioéconomie et insatiable observatrice de la société depuis plus de 30 ans, son blog retranscrit ce que ses lectures, rencontres et réflexions lui ont apporté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *