The Global Crisis calls for an agenda which goes far beyond our comfort zone

The recent health  crisis left many of us feeling powerless and puzzled, even lost at times. Our everyday landmarks were shaken and we found ourselves second-guessing our own convictions, wondering about the true meaning of our daily behaviours. We were forced to wake up to our anxieties and we were placed face to face with our systems’ failures. For us, two important factors rise above all the others:  

First, the coronavirus crisis and its string of subsequent  damaging effects provides  a milestone against which we can assess the magnitude of the climate crisis and the consequences should we fail to honour the Paris Agreement’s engagements. They are the waves that eat our sand-castles at the beach; damaging, but we can rebuild it and prevent the waves from hitting again. Comparatively, the climate crisis represents a tsunami. 

Second, smart and collective actions are the best remedy against anxieties and systems’ failures. Whatever our role in society may be, everyone of us can take part in the change – the change for the better. By individually and collectively acting as a force for good we can generate impetus leading to a lasting change. We can forge a fair, sustainable, and bright future. A movement of movements that is transformative. And whose momentum becomes a strong wave, able to face and stop the climate crisis tsunami. 

A fair, sustainable, and bright future is one in which humans exist and live within  planetary boundaries. There are a dozen of them and they represent the limits not to go beyond if we as a community of societies are to thrive over the long term. Pushing these boundaries disrupts the balance between planetary and human ecosystems, thereby undermining the very stability on which we depend, such as a liveable temperature, healthy soils, the provision of pure air or access to food. The last century of human activity has put these boundaries at risk. But individuals, companies and governments are waking up to this reality and starting to act for change. The roadmap guiding their actions is that of regenerative systems. Positive social and environmental impact is at the heart of it, to not only reduce the harmful impact of our activities but rather shape positive feedback loops that eventually regenerate the ecosystems we interact with.

 

Each and every one of us, as part of  society, has a role to play to bring about this change. Here we explore a handful of initiatives that are paving the way towards a more desirable future. From the global to the individual level, mindsets are shifting and the values of collective intelligence, care and transparency are being put at the forefront. This change should have begun yesterday, so let’s put our heads and hearts to work now on the following: 

Imperative 21 

At the global level, the Imperative21 coalition is an initiative that’s advancing the ambitious goal of shared and durable prosperity. It comprises 72,000 SMEs and MNEs worldwide representing 18M employees, and more than €6,6T revenues amongst 150 industries and 80 countries, probably the most significant purpose driven business movement of our humankind! Together, they’re refusing the dogma of infinite economic growth on a planet with finite resources. They’re advocating for an overhaul of public and private policies around the imperative principle of creating long-term shared value for all stakeholders. . 

A revision of public indicators for measuring success and the need for appropriate regulatory frameworks both constitute strong public levers for change. The integration of social and environmental performance indicators in company success metrics, creating investment conditions dependent on impact reports and enforcing fiduciary duties that go beyond profit maximisation are currently private ones that individual businesses are alone responsible for. Change comes about with consensus on such actionable initiatives. Unlocking these levers would powerfully align private and public forces on the goal of regenerating the planet’s ecosystems and would strengthen businesses’ resilience. 

 

B Corps

This resonates with the movement of Certified B Corporation: businesses that meet the highest standards of verified social and environmental performance, public transparency and legal accountability to balance profit and purpose. Close to 3,500 companies are certified worldwide, committing to using the power of business as a force for good. They too are part of this coalition. 

European Commission

At the European level, the EU Commission opened two game-changing initiatives for public consultation: the European Green Deal (“European Climate Pact”) and the Directive on Non-Financial Reporting. Extending mandatory financial reporting to also include non-financial information is a crucial milestone because it provides the investment  industry with the data to redirect funds towards companies that measure (and improve on) their social and environmental impact. It’s also a way to have companies factor in the cost of their activities on the natural and social ecosystems, making it a powerful incentive for companies to improve their impact. Yet another step in the right direction to achieve shared and sustainable prosperity. 

Swiss Bankers Association

In Switzerland, headquarters of many Century-old banks, the lines are moving as well. The influential Swiss Bankers Association just released its position paper on sustainable finance, calling it “a chance” for the Swiss financial centre and stressing its strategic importance. Aside from its initiatives to foster the adoption of new international reporting standards – such as the abovementioned EU’s -, the Association states its support for a CO2 levy on all fossil fuels – a stance some may describe as a mini-earthquake in a country known for its fairly liberal model and preference to limit the intervention of the state. 

 

Responsible Business Initiative

Last, an initiative in the hands of the citizens. A referendum in November in Switzerland will gather public opinion about the transition towards a more sustainable and responsible economy. The “Responsible Business Initiative” mandates large companies to monitor the consequences of their activities on human rights and the environment, in Switzerland and abroad. It would create a legal obligation of due diligence and direct responsibility for the actions companies have within their “control”. The initiative has an extensive array of supporters, from civil society organisations to business representatives and politicians across the ideological spectrum. The most recent survey suggests the initiative will be carried with a margin of 78%  in favour. 

Coronavirus put our societies to the test and hit especially hard. Unfortunately, scientific evidence indicates that it might be nothing compared to the strength and intensity of the climate crisis ahead. We must shift gears now and engage fully in the transition from an extractive model to a regenerative one. If we don’t want to lose centuries of progress and wish to secure a liveable future, now is the time to act. Of course, so much remains to be created or redesigned that the task does seem daunting. Integrating the notion of planetary boundaries within all our interactions – personal, professional, commercial – will require us all to put our brains and hearts hard at work and to experiment, sometimes fail and then try again to succeed. Hope is not a mad man’s illusion. Hope is our strongest asset to bring about the change for a more equitable and sustainable future, to break the inertia of vested interests and to thrive in harmony with our living ecosystems. Hope shines brighter with every individual willing to change for the better. Let’s make our hopes a reality. 

 

For a desirable future. For greater resilience. For shared and sustainable prosperity.

Jonathan Normand & Sébastien Chahidi 

To explore this topic further:

La crise du coronavirus, revelatrice d’une nouvelle ère durable pour les entreprises

La pandémie de coronavirus pourrait être un tournant pour une conduite des affaires et des comportements responsables.  Dans le climat actuel, une entreprise qui vient à la rescousse de la société sans chercher à s’enrichir est un pari solide. Un consommateur qui questionne ses habitudes aussi.

Le climat actuel est propice aux questionnements et aux angoisses. L’incertitude a fait un retour fracassant dans nos vies. L’une des sources d’inquiétude majeures, en filigrane dans toutes les discussions, est la question économique. Notre économie va-t-elle se relever de cette catastrophe au long cours ? Quelles entreprises sauront survivre à l’adversité et trouver une nouvelle façon de prospérer ?

D’aucuns annoncent déjà un retour nécessaire à l’austérité, sous sa forme la plus sévère. En de telles périodes, certains bailleurs de fonds ne seront apaisés que par des mesures draconiennes visant à consolider les flux de trésorerie. Ce qui passe notamment par des réductions de salaire, des heures de travail supplémentaires et des licenciements. Les entreprises les plus touchées par la pandémie, notamment dans le secteur des voyages et du tourisme, du commerce de détail ou de la restauration, n’auront peut-être pas d’autre choix.

Pourtant, la stratégie qui consiste à resserrer les cordons de la bourse n’est pas le seul chemin possible – et pas forcément le plus judicieux à moyen et long terme.

Dans ces circonstances, être un investisseur actif prend un autre sens, une autre dimension. Les investisseurs se demandent maintenant ce que font les PDG pour protéger leurs écosystèmes plus larges composés de collaborateurs-trices, de client-e-s, de fournisseurs, et de la planète elle-même. L’OCDE a confirmé dernièrement le lien entre durabilité et résilience (voir OCDE Policy Brief). Au sein de B Lab et du mouvement BCorp nous observons la même dynamique : plus les entreprises sont durables – c’est-à-dire responsables, car elles prennent en compte toutes leurs parties prenantes, et pas seulement leurs actionnaires, et s’efforcent de servir un objectif plus important que les profits – mieux elles sont placées pour faire face aux crises, y compris sanitaires, et aux ralentissements économiques.

Cela explique pourquoi les fonds ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) ont été plus performants que leurs concurrents conventionnels. La communauté des investisseurs reconnaît la nécessité pour les PDG de répondre aux pressions urgentes, mais s’attend de plus en plus à ce qu’ils restent également concentrés sur leur impact social et environnemental à plus long terme.

Quel est donc le profil des entreprises les mieux placées pour faire face à l’imprévisibilité de l’environnement post-pandémique ? Et plus globalement aux défis de la décennie à venir.

Nous avons déjà pu constater que les entreprises certifiées BCorp sont plus résilientes que les autres lors des crises. Cette observation faite en 2008 semble se confirmer aujourd’hui également, malgré une crise bien différente en termes d’externalités. Les atouts des entreprises BCorp préfigurent donc les caractéristiques des entreprises du futur en étant pleinement à l’écoute des parties prenantes y inclut l’environnement, en voici 4 caractéristiques fondamentales :

Tout d’abord ces entreprises gardent des finances saines. Les sociétés qui ont rompu avec la doctrine de la primauté de l’actionnaire ont tendance à éviter de surendetter leur bilan, résistant ainsi à l’attrait des rachats d’actions excessifs et des dividendes extraordinaires. Ces entreprises se montrent désormais plus aptes à accéder aux marchés des capitaux, malgré le ralentissement actuel. Celles qui n’ont pas su faire ce choix, doivent faire appel à des lignes de crédit à des coûts énormes parce que leurs entreprises sont déjà endettées, ce qui les expose à couper les coûts comme les emplois ou pire les conduira à des faillites.  .

Deuxièmement, ces entreprises développent leur capital humain en soutenant leurs collaborateurs-trices, notamment dans les soins de santé, la formation continue et un cadre de travail bienveillant. Elles bénéficient donc d’une main-d’œuvre plus loyale et plus engagée. Il s’agit d’une main-d’œuvre prête à faire un effort supplémentaire pour assurer la continuité des activités et protéger les actifs et la réputation de l’entreprise en ces temps de stress. Un capital humain qui est résolument d’une valeur inestimable.

Troisièmement, ces entreprises traitent leurs fournisseurs comme des partenaires et protègent activement leurs chaînes de valeur, très souvent axé sur un principe de proximité. Des mécanismes de facilité de paiement et de dialogue continu fondent une stratégie à long terme de collaboration, bénéfique en temps normal. En période troublée, cela devient un avantage compétitif unique. Elles subiront moins de perturbations et seront avantagées lorsque l’économie redémarrera finalement car les relations auront été maintenues et la confiance renforcée.

Et pour la quatrième, ces entreprises méritent et gagnent l’estime de leurs clients. Elles s’en sortent naturellement mieux devant le tribunal de la presse et de l’opinion publique. Il est frappant de constater à quel point les médias notent les bons et les mauvais comportements du secteur privé. Mais les réactions sont aussi individuelles et quantifiables. Un consommateur sur trois punit déjà les marques qui réagissent mal à la crise en n’achetant plus leurs produits, selon un récent rapport spécial du baromètre de confiance Edelman qui a interrogé 12’000 personnes dans le monde.

Le coronavirus sera-t-il un tournant décisif pour les entreprises responsables ? Il est trop tôt pour le dire. Mais le monde qui sortira de cette crise COVID-19 sera forcément différent.

Après avoir procédé à d’énormes plans de sauvetage, de nombreux gouvernements vont probablement s’intéresser de plus près aux dynamiques de performance des entreprises et à ce qui fonde leur résilience. L’augmentation des déficits budgétaires s’accompagnera d’une hausse de l’impôt sur les sociétés. Mais ce sera aussi une opportunité de faire preuve de créativité et d’appliquer de nouveaux mécanismes. On peut penser notamment à une taxe permettant de financer les réformes structurelles, par exemple une micro taxe financière. Plus globalement, une fiscalité incitative de pratiques durables verra probablement le jour, comme elles constituent le cœur d’un tissu économique résilient. La réflexion autour de leur intégration dans les traités commerciaux a commencé – timidement – et va s’accélérer. Ce mouvement a le potentiel d’atténuer les inégalités et, en bout de chaîne, les troubles sociétaux.

Les entreprises responsables ont un rôle crucial à jouer dans les mois et les années qui viennent. Au-delà d’assurer leur propre survie et d’offrir la sécurité à leurs partenaires et à leurs employés, ces entreprises peuvent contribuer à surmonter la crise sanitaire puis économique, à court, et à long terme. La COVID-19 a un impact sur l’ensemble du monde économique et de la société, de la préservation de la santé aux moyens de subsistance. Dans son document COVID-19 and Responsible Business Conduct, l’OCDE offre des pistes intéressantes, telles que l’augmentation de la résilience des chaînes d’approvisionnement ou la répartition équitable des bénéfices des mesures de relance, en suspendant par exemple temporairement les dividendes des entreprises qui en ont bénéficié. Autant de domaines dans lesquels les entreprises responsables peuvent se démarquer et marquer des points en vue de se positionner comme meilleures pour le monde.

Si l’avenir n’est pas encore certain, il est cependant plausible que les entreprises qui défendent une vision à long terme – celles qui pensent au-delà du prochain trimestre, qui considèrent la situation dans son ensemble et font preuve de compassion et de dextérité –  soient sur la bonne voie.

Dans cet avenir indéterminé, l’agilité et l’intelligence collective seront les meilleurs atouts d’une entreprise. Les entrepreneurs qui adoptent rapidement une vision holistique et se mettent davantage à l’écoute de leurs employés, des chaînes de valeur et de la société en général, auront un avantage indéniable. Ces entreprises reconnaîtront que le besoin pressant de créer une société plus équitable et durable n’a pas disparu, mais s’est accru de façon spectaculaire. Leur sensibilité et leur humanité leur permettront de naviguer les eaux troubles de cette crise.

Quant à ceux qui se bornent encore à maximiser leurs profits à tout prix, ceux dont l’horizon se limite à leurs rendements financiers étroits, ceux qui ignorent l’intérêt général… Ceux-là risquent de se réveiller avec une sacrée gueule de bois.

Imperative21- De l’urgence climatique à l’après-Covid-19

6 minutes – 1/5 Les impératifs du nouveau monde 

Télétravail, achat local, solidarité, prise de conscience des rares éléments « essentiels » et des nombreux aspects « utiles » ou plutôt … « futiles » de nos vies ou encore introspections sur les composantes du bien-être. Parmi les innombrables articles, reportages et vidéos sur le coronavirus, un thème a fait sa place et bénéficie d’un traitement sans cesse renouvelé : la remise en question de nos habitudes, de nos comportements individuels et collectifs, plus largement, de nos acquis.

L’exercice peut être appliqué à chacune des facettes de nos quotidiens et amène invariablement à une même interrogation : cette crise va-t-elle consolider les transformations nécessaires pour assurer un développement sociétal viable dans les limites planétaires ? Quels changements subsisteront une fois la pandémie passée ? Et comment ancrer durablement les plus souhaitables d’entre eux ?

Je vais aborder ces changements dans ce billet de blog. En particulier les changements dont l’impact social et environnemental sera positif. En dresser la liste s’avérerait vain, tant la variété de nos actions individuelles et collectives dont l’impact pourrait être amélioré est grande, pour ne pas dire infinie. En revanche, les principes fondamentaux qui devraient guider leur mise en œuvre ne se comptent, eux, que sur les doigts d’une main. Ce sont ces principes d’implémentation que je vais décrire et, avant tout, les initiatives concrètes de réalisation du changement.

L’intelligence collective, la bienveillance, le respect et une approche tout à la fois scientifique et régénératrice des ressources planétaires seront les plus solides garants d’un changement de paradigme assurant les meilleures chances de survie de nos écosystèmes à long terme. Toutes les sphères dans lesquelles nous évoluons doivent fonder leurs réflexions et leurs actions sur ces valeurs fondamentales, de la refonte des principes de libre-échange à l’éducation. Chacune d’entre elles en bénéficiera car aujourd’hui déjà elles sont interdépendantes. Aucune ne peut opérer en isolation, comme le met en lumière la crise que nous traversons. Adopter ces valeurs permettra donc de renforcer la résilience de l’ensemble des écosystèmes, humains et naturels.

En pratique, une initiative d’importance mérite d’être citée en exemple : la coalition Imperative21. Fondée sur le constat d’une indispensable collaboration – l’intelligence collective, on y revient – elle regroupe des acteurs des sphères économiques autour de la rédaction de « principes économiques impératifs pour un changement de système économique ». À l’heure où ces lignes sont rédigées, elle représente 72’000 entreprises, près de 20 millions de collaborateurs.trices, plus de 6’000 milliards de francs suisses de revenus, représentant 150 secteurs d’activité et 80 pays. Uni.e.s derrière la remise en cause du principe de la croissance à tous crins et l’établissement de « règles du jeu » maximisant les chances d’une prospérité partagée et régénérative des écosystèmes.

Les attentes grandissantes du grand public mettent en évidence les errances de leadership dans un système aux incitatifs mal alignés et aux normes sociétales contradictoires

En essence cette initiative consistent à promouvoir la création de valeur partagée à long terme, à proposer un nouveau récit, à établir de nouveaux indicateurs de mesure du progrès (voir Bonheur national brut: dépasser le dogme de la croissance), et à promulguer de nouveaux incitatifs tant fiscaux que réglementaires dans le cadre d’une refonte des politiques publiques axée autour de ces principes impératifs. Ce qui induit par exemple de repenser la forme corporative vers des modèles coopératifs ou encore de drastiquement modifier les programmes éducatifs afin d’équiper avec les bons principes et bons outils les “actifs” de demain.

Ces propositions vont par exemple soutenir le débat sur la modification de l’obligation fiduciaire des sociétés pour mettre les responsabilités sociétales et environnementales au même plan que celles du plan économique, une première solution structurelle pour la gestion durable régénérant les ressources planétaires. Ces suggestions, celles que j’ai décrites ici et celles qui les accompagnent, sont issues de la consultation en cours entre les membres de la coalition. Elles feront ensuite l’objet de recherches scientifiques qualitatives et quantitatives, avec entre autres comme objectif d’en présenter une sélection lors de l’assemblée générale des Nations-Unies le 24 septembre prochain à New York.

Ce que nous pouvons déjà constater, à travers la construction de cet ambitieux agenda, c’est qu’un travail collectif pour l’intérêt général, soutenu par une volonté de changement, peut aboutir à des propositions concrètes, crédibles et actionnables. (exemple des milliers de Benefit Corporation dans le monde qui ont intégré ces éléments) )

On ne soulignera jamais assez l’urgence vitale qu’il y a à agir, chacun.e à notre niveau, quel que soit notre rôle, pour tirer tous ensemble à la même corde du progrès collectif et «à faire avancer les choses» en dépit de l’inertie initiale parfois maintenue sciemment. Si la crise du coronavirus met nos systèmes à rude épreuve, ce stress-test n’est malheureusement qu’une version allégée de ce qui nous attend avec la crise climatique, migratoire et alimentaire. Se contenter d’atténuer les effets ne suffit plus. Pour reprendre la vision de Bill Reed, conseiller scientifique du Capital Institute qui guide nombre de mes travaux, nous devons améliorer l’impact environnemental et social positif de nos pratiques afin de les rendre durables, pour arriver à des actions qui restaurent nos écosystèmes. Seulement alors pourrons-nous réconcilier nos activités humaines avec le cycle de la Nature pour atteindre ultimement un système régénératif.

Cette transition d’un système dégénératif et dispendieux vers un système régénératif et économe en ressources constitue la planche de salut pour un futur basé sur la prospérité partagée. La responsabilité pour la mener tient avant tout à des mesures structurelles fortes (comme le suggère l’impact sur l’atmosphère des mesures de confinement, là où les appels à la responsabilité peinent depuis des années) qui repose sur nos épaules à tou.t.es tant au niveau individuel que par le geste collectif des politiciens, notre pouvoir politique démocratique et bien évidement celui du monde économique.

Pour les questions de financement, des pistes sérieuses existent comme la taxe sur les transactions financières, qui pourrait soudainement trouver écho et soutient. (voir Une solution trop simple pour plaire )

 

« From ‘Shifting Our Mental Models’ by Bill Reed, 2006”

Je conclus avec la récente interview, de Pierre Rabhi – exemple vivant (et heureux) de l’épanouissement par la sobriété – qui nous a rappelé que « cette crise sanitaire est une leçon magistrale : l’homme n’est pas tout puissant face à la nature ». Il ne l’est pas, il ne le sera jamais et il ne devrait pas aspirer à l’être. Plus que jamais mettons à profit cette crise qui provoque des bouleversements dans nos modes de vie et dans nos acquis pour nous réunir autour de grandes idées, pour reconstruire ensemble l’espoir, et pour mettre en œuvre de manière crédible les changements dont nous – et les écosystèmes qui nous entourent – avons urgemment besoin.

Alors si ce 4 mai, à la reprise des activités parlementaires, je devais faire un appel, il serait de s’assurer dans un esprit non partisan, de repenser la feuille de route de notre société, en gardant en main la boussole humaniste qui nous permettra d’offrir un monde viable et vivable à nos enfants, l’unique vraie dette à moyen et long terme.

Pour un futur désirable. Pour plus de résilience. Pour une prospérité partagée et durable.

Pour aller plus loin :

L’intelligence collective suisse pour trouver des solutions face au COVID-19

Pour faire face à à cette crise du COVID19, il nous faut des solutions innovantes et courageuses, que ce soit pour les enjeux sanitaires, les solutions éducatives, ou encore trouver les moyens de minimiser les impacts économiques, ceci tout de suite ainsi que pour la période qui suivra la période aiguë de cette pandémie.

Les citoyens suisses s’organisent, petite revue du mouvement #VersusVirus non conventionnel qui fait appel à tous pour collectivement agir, avec plus de 500 challenges qui ont été proposé ces 5 derniers jours et à l’heure de cette publication plus de 3’000 personnes inscrites.

Inspirés par #WirVsVirus Hackathon (15 000 participants en Allemagne) et HackCrisis (Pologne), l’initiative #VersusVirus Suisse s’est organisée pour développer des idées et des solutions dans la lutte face au Covid-19.

Cette grande réunion (hackathon) virtuelle va se dérouler du 3 au 5 avril 2020 dans toute la Suisse sous le patronage du Département fédéral de l’intérieur (DFI) et du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Il utilise l’intelligence collective de chaque citoyen et citoyenne, des chercheurs, d’experts, de spécialistes en technologie pour développer des idées et des solutions nouvelles pour traiter et combattre le virus corona et ses conséquences sur notre société, notre économie nos modes de vie.

Soutenu par de nombreuses personnalités telles que Bertrand Piccard, le professeur Didier Pittet des HUG ou encore le sportif Pat Burgener, un appel est lancé pour réaliser une action collective, unique autour des défis que nous rencontrons actuellement ou que nous affronterons à l’avenir dans les domaines suivant:

Alors, inscrivez-vous jusqu’à ce soir 19h sur www.versusvirus.ch et peut-être que nous nous retrouverons dans une salle virtuelle, pour ensemble construire les solutions et peut-être l’infrastructure d’une société viable et durable de demain!

La conversation que nous devons avoir maintenant : réinventer notre civilisation

Chaque rupture a deux facettes : les éléments que nous devons abandonner et ceux qui sont sur le point d’émerger. En ce qui concerne le lâcher prise, il est intéressant de voir à quelle vitesse nous pouvons nous adapter en tant que communauté globale. Soudain, nous constatons que plus de la moitié des réunions avec lesquelles nous avions tendance à remplir nos emplois du temps ne sont peut-être pas aussi nécessaires, aussi essentielles que nous les avions jugées, après tout. Alors pourquoi nous occupons-nous de choses qui ne sont pas essentielles ? C’est une excellente question à poser. 

La prochaine question pourrait être : Si nous abandonnons tout ce qui n’est pas essentiel – que reste-t-il ? C’est une autre grande question (ou “mantra”) à méditer. Quelle que soit la réponse qui émerge pour vous de cette réflexion, gardez-la dans votre cœur. 

Et puis, une troisième question à considérer pourrait être celle-ci : Et si nous utilisions cette rupture comme une occasion de laisser tomber tout ce qui n’est pas essentiel dans notre vie, dans notre travail et dans nos routines institutionnelles ? Comment pourrions-nous réimaginer notre façon de vivre et de travailler ensemble ? Comment pourrions-nous redéfinir les mécanismes de base de notre civilisation ? Ce qui signifie en fait : comment pouvons-nous réimaginer nos systèmes économiques, démocratiques et d’apprentissage de manière à combler les fractures écologiques, sociales et spirituelles de notre époque ?

C’est la conversation que nous devons avoir maintenant. Avec nos cercles d’amis. Avec nos familles. Avec nos organisations et nos communautés. S’il y a une chose que j’ai apprise des crises précédentes dont j’ai été témoin, comme la crise financière de 2008, c’est ceci : la même crise a tendance à avoir un impact très différent sur les différentes organisations, selon la façon dont les dirigeants – et les personnes ou les acteurs du changement en général – réagissent à cette situation.

Que ce soit en fermant les yeux et en se figeant (c’est-à-dire en opérant à partir de la moitié supérieure de la figure ) ou que ce soit en se rapprochant et en s’ouvrant (c’est-à-dire en opérant à partir de la moitié inférieure de la figure ). J’ai également constaté que, même au sein d’une seule organisation, certains dirigeants peuvent faire preuve de l’une de ces réactions (se mettre des oeillères), tandis que d’autres en font preuve d’une autre (se connecter aux personnes au moment de la vulnérabilité). La différence d’impact est tangible et profonde : le premier groupe d’équipes se sépare, tandis que les autres ont tendance à se regrouper à des niveaux de résonance collective jamais vus auparavant”.

 

Ceci est un extrait adapté et traduit de l’article d’Otto Scharmer que vous pouvez retrouver en intégrale ici :

Eight Emerging Lessons: From Coronavirus to Climate Action 

Changement de paradigme vers une économie “des parties prenantes”: comment positionner la Suisse comme leader et engager son secteur privé?

Alors que le monde est secoué par de nombreuses révoltes et protestations face à une crise climatique et sociétale, le système capitaliste “traditionnel” montre de plus en plus des signes de tressaillement. Le dénouement de la conférence de l’ONU sur le Changement climatique (COP25) la semaine dernière à Madrid démontre le manque d’efficacité des politiques publiques. Après deux semaines de négociations exceptionnellement longues, les états n’ont pas réussi à parvenir à un accord sur les règles des marchés de carbones internationaux.

Le manque d’engagement de la part des gouvernements appelle le secteur privé à accélérer ses efforts pour répondre aux défis du changement climatique et contribuer, de manière plus large, à l’Agenda 2030.

 

Net-Zero-Logo.png

C’est dans cette perspective que plus de 500 entreprises dans le monde, dont 15 entreprises suisses, ont pris l’engagement formel et public lors de la COP 25, de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et d’atteindre le zéro net carbone d’ici 2030. Leur mobilisation constitue l’action climatique la plus large et la plus transformative jamais engagée  par un collectif mondial d’entreprises. (pour en savoir plus www.blab-switzerland.ch/net-zero-2030 )

Au cours des dernières décennies, les entreprises ont basé leurs modèles d’affaires sur la maximisation du profit, contraints de rendre des comptes à leurs actionnaires. Des milliers d’entreprises sont désormais en train d’expérimenter une nouvelle façon de faire des affaires en se basant sur des valeurs plus fortes et durables, et prenant en compte les besoins de toutes les populations et la planète. Elles se positionnent ainsi comme des actrices de changement, responsables – au côté des gouvernements et de la société civile – d’un avenir commun global. Ces entreprises font émerger une économie à impact positif et entraînent un profond changement des consciences. 

Le mouvement B Corp aborde ce changement de paradigme depuis plus de 10 ans et constitue une partie de la solution globale quant au rôle du secteur privé comme agent de développement. 3200 B Corp certifiées ont déployées leurs activités dans une vision de l’économie, où le succès est mesuré par le bien-être des personnes, des communautés et le respect du capital naturel. 

Par ailleurs, la vision du mouvement coïncide avec la notion de “Stakeholder Capitalism”  (capitalisme des parties prenantes) qui gagne progressivement du terrain dans l’économie mainstream. Le Forum économique mondial lance d’ailleurs un nouveau “Manifesto de Davos” qui définit et encadre les Responsabilités d’une entreprise à l’égard de ses parties prenantes. Celles-ci comprennent en dehors ses actionnaires, ses clients, ses employé-e-s, ses fournisseurs et la société au sens large. Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial le mentionne ainsi:

Les chefs d’entreprise ont donc une opportunité majeure. En donnant un sens concret au “stakeholder capitalism”, ces derniers peuvent aller au-delà de leur devoir légal et répondre aux besoins criants d’une société qui ne cesse de lancer des appels. Ils peuvent contribuer à la réalisation d’objectifs sociétaux plus larges, tels que l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable de l’ONU.”

 

Comment la Suisse se positionne-t-elle pour instaurer cette dynamique de changement ? 

Dans un rapport de cette année, le Conseil de l’organisation du territoire relève cinq tendances globales qui affectent la Suisse aujourd’hui: la mondialisation, la numérisation, l’individualisation, la croissance démographique majoritairement due à l’immigration et le changement climatique (COTER, 2019). Pour faire face à ces défis sociaux et environnementaux, dont certains comportent à la fois des risques et des opportunités, la Suisse doit se positionner comme leader pour renforcer et à accélérer l’engagement du secteur privé dans la réalisation des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies. 

Dans cette perspective de changement, B Lab Suisse lance dès janvier 2020 le Swiss Triple Impact (STI), un programme d’engagement dont les solutions innovantes (telles que le B Impact Assessment et le SDG Action Manager) permettent aux entreprises du secteur privé suisse de mesurer leur impact socio-environnemental et identifier des opportunités concrètes d’améliorations. Ce programme inclusif invite les entreprises suisses de toutes tailles et tous secteurs à participer. Elles seront soutenues dans leur démarche tout au long d’un programme de trois ans en partenariat avec tous les acteurs existants dans le régions pour réaliser une transformation mesurable. 

Le STI vise à transformer l’économie en profondeur en soutenant les individus qui utilisent les affaires comme une force pour l’intérêt général. De plus, il fournira un diagnostic compréhensif de l’impact des entreprises suisses sur la société, l’environnement et l’économie.

Comment opérerons les entreprises du 21ème siècle

Relever les urgences sociales et environnementales nécessite, pour ainsi dire, une nouvelle forme de “licence pour opérer”, dépassant les obligations financières envers les actionnaires et s’étendant aux intérêts non-financiers. Le respect de normes sociales et environnementales élevées devraient permettre d’aller au-delà du “business as usual” dans une démarche de progrès. 

Oui, nous nécessitons de la réactivité et de l’action dès maintenant pour remodeler le capitalisme prenant en compte l’urgence environnementale et les pressions sociales.   

 

Le financement de la transition écologique: une solution trop simple pour plaire?

Demain, lors du Forum des 100, les participants auront l’occasion de discuter des enjeux de durabilité pour la Suisse et rencontrer les femmes et les hommes engagés sur les enjeux de transition écologique, énergétique et économique.

Je participerai à une session l’après-midi pour échanger sur des pistes concrètes autour de la thématique Transition socioéconomique et politique  , je suis donc en réflexion préparatoire depuis quelques jours… et il se trouve qu’aujourd’hui, lors d’un cours que je donnais à des entrepreneurs sociaux dans le cadre du CAS en entrepreneuriat sociétal de la HEG Fribourg, la fameuse question est posée!

Quelles solutions SIMPLES, efficaces et effectives peuvent être rapidement déployées pour financer la transition écologique?

J’en ai bien une en tête qui m’anime depuis plusieurs années… mais elle est trop simple et sur le tapis depuis plus de 45 ans (Tobin) sous différentes formes et avec différents buts:  la taxe sur les transactions financières.

Cette proposition, dans une version s’appliquant à tous, au niveau du pays (citoyens, entreprises, paiement électronique, trading etc..) aurait comme spécificité et objectif unique de financer les projets de transition sociétale et environnementale répondant ainsi par la même occasion aux objectifs de l’Agenda 2030.

Cette taxe, sous une forme universelle à l’échelle de la Suisse, est reproposée depuis 2016 par Marc Chesney, professeur à l’Université de Zurich (voir article ici ) . Selon le taux, entre 0.1% et 0.2%, cette taxe est indolore pour les ménages et PME… un peu moins pour le trading à haute fréquence. La projection basse, estimée entre 50 et 200 milliards par année, permet d’ébaucher quelques projets d’envergure pour un petit pays si dépendant de ses relations extérieures.

  • Sa mise en oeuvre techniquement est aussi très simple et faisable;
  • Le côté législatif / juridique un peu moi certainement, mais avec un peu de courage et de cohérence, faisable dans un calendrier proche
  • La déployer dans un temps limité comme une mesure d’urgence, sur 4 ou 5 ans maximum

Mais alors pourquoi ça ne bouge pas, me questionne-t-on? 

Alors, je lance le processus d’analyse habituelle: fondement/capacité technique, juridique, culturel, quelles sont les parties prenantes impactées … rapidement, au-delà de l’idée que nos citoyens ne comprendraient pas l’urgence, me vient la réflexion suivante: si les projets et les enjeux de la transition (énergies, transports, agricultures, prestations sociales, biodiversité, décabornisation des industries, éducation et formation, dotation pour un fonds de transition soutenant les PPP, etc…) disparaissent de l’agenda et des débats politiques, sur quels dossiers nos politiciens vont-ils pouvoir s’époumoner ?

Mon humble appel et manifeste est le suivant: dépensons quelques deniers et discussions constructives sur cette question de financement de la transition par une taxe financière universelle afin de se mettre à l’action! Et mettons nos coeurs et nos cerveaux en mouvement pour construire la résilience si cruciale à notre pays.

Constitution fédérale de la Confédération suisse: Article 2 : Elle favorise le développement durable

 

N.B: Les marchés publics, dont la valeur totale s’élève à quelque 41 milliards de francs par année, représentent un segment important de l’économie suisse. Comment s’applique l’article 2 de la Constitution fédérale dans les marchés publics? Comment la TVA pourrait prendre en compte les externalités négatives sociétale et environnementale?

TVA Circulaire et d’impact à suivre.

Ce que l’intelligence artificielle (IA) peut nous apprendre sur les entreprises et les dérives du capitalisme actionnariale

Il est temps de changer le système d’exploitation (OS) de l’économie et d’utiliser le monde des affaires comme force positive. 

“Que nous confions nos décisions à des machines en métal, ou à des machines en chair et en os que sont … les entreprises, nous ne recevrons jamais les réponses justes … à moins que nous ne posions les bonnes questions.” Norbert Wiener, Cybernétique et société. L’usage humain des êtres humains (1950)

Depuis qu’il y a des ordinateurs, on craint que leurs capacités ne se déchaînent. Dans le monde d’aujourd’hui caractérisé par des capacités technologiques et commerciales mondiales interdépendantes, les mêmes préoccupations s’appliquent aux grandes entreprises qui, à l’instar de nombreux systèmes d’IA (machines apprenantes), sont régies par des règles, des commentaires et une amélioration continue.

Les machines peuvent-elles devenir trop intelligentes?

L’inquiétude vis-à-vis de l’IA n’est pas que les machines soient diaboliques – mais plutôt que ce sont des machines qui font exactement ce que nous demandons, mais ne le font que trop bien. Nick Bostrom a imaginé une machine conçue pour fabriquer des trombones. Grâce à une auto-amélioration continue, la machine commence à transformer en trombones tout ce qui est à sa portée. En raison de la puissance de calcul de la machine, nous avons bien du mal à l’empêcher de convertir tout l’univers en trombones.

L’exemple est ridicule, mais souligne que les machines sont programmées pour effectuer des tâches sans contexte, ou ce que l’on pourrait nommer le «bon sens». Les bonnes intentions qui ont déjà mal tourné sont un problème pour l’IA d’aujourd’hui: les systèmes destinés à éliminer les stéréotypes les reflètent souvent, car les algorithmes ne reconnaissent pas les biais des données qu’ils collectent.

Des machines de chair et de sang

Les ordinateurs ne sont pas le seul type de machine présentant ce problème. Les organisations, y compris les entreprises, sont également des machines de traitement de données. Les données entrent- la disponibilité et le prix de l’offre, la demande des clients, les règles, les perspectives économiques – et les entreprises les utilise afin de déterminer le moyen le plus efficace de créer des biens et des services.

Comme toute bonne IA, les entreprises ont des boucles de rétroaction et des cycles d’auto-amélioration. Alors que les chiffres des ventes, les bilans et les bonus fournissent tous une rétroaction intermédiaire, un cycle de rétroaction domine: la valeur des actions. Une valeur d’action élevée est synonyme de succès. Une valeur d’action faible est un signe d’échec ou (sera commenté) qu’elle ne reflète pas pleinement la valeur. Les PDG ne disent jamais: «Oui, le prix de nos actions a chuté, mais c’est parce que nous avons pris un certain nombre de mesures pour aider les employés, les clients et la communauté ou encore pour réduire notre empreinte carbone ou participer à réduire la pauvreté. Ces mesures ont réduit notre rendement financier, mais nous pensions que c’était le bon équilibre pour apporter une stabilité sur le moyen ou long terme.»

Pourquoi les entreprises ne peuvent-elles pas fièrement concilier valeur d’action pour les Droits Humains ou la durabilité environnementale?

La première loi de la dynamique d’entreprise

Les marchés des capitaux s’attendent à ce que les entreprises créent de la valeur pour leurs actionnaires dans un premier temps, du moins à long terme. Bien entendu, il est fréquent que la valeur d’une action coïncide avec une valeur sociale et environnementale, comme une entreprise qui développe une source innovante d’énergie renouvelable. Ainsi, les entreprises «réussissent souvent en faisant du bien». Mais voici le problème: Si la première Loi du processus d’entreprise est de «créer de la valeur pour les actionnaires», les entreprises ne feront pas le bien si elles ne peuvent pas bien le faire.

De plus, elles le feront «mal» si cela est légal et augmente le rendement pour les actionnaires; cela s’appelle «l’équilibre du marché».

Et les mauvaises entreprises peuvent être très rentables, car les avantages de choix irresponsables reviennent entièrement à l’entreprise concernée, tandis que les coûts sociétaux et environnementaux sont répartis sur l’ensemble de l’économie. Ce désalignement incite à contribuer au risque climatique, aux inégalités et à la corruption – des problèmes qui créent des souffrances et une instabilité partout dans le monde, et finissent par nuire aux investisseurs ordinaires, qui diversifient leurs portefeuilles et dépendent des marchés en hausse pour leur retraite et d’autres objectifs à long terme.

Ainsi, le choix d’une entreprise d’utiliser un carburant bon marché mais polluant l’affectera peu du point de vue de l’environnement, mais toutes les économies de coûts seront réalisées, ce qui lui permettra de nuire à la concurrence et d’accroître les rendements pour ses actionnaires. Cette course descendante se répète tous les jours dans le paradigme de la « primauté actionnariale», selon lequel la concurrence entre entreprises est autorisée à l’emporter sur les préoccupations des «éco» systèmes dans lesquels ces entreprises opèrent.

Un nouveau premier principe pour les entreprises

Nous devons reprogrammer notre système financier, notre économie en établissant un nouveau premier principe : La première Loi de la dynamique des entreprises devrait consister à préserver les systèmes dans lesquels notre économie est ancrée. Les entreprises ne devraient commencer à fournir des rendements aux actionnaires que si cette condition est remplie.

Une licence pour opérer et déployer pleinenement la force entrepreneuriale qui prend en compte ses parties prenantes incluant l’environnement.

Le principe de la valeur pour les actionnaires a évolué parce que les entreprises doivent attirer des capitaux privés pour produire les biens et services sur lesquels nous comptons. Mais soumettre la valeur de cet actionnaire à un impératif de ne causer aucun préjudice ajouterait le « bon sens » au système d’exploitation de l’entreprise. Cela profitera à la plupart des investisseurs, qui sont diversifiés sur les marchés et qui supportent les coûts environnementaux et sociaux externalisés en tant qu’actionnaires d’autres sociétés et en tant qu’êtres humains vivants dans le monde.

Mais si le retour actionnarial reste la première des priorités, les entreprises continueront de chercher un avantage, quel que soit leur coût, sur leurs concurrents et leur capital, et continueront à lutter contre les lois et réglementations qui protègent notre planète et notre avenir, chaque fois qu’il est rentable de le faire. Contrairement à l’invasion des trombones, les menaces de la première machine actionnariale sont réelles, et s’aggravent: Si nous voulons réduire le risque climatique, les inégalités croissantes et l’instabilité systémique, le plus pragmatique serait de changer le système d’exploitation du premier acteur de l’économie: l’entreprise.

 

Cet article est inspiré et adapter de l’article de Rick Alexander ains que du nouveau livre de John Brockman, Possible Minds, qui à solicité l’avis d’ un large éventail d’experts pour réfléchir à l’héritage de Norbert Wiener dans le domaine de l’intelligence artificielle. Alors que les essais se concentrent principalement sur la technologie, les thèmes abordent des questions plus larges soulevées par les systèmes autonomes, notamment la nécessité de réexaminer la fonction des sociétés.

Leadership systémique et bonheur dans les organisations

La question du bonheur et du bien-être est très tendance en ce moment. Dans les sociétés capitalistes, les indicateurs de bien-être sont principalement basés sur le produit intérieur brut (PIB) d’un pays ou l’IDH (indice de développement humain). Face aux enjeux sociaux et environnementaux émergents, les professionnels et scientifiques sont à la recherche de nouveaux indicateurs permettant d’évaluer le bien-être d’une société et le bonheur de ses citoyens.

Mais le bonheur peut-il vraiment se mesurer ? Le taux de croissance, calculé sur la variation du PIB, va-t-il disparaître au profit d’un indice du progrès basé sur le bien-être ?

Les enjeux globaux qui s’opèrent dans le monde font que les réflexes empiriques rassurants ne sont plus adaptés à l’accélération des transformations de notre société. La pensée systémique bienveillante aide les dirigeants à comprendre l’interconnexion, leur permettant ainsi d’avoir un impact sur l’organisation et son environnement afin de s’assurer qu’elle n’en soit pas déconnectée.

Même si je reste critique sur la notion de bonheur en entreprise, j’ai eu le plaisir d’intervenir dernièrement dans le premier module du CAS Bonheur en organisation (Certificat of Advance Studies) de la HEG, un programme pionnier au niveau international afin de se former, notamment, pour développer des stratégies économiques, sociales et environnementales bienveillantes, donc résolument de façon plus humaine, responsable et résiliente.

Pour préparer mon intervention, j’ai souhaité établir les liens entre le standard d’évaluation d’impact développé par B Lab (B Impact assessment) et le cadre d’évaluation du Bonheur National Brut (indice et indicateurs développés par le royaume du Bhoutan) qui est basé sur quatre piliers qui sont la culture, l’environnement, le développement socio-économique et la bonne gouvernance. Sans grande surprise, les deux sont très alignés quand mis en perspective de l’entreprise, de ses pratiques et la mesure des externalités (impacts sociétaux et environnementaux).

Plus largement, ce fut pour moi un plaisir de participer à un programme qui mise sur une approche axée sur le système au sens large pour aborder la transformation par l’individu et l’organisation. J’interviens dans de nombreux cursus de formation en Suisse et à l’étranger et trop souvent les approches restent construites en silo. Au-delà du courage (vient du latin “cor” , le coeur) académique d’aborder holistiquement le développement économique et sociétal, c’est un levier stratégique pour s’assurer que les organisations soient équipées pour accueillir le nouveau paradigme de développement actuel.

Le mois de mars est placé sous l’hospice des célébrations bienveillantes, que ce soit avec le 20 mars proclamé Journée internationale du bonheur ou pour le mouvement des 2’800 BCorp qui vont toutes célébrer la signature de la déclaration d’interdépendance associée à leur certification. Une occasion de reconnaître la nécessité de percevoir la croissance économique dans une optique plus large, plus équitable et plus équilibrée, qui favorise le développement durable, l’élimination de la pauvreté, ainsi que le bonheur et le bien-être de tous les peuples.

 

Responsabilité des entreprises : du changement en 2019 ?

La nouvelle année vient à peine de commencer et dans l’écho des turbulences européenne et international, on perçoit encore plus le besoin de réaligner le rôle des entreprises avec les Objectifs du Développement Durable (ODD) de l’Agenda 2030. En Suisse, la question de la responsabilité des entreprises occupe le devant de la scène médiatique. La visite en Zambie du conseiller fédéral Cassis à une entreprise suisse décriée pour son manque de respect des droits humains et de l’environnement a fait grand bruit. L’indignation que cette visite a soulevée donne le ton : le débat sur la responsabilité des entreprises occupera une place majeure cette année.

Au niveau politique, les membres de la Chambre Haute devront se prononcer au printemps sur l’adoption d’un contre-projet à l’initiative « pour des multinationales responsables ». Le contre-projet, tout comme l’initiative,  visent à amener les entreprises multinationales à agir de manière responsable en termes de droits humains et d’environnement, afin de prévenir toute atteinte aux personnes ou dommage. Nos voisins européens sont déjà en train de mettre en place des réglementations allant dans le même sens. Parmi eux, la France avait ouvert la voie avec sa loi sur le devoir de vigilance en 2017.

Dernière arrivée dans la course, la Finlande a lancé à l’automne dernier,  une campagne sur ce même thème, soutenue à la fois par des entreprises et par la société civile.

Mais la partie n’est pas encore gagnée en Suisse. Bien qu’on voit l’émergence d’initiatives privées encourageantes – comme Coop qui à considérablement diminué le volume de produits importés par avion et a établi un plan d’action pour poursuivre cette réduction – il manque des régulations fortes. Bien que nombreux reconnaissent le pouvoir des entreprises à résoudre certains des problèmes sociaux et environnementaux les plus importants de notre époque, la pression des grands lobbies économiques reste forte pour contrer toute tentative d’avancée – pourtant inéluctable – sur le sujet.

 

Source : Better Business, Better World, Comission des Affaires et du Développement Durable

 

L’exigence responsabilisation des entreprises ne représente pas une punition de l’activité économique. Bien au contraire, elle favorise une croissance viable et durable, valorisée par une économie fondée sur des valeurs soutenant une justice sociale et environnementale.

De plus, une centaine d’entreprises sont responsables pour 71% des émissions mondiales donc l’ampleur de la catastrophe climatique dépendra forcément de ce que feront les entreprises au cours de la prochaine décennie, que ce soit les gros donneurs d’ordre ou les PME.

Même si les lobbies économiques continuent de fermer les yeux sur le comportement des mauvais élèves sans réaliser qu’ils ont un train de retard, la discussion sur la responsabilité sociale et environnementale continuera d’aller de l’avant.

L’année 2019 sera celle du changement ! Comme l’indique Klaus Schwab, patron du World Economic Forum, il faut un retour à la morale dans l’économie, elle le doit impérativement face aux tensions populaires grandissantes partout sur le globe. Plusieurs mouvements à dimension international démontre que cela est possible, que ce soit les représentant du B Team, du Conscious Capitalism ou encore des entreprises certifiées BCorporation.

“Ce que nous faisons maintenant et dans les prochaines années affectera profondément les quelques milliers d’années à venir” déclare David Attenborough au Forum de Davos qui commence à peine.

Cette semaine nous donnera certainement des éclairages sur cette dimension cruciale qui va de pair avec les questionnements liés à la 4ème révolution industrielle. La vraie révolution est bien sociétale parce qu’il n’est que trop tard pour n’être que durable ou responsable, nous avons besoin d’un leadership porté l’ensemble des acteurs de l’économie afin de construire des modèles inclusifs, circulaires, et régénérants. Le nouveau paradigme est là et il faut y prendre part, la question aux acteurs du libre marché: est-ce qu’ils prendront le train en marche? À moins qu’ils préfèrent rester passivement sur le quai d’une station vouer à disparaître.