L’IMPORTANCE DE MESURER LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE INCLUSIVE

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté aux Nations Unies le 25 septembre 2015, définit un plan d’action très ambitieux pour l’avenir de notre planète et de l’humanité, avec pour objectif principal de ne laisser personne de côté. Il s’articule autour de 17 objectifs de développement durable (ODD) comprenant 169 cibles (actions à réaliser).

Plus de 193 pays ont accepté de travailler à la réalisation de ces objectifs et se sont engagés à mettre en place des stratégies nationales qui incluent de prendre des mesures pour améliorer de manière tangible la vie de leurs citoyens tout en offrant un environnement viable pour tous.

Cet agenda doit impérativement être réalisé avec le concours du secteur privé, car les gouvernements et les ONG n’y arriveront pas seuls.

Voir l’article “Responsabilité sociétale: La solution viendra du secteur privé” de Rachel Richterich du 24 septembre. 2018.

Aux regards des enjeux, deux éléments majeurs sont nécessaires pour qu’un processus de transformation (changement) soit déployé et piloté sur le moyen et long terme :

  • Les objectifs de développement durable (ODD) sont difficiles à appréhender faute de données standardisées, donc pour avoir une chance d’atteindre les objectifs à l’horizon 2030, il convient d’avoir les bons outils pour mesurer et s’améliorer;
  • Nous ne parlons pas d’échéance à 2030, mais d’action urgente à entreprendre aujourd’hui. Pour rappel l’espoir de rester sous la barre des 2°C d’ici à 2100 n’a plus lieu d’être, il faut maintenant s’adapter et régénérer du capital naturel.

Parmi toutes les préoccupations globales comme locales, que ce soit les enjeux liés à la pauvreté ou la faim en passant par les questions d’équité ou encore la lutte contre le changement climatique, nous avons besoin de données fiables pour savoir d’où nous partons, et si nous faisons des progrès, alors de déterminer quelles sont les pistes d’amélioration. Des méthodes et des données identifiées permettent de prendre des décisions fondées sur des preuves et procurent aux citoyens la connaissance nécessaire à l’élaboration de choix pertinents.

En bref, une bonne politique publique ou une bonne stratégie d’entreprise nécessite de bonnes données et indicateurs de mesures.

Le 4 octobre dernier à Genève, lors de la conférence organisée par la FGC à Genève – “17 objectifs pour transformer le monde : stratégie et mise en œuvre”, Thomas Gass vice-directeur de la DDC soulignait qu’au côté des indicateurs et des données, il était nécessaire de mettre en oeuvre un principe transverse : l’interdépendance ! Appliqué que ce soit entre les peuples ou les gouvernements, il permettra de mettre la compétition à sa juste place afin de construire un modèle de développement adaptatif et basé sur la science. En résumé une approche inclusive qui ne se fasse pas au détriment des humains ou de l’environnement.

Comment transmettre les pratiques et les bons indicateurs pour soutenir l’accélération nécessaire à l’Agenda2030 ?

Je propose de vous partager un petit tour d’horizon des travaux que nous menons avec l’ONG B Lab. En récoltant un grand nombre de commentaires détaillés reçus d’entreprises installées dans toutes les régions du monde et de tous les secteurs d’activités, nous avons acquis la conviction qu’il est possible de mesurer l’ensemble du spectre des ODD au sein du secteur privé grâce à un cadre d’indicateurs mesurables et vérifiables. Nous avons développé, dans un principe d’innovation ouverte, un outil permettant à toute entreprise d’évaluer ses pratiques et son modèle d’affaires à l’aide d’indicateurs de mesure exigeants et ainsi d’évaluer leur performance sociale et environnementale.

La mesure endogène et exogène des externalités sociétales et environnementales est au coeur de la mission de B Lab et compte aujourd’hui plus de 30’000 entreprises à travers le monde. Ce dispositif est doté d’un benchmark couvrant 150 secteurs d’activités différents. Les nombreux cas d’étude réalisés sur les 2’600 entreprises certifiées BCorporation (environ 68% sont des PME) démontrent que quel que soit la taille ou le secteur d’activités, il est possible de redéfinir la notion de performance dans le monde des affaires ! (Mouvement BCORP).

Annoncée en juin 2018 dernier, la collaboration avec l’agence Onusiènne UN Global Compact a pour objectif de développer et améliorer l’outil d’évaluation “B Impact Assessment” actuel en intégrant les ODD.

Ce cadre d’indicateurs qui sera mis à disposition d’ici le second semestre 2019, outre le fait d’être solide, transformera les ODD et leurs cibles en un outil de gestion permettant aux entreprises d’élaborer des stratégies de mise en œuvre et d’allouer les ressources en conséquence, ainsi qu’un rapport d’amélioration.

L’ensemble permettra de mesurer les progrès accomplis en matière de développement durable et d’assurer la responsabilité de toutes les parties prenantes pour la réalisation des ODD.

Nous devons également garder à l’esprit que tous les indicateurs des ODD doivent être considérés comme un ensemble intégré et doivent fonctionner en harmonie les uns avec les autres. De nombreuses questions importantes, telles que l’égalité des sexes, la santé, la consommation, la production durable et la nutrition, recoupent des objectifs et des cibles interdépendants. Ces objectifs interdépendants doivent être poursuivis ensemble, car les progrès dans un domaine dépendent souvent des progrès réalisés dans d’autres.

La feuille de route pour le UN Global Compact et autres agences onusiennes ainsi que pour B Lab qui sont engagés pour le secteur privé, sera d’évaluer les nouvelles méthodes pour mesurer les ODD. Ces enseignements pourraient éclairer le processus d’examen officiel dirigé par les Nations Unies et tous les gouvernements souhaitant élaborer des politiques publiques suivant cette ligne.

Le secteur privé doit saisir cette opportunité en utilisant ces indicateurs, en fournissant les informations en retour sur leur pertinence et dans un esprit d’amélioration continue les affiner au fil du temps. Nous revenons donc sur le besoin d’ajouter au bilan traditionnel les externalités sociétales et environnementales chères à John Elkington avec le fameux « triple bottom line ».

Petit zoom local à Genève,

Les apprentissages d’un programme pilote comme Best for Geneva, initié par B Lab (Suisse) avec le soutien de la République et Canton de Genève ainsi que 30 partenaires de l’écosystème local, sont forts d’enseignement sur la dimension sociologique d’une démarche d’engagement au niveau d’une région pour mesurer les impacts sociaux et environnementaux. Ce programme devrait se déployer dans d’autres cantons prochainement.

Avant même d’avoir finalisé le premier cycle pilote sur Genève, (il reste encore 3 mois pour y participer avant fin décembre ) nous avons appris qu’il fallait du temps pour mettre les acteurs du secteur privé en mouvement et d’avoir le bon message pour qu’ils se mettent en action. Il n’est plus question de dire qui sont les meilleurs de leur secteur, mais bien de se fédérer en étant les meilleurs pour Genève, voire pour le monde !

Le programme est gratuit et la bonne nouvelle qui remonte des 320 entreprises participantes, en plus d’être sensibilisées aux bonnes pratiques, est qu’une fois équipées avec un outil de pilotage, les entreprises se structurent et progressent (participations à des ateliers pour s’améliorer) et augmentent leurs connaissances au contact des autres acteurs de l’économie.

Lors du dernier événement le 25 septembre sur le thème “Comment financer durablement l’économie de demain”, l’importance d’avoir les outils et les données pour mesurer sa progression et pouvoir s’améliorer fut relevée. Pour ceux qui n’ont pas pu venir, voici une petite vidéo captivante ici .

Un bilan sera remis courant février 2019 sur ce premier cycle pionnier en Europe et en Suisse, et pour les retardataires, un nouveau cycle sera lancé en janvier 2019.

La transition vers un nouveau modèle de développement et une économie inclusive est en marche en Suisse comme partout dans le monde, l’initier dans un esprit positif, adaptatif et structuré avec des données tangibles est une opportunité pour permettre de s’adapter à l’urgence tout en évitant de tomber dans une posture de résignation.

Ce nouveau paradigme doit permettre de créer les dynamiques et accélérer la mise en oeuvre par les entrepreneurs d’une transition nécessaire à l’agenda du développement humain ou chacun peut trouver des opportunités et faire sa part, selon ses moyens et capacités.

 

 

Jonathan Normand

Expert en innovation sociétale et gouvernance, Jonathan Normand a travaillé 12 ans au sein d’établissements internationaux avant de créer le cabinet de conseil Codethic en 2009. Spécialiste de l’amélioration de la performance globale et de la croissance durable, il se passionne pour l’évolution de l’économie et en étudie les tendances et les ruptures. Dès 2014, il participe au lancement de B Lab en Europe, qui est chargé de déployer le mouvement B Corp. Il fonde et dirige B Lab Suisse depuis 2017, une organisation d’utilité publique promouvant les outils de mesure d'impact socio-environnemental et la certification B Corp. Il est également l'architecte du programme d’engagement Swiss Triple Impact et contribue à la recherche académique pour une économie inclusive, circulaire et régénératrice. Board member de Chapter Zero Steering committee Swiss Leader Initiative Academic Fellow School of Economic University of Geneva

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *