Depuis le début on est collé au rêve, collé au rêve, collé au rêve

Depuis le début on est collé au rêve

Collé au rêve

Collé au rêve

 

Aujourd’hui, j’ai assisté à une répétition du spectacle C’est ça, la vie de Willy Dupond, de Fabrice Melquiot et Mariama Sylla. De l’extérieur, le théâtre Am Stram Gram sommeille. À l’intérieur, rien n’arrête les comédien.nes de jouer. Lumière, régie, technique, toutes et tous présent.es pour une pièce enfermée. Le coeur qui bat comme au premier jour.

Comme l’écrit Fabrice Melquiot dans la lettre du théâtre publiée le 14 janvier 2021 :

 

«  Ainsi, nous sommes face aux faits, l’esprit entre les mains.

 

Et quand on le fait jouer, à distance des empêchements à la mode, naissent des images, des sensations, des mondes intérieurs, qui nous sauvent d’un présent peu doué pour la joie.

 

Les livres, les tableaux, les spectacles, tournent entre les doigts qui ont faim d’autre chose ; ces mains animées, qui tentent de s’extraire de la litanie des calamités, d’objecter au refrain des désastres.

 

La vie est là ; elle cherche à être encore la vie.

 

Et si les faits sont là eux aussi, éreintants, notre désir n’en démord pas : nous jouerons pour les fantômes, nous frotterons notre esprit à celui des camarades, nous aiguiserons nos lames, nous creuserons de nouveaux sillons pour nos pas incertains et nous reconstruirons autant de fois que nécessaire.

 

(…)

 

Que les esprits battent au cœur des mains. »

 

 

Morceaux choisis

Ta place c’est juste là

Très près de nous

La vie est faite de mensonges

Je peux parler en marchant ?

Je crois pas. Ça t’aiderait ?

Y a un micro bloc de sens

Ce qui est important c’est que tu trouves toi ta souplesse intérieure

Sens-toi libre d’habiter les relations comme tu l’entends

Depuis le début on est collé au rêve

Collé au rêve

Collé au rêve

Ce que je veux c’est que tu éprouves 

Que tu cherches

C’est toi plus que le résultat

Avec nous

Pas dans ta tête

Ça va aller plus vite

On va carrément accélérer Robert

Charlotte, donne ton regard à Catherine

Il ne s’agit pas de commenter avec mes mains mais ça m’aide

Oui je suis tendue

Tu sens quand tu es dans la lumière ?

Tu sens c’est chaud

Quand on dit pas de pathos

C’est quand ça passe par la tête plutôt que par le corps

Ressentir

Pour être plus avec les autres

Si tu arrives à flotter dans ta concentration

Chance

C’est un laboratoire de recherche

Mon corps, si j’y pense vraiment

Je fonds en larmes

J’étais à jardin

Tout oublié

Un pas deux pas

Tout est revenu

Le corps

Fais confiance

L’émotion c’est nous qui devons l’avoir

C’est toujours plus fort si toi tu luttes contre

Que tu ne te laisses pas aller aux larmes

Rob c’est un peu chelou comme tu dors

Tes jambes à l’extérieur Charlotte

Tu les lèves

Et ho, j’ai pas signé du cirque moi

Ce truc de l’année de l’oreille

Peut-être

On peut chercher Cathy

La voix du milieu

Pas dans l’énergie là-haut

Un peu plus tu vois

Frankie t’arrive à bailler les bras en l’air ?

Rob, faut pas que tu anticipes le Think of you

On fait la chanson

J’aime quand tu chantes

T’as mis de la batterie ?

Sur le combat ?

Quel combat?

Y en a plein des combats.

C’est quoi ?

Après le secret y a quoi ?

En même temps tonton

T’es le seul mec que je connaisse qui dort en manteau de fourrure

Toi ça te traverse ce truc

Rob faut que tu restes dans le rond

Vos regards peuvent se rapprocher mais pas vous

Est-ce qu’il faut les deux armes ?

Oui les deux

D’abord un cri

Alex ?

Tu peux nous filer un coup de main sur la hache

Fabrice a très envie de faire la bagarre

Ça marche la béquille dans les testicules

Ça marche toujours

Je flippe là

Béa déplace-toi en crabe

Tu te retrouves à cour de béa

Et vous freezez

Béa tu peux l’arrêter

Tchac

Est-ce que Béa peut te réexpédier là d’où tu es arrivé

On s’arrêterait sur cette image

C’est ça , la vie de Willy Dupond

Les dates de janvier sont en cours de report

Texte, mise scène Fabrice Melquiot

Co-mise en scène Mariama Sylla

Jeu Robert Bouvier, Benoît Dattez, Charlotte Filou, Leo Mohr, Cathy Sarr, Laurent Schefer, Béatrice Schrenzel, Claude Thébert, Catherine Tinivella Aeschimann

Son Gautier Teuscher

Lumière Rémi Furrer

Régie Julien Talpain

Production Théâtre Am Stram Gram – Genève

Les dates de janvier sont en cours de report, toutes les informations sont sur le site du théâtre.

C’EST ÇA, LA VIE DE WILLY DUPOND

Joëlle Gagliardini

Joëlle Gagliardini

Joëlle Gagliardini enseigne aujourd'hui le dessin et l'illustration de mode à la HEAD - Genève. Illustratrice du réel, elle s'installe dans les théâtres et les jardins, pour saisir les images et les mots des habitant.e.s de ces territoires vivants.

2 réponses à “Depuis le début on est collé au rêve, collé au rêve, collé au rêve

  1. Ouf, un truc de ouf.

    Votre avant dernière création est un chef d’oeuvre, vous devez être bien malheureuse, chère Joëlle, mais c’est à ce prix, la vie, Lily 🙂

    1. Après m’être focalisé sur la magnifique et si attrayante jambe de femme, me suis rendu compte que tout ça cachait un visage d’homme, en arrière-plan.

      Tout ça pour dire qu’on ne visualise pas les mêmes choses, femmes de Vénus et hommes de Mars 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *