Comment recueillir des témoignages de qualité sur Facebook

Au Temps, notre page Facebook a vocation à créer de l’audience sur le site. Mais pas uniquement: la puissance du réseau social est également un formidable outil pour trouver des informations. Nous l’utilisons de plus en plus pour aller chercher des témoignages de manière ciblée.

Dernier exemple en date: la publication d’un appel à témoignages pour produire une enquête sur Periscope et, plus généralement, sur l’usage du smartphone à l’école. L’application de vidéos en direct fait fureur dans les salles de classe. Les adolescents y racontent leur vie et filment leurs copains. Mais qu’en pensent les enseignants? Leurs cours sont-ils parasités par les smartphones? 

Les enseignants ne peuvent pas s’exprimer publiquement sans l’autorisation de leur hiérarchie. L’appel à témoignages, diffusé sur notre page Facebook le 3 mai dernier, a permis de libérer leur parole. A visage découvert ou de manière anonyme, ils ont été nombreux a faire part de leurs préoccupations.

Les publications ciblées, un moyen de toucher le public désiré… 

Grâce au ciblage, on peut atteindre rapidement un public précis. Il est en effet possible de cibler une publication en fonction du sexe, de l’âge, du lieu d’habitation ou encore des centres d’intérêts des utilisateurs. Une série de mots-clés, comme «education» ou «university», a permis d’affiner notre appel à témoignages. Le défi est ensuite de dépasser la communauté Facebook du Temps pour toucher plus de monde. Pour cela, nous avons utilisé le système de publicité ciblée qui permet de mettre en avant une publication pour une durée limitée et une somme raisonnable (environ dix francs). Résultat: une dizaine d’enseignants ont raconté très précisement leur quotidien dans les commentaires ainsi que dans des mails particulièrement étoffés.

ecran

 

«L’appel à témoignages a permis d’augmenter les chances de trouver des personnes qui veulent bien s’exprimer sur l’utilisation des smartphones à l’école, raconte Khadidja Sahli, journaliste au Temps et auteure de cette enquête. En lisant les commentaires sur la page Facebook du Temps, je me suis aussi rendu compte que mes premiers témoignages étaient assez représentatifs des préoccupations des enseignants»,  Elle a pris le temps de répondre à chacun des enseignants. La discussion s’est ensuite approfondie avec l’une des sources contactées. Un travail indispensable pour s’assurer de la véracité des propos tenus.

Lire aussi: Smartphone à l’école: faut-il le bannir ou s’en servir?

… et d’accélérer la production des enquêtes journalistiques

Ce n’est pas la première fois que nous utilisons les publications ciblées pour recueillir des témoignages. Pour réaliser une enquête sur les conditions de travail dégradées des banquiers privés suisses, nous avions publié au début de l’année un appel sur Facebook et une annonce dans les pages économiques du journal. Une quinzaine d’anciens banquiers reconvertis, ou de gérants de fortune actuellement au chômage avaient répondu à notre appel.

«L’annonce publiée sur Facebook a suscité beaucoup de réactions. Les divers témoignages recueillis ont confirmé nos présupposés et ont permis d’accélérer la production de notre article. Tout le défi était de réussir à incarner ce sujet», indique Sylvain Besson, notre rédacteur en chef adjoint et co-auteur de l’enquête sur le dégonflement de la place financière.

Lire aussi: Rachats, fermetures et dépeçages malmènent la gestion de fortune

Cibler les appels à témoignages sur Facebook n’aboutit pas à une montagne de messages à traiter, et heureusement. L’une de nos expérimentations a connu un bide retentissant. Le sujet était particulièrement délicat: l’engouement pour les armes à feu en Suisse romande

L’outil proposé par Facebook reste un complément aux méthodes d’enquête classiques: un solide réseau de sources qui permet d’identifier des interlocuteurs pertinents.

Une réponse à “Comment recueillir des témoignages de qualité sur Facebook

  1. C’ est interessant de savoir que vous essayez de vous orienter, entre autre, en dehors des reseaux sociaux…(ou on trouve de tout…et pas souvent sincere). par exemple, je ne reponds jamais dans les reseaux…(c’est trop dangereux quand on veut exprimer une opinion propre un peu different du troupeau).
    C’ est pour cela je trouve votre initiative “interessante” pour cerner davantage une reponse plus proche de la realite des sentiments de certains lecteurs. Le soi-disant “correct” ou la pensee unique ? Tous les jours j’apprends a me mefier de tout. Et souvent je me demande si on n’ est pas sur la voie d’un camp concentrationnaire (attention : dans le sens de manque de liberte de pensee…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *