New-York : Deux journées importantes pour les réfugiés et les migrants

 

C’est aujourd’hui que l’Assemblée générale des Nations unies doit adopter une série d’engagements pour renforcer la protection des migrants et des réfugiés. Une fois adoptés, ces engagements seront connus sous le nom de Déclaration de New York. Celle-ci comprend deux annexes qui doivent mener à l’adoption de deux Pactes mondiaux en 2018, l’un sur les réfugiés, l’autre sur une meilleure protection des migrants.

Le projet de déclaration finale de New York doit permettre de créer les conditions idéales pour exiger des engagements concrets de la part des Etats parties en 2018. Elle mentionne notamment la nécessité de combattre l’exploitation, le racisme et la xénophobie. Elle insiste sur le bon déroulement des procédures à la frontière qui doivent se dérouler dans le respect du droit international. Elle souligne également l’importance d’accorder une grande attention aux besoins des personnes vulnérables (femmes, enfants, personnes malades, handicapées, âgées). Elle énonce aussi des engagements qui incluent un soutien plus important aux pays et aux communautés accueillant le plus grand nombre de réfugiés et encore des engagements qui tiennent compte des besoins d’éducation des réfugiés et de leur entrée dans la vie active du pays d’accueil. L’accent est également mis sur le développement des opportunités de réinstallation ou autres formes d’admission dans des pays tiers.

 

Un texte trop édulcoré ?

 

Ce texte n’est pas un amas de vaines promesses bien qu’il ait été édulcoré par rapport au texte initial soumis par le Secrétaire-général Ban Ki-moon en novembre 2015. Il est crucial au moment où les mouvements xénophobes et les réflexes de replis nationaux prennent de l’ampleur. La Déclaration réaffirme l’importance de l’application du régime de protection internationale – la Convention de 1951, les droits de l’homme et le droit humanitaire – à l’égard des réfugiés. Toutefois, ce projet représente une occasion manquée d’élargir la portée de la protection à d’autres personnes victimes de violences généralisées, de désastres écologiques, de guerres civiles, de violations aggravées des droits humains qui forcent leurs départs.

Critiqué pour ses réflexes monopolistiques, le Haut-commissariat des réfugiés (HCR) attend évidemment beaucoup de ce sommet. Les mauvaises langues diront que le HCR espère recevoir plus de moyens d’action. Sybella Wilkes, porte-parole du HCR, estime de son côté qu’en signant la Déclaration, les gouvernements prennent conscience de leurs nouvelles responsabilités dans l’assistance aux pays d’accueil comme la Turquie et le Liban. Selon elle, la réponse purement humanitaire aux déplacement des populations, d’ailleurs complètement sous-financée, doit céder la place à une réponse plus large et encadrée.

Les organisations non-gouvernementales comme Human Rights Watch, Oxfam, Amnesty International et certains spécialistes des questions migratoires comme Alexandre Betts (Centre d’étude sur les réfugiés, Oxford), Peter Sutherland (Rapporteur spécial des Nations unies pour le migrations internationales), François Crépeau (Rapporteur des Nations unies sur les droits de l’homme des migrants) convergent sur les solutions pour améliorer le sort des personnes migrantes. Ils considèrent la Déclaration comme étant trop édulcorée et insistent sur la nécessité de :

 

  • protéger d’autres catégories de personnes migrantes, notamment, celles qui, sans être personnellement persécutées pour des raisons de race, de religion, de nationalités, d’appartenance à un certain groupe social ou d’opinions politiques, sont forcées de quitter leur pays par manque de sécurité,
  • d’interdire absolument la détention de réfugiés et migrants mineurs, une pratique américaine qui gagne du terrain en Europe,
  • d’augmenter considérablement les offres de réinstallation pour les réfugiés,
  • d’accroître l’aide financière aux pays de premier accueil,
  • de mettre en place une stratégie d’emploi, de formation et d’éducation pour tous les réfugiés, y compris ceux qui ne sont pas dans des camps,
  • de trouver le moyen d’instaurer des voies de passages sûrs.

Ils ont raison et ils devront convaincre aujourd’hui et faire beaucoup de « diplomatie de couloir » auprès de ceux qui participeront aussi demain au Sommet des dirigeants sur la crise mondiale des réfugiés organisé par le Président Obama. Cette réunion promet d’être plus concrète en terme de participation financières et de générosité humanitaire. Espérons-le, autrement nous devons nous attendre à bien d’autres conflits et crises.

Il s’agit d’éviter d’autres conflits

En effet, le nombre de réfugiés et de personnes déplacées dépasse les 65 millions de personnes. Plus de la moitié des réfugiés dans le monde provient de trois pays : la Syrie, l’Afghanistan et la Somalie. Ces chiffres ne tiennent pas compte des 5.2 millions de Palestiniens enregistrés par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). Pour les Etats en première ligne comme la Turquie, le Pakistan, le Kénya et la République démocratique du Congo, la pression causée par le flux massif de réfugiés est difficilement surmontable. Gardons à l’esprit que 86% des réfugiés se trouvent dans les pays en voie de développement. Le manque d’attention et d’investissement dans l’assistance aux populations déplacées est une bombe à retardement pour notre génération et les générations futures car 50% des réfugiés dans le monde sont des enfants. Parmi eux la moitié n’est pas scolarisée.

 

 

 

 

 

 

Jasmine Caye

Jasmine Caye

Avec une expérience juridique auprès des requérants d'asile à l'aéroport de Genève, Jasmine Caye aime décrypter l'information sur les réfugiés et les questions de migration. Elle a présidé le Centre suisse pour la défense des droits des migrants (CSDM) et continue d'assister des personnes en procédure d'asile. Les articles sur ce blog paraissent en version courte sur un autre blog ForumAsile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *