Agir pour éviter que le COVID-19 ne tue dans les camps de réfugiés et bien au-delà

Photo de Dr Mike Ryan (OMS)

 

Il y a quelques jours Priti Patnaik, journaliste pour The New Humanitarian, interrogeait Mike Ryan, qui dirige à l’Organisation mondial de la santé (OMS) le programme d’urgence sanitaire. Épidémiologiste de formation avec 25 ans d’expérience dans des zones de conflit, Mike Ryan met en garde tous les gouvernements qui placent au second plan les programmes de prévention, les opérations de dépistage et l’assistance médicale aux requérants d’asile et aux réfugiés confinés dans des camps où les conditions sanitaires sont alarmantes et la surpopulation inquiétante. Dans ces camps, c’est évident, le potentiel de propagation d’une épidémie comme le Covid-19 est accru alors que l’état de santé sous-jacent des personnes qui y sont confinées est déjà compromis. 

Nous sommes particulièrement préoccupés pour les personnes vivant dans des camps – les Rohingyas vivant au Bangladesh, les personnes vivant dans des camps de déplacés internes en Syrie et au Yémen, les réfugiés vivant au-delà des frontières turques… Le fait est que les systèmes de santé qui les entourent sont déjà faibles et pas nécessairement fonctionnels. Il y a une autre vulnérabilité dont nous ne parlons pas, à savoir la vulnérabilité de l’enfant sous-alimenté ou du réfugié stressé vivant dans un camp surpeuplé. Je crains un peu que l’impact sur ces populations soit potentiellement beaucoup plus important que ce à quoi les gens s’attendent. Mais la dernière chose que je veux, c’est que les réfugiés s’inquiètent de quelque chose de plus. Ils ont déjà de quoi s’inquiéter. Il s’agit ici d’un appel à l’action.”

Selon Mike Ryan, si l’épidémie pénètre dans un camp de réfugié, il est impératif d’y intervenir rapidement afin d’isoler les cas. Parvenir à stopper la propagation de la maladie nécessite d’agir sur trois priorités: la conception du camp, l’espace dans le camp et l’hygiène. 

 

Appel de MSF pour l’évacuation des requérants d’asile bloqués sur les îles grecques

Le 12 mars, l’organisation MSF lançait un appel au gouvernement grec demandant l’évacuation des camps qui se trouvent sur les îles de Lesbos, Samos, Chios, Kos et Leros. Un cas de coronavirus COVID-19 à Lesbos a suscité de nouvelles craintes pour la santé et la sécurité des personnes prises au piège dans ces camps insalubres et exigus. 

Selon l’ONG, la menace d’une épidémie parmi les personnes est réelle à cause du manque d’installations et services sanitaires adéquats et parce que les soins médicaux y sont plus que limités. Selon Hilde Vochten, coordinatrice médicale de MSF en Grèce, il n’y a dans certaines parties du camp de Moria, qu’un seul robinet d’eau pour 1 300 personnes. Beaucoup de personnes n’ont d’ailleurs même pas de savon. Des familles nombreuses s’entassent la nuit dans des tentes humides de 3 mètres carrés. Les mesures recommandées comme le lavage fréquent des mains et l’éloignement social pour éviter la propagation du virus sont impossibles à mettre en pratique.

Dans une lettre adressée aux dirigeants grecs et européens, plusieurs organisations non-gouvernementales européennes ont demandé une action urgente pour protéger et soutenir les familles et les mineurs non accompagnés arrivés en Grèce ces dernières semaines. Elles exigent notamment que toutes les mesures adéquates soient prises afin de les protéger.

La Grèce a annoncé mardi 17 mars une série de nouvelles mesures d’urgence afin d’empêcher la propagation du COVID-19 à l’intérieur des centres d’accueil et des camps. Mais ces dernières ne feront probablement qu’empirer la situation. Parmi ces mesures, il y a celle de contrôler la santé des demandeurs d’asile nouvellement arrivés sur le continent et les îles et celle de suspendre l’entrée du personnel de plusieurs ONG dans les camps et ce pendant au moins 14 jours. L’UNICEF s’inquiète des restrictions aux frontières européennes visant à ralentir la propagation du coronavirus. Ces mesures affectent aussi les plans de transfert de centaines de requérants mineurs non accompagnés des îles grecques vers d’autres États membres de l’UE. Un drame pour des centaines d’enfants qui ne pourront pas rejoindre leurs familles. 

Situation en Bosnie 

Selon le HCR, il y a actuellement environ 7 000 requérants d’asile en Bosnie. Beaucoup sont situés dans les camps de Tuzla, Bihac et Velika Kladusa, à la frontière croate, où ils vivent dans des conditions exiguës dans des bâtiments abandonnés ou des gares désaffectées. Beaucoup d’entre eux vivent sans électricité, chauffage ou eau potable. Les médecins disent que si le virus s’y propage ce serait dramatique. 

Nous n’avons pas de place pour les mettre en quarantaine“, a déclaré au Guardian Semra Okanović, médecin à Velika Kladuša, une ville proche de la frontière croate. «Nous n’avons pas assez de tests pour notre population, et nous n’en avons pas pour les migrants. Et vraiment, nous ne savons pas si certains d’entre eux ont été infectés ou non. » 

Situation en France

En France, 24 organisations ont envoyé une lettre au gouvernement français et aux maires de Calais et de Grande-Synthe les implorant d’intervenir auprès des réfugiés et migrants qui se trouvent dans le nord de la France. Parmi elles, Médecins du Monde et Refugee Rights Europe dénoncent une situation très grave. Les migrants manquent de tout et vivent dans des conditions sanitaires déplorables. Selon elles, le gouvernement français doit prendre des mesures d’urgence pour l’hébergement, l’alimentation, l’accès à l’eau chaude et au savon et ce dans le but de prévenir et freiner autant que possible la propagation du virus Covid-19 au sein de ce groupe vulnérable et au-delà.

En Suisse, plusieurs associations demandent un moratoire sur les procédures d’asile 

Plusieurs associations demandent au Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) de prendre des mesures exceptionnelles en faveur des requérants d’asile dans les centres fédéraux d’asile (CFA). Ces centres hébergent des centaines de personnes et l’accès aux soins médicaux y est déjà passablement restreint. Ces associations demandent un moratoire sur toute la procédure d’asile mais la continuation de l’enregistrement des nouvelles demandes. D’autres demandes importantes ont été soumises en faveur des personnes qui ont reçu des décisions de renvoi Dublin vers l’Italie, des personnes en détention administrative et des sans-papiers en Suisse. 

Ne laisser personne derrière nous

Une réfugiée syrienne rencontrée récemment à Genève me disait qu’elle avait tellement de chance de ne pas être bloquée à Moria. Elle pensait  tous les jours à celles et ceux qui se trouvent aujourd’hui là-bas. Pour elle comme pour l’OMS, les gouvernements feraient bien de ne pas laisser les réfugiés de côté.

Je crains que les gouvernements ne fassent rien pour des personnes qui ont été forcées de fuir leur pays d’origine, qui ont tout perdu et qui survivent tant bien que mal dans des camps et dans des conditions abjectes. Mais la vérité est que les Etats, pour sauver leurs citoyens, doivent sauver toutes celles qui se trouvent sur leur territoire, un virus ne distingue pas le Français, du Suisse, de l’Américain, du Syrien, du migrant sans-papiers, du réfugié. Alors nous devons combattre ensemble, main dans la main.”

Lire aussi How Coronavirus is Affecting Refugees

 

65 organisations demandent la relocalisation urgente de 1’800 mineurs non accompagnés bloqués sur les îles grecques

De nombreuses organisations appellent les Etats de l’Union européenne à déployer des mesures urgentes de regroupement familial ou de relocalisation pour les 1 800 requérants d’asile mineurs non accompagnés qui sont bloqués depuis des mois sur les îles grecques. Relocaliser 70 enfants par pays ce n’est pas trop demander pour venir en aide à la Grèce, “bouclier bonne poire” de l’UE (et de la Suisse) et qui pourrait bientôt abandonner ce rôle. 

 

Les 65 organisations dont MSF, METAdrasi, Human Rights Watch, Caritas Europe et Save the Children sont mobilisées et rappellent que les 1 800  mineurs non accompagnés doivent être rapidement réunis avec leurs familles en Allemagne, en France, en Suisse et dans d’autres pays en Europe. Ces enfants attendent depuis longtemps des réponses sur leur demande de regroupement familial mais les formalités administratives complexes traînent. 

(suite…)

Lire la suite

Des suggestions pour une aide suisse efficace en Grèce

Photo © Abdul Aziz Muhamat, de retour de Lesbos

Il y a quelques jours, la Suisse annonçait son aide financière et matérielle à la Grèce. Elle s’accompagnera sans doute de conseils suisses au gouvernement grec qui s’intéresse au bilan positif de la procédure accélérée. Mais sur les îles la situation humanitaire est si grave que l’on se trouve dans une situation où les criminels de droit commun sont bien mieux traités en Europe. En plus, l’aide suisse se concentre sur un objectif, celui de maintenir les réfugiés loin de nos frontières. C’est regrettable. Elle doit faire mieux en soutenant des ONG locales expérimentées et connectées et elle doit faire plus en proposant la relocalisation rapide de familles particulièrement vulnérables.

 

Une souffrance sans nom dans les îles grecques

 

Avec l’arrivée de 59 726 personnes en 2019, les îles de Samos, Lesbos, Chios, Leros et Kos accueillent actuellement quelque 40 000 personnes dont 85% viennent de pays en conflits (Syrie, Afghanistan, Irak, Palestine, Somalie, RDC) et méritent selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) un statut de protection

Depuis le mois de juillet 2019, le nombre de personnes enregistrées à Moria (Lesvos) a quadruplé. Il accueille désormais plus de 18 000 personnes, neuf fois sa capacité d’hébergement réelle (2 200 personnes) et surtout le tiers de la population du camp est constituée d’enfants de moins de 12 ans dont beaucoup sont malades. Ils ne bénéficient d’ailleurs plus de soins depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l’asile en novembre.

MSF et le HCR ont demandé l’évacuation rapide des personnes dont la santé s’aggrave, des mineurs non accompagnés et des familles vers des logements décents en Grèce continentale.   

  (suite…)

Lire la suite

En Suisse, les demandes d’asile ont chuté depuis 2015 et le SEM bâcle la procédure accélérée

A Lesvos, où près de 20’000 réfugiés sont retenus dans des conditions dégradantes et dangereuses, la police grecque se rabaisse à devoir confronter la colère des réfugiés avec des gaz lacrymogènes, même à l’encontre de jeunes femmes et d’enfants.

 

En Méditerranée les gardes-côte libyens les accostent pour les retourner de force en Libye avec la complicité et l’assistance de l’Union européenne et de l’Italie. En Hongrie, la police les repousse à la frontière serbe et place les requérants d’asile dans des centres de transit fermés le temps de la procédure. 

Voilà qui explique pourquoi les demandes d’asile en Suisse sont au plus bas depuis douze ans. 14’269 nouvelles demandes d’asile en 2019, représentent 6,5% de moins qu’en 2018, 21% de moins qu’en 2017, 48% de moins qu’en 2016 et 64% de moins qu’en 2015.

C’est si bas que que Madame Karin Keller-Sutter annonçait, en septembre dernier, la fermeture de plusieurs centres d’hébergement.

(suite…)

Lire la suite

Pour freiner la migration en provenance d’Afrique les dépenses européennes explosent

Maite Vermeulen est une journaliste hollandaise, cofondatrice du site d’information The Correspondent et spécialisée dans les questions migratoires. Avec deux autres journalistes, l’italien Giacomo Zandonini (Italie) et le nigérian Ajibola Amzat, elle a tenté de comprendre les raisons derrières la flambée des dépenses européennes sensées freiner la migration en provenance du continent africain. 

Depuis le Nigéria, Maite Vermeulen s’est intéressée aux causes de la migration nigériane vers l’Europe et sur les milliards d’euros déversés dans les programmes humanitaires et sécuritaires dans ce pays. Selon elle, la politique sécuritaire européenne n’empêchera pas les personnes motivées de tenter leur chance pour rejoindre l’Europe. Elle constate que les fonds destinés à freiner la migration sont toujours attribués aux mêmes grandes organisations gouvernementales ou non-gouvernementales. Les financements européens échappent aussi aux évaluations d’impact permettant de mesurer les effets des aides sur le terrain. 

(suite…)

Lire la suite

Le Conseil fédéral doit proposer une loi pour faciliter l’intégration des personnes admises à titre provisoire

La consultation lancée en août 2019 par le Conseil fédéral sur la modification de la Loi fédérale sur les étrangers et l’intégration (LEI) vient de prendre fin.  Sur la base des avis des cantons, communes, entreprises, partis politiques et ONG, le Conseil fédéral doit proposer une loi modifiée afin de faciliter l’intégration des personnes admises à titre provisoire (permis F) sur le marché du travail et diminuer leur dépendance à l’aide sociale. 

 

L’admission provisoire n’a rien de provisoire

 

L’admission provisoire est une mesure de substitution pour les décisions de renvoi qui ne peuvent être exécutées (1). Au cours des auditions d’asile, ces personnes n’ont pas démontré qu’elles étaient personnellement exposées à de sérieux préjudices (ou craignaient de l’être) en raison de leur race, de leur religion, de leur nationalité, de leur appartenance à un groupe social déterminé ou de leurs opinions politiques. Elles ont fui des conflits, des situations de violences généralisées ou des désastres naturels. Elles viennent en majorité de Syrie, d’Afghanistan, d’Erythrée et de Somalie. Pour ces personnes, l’exécution du renvoi est repoussé à une date indéterminée. L’admission provisoire n’est pas une autorisation relevant du droit des étrangers, c’est une mesure de substitution, une “autorisation de rester” d’une durée limitée de 12 mois renouvelable en attendant que le renvoi puisse être exécuté. Mais en réalité, la majorité d’entre eux restent durablement en Suisse. 

 

Source: Commentaire sur la statistique en matière d’asile pour l’année 2018, Secrétariat d’Etat aux migrations SEM

  (suite…)

Lire la suite

La Cour des comptes de l’UE critique les disparités en matière de gestion des migrations en Grèce et en Italie

Le 13 novembre 2019, la Cour des comptes de l’Union européenne (UE) publiait son rapport d’audit «Asile, relocalisation et retour des migrants: il est temps de renforcer la lutte contre les disparités entre les objectifs et les résultats». Ce rapport examine le soutien financier et opérationnel de l’UE en faveur de la Grèce et de l’Italie. Il évalue dans quelles mesures les objectifs ont été atteints et si les procédures d’asile et de retour étaient efficaces et rapides. Le rapport couvre la période 2015-2018. La Cour des comptes s’est intéressée à l’accueil des requérants d’asile, à la procédure d’asile, au système EURODAC et au fonctionnement du système Dublin, aux relocalisations des requérants d’asile vers d’autres pays de l’UE et enfin à l’efficacité des renvois vers les pays d’origine. Le rapport est truffé de recommandations qui vont inévitablement influencer les décisions des autorités suisses. 

(suite…)

Lire la suite

Brexit: l’occasion pour le Royaume-Uni de se distancer de la politique migratoire de l’UE?

Les politiciens suisses devraient lire le rapport du Comité des affaires étrangères de la Chambre des communes (1) intitulé Responding to irregular migration: finding a diplomatic route.  C’est une mine d’information. Dans ce rapport, les députés conservateurs et travaillistes du Foreign Affairs Committee (1) demandent au Ministère de l’intérieur (Home Office) et au Ministère des affaires étrangères (Foreign & Commonwealth Office) de collaborer étroitement avec l’UE afin que les mesures de sécurisation des frontières respectent mieux les droits fondamentaux des migrants.

Calais

Le Comité déplore la situation à Calais causée par une sécurisation outrancière de la frontière sans considération des besoins réels des migrants bloqués dont 50% mériteraient de retrouver rapidement leurs familles en Angleterre. Il prône des financements plus importants afin d’améliorer les conditions de vies des migrants en France et en Belgique et éviter que les personnes découragées par des procédures lentes utilisent les services de passeurs pour traverser la Manche ou finir congelés dans des camions frigorifiques.

(suite…)

Lire la suite

METAdrasi fondé par Lora Papa, reçoit le Prix Conrad N. Hilton pour son travail auprès des requérants d’asile en Grèce

Lora Pappa est une femme de terrain inspirante et déterminée. En décembre 2009 elle fonde METAdrasi, Action pour la migration et le développement afin de soutenir de nouvelles actions en Grèce pour une gestion plus efficace des flux migratoires. Son travail vient d’être récompensé par le prestigieux prix humanitaire “N. Hilton Humanitarian Prize” qui sera remis lors d’une cérémonie qui se tiendra à Los Angeles le 18 octobre 2019. Le prix Hilton est considéré de loin le plus important (2 millions de dollars) et le plus prestigieux prix humanitaire au monde. 

 



 

Activités novatrices de METAdrasi

En 2010 METAdrasi se lance dans la formation d’interprètes et dans l’accompagnement des mineurs non-accompagnés. Un réseau d’escortes est créé pour transférer rapidement les mineurs et enfants non-accompagnés des centres de détention vers des foyers appropriés. Avec le temps, METAdrasi développe d’autres activités novatrices, comme le réseau de tuteurs pour protéger les mineurs dès leur arrivée, un système de parrainage grâce à un réseau de familles d’accueil, des foyers de transit sur les îles. En 2018, METAdrasi lance un nouveau programme permettant aux mineurs non accompagnés de 16 à 18 ans, bénéficiant du statut de réfugié, de vivre en autonomie assistée.  L’organisation offre une assistance juridique et procède à l’identification et à la certification des victimes de torture. Enfin elle est engagée dans la formation avec notamment des cours de langues. 

 

Comment tout a commencé

Après des études à Genève à l’Institut des hautes études internationales et du développement (IUHEID), Lora Pappa retourne en Grèce où elle travaille plusieurs années pour le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). C’est lors de missions sur les îles qu’elle constate le manque d’assistance aux requérants mineurs non-accompagnés, littéralement laissés-pour-compte, sans hébergement appropriés, sans aides particulières, destinés à l’errance, donc des cibles idéales pour les réseaux criminels. 

 

Je voyais beaucoup de requérants mineurs non-accompagnés totalement délaissés dans des camps fermés avec des adultes. Je savais qu’ils devaient être transférés au plus vite vers des foyers sur le continent mais il n’y avait personne pour le faire. Les préfectures avaient l’ordre des procureurs de les transférer mais ces ordres restaient lettre morte ou  cela se faisaient dans de mauvaises conditions. Il y avait des enfants qui passaient plus de temps que les adultes dans des conditions de détention sur les îles. Comme aucune ONG ne souhaitait s’en charger, j’ai décidé de créer METAdrasi pour combler ce vide.”

Lora Pappa se rend aussi compte du manque d’interprètes compétents et impartiaux. Dès 2010, l’ONG se lance dans un vaste programme de sélection et de formation d’interprètes. Aujourd’hui METAdrasi en compte 350 qui couvrent 43 langues et dialectes en tout. Ils sont appelés pour traduire  dans le cadre de la procédure d’asile, durant l’enregistrement sur les îles, dans des camps de réfugiés sur le continent mais aussi dans les hôpitaux ou auprès des services publics comme les écoles. Les interprètes sont aussi actifs auprès d’autres organisations non-gouvernementales (ONG) ou internationales, notamment le HCR. Dans ce domaine METAdrasi pourrait bien être une pointure au niveau européen. 

Nous nous occupons de la sélection des interprètes, de leur formation et de leur évaluation. Le succès de METAdrasi vient de la formation qu’elle délivre et de la coordination des interprètes sur le terrain. Autre particularité, la nouvelle loi de 2013 en Grèce oblige les interprètes à signer avec un code ce qui les protège des tentatives de corruption. Nous sommes un des seul pays à le faire en Europe. Les auditions d’asile sont aussi enregistrées.”

Lora Pappa déplore par contre la prolifération d’entreprises privées depuis 2015 qui facturent des prix élevés au Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) alors que leurs interprètes font l’objet de plaintes récurrentes. Lora Pappa songe sérieusement à répondre au prochain appel d’offre de EASO parce que l’expertise de METAdrasi est unique et doit profiter au plus grand nombre. 

  (suite…)

Lire la suite

C’est dans l’intérêt de la Suisse de participer au mécanisme de répartition des rescapés en Méditerranée

Une motion intitulée « Urgence humanitaire en Méditerranée. Pour que la Suisse soit solidaire du mécanisme coordonné de répartition post-débarquements » vient d’être déposée au Parlement fédéral par six membres du Conseil national (1). Cette motion demande à la Suisse d’accueillir 2% des personnes rescapées en Méditerranée et de participer ainsi au mécanisme d’attribution automatique souhaité par plusieurs Etats européens.

Dans un communiqué de presse, SOS MEDITERRANEE Suisse précise que le dépôt de la motion intervient alors que les autorités italiennes viennent juste d’assigner Lampedusa comme lieu sûr de débarquement pour les 82 rescapés secourus par l’Ocean Viking lors des deux dernières opérations de sauvetage. Le navire est le premier à être autorisé à débarquer des personnes depuis  la fermeture des ports italiens il y a 15 mois.

Depuis longtemps les organisations de sauvetage en mer et plusieurs Etats européens (France, l’Allemagne, l’Espagne) recommandent la mise en place d’un mécanisme de débarquement pérenne et coordonné impliquant le transfert des rescapés vers les pays de l’Union européenne selon une clé répartition précise. L’Italie réclame un tel système beaucoup plus juste et solidaire. De son côté, le Ministre de l’intérieur allemand, Horst Seehofer (CSU) a récemment évoqué une participation à hauteur de 15% dans ce mécanisme qui sera discuté lundi 23 septembre à Malte.

(suite…)

Lire la suite