Une pétition mesquine

« Le Grand Conseil vaudois a classé mardi une pétition des Démocrates suisses qui s’oppose à la reconnaissance de l’islam en tant que communauté religieuse d’intérêt public. Le débat a été court et le vote net : seule une partie de l’UDC a soutenu un texte qui estime que l’islam est une religion qui veut «organiser la société civile selon ses règles» et est «incompatible avec notre ordre constitutionnel et nos traditions». La pétition est classée. Elle ne sera pas renvoyée au Conseil d’Etat. »

Les pouvoirs publics en Suisse ne reconnaissent que l’utilité sociale d’une confession, bien évidemment pas sa validité spirituelle. Il n’y a pas de religion d’Etat. Il ne s’agit que d’aménager les relations obligées entre l’institution et les pouvoirs publics. C’est strictement l’affaire des Cantons qui s’organisent en fonction de l’implantation locale des Eglises. Les plus représentées sont les Eglises réformées, catholique romaine et catholique chrétienne. Dans la plupart des Cantons les ministres du culte sont rémunérés par l’Etat.

Telle est la situation de fait. Pas moins de 18 articles constituent le règlement d’application (24 septembre 2014) de la loi du 9 janvier 2007 sur la reconnaissance des communautés religieuses et sur les relations entre l’Etat de Vaud et celle reconnues d’intérêt public. Parmi les exigences la plus étonnante est celle de participer au dialogue avec les autres confessions. D’une certaine manière l’idée consiste à reconnaître le fait religieux en se gardant d’en accepter le monopole par quelque confession que ce soit.

En d’autres mots chaque religion doit admettre qu’elle n’est qu’une variante d’un principe universel, le besoin de la plupart des êtres humains de croire en quelque chose. Or la plupart des religions tiennent à une forme de justification, qui consiste à considérer les autres religions comme fausses. Tel est en tous cas l’état d’esprit dans lequel les missionnaires chrétiens se sont répandus dans le monde en tenant les religions locales pour nulles et en baptisant dans la hâte pour sauver des âmes qui sinon auraient été privées de salut.

Dans la pétition des Démocrates suisses, se révèle un reste de cette tendance : le christianisme est authentique, seule religion dûment inspirée, disposant d’une révélation divine ; les religions sœurs, le judaïsme et l’islam, ne sont que des contrefaçons. Pagnol dans sa pièce César met en scène la mort de Panisse qui reçoit les derniers sacrements et cependant s’inquiète : que se passerait-il s’il rencontrait une autre Dieu que celui prêché par le curé ? N’existerait-il pas plusieurs Dieux Uniques, chacun jaloux des autres? Comment parier sur le bon?

Dans cet esprit, si l’on ose dire, l’islam est la moins aimée des religions sur le territoire helvétique. Jadis ce fut le judaïsme, mais ce qui s’est passé durant les dernière guerre impose la retenue dans l’attitude que l’on prend à son égard. En revanche l’islam est malvenu : il dérange une bonne configuration des confessions chrétiennes, il sème un doute existentiel : ne disposerait il pas, par le plus grand des hasards, d’une forme d’authenticité ? Que serait une Suisse munie de deux ou trois religions sur pied d’égalité ? Comment un citoyen ordinaire s’y retrouverait-il ?

C’est bien pourquoi la Constitution fédéral interdit explicitement la construction de minarets. Le peuple l’a voulu à la majorité. Ce ne sont pas seulement les Démocrates suisses. De même, il en fut ainsi dans le Canton de Vaud jadis acquis à la Réforme. La première église catholique admise, la Basilique Notre-Dame, ne fut construite qu’en 1832, mais sans le clocher qui ne fut autorisé qu’en 1932. Il existe donc une crainte de toute religion établie de se voir concurrencée par une offre différente, si et seulement si elle est incarnée dans une tour. En pointant vers le ciel celle-ci s’approprie le Ciel. Une fausse religion doit être cantonnée au ras du sol.

Une foi authentique reconnaît, estime et encourage la foi des autres. Une foi précaire se complait dans des conflits mesquins. Il faudra un jour aller jusqu’à admettre que les pouvoirs publics rémunèrent les imams comme les pasteurs et les prêtres. Ou bien qu’aucun ne soit subsidié.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck est ingénieur, ancien conseiller national PDC et député au Grand Conseil vaudois, professeur honoraire de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), d'origine belge, de nationalité française et naturalisé suisse. Il exerce la profession d'écrivain.

32 réponses à “Une pétition mesquine

  1. Comment l’Arabie Saoudite justifie l’interdiction du christianisme?

    Combien de pays dans le monde a une religion officielle qui exclut toute reconnaissance du christianisme.

    1. Il ne faut pas prendre exemple sur cet archaïsme d’une religion d’Etat. Si un Etat impose l’Islam, cela ne justifie pas que nous l’interdisions.

      1. Il est donc légitime – et non pas mesquin – de leur montrer qu’on est apte à en discuter démocratiquement, puis à rejeter cette proposition car elle est méprise les fondements de notre civilisation basée sur le vivre-ensemble.

        Refuser le débat est donner raison aux tenant des archaïsmes.

        Je suis d’accord avec cela (sauf pour encourager): “Une foi authentique reconnaît, estime et encourage la foi des autres.”

        Mais pour reconnaître et estimer une religion, encore faut-il accepter d’en débattre librement. 😏

  2. Il n’est pas question de religion, tout le monde l’aura compris ! L’Islam est avant tout un mouvement politique, avec comme but ultime et avoué une hégémonie mondiale en général et européenne en particulier. La loi d’Allah se place au-dessus des lois humaines, inacceptable en démocratie. Sans entrer dans les détails, la discrimination homme-femme déjà est intolérable, sans parler de la charia. Arrêtons la bien-pensance et l’esprit Bisounours. La gauche soutient l’arrivée de l’Islam essentiellement par intérêt électoraliste et anti-christianisme.

    1. « la discrimination homme-femme déjà est intolérable »
      D’accord avec ça. Il n’y a malheureusement pas que l’islam qui permet voire encourage cela. L’émission d’Infrarouge hier soir était éloquente.

  3. 2-3 petites précisions :
    Les catholiques sont toujours chrétiens, qu’ils soient romains ou non. Dire « les catholiques chrétiens » est un pléonasme.
    Vous dites (grosso modo) que les religions considèrent les autres religions comme fausses. Cela est parfaitement normal : Certaines religions sont incompatibles. Il n’est pas possible qu’elles soient toutes vraies. Si l’on dit que notre religion est vraie, il est parfaitement logique que les autres soient fausses. Ce qui m’étonne toujours quand vous parlez de religions c’est que l’on a l’impression que vous pensez que tout se vaut et que rien est vrai (ou que tout est vrai). Il faut pourtant admettre qu’il existe une vérité même si nous ne la connaissons pas. La philosophie qui s’oppose à cette phrase est le sophisme. De même, vous dites qu’il est possible que il y ait plusieurs dieux qui existent, un pour chaque religion. Il est en tous cas impossible que le Dieu des chrétiens existe si le Dieu des musulmans existe : un Dieu, selon la définition des religions monothéistes est un être parfait. Selon cette définition, il ne peut y avoir plusieurs dieux. En effet, si l’on a un Dieu parfait, un autre Dieu serait différent (sinon ce serait le même Dieu et il ferai les mêmes choses) et donc imparfait (si on est différent de quelque chose de parfait, on n’est pas parfait). Cette théorie est donc forcément fausse.
    Vous dites ensuite que le christianisme pense que le judaïsme et l’islam sont des contrefaçons du christianisme. C’est peut-être vrai pour l’islam mais certainement pas pour le judaïsme étant donné que le christianisme est la continuité du judaïsme. La seule différence entre ces deux religions est que les juifs attendent encore le messie tandis que les chrétiens pensent que le messie est jésus.
    Finalement, n’allons pas dire que l’envie de garder le christianisme soit la seule raison de ce rejet de l’islam. On peut voir que dans le coran, il est écrit que la femme est inférieure à l’homme, que les mécréants doivent se convertir ou mourrir notamment. On voit aussi que l’islam radical fait des ravages en Europe et cela se voit particulièrement en France (enclaves dans le territoire avec des français détestant la France ainsi que multiples attentats et agressions homophobes). Il faut que l’islam dissocie la religion de la politique pour pouvoir être accepté en Europe et soit seulement une religion et non un système d’état. Ce qui ce passe en ce moment est une conquête.

    1. Les catholiques chrétiens ne sont pas des catholiques romains mais constituent une confession séparée, reconnue par nombre de cantons.
      Il n’est dit nulle part dans le blog qu’il y a plusieurs Dieux mais que dans une pièce de Pagnol un personnage s’en inquiète.
      Le moins que l’on puisse dire des relations entre chrétiens et juifs c’est qu’elles ont été mauvaises et même tragiques. Les gardiens chrétiens des camps de concentration ne pensaient nullement être dans la continuité du judaïsme mais avoir le devoir d’exterminer un peuple déicide.

    2. « Si l’on dit que notre religion est vraie »
      alors ça commence mal pour cette religion, à mon avis.

      « Il faut pourtant admettre qu’il existe une vérité même si nous ne la connaissons pas. »
      Il est hautement probable qu’aucune religion ne la détienne. Pourquoi une seule, d’ailleurs ?

      « On peut voir que dans le coran, il est écrit que la femme est inférieure à l’homme »
      Avez-vous déjà la Bible ? Il y ait écrit peu ou proue la même chose. Cherchez p.ex. “soumise” pour vous en convaincre.

  4. Cher Professeur Neiyrinck,
    Je comprends votre critique de telle pétition.
    Mais vous critiquez aussi la prétention à la vérité des différentes religions. Or une religion peut-elle renoncer à sa part de transcendance?
    Non, elle ne le peut pas, sinon, elle n’est plus rien qu’une coquille vide.
    Le problème n’est pas de croire en quelque chose pour combler un vide, ce qui serait une déchéance.
    Mais de se poser des questions existentielles et de se retourner vers le témoignage des humains qui nous ont précédés.
    Enfin, si la stigmatisation des musulmans est réelle et contemporaine, les problèmes de l’islamisme sont aussi réels et contemporains.
    Vous stigmatisez volontiers le christianisme. De manière caricaturale, je trouve.

    1. Je ne critique pas mais je constate la propension de chaque religion à se considérer comme seule authentique. La reconnaissance par le Canton de différentes confessions induit un autre concept : n’est acceptable qu’une confession qui accepte les autres. Le critère d’authenticité devient la reconnaissance de l’authenticité des autres.
      Les problèmes de l’islam sont aussi réels que ceux de l’Eglise catholique de France qui reconnait 330 000 cas d’abus sexuels dans ses rangs. Il n’y a pas d’Eglise parfaite et il est légitime de dénoncer les imperfections de la sienne pour qu’elle se corrige.

      1. D’accord que la vision de l’Etat soit différente, mais la vision des Cantons, n’est pas religieuse, elle est strictement utilitaire. Il n’y a aucun critère d’authenticité, uniquement une utilité publique.
        Vous ne pouvez pas vouloir que les Cantons façonnent les religions et croyances.
        Cela ne marche pas ainsi.
        A moins de considérer l’Etat comme source des nouvelles religions? Ce serait une propension bien plus dangereuse que toutes les propensions religieuses réunies, selon moi.

    2. « Mais vous critiquez aussi la prétention à la vérité des différentes religions. Or une religion peut-elle renoncer à sa part de transcendance? Non »
      Je ne comprends pas cet argument. Les religions ne pourraient-elles pas être humble et modeste ? Comme elle demande d’ailleurs généralement qu’on le soit.
      Se poser des questions existentielles, c’est très bien. Proposer des réponses aussi. Imposer des réponses, non.

  5. Toutes les religions partagent la même absurdité: croire en l’existence de dieux qui ne sont que des représentations , des mirages de la nature imaginés par le cerveau humain !
    C’est la raison pour laquelle, on ne les compte plus , mais on a aussi vainement essayé de n’en garder qu’une seule en excluant les autres ! Au contraire de la science universelle.
    La question fondamentale n’est pas de reconnaître telle ou telle religion , mais d’apprendre à s’en passer ou d’en montrer leurs absurdités et leur inutilité…
    Comme disait Laplace à Napoléon:” Sire, je n’ai pas eu besoin de cette hypothèse “
    Et partant de là, construire une société qui ne considère plus l’existence de Dieu ou de dieux !
    Dans tous les cas , la vie des humains resterait la même, il faut bien travailler pour vivre , …
    Il faut aussi se protéger contre toute menace autant naturelle qu’humaine …
    Se forger des croyances n’a jamais aidé aucune civilisation …
    Ce n’était qu’une posture pour remplacer les lacunes de connaissances …
    Aujourd’hui, on n’implore plus les dieux pour trouver des solutions…
    Il faut prendre conscience que ce n’était que des mythes encombrants, dont il faut se débarrasser…
    Faire table rase du passé en pratiquant une désintoxication du cerveau de ces bêtises mythologiques qui ne font plus sens et qui n’ont rien amené de bon à l’humanité…

    1. Si vous n’avez jamais eu l’impression d’avoir croisé la main invisible de Dieu tout au long de votre vie, ça serait triste ! peu importe s’IL existe ou pas. Si vous pensez que votre vie a été/est régi par le simple hasard, ça serait encore mille fois plus triste, peu importe si Dieu existe ou pas. Cherchez Dieu, vous le trouverez dans votre mémoire ou plus tard dans la vie.

      1. « Si vous pensez que votre vie a été/est régi par le simple hasard, ça serait encore mille fois plus triste »
        Pourquoi triste ?
        Et pourquoi le contraire serait moins triste alors que “peu importe si Dieu existe ou pas” ?
        Et si ce n’était ni Dieu ni vraiment le hasard ?
        Si votre vie c’était VOUS qui la régissiez ? Et les “raisons” de la Vie, des lois physiques, du Big bang, etc, on ne les connaît simplement pas ? (Peu importe si c’est un ou des “dieux”, le hasard ou qqch d’autre.)

        Pendant cette pandémie, beaucoup de gens on reprocher à nos autorités soit de ne pas savoir, soit de ne pas avouer humblement ne pas savoir.
        Je crois pour ma part que l’attitude la plus sage est celle-ci : admettre simplement qu’on ne sait pas certaines choses. En ce sens, je suis agnostique, même si de confession catholique.

    2. “Toutes les religions partagent la même absurdité: croire en l’existence de dieux qui ne sont que des représentations , des mirages de la nature imaginés par le cerveau humain !”

      Les mathématiques sont-elles autre chose qu’une représentation? La science, que vous semblez vouloir imposer comme nouvelle religion après avoir fait table rase de ces “mythes encombrants”, de ces “bêtises mythologiques”, est-elle autre chose qu’un mirage de la nature imaginée par le cerveau humain?

      Dans un précédent blog, Monsieur Neirynck rappelait qu’on ne peut pas connaître la réalité, seulement se la représenter. Quant à la fameuse science universelle, vieux poncif rassis de 1789, les disputes épiques entre scientifiques au sujet de la crise sanitaire en cours montrent que sa prétendue universalité ne vaut pas plus pipette que celle de la religion. Il n’y a pas plus de science universelle, mais des sciences – des Facultés DES sciences et non de LA science -, que de religion universelle, mais DES religions. Les guerres de religions ne sont pas un mythe.

      Les religions, elles, sont des mythes, en effet, d’ailleurs interchangeables à souhait et susceptibles de changer d’un jour à l’autre. La révolution amarnienne d’Amenophis IV, dit Akhenaton (14e-13e siècles av. J.-C.) a introduit le monothéisme après avoir congédié du jour au lendemain la ribambelle des dieux hors du panthéon égyptien – sans même leur avoir signé de certificat de travail ni garanti une rente à vie, de préférence éternelle -, ceci à des fins purement politiques. Moïse, élevé à la cour égyptienne, a ensuite exporté la notion de Dieu unique au Proche-Orient. Quitte à décevoir certains, notre civilisation n’est donc pas judéo-chrétienne mais bien égypto-chrétienne. Question de représentation, sans doute…

      Vous m’objecterez que la science est objective, parce que vérifiable par expérimentation. C’est la représentation – encore une – par Claude Bernard de la loi en sciences expérimentales, avec ses trois phases immuables – observation, hypothèse, expérimentation – qui n’empêche pourtant pas les astrophysiciens de dépenser des milliards pour écouter les voix lointaines d’hypothétiques intelligences extraterrestres. Qui donc fabrique des mythes, de nos jours?

      1. Je suis globalement d’accord avec vous. Avec juste une petite nuance : les sciences acceptent de se remettre en question beaucoup plus fréquemment que les religions (surtout depuis qu’elles en subissent moins le carcan, d’ailleurs).

  6. Je ne peux plus commenter ici: 😌

    https://blogs.letemps.ch/jacques-neirynck/2020/10/24/le-devoir-de-desobeissance-civile/#comments

    Mais vous vous rappeler mon pari?

    “Mais on parie qu’après la déculottée juridique du siècle, ils n’auront même pas le courage de démissionner et qu’ils ne seront pas davantage sanctionnés… #culturedelimpunité”

    Je demande donc officiellement la sanction des juges genevois concernés. 🙈🙉🙊

    Voici l’arrêt du TF:

    https://www.bger.ch/ext/eurospider/live/fr/php/aza/http/index.php?highlight_docid=aza%3A%2F%2Faza://28-09-2021-6B_1298-2020&lang=fr&zoom=&type=show_document

    La leçon juridique est mémorable. Et il n’y aura pas de sanction pour les juges qui ont fait de la politique plutôt que du droit?, pas même une obligation de suivre une remise à niveau des fondements du droit pénal????

  7. Cher Monsieur, votre article est remarquable. Enfin un peu de respect de l’autre. Les tristes commentaires, entre autres, de MM. Quelqun et Hubert Giot sont l’exemple patent d’une ignorance crasse. Une vraie religion est celle qui reconnaît une révélation divine et non l’élucubration d’un individu. Les Prophètes n’enseignent rien; ils transmette ladite révélation. La philosophie est une production de l’esprit humain et n’a rien de spirituel. L’oeucuménisme tel qu’il est pratiqué de nos jours professe la tolérence, soit que tout le monde a raison ! Le vrai oecuménisme selon la métaphysique considère qu’il n’y a qu’un seul Dieu et que les religions ne sont que les voies suivies par leurs différents adeptes ici bas pour atteindre à ce Dieu, emblème de la Vérité. Juifs, Chrétiens et Musulmans, nous sommes tous les fils d’Abraham. Comme les chrétiens des croisades et les missionnaires dont vous condamnez à juste titre ce que pour ma part je nomme le ‘préjugé occidendal’, les musulmans connaîssent la déviance de l’islamisme, extrêmisme qu’ils sont parafaitement en droit de pratiquer chez eux mais nullement de vouloir l’imposer aux autres civilisations et cultures. Le Coran, comme la Bible est sujet à de multiples interprétations purement littérales, soit sans en rechercher ni comprendre l’esprit, la ‘substantifique moelle’ comme disait Rabelais !

    1. “Une vraie religion est celle qui reconnaît une révélation divine et non l’élucubration d’un individu. Les Prophètes n’enseignent rien; ils transmette ladite révélation.” et comment savez-vous que ces individus que les prophètes sont aussi transmettent bien une soi-disant “révélation” et que ce ne sont pas également des “élucubrations” de leur crû? A ma connaissance, aucune preuve tangible n’existe de la véracité desdites “révélations”. Donc, c’est facile de traiter “d’élucubrations” les opinions exprimées par des gens qui ont d’autres croyances que les vôtres; chacun est libre de croire, ou ne pas croire, ce qu’il lui plaît sans être insulté pour cela. Mais il y a souvent chez ceux qui se prétendent “croyants” une totale incapacité à admettre que d’autres peuvent penser différemment et qu’il sont libres de le faire, d’où les exactions dont les “Eglises” se sont souvent rendues coupables ou, en tout cas, ont encouragées.

    2. Je suis en grande partie d’accord avec votre commentaire.
      Mais définitivement pas sur ce point :
      « La philosophie est une production de l’esprit humain et n’a rien de spirituel. »
      Spirituel = relatif à l’esprit. Mouvement spirituel = courant de réflexion. Toute production de l’esprit peut-être décrite comme spirituel, tant les religions que les sciences et bien sûr la philosophie. Et toutes ces “courants de réflexion” sont des productions de l’esprit.

  8. C’est le côté “pouvoir temporel” (organisation de la vie) de l’Islam qui fait craindre chez nous, mais pas le côté spirituel qui est très respectable. La crainte est parfaitement justifiée d’ailleurs. La Turquie nous montre l’exemple; Bien que le Président et sa famille étaient décriés et accusés de corruption, chiffres à l’appui, le peuple continue à voter pour lui, car le schéma global lui est favorable, il rassure (il est écrit dans leur livre qu’il serait préférable qu’un musulman soit gouverné par un musulman). Bien sûr 99% de la Turquie est sunnite mais beaucoup sont laïques. Donc le peuple préfère ceux qui tendent à appliquer avec le temps les lois islamiques. Les politiques occidentaux le savent mais leur niveau d’aveuglement et de corruption est tellement élevé qu’ils ne pourront plus agir, et en toute logique les problèmes sérieux vont bientôt commencés. La France & la Wallonie seront à mon avis les premières régions qui vont changer de majorité dans les 25 ans à 30 ans à venir. Dans le cas de la France, les USA viendront prendre le contrôle des armes nucléaires et la France ne sera plus la fille aînée de l’Eglise mais un morceau de l’Afrique sur le continent européen. Durant la chute de l’URSS, par bonheur, les USA ont exigé le retrait des armes absolues de l’Ukraine et des petits Etats, et ils ont bien fait. Peut-être la GB a plus de potentiel de vivre pacifiquement le changement de la majorité mais rien ne se fera sans heurts. Je demeure intrigué par la vision du sinistre chancelier des années 40 qui a prévu déjà dans son livre la montée de l’Islam en France à moins que la version de son livre que j’ai lu il y a presque 20 ans était truquée.

    1. L’Europe a colonisé la planète entière, très souvent en opérant de véritables génocides. Si nous étions envahis à notre tour, ce serait le retour du bâton. La Chine semble nettement plus menaçante que l’Arabie saoudite.

        1. Un retour de bâton ne justifie rien mais incite à la modestie. Si nous nous sommes donné la tâche de coloniser le monde en imaginant que c’était encore plus notre devoir que notre avantage, nous ne pouvons pas nous étonner et nous offusquer quand des peuples colonisés s’engagent dans la même politique.
          Il est heureux que la Suisse en tant que pays n’aie pas eu de colonie mais combien de Suisses, y compris de missionnaires, ont participé à ce mouvement dont nous fûmes solidaires.

          1. Bien que votre justification, avec un étonnant et surprenant “parti pris” destructeur, manque totalement de fondement politique, elle aurait eu un brin de logique s’ils essayaient de venir en Europe par la force des armes. Or ce sont les gouvernements européens corrompus qui empruntent sur les marchés financiers pour les amener et les soutenir, un par un et par regroupement familial, contre la volonté des majorités dans chacun de ces grands pays de l’UE, et la Suisse subit bien entendu par contagion et ricochet. Posons la question aux peuples européens; Voulez-vous que vos pays changent d’identité et que la charia remplace les lois démocratiques dans 2 générations? Pardon de vous dire Professeur que vous ressemblez à un artisanat qui a sculpté magnifiquement le bois pendant toute sa vie et vers la fin il a tout jeté dans le brulot de la cheminée.

          2. En quoi les gouvernements européens sont-ils corrompus? Pourquoi iraient-ils à l’encontre de la volonté de leurs électeurs? Au rythme actuel il faudrait des siècles pour que la population européenne devienne musulmane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *