Blockchain: une innovation pour la gestion collective ?

La blockchain est à la mode. Du secteur privé au secteur public, tout le monde en parle et la décrit comme cette innovation majeure qui transformera les organisations dans les années à venir. Cet article se propose de la définir en termes simples et de mettre en lumière une application spécifique: la gestion de biens communs.

 

La blockchain est une technologie qui permet d’enregistrer des transactions de valeurs, et de valider leur exactitude de manière sûre, transparente et immuable. Traditionnellement, lorsque deux individus souhaitent effectuer une transaction, ils passent par un intermédiaire qui va leur offrir la confiance qu’ils n’ont pas nécessairement entre eux : par exemple, le système bancaire assure que le même montant sera bien débité chez l’un et crédité chez l’autre. La blockchain offre une alternative à cette intermédiation. En effet, elle représente une vraie innovation en matière de prise de décision collective et distribuée, c’est-à-dire sans institution centrale qui contrôle et valide l’exactitude des décisions et des transactions.

 

La bitcoin blockchain est une immense base de données, qui enregistre les transactions de valeurs entre individus. Toutes les transactions de bitcoins qui ont lieu dans le monde à chaque seconde sont enregistrées à intervalles régulières dans des « blocs » de transactions, qui sont ensuite ajoutés aux blocs précédents. L’identité des individus n’est pas divulguée : chacun est représenté par un numéro (« public key »). Par contre, toutes les transactions sont transparentes, visibles de toutes et tous, et enregistrées de manière immuable. Il n’est plus possible d’altérer une transaction à partir du moment où elle est validée et ajoutée à la bitcoin blockchain.

 

Chaque transaction est horodatée et validée par des agents (appelés « miners ») qui ont pour rôle de vérifier l’exactitude de la transaction. Afin d’éviter toute collusion entre les individus qui échangent des bitcoins et les agents chargés de valider et d’enregistrer cette transaction dans un nouveau bloc, la blockchain organise ce qui pourrait ressembler à concours mathématique mondial : à chaque création d’un nouveau bloc, les « miners » du monde entier tentent de résoudre un problème mathématique complexe, qui ne peut être résolu qu’en utilisant une grande puissance de calculs à l’aide de puissants ordinateurs. Les premiers à trouver la solution gagent le droit de créer un nouveau bloc et sont rétribués : ils reçoivent un certain nombre de bitcoins.

 

Cette technologie offre donc une alternative innovante en termes de gestion distribuée et décentralisée des transactions de valeurs entre individus. Elle peut s’appliquer idéalement à la gestion de biens communs, qui représente un défi pour les institutions publiques et les organisations internationales. Le concept de la tragédie des biens communs, introduit il y a une cinquante d’année par l’écologue américain Garrett Hardin, permet de décrire ce défi. Il est souvent illustré par l’exemple suivant.

 

Des éleveurs partagent un pâturage et se mettent d’accord sur le nombre idéal de moutons que chacun peut y amener. Le nombre idéal permet à l’herbe de se renouveler suffisamment ce qui assure à tous les moutons de paître sur le long-terme. Collectivement il s’agit de la solution idéale. Cependant, individuellement, chacun va être tenté de maximiser son profit et donc d’ajouter un, voire plusieurs moutons, ce qui va progressivement conduire à une telle dégradation du pâturage, que plus aucun mouton ne pourra paître. Une décision, qui peut faire sens au niveau individuel et à court terme, ne fait plus du tout sens au niveau collectif et à long-terme.

 

La tragédie des biens commun est une parfaite illustration de notre difficulté à gérer collectivement les biens publics, tels l’environnement et les ressources naturelles. Joshua Weitz et ses collègues du Georgia Institute of Technology (USA) ont développé plusieurs scénarios afin de comprendre comment éviter la tragédie des biens communs. Ils ont découvert que seule une incitation forte extérieure pouvait motiver les agents individuels à s’aligner sur le choix idéal collectif et du long terme, même si le bien commun était déjà épuisé ou si d’autres agents continuaient à dégrader les ressources communes.[1]

 

C’est précisément ce que cette technologie propose : inciter les participants à œuvrer pour maintenir le bien collectif en alignant intérêts individuel et collectif. En effet, la bitcoin blockchain (ici le bien commun) ne peut fonctionner que si les « miners » participent activement et correctement à son bon fonctionnement, c’est à dire continuent à valider les transactions et créer de nouveaux blocs. Pour éviter l’écueil de la tragédie des biens communs, la blockchain s’appuie sur deux principes qui permettent d’aligner leurs intérêt individuel et collectif.

 

Tout d’abord, la bitcoin blockchain récompense les « miners » qui créent de nouveaux blocs et valident les transactions. Deuxièmement, en étant rétribués en bitcoins, ils ne gagnent de la valeur que si la bitcoin blockchain continue d’inciter la confiance pour de nouvelles transactions. Ils sont donc rétribués pour leur contribution (intérêt individuel) avec des bitcoins qui n’ont de valeur que s’ils assurent la pérennité de la bitcoin blockchain (intérêt commun).

 

Cette technologie, et ses deux principes d’incitation distribuée pouvant être appliqués à un grand nombre de situations, promettent donc de grands changements en termes de gestion des biens communs et de gouvernance dans les années à venir. De multiples entreprises, organisations internationales et institutions publiques développent à ce titre des projets basés sur la blockchain afin d’augmenter la transparence et l’efficacité des processus de gestion des transactions et des biens communs.

 

Une précision finale. Ici, les principes de base de la bitcoin blockchain ont été considérés en guise d’illustration. Mais il est à noter qu’il existe une blockchain pour chaque crypto-monnaie ou chaque valeur. Ainsi, la bitcoin blockchain est la chaine de blocs qui enregistre toutes les transactions pour la seule crypto-monnaie bitcoin. De surcroît, le terme « blockchain » est utilisé pour désigner un nombre important de variantes avec des processus de validation des transactions (appelé « consensus mechanisms ») distincts.

 

[1]http://www.rh.gatech.edu/news/583719/game-theory-shows-how-tragedies-commons-might-be-averted

Jérôme Duberry

Jérôme Duberry

Jérôme Duberry est enseignant-chercheur Post-Doc au Centre de Compétences Dusan Sidjanski en Études Européennes, Global Studies Institute, Université de Genève, et chercheur associé à l’IHEID. Ses activités de recherche s'articulent autour de la convergence entre technologies numériques, politique et développement durable (ODD).

4 réponses à “Blockchain: une innovation pour la gestion collective ?

  1. Assez jolie la parabole du mouton, assez joli votre chaîne de blocs aussi.

    En réalité “vraie”, les technologies “blochchains” ne seront qu’un asservissement de la planète de plus, comme les bitcoins, soit une réalité virtuelle de + au profit des possédants.

    Que pourraient, par ex. ces technologies contribuer à l’environnement?
    Mettre dans un super réseau, toutes les folies de notre planète?

    Alors, je dis oui aux blockchains:))))!

  2. P.S
    Bien sûr, on ne peut pas en vouloir à l’EPFL/Z de faire la promotion de Startups gages de la qualité de leur enseignement. Le problème serait plutôt dans le serpent qui se mord la queue.

    Une startup n’étant pas destinée, à priori, au bien de l’humanité, mais un coup de poker, pour faire un coup, de la part d’investisseurs avec un nez plus affiné que d’autres.

    Alors, les blockchains, ne feront que multiplier à la puissance mille, ce mal d’ état d’esprit qui va couler notre planète.

    D’où sans doute la volonté de certains de vouloir aller sur Mars ou de se construire un bunker?

    A ma connaissance, tout homme est mortel mais qui sait? Les technologies lui permettront peut-être, un jour, de partir dans l’au-delà avec son portefeuille?

  3. Rien ne prouve que les valeurs introduites dans la blockchain sont authentiques. Elle peuvent provenir de l’argent sale ! D’où l’expression : garbage in , garbage out !
    À partir du moment où l’on a validé la transaction initiale, on ne peut plus la contrôler, la chaîne est pourrie pour toujours .
    Ce risque peut être réduit dans les transactions traditionnelles puisqu’un tiers peut toujours vérifier le contenu.
    De même que si un faux certificat est numérisé sans être validé, tous les acteurs le croiront authentique , les fraudes ne seront plus détectables à l’intérieur de la chaîne.
    C’est ainsi que des demandes de rançon en bitcoin ne peuvent pas être poursuivies !
    Sans compter que les ordinateurs ne sont pas à l’abri de virus et peuvent être manipulés par des hackers qui pourraient s’emparer de toute la chaîne, du moins d’une majorité.
    On sait d’autre part que le « mining » consomme énormément d’énergie et que le nombre de transactions par seconde est faible, ce qui ne convient pas aux transactions bancaires par exemple.
    Cette technologie n’est qu’illusion, de la poudre aux yeux , mais le terme blockchain est à la mode, et certains s’amusent à surfer sur cette vague ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *