Une mangeoire à la gare

Lorsque le buffet de la gare de Lausanne fut fermé, les habitués ont redouté qu’il ne rouvre plus. Cette crainte est maintenant confirmée : le buffet sera remplacé par une succursale d’un groupe spécialisé dans les repas végétariens. Un tel établissement fonctionne déjà dans la gare de Berne et tout ce que l’on peut en dire, c’est qu’il est possible d’y apaiser sa faim. Mais c’est tout. C’est une mangeoire pour combler le vide de l’estomac, ce n’est pas un restaurant.

Le buffet de la gare de Lausanne était un des attraits du lieu. On y dispensait une cuisine de brasserie, simple, appétissante, traditionnelle, conforme au goût local, arrosée de vins du pays : des filets de perche au papet vaudois en passant par la choucroute et le coq au vin. Tout cela disparaîtra et ne sera plus accessible. Il y a certainement plus d’argent à gagner par un buffet de salades et de petites graines que par une cuisine élaborée, qui requiert un personnel qualifié. Certes on a échappé à la mangeoire Mac Do, qui eut été un véritable blasphème en ce lieu, mais le résultat n’est pas meilleur.

Une ville n’est pas l’entassement dans des cages à lapin d’individus interchangeables qui consomment des nourritures standardisées, débitées par des grandes surfaces et de la restauration rapide. C’est un lieu d’agapes conviviales, consommées tranquillement dans un environnement agréable, bénéficiant d’une cuisine savoureuse et d’un service amical. Certes il subsistera en ville des bistrots sympathiques, mais c’était un privilège de Lausanne de présenter un lieu convivial dès le quai de la gare. Cela rappelait le bon vieux temps où du monde entier des touristes venaient en Suisse romande parce que le temps s’y était arrêté et qu’il y faisait tellement bon vivre.

La culture n’est une abstraction, gérée par le snobisme et la spéculation : des spectacles abscons, des peintures non figuratives, des musiques ennuyeuses, des nourritures chichiteuses. C’est une façon de vivre au sens plein du terme, de s’habiller, de se loger, de se nourrir, d’aimer, de se distraire, conformément à des traditions. En un mot c’est cultiver son plaisir en toutes choses. Une mangeoire végétarienne en est l’antithèse. On s’y abstient de viande et de poisson par suite d’un amour affecté pour les animaux, on se prive pour avoir bonne conscience, on se refuse au bien-être, on patauge dans le mal-être, on s’y vautre, on s’y accoutume.

Pour retrouver le plaisir, il ne reste plus alors que la violence, la biture vite fait, la pornographie et la drogue.

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck

Jacques Neirynck est ingénieur, ancien conseiller national PDC et député au Grand Conseil vaudois, professeur honoraire de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), d'origine belge, de nationalité française et naturalisé suisse. Il exerce la profession d'écrivain.