Aujourd’hui à Gap, le procès de l’Europe sécuritaire

Le Tribunal correctionnel de Gap (Hautes-Alpes) juge aujourd’hui ceux qu’on appelle les “7 de Briançon” (1) parce qu’ils ont, en avril 2018, accompagné et facilité l’entrée d’un groupe de migrants qui souhaitaient traverser la frontière sans “mourir en montagne ou accoucher au bord de la route”.

 

Ils comparaissent aujourd’hui et sont jugés pour « aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire national et en bande organisée ». Ils encourent jusqu’à 10 ans de prison et une amende de 750 000 euros ainsi que, s’agissant des ressortissants étrangers, d’une interdiction de pénétrer sur le territoire français.

 

 

Leur détention a soulevé l’indignation puisqu’ils ont agi dans un contexte précis: la frontière alpine du col de l’Échelle était meurtrière et l’accompagnement à la marche des migrants était une réaction au blocage du col par le groupe d’extrême droite Génération identitaire.

 

(suite…)

Lire la suite

En Thaïlande où la Clinique Mae Tao, dédiée aux Karen, ne désemplit pas

La Clinique Mae Tao située à la frontière thaïlandaise donne environs 110’000 consultations par an aux migrants et réfugiés en provenance du Myanmar (Birmanie), principalement aux femmes et aux enfants d’ethnie Karen. La moitié des consultations sont données à des personnes qui résident au Myanmar où les soins médicaux manquent cruellement. Les traversées de la frontière se font illégalement, souvent de jour par la rivière Moei. C’est le cas de milliers de femmes qui viennent pour accoucher et recevoir les premiers soins avant de repartir.

(suite…)

Lire la suite

Le sauvetage en Méditerranée doit primer sur toutes autres considérations

Né à Paris le 22 mai 1924, Charles Aznavour est décédé hier 1er octobre à l’âge de 94 ans. Il était fils de réfugiés arméniens forcés de fuir la Géorgie. Ils sont arrivés en France par bateau où ils ont eu le droit de débarquer. Ses parents souhaitaient aller aux Etats-Unis  mais la réduction des quotas de réinstallation en 1925 les ont amenés à choisir la France. Le monde pleure ce grand artiste, chanteur, acteur, compositeur adulé et respecté. Mais aujourd’hui, le contexte politique sécuritaire n’aurait pas permis un tel débarquement en France et c’est bien dommage.

L’Aquarius, le navire de sauvetage affrété depuis 2016 par l’association SOS MEDITERRANEE et opéré en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF) a été retiré du registre du Panama suite aux pressions de l’Italie(1). Le navire doit donc suspendre sa mission de sauvetage et c’est une tragédie pour ceux qui en souffriront et pour l’Europe qui piétine ses valeurs fondamentales permettant son rayonnement extraordinaire depuis plus de 60 ans.

Et pourtant, dimanche dernier 30 septembre 2018, plusieurs pays ont choisi la seule voie idéale, celle de se répartir équitablement les 58 survivants d’une traversée dangereuse. Sept familles, dont de jeunes enfants ont eu l’autorisation après une semaine d’attente en mer de débarquer à Malte.  Elles ont bénéficié d’un “Accord de répartition solidaire” entre l’Allemagne, la France, l’Espagne et le Portugal.

L’Aquarius était le seul navire civil de sauvetage en mer Méditerranée centrale. Il se dirige maintenant vers le port de Marseille où il devra rester à quai jusqu’à l’obtention d’un nouveau pavillon, tâche qui appartient à l’armateur, la société allemande Jasmund Shipping.

(suite…)

Lire la suite

Une immense souffrance dans les centres hotspot en Grèce selon MSF et le HCR

Il suffirait d’une petite étincelle pour provoquer l’insurrection dans les centres d’enregistrements “hotspots”(1) à Lesvos, Samos, Chios et Kos. Il y a quelques jours le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) communiquait la gravité de la situation en pointant du doigt les autorités grecques trop lentes à réinstaller les familles sur le continent. Il faut dire que depuis le début du mois de septembre les arrivées sont plus nombreuses. A Lesbos par exemple, Médecins sans frontières (MSF) comptent 1’500 nouvelles arrivées.

 

Le HCR appelle les autorités à accélérer rapidement les procédures pour les personnes pouvant être transférées sur le continent; augmenter la capacité d’accueil sur le continent pour les accueillir; améliorer rapidement les conditions dans les centres d’accueil et fournir un hébergement alternatif aux plus vulnérables.”

 

Le temps presse car l’hiver approche. Aujourd’hui les centres d’accueils sont surpeuplés et dangereux pour la santé publique car les autorités grecques ont abandonné le contrôle des installations sanitaires et de la gestion des déchets qui s’empilent aux abords des tentes et des eaux stagnantes. Les camps sont aussi devenus des lieux où règnent les abus sexuels et la violence. Les toilettes et les douches sont des “no-go zones” pour éviter les abus.

 

 

 

D’autres nouvelles donnent la nausée. Les enfants font régulièrement des tentatives de suicide, les femmes accouchent seules dans des tentes et les soins médicaux ne sont accessibles qu’après des heures de queue.  

 

Dans les camps de Vathy (Samos) et Moria (Lesvos) le nombre de personnes est plus de trois fois supérieur à leur capacité d’accueil(2). Les centres “hotspot” des îles de Chios et de Kos ont presque doublé leur capacité d’accueil.

 

On est traité comme des rats

 

Moria est un centre dangereux où le désespoir donne envie d’en finir. Situé au milieu d’une oliveraie, dans la commune de Moria sur l’île de Lesbos, ce camp est le premier centre d’enregistrement “hotspot” en Grèce. A Moria, Médecins sans frontières (MSF) a constaté une escalade de violence à l’intérieur et autour du camp.

Là-bas, les requérants d’asiles estiment qu’ils y sont “traités comme des rats” et l’ONG a déploré plusieurs tentatives de suicide et de nombreux cas d’automutilations parmi des enfants. Mais ce n’est pas tout. Le rapport des inspecteurs de la santé publique de l’île de Lesbos vient de condamner la situation sanitaire critique du camp à cause de la quantité importante de déchets sur le site considéré comme “dangereux pour la santé publique et l’environnement”. La gouverneure régionale Chrisinana Kalogirou a exigé des mesures concrètes d’ici le 10 octobre 2018 au Ministre des migrations et au directeur du camp pour éliminer les déchets et surtout pour adapter et réparer les installations sanitaires sans quoi le camp sera fermé.

 

Le HCR critique la paresse des autorités grecques

 

Ces niveaux de surpeuplement n’ont pas été observés depuis mars 2016 selon le HCR qui souligne dans son communiqué qu’à l’époque les taux d’arrivée étaient beaucoup plus élevés. Ce sont en grande majorité des familles de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan qui ont été victime des retards administratifs et logistiques grecs. Mais le HCR rappelle les financements importants reçus de l’Union européenne et propose de venir en aide au gouvernement grec pour accélérer les transferts rapides des personnes les plus vulnérables.

 

Lire aussi:

 

Inside Lesbos’ Moria camp, home to thousands of trapped refugees and migrants

EU to shore up borders, returns and migrant detentions

 

 

——

  1. Un centre “hotspot” est un centre de réception et de rétention des requérants  où les procédures d’identification et d’enregistrement sont effectués notamment avec la prise systématique des empreintes digitales des requérants d’asile.
  2. Vathy a une capacité d’accueil de 700 personnes. En août 2018 ce sont 2’700 personnes qui étaient bloquées là-bas. Moria a une capacité de 3’100 personnes. Le nombre d’occupants a atteint 9’000 personnes selon MSF.

 

Le Comité de l’ONU contre la torture s’oppose à un transfert Dublin vers l’Italie

En vertu des accords de Dublin, la Suisse souhaitait renvoyer vers l’Italie un requérant d’asile érythréen victime de tortures dans son pays d’origine. Dans une décision récente le Comité des Nations unies contre la torture a demandé à la Suisse de ne pas renvoyer l’intéressé en Italie invoquant le respect de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (1984).

A.N. victime de torture en Erythrée est venu en Suisse où vit son frère

A.N. requérant d’asile érythréen, a fui son pays où il a été détenu durant cinq et régulièrement torturé. En 2015, il dépose une demande d’asile en Suisse où il reçoit rapidement des soins auprès de la Consultation pour victimes de torture et de guerre (HUG). Plusieurs rapports médicaux détaillés concernant les tortures subies sont soumises aux autorités suisses – Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) et Tribunal administratif fédéral (TAF). Mais elles le déboutent  et il est transféré en Italie en octobre 2016. Là-bas il ne trouve aucun logement, rien pour se nourire, aucune aide. Après deux jours il décide de revenir en Suisse où il dépose une seconde demande d’asile. En Suisse il est accueilli par son frère et reçoit des soins médicaux réguliers. Les autorités d’asile le déboutent à nouveau et ordonnent son renvoi vers l’Italie ignorant complètement la situation médicale de l’intéressé et l’importance des soins dont il a besoin.

(suite…)

Lire la suite

Une famille séparée inutilement par un renvoi Dublin

Le 17 mai, le renvoi forcé vers l’Italie d’une femme nigériane requérante d’asile et de son bébé de 3 mois a été exécuté alors que le compagnon érythréen et père de l’enfant réside en Suisse au bénéfice d’un permis B. La demande de reconsidération auprès du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) et la procédure de reconnaissance en paternité en cours n’ont pas freiné les autorités qui ont préféré opter pour un renvoi inutile, coûteux et inhumain.

Dans un communiqué de presse le Collectif R a dénoncé la traque des polices vaudoises et lucernoises venues arrêter la jeune femme au domicile du compagnon. Sur place les policiers ont affirmé qu’un regroupement familial pourra être demandé après coup depuis l’Italie précisant que la mère et son enfant pourront revenir en Suisse une fois la reconnaissance de paternité avérée.

Voilà la solution proposée: renvoyer une famille qui pourra bénéficier d’un regroupement familial après coup. Mais le processus et les démarches de ce couple pour y arriver seront longues et difficiles.

Depuis l’avènement du “système Dublin” avec la conclusion de la Convention de Dublin en 1990 puis des règlements Dublin II en 2003 et Dublin III en 2013, l’impact du système sur les familles a été l’un des effets négatifs le plus régulièrement observé et un nombre important de cas ont révélé l’insensibilité extrême des autorités européennes à l’égard des familles. La Suisse reste la grande championne des renvois Dublin.

(suite…)

Lire la suite

MSF dénonce les conditions de vie abjectes des requérants d’asile et des réfugiés en Italie

Dans un nouveau rapport très documenté, MSF dénonce les conditions de vie sordides de milliers de migrants vulnérables en Italie.

On y voit des images de réfugiés et requérants d’asile bloqués aux frontières, dormant sous les ponts, dans des tunnels ou des ghettos désaffectés, éloignés de tout. Vivant en dehors du système d’accueil formel des milliers de personnes n’ont pas accès aux soins de base ou à la nourriture.

Selon MSF ce sont presque 10’000 personnes qui sont réparties dans 47 camps insalubres dispersés entre les villes de Turin, Milan, Florence, Foggia, Rome et les villes frontières de Ventimiglia, Côme, Gorizia et Bolzano.

(suite…)

Lire la suite

Les refoulements à la frontière expliquent la baisse des demandes d’asile en Suisse en 2017

En 2017 les demandes d’asile ont chuté d’un tiers avec 18’088 demandes déposées en Suisse. C’est le chiffre le plus bas enregistré depuis 2010 selon le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM).

Ce chiffre est principalement dû aux mesures de sécurisation des frontières européennes et suisses et non à l’apaisement des conflits et des violences qui affectent les réfugiés dans le monde. Les outils de contrôle migratoire comme les accords de Dublin, les détentions administratives souvent abusives et les refoulements à la frontière de “réfugiés illégaux” – termes très inappropriés du Corps des garde-frontières (Cgfr) –  font partie de l’arsenal prioritaire des mesures appliquées avec peu de considération pour les souffrances humaines de personnes vulnérables, souvent rescapées des camps de détention libyens.

(suite…)

Lire la suite

Renvois Dublin, statistiques et intox du Secrétariat d’Etat aux migrations

Peut-on faire confiance au Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) lorsqu’il communique sur les statistiques en matière d’asile? Pas pour l’instant comme le démontre la bourde récente du SEM suite à la remise de l’Appel Dublin le 20 novembre 2017. Comme disait Coluche, “les statistiques, c’est comme le bikini: ça donne des idées mais ça cache l’essentiel!”

Il n’est pas aisé de déchiffrer les statistiques en matière d’asile. Elles sont un mystère pour celles et ceux qui ne sont pas familier avec la procédure suisse et européenne. Mais le SEM a la mauvaise habitude de nous donner des réponses volontairement vagues afin d’éviter, probablement, des précisions gênantes. Difficile de plaire à tout le monde: ceux qui souhaitent une politique moins ouverte à l’égard des réfugiés et ceux qui au contraire tiennent à ce que la Suisse respecte simplement les droits fondamentaux des requérants d’asile, des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire. Pourtant, même en sandwich, le SEM gagnerait en crédibilité s’il évitait de nous induire en erreur. Le réflexe défensif est un mauvais calcul. Il décrédibilise l’institution qui n’en a cure sauf peut-être quand la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga se voit obligée de corriger la bourde devant le Parlement.

(suite…)

Lire la suite

Les obstacles au regroupement familial des réfugiés freinent leur intégration

Opinion publiée dans Le Temps le 13 décembre 2017.

Pour les réfugiés, le regroupement familial fait partie intégrante de la jouissance effective du droit au respect de la vie familiale garanti dans la Constitution et dans la Convention européenne des droits de l’homme (article 8). Sans regroupement familial, les réfugiés ont peu de chance de reprendre une vie normale et de s’intégrer dans la société d’accueil.

Or, dans notre pays comme dans la plupart des Etats européens, les obstacles administratifs, pratiques et juridiques au regroupement familial des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire sont nombreux.

(suite…)

Lire la suite