Le problème insoluble

 

 

«  1.953migrants ont perdu la vie ou ont disparu en tentant la traversée de la Méditerranée au cours de 2022, a annoncé le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). » Depuis le début la barre de 50 000 aurait été dépassée,

C’est plus que le nombre de Juifs refoulés à la frontière suisse pendant la guerre. Cela prépare donc d’exquis remords futurs, ceux qui arrivent trop tard pour ressusciter les morts mais à temps pour satisfaire des consciences délicates. Ces morts ne nous laissent pas indifférents, puisque nous nous lamentons en temps réel.

A titre d’utopie, on pourrait envisager une politique de large accueil à l’égard de tout requérant d’asile politique ou de réfugié économique : après tout, que l’on meure de faim, de maladie ou sous les balles, le résultat est le même. Mais il s’agit d’une illusion puisque l’Europe ne pourrait pas accueillir les quelques dizaines ou centaines de millions d’Africains qui désirent quitter leur continent.

Le défi consiste à les débarrasser de cette pulsion, qui les pousse à risquer leur vie, en améliorant leurs conditions de vie dans leur pays d’origine. Mais comment ? Car la gouvernance de l’Afrique laisse à désirer : corruption, guerres civiles, famines, pénurie de soins de santé, illettrisme, pauvreté.

L’utopie symétrique consisterait à retourner à une forme légère de colonisation. Certes, durant la première moitié du siècle passé cette administration forcée a assuré la paix entre les ethnies, l’amélioration de la santé, de la formation, du niveau de vie des populations colonisées. De cette époque datent hôpitaux, écoles, routes, ports, aérodromes. Néanmoins ces progrès matériels furent ressentis comme une consolation dérisoire au regard de la perte de liberté et de dignité des Africains, qui déclencha la vague de décolonisation à partir de 1960.

Il est trop tard pour déplorer aujourd’hui les relations qui furent celles de l’Europe et de l’Afrique. La colonisation était sans doute une erreur mais la décolonisation précipitée et improvisée l’aggrava. Les Africains en sont réduits à détester leurs propres gouvernements et à fuir leur pays, sans trouver de pays accueillant.

La mauvaise solution (qui sera choisie) consistera à fortifier les frontières de l’Europe par des barbelés, des patrouilles, des miradors, des radars. Le problème restera entier : en supprimant la possibilité de s’évader de l’Afrique, l’Europe choisira de les laisser dépérir sur place plutôt que de se noyer en vue de ses rivages. Comme cela posera moins de problème de conscience, c’est sans doute le but de l’opération médiatique et politique.

Mais l’Europe se contredit ainsi. La loi internationale oblige tout navire voisin à se porter au secours d’une embarcation en péril, de sauver les passagers et de les débarquer dans le port le plus proche. C’est ce que les marines nationales ne font pas, c’est ce qu’on interdit de faire aux vaisseaux des ONG.

Et donc, il n’y a pas de solution, sinon des bonnes paroles et des lamentations à profusion. Il faut admettre qu’en politique il existe des problèmes sans solutions acceptables. C’est une leçon salutaire. A forcer un résultat, on ne peut qu’empirer la situation. Il faudra supporter indéfiniment un malaise hérité d’un passé lointain. Comme le dit Jérémie : « Les pères ont mangé des raisins verts, Et les dents des enfants en ont été agacées. »

 

 

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck est ingénieur, ancien conseiller national PDC et député au Grand Conseil vaudois, professeur honoraire de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), d'origine belge, de nationalité française et naturalisé suisse. Il exerce la profession d'écrivain.

37 réponses à “Le problème insoluble

  1. Et combien de morts de migrants pendant la traversée de la Manche? entre la France et l’Angleterre…

    Eux aussi ils fuient la guerre en France?, la torture ou d’autres persécution?

    Lorsqu’on se sera mis d’accord sur le fait qu’un migrant qui risque sa vie en mer n’est pas forcément en danger de persécution, on aura fait un grand pas dans la bonne direction.

    A l’époque de Salvini, il y a eu une chute impressionnante du nombre de morts en Méditerrannée… Et il n’y aura plus de morts, comme en Australie, si tous les migrants arrivant par la Mer sont automatiquement reconduits à leur point de départ, pour que leur demande d’asile y soit examinée là-bas, dans un hotspot tenu et soutenu par l’Union européenne.

    Et c’est réalisable; l’Union européenne a acquis de larges terrains en Libye au début des années 2010, pour y installer un camp humanitaire (qui n’a finalement pas vu le jour). Ce serait simple d’y installer un hotspot avec personnel, médecins, nourriture, etc.

    1. Le site de la Conféderation: EDA: “Les voyages à destination de la Libye sont déconseillés ainsi que les séjours de tout genre dans ce pays.”.
      Site de France-Diplomatie/Conseil aux Voyageurs précise que le risque d’attentat est élevé. La menace terroriste aussi.
      Ainsi, y installer un “hotspot” pour reprendre votre terminologie semble risqué, non? De plus, sur quelle base l’Union Européenne pourrait-elle mettre en place un tel centre?

      1. L’UE a les moyens de sécuriser une zone d’accueil d’un hotspot. On sécurise des zones dans des endroits beaucoup plus dangereux.

        Sur quelle base? Vous ne semblez pas le savoir, mais il existe de très nombreux camps de réfugiés en Afrique.

        https://www.eduki.ch/fr/ressource/comment-fonctionne-un-camp-de-refugies

        Là, il suffirait juste de reconnaître le processus de reconnaissance d’asile et d’y disposer d’un accès à un aéroport pour les amener en Europe ou dans leur pays d’origine.

        La certitude de l’inutilité de risque sa vie en mer réduira les flux, donc épargnera des milliers de vies.

  2. Le problème est que l’on accueille ces migrants créant ainsi un appel d’air qui conduit à ce que la France accueille par exemple la population d’une ville comme Toulouse tous le ans !
    Une solution simple est de débouter de ses droit de demandeur d’asile et de séjour tout migrant arrivé illégalement sur le territoire européen et de le renvoyer immédiatement sans aucun recours. Cela couperait directement le business juteux des passeurs et cela découragerait les migrant à venir sans passer par la voie légale des demandes faites aux ambassades et consulats locaux.

    1. Cela fait plusieurs années que la Suisse a stoppé la possibilité de déposer une demande d’asile dans une ambassade ou un consulat.
      Il ne reste dès lors que vos arrivées “illégales”, faisant le beurre des passeurs.

  3. Aucune solution raisonnable en vue, en effet ! Merci d’avoir cité en première cause la corruption, plaie endémique hélas. Pour ce qui est de la colonisation, Russie et Chine font ça très bien, grâce justement à la corruption, technique que maîtrisent très efficacement ces nouveaux colons ! Laissons nos bonnes âmes à leur indignation.

  4. Monsieur Neyrinck,
    Constat exact mais, comme d’habitude, aucune solution ! Si l’Europe veut éviter la cause de l’afflux de réfugiés africains en particulier (et les autres ?), il faut tout simplement leur donner envie de rester chez eux. Ce que vous dites de la colonisation est bien gentil mais vous oubliez le pillage des ressources naturelles des pays colonisés et l’esclavage de leurs populations ! Plutôt que de jeter par la fenêtre des ressources financières démesurées pour se faire envahir par une population étrangère de soi-disant ‘réfugiés’, les Européens feraient mieux d’utiliser leur argent pour améliorer leurs conditions de vie, leurs connaissances techniques et leur santé dans leurs propres pays comme l’a toujours fait la Suisse.

  5. Bonsoir.
    La liberté de la presse est une conquête précieuse, y compris quant elle permet l’expression de propos honteux, paternalistes et teints de révisionnisme. Comme ceux de M. Neirynck.
    “L’utopie symétrique consisterait à retourner à une forme légère de colonisation”…etc…
    Puisque M. Neirynck aime les comparaisons (“nombre de juifs refoulés”, etc…), rappelons que la seule colonisation du Congo, par les compatriotes de Monsieur, coûta environ 10 millions de morts (africains donc). Rien de grave peut-être pour M. Neirynck en comparaison des merveilleuses écoles et hôpitaux qui ont été construits pour les survivants. Sans parler du conflit – et du génocide – rwandais, dont les lointaines racines se trouvent en grande mesure dans l’opposition entre ethnies Tutsi et Hutus, orchestrée à des fins de domination par la puissance européenne précitée. Ne pourrait-on pas être un peu sérieux quand on parle de choses sérieuses?

    1. Il s’agit bien d’une utopie, c’est-à-dire d’une solution irréaliste et pas révisionniste pour un sou.
      Je ne suis bien évidemment pas coupable des exactions dont a souffert le peuple congolais auquel je me suis mis au service pendant six ans d’enseignement dans la première université.

      Ne pourrait-on être sérieux quand on commente un sujet sérieux et lire d’abord ce qui est vraiment écrit. “ces progrès matériels furent ressentis comme une consolation dérisoire au regard de la perte de liberté et de dignité des Africains, qui déclencha la vague de décolonisation à partir de 1960.”

      1. Ce qui est révisionniste et paternaliste c’est votre exposé angélique de la colonisation. Je ne vais répéter les millions de morts, les tortures, la destruction de l’environnement, les exactions outre que la “perte de dignité…” qui est déjà horrible. Les bonnes infrastructures étaient surtout au service des blancs et des élites locales qui travaillaient pour eux. Quant à la “paix entre les ethnies” idem…C’est peut-être dans les livres d’histoire orientés que vous étudiiez à l’école, mais ce n’est pas du tout cela qui s’est passé en Afrique. Le découpage artificiel en “pays” suite à la colonisation (cassant en deux des peuples) est une des causes profondes des guerres qui s’en suivirent. Et vos 6 années comme professeur d’université ne changent rien à l’histoire.
        “La colonisation était sans doute une erreur..”. toujours les mots pour adoucir. Et l’invasion de l’Ukraine, aussi une “erreur”? Quand on se trompe de réponse, ça c’est une erreur. Non, la colonisation -et l’autre- ce sont touts les deux des crimes, M. Neirynck. Des crimes. Les mots, quoique vous disiez, ont un sens. Respectez la souffrance, respectez l’histoire. Mais bien entendu, vous aimez avoir toujours raison. C’est l’essentiel pour vous – la vérité étant secondaire. C’est votre blog, c’est vous qui avez le dernier mot. Bonne journée.

    2. Ni Joseph Kasa-Vubu, ni Patrice Lumumba, ni Joseph-Désiré Mobutu, ni Laurent-Désiré Kabila qui étaient tous des nationalistes et responsables politiques congolais n’ont évoqué une seule fois de leur carrière ce chiffre de 10 millions de morts dus à la colonisation belge. Patrice Lumumba reste dans les mémoires pour ses discours virulents à l’encontre de la puissance coloniale mais il n’a jamais prononcé le mot de génocide. Laurent-Désiré Kabila et son fils qui se considèrent comme l’héritier de Patrice Lumumba n’ont pas davantage attaqué la Belgique sur ce point précis.
      Quant au génocide rwandais, les extrémistes hutus n’ont pas eu besoin de l’aide de la Belgique; ils ont méthodiquement organisé ce génocide, avant d’exporter leurs crimes au Congo.
      Je recommande aussi de discuter avec des vieux Congolais car ils ont un avis intéressant sur les écoles et le système de santé de l’époque coloniale.

      1. Merci de cette utile mise au point. J’ai connu Kasa-Vubu et Mobutu dont le discours à l’égard de la puissance colonisatrice fut plutôt modéré.
        Personne ne sait d’où sort ce chiffre de dix millions : “Après 23 ans de tutelles de Léopold II, en 1908 on recensait dans le pays 10 millions d’habitants. Le chiffre de 10 millions de Congolais tués de 1885 à 1904 a par la suite été largement popularisé par Marc Twain qui n’a jamais cité ses sources peut dès lors être considéré comme infondé, aucun recensement précis n’ayant été alors fait. Ce n’est qu’avec la crise de 1929 et la fin de la Seconde Guerre mondiale que la population commence à augmenter rapidement. Mais le Congo belge comptait 13,5 millions d’habitants en 1930 et 14,7.”

  6. La solution viendra d’elle-même: après le Covid-19 et ses mesures folle, la guerre en Ukraine va achever de ruiner mutuellement l’Europe et la Russie.
    Bientôt,notre continent ne fera plus rêver personne. Et les migrants construiront une vie meilleure sur place, en Afrique.
    L’Afrique a beaucoup d’avenir. Ses populations sont jeunes, ils ont envie d’apprendre, et dans leur culture, un profond respect des personnes âgées.
    Il y a des gros problèmes, certes, mais beaucoup plus de ressources à long terme!
    La roue tourne. Ainsi va l’histoire.

    1. “un profond respect des personnes âgées”

      J’en ai marre que l’on tente de faire croire qu’il existe des cultures différentes. Nous sommes tous égaux, agissons tous globalement pareil dans des situations comparables et il faut arrêter de faire comme si être né sur un continent, plutôt qu’un autre, nous rendait supérieur (en terme de bonté, etc.).

      Nous sommes tous égaux en droit, et en dignité. Point.

      1. Nous sommes tous égaux en droit.
        Pourtant les cultures et les habitudes sont différentes. Et ici, on est assurément devenus beaucoup plus individualistes.
        Pour votre information, en Suisse, beaucoup de personnes âgées ne reçoivent aucune visite de leur famille lorsqu’elles sont placées en EMS. D’autres, reçoivent 1-2 visite par année.
        Tout cela est une triste réalité.
        En Afrique, les personnes âgées sont sacrées pour la famille. Il y aura des exceptions aussi là-bas. Mais ce qui est devenu la norme chez nous est encore l’exception chez eux.
        Donc, je ne comprends pas de quoi vous en avez marre.

    2. L’Afrique va encore davantage souffrir du réchauffement climatique et de ses multiples conséquences. L’été, parfois, se baigner en Méditerranée équivaut à prendre une bain chaud.

      1. Le problème de l’Afrique du Nord est d’abord un problème de gestion de l’eau, de l’agriculture, et de la bétonisation des surfaces. 1 degré d’augmentation en 120 ans, ce n’est pas l’enfer que prédisaient certains.
        Quant au reste de l’Afrique, le réchauffement climatique semble moins fort vers l’équateur et dans l’hémisphère sud. Donc, non l’Afrique ne va pas souffrir plus du réchauffement climatique.
        Même s’il y a beaucoup de défis en Afrique, il y a aussi beaucoup de ressources.

  7. L’être humain a toujours immigré et toujours pour les mêmes raisons; économiques, famines, guerres, sécheresses, pauvreté, etc. Après WWII, pendant les 30 glorieuses, les immigrés occupaient les emplois des 3D; Dirty, difficult et dangerous. Après le choc pétrolier de 1973 le chômage de masse est apparu en Europe et Pomidou en avait averti en 1974. Le problème actuel de l’immigration est qu’elle est inscrite sous la logique: “Pousse toi pour que je prenne ta place” admise par les gouvernements écervelés qui nous dominent en Europe et en Suisse. Ce système ne peut pas durer car il est contrenature. l’UDC dépassera les 33% aux élections fédérales cette fois et ça serait tant mieux. 211 mille cherchent un emploi en Suisse et Genève octroie 60 permis aux frontaliers par jour, à vrai dire 70 car l’Office est fermé le weekend et jours fériés. L’Europe doit aider sur place en Afrique et refouler jusqu’au dernier celui qui entre sans avoir déposé une demande dans l’une de nos ambassades. L’Afrique corrompue l’est par le complot des dirigeants occidentaux et avec leur assistance technique (ouverture de comptes bancaires)

    1. “et refouler jusqu’au dernier celui qui entre sans avoir déposé une demande dans l’une de nos ambassades”

      La Suisse interdit le dépot d’une demande d’asile dans une ambassade. Vous niez donc le droit d’asile et réduisez à néant l’esprit des conventions de Genève sur les réfugiés.

      1. C’est faux ! Chaque fois que la Confédération et les cantons entrent en matière pour légaliser une entrée clandestine ils violent nos lois. Les demandes d’immigration sont seulement recevables dans nos ambassades à l’étranger !

    1. “La colonisation est une erreur”. Vous êtes vous posé la question si l’Afrique n’avait pas été colonisée que se serait il passé ?? Certainement des guerres, des épidémies, des génocides, des morts par millions et non par milliers. Donc, ne vous en déplaise, l’Afrique peut dire un grand merci à la colonisation.

      1. Le désordre actuel de l’Afrique est de la responsabilité de ses gouvernements et aussi de la colonisation parce que celle-ci a détruit les structures existantes et adaptées du pouvoir à une civilisation tribale. Exemple : une semaine après l’indépendance du Congo, l’armée congolaise s’est mutinée contre son propre gouvernement et a fini par participer à l’assassinat du premier ministre, Patrice Lumumba. Combien d’autre gouvernants régulièrement élus ont été déposés par leur propre armée! Les millions de morts des guerres civiles sont un drame actuel, pas du passé.

    2. Le présent commentaire illustre un travers déjà évoqué par Jacques Dubochet : le sujet d’un blog a beau être parfaitement circonscrit, les commentaires dérapent vers des sujets connexes, voir complètement distincts, chaque commentateur revenant à ses obsessions. Pourquoi ?

      Le blog traite un sujet, la noyade des immigrants tentant la traversée de la Méditerranée. La cause en est le refus des pays européens, y compris la Suisse, d’accorder des visas. Une autre est l’incapacité des dirigeants africains à gouverner leurs pays. C’est un désordre politique actuel, qui peut susciter un sentiment de culpabilité même chez le citoyen ordinaire, responsable du choix électoral des autorités. Comme il n’existe pas de solution évidente, le malaise résultant induit la tentation de déplacer la culpabilité ailleurs, vers le passé et vers d’autres nations. C’est semblable à l’esquive de l’avocat plaidant pour un criminel par l’évocation de son enfance malheureuse et de sa scolarité chaotique : il est un peu moins responsable parce que ses parents et ses enseignants le sont un petit peu.

      Telle est la démarche de ce commentaire. Pour dérober l’éventuelle responsabilité d’un citoyen suisse dans le naufrage des immigrants, abonder sur le sujet de la colonisation belge. Travestir un texte stigmatisant la colonisation pour en faire un plaidoyer de « propos honteux, paternalistes et teints de révisionnisme. »

      1. « le sujet d’un blog a beau être parfaitement circonscrit, les commentaires dérapent vers des sujets connexes, voir complètement distincts »

        C’est un peu le principe du blog : la digression fait partie du déroulement des échanges.

        Vouloir strictement rester dans le sujet assèche le débat et sert de plus en plus à censurer des commentaires polémiques considérés un peu vite comme « hors sujet ».
        C’est commode et ça évite au blogueur de remettre en question sa vision, parfois étroite.

        Les problèmes traités par les blogueurs ont souvent des causes et des conséquences multifactorielles qui ne leur apparaissent pas toujours.
        Certains commentaires, surtout s’ils sont polémiques, ont le mérite de faire rebondir les échanges et dévier le déroulement des idées vers des territoires inattendus qui semblaient, en apparence, sans lien avec le thème de départ..

        Certains propos défendus par des blogueurs et certains commentateurs me font grimper au plafond, mais c’est justement ce que j’attends d’un débat d’idées : casser mes préjugés et ouvrir mon esprit à des approches auxquelles je n’avais pas pensé.
        Même si ça doit m’agacer profondément.

          1. Dommage. J’aime bien qu’on m’agace.

            Ça m’oblige à faire l’effort de comprendre des idées qui ne sont pas les miennes. Exercice intellectuel des plus roboratifs.

  8. Mr Neirynck , vous avez tout à fait raison et j’ajoute un élément qui va encore compliquer la donne : l’Occident au sens large de la culture ( donc y compris Japon et Corée du Sud ) connait une baisse dramatique de la fécondité . Beaucoup de ces pays sont à moins de 1,2 , certains à moins de 1 , alors que le taux de renouvellement est de 2,1 . Pour éviter le suicide économique et social de ces pays , il faudra une immigration “choisie” ( quel terme inadéquat ) ? Mais alors quelle formidable envie pour tous les autres “non choisis” de forcer quand même le barrage de cette ségrégation . Bref , l’impasse est totale .

    1. Faute d’analyse objective! Peut-être qu’une des solutions se trouve dans une vraie politique familiale qui ne laisse pas le fardeau financier à charge des jeunes ménages, concentrés sur leur carrière professionnelle. Peut-être!

  9. De mieux en mieux…

    La Chine condamne la Suisse pour son traitement des minorités nationales.
    La Russie condamne la Suisse pour ses discriminations à l’égard de ses oligarques.
    L’Iran condamne la Suisse pour ses inégalités salariales entre hommes et femmes.

    Réponse de la Suisse: “Nous pouvons et nous devons faire mieux”.

    https://www.rts.ch/info/suisse/13737424-la-suisse-peut-faire-mieux-face-au-racisme-selon-les-etats-membres-de-lonu.html

    Y a encore qqn pour défendre ce conseil des droits de l’homme ?? A part qu’il verse de bons salaires à Genève….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *