La démocratie américaine est-elle réellement en danger?

Que retenir du premier des trois débats présidentiels américains? L’actuel Président Donald Trump et le candidat Démocrate Joe Biden se sont affrontés mardi soir à Cleveland (Ohio) et franchement il n’y a pas grand chose à retenir. Ni Trump ni Biden ont gagné cette première manche. Les grands perdants sont avant tout les citoyens américains avec un débat dans lequel il n’y avait pas de réponses à leurs soucis. Affrontements permanents et attaques personnelles, je ne peux constater qu’une seule chose : la démocratie américaine, une des plus vieilles du monde par ailleurs, est en danger.

Le débat de fond est mort. Ce constat est triste, inquiétant mais pourtant bien réel dans un pays comme les Etats-Unis. Donald Trump et Joe Biden ont offert aux citoyens américains et au reste du monde un débat plus que navrant. Alors que les Américaines et les Américains attendaient des réponses concrètes sur le COVID-19, la situation de l’emploi ou encore les émeutes dans plusieurs villes du pays, ils ont eu le droit à un duel théâtral. “Menteur”, “clown”, “vous allez la fermer!” ou encore “il n’y a rien d’intelligent chez vous”, voilà une sorte de résumé des échanges entre deux septuagénaires qui se battent pour le fauteuil présidentiel. Qui pourrait imaginer un débat de la sorte chez nous en Suisse? Personne à mon avis. On aurait pu s’attendre à un président sortant qui fasse le bilan de ses quatre années au pouvoir et à un adversaire qui défende sa vision de l’Amérique avec des idées nouvelles. Ce premier débat peut faire sourire vu d’Europe mais je m’inquiète de la santé de la démocratie dans le pays des libertés.

Un mauvais signal pour les démocrates, un bon signal pour les autocrates

Ce “débat”, si on peut appeler ça un débat, est un très mauvais signal envoyé aux pays où la démocratie et l’Etat de droit existent un peu voire pas du tout (Hongrie, Chine, Egypte, etc.). Les Occidentaux ne peuvent s’empêcher de le répéter à chaque rencontre avec un dirigeant autoritaire ou un dictateur : par exemple “nous sommes inquiets de la situation des droits de l’Homme et de la démocratie chez vous”. Pas sûr que ceux-ci prêtent beaucoup d’attention à ce genre de message. Bref, comment convaincre ces pays où règnent l’autoritarisme de choisir la voie démocratique quand le pays de l’oncle Sam offre un débat tout sauf constructif mais axé sur la haine de l’autre? Ce débat renforce justement le besoin de pouvoir absolu et le rejet net de la démocratie libérale. Donald Trump n’a d’ailleurs jamais caché ses bonnes relations avec des dirigeants controversés. Au détriment des relations d’autrefois avec les Européens.

Le Président Donald Trump discute avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, considéré par certains comme autoritaire, New York, 24 septembre 2018. Photo : The White House

Election à venir plus qu’inquiétante

En raison de la pandémie de COVID-19, les votes par correspondance seront nombreux. Comme à son habitude, le 45ème Président des Etats-Unis d’Amérique a jeté le doute sur la validité de l’élection du 3 novembre prochain. A la question du journaliste expérimenté de Fox News, Chris Wallace, il n’a pas voulu s’engager à ne pas revendiquer la victoire et a appelé sa fidèle base au calme dans le cas où le résultat ne serait pas clairement établi. Joe Biden, de son côté et comme tout bon démocrate qui se respecte dans ce monde, a promis de respecter le verdict final. Avec un président américain qui menace de ne pas reconnaître le résultat de l’élection présidentielle, quel constat dresser vu de Suisse? La démocratie américaine est en danger!

Jonathan Luget

Jonathan Luget est né en 1993, un mois après la visite du premier chef d'Etat européen, François Mitterand, dans la jeune République du Kazakhstan. En marche avec un CFC, deux maturités et deux diplômes SAWI (communication et réseaux sociaux). Les loisirs se partagent entre la lecture d'ouvrages géopolitiques, la rédaction d'articles, la cuisine et la natation.

18 réponses à “La démocratie américaine est-elle réellement en danger?

  1. “La démocratie américaine est en danger!”

    Non, elle n’est pas en danger, elle est finie, comme la démocratie en général, confisquée par de grands intérêts.

    En revanche, ce qui me frappe, ce sont le nombre de jeunes comme vous, encore intéressés par l’Amérique… et rien pour l’Europe?

    1. Le jeune semble moins extrémiste dans sa vision des choses que le moins jeune.
      Si l’Amérique intéresse encore, c’est peut-être, justement, qu’elle n’a pas dit son dernier mot. Les Américains ont toujours voté pour leur portefeuille. Pour eux les idées sont un peu comme la religion, c’est une affaire personnelle qui ne relève de l’État que si l’on touche à la liberté. S’ils élisent Trump et que celui-ci touche à la liberté, il ne terminera pas son mandat. Qu’il soit vulgaire, narcissique et d’intelligence moyenne ne le met pas hors course à partir du moment où il facilite l’emploi, et donc la rentrée des dollars considérés aux État-Unis (et presque partout ailleurs) comme les clés de la liberté.
      Sinon, rien de vraiment nouveau à l’horizon, les grands intérêts ont toujours mené le monde, pas plus aujourd’hui qu’hier.
      Quant à l’Europe, il est temps qu’elle fasse ses devoirs. L’Europe n’existera jamais vraiment sans la Russie, et surtout pas sous la dictature de Bruxelles où les lobbyistes ont plus de poids que la démocratie dont il est question ici.

      1. Bonsoir Mme Solberg,
        A ce jour, je crois que les deux candidats peuvent remporter la présidentielle du 3 novembre. Le match s’annonce serré. Trump vient de sortir de l’hôpital, il va reprendre sa campagne pour tenter de mobiliser sa base face aux Démocrates. Les Américains sont individualistes, c’est avant tout la responsabilité personnelle qui prime là-bas. Je ne crois pas que Trump veuille toucher à la liberté ,au contraire il y est très attaché. Notamment sur le port d’armes. Le monde on pourrait dire qu’il est contrôlé ou influencé par les grandes puissances que sont les USA, la Russie ou encore la Chine. D’accord avec vous sur ce point, l’Europe doit maintenant prendre ses responsabilités quant à sa défense car on ne pourra pas compter éternellement sur les Etats-Unis. Avec 2 anciennes puissances coloniales, il est un peu honteux qu’on sache même pas de défendre face à une éventuelle attaque de l’Asie ou de l’Afrique.

    2. Bonsoir M. Wilhem,
      J’ai choisis ce titre car le débat de mardi dernier entre Donald Trump et Joe Biden était vraiment navrant. Pas de débat intellectuel avec des idées constructives dans les deux camps. 1h30 de temps perdu, diront certains.
      Vous dites que la démocratie est finie, mais en quoi celle-ci est finie? Les grands intérêts, vous parlez de qui? Des lobbys ou des multinationales?
      On est ou je suis intéressé par ce pays car il a un tel impact économiquement et militairement parlant, que c’est presque impossible pour un nouveau blogueur comme moi de ne pas parler des Etats-Unis. Prenez l’exemple avec Cuba ou l’Iran. Les lois américaines permettent malheureusement de sanctionner des entreprises européennes qui feraient du commerce avec ces pays. Inacceptable, n’est-ce pas? Après, ça reste un pays modèle en matière de démocratie et de libertés. Non?

      1. Par “grands intérêts”, je veux bien sûr parler des GAFAM, pour lesquelles, d’ailleurs, le cirque américain est une usine à jackpot, sans parler de la pandémie (Amazon a doublé son bénéfice).

        Lorsqu’une Europe n’arrive pas à leur faire payer des impôts, malgré sa cour de justice, on peut dire que la démocratie est confisquée. La capitalisation de Apple est de … 2’000 milliards, soit le PIB (notion obsolète) de combien de pays?

        Et si on parle de GAFAMM (il faut déjà y ajouter Elon Musk), c’est oublier leurs pairs chinois qui rendent fou les américains qui voient leur place de Nr. 1devenir de plus en plus fragile.
        Dommage pour l’Europe qui va en payer le prix fort, enfin du moins les peuples!

        L’histoire connait ces flambées rivales et tout ça sent fort la poudre, d’autant que les investissements en armement n’ont jamais été aussi colossaux. L’histoire se répète souvent, las… .

  2. Une chose me surprend: dans un pays qui valorise la jeunesse et l’énergie d’entreprendre, pourquoi mettre les vieillards en avant (Hillary, Biden, Trump, etc…). N’ont-ils plus de relève?
    Ca doit être dure de s’enthousiasmer pour un type qui a une tête de cadavre. Alors, si en plus ils n’ont pas de projet… A-t-on déjà vu plus triste époque?

    1. Bonsoir Gwaskell,
      J’ai 26 ans et franchement si je devais voter aujourd’hui, je ne sais même pas pour qui je voterais. Nous avons deux septuagénaires et je partage votre constat. C’est quand même incroyable que dans un pays de 310 mio d’habitants, les Républicains et les Démocrates choisissent “2 papys”, chacun avec leurs qualités et leurs défauts. En début d’année, mon choix se portait sur Pete Buttigieg, centriste comme moi. Hélas et malheureusement, les Démocrates ont préféré mettre en avant l’expérience de l’ancien VP Biden. Biden a essayé de parler de ses idées mais il était sans cesse interrompu par Trump. Débat navrant!

    2. Je pense que les candidats démocrates sérieux n’ont pas eu envie de risquer leur image face à un troll qu’est Trump et donc de griller leur unique opportunité d’être élu. Ils préfèrent donc attendre 4 ans pour se présenter, d’autant plus que les chances de remporter face à un président sortant sont très faibles.

      1. Bonjour Nicolas Besson, hier avec le débat entre Pence et Harris, c’était enfin un vrai moment présidentiel. Chacun a défendu ses idées mais d’une façon audible, contrairement au débat de la semaine dernière.

  3. La démocratie est en danger, mais ce n’est pas la première fois. Les potentiels dictateurs sont un autre problème plus sérieux. Les populistes ne sont pas très loin, impressionnent par leurs gesticulations et leur besoin, pathologique, de faire le show. Tout cela est lénifiant.
    L’Europe, en construction sur une base démocratique, et vraisemblablement promise à un futur éclatant, la biodiversité et la problématique climatique (d’origine humaine, astronomique, ou mixte) devraient intéresser les jeunes, l’avenir, et vous en faite partie.
    Cela pourra aiguiser votre sagacité et pourrait enrichir votre blog pas inintéressant.

    1. Bonsoir Delaplanete,
      La démocratie est en danger un peu partout dans le monde. Certains dictateurs même si c’est triste à dire nous arrangent bien (Syrie, ex-Libye, Egypte, etc.) car ils assurent notre sécurité face à des combattants islamiques ou à une vague d’immigrants illégaux. On es pour ou est contre, après il faut toujours regarder la vérité en face. Prenez l’exemple de la Libye, on est intervenu pour amener le calme et la démocratie : résultat aujourd’hui c’est le chaos et la guerre. Conflit interminable malheureusement 🙁
      L’Europe est aussi démocratique mais pas partout (Hongrie, Pologne, etc.). Que pensez-vous de ça? Comment trouvez-vous ce blog? Votre retour m’intéresse pour m’améliorer au besoin 😉

    1. Bonsoir, je trouve votre propos un peu dur, non? Certes, je reconnais qu’un pays avec deux partis principaux est difficilement qualifiable de “pays qui défend la pluralité politique”. Franchement, si j’étais candidat mais sans attache aux Démocrates et/ou aux Républicains, il me serait difficile d’avancer au poste suprême de Président des Etats-Unis. Mais reconnais que par rapport à d’autres pays, il y a quand même une alternance politique forte. Obama (D), Bush (R), Clinton (D), etc.

  4. Bonjour Monsieur Luget,

    Vous nous dites un peu vite:

    “Avec un président américain qui menace de ne pas reconnaître le résultat de l’élection présidentielle, quel constat dresser vu de Suisse? La démocratie américaine est en danger!”

    Dites-nous donc Monsieur Luget: Que connaissez-vous des USA, mon pays, mis à part les émissions de propagande et les mensonges éhontés de la RTS? Comprenez-vous l’anglais suffisament bien pour vous informer auprès de sources valables et fiables et je ne parle pas ici de CNN ni du New York Times qui sont les références de ces “chers” médias romands. De plus vous n’avez certainement jamais vécu aux USA.

    Pour cette fois, nous vous laisserons le bénéfice du doute quant à votre traitement biaisé de l’actualité. Vous êtes encore bien jeune et inexpérimenté ce qui explique peut-être la raison pour laquelle quand on lit votre blog on a la triste impression de lire un article article du Matin, du Temps, ou de ré-entendre ce que se dit en boucle à la RTS. Bref, de la propagande primaire anti-Trump, sans la moindre recherche si ce n’est de répéter ce qui se dit dans presque tous les médias romands qui partagent la même idéologie.

    Comme par hasard, vous pensez que la démocratie est en danger aux USA, en Hongrie et en Pologne, mais par en Fance, par exemple, où l’état macronien non seulement a refusé au peuple le droit au référendum qui aurait enfin pu amener plus de démocratie, mais aussi n’a pas hésité à faire éborgner sans vergogne nombre de manifestants pacifiques défigurés à vie, comme dans les pires dictatures.

    La démocratie est en danger, c’est bel et bien vrai, mais pas de la manière dont vous voulez nous le faire croire.

    Désormais, pour mieux savoir qui de Trump ou de Biden met vraiment la démocratie en danger aux USA, je compte sur vous pour écrire votre prochain billet sur le scandale Biden qui lui aussi nous a été caché par la presse, la RTS, Facebook et Twitter. Le Matin (mais toujours pas la RTS) a fini par se résoudre à en parler dans un article bien caché, mais impossible de faire le moindre commentaire, comme c’est normalement le cas. Voici donc quelques articles pour vous aider dans votre rédaction:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2020/10/18/les-biden-une-histoire-de-famille-partie-1.html

    et aussi

    https://www.lematin.ch/story/le-new-york-post-denonce-le-blocage-dun-article-sur-biden-788911923593

    et encore

    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-new-york-post-denonce-le-blocage-d-un-de-ses-articles-sur-biden-par-les-reseaux-sociaux-20201014

    Pourquoi ne nous parlez-vous aussi pas des manipulations électorales des démocrates? Commencez par lire ce billet écrit par quelqu’un qui lui est très bien informé:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2020/10/24/de-la-manipulation-electorale.html

    Voici aussi une première leçon d’histoire américaine consacrée aujourd’hui au racisme dont on accuse toujours et uniquement le “très méchant Trump” mais dont les “très gentils” démocrates ne sont jamais accusés:

    Pourquoi les médias ne nous disent-ils donc pas que les cages dans lesquelles on a accusé Trump d’avoir enfermé des enfants migrants ont en fait été contruites par les “gentils” Obama et Biden? D’ailleurs durant le 2ème débat Biden n’a pas pu nier et a préféré se taire.

    https://news-24.fr/qui-a-mis-les-enfants-dans-des-cages-joe-biden-admet-ses-erreurs-alors-que-trump-sen-prend-aux-politiques-dimmigration-de-lere-obama/

    Voici donc, une petite mise au point et un petit rappel historique en cette époque d’ignorance, d’aveuglement, de réécriture de l’histoire:

    A) En 1868, le slogan du parti démocrate était:

    “This is a White Man’s Country, Let White Men Rule”

    https://en.wikipedia.org/wiki/1868_Democratic_National_Convention

    B) De nombreux membres du parti démocrate font partie des fondateurs du KKK, alors que les républicains étaient majoritairement dans le camp des adversaires de l’esclavage.

    C) Le démocrate George Wallace, fervent raciste, fut élu gouverneur de l’Alabama en 1963 avec ce slogan :

    “Ségrégation maintenant, ségrégation demain, ségrégation pour toujours”

    et il reste à ce titre célèbre pour avoir tenté, le 11 juin 1963 d’empêcher les deux premiers étudiants noirs, Vivian Malone Jones et James Hood, d’entrer dans l’Université de l’Alabama, un évènement qui a connu un retentissement national:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Wallace

    D) Dans la courte vidéo suivante, Hillary Clinton fait l’éloge funèbre de Robert C. Byrd, raciste notoire et chef local du KKK, qu’elle présente comme son ami et mentor:

    https://www.youtube.com/watch?v=z0DbPnfpVus

    Lire aussi “la part d’ombre” et “Déclarations controversées” au bas de la page Wiki de ce triste personnage:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Byrd

    Voici certaines des déclarations abjectes de Robert Byrd, mentor tant admiré par Hillary Clinton:

    1) “Je souhaite de ne jamais me battre aux côtés d’un nègre. Plutôt mourir mille fois, et voir le drapeau américain piétiné dans la boue au point qu’il ne puisse plus être encore hissé, que voir ce pays bien-aimé se dégrader par une race de bâtards, une survivance du spécimen le plus noir des terres sauvages.”
    (Lettre de Robert Byrd au sénateur Theodore Bilbo du Mississippi (1945))

    2) “On a besoin du Klan aujourd’hui plus que jamais, et je désire voir sa renaissance ici en Virginie-Occidentale”.

    3) “Il y a des nègres blancs. J’ai vu beaucoup de nègres blancs dans ma vie ; je vais utiliser ce mot” (Interview à Fox News Channel, le 4 mars 2001).

    Etrangement Hillary Clinton n’a jamais été attaquée ni critiquée pour avoir fait l’éloge de ce pathétique individu, ce qui montre bien toute l’hypocrisie des démocrates (et de la RTS) et leur récupération de la mort de G. Floyd à des fins politiques.

    Imaginez un seul instant, la réaction des médias si c’était Donald Trump qui avait fait l’éloge de cet individu!

    E) Le président démocrate Bill Clinton a refusé d’empêcher le génocide rwandais qui a fait plus de 300.000 morts:

    “Des documents classifiés rendus publics en 2004 ont révélé que l’administration Clinton savait qu’une ‘solution finale pour éliminer tous les Tutsis’ se préparait bien avant le début du génocide. D’ailleurs, Clinton a aussi reconnu qu’un mois avant le début des exterminations, il avait émis une directive présidentielle qui déclarait que ‘les États-Unis ne participeraient à aucune opération humanitaire, à moins que ce ne soit dans leur intérêt’.

    https://www.journaldemontreal.com/2020/05/19/genocide-rwandais-bill-clinton-responsable-de-300-000-morts

    et

    https://www.theguardian.com/world/2004/mar/31/usa.rwanda

    Etrangement Bill Clinton n’a jamais été attaqué ni critiqué à ce sujet!

    Qu’en serait-il si Donald Trump était responsable? On connaît la réponse!

    F) Pete Buttigieg, “vedette” du début de la campagne et premier candidat de poids dans une élection présidentielle à se déclarer homosexuel, le jeune maire Pete Buttigieg a également dû se défendre des accusations de racisme dans sa ville de South Bend (Indiana), après la mort d’un Noir abattu par un policier blanc.

    G) Joe Biden, lui, s’est opposé à la politique publique qui permettait de transporter des enfants des quartiers noirs jusque dans des écoles à majorité blanche et comme chacun le sait un noir qui ne voterait pas pour lui n’est pas un noir!

    H) De plus:
    -l’état du Minnesota où a eu lieu l’affaire G. Floyd est un état démocrate!
    -le maire de Minneapolis est démocrate!
    -Medaria Arradondo, le chef de la police de Minneapolis, qui était censé la réorganiser, est non seulement démocrate et mais aussi noir!

    Mais, comme par hasard, on ne les tient jamais comme responsables de quoi que ce soit, car bien entendu le seul responsable c’est le “très méchant” Donald Trump, même si dans un Etat fédéral comme les USA, l’organisation de la police du Minnesota n’est pas de sa reponsablité. Mais ça la RTS et la presse, ne vous le diront jamais. C’est tout comme si on accusait la présidente de la Suisse Simonnetta Sommaruga d’être responsable de la mort d’unhomme arrêté par la police dans la canton du Jura.

    Quant aux collègues de l’officier Chauvin, l’un est asiatique et l’autre noir comme on le voit clairement sur les vidéos!

    Chut! Il ne faut pas répéter tout ça, car ça pourrait mettre à mal la récupération politique de cette affaire par divers groupes d’ultra gauche et les démocrates!

    Eh oui, la vérité fait mal, c’est bien pour cela que certains, dont nos “chers” médias, à commencer par la RTS, préfèrent la cacher, car elle ne va pas dans le sens voulu par leur idéologie.

    Ceci nest qu’un tout petit échantillon, cher Monsieur Luget, pour vous montrer qu’au lieu de reprendre ce que vous lisez dans la presse et entendez à la RTS, il faut mieux se renseigner vraiment par soi-même.

    Bien à vous et bonne chance avec votre blog!

    1. Bonjour M. Smith,

      Vous avez raison, je ne suis pas un spécialiste des Etats-Unis. Néanmoins, je m’informe comme tout le monde à travers les médias en essayant à chaque fois de comprendre le point de vue de tout le monde. Et je reconnais que parfois les sujets de la RTS sont trop focalisés sur Biden. Des sujets plutôt orientés positivement alors que pour des sujets sur Trump, les commentaires seront hélas négatifs. Exactement comme des reportages sur Vladimir Poutine, on dresse de lui toujours un regard froid et négatif alors qu’il fait des choses bien pour son pays. J’ai vécu 6 mois à Bristol au Royaume-Uni et j’ai visité à deux reprises les Etats-Unis. C’est un très beau pays et je suis fier que les relations Suisse – Etats-Unis sous l’ère Trump soient meilleures qu’avant! On peut ne pas vivre dans un pays et s’intéresser à ce qu’il se passe. Et vous, vous vivez chez moi en Suisse?!

      Je suis encore jeune (27 ans quand même!) mais ça fait maintenant 4 mois que je tiens ce blog avec UN REGARD PERSONNEL sur le monde. Je vous rappelle tout de même que le journal Le Temps est un média de référence chez nous en Suisse. La même idéologie sur Trump? Vous lisez mal les journaux. Beaucoup de médias suisses ont relevé les excellentes relations entre Berne et Washington durant les 4 premières années de la présidence Trump. Moi, je suis honoré de ses 2 déplacements à Davos. Et j’en veux à Obama qui n’a jamais appelé un chef d’Etat suisse durant sa présidence ou même fait un déplacement en Suisse. Sur ce point-là, on sera d’accord je pense.

      Quand j’ai écrit “en danger”, je soulignais le fait que Trump n’a pas dit clairement ses intentions s’il venait à perdre. Reconnaitrait-il une défait ou appellerait-il ses partisans à prendre les armes et semer le chaos? Je suis en droit de m’interroger là-dessus, les Etats-Unis sont un modèle en terme de démocratie libérale, non? Je n’écrivais pas encore de blog en 2018. Mais je partage votre avis là-dessus. La France de Macron a répondu violemment sur les Gilets jaunes. Inacceptable de la part d’une démocratie!

      Je prends un exemple. Si j’étais Président des Etats-Unis, j’aurais moi aussi envoyé la Garde nationale pour ramener le calme dans les villes américaines. On peut manifester pour telle ou telle chose mais pas tout détruire au nom du chaos général. Cela je ne l’accepte pas.

      Honnêtement, Biden a fait partie de l’administration Obama qui a été très dure envers mon pays la Suisse. Notamment sur le secret bancaire, l’affaire des 2 otages en Libye ou le fait de ne jamais venir chez nous pour une visite officielle. Scandale! Je suis content que le Président Trump a très vite établi de bonnes relations avec Berne. Un accord de libre-échange est d’ailleurs en discussion. Et sur d’autre sujets internationaux, Trump a fait de l’excellent boulot. Par exemple sur les accords de paix entre Israël et certains pays arabes, c’est bien je trouve!

      Et vous, qu’en pensez-vous?

    2. Monsieur Smith, je vais d’ailleurs faire un mini-article sur Trump et ce qu’il a fait dans le monde ces dernières années. Lisez-moi et redites-moi vos commentaires 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *