Fête nationale suisse.

C‘est aujourd’hui et je pense avec tendresse à ce pays dans lequel j‘ai passé tellement de vacances avec mes enfants, lorsqu‘ils étaient petits.

Nous vivions au Venezuela, et depuis 1985, nous sommes venus passer nos vacances d‘hiver et d‘été dans l‘Oberland bernois. Aujourd‘hui, les enfants envolés, nous sommes devenus résidents en Suisse – mon mari et moi – car nous n‘arrivions pas à nous mettre d‘accord sur l‘endroit où nous allions passer nos dernières années. En effet, il est allemand et ses racines sont à Hambourg.

Moi je n‘ai de racines nulle part, sauf que j‘aime Paris et l‘Oberland bernois.

La Suisse semblait être un bon compromis. Chacun de nous bouge beaucoup, mais le dénominateur commun, c‘est la Suisse. Pas pour des raisons fiscales. La Suisse n‘est plus un paradis fiscal.

Simplement parce que nous aimons le pragmatisme des habitants et la beauté des paysages. Dans mon cas particulier, parce que je pourrai mourir quand je le déciderai et qu‘on ne m‘obligera ni à finir mes jours dans un hôpital ni dans une maison de retraite ni chez moi, entourée d‘ infirmières.

La Suisse ne célèbre pas sa fête nationale en déployant des chars et des tanks. On ne sait même pas qui est le président de la Suisse. En tout cas, ce n‘est pas un monarque.

Et pourtant, ce petit pays est bien géré. Tout fonctionne. Tout est nickel. Les hôpitaux, les transports, les écoles, les rues et même les forêts et les prairies.

Le Venezuela est un pays tropical. Il n‘y a pas de saisons. Passer Noël dans la neige était magique pour nos enfants.

Et les parfums de l‘herbe et des fleurs en été !!! Les enfants pouvaient faire des randos, du vélo et du parapente en toute liberté.

Aujourd’hui j’aime passer le printemps et l’automne à Paris, l’hiver et l’été en Suisse.

Le temps passe vite. J’essaie de le remplir avec des instants chargés de sens.

Rien ne me pèse plus que de le perdre (le temps).

J’ai rencontré une dame dans l’Oberland bernois, entourée de lamas, d’ânes, de lapins et de chiens (8 chiens) et un magnifique chat.

Cette dame est tétraplégique. Elle ne peut même pas se moucher toute seule . Pourtant, son sourire est magnifique. Elle a l’air heureuse. Nous n’avons pas beaucoup parlé. Nous venions de faire connaissance par hasard. Je me promenais dans la forêt et suis tombée nez à nez avec un lama. J’étais (sans le savoir) dans la propriété de cette dame.

Je la reverrai certainement. Elle m’a dit de la prévenir quand je reviens pour qu’on déjeune ensemble .

Donc, ce sera pour bientôt.

Jacqueline Jencquel

Jacqueline Jencquel

Jacqueline Jencquel est née en 1943 à Tien-Tsin en Chine. Elle milite pour le droit de mourir dans la dignité, notamment au sein de l’ADMD France. Dans ce cadre, elle a accompagné des dizaines de Français en Suisse pour leur permettre d’obtenir un suicide assisté. Dans ce blog elle évoquera l’expérience d’une vie entre plusieurs continents ainsi que le quotidien de son combat.

4 réponses à “Fête nationale suisse.

  1. La Suisse…effectivement un beau pays avec des paysages plus beaux que d’autres, des citoyens plus ou moins ouverts aux autres, suivant les régions. La fête nationale , moins ronflante que dans les pays voisins mais avec des petits drapeaux apparents quasi à chaque maison.

    Jusqu’à notre dernier jour, certains souvenirs restent vivaces

    J’en profite pour saluer mes cousins du Valais !

  2. Votre récit est très vivant et complète bien le sujet principal de vos articles. Parler ainsi de vous-même dans ce que vous vivez participe à la compréhension de ce que vous désirez nous transmettre, qui a valeur aussi d’enseignement même si ce n’est peut-être pas le but premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *