Du réchauffement au bouleversement climatique, en toute tranquillité

 

L’Histoire ou la légende rapporte qu’en 1453, Byzance fut prise par les Turcs parce que la population, fanatique des jeux de stade, avait négligé de se porter sur les remparts. C’est l’illustration de cet aveuglément qui frappe les empires en déclin, tellement persuadés de leur puissance qu’ils ne s’occupent pas de la préserver.

 

Les historiens du futur rapporteront en s’ébahissant qu’en 2018 le peuple suisse s’est occupé des cornes de ses vaches au point de les sacraliser dans sa Constitution, mais n’a pas discuté d’une menace planétaire : le réchauffement climatique. Et cependant l’été avait été torride, les champs s’étaient desséchés, les glaciers avaient fondu et des tornades avaient commencé à ravager des lieux qui n’en avaient jamais connues.

 

Depuis toujours, le climat de la planète fut tout sauf stable. Il y eut des périodes de glaciation dont la dernière de -110 000 à – 10 000 a modelé notre paysage lémanique envahi par des glaciers de mille mètres d’épaisseur. Paradoxalement la glaciation a été déclenchée par une vague antérieure de chaleur, qui aurait fait fondre des glaciers, ce qui aurait provoqué un apport d’eau douce important dans l’océan Atlantique. Cela aurait déréglé la circulation générale des océans et conduit au refroidissement. Ces variations climatiques sont très significatives pour l’espèce humaine. Les Homo Sapiens, que nous sommes tous, ont survécu à ces variations, grâce à leur technique, tandis que les autres espèces d’hommes ont été éliminées.

 

La donnée actuelle est simple : les effets ravageurs matérialisés en 2018 sont le résultat d’une hausse de 1 degré centigrade. Nous n’échapperons pas à un doublement de cette hausse, mais elle pourrait atteindre 5 degrés, ce qui transformerait l’Europe en désert desséché. On peut imaginer sans peine ce qui se passera si des terres cultivables cessent de l’être : cela entrainera des vagues déferlantes de migration dont l’actualité donne un avant-goût ; les conflits pour les ressources renaitront.

 

Il y a un pire qui n’est pas à exclure. Les cycles naturels de glaciation et de réchauffement sont gouvernés par des variations périodiques de l’orbite terrestre. Si l’on superpose à ce phénomène naturel un parasite d’origine humaine, on peut complètement détraquer la régulation du climat. On pense maintenant qu’il y eut une époque lointaine où Vénus avait un climat acceptable alors qu’il est actuellement de 460 degrés. Nous devons tout simplement prendre garde à ne pas rendre la Terre inhabitable.

 

Comment ? Par une révolution totale du système technique, par la remise à zéro de l’émission de gaz à effet de serre, à commencer par le CO2. Concrètement pour la Suisse cela signifierait et cela signifiera la fin de consommation des produits pétroliers. Seulement des voitures électriques et des chauffages par pompe à chaleur. D’où la nécessité d’augmenter massivement la production d’électricité à partir de ressources renouvelables.

 

Peut-on concevoir ce que cela signifie au niveau politique ? Les vains efforts d’information et de persuasion du souverain populaire ; la disruption de nombreuses activités économiques ; les pertes d’emplois ; le discrédit des institutions qui n’ont pas anticipé ce chaos ; la montée des mouvements populistes et leur conquête du pouvoir. Quel qu’effort que fera peut-être la Suisse, bien trop tard, cela ne concerne qu’un millième de la production des gaz. Comment les gros producteurs que sont les Etats-Unis et la Chine viendront-ils à résipiscence ? Face à ce cauchemar inévitable, continuons à parler des vaches à corne, des minarets et des burkas, cela nous tranquillise.

PS. Je viens de sortir un livre intitulé “Le Secret des Suisses” qui  résumes beaucoup de mes blogs. Je serai présent à Payot Morges ce samedi de 11 à 12.30 pour le dédicacer.

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck est ingénieur, ancien conseiller national PDC et député au Grand Conseil vaudois, professeur honoraire de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), d'origine belge, de nationalité française et naturalisé suisse. Il exerce la profession d'écrivain.

3 réponses à “Du réchauffement au bouleversement climatique, en toute tranquillité

  1. Si des variations climatiques de l’ampleur des glaciations, et du réchauffement qui avait précédé, ont pu être provoquées naturellement alors qu’on n’avait pas inventé le moteur à explosion, on peut vraiment se dire que:

    A) De toute façon il aurait été vain à l’épique de prétendre empêcher ces phénomènes par des mesures politiques, même s’il vait existe des organisations comme l’ONU et le GIEC ;

    B) Il est permis de douter aussi que le phénomène actuel de léger réchauffement soit vraiment dû à l’homme et à son activité.

    Je reste climato-sceptique.

    1. Les variations naturelles déclenchent des glaciations et selon ces cycles bien connus nous devrions être en période de refroidissement et non de réchauffement accéléré. Le mécanisme de réchauffement actuel est de l’ordre de l’évidence : en brûlant des combustibles fossiles, nous remettons en circulation du carbone qui a été piégé antérieurement par la dégradation des végétaux et du plancton lors de périodes très chaudes pour produire le charbon et le pétrole.
      Il y a beaucoup de climato-sceptiques à commencer par l’homme le plus puissant de la Terre. C’est un biais psychologique tout à fait naturel : le progrès technique ne pourrait pas s’opposer à la survie de l’humanité. Nous avons pensé la même chose au sujet du nucléaire et nous en sommes heureusement bien revenus suite à quelques expériences malheureuses.

  2. L’Europe n’a rien à envier à la Suisse – à l’exemple des vaches à cornes – dans la relative tranquillité de l’été. Déstabilisée par les errances du couple franco-allemand, menacée de taxes par les États-Unis, désécurisée par le projet de «routes de la soie» de la Chine, partiellement démunie face aux cyberattaques de la Russie, n’a-t-elle pas placé le problème crucial de l’heure d’été en position de tête de ses préoccupations?
    Quant au bouleversement climatique, on écoute le diagnostic; ce qui pose problème(s) c’est l’ordonnance! Et dommage que l’on n’entende que les physiciens, les plasmiciens et les astrophysiciens parler (très peu) du Soleil et de l’axe incliné de rotation de la Terre, les météorologues – et les experts (?) – restant muets sur ce sujet.
    Quant au nucléaire en sommes-nous réellement revenus? Chine, Inde, Indonésie, Corée semblent en faire une priorité; et tous ces pays ne sont pas des despotes tyranniques.

Les commentaires sont clos.