Sun Tzu 2020 – Les forces de la raison – Chapitre 1 : Planification

Sun Tzu -Maîtres et dirigeants - Les forces de la raison

 

Ce premier chapitre – sur les treize que compte le traité -, fixe les bases des préparations préliminaires avant un engagement hostile.

Son titre peut aussi être : ‘supputations’, ‘de l’évaluation’ ou ‘estimations’ selon ses auteurs.

Il est écrit :

  La guerre est d’une importance vitale pour l’État,la grande affaire des nations ; elle est le lieu où se décident la vie et la mort ; la conservation ou la perte de l’empire en dépendent, sa survie ou son anéantissement. On ne saurait le traiter à la légère.
Ne pas faire de sérieuses réflexions sur ce qui le concerne, c’est faire preuve d’une coupable indifférence pour la conservation ou pour la perte de ce qu’on a de plus cher, et c’est ce qu’on ne doit pas trouver parmi nous.

Cinq choses principales doivent faire l’objet de nos continuelles méditations et de tous nos soins, comme le font ces grands artistes qui, lorsqu’ils entreprennent quelque chef-d’œuvre, ont toujours présent à l’esprit le but qu’ils se proposent, mettent à profit tout ce qu’ils voient, tout ce qu’ils entendent, ne négligent rien pour acquérir de nouvelles connaissances et tous les secours qui peuvent les conduire heureusement à leur fin.

La guerre est subordonnée à 5 facteurs fondamentaux ; ils doivent être pris en compte dans les calculs afin de déterminer avec exactitude la balance des forces. Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes, nous ne devons jamais perdre de vue :

  • La doctrine politique – la vertu de l’influence morale
  • Le temps (le ciel) – Le climat (les conditions atmosphériques)
  • L’espace – le terrain (topographie)
  • Le commandement – l’autorité (la gouvernance)
  • L’organisation – la discipline et l’entraînement

  La doctrine – Vertus des valeurs morales

La doctrine politique (idéologie) fait naître l’unité de penser ; L’harmonie est la cohésion des valeurs partagées entre la population et ses dirigeants ; valeurs de référence collective portant sur le partage de valeurs existentielles ; références ontologiques unificatrices d’un peuple solidaire dans son engagement à accompagner son leader – ses dirigeants, ses chefs et ses institutions – sans crainte du danger, à la vie ou à la mort. (patriotisme – nationalisme)

  Le temps (le ciel) – Le climat (les conditions atmosphériques)

Les conditions météorologiques représentent un jeu de forces naturelles, de chaud et de froid, de l’alternance des ombres et des lumières qui, combinées dans les deux grands principes Yin et Yang permettront, suivant les saisons et les heures, la bonne conduite des manœuvres tactiques.

  L’espace – le terrain (topographie)

Le terrain et sa topographie sont aussi essentielles que le temps. Il comprend les distances et la nature propre à chaque territoire, la facilité ou la difficulté de le parcourir, son caractère ouvert et vaste, resserré et étroit, plat ou accidenté, de ce qui demeure et de ce qui est transitoire. Ces espaces peuvent être propices ou néfastes selon notre connaissance du haut et du bas, du loin comme du près.

  Le commandement – l’autorité (la gouvernance)

Il faut entendre par commandement les qualités de sagesse et d’humanité, d’impartialité et de sévérité, de courage et de résolution envers ceux qui nous sont soumis. Vertus essentielles pour l’acquisition desquelles le général et ses commandants ne doivent rien négliger.

  L’organisation – la discipline et l’entraînement

L’art de l’organisation afin de renforcer le corps de discipline : posséder l’art de discipliner et organiser ses hommes ; savoir hiérarchiser et promouvoir les officiers au rang qui convient. Ne négliger aucun maillon de la chaîne et être instruit des devoirs particuliers de chacun, du plus haut jusqu’à sa police logistique d’approvisionnement afin de pouvoir aux besoins essentiels.

Vous donc que le choix du prince a placé à la tête de vos hommes, jetez les fondements de votre science sur ces cinq principes. La victoire suivra partout vos pas : vous n’éprouverez au contraire que les plus honteuses défaites si, par ignorance ou par présomption, vous venez à les omettre ou à les rejeter.

En effet, dans votre évaluation des forces en présence, lorsque vous aurez à tirer des plans et effectuer vos calculs, ces éléments vous permettront une juste évaluation des rapports de force.

  Ces connaissances vous permettront de discerner, parmi les princes qui gouvernent le monde, celui qui a les meilleures institutions :

  • Institutions civiles en matière d’influence morale, de doctrine et de vertus.
  • Institutions militaires -l’armée – au sein de laquelle les règlements et la discipline sont le mieux respectés et les instructions le mieux exécutées.
  • L’armée la plus puissante par la compétence de ses chefs, les hommes les mieux entraînés et les plus aguerris.
  • L’armée qui possède le système de récompenses le plus efficace et sanctionne avec le plus de discernement.
  • L’armée ayant pour elle l’avantage des connaissances des conditions du temps (météorologie) et de l’espace (terrain) les plus favorables pour engager les mouvements et choisir les itinéraires les plus adéquats.

Vous reconnaîtrez alors parmi ceux dont les institutions sont les meilleures et qui, des antagonistes, a le plus de chance de l’emporter ; et si vous devez entrer vous-même en lice, vous pourrez raisonnablement vous flatter de devenir victorieux.

Un commandant qui n’entend pas appliquer ces connaissances sera régulièrement vaincu : il faut s’en défaire !

#art_de_la_guerre #stratégie

Ces connaissances avantageuses une fois adoptée, encore faut-il que le général crée les conditions requises pour leur réalisation ; « conditions » qui permettront le recours à des procédés qui sortent de la règle commune en agissant promptement avec maîtrise et équilibre sur les opportunités du moment pour acquérir une situation avantageuse.

Tout l’art de la guerre repose sur le semblant, la déception et le mensonge.

  • Capable et fort, passez pour faible et incapable.
    Vous feindrez le désordre et quelquefois d’être faible afin que vos ennemis, ouvrant la porte à la présomption et à l’orgueil, viennent ou vous attaquer mal à propos, ou se laissent surprendre eux-mêmes.
  • Prêt au combat, feignez la passivité.
  • Proche, semblez loin ; loin, semblez proche.
    Vous verrez, avec la même pénétration, ce qui sera loin de vous comme ce qui se passera sous vos yeux, et ce qui se passera sous vos yeux comme ce qui en est le plus éloigné.
  • Attaquez là où il ne vous attend pas ; tenez le sur la brèche, surgissez toujours à l’improviste.
  • Dispos, fatiguez-le.

    Plongez l’adversaire dans d’inextricables épreuves et prolongez son épuisement en vous tenant à distance. Veillez à fortifier vos alliances au-dehors, et à affermir vos positions au-dedans par une politique de soldats paysans. Vous tiendrez vos troupes toujours alertes, toujours en mouvement et dans l’occupation, pour empêcher qu’elles ne se laissent amollir par un ‘honteux’ (sic) repos.

  • Attirez l’adversaire avec la promesse d’un avantage.

    Ne manquez jamais d’offrir un appât à l’ennemi pour le leurrer

  • S’il se concentre, défendez-vous ; fort évitez-le.

    Hâtez vos préparatifs lorsque vos adversaires se concentrent; là où ils sont puissants, évitez-les.Si vos ennemis sont plus puissants et plus forts que vous, vous ne les attaquerez point, vous éviterez avec un grand soin ce qui peut conduire à un engagement général; vous cacherez toujours avec une extrême attention l’état où vous vous trouverez. Il y aura des occasions où vous vous abaisserez, et d’autres où vous affecterez d’avoir peur.

  • Coléreux, provoquez-le ; méprisant, excitez son arrogance.

    Sachez attiser son courroux pour mieux le plonger dans la confusion : sa convoitise le lancera sur vous pour s’y briser.

  • Uni, divisez-le et semez la discorde.

“Vous profiterez de la dissension qui surgit chez vos ennemis pour attirer les mécontents dans votre parti en ne leur ménageant ni les promesses, ni les dons, ni les récompenses. Tantôt enfoncez un coin entre un souverain et ses ministres, tantôt détachez de lui ses alliés. Faîtes naître en eux des soupçons pour créer la mésentente. Vous pourrez alors comploter contre eux.” (commentaire additionnel de Chang Yu)

  • Soyez imprévisible jusque dans vos rangs : gardez-vous bien d’agir là où on vous attend ; de divulguer par avance vos intentions par des mouvements précipités ; de risquer les fuites d’informations.

Telles sont les clefs stratégiques de la victoire dont l’utilisation ne peut cependant pas être anticipée sans une évaluation précise des circonstances changeantes et des facteurs aléatoires. Prenez garde de ne point les engager par avance ou de tout risquer en une unique bataille.

Lors des préparations avant l’ouverture des hostilités, les calculs et supputations laissent présager une victoire quand les avantages sont réunis ; dans le cas contraire, la défaite est envisageable. En se livrant à de nombreux calculs, on peut ainsi réduire ses marges d’erreur et consolider ses chances de victoire.

Qui les néglige, s’engage en terrain inconnu et réduit ses chances d‘autant.

C’est par ces considérations qu’il faut examiner la situation, et l’issue apparaîtra clairement.

C’est pourquoi il est dit que les conditions du succès étant élaborées en amont de chaque bataille : les armées victorieuses gagnent avant d’aller au combat, alors que les armées défaites s’engagent à la guerre avant de gagner.

Fin du chapitre I

#art_de_la_guerre #stratégie

____________________________

Découvrir l’auteur et la collection stratégique Maîtres & Dirigeants

Deux ouvrages pour développer sa pensée et ses réflexes stratégiques 

Collection Maîtres et Dirigeants - Sun Tzu - Arcana Strategia

© 2020 – Arcana Strategia (arcanastrategia.com)

________________________

Pour plus d’informations sur l’Art de la Gouvernance et l’Intelligence Stratégique (dirigeant stratège) et la Sécurité Economique :

#jerome #gabriel #dirigeantstratege #affaires #sécurité #économique

Jérôme Gabriel

Jérôme Gabriel

Fondateur d’Arcana Strategia Conseil et des éditions stratégiques Maîtres et Dirigeants, Jérôme Gabriel est avant tout passionné par l’intelligence et les cultures stratégiques asiatiques (Chine-Japon). Expert d’état en intelligence économique et protection des entreprises (INHESJ), l’auteur a vécu et travaillé plusieurs années entre la Chine, le Japon, la Thaïlande et le Vietnam – il possède aussi un Master 2 spécialisé en Communication et Coopération Interculturelle en milieu asiatique. Activement engagé dans la protection, l’appui commercial et stratégique des entreprises, il est l’auteur de plusieurs publications et ouvrages dont "Décryptage de la pensée stratégique Sun Tzu " publié en septembre 2020. Ancien directeur d’un service d’intelligence stratégique et de gestion des risques, il intervient aujourd’hui en tant que formateur et conseiller auprès de PME-PMI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *