Simonetta Sommaruga reçue pour une visite présidentielle en Ukraine

La Présidente suisse a honoré l’invitation reçue à Davos de son homologue ukrainien Volodymyr Zelenskyy. Après la Pologne et l’Autriche en janvier, cette visite présidentielle est le premier déplacement officiel à l’étranger depuis l’apparition du coronavirus sur le continent européen. Retour sur ces trois jours de visite intenses qui ont permis de montrer l’importance des relations Suisse – Ukraine.

Le Président de l’Ukraine, Volodymyr Zelenskyy, a accueilli avec les honneurs militaires à Kiev Simonetta Sommaruga, Présidente de la Confédération suisse. Il s’agissait de la première visite d’un président suisse en fonction dans “le grenier à blé de l’Europe”. Durant les entretiens officiels entre les deux chefs d’Etat au Palais Mariinsky, ils ont mis en avant le potentiel économique qu’offre l’Ukraine pour les entreprises helvétiques. La Suisse est aujourd’hui pour l’Ukraine le cinquième donateur et le cinquième investisseur privé. Simonetta Sommaruga s’est aussi réjoui de voir l’Ukraine œuvrer en faveur du respect de l’Etat de droit et de la lutte contre la corruption. Berne organisera d’ailleurs en 2022 une conférence sur les réformes lancées par les autorités ukrainiennes (gouvernance, santé, développement durable, économie, etc.). Nos entreprises sont prêtes à investir mais il leur faut une sécurité juridique garantie. Avant de s’entretenir avec le Premier ministre Denys Shmyhal ainsi qu’avec des représentants de la société civile, elle a tenu à rappeler et à juste titre le point de vue de la Suisse sur l’annexion de la Crimée. Celle-ci est une violation claire du droit international.

Sommaruga et Zelenskyy dans le Donbass

Au troisième et dernier jour de sa visite, la Présidente Sommaruga s’est rendue avec le Président Zelenskyy à l’est de l’Ukraine. Cette région est en proie à des violences depuis 2014, elles opposent le pouvoir central (Kiev) à des séparatistes pro-russes soutenus par Moscou. La Suisse, à travers la mission de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), participe activement à trouver une solution durable et acceptable par les deux parties en conflit. Simonetta Sommaruga tenait à “visiter” le Donbass pour voir de ses propres yeux la souffrance des habitants de cette partie du pays en guerre. Elle a également assisté à la livraison par un convoi suisse d’aide humanitaire de matériel pour le traitement de l’eau potable. Particulièrement important en ces temps de coronavirus. J’espère sincèrement que Kiev et Moscou ou Moscou et Kiev, principe de neutralité oblige, trouveront une solution sur le long terme à ce conflit qui a déjà fait 10’000 morts et 1,7 millions de déplacés.

Après la Russie en 2019, l’Ukraine en 2020

Les mauvaises langues diront que la Russie de Vladimir Poutine pourrait remettre en cause la neutralité helvétique. L’argument avancé : la visite présidentielle de Simonetta Sommaruga en Ukraine. Et que c’est vrai, il n’y a eu pour l’heure aucun échange téléphonique entre Berne et Moscou. Ces mêmes mauvaises langues oublient que la dernière rencontre bilatérale Suisse – Russie remonte à seulement huit mois. En novembre dernier, après des entretiens exceptionnels avec des “grands” chefs d’Etat (Jair Bolsonaro, Xi Jinping, Donald Trump, Shinzo Abe ou encore deux monarques du Golfe), Ueli Maurer avait terminé son année présidentielle en se rendant à Moscou. Il y avait rencontré le maître du Kremlin, Vladimir Poutine, et ensemble ils avaient parlé des échanges commerciaux mais aussi de l’engagement de la Suisse en faveur de la paix dans le Donbass. Ainsi, personne ne pourra remettre en cause le respect de la neutralité suisse par le Conseil fédéral. Maurer à Moscou en 2019, Sommaruga à Kiev cette année. A chaque présidente ou président suisse ses sensibilités et ses valeurs, non?

Le Président russe Vladimir Poutine a visité en compagnie du Conseiller fédéral Ueli Maurer le quartier général de la délégation suisse au JO d’hiver en Russie, Sotchi, 15 février 2014. Photo : Copyright: House of Switzerland

Quelle différence entre “visite d’Etat” et “visite présidentielle”?

Une présidente / un président suisse se rend-t-il en “visite d’Etat” ou en “visite présidentielle”? Peut-elle ou peut-il être reçu(e) en visite d’Etat? J’ai lu et entendu cette semaine dans la presse que par exemple “Simonetta Sommaruga effectuait une visite officielle en Ukraine”. Ce terme de “visite officielle” est faux, la Présidente suisse était bel et bien en visite présidentielle en Ukraine. Afin de comprendre le pourquoi du comment, je vous propose de lire ou relire la définition d’une visite d’Etat et/ou d’une visite présidentielle, selon les termes de la Confédération.

Jonathan Luget

Jonathan Luget est né en 1993, un mois après la visite du premier chef d'Etat européen, François Mitterand, dans la jeune République du Kazakhstan. En marche avec un CFC, deux maturités et deux diplômes SAWI (communication et réseaux sociaux). Les loisirs se partagent entre la lecture d'ouvrages géopolitiques, la rédaction d'articles, la cuisine et la natation.

2 réponses à “Simonetta Sommaruga reçue pour une visite présidentielle en Ukraine

  1. D’accord avec vous, Madame Sommaruga est une grande dame politique, tout comme le fut un Didier Burkhalter, sauf pour les trolls qui leur preferent des incompetents uni-languiste 🙂

    1. Sa visite en Ukraine restera comme historique. Oui, Didier Burkhalter avait été le Suisse de l’année en 2014. Président de la Confédération, Ministre fédéral en charge du DFAE et Président de l’OSCE, triple casquette et triple mission qui l’a accomplie avec succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *