65 organisations demandent la relocalisation urgente de 1’800 mineurs non accompagnés bloqués sur les îles grecques

De nombreuses organisations appellent les Etats de l’Union européenne à déployer des mesures urgentes de regroupement familial ou de relocalisation pour les 1 800 requérants d’asile mineurs non accompagnés qui sont bloqués depuis des mois sur les îles grecques. Relocaliser 70 enfants par pays ce n’est pas trop demander pour venir en aide à la Grèce, “bouclier bonne poire” de l’UE (et de la Suisse) et qui pourrait bientôt abandonner ce rôle. 

 

Les 65 organisations dont MSF, METAdrasi, Human Rights Watch, Caritas Europe et Save the Children sont mobilisées et rappellent que les 1 800  mineurs non accompagnés doivent être rapidement réunis avec leurs familles en Allemagne, en France, en Suisse et dans d’autres pays en Europe. Ces enfants attendent depuis longtemps des réponses sur leur demande de regroupement familial mais les formalités administratives complexes traînent. 

Pour MSF la situation à Lesbos ressemble à une zone de guerre. C’est dire!

 

 

Une action humanitaire urgente des Etats de l’UE et de la Suisse s’impose! La Suisse, la France, l’Allemagne, la Finlande, l’Irlande et la Serbie ont fait des promesses de relocalisations pour les enfants bloqués sur les îles. Néanmoins les signataires de cet appel soulignent que la situation est aussi très alarmante sur le continent. Beaucoup de mineurs non accompagnés sont laissés à eux-mêmes sans tuteurs rappelle l’ONG METAdrasi qui vient de perdre le financement européen (2 millions d’euros) pour son programme d’accompagnement juridique des mineurs.  

 

 

Communiqué de presse ici: Urgently Relocate Lone Children Refugee Camps Have Reached Breaking Point

Liste des signataires: Joint Call to Action for a European Relocation of Children

Lire:

Attaques fascistes a Lesbos, plusieurs ONG suspendent leurs activités

Et aussi:

METAdrasi fondé par Lora Papa, reçoit le Prix Conrad N. Hilton pour son travail auprès des requérants d’asile en Grèce

Des suggestions pour une aide suisse efficace en Grèce

Pour Jean Ziegler, l’Europe a créé des camps de concentration en Grèce

Jasmine Caye

Jasmine Caye

Avec une expérience juridique auprès des requérants d'asile à l'aéroport de Genève, Jasmine Caye aime décrypter l'information sur les réfugiés et les questions de migration. Elle a présidé le Centre suisse pour la défense des droits des migrants (CSDM) et continue d'assister des personnes en procédure d'asile. Les articles sur ce blog paraissent en version courte sur un autre blog ForumAsile.

4 réponses à “65 organisations demandent la relocalisation urgente de 1’800 mineurs non accompagnés bloqués sur les îles grecques

  1. “De nombreuses organisations appellent les Etats de l’Union européenne”

    Vous savez quand la porte est fermée, ce serait bien d’en appeler à d’autres aussi. Le Guatemala se vide sa population jeune (qui migre aux USA), le sultana de Bruneï manque de jeunes, la Mongolie souffre du vieillissement de sa population et certains pays africains souffrent de la pandémie du VIH et ont besoin de personnes en bonne santé.

    L’Europe n’est pas la seule solution! S’ils pouvaient moins penser à sécuriser leurs jobs dans l’encadrement des requérants d’asile et plus à l’intérêt des enfants. Des solutions rapides sont possibles, mais pas en Europe.

    1. Vous avez tout à fait raison ! Je n’ai jamais compris pourquoi, surtout pour les réfugiés musulmans, on n’exige pas l’accueil aussi des riches Pays de la Péninsule Arabe… mystère ! On l’exige seulement de l’Europe : l’Europe doit accueillir, l’Europe doit avoir honte, l’Europe doit, doit, doit ! Puis on s’étonne que les classes européennes appauvries se révoltent.

      1. “On” l’exige…
        https://www.observatoirepharos.com/pays/emirats-arabes-unis/linexistence-du-statut-de-refugie-face-aux-priorites-sociales-internes-fr/

        Mais ils s’en moquent éperdument! Et comme ils déversent de l’argent aux ONG, à condition d’avoir une bonne image, celles-ci font le minimum… C’est plus facile de se complaire à culpabiliser le citoyen européen… vu leur salaire en pétrodollars, je comprends la paresse d’Amesty et Cie…

        Mais, de toute façon, comment voulez-vous convaincre des dictatures de respecter le droit d’asile, quand ils répriment déjà tous les droits les plus élémentaires de leur population ?

        La solution serait plutôt de s’entendre avec d’autres pays accueillants pour partager le fardeau, mes exemples notamment. L’Europe ne doit pas agir seule.

  2. Pourquoi le Temps propage-t-il apparemment des fakenews sur l’origine des réfugiés à la frontière grecque ?

    Je cite: “Les Grecs pourront mieux sécuriser leurs frontières face à un nouvel afflux de migrants, pour la plupart syriens.”
    Source: https://www.letemps.ch/opinions/leurope-solidaire-leurope-barbare

    A comparer avec:
    https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/06/d-ou-viennent-les-migrants-qui-essaient-de-traverser-la-frontiere-greco-turque_1780789

    “«Alors qu’il y a cinq ans, ce sont principalement les réfugiés de guerre de Syrie qui traversaient la frontière grecque pour se mettre à l’abri, aujourd’hui, ce sont principalement les migrants qui ont quitté leur pays d’origine pour des raisons économiques.» Selon lui, «la grande majorité d’entre eux viennent d’Afghanistan, suivi par le Pakistan. Et il y a maintenant aussi de très nombreux Africains – surtout d’Ethiopie, du Maroc et d’Algérie».

    ….

    Et à comparer aussi avec le telejournal qui expliquait que la Turquie avait fermé militairement la frontière avec la Syrie et que les déplacés d’Idlib étaient bloqués en Syrie…

    Pourquoi cette apparente désinformation de la part d’un journaliste du Temps??? Il considèrerait qu’un pakistanais ou un afghan aurait moins le droit à l’asile ????

Répondre à T. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *