Genèse : des Royaumes Combattants aux guerres économiques

Transcrire l’Art de la guerre dans le contexte économique actuel

Au commencement : L’expansion par la destruction

     En 450 avant J.-C., il existait en Chine huit États importants dont six engagés dans une perpétuelle prédation destructrice au travers de guerres endémiques issues de leurs insatiables ambitions.

La plupart des guerres pouvaient opposer jusqu’à six cent mille hommes par faction et rares furent sans doute les généraux qui moururent dans leur lit pendant les 150 années qui s’étendent de 450 à 300 avant J.-C.

“La guerre est semblable au feu, lorsqu’elle se prolonge elle met en péril ceux qui l’on provoquée.”

 

Cette période fut la plus chaotique de l’histoire de Chine. Des bandes armés razziaient les villages, enlevaient les voyageurs et rançonnaient les marchands. Un grand nombre de ces hors-la-loi étaient des paysans démunis et contraint à subsister dans le ‘crime’. D’autres étaient des criminels évadés, déserteurs et des dignitaires en disgrâce.

L’affrontement devient un aveu d’échec : la guerre seule, ne peut plus être “qu’une continuation de la politique par d’autres moyens”… 

Le tableau apocalyptique des massacres, malheurs et souffrances endurés par les populations provoquent de vibrants plaidoyers de sophistes, pacifistes et intellectuels à cette époque… mais aussi de militaires qui, comme Sun Tzu, sont préoccupés par le poids désastreux en pertes humaines et économiques que font peser sur un état ces macabres campagnes de domination.

Une question d’importance vitale pour l’État – la guerre est ailleurs…

     La guerre ne pouvant être entrepris à la légère ni imprudemment, il fallait la faire précéder de mesures visant à faciliter la victoire. Selon Sun Tzu : “la guerre est pour l’état une préoccupation sérieuse ; elle nécessite une étude approfondie.” Ce verset est une des clés de la philosophie de Sun Tzu : elle pose la reconnaissance qu’une lutte armée n’est pas une anomalie éphémère , mais un acte conscient.

Contrairement à la plupart des écrivains gréco-romains, Sun Tzu ne s’intéressait pas avant tout à l’élaboration de stratagèmes compliqués ou purement tacticiens (transitoires).

Il s’était donné pour but de rédiger un traité méthodique à l’usage des meneurs d’hommes et des généraux lancés dans la poursuite intelligente d’une guerre victorieuse.

Il croyait que le stratège habile doit être capable de soumettre l’armée ennemie sans engagement militaire, de prendre les villes sans les assiéger et de renverser un État sans ensanglanter les épées.

La transcription des 13 chapitres en… 1000 secrets.

Chinese Go players (Nan Yan – 500 BC)

     Si Sun Tzu savait fort bien que le combat implique beaucoup plus que le choc des armées – « Le nombre à lui seul, ne donne nullement l’avantage. » -, il nous rappel surtout au bons sens en considérant avant tout les facteurs psychologiques, moraux et intellectuels – et non les éléments matériels -, en amont de toute entreprise.

“Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation”

De toutes les citations que nous retrouverons au travers de ses écrits, toutes sans exception font la part belle à l’art de la gouvernance ; la gouvernance stratège dont le premier pilier relève avant tout de la connaissance de ses propres vulnérabilités avant d’entreprendre de connaitre celles des autres…

“Une armée [société] dénuée de renseignement est exactement comme un homme sans yeux ni oreilles”

Dans le contexte économique propre aux acquisitions et fusions stratégiques – ou de raids hostiles -, et au delà des ‘guerres fantômes’ et hauts faits ‘d’espionnage industriel’ dont la presse économique nous fait régulièrement écho, il réside toujours une ‘victime’ économique dont les vulnérabilités ont été habilement exploités par un adversaire bien renseigné…

Jérôme Gabriel

Jérôme Gabriel

Expert d’état nominé* dans le renseignement économique et la lutte contre la fraude, Jérôme Gabriel a fait ses premières armes pour le Commerce extérieur français en tant que spécialiste Asie du sud-est. Aujourd'hui expert associé auprès d’un cabinet d’avocats d’affaires internationales en Suisse Romande, il apporte son expérience et ses certifications en matière d'intelligence économique et de sûreté économique au service de la «compliance» auprès d’institutions et intermédiaires financiers, avocats d’affaires et entreprises en Suisse. *Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (Services 1er Ministre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *