Commentaire aux commentaires reçus sur le blog de Jacques du 27 mars au 5 avril 2021

Merci au Temps de m’offrir ce Blog.

Débutant, je découvre ainsi la richesse que révèle ce mode de communication.

En quelques jours, vous m’avez envoyé 25 commentaires. Ils sont tous avec le premier article. Merci d’avoir pris la peine d’intervenir.

Ensemble, ils représentent plus de 3000 mots et près de 20’000 signes. C’est beaucoup.

Chacun le sait, dans un débat, c’est la critique qui est la partie la plus intéressante. Le compte est prometteur. Une petite moitié des commentaires reçus expriment des idées qui s’opposent aux miennes. Plusieurs sont tout à fait intéressantes. Par exemple, Hubert ne s’alarme pas du CO2, mais pense que je manque l’essentiel en ne citant pas la question de la surpopulation. À ceci Fdidoux rétorque que, pour lui, c’est la surconsommation qui est au cœur de notre problème. Kaffa trouve qu’en parlant de la ZAD du Mormont, j’ignore le fait que le problème du béton dépasse largement l’échelle vaudoise. Il y en a d’autres. Ces débats font sens. Ils enrichissent mon propos ou m’interpellent. Merci à leurs auteurs. Dans la mesure du possible, je m’efforcerai d’y répondre. Malheureusement pas tout de suite, car il y a beaucoup à faire ces temps.

On m’avait prévenu : « Tu seras surpris ! Souvent, les commentaires sont des critiques qui s’adressent à toi plutôt qu’à ce que tu écris ». C’est vrai, déjà dans le 2e message Pierre trouve déplacé qu’un nobéliste parle du climat. Pourtant, excusez-moi, je ne suis pas le seul incompétent qui se targue de météorologie; notre présentateur favori du 19:30 s’est cru autorisé d’annoncer la neige en plaine pour la nuit du premier avril.

Dorénavant, je ne ferai plus suivre ce genre de commentaire. Si vous le souhaitez, vous pouvez me les adresser par courrier postal à mon adresse : Banc-vert 17, 1110 Morges. Toutefois je tiens quand même à remercier Pierre de m’avoir fait découvrir le mot magnifique d’ultracrépidarianisme dont je me réjouis de faire bon usage.

 

L’autre moitié des commentaires vont plutôt dans le sens de mon texte. Certains y apportent une contribution notable, certains ont une forme personnelle, parfois touchante. À ces derniers (Alain par exemple), j’exprime des remerciements particuliers.

J’ai bien l’intention de revenir sur plusieurs de ces commentaires, mais j’y prendrai le temps. Merci de votre patience.

Jacques Dubochet

Jacques Dubochet

Jacques Dubochet, professeur honoraire à l'UNIL. Il a développé, dans les années 80, les fondements de la cryo-microscopie électronique qui lui ont valu un prix Nobel de chimie en 2017. Citoyen actif, il est préoccupé par l’impact de la science sur la société. Il croit que c'est la jeunesse qui surmontera la crise du climat et de la vie.

4 réponses à “Commentaire aux commentaires reçus sur le blog de Jacques du 27 mars au 5 avril 2021

  1. Cher Monsieur, juste un petit mot pour vous remercier d’avoir pris votre plume ou plutôt votre clavier pour défendre vos convictions et votre avis !
    C’est un enrichissement de vous lire ! Continuez car cela provoque le débat.
    (Et au passage, si chacun devait rester uniquement dans ses seules compétences pour écrire un avis sur ce blog et ne jamais être dans un mode d’ultracrépidarianisme, alors les BLOGS n’auraient pas de raison d’être !
    Pour l’absence de dialogue il y a certains journaux, ou les feuillets des partis politiques ou même ceux du conseil fédéral …)

  2. “Dorénavant, je ne ferai plus suivre ce genre de commentaire.”
    J’ai dû relire trois fois pour me persuader que je ne rêvais pas. Ce commentaire s’adresse à mon propre commentaire de l’article de Jacques, qui lui a manifestement déplu, dans lequel j’évoquais la nobélite à propos de son article partisan sur le Mormont.
    Ainsi, lecteurs, vous êtes prié d’écrire directement à Jacques s’il juge que votre critique est déplacée. Il se propose ni plus ni moins que de filtrer ce qui ne lui convient pas. Ah, un ravage de plus de l’hubris!
    Au terme des conventions qui lient les blogueurs à l’hébergeur Le Temps, ceux-ci, Jacques y compris, sont dans l’obligation de publier les commentaires, pour autant qu’ils ne soient pas attentatoires à la bienséance.
    A bon entendeur,
    Pierre

  3. J’ai trouvé juste votre commentaire lors de l’evacuation du mormont:si ca ne tenait qu’a moi il n’y aurait plus une voiture a essence qui circulerait et ceci immediatement.vous avez raison.en cas de grippe et de fievre vous n’allez pas vous promener a l’exterieur.maladie-reaction,on nous l’a fait comprendre.la terre est grippée-reaction immediate.

  4. Chaque année, environ 80 millions d’individus viennent s’ajouter à la population mondiale . C’est un peu comme si on devait construire une nouvelle Allemagne chaque année et on ne peut le faire qu’au détriment des espaces encore vierges , dont les forêts primaires et les espèces qui y vivent !
    A ce rythme , la planète Terre ne sera plus vierge du tout à la fin du siècle , mais les jeunes s’en foutent, leur écosystème se limitant à leur smartphone et ils n’ont jamais rien vu d’autre !
    Le CO2 , ce gaz primitif de notre planète, entourait la Terre depuis l’origine à des taux des milliers de fois celui d’aujourd’hui et qui ne l’a pas empêcher de se refroidir !
    La plus grande partie se trouve aujourd’hui enfouie dans les roches calcaires et une autre absorbée par les plantes par photosynthèse qui nous a apporté l’oxygène .
    Depuis 300 millions d’années , le taux de CO2 a varié entre 200 et 2000 ppm par les cycles volcaniques et l’absorption naturelle et qui n’a nullement empêcher l’apparition des espèces que l’on trouve encore aujourd’hui …
    L’activité de l’homme a ajouté 100 ppm en un siècle mais ne pourra jamais dépasser les taux naturels historiques , les réserves en fossiles se faisant toujours plus rares … La transition énergétique étant de toute manière une nécessité …
    Qui de l’homme ou du CO2 représente donc la plus grande menace pour la Terre et sa biodiversité ?
    A vous de voir …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *