Comment l’Union européenne espère faciliter les renvois vers l’Afghanistan

Demain la Conférence de Bruxelles sur l’Afghanistan se réunira avec la participation des représentants de 70 pays et 20 organisations et agences internationales. Elle sera l’occasion pour le gouvernement afghan d’exposer sa vision et son bilan en matière de réformes. Pour la communauté internationale, la conférence sera l’occasion d’affirmer sa volonté de fournir un soutien politique et financier durable en faveur de la paix, de la consolidation de l’État et du développement en Afghanistan.

Il y a quelques jours, The Guardian dénonçait l’existence d’un accord secret entre l’Union européenne et l’Afghanistan pour faciliter les procédures de renvois forcés des personnes déboutées de l’asile. Il ressort de ce document confidentiel publier initialement sur le site statewatch que l’Union européenne a menacé l’Afghanistan de réduire considérablement son aide financière si le pays renonçait à faciliter les retours. A l’heure actuelle, près de 80’000 personnes seraient concernées par des vols spéciaux vers l’Afghanistan. Cet accord faciliterait aussi les renvois de femmes et de mineurs non-accompagnés et il prévoit aussi la construction d’un immense terminal de réception à Kaboul.

En 2015, 196’170 demandes d’asile ont été déposées dans l’Union européenne, soit le double par rapport à 2014. Le taux d’acceptation des demandes est passé de 43% en 2014 à 60% durant le deuxième et troisième trimestre 2015. Ces chiffres traduisent la détérioration sécuritaire importante dans ce pays depuis deux ans. En Suisse le taux de protection des requérants afghans est élevé car les autorités d’asile reconnaissent, à l’instar de l’ONU, que la situation sécuritaire s’est considérablement dégradée depuis 2009. La récente analyse pays du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) fait froid dans le dos et explique la hausse des demandes d’asile en provenance d’Afghanistan passant de 744 demandes en 2014 à 7’831 demandes d’asile en 2015. Cette année les demandes d’asile en provenance de ce pays sont en de 40%.

Pour la plupart des observateurs qui connaissent bien la situation sur le terrain, l’application de cet accord serait irresponsable et impossible. Comment absorber, former, encadrer des milliers de personnes qui n’ont plus de liens en Afghanistan? Beaucoup d’entre eux font parties des communautés afghanes établies en Iran et au Pakistan, pays qu’ils ont du fuir par manque de sécurité. Il faut d’ailleurs rappeler qu’en 2016, seulement 5’000 personnes y sont retournées volontairement.

Le problème est aussi la corruption qui ronge les institutions, ce qui poussent Human Rights Watch à dénoncer cet accord aveugle et à exiger des gouvernements donateurs qu’ils fassent pression sur le gouvernement afghan non pas pour réadmettre les afghans renvoyés d’Europe mais pour qu’il combatte ce fléau rampant, punisse les abus des forces de sécurité afghanes à l’encontre des populations civiles et corrige les erreurs impardonnables des forces armées qui aiment se loger dans les écoles provoquant des drames sans nom.

Les bases de cet accord sont trop fragiles mais il vient d’être signé. Les représentants afghans y ont été bien forcés afin d’obtenir les promesses d’aides qui seront fixées demain lors de la conférence.  L’Union européenne reconnaît que la sécurité en Afghanistan s’est considérablement détériorée et que cet accord, appelé “Joint Way Forward” pourrait ne pas produire les effets escomptés participant au contraire à fragiliser encore davantage la situation socio-économique du pays et à accroître ainsi la migration vers l’Europe, ce que l’Union européenne souhaite à tout prix éviter. Ce n’est pas gagné.

Jasmine Caye

Jasmine Caye

Avec une expérience juridique auprès des requérants d'asile à l'aéroport de Genève, Jasmine Caye aime décrypter l'information sur les réfugiés et les questions de migration. Elle a présidé le Centre suisse pour la défense des droits des migrants (CSDM) et continue d'assister des personnes en procédure d'asile. Les articles sur ce blog paraissent en version courte sur un autre blog ForumAsile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *