Le FIFDH 2018 sera sensationnel et vous donnera envie d’agir !

Du 9 au 18 mars 2018, le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) se tiendra à Genève en même temps que la 37 ème session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Cette 16ème édition réunira des réalisateurs, des artistes, des activistes avec le grand public dans 65 lieux sur Genève, Lausanne, Renens, Orbe, Bienne, Neuchâtel, Sion, Oron et la Vallée de Joux. Le festival sera un peu partout, dans les salles de sport, les hôpitaux, les théâtres et les écoles bien sûr, les restaurants mais aussi dans les maisons de privations de liberté et les centres d’hébergement collectif (CHC) pour personnes migrantes avec plusieurs projections gratuites. Le programme entier du festival est accessible ici.

Pas question d’en sortir assombri ou déprimé. Au contraire, les débats et les discussions organisés à la suite des projections dans le cadre du “Forum international”, des “Films discussions” et des “Rencontres” vous permettront de vous exprimer et de retrouver la foi en un monde meilleur. J’aimerais m’entretenir avec Ai Weiwei ou Vanessa Redgrave ou Barbet Schroeder. Je me réjouis d’écouter Filippo Grandi (HCR) ou Yves Daccord (CICR) et de découvrir d’autres personnes engagées comme Asli Erdogan, Sharmeen Obaid Chinoy, Abigail Disney et surtout Chimamanda Ngozi Adichie.

Cette année le nombre de films, débats et expositions qui concernent la tragédie des réfugiés et des migrants est particulièrement élevé. 2018 c’est l’année des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme dont Barbara Hendricks, marraine du FIFDH, transporte  toujours un exemplaire. 2018 c’est aussi l’année consacrée à la rédaction du texte du Pacte mondial sur les réfugiés, un texte unique, actuellement en consultation, que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) doit bientôt soumettre à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pas moins de 10 films racontent les drames de la migration et interrogent sur nos systèmes d’accueil et nos politiques dans un contexte de repli,  de montée des nationalismes et des mouvements xénophobes.

Au FIFDH vous pourrez rentrer dans le vif du sujet avec plusieurs films d’immersion et de sensibilisation:

  • Fortuna de Germinal Roaux (Première suisse) est un film de fiction qui raconte l’histoire d’une jeune adolescente éthiopienne de 14 ans qui a traversé la Méditerranée et est accueillie avec d’autres migrants au Monatsère du Simplon pour passer l’hiver. Elle y rencontre Kabir, 28 ans, dont elle tombe éperdument amoureuse. Leur relation se construit à l’abri des regards jusqu’au jour où Kabir disparaît. Au monastère, les frères de la communauté vont tenter de guider Fortuna dans les choix difficiles qui se posent à elle. Le film sera projeté en présence du réalisateur et de l’équipe du film le vendredi 9 mars 2018.
  • Wilkommen in der Schweiz de Sabine Gisgier  (Première en Suisse romande) est un documentaire qui analyse le comportement et les idées des habitants de la commune  suisse aisée d’Oberwil-Lieli en Argovie qui en automne 2015 a choisi de payer une amende de 290 000 francs pour ne pas devoir accueillir une dizaine de réfugiés. Cette décision très critiquée avait fait la une des médias alors même que l’Allemagne ouvrait ses portes. Projection le 9 mars et aussi le 13 mars cette fois en présence de la réalisatrice.
  • Sea Sorrow de Vanessa Redgrave (Première suisse) est un film intime, une méditation personnelle sur la crise actuelle des réfugiés. Il sera suivi d’une rencontre avec la réalisatrice – 12 mars 2018.
  • The Lost Kids of Calais/ Les enfants de la jungle de Thomas Dandois et Stéphane Marchetti est une plongée profonde dans la jungle de Calais. Il sera projeté dans le cadre de la discussion intitulée Migration: une enfance en exil – 13 mars 2018.
  • Stranger in Paradise, de Guido Hendrikx est un docu-fiction original, une réflexion sur la relation de pouvoir entre les européens et les réfugiés. Ce film sera projeté dans différents lieux et aussi suivi d’un débat Migration: les compétences s’exilent aussi en présence  d’Aya Mohammed Abdullah, réfugiée irakienne en Suisse – 15 mars 2018.
  • Les réfugiés de Saint-Jouin de Arianne Doublet raconte l’histoire d’un petit village en Normandie qui décide d’accueillir une famille de réfugiés. Ce documentaire montre la bonne volonté des bénévoles face aux craintes de certains habitants et à la mauvaise volonté de l’État français. La réalisatrice pointe avec subtilité les inquiétudes et les incohérences par rapport à l’accueil des réfugiés. Édifiant. Le film est projeté dans le cadre du programme pédagogique du FIFDH – 15 mars 2018.
  • Human Flow  de Ai Weiwei (Première suisse) aborde l’ampleur de la crise des migrants et ses répercussions humanitaires sans précédent. Ce documentaire est le résultat d’un an de tournage dans 23 pays. Il sera projeté en clôture du FIFDH et sera suivi d’une discussion  avec le Haut Commissaire de l’ONU aux réfugiés Filippo Grandi en présence de la présidente de MSF, Joanne Liu – 18 mars 2018.

D’autres films s’interrogent sur le manque de protection à l’égards de certains groupes: les réfugiés climatiques et les réfugiés LGBT.

  • The Age of Consequences de Jared P. Scott, montre l’impact très alarmant du réchauffement climatique sur les populations les plus vulnérables à travers le monde. Le film sera suivi d’un débat entre l’Ambassadrice de Fidji à Genève (cheffe des négociations de la COP23), le président bangladeshi du Global Military Advisory Council on Climate Change et la Directrice adjointe de l’OIM – 14 mars 2018.
  • Mr Gay Syria de  Ayse Toprak dépeint la situation des homosexuels syriens à Istanbul et raconte leurs combats pour une meilleure reconnaissance. Le film est un appel à l’aide face à la persécution des Syriens LGBTI, chez eux et en exil. Ils risquent souvent leur vie pour voyager en Europe de l’ouest afin d’échapper à leur condition insoutenable. Ce documentaire poignant sera suivi d’une discussion intitulée Asile: quelle protection pour les personnes LGBT+, avec la participation de l’association Asile LGBT+ Genève – 11 mars 2018

Enfin à l’heure des refoulements trop fréquents vers des pays encore souvent instables (Libye, Afghanistan, Syrie, Turquie…) et alors que l’Europe rend les conditions d’accueil très difficiles pour les requérants d’asile déboutés et les personnes sans statut légal, un film s’intéresse à la difficulté du retour vers le pays d’origine, souvent vécu comme une honte même lorsqu’il est volontaire.

Et puis, le FIFDH sera aussi l’occasion pour les personnes migrantes de vous accueillir dans plusieurs foyers collectifs, ceux d’Anières, Presinge et les Tattes à Vernier. C’est bien sûr l’occasion de mieux connaître et comprendre leur quotidien. Le foyer Franck-Thomas se joindra à un événement à la Maison de Quartier des Eaux-Vives et le foyer de Saconnex sera à l’Aula des Coudriers. Tout un programme qui sera accessible aux habitants des autres foyers grâce à un système de navettes.

Enfin beaucoup d’expositions de bande-dessinée et de photographies comme La voix de mes blessures (Espace Pitoëff – Cour Pitoëff), Exil (Musée international de la Croix-Rouge), Un pour cent à part (Uni Mail) et Giving Birth in Exile (Grütli) présenteront différents aspects de la vie des réfugiés, des dangers qu’ils rencontrent et des obstacles qu’ils doivent surmonter pour se reconstruire.

Tous ces films, ces rencontres, ces débats et ces expositions feront de cette 16ème édition un voyage sensoriel dans des pays et dans des vies que vous ne connaissez pas. Pendant 10 jours le FIFDH nous fera le cadeau de partager le courage, les douleurs et les espoirs de femmes, d’enfants et d’hommes que nous saurons mieux comprendre. Cette année le FIFDH est un tremplin pour agir!

Jasmine Caye

Jasmine Caye

Avec une expérience juridique auprès des requérants d'asile à l'aéroport de Genève, Jasmine Caye aime décrypter l'information sur les réfugiés et les questions de migration. Elle a présidé le Centre suisse pour la défense des droits des migrants (CSDM) et continue d'assister des personnes en procédure d'asile. Les articles sur ce blog paraissent en version courte sur un autre blog ForumAsile.

2 réponses à “Le FIFDH 2018 sera sensationnel et vous donnera envie d’agir !

  1. que vient faire M. Carles Puigdemont au FIFDH sinon discuter avec Mme Micheline Calmy-Rey, je ne vois pas que les droits de l’homme soient bafoués en Espagne ou bien et puis offrir une tribune publique à ce Monsieur est totalement déplacé et inconvenant pour une Suisse neutre
    Jean-Jacques Antonietti
    Fiodeyres
    1863 Le Sépey
    fiodeyres@bluewin.ch

    1. Monsieur,
      Merci de votre commentaire. Le FIFDH est aussi un forum des droits humains qui donne l’opportunité à des personnes quelques fois contestées de s’exprimer. Et c’est bien ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *