Le déni de science

 

 

Comme les guerres, les épidémies sèment une panique mentale au point d’annuler tout bon sens et de remettre en question l’environnement politique, sanitaire, économique et scientifique. Les efforts pour atténuer ces fléaux sont contrecarrés par la méfiance des individus. Ainsi, plus ou moins une moitié de la population refusera de se faire vacciner. Citons quelques extraits des commentaires reçus sur ce blog.

” Je dis pseudo vaccins non par anti-scientisme, parce que le professeur Péronne nous explique qu’à part le vaccin chinois, les autres ne sont pas des vrais vaccins, ce sont des manipulations génétiques de l’ARN. ”

« Les gouvernements européens ont acheté massivement ces vaccins comme celui de Pfizer, Moderna & Cie, vaccins préparés à la va vite, et sans qu’on puisse connaître leurs effets secondaires, »

« Imaginons donc qu’en mai 2021, un effet secondaire non anticipé, au hasard une paralysie totale des muscles entrainant la mort, touche 75% des personnes vaccinées »

Lorsqu’ils ne comportent pas  d’attaques personnelles, ces commentaires sont systématiquement publiés, par respect des opinions divergentes. Non pas parce qu’ils auraient quelque rapport que ce soit avec la réalité. Ils mettent en évidence qu’il existe une fracture béante dans l’opinion publique qu’il serait vain de dissimuler. Mieux vaut qu’elle s’exprime librement afin qu’on mesure le danger qu’elle représente. Concrètement, lorsque le vaccin sera disponible, si la majorité de la population n’y croit pas, il ne sera pas possible d’enrayer l’épidémie, la surcharge des hôpitaux, les confinements à répétition. On disposera d’une arme puissante contre le virus que l’on ne parviendra pas à dégainer. En Chine et en Russie des pouvoirs autoritaires mettent par la vaccination massive un terme à leur épidémie et pourront se remettre à travailler sans entraves. La Chine connaît en 2020 une croissance économique à l’opposé des pertes subies par les pays occidentaux.

Il s’impose de rappeler quelques notions élémentaires sur ce que la vaccination a signifié pour notre société. Jusqu’au XIXe siècle la variole entrainait une lourde mortalité infantile et des épidémies frappant toute la population, souvent qualifiées de pestes. La mort survient dans environ 30 % des cas chez les personnes non vaccinées. Parmi les personnes vaccinées, le taux de mortalité chute à environ 3 %. Lorsque la maladie pénétrait dans des régions où aucune immunité acquise n’existait, elle exterminait la population. Alors que l’on estime à 18 millions d’habitants la population du Mexique avant l’arrivée des conquérants espagnols, il ne restera vers 1600 qu’un peu plus d’un million.

Une vaccination n’est pas une mesure anodine. On estime qu’une à deux personnes par million de sujets vaccinés meurent d’une réaction à la vaccination. Néanmoins le bilan global est tellement positif que l’hésitation n’est pas possible pour les individus et pour la société. C’est choisir entre une chance sur trois et une chance sur un million de mourir.

Grâce à de grandes campagnes de vaccination menées dès 1958 à l’échelle du globe, la variole a pu être éradiquée en 1979, si bien que la vaccination a pu être stoppée. Il n’y a plus ni épidémie, ni vaccination.

La méfiance exprimée dans les commentaires mentionnés plus haut reflète une incrédulité bien plus générale qui englobe toute la science. Autant notre société repose sur un usage abondant des applications techniques ou médicales de la recherche scientifique, autant leur ignorance est encore répandue dans une fraction importante de la population Elle n’a donc pas confiance dans des décisions qui sont justifiées scientifiquement mais qu’elle assimile à celles du politique, prises en général sur base d’opinions ou d’idéologies, c’est-à-dire incertaines dans leur justification et dans leurs résultats.

Les sciences naturelles, dont fait partie la biologie, reposent sur une observation minutieuse de la réalité expérimentale dont sont déduites des règles, qui ne sont pas des dogmes mais des synthèses provisoires. À tout moment, un fait contraire peut entraîner leur modification. Mais ces énoncés scientifiques sont la moins mauvaise expression de ce que nous savons certainement à un moment donné. En faire fi, agir en dehors de leurs prescriptions diminue notre pouvoir d’action et peut mener à des catastrophes.

Les sciences ne reposent que sur un consensus humain, celui des spécialistes du domaine. Il se traduit par des publications, des colloques, des discussions. Un jeune chercheur peut ébranler le consensus existant s’il a de bonnes preuves à faire valoir. Sa découverte personnelle deviendra le nouveau consensus. Si Raoult ne parvient pas à convaincre la communauté médicale des bienfaits de l’hydroxy chloroquine, c’est parce qu’il n’apporte pas de preuve et non parce que la majorité des spécialistes seraient stupides ou corrompus.

Or c’est cela que supposent plusieurs intervenants sur ce blog. Ils imaginent un complot dans le grand style des James Bond où quelques magnats des pharmas terrés dans un souterrain bâlois empêchent les praticiens suisses de voir ce qui est évident et manipulent le pouvoir fédéral, qui serait selon leur pittoresque expression « à plat ventre » devant les pharmas. Autant dire que nos institutions politiques ne fonctionnent pas du tout.

Il est indispensable de sortir de ce roman feuilleton car nous avons des échéances sérieuses devant nous. La propagation de fausses nouvelles, d’opinions particulières, de certitudes affirmées sans preuves font partie du trumpisme, c’est-à-dire d’une dérive mortifère.  Ceux qui s’y livrent auraient intérêt à scruter leur conscience et à se demander s’ils n’agiraient pas de la sorte par exaltation de leur ego. C’est toujours tentant de s’imaginer avoir raison contre le monde entier parce que l’on serait un génie méconnu. Si l’on n’a pas de qualification dans un domaine, de fabuler que l’on en sait plus que ceux qui savent.

 

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck est ingénieur, ancien conseiller national PDC et député au Grand Conseil vaudois, professeur honoraire de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), d'origine belge, de nationalité française et naturalisé suisse. Il exerce la profession d'écrivain.

108 réponses à “Le déni de science

  1. Un bémol cependant concernant le professeur Raoult dont les “états de service” scientifiques sont nettement supérieurs aux vôtres dans le domaine médical et en particulier dans l’infectiologie. Plusieurs de ces publications montrent clairement un bénéfice – même si ça n’est pas un médicament miracle – de la combinaison “hydroxycloroquine+azithromycine” sur les malades de la COVID 19, en particulier en cas de traitement précoce. À noter que le magazine spécialisé LANCET a dû retirer au moins un article concernant le remdesivir; ce médicament coûteux dont de grandes quantités ont été acquises à grand frais par plusieurs états est maintenant déconseillé par l’OMS. Il ne s’agit pas de “brèves de comptoir”, mais d’éminents scientifiques qui le disent.

    1. Je n’oppose pas ma conviction aux états de service de Raoult mais le consensus des milieux médicaux face à une personnalité isolée. Si une combinaison de médicaments apportaient un réel progrès, elle serait adoptée immédiatement par les praticiens.

      1. Oui, cela semble être le bon sens.

        Sauf si les autorités sanitaires font peser des menaces sur les médecins libéraux, ce qui est le cas en France.

        Juridiquement, un médecin a plus intérêt à renvoyer son patient chez lui sans traitement qu’à lui prescrire le traitement Raoult.

        1. C’est hélas aussi le cas en Suisse. Des cliniciens ont reçu des menaces du directeur intérimaire de l’hôpital du Chablais-Riviera (M. Leyvraz) et du médecin cantonal du Valais s’ils prescrivaient le “protocole Raoult”. C’est tout simplement criminel et passible de poursuites pénales. Cela relève de la non-assistance à personne en danger (et de la violation du serment d’Hippocrate), sans parler de l’interdiction illégale du libre exercice de la médecine.

        2. Pour une fois bof ..

          Vous manquez d’esprit critique envers vos pairs scientifiques qui se sont pris le tapis dans les modélisations délirantes basées sur les projections du tarés Ferguson..

          Vous manquez d’esprit critique envers les hôpitaux et leurs médecins qui sont pétris de conflits d’intérêts avec les pharmas Gilead en tête..

          Vous manquez d’esprit critique avec Swissmedic qui validé le remsedivir qui a surement accéléré l’échéance de certains médicaments de Gilead..

          Vous manquez d’esprit critique envers l’OFSP et tout les cadres médicaux qui n’ont pas appliqué les recommandations du plan pandémie 2018.. qui a sûrement provoqué des décès vu le manque de matériel médical…

          Vous manquez d’esprit critique envers le fait que la taskforce Covid19 ne sont que des fonctionnaires qui ne sont pas économiquement impactés par les décisions qu’ils prennent.. et touchent leurs salaires le 26 du mois…

          Vous manquez de recul avec la réalité des pseudo vaccins arn car votre obnubilation scientifique vous aveugle… les scientifiques se sont plantés en l’état..

          Etc…mais le pire est à venir…

          Vous manquez d’intégrité car vous ne citez que le vaccin alors que la Suède est en passe de nous prouver qu’une autre voie existe.

          Décidément j’ai apprécié à maintes reprises votre esprit iconauclaste d’aborder la réflexion mais là tout fou le camp car votre corporatisme vous aveugle…

          Bien à vous.

          1. …. et vous sources ne sont pas très fraîches. Situation en Suère hier:

            “SUEDE – Record d’hospitalisations

            La Suède, dont l’approche relativement accommodante de la pandémie a attiré l’attention du monde entier, a fait état d’un record absolu du nombre de patients atteints du Covid-19 hospitalisés dans le pays. La chaîne publique de TV a rapporté que 2389 patients, incluant ceux en soins intensifs, recevaient un traitement hospitalier lundi, soit 65 personnes de plus qu’au plus fort de la première vague épidémique le 20 avril dernier.”

            Les écoles ferment, des villes se confinent, les visites dans les EMS sont interdites, l’économie est en berne, etc

            Il n’y pas d’autre voie… et pas d’immunité collective sans vaccination…. (qu’il faudra probablement répéter chaque année…)

        3. Et le serment d’Hippocrate vous en faite quoi ?
          900 morts par jour en Italie pour respecter le dogme de l’AIFA.
          J’aime bien la phrase du Dr. Tyson en Californie :
          “Si j’ai tort les malades continueront à mourir. Si j’ai raison on sauvera des dizaines de milliers de personnes” (comme il le fait dans son Comté)

      2. “Si une combinaison de médicaments apportaient un réel progrès, elle serait adoptée immédiatement par les praticiens.“
        Honnêtement, je suis surpris de vous voir aussi naïf. Seriez-vous en train de penser candidement que l’actuelle course au vaccin – avec des effets d’annonce qui relèvent davantage de la politique boursière que sanitaire (avec des “scientifiques” qui ont plus gagné en une journée à Wall Street que le Pr. Raoult en 10 ans…) relève du pur altruisme non opportuniste et qu’aucune pharma n’a fait pression pour que l’OMS déclare l’état de pandémie ? Autrement dit, on décrète la crise et on promet tout de suite, derrière, l’arrivée prochaine du remède. Cela ne vous rappelle vraiment rien du tout, vous qui en avez vu d’autres?
        Et lorsque ce même “péquenot“ de professeur, spécialisé depuis de longues années dans le recyclage de molécules connues (et qui ne rapportent plus grand-chose à ceux qui les produisent) vient proposer un traitement bon marché qui semble fonctionner dans une perspective observationnelle (car on ne fait pas de l’EBM avec des patients qui risquent leur vie), tout le monde lui tombe dessus, en particulier les plus pétris de conflits d’intérêt qui squattent les plateaux de télévision. Et là, vraiment, vous ne vous êtes toujours pas posé de questions ? Et lorsqu’enfin, des synthèses et compilations d’études sont publiées en ligne (https://hcqmeta.com), de manière anonyme certes, mais d’une qualité remarquable, dans laquelle on devine aisément le travail titanesque d’universitaires désintéressés (car on ne voit pas quel intérêt, si ce n’est celui de l’humanité, il y aurait à promouvoir des médicaments accessibles et bon marché) qui font connaître le réel état des connaissances actuelles sur l’efficacité de l’HCQ ou même de la vitamine D, pourquoi ne cherchez-vous pas à laisser de côté vos préjugés, en prenant le temps de vous y plonger (tous les liens pertinents y sont indiqués) ?
        Peut-être chercheriez-vous aussi alors à comprendre pourquoi, justement, si une combinaison de médicaments apporte un réel progrès, elle N’EST PAS adoptée immédiatement par les praticiens. Attention, vous risqueriez de vous faire traiter de complotiste.

      3. Pour quelqu’un qui se prétend scientifique ingenieur de ceci directeur de cela…vous tenez des raisonnements vraiment ridicules.
        “Si ça marchait, ça se saurait !” .
        Mais utilisez donc votre intelligence pour sortir des sentiers battus par l’industrie pharmaceutique, pour nous dire où l’IHU de Marseille cache les cadavres des morts qui ne s’y produisent pas…Au lieu de reproduire les articles du Scientific American ou du Lancet pourquoi pas (!) utilisez votre QI pour lire toutes les rapports d’études cliniques (pas les méta analyses !) et nous donner les résultats. Utilisez votre connaissance exceptionnelle de l’anglais pour nous expliquet pourquoi avec 11 morts dans le bras placebo et 6 dans le bras HCQ à 28 jours le Pr. Dubée conclut l’étude HYCOVID en novembre 2020 en disant que l’HCQ n’apporte aucun bénéfice !!! et comment il se fait que le sous groupe HCQ+ AZIT de 10 patients, page 26, a 0 MORTS…etc…etc…Et allez voir les gens qui crèvent avec leur doliprane…

    2. L’étude de Milion et alli. ne démontre rien. Le peu de valeur de cette étude a été démontrée. Outre que d’être rétrospective, elle comporte de nombreuses incohérences (je vous renvoie aux références et commentaires que j’ai fait par ailleurs). Certes, elle laisse entrevoir une perspective semblable aux nombreuses perspectives qui ont été ouvertes quant à l’usage de la vitamine D en divers domaines médicaux et qui se sont, pour la plupart, avérées infondées après études sérieuses.
      https://www.revmed.ch/Colloques/Colloques-de-La-Tour

      Plus récemment, une étude française d’usage de l’HCQ a été faites et a conclu à ce que l’étude ne démontrait pas l’efficacité de l’HCQ. Qu’est venu faire Raoult ? Contester son collègue infectiologue en affirmant que l’étude de son confrère démontrait la supériorité de l’HCQ sur un placebo. La grande presse s’en étant fait l’écho, je n’indique pas l’article scientifique mais un article de presse où Raoult sombre dans le ridicule en mettant en valeur son mépris des principes statistiques les plus élémentaires. Ce qui rejoint ses curieuses conceptions épistémologiques telles qu’il les enseigne dans son institut. Ce Monsieur est peut-être un génial virologue et un excellent médecin, mais s’il n’ignore pas les media, il piétine les fondements de la méthode scientifique.

      https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-le-pr-raoult-conteste-les-conclusions-de-l-etude-du-chu-d-angers-sur-la-chloroquine-e30b2c1c-29a8-11eb-bd8c-ad11543a45dc

      Vous aurez remarqué que mon commentaire ne concerne ni la médecine, ni l’infectiologie mais la méthode ainsi que l’épistémologie.

      L’Hubris a tué Raoult. Et, plus grave, l’Hubris a, peut-être, fortement diminué la possibilité d’établir un champ d’application, certes restreint mais peut-être utile, du protocole Raoult.

      Bref, comme le professeur Neyrinck l’a justement remarqué la communauté scientifique n’est guère convaincue par Raoult, sauf quelques personnalité qui adorent les media grands publics.

      1. Votre mauvaise foi est digne de celle de l’auteur de cette étude.
        11 morts à 28 jours dans le bras placebo 6 dans le bras HCQ.
        Vous mentez effrontément .
        Pas d’avantage àl’HCQ ???
        Page 23 table 2.
        Sous groupe page 26 : 10 patients HCQ + AZY 0 morts. AZY + PLACEBO 3 morts.
        Mais on direz que cela vous fait jouir de compter les morts : 829 en Italie ce 15 12 ! pourquoi : parce que l’AIFA a interdit l’HCQ en medecine de ville depuis 4 mois.
        Votre conscience ne vous dit rien ?

  2. Il faut remarquer votre ouverture d’esprit à publier la majorité des commentaires, même les miens 🙂

    En revanche, où il me semble que vous faites fausse route, c’est en publiant tous ces multi-pseudos et qui ne sont que des lâches, essayant de manipuler les lecteurs autant que les blogueurs.

    Un pseudo et enregistré (il doit y a avoir des moyens d’être enregistré tout en restant anonyme).
    Vérifié par un code envoyé à un portable ou à son e-mail.

    (Bien sûr et comme pour tout, la garantie totale est un voeu pieu, mais ça restreindrait le nombre de ces farceurs, il n’y a qu’à voir les insultes que je reçois depuis que j’en parle sur ce blog)!

    1. Entièrement d’accord en ce qui concerne la publication sous “pseudo absolu”. C’est une lâcheté par rapport à ceux qui publient ouvertement et la porte ouverte à tous les abus. Raison pour laquelle j’ai décidé de ne plus publier de commentaires ici (ce que j’ai toujours fait sous mon vrai nom). Je fais juste une exception cette fois pour soutenir votre appel.

      1. Votre appel n’est rien d’autre qu’un appel au contrôle de l’expression de la pensée dans un média convenable, appel ne pouvant que favoriser la méfiance à l’égard de tout ce qui ressemble à l'”établissement”. Je ne crois pas que cela soit souhaitable.
        Comment pensez vous que Le Temps puisse garantir le respect de la loi fédérale sur la protection des données en cas de fichage ?
        Comment l’exactitude des données sera garantie ?
        Comment l’intégrité des données sera garantie ?
        Comment la confidentialité des données sera garantie ?
        Quel coût pour Le Temps si “les complotistes” font usage de l’article 8 LPD ?
        Quid du respect de la nouvelle réglementation européenne ?
        Si vous n’avez pas le courage de vous coltiner les citoyens et bien restez dans votre tour d’ivoire. C’est dommage pour la collectivité, mais c’est votre droit.
        Au passage, qui me garanti que vous êtes Le vrai Pierre-André Haldi ?

        1. Vous vous arrogez le droit de décider vous-même ce que dit la Science ! Le 25 mai 2020 je suppose qu’en lisant un canard nommé LANCET vous nous auriez dit “Fin de partie pour l’hydroxychloroquine” comme France Inter …dans l ‘Edito Carré avec un journaliste ‘scientifique’ tout juste capable de répéter ce que les autres lui soufflent.
          15 jours plus tard vous auriez dit quoi ??

    2. Votre solution est d’associer à chaque pseudo à un e-mail ou à un téléphone portable. Ces données sont des identifiants, soient des données personnelles, qui doivent être traitées dans le respect de la loi fédérale sur la protection des données.
      De plus, votre procédé sera inopérant parce qu’aisément contournable. De plus, vous n’aurez plus le plaisir de me lire car je n’aurais pas envie de contourner le système. Finalement votre système emmerdera les honnêtes gens et laissera aux multi-pseudo la voie libre.

      1. Si vous voulez vous inscrire à “Play suisse” vous devez introduire votre e-mail et vous recevez par mail un code qui vous permet de terminer l’inscription.

        Je ne vois pas en quoi il serait difficile pour le Temps d’en faire de même, tout en garantissant sur sa charte le respect de la protection des données. Une manière qualitative de se distinguer des réseaux sociaux.

        Bien sûr, il y aura toujours des farceurs pour faire cinq inscriptions différentes, puisque leur but est d’augmenter leur discours, en faisant croire qu’ils sont nombreux à penser comme eux.
        De toutes manières, ils sont bien naïfs de croire qu’ils ne peuvent pas être pistés.
        La protection des données est une farce à l’heure des big Data.

        Enfin finalement, vous utilisez un pseudo identique pour chaque commentaire et n’en variez pas.

  3. Votre blog a cela de précieux qu’il défend concrètement la liberté d’expression.
    En premier lieu vous faite un amalgame malheureux entre les antivaccs et le professeur Perrone (https: //www.youtube.com/watch?v=YcV7AfRAVIc).
    Posons clairement le contexte: nous avons un cocktail explosif fait de scientifiques indépendants d’esprit (voire teigneux), d’urgence, de politiciens et de lobbies divers. Les politiciens se sont en grande partie discrédités en se contredisant, en cédant à tel ou tel lobby, en se faisant rouler dans la farine par Gilead ou en ne parvenant pas à maintenir les offices de santé public en dehors de l’influence des lobbies de la Pharma.
    Il reste donc une petite partie du monde scientifique qui se tient à distance des lobbies. Ce monde scientifique est structuré. Dans le domaine de la recherche médicale leurs élites se connaissent au moins au travers de leurs publications respectives. Ils sont payés pour fournir de la connaissance à qui voudra bien s’y intéresser. Dès lors qu’ils partagent de la connaissance, ils sont parfaitement de leur rôle. En cette période troublée, ils constituent notre phare bien plus que les politiciens. Celui qui en France est à la tête du seul centre de compétence pratique et de recherche en épidémiologique est le Professeur Raoult. Personne n’est parvenu à attaquer son autorité scientifique en matière d’épidémiologie. Il se trouve que ces attaques se sont déplacées sur le terrain judiciaire et qu’il commence là aussi à engranger des succès.
    Concernant l’interview du Professeur Perrone auquel vous faites allusion. Je n’ai pas les connaissances scientifiques pour confirmer ou infirmer les informations qu’il donne. Cependant, il fait partie des sommités scientifiques en matière de vaccination, ses informations sont suffisamment crédibles et graves pour mériter une réponse sérieuse. Que dit-il en substance: les premiers vaccins disponibles sur le marché seront ceux ayant recourt à la technologie ARN qui n’a rien à voir avec la technologie employée précédemment. Il ne s’agit pas d’un vaccin, mais d’une thérapie génique qui n’avait été employée que sur les végétaux. Il n’y a donc aucun recul. De fait, les fournisseurs refusent explicitement toute responsabilité sur les effets secondaires.

  4. Au Royaume-Uni, la population pourra commencer à se faire vacciner contre le coronavirus dès la semaine prochaine. Mais qu’attendons-nous ici, puisque c’est désormais possible? Incroyable cette lenteur désinvolte, alors que la liste des malades et des morts va continuer à s’allonger et l’économie continuer d’être lourdement impactée. Jusqu’à quand va-t-on attendre? Bon sang, c’est maintenant qu’il faut commencer d’agir, pas dans 3 mois avec une 3ème vague !!!

  5. Et 1940, le général de Gaulle était une “personnalité isolée”…

    C’est déjà arrivé souvent que quelqu’un soit complètement contre le consensus majoritaire, mais qu’à la fin l’histoire lui donne raison.

    1. En politique on peut avoir raison contre tout le monde. Pas en science lorsque le consensus est atteint. Une idée neuve ne perce pas immédiatement mais si elle est fondée elle finit par percer et s’établir.

      1. En tous les cas le moins qu’on puisse dire c’est que le confinement, la fermeture des commerces, le port du masque et la vaccination sans attendre de connaître les effets secondaires, tout ça ne fait pas consensus. Ni dans le monde scientifique ni dans l’opinion publique.

        1. Il y a des consensus. Par exemple :

          L’isolement de la personne seule est efficace.

          Un masque FFP3 correctement utilisé est efficace.

          Il existe une transmissibilité notamment accrue dans les lieux clos, sauf si des mesures sérieuses sont prises telles que ventilation intelligente (aérosol), port systématique d’un masque type IIR (projections) et hygiène des mains (transmission manuportée), mais aussi hygiène de tout ce qui peut être contaminant dans le local (transmission manuportée indirecte).

          Dès lors sont de nature à provoquer des contamination les restaurants, cafés, bars, dancing et autres établissement publics, maisons de passe y compris. Il faut être lobyste pour le nier.

          Sont aussi des lieux de contaminations les foyers, sauf à respecter les règles déjà rappelées. Ce qui ne peut qu’être recommandé. Les rencontres inter-foyers dans un même foyer ou aucune des règles n’est respectée sont dangereuses. On peut même penser qu’elle le sont plus que dans un restaurant qui appliquerait scrupuleusement les règles d’hygiène auxquelles on rajouterait le port du masque hors repas et boisson.

          Les règles genevoises actuelles ne sont pas respectées par nombre de commerce et de clients, mettant en danger la restauration, les soignants et la population. Et je ne m’attend pas à ce que les cafés respectent les nouvelles règles plus que les anciennes. Dès lors est-ce que la légale dénonciation des violations en cours est une délation, ou son absence une mise en danger d’autrui ?

      2. C’est exactement ce que dit Raoult. Le temps fera émerger la vérité.

        Il faut tout de même comprendre le mécanisme du pouvoir.
        Qui siège dans les instances décisionnaires? Des médecins de terrain ?

        En France, Olivie Veran a exercé plus ou moins à l’hôpital pendant 4 ans ( où il s’est plus distingué comme syndicaliste que comme médecin) , il est élu depuis 2012.
        En tant que ministre, il est entouré par des flatteurs, et les mauvais politiques n’écoutent que ces derniers.

        Comment expliquez-vous qu’avec tous les conseillers qui l’entourent il ait plongé dans l’étude du Lancet comme un mort de faim sur un bol de riz?

        Les gens qui soignent ne sont pas des politiques.

      3. Vous vous arrogez le droit de décider vous-même ce que dit la Science ! Le 25 mai 2020 je suppose qu’en lisant un canard nommé LANCET vous nous auriez dit “Fin de partie pour l’hydroxychloroquine” comme France Inter …dans l ‘Edito Carré avec un journaliste ‘scientifique’ tout juste capable de répéter ce que les autres lui soufflent.
        15 jours plus tard vous auriez dit quoi ??

  6. Les scientifiques ont mis cinquante ans (cinq décennies) pour calibrer le vaccin contre le virus de la polio. Si cette nouvelle technologie ARN connue depuis 10 ans était aussi bonne, pourquoi ne l’avions pas utilisée avant la Covid 19 pour l’influenza par exemple? Quand un professeur-expert français qui a travaillé aussi pour l’OMS nous dit que ce vaccin va nous rendre des OGM, comment voulez- vous oser vous faire vacciner? Je pense que les autorités françaises devraient organiser un débat public en invitant ce professeur avec d’autres, d’un avis opposé, et laissez à chacun de se décider. suis comme même étonné que les 2 majeurs-pharmas suisses ne disent rien, ne fabriquent pas de vaccin et s’abstiennent du débat à ce sujet. Les autorités pro-vaccins veulent créer un passeport sanitaire de sorte que celui qui refuse de modifier ses cellules soient interdits d’une série d’activités et de déplacements. En tout cas en France la population ne se laissera faire et risque de descendre dans la rue pour ravivez le mouvement des gilets jaunes.

    1. Les vaccins de type ARN viennent d’être ,mis au point après des recherches longues et pénibles. Ils bénéficient d’une opportunité avec le Covid pour se faire connaître et admettre. Il ne nous transforment pas en OGM pour autant si l’image en tête est celle d’un légume.

      1. C’est ça, on nous demande de servir de cobayes…. pour tester les hypothèses de ces professeurs Tournesol et docteurs Folamour…

        Non merci.

        1. On ne nous demande pas de servir de cobayes. Des tests ont déjà été effectué sur des dizaines de milliers de volontaires.

          1. Je respecte ces volontaires qui risquent leur vie pour une cause à laquelle ils croient. Mais l’état n’a pas le droit d’imposer une vaccination aux gens, alors qu’on n’a pas le recul pour connaître les effets secondaires. Il n’a pas le droit non plus de mettre toute l’économie à l’arrêt pour une maladie dont on guérit dans 99.95% des cas selon les scientifiques compétents et sérieux, et 99.65% selon l’amateur CEDH.

            Vous m’avez reproché d’avoir parlé de pseudo pandémie dans un de mes commentaires. Cette même expression a été reprise par le Dr. Michael Yeadon, ancien ”chief scientist” de Pfizer. En voilà un, un scientifique, qui a pu observer de l’intérieur les méthodes sans scrupules des puissants groupes pharma et qui en a été révolté. Maintenant il affirme que c’est une pseudo 2ème vague due aux nombreux faux positifs car les tests PCR ne sont pas fiables. Mais prudemment il s’abstient de porter des accusations formelles.

            Chapeau bas devant un homme courageux et intelligent.

            https://www.youtube.com/watch?v=4FQUmw5QljM

            https://thehuntingtonian.com/2020/10/06/chief-science-officer-for-pfizer-says-second-wave-faked-on-false-positive-covid-tests-pandemic-is-over/

            Vous parlez d’un consensus scientifique. Ce qu’on observe est plutôt le contraire. Il n’y a aucun consensus sur l’existence réelle d’une deuxième vague. Encore moins sur la nécessité de la vaccination.

          2. Il n’est pas besoin d’un consensus sur le deuxième vague. Il suffit d’observer les statistiques publiées.
            Il n’a jamais été question d’une vaccination obligatoire en Suisse.

          3. @ On nous prends pour des cons

            1. Ce n’est pas un chiffre que j’ai déterminé. J’ai tout simplement repris l’étude genevoise à ce sujet, qui a été publiée et dont j’ai déjà indiqué les références, ainsi que les informations du colloque du mardi, accessible sur le mediaserver de l’Unige. Et puis, dans mon domaine de compétence, j’ai mis à part le cas des EMS car on ne peut sérieusement les inclure directement puisqu’on ne connaît pas l’incidence du coronavirus depuis le début de l’épidémie dans ce groupe de personnes. Le résultat est un taux de létalité hors EMS de 0.35 %. Le nombre de décès était alors le double de ce 0.35 % en prenant en compte les EMS. On peut supposer une légère baisse à attribuer à l’amélioration du traitement et si vous disiez 0.30 %, je n’en serai pas choqué. Pour les EMS il semble qu’il y ait quelques amélioration aussi. Le pape genevois de la sciences molles, par vous cité, clame 0.23 % au niveau mondial en se basant sur l’OMS. Soit en prenant en compte des populations plus jeunes que celle de notre pays. D’autres 0.5 % dans d’autres pays, tout cela est possible.

            99.65 % est le taux de survie et non de guérison. Ce n’est malheureusement pas la même chose avec cette maladie qui peut laisser des stigmates genre fibrose pulmonaire.

            Votre 0.05 % de guérison c’est n’importe quoi. Où alors indiquez les publications scientifiques qui fondent cet avis. Pas une coupure de presse, même de tibia, ou du youtube !

            2. Il n’y a pas d’épidémie puisque l’on se fait berner par les tests RT-PCR, dites-vous. C’est donc les test RT-PCR qui remplissent les hôpitaux, les soins continus, les soins intensifs, les morgues, la morgue carrougeoise sous-tente et les crématoires !

            Au passage les données de votre coupure de presse s’arrête au 21 septembre 2020. A cette époque on comptait trente patients hospitalisé, un décès par semaine et quelque dizaines de test RT-PCR positifs.

  7. Vous avez totalement raison.

    Les scientifiques devraient débattre dans le silence des laboratoires, pas dans la presse.
    Le débat scientifique dans la population est un non sens. Est-ce que le simple pékin qui choisit de croire Raoult, le fait par réflexion scientifique ? Non, il le fait parce qu’il s’imagine avoir des accointances avec lui.

    Pour une partie de la population, la vérité scientifique est lié à une forme de politique. Lorsque l’on observe cette population, beaucoup ont des reproches face à l’Etat ou l’administration, voir les pharmas. Suivre les consignes de l’Etats, pour eux, c’est donner gagnant l’Etat, leur “ennemi”.
    C’est du moins ce que je suppose. Il faudrait faire une étude pour voir si cette correspondance existe, à savoir le rejet de l’Etat implique le rejet de la parole scientifique diffusé par l’Etat.

    Je n’ai pas de solution. Mais la crédibilité de celui qui donne des conseils est primordiale. Pour le Covid, ce serait quelqu’un qui n’a aucun lien avec les pharma et l’Etat. Mais face à des Trumpistes, c’est encore insuffisant, impossible de lutter contre l’idolâtrie.
    La politisation de la science est un drame, et dans le cas du Covid, ça donne des mort.

  8. Beau texte, mais vous ne saisissez toujours pas à la situation actuelle. Personne ici ne niera les effets bénéfiques des vaccins pour l’humanité. Le problème c’est l’intégrité des scientifiques qui est remise en cause et leur méthodologie.
    Ces problèmes sont tellement difficiles à aborder qu’il est plus facile d’esquiver la question et nous faire la morale.

    Comment expliquer que les processus de validation pour les vaccins ont été raccourci à un tel point qu’il faut une année seulement alors qu’avant il en fallait 5? Pourquoi ne l’a t-on pas fait avant pour des maladies qui ont eux aussi fait des ravages?

    Comment expliquer aux gens que la science se base sur le consensus, alors qu’il y a un véritable fléaux d’articles de prétention scientifique avec des expériences non reproductibles? Ce problème n’est toujours pas réglé ce qui signifie qu’on peut nous mener à tout moment à une illusion qu’il existe un conscensus. Le fameux article bidon du Lancet sur le HCQ en est un exemple extrême.

    Le dernier point c’est le manque de punition pour contrôler l’appat du gain. Si je peux résumer, nous avons la situation suivante: un riche peut se permettre de se parquer n’importe ou en ville parce qu’il peut se permettre de payer l’amende qu’il considérera comme un ticket de parking. Nous avons la même situation avec les laboratoires dans l’affaire Sackler ou Servier, où il est moins cher de causer la mort milliers de personnes et de payer l’amende de 12 milliards que de stopper la vente net dès que la suspicion s’installe.

    Tant que ces points ne sont pas réglés, vous ne pouvez tout simplement pas convaincre les gens de jouer avec la vie de leur famille. Les insulter, les moraliser, n’y changera rien et nous n’atteindrons jamais la couverture nécessaire pour protéger nos aînés.

    1. Actuellement la pharmacovigilance est de mise en Europe. Et le principe de précaution s’applique.
      La science ou plus exactement la médecine ne se base pas sur un consensus. Plutôt le consensus se base sur des expériences publiées dans des revues, publications filtrées par des paires, répliquées par des équipes indépendantes et dont les résultats sont compatibles avec les connaissances scientifiques du moment.

  9. on connait le principe du vaccin depuis longtemps maintenant et cela ne fait plus débat à part chez les personnes opposées par principe à toutes médications .
    Mais le vaccin , quelle que soit sa technologie, est administré avec un certain nombre d’éléments (excipients, adjuvants, …) qui peuvent produire des effets secondaires ( on connait par exemple le cas des protéines d’oeufs résiduelles chez des personnes allergiques, … ) .
    Il faut donc que le vaccin proposé se fasse en toute transparence et que les premiers tests mettent en évidence les effets secondaires ou les différentes allergies …
    Tant mieux que les Anglais jouent les cobayes pour le reste du monde , cela pourra nous renseigner avec plus de détails sur son efficacité , sa durée de protection et les éventuels effets secondaires …
    Si, comme je l’ai lu dernièrement, le vaccin n’est efficace que pour quelques mois, alors je doute que l’on puisse l’utiliser à très large échelle …
    Ce sont les inconnues qui forgent les doutes !
    J’ajoute que je préfère de loin l’approche démocratique à celle d’une dictature à la chinoise enfermant n’importe qui se permettant une simple critique du régime. Chez nous, les autorités sont “vaccinées” contre les critiques …

    1. Les Anglais ne jouent pas les cobayes. Les vaccins ont été testés pendant trois mois sur des dizaines de milliers de volontaires avant d’entreprendre la vaccination de masse.

  10. De deux maux il faut choisir le moindre: utiliser un vaccin expérimental testé à la va-vite, ou attendre une meilleure validation du vaccin pendant que les décès dus au COVID19 s’accumulent? C’est impossible de répondre objectivement à cette question: toute réponse sera forcément subjective et personnelle.

    1. Le vaccin n’a pas été expérimenté à la va-vite. Il y a eu des milliers de volontaires qui sont immunisés et ne subissent pas d’effets secondaires. Comme dans tous les vaccins des effets secondaires peuvent se révéler plus tard. Mais l’enjeu est tel qu’il vaut mieux courir le risque. Plusieurs pays sont engagés dans la vaccination. La Suisse ne pourrait pas s’en abstenir.

      1. Selon le site vaccination-info-service.fr: “Compte tenu des études et des tests exigés par les autorités, le développement d’un vaccin est très long, d’une durée pouvant aller de neuf à quatorze ans, voire plus”. Le vaccin contre le Covid19 a clairement court-circuité les procédures normales.

        ( https://vaccination-info-service.fr/Generalites-sur-les-vaccinations/Qualite-securite-et-efficacite-des-vaccins/Securite-et-qualite-des-vaccins/Recherche-et-essais-cliniques-sur-les-vaccins )

        1. Tout à fait. Un vaccin à ARN messager procède d’une toute nouvelle technique qui permet d’aller plus vite. Le propre de la technique c’est d’accélérer.

          1. Ce type de vaccin peut certes être produit plus rapidement, mais les tests pour déterminer les effets à moyen et long terme n’ont tout simplement pas le temps d’être effectués. La question à laquelle personne ne peut répondre aujourd’hui est: est-ce que nous accélérons vers une solution qui va sauver beaucoup de monde, ou est-ce que nous accélérons droit dans le mur?

          2. D’accord, il y a un pari. Les suites de l’épidémie sont tellement graves, pas seulement sur la santé mais aussi sur l’économie, la culture, les institutions, qu’il faut tout faire pour l’enrayer. On sait par l’exemple des pandémies antérieures que la vaccination est un arme puissante, non sans effets secondaires, pour y arriver. On sait aussi maintenant que le court terme de quelques mois ne comporte pas d’effet secondaire. Pour un décideur politique, la conclusion est assez claire : il faut vacciner et courir un risque estimé faible. Mais en politique on n’arrête pas de prendre des décisions sans pouvoir prédire leurs conséquences. A certains moments il vaut mieux prendre une décision que de ne rien faire.

  11. Monsieur Neyrinck,

    Je ne recommanderais pas à un (assez) jeune qui est en bonne santé et l’a fait établir par un médecin de se faire vacciner. La maladie est trop peu dangereuse pour lui pour qu’il se fasse injecter un vaccin à ARNm dont on ne connaît pas les effets secondaires à moyen ou long terme. Je lui dirai qu’il n’est pas égoïste parce que rien n’établit à ce jour que ce vaccin est efficace contre le portage du virus.

    Cela dit, quid des maladies auto-immunes à moyens et long termes ?

    De plus, le Prof. Péronne, que j’ai par ailleurs critiqué, sans doute pas assez, a écrit :
    “1. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN.

    2. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

    3. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants.”

    Quid des allégations 1, 2 et 3 ? De telles modifications, si elles sont possibles, ont-elles des effets délétères ?

    Enfin, s’est-t’on rapproché de la Russie et de la Chine en cette matière vaccinale ?

    1. Je n’ai aucune qualification pour discuter les allégations de Péronne. Je répète les données sur la vaccination variole : elle a éliminé une épidémie mortelle ; elle comportait des effets secondaires parfois mortels ; néanmoins il fallait vacciner ; la variole est de ce fait éradiquée, il n’y a plus d’épidémie ou de vaccination. Agissons de même.

      1. La variole c’est 30 % de létalité. Soit un réservoir de morts potentiels de plus de 2’500’000 morts pour la Suisse. Le R0 de la variole est de l’ordre de 6 à 7. La vaccination contre la variole devrait générer moins de 100 morts. 2’500’000 morts versus 100 morts. Il n’y a pas photo, si une épidémie de variole démarre en suite d’une action malveillante il faut vacciner (avec les vaccins que l’on aura pas !). Savez-vous s’il existe un plan variole en cas d’attaque terroriste à la variole et s’il existe quelques doses de ce vaccin (troisième génération) en Suisse ?

        Mais la covid n’est pas la variole. La létalité est au moins 50 fois moindre. La propagation peut être plus facilement contrôlée que celle de la Variole (R0 inférieure à 3) en ne touchant que quelque pour cent du PIB. Les personnes fragiles peuvent être plus facilement protégée (FFP2).

        Un médecin pour vacciner a besoin du consentement libre et éclairé du patient. Comment le patient peut-il être éclairé si on ne connaît pas les effets à moyen et long terme du vaccin ? Un médecin est-il en droit de vacciner dans ces conditions son patient ? Ne le serait-il pas plutôt seulement en cas de vaccination compassionnelle, par exemple d’une personne à grand risque ?

        Certes, la loi sur les épidémies permet au Conseil fédéral de déclarer la vaccination obligatoire de certains groupes de la population. Ce qui fait qu’on admet que le consentement peut ne plus être libre puisque l’objet de moyens de pression indirecte, mais peut-il être ne pas éclairé ? De plus, cette contrainte indirecte que l’on voudrait diriger contre le personnel soignant serait contre-productif puisque une partie non négligeable de celui-ci démissionnerait.

        En cas de vaccination obligatoire russe (en Hongrie) ou chinoise, la Suisse doit-elle la reconnaître ?

        Pas aussi convaincant et simple que vous le voudriez. Mais dans un premier temps Pfizer et Moderna pourront écouler sans problème en Suisse leur vaccin.

      2. Cher Monsieur Neirynck, j’ai suivi une de vos conférences, il y a je pense plus de 20 ans, á cette époque j’avais apprécier votre exposé et depuis et toujours gardé “un oeil” sur vos reflexions, mais force est de constater que maintenant votre discours manque cruellement de substance, cest peut etre l’heure de prendre une retraite “médiatique”, afin que l’Histoire ne vous juge pas cruellement dans quelques années.

        1. “…á cette époque j’avais apprécier…”, “… peut etre…”

          En vingt ans, n’est-ce pas votre orthographe qui a pris une retraite anticipée?

        2. La coutume de ce blog veut que l’on s’y intéresse aux faits et aux idées pas aux personnes qui rédigent le blog ou les commentaires. Il est des civilisations où l’on apprécie les avis des anciens compte tenu de leur expérience. Je découvre autre chose qui n’a pas de nom : une société qui méprise les anciens.

          1. Je ne crois pas que ce commentateur ait raison. Notre société de méprise pas les anciens. Mais il est vrai que dans certains pays asiatiques, souvent on les respecte plus que chez nous.

            Quant à moi, votre âge n’entre pas en ligne de compte puique vous êtes pour moi un pur esprit. Je souhaite à tous vos lecteurs et lectrices et à moi-même d’avoir, à votre âge, un esprit aussi vivace que le vôtre.

    2. @CEDH
      Les vaccins à ARN messager contre le coronavirus utilise l’ARN de ce rétrovirus, l’ADN pouvant être issu de la transcriptase inverse ne sera donc pas différent de ce qui est produit par une infection naturelle de l’organisme humain par le coronavirus. Si le coronavirus induit éventuellement des modifications génétiques (ce qui reste toutefois à démontrer formellement), les vaccins à ARNm issus du coronavirus ne représentent pas un danger supplémentaire par rapport au coronavirus lui-même. Au cours de leur évolution, le code génétique des êtres vivants a été en bonne partie façonné par des virus, rien n’indique donc à priori que d’éventuelles mutations induites par le coronavirus soient nuisibles (elles peuvent très bien être stockées dans l’ADN redondant et inactif qui constitue la majeure partie de l’ADN du noyau cellulaire et des chromosomes) et, de toute façon dans un tel cas, ces mutations présumées seraient inévitables chez toutes les personnes infectées par le coronavirus. Votre crainte est basée sur une argumentation trompeuse qui ne tient pas la route si on analyse sérieusement la réalité des faits. Et comme l’a écrit très justement Monsieur Neirynck dans ce blog, les vaccins à ARNm ont déjà été dûment testés pour s’assurer qu’ils ne sont pas plus dangereux que ceux de la longue liste des vaccins d’autres maladies virales (grippe, varicelle, rubéole, rougeole, rage, variole, poliomyélite, etc…), lesdits vaccins ayant permis de protéger d’innombrables vies. Par conséquent, il est urgent de permettre à la population de se faire vacciner, toute perte de temps et procrastination sur la base de ce genre de discussion superflue est irresponsable voire criminelle. Car chaque semaine de perdue dans le processus de vaccination représente en effet des centaines de malades et de morts en plus, ainsi que d’énormes dégâts supplémentaires à l’économie et à la vie sociale.

      1. – “Les vaccins à ARN messager contre le coronavirus utilise l’ARN de ce rétrovirus”.
        Les coronavirus ne sont pas des rétrovirus. Rappelons que pour ce qui est d’un rétrovirus son ARN est transcrit en ADN puis inséré dans l’ADN de la cellule humaine infectée. Et que c’est à
        partir de cet ADN inséré que seront produits moult copies de l’ARN viral et du virus.
        L’ARN du coronavirus est directement reproduit dans le cytosol de la cellule et ne rentre pas
        dans le noyau pour modifier l’ADN. C’est d’ailleurs ce que clame les partisans simplistes de l’innocuité du vaccin Pfizer à ARMmTriT4fibritinfoldon (ARMm pour faire court). Un rétrovirus connu est celui qui provoque le SIDA.

        – “L’ADN pouvant être issu de la transcriptase inverse ne sera donc pas différent de ce qui est produit par une infection naturelle de l’organisme humain par le coronavirus. Si le coronavirus induit éventuellement des modifications génétiques (ce qui reste toutefois à démontrer formellement), les vaccins à ARNm issus du coronavirus ne représentent pas un danger
        supplémentaire par rapport au coronavirus lui-même.”
        L’insérabilité de la séquence codant spike n’est pas synonyme de l’insérabilité de l’ARN/ADNisé en entier. Et si cela peut advenir dans les deux cas, cela n’est ni au même endroit, ni avec les mêmes effets. En réalité on n’en sait rien.

        -“Au cours de leur évolution, le code génétique des êtres vivants a été en bonne partie façonné par des virus, rien n’indique donc à priori que d’éventuelles mutations induites par le coronavirus soient nuisibles (elles peuvent très bien être stockées dans l’ADN redondant et inactif qui constitue la majeure partie de l’ADN du noyau cellulaire et des chromosomes) et, de toute
        façon dans un tel cas, ces mutations présumées seraient inévitables chez toutes les personnes infectées par le coronavirus.”
        L’ADN non-codant a un rôle plus qu’important puisque régulant l’expression des gènes alors que nombres de maladies résultent de troubles de l’expression des gênes. De plus, les insertions virales par trop nuisibles à l’homme auront été éliminées par sélection naturelle et ne se retrouvent donc pas forcément chez l’homme d’aujourd’hui. Mais à vrai dire on n’en sait rien.

        – “Votre crainte est basée sur une argumentation trompeuse qui ne tient pas la route si on analyse sérieusement la réalité des faits.”
        Le Professeur Péroné n’avait pas généré en moi de craintes particulières, par contre, au vu de votre incapacité à présenter une réponse claire et convaincante, les tenants d’une stricte application du principe de précaution ne peuvent qu’en avoir. Quant à l’argumentation de Péroné elle n’est pas trompeuse mais hypothétique, tout comme la vôtre. Remarquez ce n’est là pas un reproche adressé à l’un ou à l’autre, puisque nous sommes en un domaine rempli d’ignorance.

        – “Et comme l’a écrit très justement Monsieur Neirynck dans ce blog, les vaccins à ARNm ont déjà été dûment testés pour s’assurer qu’ils ne sont pas plus dangereux que ceux de la longue liste des vaccins d’autres maladies virales (grippe, varicelle, rubéole, rougeole, rage, variole, poliomyélite, etc…), lesdits vaccins ayant permis de protéger d’innombrables vies.”
        Le Professeur Neyrinck a admis que faute de suivi à long et moyen terme, il s’agissait de faire un pari. Ces vaccins n’ont à ce jour pas été dûment testé à moyen et long terme, ce qui est inquiétant dès lors qu’il ne s’agit pas d’une variation d’un vaccin mais bien d’une technologie nouvelle.

        “Par conséquent, il est urgent de permettre à la population de se faire vacciner, toute perte de temps et procrastination sur la base de ce genre de discussion superflue est irresponsable voire criminelle.”
        Il serait criminel de prendre le risque de vacciner une personne qui ne comporte que très peu de risque face à la maladie. Surtout alors que l’on ne sait pas si ce vaccin élimine le portage du virus (i.e. empêche le vacciné non malade de porter le vaccin en ses voies aériennes supérieures et de contaminer son prochain). Le fait qu’on ne le sache pas même cela est la démonstration que les études sont incomplètes !

        Il est aussi criminel pour la Confédération d’avoir conclu des pré-contrat qu’avec deux vaccins de ce type et un à adénovirus. Ignorant des vaccins particulaires ainsi que ceux à virus atténués ou inactivés.

          1. Puisque vous aimez les arguments d’autorité vous devriez savoir que les questions que j’ai posées sont celles suscitées par les allégation du Professeur Péroné, qui, si on lit ce qu’il a écrit au delà de ses regrettables sorties médiatiques sont des hypothèses, et la réponse qui les nie catégoriquement est celle de M. Pierre-Olivier Mojon.

            Au vu des qualifications du premier et de celles du second, qui toutes sont publiques, vous devriez prendre aux sérieux les hypothèses du premier sans discussion aucune et rejeter les allégations catégoriques du second sans l’ombre d’un doute.

            Telle n’est pas ma méthode.

            M. Mojon a commencé ses explications en qualifiant le sars-cov-2 de rétrovirus, dès lors je ne serai pas choqué si un tiers ne lisait pas plus loin ses explications tant il s’agit là d’une allégation erronée. Mais telle n’est pas ma méthode et cela ne serait pas de bonne sciences, ni respectueux pour M. Mojon dès lors je l’ai lu, et même pris un renseignement complémentaire au sein de notre équipe tant il est évident que je ne saurais être compétent et à jour sur tout.

            Par contre, si vous ignorez que le coronavirus n’est pas un rétrovirus, peut-être faut-il mieux que vous lisiez 20minutes et que vous vous fassiez vacciner au plus vite, avec Moderna, pas avec Pfizer puisque le vaccin Moderna est produit en Suisse. Vous ferrez là un pari, pour reprendre l’expression du professeur Neyrinck, pari que j’espère gagnant pour vous..

        1. Virus inactivé ? …ah, CoronaVac, 97% efficace et bien déployé (1 mio d’individus ?).. mais c’est chinois ! Déjà que la population n’est pas trop vaccin, vous imaginez la confédération acheter un tel vaccin (même en échange d’une augmentation des exportations de montres et de chocolat)… non, les importations de Chine sont réservées à l’électronique dont l’obsolescence est programmée.

          Plus sérieusement, une des bases de la démarche scientifique, c’est l’échange et le partage et cela demande une certaine transparence.

          J’espère que si un vaccin est valable, il pourra être utilisé pour le bien de tous. Pour l’instant, ça fait penser à une course au sac et vu qu’on est prêt du but, chacun communique sur les caractéristiques techniques de son produit comme pour le dernier téléviseur 8K.

          Se pourrait-il que les enjeux politiques et économiques aient quand même un rôle ? … je comprends dès lors que la population ne soit pas tout à fait rassurée.

          Là où je rejoint M. Neirynck, c’est que le seul garant d’un peu de transparence, restera une démarche scientifique et des processus qui évitent de transformer le marketing en réalité pour booster les ventes.

          1. Chinois ou pas je m’en fiche. De toute les manières il ne s’agit pas d’une obligation d’utiliser un tel vaccin. D’ailleurs, j’avais crû que la Suisse était un pays neutre. Il s’agit là d’une technologie éprouvée qui, par essai ou disponibilité limitée, commence à sortir de Chine. Le procédé Moderna est prometteur, mais on en connaît fort peu sur les effets à long terme du procédé et, bien sûr, sur son application dans le cas d’espèce, alors que l’effet à long terme des vaccins de type à virus inactivé est connu.

            Il existe aussi des vaccins particulaires occidentaux en développement, pourquoi les ignorer ? On est en train de mettre tous les oeufs dans le même paniers.

        2. @CDEH
          Mon propos était de susciter une réflexion sur les nouveaux vaccins à ARN messager contre le coronavirus sur la base d’un communiqué de l’Institut Jacques Monod à Paris :
          https://arbre-des-connaissances-apsr.org/2020/05/29/comparaison-des-decouvertes-des-deux-retrovirus-sars-cov-2-et-vih/
          Merci de considérer comme des abrutis ceux/celles qui sont favorables aux vaccins pour sortir au plus vite de la pandémie actuelle. Pas plus que le professeur Perronne, vous n’avez vous-même de certitudes par rapport à vos arguments et à vos craintes. Vous admettez votre ignorance, tout en alimentant volontiers une polémique pour affirmer peut-être un peu hâtivement que les autres non plus ne savent rien. Certes, mon commentaire prend des raccourcis dans le cadre de cette réflexion (ce que vous n’avez pas du tout compris, c’est trop rapide pour vous), mais ce que j’explique est fondé au-delà des détails de terminologie. Selon vous, il faudrait donc attendre encore bien longtemps par mesure de précaution pour tester pendant des années ces vaccins, en restant piégé dans la situation actuelle, ce serait absolument formidable, n’est-ce pas? Tous les vaccins ont été des paris pour surmonter et vaincre des maladies redoutables, avez-vous mieux à offrir? Pensez-vous que les vaccins russes ou chinois à base de coronavirus inactivé soient meilleurs? Je vous encourage à vous informer sur ce que sont réellement les nouveaux vaccins proposés. Au sujet de cette nouvelle technologie très remarquable à ARNm, vous trouverez facilement par Internet des explications beaucoup plus complètes et détaillées que sur ce blog.

          1. @ Pierre-Olivier Mojon,

            Croyez-bien que j’ai le plus profond respect pour le paléontologue que vous êtes. Pour que nos lecteurs se rendent compte de votre haute compétence en le domaine de la paléontologie, je me permets de mettre en exergue le lien de l’une de vos publications récente en ce domaine.
            https://sjpp.springeropen.com/articles/10.1186/s13358-020-00209-5

            Le prof. Pérone n’a pas de certitudes quant aux questions qu’il pose car, la connaissance humaine étant imparfaite, il en n’existe pas; sauf bien sûr à vos yeux. Au delà de sa regrettable sortie médiatique, Pérone a la modestie qui vous manque.

            Mais qu’importe, vous ne vous posez pas de questions, vous ne réfléchissez pas, vous n’avez pas de réponses, vous déployez une propagande dogmatiquement fondée tout comme ceux qui sont contre les vaccins.

            La Prof. Siegrist, éminente vaccinologue suisse, exprimait hiers soir l’intérêt de la campagne de vaccination brittanique en ce qu’elle allait permettre de déterminer avec un peu de précision l’effet de ce vaccin sur les maladies (ou maladies quiscentes ou prédisposion ) auto-immunes, question que j’avais au demeurant ci-dessus évoquée. Elle estimait que cela était un avantage pour la Suisse que avoir un peu de retard sur les britaniques Vous, vous vous indignez que l’on ne se rue pas sur le vaccin comme les britaniques. Faut-il vraiment se fier au paléontologue ou à la vaccinologue ?

            Pour conclure, je relève que vous avez allégué que ce coronavirus étais un rétrovirus, ce qui est ridicule et, d’autre part, que vous nous indiquez un lien ou l’on décrit le remsdivir comme étant une piste prometteuse !

          2. Sur le vaccin Raoult relève que l’efficacité de ceux-ci va en diminuant avec l’âge. C’est là une circonstance très commune et que beaucoup redoutent. Il n’y a sur point pas vraiment de divergence.

  12. Merci pour ce texte M. Neirynck, j’ai failli réagir dans ce sens à la lecture des commentaires sur votre dernier blog.

    Je ressens un malaise grandissant en lisant ces forums. S’il me paraît légitime d’exprimer ses opinions, ses doutes, ses craintes et ses sentiments, je m’interroge sur le matraquage systématique de contre-vérités sur les sites et forums traitant du Covid19 (liens sur les sites à l’appui).

    Outre une certaine lassitude, la méthode est discutable car les propagateurs utilisent des soi-disant personnalités du monde médical pour transformer des opinions en faits scientifiquement prouvés qui sont alors être perçu comme “officiels”. De plus, il y a souvent tromperie sur la fiabilité de la source qui s’exprime souvent en dehors de son domaine de compétence.

    Les réseaux sociaux sont contraints d’afficher des messages d’avertissement en cas de contenu douteux.

    Votre argument sur la “prise de température” de la population est juste. Il vaut mieux savoir que d’avoir des surprises. L’adhérence aux mesures par la population est aussi un bon indicateur (facile à mesurer).

    Par contre, quand cette propagande est orchestrée avec un but politique, on ne mesure plus le pouls le peuple mais on participe à la formation de son opinion. Cela demande alors un arbitrage et un certain équilibre.

    De plus, certains lecteurs finissent par croire partiellement à certaines contre-vérités et adoptent un comportement dangereux pour leurs semblables. La déculpablisation prend alors la forme d’un: “cette maladie ne tue que les vieux et les faibles, il faut bien en passer par là et on ne pas va quand même pas sacrifier la saison de ski pour si peu …”. Comment peut-on en être arrivé là en Suisse ? C’est effrayant. Henry Dunant doit se retourner dans sa tombe.

    Contrairement à janvier dernier, nous disposons aujourd’hui d’une expérience, de faits constatés ainsi que d’informations de professionnels de la santé sur le terrain qui ne peuvent que constater l’irresponsabilité d’une population désorientée par la propagande et la politisation de cette crise. Mais, plus nous en savons, plus nous régressons dans notre capacité à gérer le problème. Je n’aimerais pas être dans la peau de M. Berset: être contraint à se diriger dans une direction qu’il sait probablement ne pas être la bonne.

    Dans le passé, certaines votations ont été annulées car le matériel de vote contenait des informations erronées et partisanes biaisant le choix des citoyens. Que faudrait-il alors penser si une initiative devait récolter des signatures alors que circulent des informations erronées sur les blogs des plus grands quotidiens ?

    Je n’ai pas de solution, juste une inquiètude.

    Quand au vaccin, les propagateurs de “fake news” pourraient être pris à leur propre jeu car en niant cette crise et en contribuant à la propagation du virus, ils donnent un coup de pouce à une 3ème vague mémorable… les vaccins partiront ensuite comme des petits pains…

  13. “Imaginons donc qu’en mai 2021, un effet secondaire non anticipé, au hasard une paralysie totale des muscles entrainant la mort, touche 75% des personnes vaccinées ”
    Ce sont mes propos.
    J’ai très clairement expliqué que c’était “une tentative bien approximative d’approcher votre sens de l’ironie, et pour détendre l’atmosphère avec un peu de science-fiction teintée d’humoir noir” (cf mon commentaire du 3.12.20 à 23h16 dans votre post “l’aménagement de la 3ème vague”).
    Bien désolé, malgré mes parenthèses explicatives, que cela pût prêter à confusion…

    C’était une tentative apparement malheureuse d’amener des questionnements (cf le meme post) que peuvent se poser le commun des mortels, dont je suis, ignorants mais cherchant à comprendre, savoir…

    Et ces questionnements se retrouvent dans la plupart de mes commentaires sur vos posts au sujet de cette pandémie, avouant mon ignorance.
    A la recherche d’une voie du milieu, j’ai plutot tenté d’apporter des nuances aux propos radicaux, nuances que vous meme avez trouvé “utiles” (cf votre commentaire du 6.11 à 17h20 dans “les 8 mensonges les plus graves en temps de pandémie”).

    Aucune malveillance, aucune recherche de coupables, aucune théorie du complot ou anti vaccin. Juste des questions et des nuances…

    Je ne me retrouve donc pas dans la description que vous faites de certains intervenants de ce blog, et je trouve bien dommage que vous sortiez mes propos de leur contexte pour pouvoir étayer les votres.

    Ceci en m’excusant platement pour l’incompréhension qu’a pu générer cette malhabile tentative d’ironie.

    1. @Sam Rappaz
      C’est vrai qu’on peut imaginer beaucoup de choses, mais le plus souvent c’est seulement de la science-fiction. Dans le cas du coronavirus, pas le temps de débats interminables de science-fiction pour alimenter des craintes manifestement infondées, il faut agir rapidement vu que ce virus met en danger notamment la santé et la vie d’un très grand nombre de personnes. Monsieur Neirynck utilise l’ironie pour faire réfléchir et c’est très efficace. Par contre, je doute que notre situation actuelle puisse être détendue (et relativisée) juste par “un peu de science-fiction teintée d’humour noir”.

    2. C’est bien comme cela que je l’avait tous compris. Les études de court terme excluant la survenue de cette hypothèse.

  14. Il y a deux choses importantes à souligner. D’une part, la communauté scientifique n’est pas unanime. On l’a vu dans la crise du civid; le Pr. Raoult, tout professeur qu’il est, n’a cesse, depuis le debut de la crise, d’affirmer des choses qui se sont avérées fausses. Nous avons vu le professeur Montagnier, tout Nobelise qu’il est, dire des choses absolument hallucinantes sur ce virus. Ce n’était pas la premiere fois qu’il le faisait d’ailleurs. Il y a eu aussi d’autres scientifiques qui se sont permis de se faire une publicité et une visibilité médiatique, sans arguments sérieux.
    On se souvient aussi, dans les années 70 et 80, ces scientifiques affirmant que le tabac n’avait aucune influence sur la santé. Sans parler du Mediator, et d’autre scandales médicaux ou lies aux pesticides, qui sont survenus en Europe et aux Etats-Unis. Ou les spécialistes du nucléaire , qui a chaque catastrophes, viennent vous expliquer que tout est sous contrôle. Tout ca pour dire que les scientifiques, a l’instar d’autres corporation, sont humains, donc imparfaits.
    Deuxièmement, je voudrais dire qu’il ne faut pas traiter par le mépris, des gens qui ont une approche complotiste voire dans la post-vérité, mais garder un angle pédagogique malgré tout.

  15. En cette heure ou l’on ne parle que du COVID 19 avec de nombreux discours discordants, je voudrais remettre en surface un autre fléau dont on ne parle plus. Les chiffres sont pourtant alarmants même si la science à fait des progrès. Ceci n’est point une propagande, c’est juste un coeur blessé qui parle
    ….. 750 ? Mais que peut bien donc signifier ce chiffre ?
    750 ! c’est malheureusement le chiffre de naissances quotidiennes en 2020 de nouveaux nés infectés par le VIH-SIDA. Leur espérance de vie se limitera en moyenne à l’âge de 5 ans. Des enfants à la vie volée, à même l’aube de leur existence et dont on ne se soucie guère, par ignorance, par crainte ou lassitude. Des bambins dont le regard meurtri par la souffrance ferait vomir le plus dur des malfrats. Un regard cependant à l’extrême opposé de celui de nos enfants porteurs du COVID-19 qui eux à la grande différence, malgré leur infection au COVID-19 auront plein de rêves, de soleil dans les yeux et de projets pour l’avenir.
    Certaines pandémies présentes depuis plusieurs décennies ressemblent toujours à de tristes outsiders. La priorité s’est désormais clairement fixer ailleurs. Dommage pour ces éternels oubliés. Oui ! dommage. Bonne réflexion à toutes et à tous.

  16. Ma compréhension est que tout traitement y compris une vaccination doit obéir à une pesée d’intérêts entre les bénéfices attendus et les effets secondaires et les risques encourus. Concernant les risques, le manque de recul sur les effets secondaires potentiels restera une inconnue durant une certaine periode pour faire ce choix.

    Par contre, concernant les conséquences d’une infection Covid19, f’ai parfois le sentiment que la population est surtout informée de la mortalité. Il y peu d’information sur les séquelles. Je ne parle ni de la fatigue extrême (pour une période d’un à 6 mois qui prolonge un arrêt de travail ou un temps partiel), ni des quelques semaines/mois d’agueusie/asnomie (qui touche surtout les chefs de cuisine et restaurateurs), mais d’insuffisance respiratoire, de fibrose pulmonaire, d’atteintes neurologiques ou du système cardio-vasculaire ou d’autres organes (rein, ec).

    Or ce type d’atteintes peut réduire sensiblement la qualité et l’espérance de vie de patients d’un certain âge (alors encore en bonne santé). Cela pourrait contribuer à une meilleure acceptation d’un vaccin pour les 50+ ou les groupes à risque.

  17. Je propose à tous les internautes, ainsi qu’à M. Neirynck, de visionner cette petite vidéo :

    https://m.youtube.com/watch?feature=emb_logo&time_continue=179&v=irIk7Wivkog

    Et ensuite de venir me dire si, à leur avis, il existe un consensus scientifique sur la question des vaccins et sur la question de savoir si on a le recul suffisant quant aux effets secondaires etc.

    Il s’agit de la déclaration officielle du “monsieur vaccin” nouvellement nommé par le gouvernement français. Il s’exprime en présence du premier ministre Jean Castex. Et on constate qu’en tant que scientifique intègre il a été obligé de délivrer un message de prudence, et de dire qu’on avait aucune certitude quant au fait que des vaccins sont suffisamment validés ou pas. Pas très encourageant, c’est le moins qu’on puisse dire.

    C’est monsieur vaccin, un scientifique chevronné, nommé par le gouvernement, qui dit ça. Ca n’est pas un charlatan.

    Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand j’entends ça, j’en conclus que dans le doute, mieux vaut mieux s’abstenir. Je n’ai pas envie de me précipiter pour me faire vacciner. Il n’y aura pas beaucoup de courageux qui vont risquer leur peau en se faisant vacciner. Ils vont avoir un taux de vaccination rikiki en France.

    Et après on va encore nous dire que c’est la faute aux méchants complotistes.

    1. Il ne dit absolument pas que ces vaccins ne sont pas validés mais que l’on n’est pas sûr qu’ils protègent ou non de la contamination au contact du vacciné. Il mentionne que le recul de trois mois sur l’essai est significatif. Cette vidéo est celle d’un débat classique entre partisans et opposants de la vaccination où sont échangés les arguments pour ou contre. Vous n’écoutez dans ce message que ce qui vous intéresse et vous extrapolez. La prudence de l’expert est l’attitude normale d’un scientifique. Il ne délivre pas du tout le message qu’il faudrait ne pas se vacciner.
      L’expérience nous démontrera quelle proportion de la population se fait vacciner. De toute façon face à une épidémie virale, il n’y a pas d’autre solution. Attendre davantage signifie des infections, des morts, des services médicaux surchargés, des faillites d’entreprise et des pertes d’emploi. La faute des complotistes sera de réduire par leurs propos le nombre de vaccinés et d’être donc responsables des conséquences évoquées plus haut

      1. Chacun interprétera à sa manière les propos de ce monsieur Alain Fischer, “Monsieur Vaccin” du gouvernement français. Le moins qu’on puisse dire c’est que cela dissuade fortement les pékins qui pourraient avoir eu l’intention de se laisser vacciner. Le déni de science çe n’est pas bien, mais là, de ne pas voir ça, c’est du déni de réalité.

        Probablement, la parole officielle de ce monsieur pèsera beaucoup plus lourd que les théories soi-disant complotistes, si les Français rechignent à se vacciner.

    2. Pour votre information … Une collecte de signatures est en cours pour un référendum en faveur de la stricte liberté de soi de se faire oui ou non vacciner contre le COVID 19 …
      Avis aux interressés …

          1. Je suppose que cela signifie : qu’en savez vous?
            Je juge impossible d’imposer une vaccination obligatoire aux citoyens suisses, parc qu’elle n’a jamais été proposée ou même évoquée

  18. @ Jacques Neyrinck

    Pourtant cette possibilité d’obligation figure dans la loi. Et des contraintes indirectes peuvent exister. L’initiative veut supprimer cette possibilité de vaccination obligatoire, ainsi que les contraintes indirectes, y compris de la part de personnes privées. L’initiative demeure d’actualité sur ce deuxième point.

    Les limitations de responsabilité du producteur/importateur que l’on nous avoue et que l’on nous dissimule expressément est inadmissible parce que la responsabilité subsidiaire de la Confédération est limitée et peut être inférieure à la responsabilité ordinaire du producteur/importateur.

    Notre système juridique exige que la volonté du patient vacciné soit libre et éclairée, comment peut-elle être éclairée s’il ne connaît pas l’ampleur et la validité de cette limitation de responsabilité du producteur/importateur ? Il est en effet important de savoir pour le patient quelles seront les incidences pratiquea sur sa vie en cas d’un éventuel problème sérieux et elles ne pourraient pas être les mêmes en cas d’indemnisation de la seule Confédération pour être limitée.

    Un médecin peut-il injecter une substance si le consentement de son patient n’est pas libre et éclairé et s’il sait que cette condition financière est déterminante pour son patient ?

    Evidemment, si la Confédération réhaussait sa responsabilité en précisant qu’elle ne peut en aucun cas être inférieure à celle du producteur/importateur avant la limitation spécifique dont il bénéficie, la situation serait différente.

    1. Rares sont les patients qui dans la pratique habituelle de la médecine peuvent réellement donner un consentement libre et éclairé. Le patient fait confiance en la compétence et l’intégrité de son médecin traitant. Il peut du reste lui poser toute question pouvant l’éclairer et souvent il n’y manque pas.
      La Confédération ne rendra pas la vaccination obligatoire pas plus que les pays avoisinants parce que ce serait contreproductif en entrainant un mouvement de refus irrésistible. Seront vaccinés ceux qui le voudront et qui en espéreront et en obtiendront une protection et peut-être la vie sauve. Je serai de ceux-là, sans crainte et sans hésitation.

  19. L’actualité semble prendre votre blog à contre-pied. Dans une première approche, je dois avouer que je peinais à voir une quelconque rigueur scientifique à votre argumentation: ce n’ai pas parce que les vaccins sont un outil irremplaçable dans la lutte contre les pandémie qu’il faut commencer fermer les yeux sur le processus de qualité. Par analogie, les avions sont un moyen de transport sûr, mais nous avons pu constater à quoi même le relâchement de la certification sur le 737 max. J’aurai beaucoup à raconter sur la fragilité d’un processus de qualité et les conséquences presque toujours dramatiques d’un raisonnement contre-productif en la matière. Cela en devient presque risible.
    Par honnêteté et parce que j’ai beaucoup critiqué l’action des politiciens dans mon précédent message, je veux rendre hommage à la nomination et à l’action du Monsieur Vaccin français. Voilà un homme nommé en raison de ses compétences scientifiques qui vient admettre à la télévision qu’en toute conscience, il n’a pas obtenu les données permettant d’établir sa confiance. Cette fois, la Pharma ne refera pas le coup du Remdesevir. Cela semblait pourtant bien parti pour eux puisqu’ils étaient déjà parvenus à se dégager de toute responsabilité. Bravo. Pourvu que je continue d’avoir tort.

  20. @CEDH – 7 décembre 2020 à 18 h 46 min
    L’article que j’ai cité date du 30 mai et depuis cette date le Remdesivir ne s’est hélas pas avéré très approprié pour traiter la COVID-19, avec beaucoup trop d’effets secondaires sur les malades.
    Coronavirus (SARS-CoV-2 de la COVID-19) et rétrovirus (VIH du SIDA) sont des virus à ARN avec un mode d’action toutefois très différent. L’allégation qui vous choque tant est juste un raccourci (faux évidemment si pris au pied de la lettre) visant seulement à attirer l’attention sur l’ARN messager dont ces virus ont besoin pour se reproduire dans nos cellules et qui est potentiellement utilisé dans les nouveaux vaccins proposés pour induire une immunité préventive en cas d’infection.
    Ces vaccins ne font qu’utiliser l’ARNm du coronovirus qui n’affecte pas l’ADN du noyau des cellules et donc pas les chromosomes du génome, à la différence du VIH induisant le SIDA pour le moment impossible à éliminer et beaucoup plus difficile à soigner que la COVID-19. De ce simple fait, vos craintes basées sur des arguments alarmants sont donc largement infondées.
    D’ailleurs, personne ne vous obligera à vous faire vacciner et ça sera de plus gratuit en Suisse, vous pourrez donc faire égoïstement ce que bon vous semblera si vous persistez à penser que c’est décidément trop dangereux pour vous.
    Pour éteindre la pandémie de coronavirus, il faut atteindre une immunité de masse qui prendrait des années sans vaccination et prolongerait donc la situation actuelle en rétamant complètement nos sociétés.
    Les nouveaux vaccins à ARNm offrent de meilleures perspectives que les vaccins conventionnels à virus atténués produits à partir de sérums animaux ou humains, qui sont à la base de vrais « bouillons de culture » injectés avec de potentiels éléments nuisibles non détectés à priori. Ces vaccins sans doute aussi assez efficaces sont ceux utilisés en Chine et en Russie, où on ne vous demandera toutefois pas votre avis pour vous vacciner (là-bas vous auriez alors vraiment de bonnes raisons de vous insurger).
    Les nouveaux vaccins à ARNm sont meilleurs qualitativement (le contenu des injections est au moins connu précisément) et quantitativement (plus faciles à produire en grandes quantités par synthèse), et nettement plus avancés avec la perspective de pouvoir traiter par ce moyen d’autres maladies virales encore incurables comme par exemple le SIDA.
    Ces vaccins ont été testés sur des dizaines de milliers de personnes pendant des mois avec un très grand succès, s’ils étaient réellement dangereux absolument aucune autorité ni personne ne prendrait le risque de les utiliser en devant assumer l’écrasante responsabilité d’une nouvelle catastrophe.
    Comme pour le lien que vous citez, je connais les clés de la réussite pour une équipe de scientifiques et je fais donc confiance à celles ayant élaboré ces nouveaux vaccins prometteurs, qui mériteront le Nobel si leur stratégie de vaccination nous fait sortir rapidement de la pandémie.
    Et dans tout cela, le dernier mot appartient bien sûr aux médecins, dont la quasi-totalité sont favorables à une vaccination comme vous le savez sans doute. Le paléontologue fait ne fait qu’étudier l’évolution du vivant, alors que le médecin a la très noble tâche d’entretenir et de protéger la continuité de la vie.

  21. @ Pierre-Olivier Mojon

    Toutes vos contorsions ne peuvent dissimuler que vous avez taxé le sars-cov-2 de rétrovirus, ce qui n’est pas un raccourci mais une sottise, et avez, en décembre 2020, mis en avant l’excellence du remsdivir, ce qui met en avant le fait que vous n’êtes guère informé.

    Dans la mesure où vous vous gaussez des technologies mis en oeuvre par la Chine ou la Russie, taxant celles-ci de technologies à “bouillon de culture”, il nous faudrait donc mettre fin à l’usage des vaccins éprouvées tels ceux à virus atténué (ROR, varicelle, zona, fièvre jaune, rotavirus) ou inactivé (polio, hépatite A, méningo-encéphalite à tiques), voire les vaccins purifiés (diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B, HPV, grippe), sans compter les vaccins conjugués (Hib, pneumococoques, méningocoques).

    Dézinguer par principe les vaccins russes et chinois est stupide. Soit ils résultent de l’une des technologies conventionnelles éprouvées que vous vous voulez supprimer, soit il font appel à des adénovirus modifiés comme certains des vaccins occidentaux en développement avancé (Oxford/Astra-zeneca ou Johnson et Johnson). Rejetez vous cette technologie ou alors la rejetez vous seulement lorsqu’elle est utilisée par les russes et les chinois ?

    Enfin, vous perdez de vue que l’on a guère de recul, 2 à 3 mois sur quelques dizaines de milliers de personnes dans un cadre commercial, qui ne permettent pas, par exemple, d’avoir une idée quant aux effets sur les maladies et prédispositions aux maladies auto-immunitaires. A moyen et long terme, il s’agit. à ce jour, d’un pari. Sans doute un pari gagnant, mais un pari tout de même.

    Quant à l’égoïsme, je ne vois pas en quoi une personne qui n’est pas à risque devrait se faire vacciner dans l’immédiat. Statistiquement elle ne fait pas partie de la population qui rempli les hôpitaux. Et l’on ne sait pas si les nouveaux vaccins éliminent le portage du virus, en d’autre terme empêchent de contaminer son prochain. De plus, il n’est à ce jour pas assez de vaccin pour tous.

    Opter pour un vaccin traditionnel, est-ce de l’égoïsme ? Cet été en saura-t’on plus sur les vieilles technologies exportées par la Chine ou sur la nouvelle technologie occidentale ?

    1. Complément à mon commentaire

      AstraZeneca, la britannique, fait appel au Russia’s Gamaleya Institute qui a développé la vaccin, connu en occident sous le nom de Sputnik V, afin d’améliorer son vaccin, qui fait pâle figure, comparé au vaccin russe bien qu’utilisant la même technologie. Sanofi/GSK retardé dans l’avancement de son vaccin pour cause d’inefficacité. Toujours anti-non occidental ?

    2. @CEDH
      Je ne n’ai jamais mis moi-même en avant l’excellence du Remdesivir, c’est vous seul qui faites cet amalgame malhonnête avec le communiqué de l’IJM du 30 mai 2020 que je n’ai fait que mentionner !!! Vous aussi êtes donc susceptible de dire des bêtises en prenant des raccourcis, mais là ce n’est pas un lapsus, c’est intentionnel et “sans contorsions” (sans concessions) pour ne pas avoir à trop approfondir vos arguments et intentions dans ce débat.
      Refuser de se faire vacciner juste parce qu’on ne se considère pas comme une personne à risque (cela on ne peut pas le savoir ni en être sûr à priori) relève d’un égoïsme présomptueux voire irresponsable et indécent, car c’est une absolue certitude que les non-vacciné(e)s peuvent toujours être infecté(e)s et transmettre en tant qu’asymptomatiques la maladie aux autres (qu’ils soient à risque ou pas).
      Plutôt que de poursuivre dans votre argumentation tortueuse visant délibérément à semer le doute et le trouble dans les esprits, je vous recommande de lire l’excellent article que le journal Le Monde vient de sortir aujourd’hui :
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/12/11/ce-que-l-on-sait-de-la-surete-des-vaccins-a-arn-messager_6063067_4355770.html

  22. @ Pierre-Olivier Mojon

    Monsieur le Professeur de morale,

    Deux motifs peuvent amener à taxer un individu qui ne se fait pas vacciner d’égoïste : 1) faire partie d’un groupe à risque et donc prendre le risque de surcharger le système sanitaire ou 2) prendre le risque de propager la maladie.

    Sur le premier point, celui qui ne fait pas partie d’un groupe à risque (jeune sans facteur de risque identifié) ne comporte pas un risque statistiquement significatif d’encombrer le système sanitaire. Certes, il se peut qu’il tombe sérieusement malade, mais cette probabilité est faible et il ne prend pas un risque important de surcharger l’appareil sanitaire. C’est donc un risque personnel qu’il décide ou non d’assumer. Avez-vous seulement comparé les risques engendrés par diverses pratiques socialement admises et le risque engendré par la covid pour un jeune en bonne santé confirmée ? Une certaine cohérence voudrait que vous interdisiez toutes celles des pratiques plus dangereuses que la non-vaccination contre la covid.

    Sur le deuxième point, il n’est nullement établi que les vaccins Pfizer ou Moderna empêchent la transmission du vaccin depuis un porteur sain. En d’autres termes, si ces vaccins protègent pendant un certains temps le vacciné il n’est nullement démontré que le virus atteignant le vacciné ne puisse se propager à des tiers depuis la zone oropharyngée de ce porteur sain et vacciné. Il est dangereux de laisser entendre que le fait d’être vacciné protège les tiers. N’a-t’on pas entendu une Conseillère nationale romande déclarer vouloir être vaccinée pour pouvoir rendre visite à sa grand-mère ?

    Monsieur, votre jugement moral sur le comportement de tiers, outre que d’être le vôtre, et vous êtes assurément aisément moralisateur, repose sur des prémisses infondées.

    Monsieur le paléontologue,

    Il n’en reste pas moins que vous avez taxé le coronavirus de rétrovirus et qu’un décembre 2020 vous avez mis en exergue une page excellente selon vous et qui mettait en avant le remsdivir.

    Au vu de la référence que vous daigniez nous indiquer, je relève que vous avez affirmé : “Au cours de leur évolution, le code génétique des êtres vivants a été en bonne partie façonné par des virus,”, alors que votre journal de référence précise “(on estime que 5 % à 8 % de l’ADN humain proviennent d’ADN viral)”. J’imagine que vous expliquerez votre point de vue comme étant un raccourci que nous sommes trop sots pour comprendre.

    L’argument du Prof. Péronne est-il infondé ? ” Il faudrait qu’il entre dans le noyau et qu’il s’intègre au génome, c’est un scénario catastrophe vraiment très, très peu probable », souligne Céline Lacroix, chercheuse au Laboratoire de biologie tissulaire et ingénierie thérapeutique (LBTI).” Ce qui est peu probable n’est pas impossible. Au demeurant Reverse transcriptase et Intégrase n’ont nullement besoin d’être produit par le génome d’un virus à ARN préalablement intégré pour être efficace. Et surtout, si cela est improbable, c’est tout de même l’humanité entière qui est à risque !

    Pour continuer à parcourir votre référence scientifique ultime (“Le Monde”) :

    – “Enfin, deux réactions allergiques observées chez des membres du service national de santé britannique (NHS) ont conduit celui-ci à déconseiller, le 9 décembre, le vaccin de Pfizer-BioNTech pour les personnes présentant des antécédents de telles réactions.”
    Incidents survenus lors du premier jour de vaccination en Angleterre. Est-ce à dire que ce risque n’avait pas été détecté suite à l’étude précipitée phase III ou que le NHS a fait n’importe quoi ?

    -“Néanmoins, un essai clinique incluant environ 20 000 personnes ne permet pas de détecter toutes les réactions possibles. Certaines réactions ne concerneront qu’une personne sur 50 000 ou 100 000, D’AUTRES SE MANIFESTERONT SIX MOIS OU DOUZE MOIS APRES INJECTION, et il est donc encore trop tôt pour les détecter.”

    “« L’exposition de cet ARN dans une enveloppe de lipides peut peut-être induire – il faudrait le démontrer – une réponse contre les ARN, qui pourrait être source d’une toxicité dans X années », analyse Bernard Verrier.” Maladie auto-immune qui serait catastrophique.

    Faut-il, au niveau Suisse, prendre le risque d’altérer gravement la santé de plus de 8 millions d’êtres humains au vu de ceux qui pourraient périr si aucune mesure de protection n’est prise (50’000) et au nom de 5 % du PIB ? Pour ma part je pense qu’il faut être strict en matière de mesure de protection adoptées et appliquées. Et que la baisse du PIB doit donner lieu à aide des victimes et expulsion de ceux qui n’ont aucun droit à rester en Suisse. Pour le surplus ne méprisons ni la Chine, ni la Russie.

  23. CEDH disserte sur les sujets scientifique comme s’il était prix Nobel de médecine alors qu’il se contente d’être un quidam qui pérore au café du commerce.

    1. @ Allons, Allons …

      Bizarre, votre critique ne porte pas sur Monsieur Pierre-Olivier Mojon, dont on sait qu’il n’est pas prix nobel de médecine et qu’il est paléontologue. Alors que vous ne savez quasi-rien de moi, de mon cursus et des compétences professionnelles que j’ai sous la main, chez moi ou au travail. N’auriez-vous pas un certain parti pris ?

      Ce qui n’est pas bizarre c’est que votre critique, par accident en faveur de M. Mojon, ne porte pas sur le fond de l’argumentation.

      Désolé, mais je ne partage pas la joie vaccinale et l’éventualité de découvrir des effets secondaires tardifs (en mois) voir plus tardifs (en années). De plus, je n’en suis pas à me moquer des russes ou des chinois et je m’amuse de cette société occidentale, bien à la peine, qui se tourne vers les russes en matière de technologie à adénovirus. Bientôt on se tournera vers la vaccination chinoise à base conventionnelle.

      Et pour vous décevoir les pro-HCQ et les complotistes me laissent de marbre.

      Au surplus, un prix nobel de médecine racontant n’importe quoi en le domaine, on en connaît au moins un dont je tairais le nom pour respecter sa personne. Prix nobel de médecine n’est donc pas un gage de sérieux. C’est fou ce que vous vous laissez influencer par le titre et la position sociale, est-ce dû à votre incompétence ou à votre extraction ou aux deux ?

      1. @CEDH
        Vous affirmez : “Il n’en reste pas moins que vous avez taxé le coronavirus de rétrovirus et qu’en décembre 2020 vous avez mis en exergue une page excellente selon vous qui mettait en avant le Remdésivir.” Vous fantasmez de nouveau grave, cher Monsieur, car je n’ai non plus jamais écrit que je trouvais excellente cette page taxant le coronavirus de rétrovirus. J’ai juste expliqué que je souhaitais susciter une réflexion en citant cette page et c’est plutôt réussi à voir vos commentaires qui en font une affaire personnelle. Mon opinion sur votre argumentation pour refuser un vaccin ne se veut pas moralisatrice, elle explique simplement pourquoi je ne partage absolument pas votre avis, tout comme l’agressivité décuplée de votre réponse démontre qu’un de vos points faibles en a été affecté. À cet égard, j’espère pour vous que le cursus et les compétences professionnelles dont vous vous targuez valent beaucoup mieux que le pseudonyme sous lequel vous vous cachez pour interpeller autrui. Vu votre manque de courtoisie à mon égard et à celui d’autres intervenants sur ces forums du journal Le Temps, sans doute vaut-il mieux en effet que nous ne sachions rien de vous, car tout ce qui est excessif est insignifiant (Talleyrand).

        1. @ Pierre-Olivier Mojon

          A. Pour vous citer :
          “Pierre-Olivier Mojon
          4 décembre 2020 à 20 h 26 min
          @CEDH
          Les vaccins à ARN messager contre le coronavirus utilise l’ARN de ce rétrovirus….”

          C’est donc bien vous qui avez qualifié de rétrovirus ce coronavirus !
          Certes, la page par vous citée commet la même erreur. Cela ne vous n’exempte pas d’avoir commis vous-même cette grossière erreur.

          B. Pour vous citer
          “Pierre-Olivier Mojon
          7 décembre 2020 à 14 h 05 min
          @CDEH
          Mon propos était de susciter une réflexion sur les nouveaux vaccins à ARN messager contre le coronavirus sur la base d’un communiqué de l’Institut Jacques Monod à Paris :
          https://arbre-des-connaissances-apsr.org/2020/05/29/comparaison-des-decouvertes-des-deux-retrovirus-sars-cov-2-et-vih/
          Et bien permettez-moi de dire qu’une page web qui taxe ce coronavirus de rétrovirus et vante le remsdivir est une page qui n’est pas apte à susciter une réflexion informée mais à induire en erreur. Le point A, ci-dessus en est l’illustration.

          C. Pour vous citer
          “Pierre-Olivier Mojon
          11 décembre 2020 à 20 h 58 min
          @CEDH
          ..(..)..
          Plutôt que de poursuivre dans votre argumentation tortueuse visant délibérément à semer le doute et le trouble dans les esprits, je vous recommande de lire l’excellent article que le journal Le Monde vient de sortir aujourd’hui :
          https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/12/11/ce-que-l-on-sait-de-la-surete-des-vaccins-a-arn-messager_6063067_4355770.html
          Qu’y lit-on :

          – “Néanmoins, un essai clinique incluant environ 20 000 personnes ne permet pas de détecter toutes les réactions possibles. Certaines réactions ne concerneront qu’une personne sur 50 000 ou 100 000, d’autres se manifesteront six ou douze mois après injection, et il est donc encore trop tôt pour les détecter.”
          – “« L’exposition de cet ARN dans une enveloppe de lipides peut peut-être induire – il faudrait le démontrer – une réponse contre les ARN, qui pourrait être source d’une toxicité dans X années », analyse Bernard Verrier.”

          Mais puisque vous vous targuez d’avoir les compétences vous permettant de juger sans vous dissimuler derrière telle ou telle personnalité médiatique, je remarque que votre “source” précise, avec schéma à l’appui :
          1. L’ARN protégé par une membrane de lipides pénètre la cellule humaine
          2. Le brin d’ARN fait fabriquer l’antigène du coronavirus à la cellule
          3. Le système immunitaire fabrique les anticorps qui neutralisent l’antigène

          Dès lors vous pourrez informer vos lecteurs en répondant aux questions suivantes.
          En quel(s) compartiment à lieu la détection de l’antigène ?
          La membrane cellulaire est elle impliquée dans la présentation de l’antigène (“Spike”) ?
          Quid de l’immunité cellulaire ?

          D. Tayllerand, homme d’église défroqué, vénal, fourbe et tortueux, méritant sans doute aucun le qualificatif que l’empereur lui avait attribué est pour vous une référence. Nous en prenons bonne note. Mais au fond, ne confondez-vous pas courtois et flatteur ? Car il est vrai que je n’apprécie guère la flatterie. Longeole non plus d’ailleurs. Ce qui lui vaut d’être franc. Et ce n’est là pas une insignifiante qualité.

          1. Vos commentaires quelque peu obsessionnels démontrent un aspect pathologique qui génère un malaise certain. À votre différence, Talleyrand était supérieurement intelligent et avait précocement tout compris au fonctionnement de nos sociétés, en ayant réalisé une très brillante carrière et survécu à plusieurs régimes politiques antagonistes. Dont celui de Napoléon 1er qui, excédé, l’avait publiquement outragé en lui disant notamment “Tenez, Monsieur, vous n’êtes que de la merde dans un bas de soie” avant de s’esquiver précipitamment en ayant complètement perdu la face. Talleyrand y répondit avec beaucoup de calme et de dignité “Quel dommage, Messieurs, qu’un si grand homme soit si mal élevé !” Comme quoi la grossièreté et l’aveuglement peuvent également entacher la franchise apparente et le destin des plus grands personnages historiques. En ce sens, Talleyrand a bien été un exemple de lucidité et de stratégie, tant il est vrai que dans son essence la politique n’est jamais une affaire d’honneur. La tenue de votre discours implique que les flatteries distribuées au gré de vos états d’âme ne duperont personne et surtout pas “Longeole”, nommé ainsi sans doute par référence à “une saucisse composée de viande de porc” bien connue de la gastronomie romande. Faut-il donc également expliquer ici avec toute la courtoisie requise qu’à part de l’hostilité on ne gagne strictement jamais rien de positif en se moquant et en rabaissant autrui ?

          2. Libre à vous d’admirer un homme qui fut aussi, merci d’avoir complété, un politique sans honneur et courtois. Il est vrai que la longeole est le nom d’une spécialité culinaire genevoise et, il est aussi vrai, qu’il s’agit là de l’un des pseudo choisis par lui-même : John Longeole. Quant à le flatter, si je l’ai fait, c’est bien par inadvertance, je l’ai insulté puisque la franchise est pour vous un défaut.

            Tout cela nous éloigne du sujet du blog. Je vois que vous n’avez aucune réponse concrète à apporter aux trois interrogations soulevées s’agissant des vaccins à ARNm. Ce qui fait que vous ne sauriez apprécier le danger ou non que comporte ce type de vaccin en matière de maladie auto-immune, en général ou dans des cas particuliers. Ce dernier point (cas particuliers) a été mis en exergue par la vaccinologue genevoise, Madame la Professeure Siegrist, qui estimait que nous bénéficieront du retour d’expérience des vaccinations anglaises.

            Ce qui ne vous empêche pas d’écrire :
            “à bien y réfléchir avec attention sur la base des connaissances scientifiques disponibles, les vaccins proposés ne semblent guère plus dangereux que tous ceux qui ont protégé jusqu’à présent la survie de l’humanité.”

            Apparemment vous réfléchissez mieux et plus vite que moi, ce que je conçois fort aisément, que la Professeure Siegriest, chacun appréciera, et, cela est bien plus grave, sans base factuelle suffisante et sur la base de connaissances théoriques incertaines.

            Bref, vous exprimez une conviction : cela vaut la peine de prendre le risque. Libre à vous. Mais reconnaissez qu’il s’agit là d’un pari, comme l’a fait le Professeur Neyrinck.

            Cela étant je vous souhaite une bonne fin d’année puisque je dois m’éclipser et ne sais pas quand reviendrai. Quoique par internet ….

  24. Très bien, votre point de vu est respectable mais ayant déjà été atteint et malade du covid, j’estime en être immunisé, même si je n’ai fait aucun test sérologique pour le prouver. Il faudrait pour invalider mon hypothèse que je sois à nouveau contaminé. Cela-dit j’estime ne pas avoir besoin de ce vaccin. Ai-je le droit de disposer de cette liberté? Ai-je le droit de pouvoir décider de ma destinée? La réponse est oui, car nul est obligé de se soigner ou interdit de se nuire à lui-même. Finalement ce que je n’ai jamais compris chez les partisans de la vaccination, c’est pourquoi on-t-ils peur des gens non vaccinés si eux-même sont protégés? Serait-ce que les vaccins ne sont pas vraiment efficaces? Un vaccin efficace est un peu comme un hiver rude, si je suis bien habillé je ne craindrais pas le froid et ne risquerais rien même si je croisais un malheureux nu comme un ver.

    1. Pour info uniquement, il y des cas de ré-infections durant la 2ème vague dans les hôpitaux en ce comment… ça fait partie du problème. Nous n’avons encore que peu de recul pour chiffre la durée de l’immunité (après infection ou vaccin). Une étude était parti sur 6-9 mois mais je crois qu’on en sait encore rien.

  25. Observation générale sur la crise de cette pandémie: Pour information Je ne suis ni virologue, ni médecin, mais un simple citoyen curieux et à l’écoute de ce monde. De formation technique dans une autre science que la médecine, j’aime ce qui est sérieux, rationnel et cartésien. Nous sommes fin décembre 2019, je suis informé qu’un nouveau virus circule en Chine et notamment dans la ville de Huwan, virus qui à l’époque s’apparente au SRAS. M’étant intéressé au précédentes pandémies, telles que le SRAS ou H1-N1, ce nouveau virus retient mon attention. Véritable fan de la chaine ARTE (hélas que 2.6% d’audience en 2019), Il y a quelques années, nous sommes en 2014 ou 2015 (je ne sais plus quelle diffusion j’ai vu) je tombe sur ce formidable reportage http://download.pro.arte.tv/uploads/DP-EPIDEMIES.pdf qui aujourd’hui résonne comme une prophétie, même si je n’aime pas le terme de prophétie car ce sont bien des scientifiques de hautes renommées qui expliquent ce qui va se passer sans pouvoir dire quand. Retour en décembre 2019, l’épidémie naissante en Chine m’intéresse fortement, en janvier j’entends parler des premiers cas en France dans la station de ski des Contamines, pour moi il ne fait plus de doute le génie est sorti de sa boite et il va se propager. J’habite Genève et en février à mon grand étonnement je vois que les avions en provenance de Pékin se posent a une fréquence de 2 fois par semaines sur le tarmac de Cointrin. Pour moi ceci est une aberration, une anomalie, je m’inquiète mais je sais très bien que la logique économique prime sur la logique sanitaire. Face aux cas qui se multiplient lentement en France, au Royaume Unis, aux Canaries en Italie et voyant toujours que Air China se pose à Genève, un jour je prends les téléphone, voulant savoir pourquoi ces vols ne sont pas stoppés, alors que certains pays ont déjà pris des dispositions pour interdire les vols provenant de Chine. Je trouve un numéro de la confédération qui répond au questions du virus et je tombe sur un médecin qui me dit qu’il ne peut pas répondre à mes question que celles-ci doivent être adressée à l’Office Fédérale de l’Aviation Civile (OFAC) et me suggère de peut-être téléphoner à Cointrin, ce que je fais. Je tombe sur une personne qui n’est visiblement pas à même de répondre à mes questions ou qui ne veut tout simplement pas y répondre, je sens même que cette personne me répond avec une certaine désinvolture en me prenant probablement pour un paranoïaque, un névrosé psychotique ou un illuminé. Bref je lui conseille poliment de faire très attention à lui qui se trouve en première ligne dans cette fourmilière de Cointrin en pleine effervescence pendant les vacances de neige de février. Je lui dis en fin de conversion que cela va être très grave. Mars 2020 de plus en plus de cas sont avérés en Europe un peu partout et l’Italie est déjà très touchée, autour de moi, les gens ne semblent pas mesurer l’ampleur de la contagion, je passe encore une fois pour un anxieux qui s’affole pour rien. Personnellement je sais que cette épidémie va tourner en pandémie, les discours de Tedros Adhanom Ghebreyesus DG de l’OMS, pour qui je n’ai pas de respect pour son passé trouble pour avoir fricoté avec des dictateurs et semble très à la solde des chinois, continue a trainer les pieds pour qualifier l’épidémie en pandémie. Fin mars je suis contaminé à mon tour par le virus, je passe deux semaines difficiles, je m’imagine déjà devoir me rendre à l’hôpital car j’ai de plus en plus de problème respiratoire. Finalement un jour je me réveille, mieux. Aujourd’hui encore mon odorat et mon goût ne sont pas à 100% du moins pas avec la même acuité. Il est vrai que ce virus ne peut-être comparé à une méchante grippe, d’une part parce que ce n’est pas de la même classe de virus. La grippe c’est influenza, Covid-19 est un coronavirus, deuxièmement ce virus tue au bas mot 10 fois plus que la grippe, même si cela reste dans des proportions extrêmement faibles comparé à la variole ou pire Ebola. Bien que la létalité du virus soit plus importante elle ne justifie pas cette hystérie qui s’est emparée de la planète, nos politiques sont sous le dictat d’une poignée de médecin qui pour le coups se sont retrouvés sous les feux des projecteurs, en lumière comme des stars du petit écran et occupent le devant de la scène plusieurs fois pas semaine, alors que personne ou peu ne les connaissaient avant. Cette pandémie a fait d’eux des vedettes qui forcément doivent en retirer une forme de plaisir de se voir ainsi valorisé. Au-delà de ça ils ont un pouvoir quasi absolue sur les décisions prises par l’exécutif politique qui va dicter à la population les nouvelle règles à respecter et les privations de liberté. Très bien dans la première vague nous étions sur un territoire inconnu, nous savions peu ou presque rien du virus, il a fallu beaucoup de temps pour expliquer à la population les risques encourus, surtout pour les personnes vulnérables présentant des pathologies peu ou pas compatibles avec le Covid-19. A partir d’un certain âge les risques augmentent fortement. Maintenant nous en savons beaucoup plus et nous serions à même de pouvoir gérer cette épidémie de manière beaucoup plus proportionnée. L’été 2020 a été le relâchement total après les confinements et les mesures drastiques du printemps, je vis proche de la frontière et les chemins de campagne étaient sous le contrôle des militaires. Sournoisement les contaminations ont repris et à l’automne il a été dit que ces contaminations ont été principalement véhiculées par les jeunes à qui on a voulu faire porter le chapeau. Des accusations qui m’ont profondément choqué (pour info j’approche les 60 ans) Arrêtez de condamner les jeunes, c’est terriblement injuste et honteux, c’est comme si nous disions que la cataracte c’est à cause de la jeunesse. Oui les jeunes peuvent tomber malade et alors? Pour eux ce n’est pas beaucoup plus grave qu’un refroidissement ou un rhume et je suis convaincu qu’ils sont les plus grands contributeurs de l’immunité collective. Ceux qui sont à condamner aujourd’hui ce sont bien les vieux qui sont maintenant sur-informés mais qui continuent à minimiser le virus, certains ont pu dire qu’ils avaient connu la guerre, qu’il avait déjà assez passé d’épreuve dans leur vie et que ce n’est pas un petit virus qui va leur faire peur. Nous en voyons encore trop qui sont désinvoltes, qui portent leur masque sous le nez et qui souvent sont encore plus indisciplinés que les jeunes. Oui c’est vrai le personnel soignant est a bout et paye un lourd tribu, la grande majorité travaille en silence sans connaitre la célébrité de la télévision et des médias. Je ne minimise pas leurs efforts, je sais ce que c’est les heures supplémentaire dans mon travail. Mais qui dit heures supplémentaires dit aussi majoration qui peut être repris soit en vacance, soit en salaire. C’est un fait ils méritent la gratitude et les applaudissements qui sont en temps normal destinés aux artistes et autres faiseurs de spectacles mais en solidarité avec les restaurateurs et les autres victimes économique les oubliés de la crises eux ne reçoivent que des promesses et quelques aides parcellaires. Les victimes de la première vagues étaient à juste titre des victimes car je le répète nous étions dans une inconnue. Les victimes de la vague 2 ont moins ma compassion, pourquoi ne se protègent-ils pas bon sang? Il faut admettre que quand on nous montre les images des centres de soins surchargés et que l’on regarde un peu les chiffres la très grande majorité sont des personnes âgées. A moins de 60 ans je me considère comme personne à risque et déjà âgée. Très bien maintenant nous en sommes là, toujours dans cette hystérie sanitaire et collective, pris en otage par une clique de médecins qui ne risquent pas de perdre leur boulot très bien payé et qui sont starisés. L’économie est a plat pour ne pas dire détruite pour de nombreuses PME. Le conseil fédéral et les parlementaires ne savent plus donner de directives claires, divisés entre eux et tiraillés entre crise sanitaire et crise économique. Ils misent tout sur un vaccin pour lequel on ne sait pas grand chose mais qui promet d’être le remède miracle, parole de pharmas. Et puisque je parle de pharma ou soyons honnête de big business. Je n’ose pas croire en lisant la qualité des commentaires sur ce forum (ce n’est pas ceux du 20minutes) qu’ils aient des gens pour croire que les pharmas sont altruistes et travaillent pour le bien de l’humanité? Non bien entendu tout le monde sait que les pharmas font des recherches pour un retour sur capital le plus juteux possible. La famille Roche est la plus fortunée de Suisse, ce n’est pas mère Theresa. Je boursicote depuis plus de 35 ans et je sais très bien que si j’investis sur une startup en pharmacologie c’est très risqué, j’ai d’ailleurs fait des pertes de 100% sur ce genre d’investissement. La seule logique qui motive les pharmas, c’est un très grand nombre de gens qui présentent une même maladie pour pouvoir vendre un maximum de médicaments ou de vaccins dans le cas qui nous intéresse. La finalité financière est tellement importante qu’il n’est pas du tout rentable de faire des recherches pour des maladies orphelines rares et maintenant pour les antibiotiques pas assez rentables. Dans un sens je comprends cette logique. Qui veut investir dans une entreprise qui ne vous rendra jamais votre capital. Il ne faut tout de même pas confondre dons et investissement n’est-ce pas? Très bien maintenant que nous avons sauvé partiellement des octogénaires et plus, ainsi que des personnes vulnérables. Des personnes qui ne risquent pas de perdre leur outil de survie puisqu’ils sont rentiers AVS. Dans le même temps nous avons aussi prétériter et précariser une grande partie de la population, sacrifié une année (pour le moment) d’adolescence ou mis à mal les parcours scolaires de ceux qui représentent l’avenir. Nous avons encore de la chance en Suisse, le fédéralisme et la liberté des cantons nous a quelque peu protégé de ce paternalisme insupportable qui infantilise les français mais aussi tout les peuples des pays où le pouvoir est centralisé. Mesdames et Messieurs, pensez ce que vous voudrez de moi, mais ce que j’observe est l’une des plus grandes schizophrénies de l’humanité et les voix entendue viennent d’une clique de médecin qui jubilent de se retrouver avec autant de pouvoir entre leurs mains. Depuis le début j’ai dit à cette employé de l’aéroport que ce virus serait grave, maintenant je vous informe qu’une fois l’hystérie sanitaire passée, vous allez découvrir la réalité économique. Je me passionne plus pour l’économie que pour les virus. Savez-vous ce qu’est une dette de $20 trillions? Ceci est la dette, SEULEMENT POUR LES USA avant la crise du Covid-19, depuis ils en on déjà ajouté $3 ou $4 mais ils en veulent plus encore. En ce moment ils en discutent entre républicains et démocrates. Mais en Europe on sait aussi imprimer du papier tout comme ailleurs. Je vous écris en chiffre ce qu’est $20T $20’000’000’000’000 et maintenant je vous l’illustre. https://www.mining.com/web/infographic-20-trillion-u-s-debt-visualized-using-stacks-100-bills/ Peut-être que le vaccins mettra un terme à cette épidémie, peut-être pas, les pharmas elles, rêvent d’un vaccin avec une efficacité limitée, afin de pouvoir rentabiliser sur le long terme, elle espèrent le modèle de la grippe. Abonnés pour la vie!

    1. Cher Francis, je vous remercie infiniment pour votre très long témoignage que je partage très largement. Nous sommes nombreux à avoir compris tout comme vous que les répercussions de cette pandémie sont extrêmement graves, même si un vaccin permet de sortir rapidement de ce cauchemar. C’est donc une priorité absolue d’éteindre au plus vite la pandémie pour limiter les dégâts qui s’accentuent de semaine en semaine à tous les niveaux et le seul espoir est un vaccin. Je comprends parfaitement vos réticences et ayant votre âge, je me suis donc aussi déjà comme beaucoup d’autres posé cette question de risques potentiels dans le cadre d’une vaccination. J’y suis néanmoins tout à fait favorable et défends cette idée, car la situation actuelle ne me semble pas laisser d’autre choix que cette ultime solution. Et à bien y réfléchir avec attention sur la base des connaissances scientifiques disponibles, les vaccins proposés ne semblent guère plus dangereux que tous ceux qui ont protégé jusqu’à présent la survie de l’humanité. Il ne reste plus qu’à espérer que la vaccination soit à une échelle suffisante pour stopper la propagation du coronavirus et qu’un maximum de personnes seront convaincues de sa nécessité ainsi que de son bien-fondé, toutes considérations économiques et politiques mises à part.

      1. Bonjour Pierre-Olivier, je suis entièrement favorable aux vaccins, les anti-vaccins sont d’une mauvaise foi absolue, pour ne pas dire des enfants de nantis capricieux. J’ai voyagé abondamment et longtemps dans le monde entier, sur tous les continents et bien entendu traversé des pays très défavorisés qui connaissent une mortalité telle que celle que nous connaissions en occident il y a deux siècles. Allez demander aux africains s’ils n’aimeraient pas recevoir un vaccin contre le paludisme par exemple? C’est une question qui malheureusement ne peu pas se poser car le paludisme est un parasite et non pas un virus et cela fait des décennies que les chercheurs buttent sur le problème. Mais si un tel vaccin est un jour mis au point, 99.9% de la population le voudra. C’est une évidence même si le plus grand progrès de la médecine a été l’hygiène et l’eau propre, les vaccins et les antibiotiques, eux, ont fait chuter drastiquement la mortalité. Même si j’ai été un peu sévère avec les pharmas concernant la recherche de profit maximum, il faut aussi admettre que les chercheurs sont humains et animés par leurs découvertes. Pour un chercheur ou une équipe de chercheurs être capable de découvrir la formule magique pour venir à bout d’une maladie est une satisfaction qui va au-delà de la simple logique mercantile ou capitaliste. D’ailleurs dans les pharmas, ceux qui cherchent, ceux qui dirigent, ceux qui promeuvent les produits et ceux qui gèrent les finances de l’entreprise ne sont pas les mêmes. Je travaille dans l’informatique et solutionner un problème est toujours source de satisfaction. Il en va certainement de même en virologie ou en chimie, trouver un vaccin ou la molécule salvatrice pour créer vaccins ou médicaments doit être très grisant. C’est normal, c’est humain. L’homme a besoin de trouver des solutions à ses problèmes. Concernant le/les vaccins qui arrivent sur le marché nous pouvons faire le constat suivant: il est vrai que normalement un vaccin est développé sur une période de 10 ans environ, voir des décennies, et là nous avons eu un développement ultra rapide en moins d’une année. Mais il faut aussi admettre que les moyens mis sur la table sont sans commune mesure avec les vaccins qui ont été développés par le passé. L’enjeu est tel que l’argent est venu de partout. Je ne suis pas qualifié pour savoir s’il est possible d’accéléré les processus avec des moyens financiers et des équipes surdimensionnées, sans compter les enjeux nationaux. Les pays technologiquement avancés ou les grands laboratoires sont dans une forme de compétition. C’est un peu la course de l’America, une compétition de prestige. Moi le profane je peux me dire qu’il faut 9 mois pour une femme pour faire un enfant et que 9 femmes ne feront pas 1 bébé en 1 mois, mais mes connaissances s’arrêtent là ou commencent celles des autres. Maintenant nous avons plusieurs vaccins, dont une technologie nouvelle dite à ARN messager, une technologie qui se profile comme étant celle qui va nous protéger à 94.5% ou à 95%, je sais que si le mérite des chercheur qui ont mis au point cette technologie est grand, la façon des dirigeants de ces firmes de les communiquer est ridicule. Avant c’était 90 ou 92 pour-cent pour le premier mais quand le second à annoncé 94% alors le premier a dit non en fait on est à 95%. Bon c’est peut-être vrai mais peut-être pas non plus. On verra tout ça sur le terrain. Je suis comme tout le monde j’attends de voir mais je refuse de m’inscrire dans ce catastrophisme, je refuse de faire partie des partisans de la théorie du complot. C’est connu et vieux comme le monde, toute nouvelle technologie enthousiasme une partie de l’humanité et effraie l’autre. Le chemin de fer, Internet, la téléphonie mobile, toute nouvelle technologie sera toujours dangereuse pour les pessimistes mais qui à la fin se rallient et profitent aussi des nouvelles technologies. J’avais un arrière grand-père qui disait, l’homme est tellement fou qu’un jour il ira sur la lune, il était contre mais il avait raison même si la vie ne lui a pas laissé le temps de confirmer sa vision pessimiste. Pour moi la question la plus importante est de savoir si ce vaccin nous protègera de ce coronavirus à vie, comme c’est le cas pour la polio ou si notre protection sera saisonnière comme pour la grippe? Personne ne le sait ou alors on ne veut pas encore nous le dire. L’autre question que je me pose c’est de savoir si une personne guérie et qui a fabriqué des anticorps est protégée contre le virus. Pour moi cette question est centrale car au mois de mars j’ai été bien malade du covid-19 et j’imagine que j’ai fabriqué des anticorps pour me sortir de là. Mais il semblerait que nous puissions être protégés d’un virus sans pour autant trouver des traces d’anticorps. Je ne suis pas qualifié pour en parler mais il semblerait que le système immunitaire est plus complexe que nous pensons et les cellules seraient à même de reconnaitre un virus et le neutraliser sans produire d’anticorps. Ce serait lié aux lymphocytes T, je ne m’étendrais pas sur ce sujet trop compliqué pour moi. Mais il y a beaucoup de littérature scientifique qui en parle, au hasard et pour les plus courageux vous pouvez commencer par cet article si vous voulez vous informer sur le sujet. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-une-immunite-basee-sur-d-autres-mecanismes-que-les-anticorps-serait-elle-la-cle-6929804 Ce que je peux dire par expérience c’est que mon amie qui était en convalescence pour une autre raison a partagé H24 et dans le même appartement son temps avec moi, bien malgré elle et a donc aussi été malade, mais avec bien moins de symptômes. Contrairement à moi elle n’a pas fait le test covid-19, par contre une fois guérie elle a fait le test sérologique et aucun anticorps n’a été trouvé chez elle. Pour ma part après ma guérison je n’ai pas fait de test sérologique. Comme je l’ai dit, je ne suis pas anti-vaccin, mais je ne vais pas me ruer sur le vaccin pour autant, d’une part parce que je pense être immunisé et d’autre part, peut-être par lâcheté. Je vais attendre de voir les effets sur les autres. Le vaccin est là pour accélérer la fin de la contagion, on pourrait aussi ne rien faire, ouvrir les vannes et laisser la selection naturelle opérer, mais quels responsables politiques sont prêt à endosser la responsabilité d’une hécatombe? Séparation des pouvoirs obligent, ils seraient ensuite seuls face à leur juges. Là est le problème central, il est facile de condamner les prises de décision de nos dirigeants sans être impliqué dans la responsabilité. Je comprends la difficulté extraordinaire du problème que nos dirigeants ont a résoudre. Ils doivent composer entre protection de la vie et protection de l’économie. Nous ne savons pas non plus si ce virus est de type variole, dans ce cas un seul traitement peut venir en venir à bout ou si nous sommes face à un virus type SRAS version début du 21ème siècle qui a fini par disparaître par lui-même? Ou encore si ce vaccin est de type influenza, renouvelable chaque année? Est-ce que si 80% de la population est au contact de ce virus serait-ce suffisant pour qu’il disparaisse? Mais laisser courir le virus au prix d’une extraordinaire mortalité n’est pas acceptable dans notre société qui rend pratiquement la mort taboue.

  26. @ Francis

    A la date à laquelle vous dites avoir pris conscience de la situation des masques FFP3 et FFP2 étaient encore disponibles sur le marché suisse. Je le sais pour en avoir fait acquisition. Comment se fait-il que vous ayez été contaminé fin mars 2020 ? Par impossibilité ou honte d’en porter un ? Puisque prévoyant et boursicoteur, vous êtes vous enrichi à coup d’action Amazon (pas très risqué) et Moderna (plus risqué) ?

    “deuxièmement ce virus tue au bas mot 10 fois plus que la grippe”. Quelle est donc la létalité en Suisse que vous retenez ? Et quelles sont vos sources. En ce qui me concerne, j’en reste, pour Genève, à 0.35 % hors EMS lors de la première vague et un peu moins actuellement (tant que le système sanitaire ne s’effondre pas).

    La désinvolture genevoise que j’ai constatée semble être de tout âge et de toutes tailles de commerce. Les restaurateurs, qui vont sans doute et malheureusement être contraint à fermer, ne devraient-ils pas exiger que l’Etat fasse respecter les normes cantonales, patrouillent et dénoncent les (grands) tricheurs (récidivistes). De leur part, il ne s’agirait que de légitime défense. C’est aux tricheurs de les indemniser, pas aux contribuables. Au delà des commerces, les PME génératrices de PIB et de salaires décents peuvent, sauf mesures stupides, parfaitement tourner.

    “Mais qui dit heures supplémentaires dit aussi majoration qui peut être repris soit en vacance, soit en salaire.” Mais aussi violation de la loi fédérale sur le travail, burn-out, congé maladie. Il faut avoir une grande conscience professionnelle pour ne pas “burnouter”, rentrer chez soi et dire “débrouillez-vous”. De plus, il n’est pas possible de repousser les murs (550 cas covid au cantonal) ni de faire se reproduire les compétences médicales. Et désolé le maintient d’un système sanitaire est bien plus important que le maintient de l’existence de restaurants. Je trouve plus gênant de trouver porte fermée si je me casse la jambe que la porte de restaurant fermée si j’ai faim.

    Monnaie excessive. Inflation des prix des obligations, immobiliers et actions. Puis de l’indice des prix généraux = Perte des économies non protégées. Gageons que vous saurez protéger les vôtres.

    “Très bien, votre point de vu est respectable mais ayant déjà été atteint et malade du covid, j’estime en être immunisé, même si je n’ai fait aucun test sérologique pour le prouver.” Fin mars 2020 à mi- décembre 2020, presque 9 mois. Votre estimation quant à votre immunisation est discutable. Prenez donc conseil. Une sérologie semi-quantitative semble s’imposer.

    1. Je vais tenter de répondre à vos nombreuses questions, même si je n’arrive pas vraiment a cerner vos positions, êtes-vous pro défense de l’économie? Pro défense de la vie? les deux? ou le contraire? En même temps je n’ai pas la prétention de vous convaincre d’être partisan d’une sensibilité plutôt qu’à une autre. Si j’écris sur ce forum ce n’est pas nécessairement pour critiquer mais pour constater ce que je comprends, sans aucune vocation à vouloir rallier les gens à ma cause.

      Ma contamination: en février déjà, et très conscient de la pandémie qui se dessinait, je pensais porter un masque dans les transports publics mais en toute franchise, c’est con, mais c’est la vérité, je n’ai pas osé parce que personne n’en portait. C’est par manque de courage de me démarquer des autres et par négligence que j’ai attrapé le covid.

      Investissement: oui boursicoteur comme vous le dites ou investisseur pour d’autres, il est vrai que je m’intéresse à la finance depuis 35 ans. J’ai tout appris en autodidacte et je n’ai jamais travaillé dans la finance. Non je ne me suis pas enrichi avec Amazon (AMZN) ni Pfizer (PFE), ni Moderna (MDNA), j’ai préféré investir principalement sur les véhicules électriques chinois et Tesla que l’on désigne par EV et les crypto monnaies vu que les banques centrales impriment de manière démesurée des billets. Le dollar américain a perdu 10% par rapport au franc suisse cette année. Amazon qui est certes une société remarquable a tout de même atteint un rythme de croissance tout comme Pfizer quant a Moderna c’est effectivement très risqué car beaucoup de compétition sur le covid. La Chine qui arrive malgré tout a afficher une croissance positive et qui fait de la voiture électrique un enjeu national, me semblait être une très bonne option, qui m’a donné raison, puisque j’ai pris mes bénéfices avec un gain de 1350% C’est exceptionnel en si peu de temps et ça ne m’est arrivé qu’une fois dans ma vie d’investisseur. Je suis également un grand voyageur, je dépense beaucoup pour cette passion et cette année j’ai du annuler 2 voyages, du coup je n’ai rien pu dépenser ce qui a encore renforcer mon épargne, (je différencie épargne et argent investi en bourse) sans compter qu’on ne va plus au resto, au spectacle. Je fait du télétravail en training, plus de frais de transport, plus de frais de bouche à midi. Alors forcément d’un point de vu de l’épargne c’est une année record. Mais à mon âge l’argent est moins important que la liberté et j’aurais préféré réaliser ce voyage que nous avions planifiés avec soins et enthousiasme.

      Mes sources concernant les chiffres de la pandémie ont été dans un premier temps https://coronavirus.jhu.edu/map.html puis depuis très longtemps je m’appuie sur https://www.worldometers.info/coronavirus/ Même si je suis convaincu que ces sources officiels font de leur mieux pour reporter des chiffres fiables, Il n’est pas raisonnable de penser que tout est juste. Les chiffres de la Chine sont une véritable farce, le taux de mortalité à Singapour me semble douteux et pour bien des pays en voie de développement les chiffres doivent être très lacunaires. Aussi bien les nombres de cas de contamination que les nombres de mort ne sont pas précis, au début de la crise la France ne comptait pas les morts des EPAD. Bref concentrons nous sur un calcul assez simple avec les chiffres dont nous disposons. Pour le monde à ce jour nous avons 1’619’974 morts et 72’698’898 cas positifs ce qui fait une létalité de 2.228%. Pour la Suisse 5985/373831*100=1.6% sensiblement meilleur, dû à la qualité des soins et développement technologique plus performants. Encore une fois ce sont des approximations, plus ou moins fiables. Difficile aussi de comparer Covid et grippe car les chiffres peuvent varier fortement d’une année à une autre. par exemple 2017 a été une année difficile pour la Suisse. Il n’est pas facile de comparer grippe et covid car on peut commencer par une grippe, s’affaiblir et finir par une pneumonie ou autre infection mortelle. Et puis la grippe est plus ou moins mortelle selon les années H1-N1 que j’ai aussi attrapé m’a cloué au lit. Je crois bien que c’est la seule grippe que j’ai eu dans ma vie. Mais quelle grippe! Finalement la grippe ce sont toujours des souche différentes raison pour laquelle le vaccin doit toujours être adapté. Mais grosso modo la grippe tue 10 à 30 fois moins que le covid-19.

      La crise économique et les tricheurs: la crise économique découlant du confinement et la privation des commerces de fonctionner a fait apparaitre au grand jour les travailleurs de l’ombre, les clandestins qui se sont trouvés sans revenu et n’ont pas pu être soutenus par des aides sociales, car officiellement ils n’existaient pas. Pardonnez-moi la vilaine expression que je vais vous citer, mais le covid a été un peu comme un fumigène qui a fait sortir de terre les taupes au grand jour. Dans aucun cas je condamnerai ces travailleurs de l’ombre au contraire ils sont là parce que des gens peux scrupuleux les emploient à prix cassés. Des bonnes âmes, des oeuvres caritatives ainsi que des dons ont afflué pour leur venir en secours. C’était une juste réaction. Maintenant la question est de savoir qui doit payer? A-t-on demandé à ces personnes exploitées de dénoncer leurs employeurs afin qu’ils payent les charges sociales volées à l’employé et à l’état? Si nous avons besoin de cette main-d’oeuvre l’état va-t-il étendre l’opération Papyrus? Pensez-vous que le petit restaurateur ou petit commerce qui a un peu triché en ne respectant quelques règles sanitaires parce qu’il est aux abois et qui essaye simplement de survivre est un tricheur? Certains ont profité indument de l’aide fédérale et certains sont déjà en prisons ou ont payé des amendes. Il y a toujours des tricheurs et gens malhonnête mais je suis confiant en notre état de droit pour les démasquer. Tout est bien plus compliqué, vous pensez que ce n’est pas au contribuable de payer la facture, je crains que c’est exactement ce qui va se passer. Peut-être ne le savez-vous pas mais une monnaie est forte et une dette crédible uniquement parce que l’infrastructure des services, des biens et des outils de productions sont forts, il faut que le chômage soit bas ce qui par extension donne une grande capacité au contribuable de financer les dettes. Pour cette raison le pays le plus endetté du monde le Japon, n’a jamais de problème pour lever de nouveaux fonds. Christine Lagarde grande argentifère de la communauté européenne a déclaré: « on sera plus content d’avoir un emploi plutôt que d’avoir une épargne protégée !! » ceci revient à dire que les épargnants rembourseront la dette. Comment? Et bien en créant des intérêts négatifs la dette sera mangée avec le temps. 1% de dette négative pendant 100 ans et la dette a disparu. Pour cette raison les marchés financiers (bourse) sont gonflés artificiellement et l’argent va sur l’immobilier, on construit à tour de bras alors qu’on arrive plus à louer, cas valaisan, fribourgeois, vaudois par exemple. Une autre partie va sur l’or et depuis peu sur le bitcoin, ethereum et autres crytpo-monnaies. Oui il faut tout faire pour sauver les septuagénaires et plus, mais pas à n’importe quel prix. Pour moi et c’est tout personnel, au risque de froisser voir outrer les seniors, il aurait fallu confiner les seniors et ouvrir les vannes toutes grandes pour permettre à la majorité des gens bien portants de créer cette immunité collective. Vague après vague nous prolongeons cette lente agonie, espérons que le vaccin sera la solution miracle, pendant ce temps créons de la dette et investissons en bourse.

      Petit point sur le personnel médical: bien sur ils sont a bout mais franchement aujourd’hui avec le recul et toute l’information que nous avons reçu pourquoi certains qui se savent à risque se font encore contaminer?

      Finalement sur votre dernier point, non je ne vais pas faire de test sérologique, le Covid m’a coûté plus de 800.- entre frais de laboratoire, frais de l’hôpital de La Tour, médecin qui m’a vu 10 minutes, et appel téléphoniques tous les deux jours à 50.- l’appel. J’ai trouvé la facture salée, avec ma franchise de 1000.- j’ai tout payé de ma poche. Ce n’est pas une question de moyen, mais j’ai pas eu l’impression en mars d’avoir reçu des soins pour ce montant.

      1. Merci et bravo à vous, Cher Monsieur Francis pour votre témoignage exceptionnel plein de bon sens et de vérité, que je partage totalement. Cela fait réellement du bien de vous lire dans les réalités très concrètes que vous décrivez, cela nous change vraiment de la langue de bois habituelle et des incohérences qui nous abrutissent et nous déconcertent quotidiennement dans cette période chaotique.

      2. – “c’est con, mais c’est la vérité, je n’ai pas osé parce que personne n’en portait.”
        Vous n’êtes pas le seul. Quant à moi j’ai remarqué que j’avais plus de place dans l’ascenseur avec un masque.

        – “Pour la Suisse 5985/373831*100=1.6% sensiblement meilleur, dû à la qualité des soins et développement technologique plus performants”
        Il me semble que votre dénominateur est trop petit. Il faudrait prendre tout les cas et pas seulement ceux diagnostiqués. Lors de la première vague genevoise il existe une étude qui conduit à quelque chose comme 0.35 % de décès hors EMS. Les EMS représentant tout de même la moitié des décès. Le chiffre peut être discuté. Mais le taux de 1.6 % est certainement excessif.

        – “Mais grosso modo la grippe tue 10 à 30 fois moins que le covid-19.”
        Donc 2 à 6 fois plus hors EMS. Mais il semble qu’il laisse plus de séquelle que la grippe.

        -“A-t-on demandé à ces personnes exploitées de dénoncer leurs employeurs afin qu’ils payent les charges sociales volées à l’employé et à l’état ?”
        Donc de se dénoncer elle-même (elles sont délinquantes elles-mêmes) et de balancer leur employeur (qui si elles ne sont pas expulsées ne les emploiera plus) ?

        -“Si nous avons besoin de cette main-d’oeuvre l’état va-t-il étendre l’opération Papyrus ?”
        Non. Il faut une tricherie Genevoise et une Bernoise. Il faut que les fonctionnaires cantonaux et fédéraux violent la loi en ne dénonçant pas ces personnes aux autorités de poursuite pénales. Karine Keller Sutter à Berne, contrairement à Sommaruga, ne le ferra pas.

        – “Pensez-vous que le petit restaurateur ou petit commerce qui a un peu triché en ne respectant quelques règles sanitaires parce qu’il est aux abois et qui essaye simplement de survivre est un tricheur?”
        Je pense que le non respect par beaucoup des normes sanitaires conduit à élever le taux de reproduction alors qu’en les respectant on pourrait rester en dessous de un. Le resto scie la branche sur laquelle lui et d’autres sont assis.

        – “sur l’immobilier, on construit à tour de bras alors qu’on arrive plus à louer, cas valaisan, fribourgeois, vaudois par exemple. Une autre partie va sur l’or et depuis peu sur le bitcoin, ethereum et autres crytpo-monnaies.”
        Inflation des actifs en tout genre. Pas d’augmentation des prix généraux. Cela peut s’inverser, l’inflation arriver et détruire le cash et les dettes.

        – “Oui il faut tout faire pour sauver les septuagénaires et plus, mais pas à n’importe quel prix. ”
        On pourrait commencer par leur offrir des protections sérieuses FFP2 ou quasi-FFP2 vérifié (accrochage derrière les oreilles). On a un producteur suisse. Il y a des lots chinois vérifiés en Autriche, pourquoi pas en Suisse ?

        Franchement je me demande si un test sérologique n’est pas une bonne idée. Choisissez le bon labo (qui le fait sans prescription médicale) et changez de domicile (à Genève il faut une ordonnance médicale), comme cela vous n’aurez pas besoin de médecin. Cela doit coûter 50 francs. Ou alors peut-être en France ?
        Effectivement la mémoire immunitaire ce n’est pas les anticorps mais des lymphocytes T prêts à déclencher une réaction immunitaire spécifique. Avec ça on ne devrait qu’être peu malade le temps de réaction étant plus court. Mais on en sait peu en la matière avec le covid. De même avec les vaccins.

        Bonne fin d’année.

  27. @CEDH – 13 décembre 2020 à 19 h 33
    Je ne suis pas en mesure de répondre à vos questions sur les ARNm et vous le savez bien, car même une spécialiste de très haut niveau comme Mme Siegrist ne le peut pas pour le moment.
    Votre opposition au vaccin à ARNm est plutôt étonnante et paradoxale si on considère qu’en tant qu’avocat politicien vous êtes censé défendre avant tout les intérêts de notre pays, tout comme vous n’hésiteriez certainement pas en tant qu’officier à conduire vos hommes au casse-pipe pour protéger la patrie si vous en receviez l’ordre.
    Or, le vaccin proposé est sans aucun doute bien moins dangereux que d’aller à la guerre, comment expliquez-vous donc cette apparente contradiction? De même, s’opposer au vaccin ne semble pas non plus une option raisonnable pour l’Europe unie et les Droits de l’Homme, selon le sens vraisemblable de votre pseudonyme sur ce blog.
    Talleyrand que vous abhorrez a pourtant toujours su privilégier les intérêts supérieurs de son pays, la France, par rapport aux siens et ceux des gouvernants qu’il a successivement servi. Alors que penser à ce propos d’un Pierre Maudet que votre parti PLR a pourtant fait élire et porter au pouvoir? Napoléon qui a de même beaucoup œuvré pour sa propre réussite et sa gloire en choisissant la voie de la guerre et de la violence à outrance (ayant ainsi excessivement confiance en son propre génie pour obtenir une victoire finale) est mort dans la solitude de l’exil à Sainte-Hélène, alors que Talleyrand couvert d’honneurs a eu à son chevet le roi Louis-Philippe (c’est dire combien il était apprécié).
    La valeur intrinsèque d’une personne relève de la compassion, de l’amour et de l’affection envers les autres et son pays, ainsi qu’à des causes chéries comme par exemple celles de la liberté, de la foi ou de la science. Pour moi, c’est cela la notion d’honneur qui détermine le courage et la volonté d’affronter fermement et avec succès les épreuves des plus grandes difficultés et des plus grands périls.
    Concernant le pseudonyme John Longeole, celui-ci apparaît comme ambigu selon l’usage que vous en avez fait pour considérer la personne “John Longeole” ou une saucisse “Longeole” à base de porc (selon ce qu’on peut en comprendre), mais évidemment vous seul connaissez sans équivoque vos intentions profondes dans votre façon de nommer et de mentionner vos interlocuteurs sur les forums du journal Le Temps.
    Avec mes meilleurs vœux pour 2021, je vous souhaite également, Cher Monsieur Alder, de pouvoir passer de belles fêtes de fin d’année.

  28. @ M. Pierre-Olivier Mojon

    “Je ne suis pas en mesure de répondre à vos questions sur les ARNm et vous le savez bien, car même une spécialiste de très haut niveau comme Mme Siegrist ne le peut pas pour le moment.”

    Effectivement, et c’est là que le bât blesse. Le manque de connaissance des effets à moyen et long termes de ce type de vaccin est inconnu (risque de troubles auto-immuns) et l’argent déversé n’a pas permis d’accélérer le temps. On peut tout de même poser des questions plus précises que celles suggérée par “Le Monde” et y répondre partiellement. Puis se poser de nouvelles questions et au vu des réponses possibles se déterminer. Ma détermination est simple : 1) “Vaccinez-vous les premiers Messieurs les anglais” 2) Ne mépriser ni la Russie, ni la Chine et ses bon vieux vaccins 3) M’informer quant à la prochaine vaccination de la population générale marocaine par un vaccin chinois à virus atténué. Encore faudrait-il avoir les connaissances requises. Deux classiques à jour que l’on trouve dans notre bibliothèque que vous pourrez compulser en cette fin d’année : le Kuby et le Janeways.

    Désolé mais je ne rejette ni la Russie, ni la Chine. Pas très colonel EMG alors que Moderna est produit en Suisse ! Pas très sûr qu’il soit intelligent de vacciner des hommes en bonne santé âgé de moins de trente ans formant une unité de l’armée. Mieux vaut avoir des malades (en excluant ceux qui ont des facteurs de risques identifiables, y compris, après analyse du fonctionnement du système immunitaire inné) et des pertes très très très très limitées que de prendre le risque d’une maladie ultérieure bien plus grave laissant le pays sans troupe. Ce d’autant qu’il n’est pas établi que ce vaccin empêche la transmission d’un porteur vacciné à un tiers.

    Selon vous je suis avocat, politicien, PLR et mon nom est Alder. Alder est, en effet, un politicien PLR genevois, lieutenant-colonel EMG.
    https://ge.ch/grandconseil/m/gc/depute/2361/
    Je vous laisse la responsabilité de ce qui est votre allégation. Le moins que l’on puisse dire est que vous aimez affirmer clairement des certitudes, même sans fondement sérieux, que cela soit en vaccinologie ou en politique. A chacun ses traits de caractères. Mais vous n’avez pas tort, les affirmations assurées, alléguées par nature ou par astuce manipulatoire, sont de nature à convaincre les sots. Ce que Tayllerand, qui s’est servi sous tous les régimes, n’ignorait sans doute pas.

    Quant à “John Longeole”, contributeur aux multiples allias, vous en trouverez trace sur le blog de Pascal Décaillet (Tribune de Genève) et, par ici, sous diverses appellations.

    Avec mes meilleurs vœux pour 2021, je vous souhaite également, Cher Monsieur, de pouvoir passer de belles fêtes de fin d’année.

    1. @CEDH
      Pas plus que moi les gens ne sont des imbéciles, tout le monde pourra ainsi se faire une opinion sur le lien: https://blogs.letemps.ch/jaccoud-alder/2019/08/12/81/
      Je n’ai rien à ajouter par rapport à une prise de conscience aiguë du danger (coronavirus, changement climatique, vous, etc…) dans le brouillard qui escamote à dessein l’abîme vertigineux juste devant nous.

Les commentaires sont clos.