L’esprit de Monthey ou l’évidence du 2-1-1-1

En Valais, les triboulets sont en berne, mais les enveloppes de vote arrivent. Ainsi va le Carnaval 2021 qu’il laisse le temps aux fêtard-es de réfléchir à comment remplir leur bulletin. En vue des élections du 7 mars prochain, une question cruciale se pose pour le futur Conseil d’Etat : la majorité PDC va-t-elle laisser la place à une représentation équitable des forces politiques ? En d’autres mots, l’heure du 2-1-1-1 a-t-elle sonné ? 

Trois arguments de poids pèsent en faveur de ce Conseil d’Etat renouvelé. 

=> Représenter la population : le PDC ne pèse que 35% de l’électorat – par quel miracle devrait-il obtenir 60% des sièges du Conseil d’Etat? Les autres forces politiques doivent pouvoir être mieux représentées, sous peine de laisser une grande partie de la population au bord du chemin.

=> Diversifier le collège : les études liant diversité et qualité des décisions abondent. A titre d’exemple, un article paru dans la « Harvard Business Review » en 2016 propose un bref état de l’art sur pourquoi les équipes diverses ont plus tendance à décider sur la base de faits, évalués avec attention, au terme d’un processus critique. En un mot, pourquoi ces équipes sont plus intelligentes. S’il était plus divers (politiquement au moins), le Conseil d’Etat serait meilleur dans sa prise de décision. Le même argument fait cruellement écho au manque de femmes au Conseil d’Etat.

=> Prévenir la majorité absolue : la majorité absolue (quel que soit le parti) signifie la domination sur les minoritaires. Elle représente un problème structurel pour la recherche de compromis. Pourquoi chercher une solution plus équilibrée si un parti peut systématiquement passer seul?

Alors que le drôle de Carnaval se termine, rêvons… d’un nouvel esprit pour le 7 mars prochain. Pourquoi ne pas l’appeler l’« esprit de Monthey »? Monthey pour rappeler l’importance d’une région chablaisienne qui manque cruellement au Conseil d’Etat, mais également Monthey pour signifier un nouveau souffle: pragmatique, surprenant, rigolard. Monthey comme symbole de la modernité, où les forces de droite s’allient avec la sociale démocratie pour améliorer le quotidien de la population. Ou simplement pour dire qu’au moment de Carnaval, Monthey est la capitale du Valais.

Cet esprit de Monthey a un grand frère. Le 19 novembre 1981, à l’issue d’une assemblée visionnaire, le PDC fribourgeois avait renoncé à la majorité absolue au Conseil d’Etat. L’ « esprit de Tavel » allait permettre l’émergence de la formule magique fribourgeoise : 3 PDC cohabitant avec les minoritaires (sur 7 membres du Conseil d’Etat). La comparaison s’arrête ici, car la campagne valaisanne est aux antipodes de cet esprit. Les candidats PDC rappellent à qui veut l’écrire que leur objectif principal « c’est de faire élire 3 PDC » (sur 5 membres du Conseil d’Etat en Valais). La mobilisation sur le mode “serrons les coudes” vaut programme.

Alors que le bonhomme hiver va monter à l’échafaud, l’esprit de Monthey peut-il annoncer le renouveau? Le résultat est à portée. Un Conseil d’Etat équilibré, efficace, représentatif se trouve à quelques bulletins. En ce temps de Carnaval, levons une suze bien tassée à cet esprit de Monthey. Puisse la gentiane ouvrir la porte à de nouveaux équilibres !

 

Johan Rochel

Johan Rochel

Dr. en droit et philosophe, Johan Rochel est chercheur en droit et éthique de l'innovation. Membre associé du centre d'éthique de l’université de Zürich et auteur au think-tank foraus, il travaille sur l'éthique de l'innovation, la politique migratoire et l'Union européenne. Le Valaisan d'origine vit avec sa compagne et ses deux enfants entre Monthey et Zürich. Il a co-fondé "ethix: Laboratoire d'éthique de l'innovation" (www.ethix.ch)

5 réponses à “L’esprit de Monthey ou l’évidence du 2-1-1-1

  1. Ayant eu le privilège de participer, durant plus de 25 ans, à des centaines et des centaines de séances des gouvernements bernois et valaisan — comme leur chef de l’information — je pense pouvoir porter ici un jugement crédible sur vos excellents propos au sujet de la représentation équitable des forces politiques dans un exécutif cantonal.

    Je les approuve sans restriction. J’espère surtout que celles et ceux à la recherche d’un Valais réellement renouvelé, novateur, répondant aux aspirations des gens d’aujourd’hui, lirons vos lignes, … avant de voter.

    Vous relevez pertinemment ici ces trois aspects déterminants pour le fonctionnement responsable d’un gouvernement valaisan renouvelé : une représentation effective de notre population, un collège diversifié et la mise au rancart de cette malsaine majorité de l’équipe gouvernementale.
    J’abonde aussi dans votre formule vivifiante pour le 3 mars : 2-1-1-1, tout le contraire d’un 3-1-1, voire d’un 4-1 !

    Un Conseil d’État équilibré, efficace, représentatif, dites-vous ? Indispensable, comme c’est le cas, par exemple, dans la Berne cantonale ; sur les 7 conseillers, 3 femmes. Et pour une réelle représentativité : 2 PS, 2 UDC, 1 PBD, 1 PLR et 1 Les Verts.

    Vivement, en Valais, un exécutif à 7. Il permettra une authentique multiplicité des opinions et sensibilités, essentielle pour un pays novateur, ouvert et moderne.

    Oui, je pense aussi qu’un tel gouvernement se trouve, ces jours, effectivement à quelques bulletins. Une chance à ne pas galvauder. À espérer que l’on retrouve vos réflexions aussi dans Le Nouvelliste et dans d’autres médias du Valais !

  2. Excellent article et le doigt gratte là où cela fait mal.

    Pour que le Chablais soit représenté à Sion, il faudrait que les chablaisiens votent. Un peu comme les haut-valaisans, mais de l’autre côté du canton.

    Cependant, Monthey et Collombey sont devenues de béantes cités dortoirs sans âme. Pourquoi voter quand l’on n’est pas concerné?

    Les politiciens de la place pourraient arrêter de construire des locatifs et rebâtir les liens entre les habitants.

    1. C est vrai monthey devient une cite dortoir et laissez nous quelques vieilles habitations car elles ont du cachet et une âme et tout ces immeubles nous enlevent la chaleur et la luminosite et cette ville devient impersonnelle et a beaucoyp perdu de sa conviviabilite

  3. Très juste et pertinente analyse? En plus Laurent a bien raison !
    La génération 30-40 est bien trop occupée entre : les enfants, les week-end d’évasion , les vacances, les ateliers créatifs et ….. Le travail pour prendre le temps de réfléchir à cette “politique” . Il est plus simple de surfer sur Facebook et d’y lire tout et n’importe quoi ” sans se prendre la tête ” . Le plaisir direct élevé au rang de critère pour une vie dite réussie. L’avenir de la société indiffère jusqu’au moment où une petite décision nous concerne de près. Valable aussi pour les quartiers ” villa dortoir ” de nos villages campagnards.

  4. Je ne vois pas d’autre solution que de voter la liste Rose-Verte si nous voulons vraiment de la diversité, y compris de genre, au Conseil d’Etat. Trop d’électeur essayent des calculs savants qui nous mèneront au mieux à un 4-1 au pire à un 5-0 et bien évidemment sans une femme.
    Si nous sommes sérieux avec le 2-1-1-1, il faut voter Reynard, Wolff, di Marco.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *