Quel avenir pour Ayop Aziz ?

Demain nous commémorons l’incendie du Foyer des Tattes du 16 novembre 2014, il y a quatre ans jour pour jour. Cet incendie a causé un décès et quarante blessés graves. Une porte d’accès sur l’extérieur ne s’ouvrait pas, les secours sont arrivés trop tard, plusieurs personnes ont dû sauter dans le vide pour échapper aux flammes.  L’association Solidarité Tattes attire notre attention sur la lenteur de l’enquête du Ministère public genevois. Après avoir adressé une Lettre ouverte au Conseil d’Etat, l’association remettra demain vendredi 16 novembre 2018 une pétition au Grand Conseil en faveur de l’une des victimes, Ayop Aziz, pour demander sa liberté et la légalisation de son séjour en Suisse.

 

Ayop Aziz

 

Malgré tout ce qu’a enduré Ayop Aziz depuis son arrivée en Suisse, ce jeune homme de 23 ans qui se dit originaire du Tchad, garde le sourire, une certaine douceur et beaucoup d’espoir pour un avenir meilleur, en Suisse si possible. Il ne s’oppose pas d’emblée à un retour au pays s’il pouvait y recevoir les soins médicaux nécessaires à la continuité d’une vie plus ou moins “normale”. Rencontré mercredi, nous avons discuté de son passé, de son avenir et de sa santé.

En juillet 2014, Ayop Aziz dépose une demande d’asile à Vallorbe, puis il est transféré à Genève au Foyer des Tattes. En Suisse les autorités d’asile le considèrent, à juste titre, comme un cas Dublin qui doit faire sa procédure en Espagne. Le 16 novembre 2014, un immeuble du Foyer des Tattes prend feu et plusieurs personnes, dont Ayop doivent sauter dans le vide car la porte menant à la sortie, est bloquée. Soigné aux HUG pour une fracture du crâne et plusieurs blessures, Ayop a, depuis cette chute du troisième étage, de multiples douleurs à la tête, aux cervicales et au dos et souffre selon ses médecins du syndrome de stress post-traumatique.   

 

Pourtant en mars 2015 les autorités cantonales ordonnent sa détention administrative en vue d’un transfert vers l’Espagne, lequel sera annulé in extremis par le Conseiller d’Etat Pierre Maudet. Peu après Ayop part en Espagne de lui-même, mais il peine à obtenir l’assistance et les soins médicaux nécessaires et revient en Suisse en mars 2018 pour y déposer une nouvelle demande d’asile, ignorée.  

 

Victime d’un acharnement policier et judiciaire

 

Et depuis, Ayop est véritablement victime d’un acharnement policier et judiciaire alors qu’il n’a jamais rien fait de malhonnête. A son égard et à l’égard d’autres victimes de l’incendie, les autorités suisses et genevoises se sont transformées en machine à broyer.

Photo © Jasmine Caye

Ainsi en octobre dernier, Ayop est arrêté dans un train puis placé en détention administrative pour une durée de six mois en vue d’un renvoi vers le Tchad ou le Nigeria (3). Après recours, sa détention est raccourcie à un mois (4). Il vient d’être libéré mais les autorités l’assigne à territoire, limitant sans raison le périmètre de ses mouvements. Un recours encore une fois lève cette assignation ridicule. Mais la levée prendra effet dans 10 jours seulement et Ayop ne pourra pas se joindre au Foyer des Tattes pour un grand goûter de commémoration ce samedi 17 novembre 14 heures. Ayop a la chance d’être représenté par Maître Pierre Bayenet et d’être entouré et soutenu par l’association Solidarité Tattes et la personne qui l’héberge.

 

Notez bien que depuis son arrivée en Europe, Ayop n’a jamais pu exprimer les motifs qui l’ont poussé à fuir son pays. Il n’y a pas eu de procédure d’asile ni en Suisse, ni en Espagne. Même s’il remet son avenir entre les mains des autorités suisses, presque résigné après tant d’acharnement, Viviane Luisier de Solidarité Tattes insiste sur le fait qu’Ayop (comme les autres) ne doit pas être considéré comme un requérant d’asile mais comme une victime qui mérite un permis de séjour pour ne plus être harcelé par les autorités.

 

“Aujourd’hui Ayop est le symbole des sinistrés des Tattes. C’est probablement pour cela que l’on s’acharne sur lui. Il mérite comme les autres de connaître les résultats de l’enquête sur les bavures qui ont provoqué son accident et ses problèmes de santé aujourd’hui”.

 

Ayop n’a jamais eu de geste malhonnête et frappe ses interlocuteurs par sa douceur et une sérénité résignée. J’ai aimé et vous aimeriez le rencontrer. Le bon sens commande de suivre les recommandations de Solidarité Tattes.

 

Lire aussi:

Lettre ouverte au Conseil d’Etat genevois, Solidarité Tattes

 

Signez:

Liberté et papiers pour Ayop Aziz, Solidarité Tattes

 

Venez:

 

  • A la remise de la pétition au Grand Conseil ce vendredi 16 novembre 2018 à 12 heures (Aux Canons)
  • Au grand goûter de commémoration des 4 ans de l’incendie ce samedi 17 novembre à 14 heures au Foyer des Tattes, chemin de Poussy, Vernier.

 

(1) Pour une description de son parcours depuis le Tchad, lire l’article de Céline Garcin dans La Tribune, 28.03.2015, Ayop, ce requérant qui mobilise les Genevois.

(2) Une personne est décédée et 40 personnes ont été hospitalisés suite à l’incendie.

(3) les autorités suisses ont organisé une visite

(4) Ayop est libre et accès à la pétition qui sera remise ici.

Jasmine Caye

Jasmine Caye

Avec une expérience juridique auprès des requérants d'asile à l'aéroport de Genève, Jasmine Caye aime décrypter l'information sur les réfugiés et les questions de migration. Elle a présidé le Centre suisse pour la défense des droits des migrants (CSDM) et continue d'assister des personnes en procédure d'asile. Les articles sur ce blog paraissent en version courte sur un autre blog ForumAsile.

2 réponses à “Quel avenir pour Ayop Aziz ?

  1. Résumons: on ignore s’il est niģérian ou tchadien, il est entré illégalement en Suisse deux fois, il avait l’obligation de quitter la Suisse avant l’incendie de son foyer, il souffre uniquement d’un ptsd, qui ne limite a priori en rien sa capacité de gagner sa vie, et il a un avocat pour représenter ses intérêts dans le cadre des défaillances des sécurités anti-incendie… mais qu’attend-il pour retourner en Espagne? là où ses motifs d’asile seront entendus?? Je serais personnellement choqué que Genève laisse passer le délai de transfert en raison de groupes de pression et de lobbying!

    Accorder une licence pour ouvrir un bar à un ami entraîne légitimement l’ouverture d’une procédure pénale mais céder aux revendications d’une association pro-migrants serait un acte politique? Merci de m’expliquer la différence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *